Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Espaces de détention : territoir...CommunicationsLes paradoxes de la notion de pat...

Communications

Les paradoxes de la notion de patrimoine architectural des prisons ; évolutions historiques de la conception et du regard sur la prison bâtie

Elsa Besson

Texte intégral

  • 1 Amédée Rouvin, « Prisons d’Ille-et-Vilaine », Bulletin de la Société générale des prisons, n°1 janv (...)

« Il s’agit, non pas d’un monument, mais d’un édifice répondant aux plus tristes nécessités sociales et qui doit le moins attirer les regards1. »

1Dans le cadre d’une thèse de doctorat en histoire de l’architecture et en socio-histoire du droit, les recherches menées depuis trois ans portent sur la constitution et la circulation de modèles spatiaux carcéraux, à travers des discours relevant à la fois de réseaux internationaux et nationaux d’experts de la prison. L’objet de la thèse n’est pas d’étudier le phénomène de patrimonialisation des prisons mais de dresser une histoire des représentations de l’architecture carcérale, à travers des corpus permettant d’étudier la définition, la diffusion et enfin l’adoption de formes paradigmatiques. À l’occasion de ces journées d’études consacrées aux espaces de détention, saisis aux prismes du rapport au territoire, de l’expérience des lieux et du patrimoine, je m’attacherai à explorer les questions de définition et de circulation des images de la prison, en soulevant comme point de départ le hiatus qui semble exister dans la formule patrimoine architectural des prisons.

2Depuis l’invention de la prison dite moderne, c’est-à-dire depuis l’adoption, à la fin du XVIIIe siècle, de l’enfermement carcéral comme moyen de punition principal du système pénal français, l’architecture carcérale est débattue au prisme de nouvelles théories pénitentiaires, hostiles à l’enfermement des détenus dans des bâtiments affectés à cette fonction mais ayant été construits pour d’autres programmes (couvents, châteaux etc.), et souvent difficilement aménageables selon les normes de classification des individus. En même temps, les acteurs du champ pénitentiaire, qu’ils soient membres du gouvernement, juristes, professeurs de droit, magistrats ou avocats, semblent s’accorder à ne surtout pas créer de monuments remarquables, et à chercher lors de la réalisation des prisons le parti le plus anti-monumental qui soit, en appelant au dénuement de l’architecture et à l’économie des matériaux. Un paradoxe surgit donc à l’examen des théories qui traitent de l’architecture carcérale au XIXe siècle, mais dont il faut bien préciser qu’elles ne sont pas partagées par tous les architectes qui s’intéressent à la prison. Ce paradoxe tient au fait que les théories pénitentiaires refusent alors explicitement à l’architecture carcérale le statut de monument, alors que le palais de justice bénéficie de cette qualification dans ces mêmes discours.

3Comment penser alors l’évolution des représentations, tant textuelles que graphiques, de l’architecture des prisons françaises, au regard des conditions intellectuelles préalables qui ont présidé à leur construction ? Comment apparaissent et se construisent les images de la prison, à la fois dans les discours des experts du champ pénitentiaire, et sous la plume et le crayon des architectes, images qui participent à la diffusion d’imaginaires de la prison ? Enfin, comment le patrimoine architectural carcéral se constitue-t-il, et à partir de quel moment l’architecture carcérale est-elle comprise comme un patrimoine bâti, pour ce qu’elle représente d’une époque de l’histoire de l’architecture par sa matérialité et ses dispositions spatiales, et non seulement comme un lieu aux attributs mémoriels ?

  • 2 Les réseaux d’experts internationaux (les congrès pénitentiaires notamment) et nationaux (la Sociét (...)

4Les problématiques sont distinctes pour le XIXe et le XXe siècle : celles qui concernent le XIXe siècle font entrevoir cette équivoque évoquée plus haut, soulevant l’hypothèse que les prisons de ce siècle sont des monuments ‘malgré tout’. Cette caractéristique monumentale ferait entrer la typologie carcérale dans le débat patrimonial pendant la seconde moitié du XXe siècle, alors même qu’on souhaitait qu’elle soit privée des qualités la rendant remarquable, lors de la mise au point des nouvelles théories pénitentiaires. À partir du constat de l’opposition à la monumentalité, que l’on retrouve à la fois dans les débats transnationaux et dans les réseaux nationaux, nous verrons que certains édifices carcéraux apparaissent hors de contrôle pour ces experts plaidant pour leur invisibilité dans la ville, pour la banalité de leurs façades2. Incontrôlables car, malgré ces injonctions, ces prisons sont bien des édifices qui s’imposent dans la ville par un mur d’enceinte continu austère, et par une façade d’entrée et des miradors qui signalent leur fonction.

