Skip to navigation – Site map

HomeWorkshop and Conference ProceedingsEspaces de détention : territoir...CommunicationsLes images négociées

Communications

Les images négociées

Michel Semeniako

Full text

Introduction aux images négociées

1Le travail photographique que j’ai réalisé avec des personnes incarcérées s’inscrit plus généralement dans une exploration de l’enfermement comme une dimension de la condition humaine. Le terme populaire « taule », depuis le XIXe siècle, ne désigne-t-il pas, non seulement la prison, mais aussi la maison ? (la « taule à mézigue » de Vidocq = chez moi), la maison close, le lieu de travail, le lycée c’est le bahut, sans parler de la boîte où l’on sort (paradoxe !) le samedi soir.

2Tout a commencé un jour de 1983 où l’association Le Cheval bleu, dont l’objet était d’ouvrir les portes des hôpitaux psychiatriques, a proposé à des artistes de s’associer à sa démarche. Le projet était de créer des œuvres sur et dans les institutions psychiatriques. En tant que photographe de paysages et d’architectures, on me sollicita particulièrement pour travailler sur l’espace de l’enfermement : les murs de l’hôpital.

3Une visite à l’hôpital Sainte-Anne, à Paris, me persuada immédiatement que non seulement les murs isolent du monde, mais créent un autre monde en leur sein. Pour seul exemple, la visite que j’ai pu rendre à cet homme interné sur demande de sa famille pour avoir fait de multiples chèques sans provisions. Incapable de se réinsérer dans le monde, après tant d’années d’enfermement, il était devenu le banquier des autres patients : il stockait des objets que l’on déposait dans sa chambre, en évaluait la valeur d’échange, et gérait ainsi le flux de ces transactions entre patients. Il vivait au milieu d’un bric-à-brac invraisemblable. Il était aussi un très bon joueur d’échecs. J’avais constaté la place symbolique occupée par les objets, qu’ils soient personnels ou appartenant au lieu, souvent ils étaient le seul trait d’union avec « l’extérieur ». L’humain, c’est précisément un être qui a comme caractéristique de faire un monde de relations chaudes avec des objets froids. Force était de constater que ce que je voulais montrer ne pouvait se réaliser sans une collaboration étroite avec les patients et que mon rôle serait de faire émerger cet imaginaire en proposant un dispositif qui permette au patient d’avoir prise sur l’image, tout en assurant la gestion de la partie technique : c’est cette démarche que j’ai appelé « portrait négocié ». L’objectif est de réaliser, une photographie en impliquant un protagoniste dans