5Lorsqu’on s’intéresse au XXe siècle, l’élargissement de la notion de patrimoine bénéficie de façon sensible aux prisons, mais avec des résistances jusqu’à tard dans le siècle. La question de l’apparition de la prison dans le débat patrimonial est trop large pour être résolue ici, mais il est possible de discerner quelques pistes. L’histoire du patrimoine carcéral bâti peut se lire d’abord comme une histoire de la prise en compte de l’extraordinaire face à l’ordinaire, du singulier face au banal ; l’exemple de la prison de la Santé relève de ce mécanisme, dernière prison parisienne intramuros, chargée d’histoires et d’Histoire, connue de tous et œuvre d’un architecte prolifique à Paris pendant la seconde moitié du XIXe siècle. Nettement plus visibles que d’autres qui sont de petite taille, ou n’ayant pas été le lieu d’événements historiques, les prisons parisiennes sont parmi les premières à susciter un débat patrimonial.

6Il s’agit là de proposer des pistes de réflexion, et plutôt que de faire une histoire linéaire de la prison en tant que patrimoine architectural, de s’intéresser à la conception de l’architecture carcérale (du côté de l’histoire des idées, et de la question du monument au XIXe siècle) et à sa réception (du côté de l’histoire des représentations et de la question de la prise en compte du patrimoine des prisons du XIXe siècle, au XXe siècle).

Accords et désaccords du XIXe siècle internationaliste face à l’architecture carcérale

  • 3 Le Congrès pénitentiaire de Francfort-sur-le-Main, les 28, 29 et 30 septembre 1846, organisé sur un (...)

7Un des corpus permettant de saisir certaines des intentions qui président aux destinées de l’architecture carcérale est constitué par les congrès pénitentiaires transnationaux, mis en place dès 1846. Il s’agit d’y soulever un ensemble de problématiques liées aux techniques d’enfermement, à la catégorisation des détenus, au travail pénal, à la discipline, à l’hygiène et à la morale, au patronage, ou encore aux conditions de libération. L’architecture y tient une place notable, permettant d’avoir un aperçu des positions des pays participants sur leurs orientations respectives en matière d’architecture carcérale. Au congrès de Francfort en 18463, les débats se concentrent sur la question de la cellule individuelle et sur les dispositions intérieures idéales de la prison, particulièrement de la chapelle, soumise en premier chef à l’impératif cellulaire. Pas d’intérêt notable pour la disposition d’ensemble, pour la façade ou l’interaction urbaine ; la spatialisation du système d’enfermement est le sujet central, c’est-à-dire l’organisation schématique de la prison selon le système auburnien (l’enfermement individuel la nuit, le travail obligatoire en commun et en silence le jour) ou pennsylvanien (l’enfermement individuel en cellule le jour et la nuit).

  • 4 Le Congrès pénitentiaire de Bruxelles, les 20, 21, 22 et 23 septembre 1847, organisé sur une initia (...)

8Dès l’année suivante, au congrès de Bruxelles4 de 1847, la question de la place et de l’apparence de l’édifice carcéral dans le tissu urbain s’impose. Les questions architecturales sont alors centrales et concernent un tiers environ des allocutions retranscrites dans les Actes publiés la même année, et les interventions de différents acteurs poursuivent les réflexions visant à mieux définir la mise en pratique de la séparation individuelle, entérinée au premier congrès à une écrasante majorité. Les moyens qu’offre l’architecture pour appliquer l’encellulement sont au centre des discussions, qu’il s’agisse des moyens matériels, économiques ou encore pratiques, pour mettre en œuvre ce principe qui doit idéalement s’appliquer à l’ensemble des espaces de la détention. Un premier consensus en matière d’architecture et d’urbanisme est réalisé qui prévoit l’isolement territorial des prisons pour peines, à la campagne, tout en adoptant une position centrale à l’échelle du territoire national pour faciliter les transferts des détenus. Au contraire, la maison d’arrêt parfaitement située doit être insérée au tissu urbain, proche du palais de justice, mais séparée par un espace vide, sorte de glacis avant l’heure, l’isolant du reste de la ville. Ces deux indications spatiales doivent servir de base à la localisation des prisons à construire selon les nouvelles normes, et montrent une solution déjà tranchée entre les deux types d’établissements pénitentiaires : entre l’isolement hors de la ville associé à la centralité territoriale pour la prison pour peine, et l’isolement dans la ville mais à proximité du palais de justice, pour la maison d’arrêt. La proposition d’agencement général adoptée pour celle-ci vaut d’être relevée, car elle arrête un ensemble de dispositions qui fait long feu en matière de prisons et qui vient confirmer des dispositions déjà existantes. En effet, l’interface du dispositif architectural avec l’extérieur est ainsi décrite : un mur d’enceinte pour empêcher les vues et les évasions, associé à un espace laissé vide pour permettre l’isolement de la prison, et enfin une seule et unique entrée. Les réalisations contemporaines illustrent ce principe d’une insertion urbaine maîtrisée, d’une prison mise en distance des constructions avoisinantes et associée à un ensemble urbain monumental. Par exemple, à Nantes, à partir de 1843, un projet de grande ampleur articule au centre-ville le nouveau palais de justice à une caserne de gendarmerie et une maison d’arrêt isolée du tissu urbain par trois rues et un interstice arboré qui la sépare du palais de justice

9Ces trois programmes sont associés, comme souvent au XIXe siècle et le congrès de 1847 fait donc écho à des projets contemporains, qui ont une forme urbaine proche de ce qu’il promeut.

  • 5 Voir la loi du 5 juin 1875 sur le régime des prisons départementales.
  • 6 Voir les travaux de Martine Kaluszynski à propos de ce réseau de réformateurs français, dont certai (...)

10Loin d’avoir résolu entièrement, au cours de ces réunions internationales, le problème que pose l’application du système théorique d’enfermement individuel lors de la construction de prisons, les experts français sont chargés de répondre de manière urgente à cette question à partir de la IIIe République5, et se font le relais d’une attitude ‘anti-monumentale’, souvent ambivalente. Des prisons étrangères jugées inopportunes sont mises en exergue, qui seraient l’objet de divagations architecturales et stylistiques et qui exaspèrent les experts du champ pénitentiaire français, horrifiés d’être ainsi confrontés à l’extraordinaire de certaines réalisations, eux qui prônent l’ordinaire de la ‘bonne’ architecture de la prison. Du côté des bulletins publiés à partir de 1877 par la Société générale des prisons6 ces prisons dépeintes comme tape-à-l’œil sont décriées, si éloignées de la rigueur et de l’économie souhaitées. Par exemple, la prison de Saint-Gilles à Bruxelles réunit nombre d’opprobres par l’aspect démonstratif de sa façade hors du commun, mais séduit certains experts français, principalement par l’application systématique du principe cellulaire à l’ensemble des espaces, mais aussi pour quelques-uns pour ce choix stylistique jugé tapageur par beaucoup.

Entrée de la prison Saint-Gilles à Bruxelles vers 1904

Entrée de la prison Saint-Gilles à Bruxelles vers 1904

Source : Collection de Dexia Banque.

Photographie aérienne de la prison de Saint-Gilles à Bruxelles

Photographie aérienne de la prison de Saint-Gilles à Bruxelles

Source : CHDStG, Belfotop, 1973.

11Saint-Gilles apparaît dans ces discours comme un modèle tendancieux, suscitant à la fois répulsion et fascination, et caractérise bien ce qu’est l’essence de l’architecture carcérale pour les acteurs pénitentiaires de la IIIe République ; le principe de fragmentation à l’extrême de l’espace, en autant de lieux individualisés qu’il y a d’espaces nécessaires au fonctionnement de la prison. La façade et les décorations apparaissent d’importance mineure, au regard de la réussite de l’application du cellulaire à grande échelle et dans les moindres détails, qui minore en quelque sorte la façade et le dispositif d’entrée, qui plagie une architecture castrale extravagante.

12Il n’y a donc pas de consensus autour de l’architecture carcérale comme édifice urbain, de nombreux experts ne livrant une description de la prison « convenable » qu’en négatif, convaincus que les dispositions architecturales doivent être minimales, discrètes. Les exemples étrangers sont récurrents, marquant pour certains durablement les débats des experts du champ pénitentiaire international et français. S’ils sont décriés pour leurs façades aux dispositions onéreuses, ou pour leur ressemblance avec des typologies éloignées d’un style carcéral qu’il faudrait mettre en place, beaucoup deviennent des modèles lorsqu’ils sont jugés propres à l’application stricte de l’enfermement cellulaire, cœur des enjeux pénitentiaires.

Concordance de l’opinion publique et des experts pénitentiaires et divergence du champ architectural : les enjeux pluriels des représentations de l’architecture carcérale française

13Il y a une forme d’adéquation du regard des acteurs du champ pénitentiaire, majoritairement hostiles à une trop grande dépense budgétaire lors de la construction de nouvelles prisons en France, qui serait liée à l’autonomie concédée à l’architecte, et de l’opinion publique qui voit surtout la controverse du côté de la dépense, supposée là aussi toujours trop importante. Le champ de l’architecture s’attache de son côté à la modernité des expérimentations carcérales, à la rationalisation des espaces et à l’adéquation entre le programme et la forme. La question des réalisations françaises ne se pose en effet pas de la même manière : à la différence des congrès pénitentiaires où il s’agit de réunir les expériences de chaque pays et de chercher à s’accorder sur de grandes lignes théoriques communes, la problématique change lorsqu’il faut décider de la construction de prisons sur le territoire national. Le regard des experts nationaux sur les réalisations françaises est alors très critique face à la dépense, condamnant des dispositions d’ensemble jugées régulièrement dispendieuses, et l’opinion anti-monumentale s’impose, comme une évidence au cours de la seconde moitié du XIXe siècle.

  • 7 Par exemple l’article « Palais et masures, Une visite aux Prisons de Paris », Le Radical, 5 janvier (...)
  • 8 Bulletin de la Société générale des Prisons, n°2, février 1907, article 1, p. 191: « Ce qu’on veut (...)

14À cette image honnie de la prison à l’entrée et aux façades richement ornées, va s’adjoindre l’idée d’un luxe indécent des aménagements intérieurs, immérité pour un établissement pénitentiaire et pour les détenus qui y sont enfermés – et l’opinion publique reprend cet avis, comme le montre le cas de la prison de Fresnes à la toute fin du XIXe siècle, nouvelle prison du département de Seine7. Au niveau national, les blâmes des experts, en plus d’être souvent de fidèles échos aux débats internationaux, viennent quelque fois en réaction aux critiques que l’on voit s’écrire dans les journaux, et qui s’élèvent lorsqu’il s’agit de construire une nouvelle prison. L’exemple de Fresnes révèle une opinion publique et une presse hostiles à la modernité et au luxe supposés du nouvel établissement qui, avec la monumentalité, seraient les erreurs les plus condamnables commises par l’architecte et le conseil général commanditaire du projet, ouvrant trop largement la bourse des finances publiques. Du côté des experts appartenant à la Société Générale des Prisons, la critique du confort dont jouiraient les détenus à Fresnes est celle qui est la plus visible8, proche de celle attaquant d’un luxe supposé de cette nouvelle prison.

  • 9 La maison centrale de Rennes apparaît à plusieurs reprises entre 1878 et 1912 dans les Bulletins de (...)
  • 10 Ibid. p. 611.

15Dans un autre registre, la maison centrale de Rennes, construite entre 1860 et 1878 par Alfred Normand, grand spécialiste français de l’architecture carcérale, apparaît elle aussi fréquemment dans les bulletins de la Société Générale des Prisons9. Comme souvent pour cette prison pour femmes, la description commence par des remarques sur le peu d’adéquation entre l’apparence et la fonction de l’établissement. Ce dernier est caractérisé par son élégance et sa sobriété qui ; « […] éveillent beaucoup plus l’idée d’un riche pensionnat que celle d’un établissement pénitentiaire10. »

Maison centrale de force et de correction pour 1000 femmes

Maison centrale de force et de correction pour 1000 femmes

Archives de Rennes, 2 Fi 688 : Maison centrale de force et de correction pour 1000 femmes, Rennes. Extrait de l’encyclopédie d’architecture, Alfred NORMAND, 1880.

16La critique se concentre sans surprise sur la dépense nécessaire à sa construction, mais surtout sur son style, qui lui donnerait l’apparence d’un établissement public ou d’enseignement, et trahirait ainsi l’adéquation entre son apparence et sa fonction.

Carte postale de l’entrée de la maison centrale de Rennes

Carte postale de l’entrée de la maison centrale de Rennes

Source : Wiki Rennes.

17Le regard des architectes et des professionnels du champ architectural manifeste de son côté un intérêt pour l’aspect artistique des dispositifs architecturaux, ainsi que pour l’usage l’aspect technique de la mise en œuvre des matériaux ou de l’installation d’éléments innovants. Au programme dont ils ont la charge, les architectes instillent la question de la modernité ; l’adduction de l’eau à tous les étages, l’installation de douches, la performance de la ventilation et du chauffage, l’usage du fer et de la fonte, sont autant des aspects de la construction des nouvelles prisons qui relayés et soulignés par les revues d’architecture. Ces dernières montrent un intérêt pour ce programme certes contraignant, mais permettant des expérimentations, techniques entre autres, sans précédents. L’attrait de la profession est manifeste pour les réalisations de grande ampleur à Paris et dans le département de Seine, œuvres d’architectes renommés. Cet engouement est visible dans les publications, car la majorité des grandes revues d’architecture sont alors parisiennes, et se concentrent plus aisément sur les réalisations d’édifices dans la région. La construction de la prison de la Santé est par exemple l’objet de publication de documents graphiques à trois reprises dans les colonnes du Moniteur des Architectes ; pendant l’année 1867, puis à nouveau en 1872 et en 1874, ainsi que dans le Croquis d’architecture et dans La Construction Moderne. Les articles publient à la fois les plans de la prison, les coupes et la façade d’entrée, avec une attention toute particulière pour la porte, ainsi que des détails, montrant l’usage et la mise en œuvre de matériaux nouveaux.

La Prison La Santé - planche 34

La Prison La Santé - planche 34

Le moniteur des architectes, juin 1874.

  • 11 L’Architecture, n°10, mars 1914, p. 76.

18L’attention de la profession se porte aussi sur l’adéquation entre la forme et la fonction des bâtiments ; on apprécie une porte sévère, un mur austère, un style imposant, comme des réponses convenables au programme proposé. En 1914, dans la revue l’Architecture, pour commémorer la mémoire de l’architecte Carlos Batteur, une photographie de la porte d’entrée de la prison départementale de Lille en cours d’achèvement est publiée, accompagnée du commentaire suivant : « [...] le second [document], dans un style lourd qui répond à la destination du bâtiment, montre la porte d’entrée de la prison départementale. »11 (je souligne). Dans les revues d’architecture de la première moitié du XXe siècle, se déclinent des discours qui poursuivent cette manière de présenter l’architecture carcérale, qui serait en adéquation à la fonction, et on peut relever les commentaires suivants ; « Plan simple, bien distribué, façade sévère, tout à fait dans le caractère », ou encore « […] des façades simples et de bon caractère ». À l’analyse, les représentations de prisons, discursives ou graphiques, sont bien motivées par un souci d’adéquation entre la forme et le programme fonctionnel, plus que par le souci d’économie tel qu’il apparaît, omniprésent et réducteur, dans les discours issus du champ pénitentiaire.

Réalisation de la porte de la prison de Lille par Carlos Batteur

Réalisation de la porte de la prison de Lille par Carlos Batteur

L’Architecture, n°10, volume 27, semaine du 7 mars 1914, p. 77.

  • 12 L’Architecture, n°6, juin 1936, p. 197-199.

19L’importance de la photographie en particulier semble participer au cours du XXe siècle à un changement d’appréciation de l’architecture carcérale au sein du champ professionnel. L’exemple des diverses publications de la prison des Baumettes à Marseille est éloquent pour évoquer les bouleversements qu’introduit la photographie dans les codes de représentation ; les caractéristiques carcérales sont mises en valeur, comme autant de preuves de l’accord de l’édifice à sa fonction. Dans L’Architecture en 1936, la prison est présentée par plusieurs photographies et dessins, et un texte court qui précise : « […] Nous publions la vue perspective de la porte, d’un aspect sévère comme il sied12 [...]. »

Photographie de l’entrée de la prison départementale des Baumettes

Photographie de l’entrée de la prison départementale des Baumettes

L’Architecture, n°6, juin 1936, p. 198.

  • 13 L’Architecture, n°19, mai 1914, article « L’architecture au Salon de 1914 », p. 156, à propos d’un (...)

20La prise de vue met en valeur les lignes constructives, l’entrée imposante avec l’encadrement tout en hauteur et l’importance des sculptures, représentant les sept péchés capitaux, qui rappellent la fonction de l’édifice. Dans La Construction moderne13, une autre des revues majeures d’architecture, le projet est présenté avec de nombreuses photographies, dont celles de la façade à nouveau.

Entrée de la prison départementale des Baumettes

Entrée de la prison départementale des Baumettes

La Construction moderne, n°27, mai 1937, p. 570.

21Ici, c’est un cliché pris par le même photographe que celle évoquée précédemment, mais la revue a fait le choix d’une mise en scène dramatique de l’édifice, pour ouvrir l’article sur la prison des Baumettes ; le hiératisme du dispositif d’entrée est accentué par la contre-plongée, et surgissent de l’image des volumes purs, aux arêtes formant des ombres tranchées. La photographie d’architecture sert le projet et ses intentions pour cet exemple majeur de la construction de prisons en France pendant l’entre deux-guerres.

22Par la publication approfondie de réalisations carcérales au cours la seconde moitié du XIXe siècle, le champ de la profession architecturale constitue un arsenal de ‘prisons-modèles’, qui deviennent des références pour les professionnels, à la fois pour les dispositions typologiques qu’elles adoptent, et pour les innovations techniques ou matérielles qu’elles mettent en place. Une autre image de l’architecture carcérale se forge, qui n’est pas seulement réduite à la critique de son coût ou de la démesure de ses formes. Grâce aux périodiques les aspects considérés comme modernes des réponses architecturales à ce programme sont mis en avant ainsi que leur adéquation aux multiples contraintes.

L’évolution des représentations au XXe siècle ; les prémisses de la construction d’un nouveau regard sur la prison

23Pour compléter ce panorama sur les évolutions des conceptions et des représentations de l’architecture carcérale en France, on peut évoquer la lenteur de l’acception de la prison dans le champ patrimonial. Les exemples des inscriptions aux Monuments Historiques au XXe siècle montrent, jusqu’à loin dans le siècle, une valorisation des prisons d’Ancien régime et une reconnaissance tardive de la valeur patrimoniale de l’architecture carcérale du XIXe siècle. En introduction, j’évoquais la différence fondamentale entre les prisons érigées à partir de la nouvelle pénalité et celles installées dans des bâtiments remployés après la Révolution. Dans les conceptions patrimoniales, cette dernière catégorie de monuments va en un sens bénéficier de la noblesse ou de la sacralité qui caractérisaient leur première fonction, étrangère à celles punitive et carcérale beaucoup moins positives. Un basculement est sensible quand on s’intéresse à la question patrimoniale des prisons dites « modernes », construites pour correspondre plus exactement à la nouvelle pénalité ; c’est bien la seule fonction pénitentiaire qui est aux fondements de leur conception architecturale, et non une fonction antérieure, d’ordre religieux, royal ou politique. Les prisons inscrites précocement au classement des Monuments Historiques sont en effet choisies non pas tant pour leur valeur architecturale que pour leur dimension symbolique et historique : par exemple les vestiges de la Prison de la Force à Paris, ancien hôtel particulier daté du XVIIe siècle transformé en prison entre 1780 et 1845, sont inscrits depuis 1935.

24Plus récemment, certaines prisons sont inscrites aux Monuments Historiques à la fois pour l’architecture et la mémoire : par exemple l’ancienne prison Saint-Michel à Toulouse, construite entre 1854 et 1867 par Jacques-Jean Esquié, est en partie inscrite depuis 2011, pour son dispositif d’entrée par un castelet d’entrée traité dans un goût néo-médiéval, avec des citations médiévales.

Maison d’arrêt de Toulouse, porte d’entrée, vue de la rue, 1929 (Henri Manuel)

Maison d’arrêt de Toulouse, porte d’entrée, vue de la rue, 1929 (Henri Manuel)

Source : ENAP, Fonds Manuel, M-04-001.

25La notice du Ministère de la Culture souligne aussi l’emploi de techniques nouvelles liées à l’emploi du fer, de la fonte et du zinc. En plus de ces éléments notables, la prison Saint-Michel de Toulouse est inscrite en tant que lieu de mémoire associé à la Seconde Guerre Mondiale et à la Résistance, car de nombreux résistants, dont André Malraux, y furent enfermés, certains torturés et exécutés. La valeur patrimoniale est pour ces exemples définie par l’architecture et par l’importance historique des événements tragiques qui se sont déroulés entre ces murs.

26Enfin, des prisons sont distinguées pour l’importance de leur architecture ; l’année 1987 notamment voit l’inscription de plusieurs prisons du XIXe siècle aux Monuments Historiques, leurs dispositifs architecturaux étant jugés particulièrement révélateurs des logiques contemporaines à leur édification. Par exemple, la disposition d’ensemble de la maison d’arrêt de Niort pour 80 détenus, construite entre 1845 et 1853 par l’architecte Segrétain, est décrit dans la notice du Ministère de la Culture comme exemplaire de l’adéquation de l’architecture avec les débats sur le système pénitentiaire au XIXe siècle, et avec les directives du ministre de l’Intérieur Duchâtel de 1841. De manière similaire, la maison d’arrêt du Puy-en-Velay, inscrite la même année, est qualifiée comme ; « [...] un exemple intéressant et complet de l’application de la discipline carcérale du 19e siècle. L’édifice fut construit entre 1880 et 1897 sur le strict principe de l’isolement des détenus […]. » Ces prisons sont entrées dans la catégorie des monuments historiques pour les caractéristiques patrimoniales singulières de leur architecture, considérée comme significative des théories pénitentiaires du XIXe siècle, incarnées dans la pierre.

Vue aérienne actuelle de la prison de Niort

Vue aérienne actuelle de la prison de Niort

Source : La Nouvelle République, 3 août 2010.

Le début des travaux de démolition de la Petite Roquette en 1973

Le début des travaux de démolition de la Petite Roquette en 1973

Source : Criminocorpus.

Plan de la prison d’Autun

Plan de la prison d’Autun

Source : Archives départementales de Saône-et-Loire calque AD 71, 4N.

  • 14 Françoise Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1996 et Le patrimoine en question, Anthol (...)
  • 15 Notamment composée de Guillaume Gillet, d’André Chastel, de Bruno Foucart et de Michel Vernes.
  • 16 Philippe Artières, « La photographie, un anti-monument de la prison », Dedans-Dehors, n°70-71, 2009 (...)

27Pourtant, un exemple dont il est impossible de faire l’impasse ici, emblématique de l’enfermement des mineurs au XIXe siècle, n’a pas été sauvegardé ; l’affaire de la sauvegarde de la prison de la Petite Roquette en 1974 a fait grand bruit, mais sans effet immédiat pourtant. En 1975, l’année où son inscription lui a été définitivement refusée et sa démolition actée, deux prisons sont inscrites ; celle de Caen construite par Harou-Romain construite entre 1820 et 1830, et celle d’Autun construite par Berthier en 1853. Jusqu’à cette date, il n’y avait eu, à ma connaissance, aucun classement ni inscription des prisons construites au XIXe siècle ; ces édifices, encore occupés pour la plupart et donc difficilement perçus comme dignes d’intérêt, n’étaient pas aisément considérés comme des lieux patrimoniaux majeurs. Si l’on suit les définitions que Françoise Choay donne de la notion de patrimoine historique14, celle-ci se développerait au sein d’une société stable, enracinée dans le temps et dans l’espace, et serait aujourd’hui à la fois un constat de satisfaction d’une société face à son histoire, mais aussi une manifestation de l’état de la société et des questions qui l’habitent. En cela, l’émergence de la notion de patrimoine carcéral correspond bien à la prise de conscience nouvelle de la valeur mémorielle et monumentale de certains édifices carcéraux, mais aussi est signe des questionnements récurrents sur la peine d’enfermement – et je pense particulièrement ici au cas de La Petite Roquette et ce qu’elle signifiait du traitement pénal et pénitentiaire des enfants. Cet exemple met à jour autre forme de patrimonialisation que celle qui s’est manifesté par exemple contre la destruction des Halles de Paris construites par Victor Baltard, et qui fit grand bruit aussi au même moment. Le combat pour la sauvegarde de la Petite Roquette ne se mena pas tant du côté d’un large public, comme se fût le cas pour les Halles, mais semble avoir été du ressort d’un groupe plus restreint d’intellectuels, concernés de près ou de loin par la problématique architecturale et carcérale. L’opposition fut farouche de la part de Michel Foucault et de l’Association pour la sauvegarde du Panopticon de la Petite Roquette15, dont les membres étaient en majorité des architectes, des historiens de l’art et des philosophes, hostiles à la destruction de cette prison, car symbole des théories pénitentiaires des années 1820-1830 appliquées aux enfants. Cette controverse révèle la considération nouvelle de l’objet carcéral : on voit là les prémisses de la prise de conscience d’un patrimoine architectural qui n’est pas nécessairement noble ou esthétique, ni positif, mais devant être considéré comme faisant partie intégrante de l’histoire commune, par ce qu’il révèle des méthodes de punition des siècles précédents. La formule de Philippe Artières, « la conservation comme lutte »16, résume magistralement cette révolte contre l’oubli et la destruction des traces et de la mémoire de l’histoire pénitentiaire du XIXe siècle, des hommes et des bâtiments qui les ont retenus ; l’action de sauvegarder et de protéger est bien en ce sens une lutte politique et intellectuelle.

Conclusion

28Ce tour d’horizon rapide des évolutions des représentations discursives et visuelles de l’architecture carcérale montre un XIXe siècle et un XXe siècle, développant des représentations de la prison divergentes. Face à une opinion publique rétive à la dépense, eux-mêmes hostiles à la création de prisons trop remarquables, les experts du XIXe siècle exigent des architectes qu’ils construisent au plus simple, au plus discret et au plus économique. Comme le prouve par exemple la prison d’Autun, les expérimentations typologiques et les recherches spatiales et techniques n’ont pas été, loin s’en faut, absentes de ce siècle. Au cours du XXe siècle, la lenteur à faire entrer l’architecture carcérale dans le débat sur le patrimoine tient sans doute aussi à l’invisibilité des lieux, cachés par le mur d’enceinte et interdit à la visite, et on peut supposer que l’ouverture progressive quoique relative des établissements pénitentiaires à des intervenants extérieurs, à des associations, a permis de rendre plus visible et plus sensible la question de la conservation et de la sauvegarde de ces lieux.

29Aujourd’hui, une dimension nouvelle de l’appréciation de la prison mériterait des recherches plus approfondies, celle du tourisme noir des établissements pénitentiaires, qui s’articule avec la question du patrimoine et qui révèle un attrait pour les lieux cachés, parfois sordides, du crime et de la punition. La prison d’Alcatraz dans la baie de San Francisco ou celle de Cherry-Hill à Philadelphie sont exemplaires de ce mouvement d’ouverture aux touristes de quête de frissons ; les cellules des criminels connus sont mises en scène, on y simule l’enfermement des visiteurs, ou encore la ‘dégustation’ du pain servi aux prisonniers des différentes prisons du pays est proposé… L’espace d’enfermement est exposé de manière sensationnelle, loin d’un effort de connaissance objectif tourné uniquement vers la compréhension et la connaissance de l’histoire des lieux. Si la pratique de la visite de prisons existe dès le XIXe siècle, qui voit le développement d’un tourisme pénitentiaire s’apparentant plutôt à la visite de bâtiments par des experts pour découvrir de nouveaux modèles ou de nouvelles gestions de la détention, l’approche contemporaine du grand public est bien différente. Le succès de l’ouverture de la prison de la Santé pour les Journées du Patrimoine en 2014 en est la preuve ; la prison désaffectée attire la curiosité, et le grand public a une conscience plus nette que l’architecture carcérale est aussi une trace majeure de l’histoire de la punition et des peines en France.

Haut de page

Notes

1 Amédée Rouvin, « Prisons d’Ille-et-Vilaine », Bulletin de la Société générale des prisons, n°1 janvier 1892, p. 72.

2 Les réseaux d’experts internationaux (les congrès pénitentiaires notamment) et nationaux (la Société générale des Prisons à partir de la IIIe République) ont comme objectif la mise au point de théories nouvelles d’enfermement, cherchent à promouvoir une « science pénitentiaire ». Ils sont composés de différentes professions ; directeurs de prisons, membres des Ministères ayant à charge les prisons, hauts fonctionnaires, procureurs et juges, professeurs de droit, magistrats, avocats, médecins, représentants des différents clergés, architectes, entre autres.

3 Le Congrès pénitentiaire de Francfort-sur-le-Main, les 28, 29 et 30 septembre 1846, organisé sur une initiative privée, en même temps qu’un congrès de jurisconsultes, d’historiens et de philologues. Les instigateurs sont des acteurs majeurs de la question pénitentiaire du milieu du XIXe siècle, notamment Aubanel pour la Suisse, Ducpétiaux pour la Belgique, Jebb pour l’Angleterre, Mittermaier pour l’Allemagne et Moreau-Christophe pour la France. 75 personnes sont présentes, venues de 10 pays.

4 Le Congrès pénitentiaire de Bruxelles, les 20, 21, 22 et 23 septembre 1847, organisé sur une initiative privée également, avec la majorité des instigateurs du Congrès de Francfort. 193 personnes sont présentes, représentant 15 pays au total.

5 Voir la loi du 5 juin 1875 sur le régime des prisons départementales.

6 Voir les travaux de Martine Kaluszynski à propos de ce réseau de réformateurs français, dont certains membres sont aussi très actifs dans le réseau des congrès pénitentiaires internationaux.

7 Par exemple l’article « Palais et masures, Une visite aux Prisons de Paris », Le Radical, 5 janvier 1912, qui évoque ce que « le populaire appelle ‘Fresnes-Palace’ ».

8 Bulletin de la Société générale des Prisons, n°2, février 1907, article 1, p. 191: « Ce qu’on veut faire, ce serait, permettez-moi l’expression, la « Prison-Éden ». On l’a déjà fait un peu à Fresnes, on a cherché à donner aux prisonniers – je ne dirai pas l’hygiène, sur ce point, je ne trouverai jamais qu’on fasse trop – mais on leur a donné encore autre chose ; un confortable qu’ils n’auraient jamais chez eux et qui leur fait trouver la prison – cela existe déjà – plus confortable que leur intérieur. »

9 La maison centrale de Rennes apparaît à plusieurs reprises entre 1878 et 1912 dans les Bulletins de la Société générale des prisons (notamment l’article n° 4 mai 1892 : « Maison centrale des femmes de Rennes », par A. Rouvin).

10 Ibid. p. 611.

11 L’Architecture, n°10, mars 1914, p. 76.

12 L’Architecture, n°6, juin 1936, p. 197-199.

13 L’Architecture, n°19, mai 1914, article « L’architecture au Salon de 1914 », p. 156, à propos d’un projet de prison départementale d’Indre-et-Loire par l’architecte Boille.

14 Françoise Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil, 1996 et Le patrimoine en question, Anthologie pour un combat, Paris, Seuil, 2009.

15 Notamment composée de Guillaume Gillet, d’André Chastel, de Bruno Foucart et de Michel Vernes.

16 Philippe Artières, « La photographie, un anti-monument de la prison », Dedans-Dehors, n°70-71, 2009, p. VIII-IX.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Entrée de la prison Saint-Gilles à Bruxelles vers 1904
Crédits Source : Collection de Dexia Banque.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Photographie aérienne de la prison de Saint-Gilles à Bruxelles
Crédits Source : CHDStG, Belfotop, 1973.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Maison centrale de force et de correction pour 1000 femmes
Légende Archives de Rennes, 2 Fi 688 : Maison centrale de force et de correction pour 1000 femmes, Rennes. Extrait de l’encyclopédie d’architecture, Alfred NORMAND, 1880.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Carte postale de l’entrée de la maison centrale de Rennes
Crédits Source : Wiki Rennes.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre La Prison La Santé - planche 34
Légende Le moniteur des architectes, juin 1874.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Réalisation de la porte de la prison de Lille par Carlos Batteur
Légende L’Architecture, n°10, volume 27, semaine du 7 mars 1914, p. 77.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Photographie de l’entrée de la prison départementale des Baumettes
Légende L’Architecture, n°6, juin 1936, p. 198.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Entrée de la prison départementale des Baumettes
Légende La Construction moderne, n°27, mai 1937, p. 570.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Maison d’arrêt de Toulouse, porte d’entrée, vue de la rue, 1929 (Henri Manuel)
Crédits Source : ENAP, Fonds Manuel, M-04-001.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Vue aérienne actuelle de la prison de Niort
Crédits Source : La Nouvelle République, 3 août 2010.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Le début des travaux de démolition de la Petite Roquette en 1973
Crédits Source : Criminocorpus.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Plan de la prison d’Autun
Crédits Source : Archives départementales de Saône-et-Loire calque AD 71, 4N.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7508/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Besson, « Les paradoxes de la notion de patrimoine architectural des prisons ; évolutions historiques de la conception et du regard sur la prison bâtie », Criminocorpus [En ligne], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Communications, mis en ligne le 14 septembre 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7508

Haut de page

Auteur

Elsa Besson

Architecte, docteur en histoire de l’art de l’Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search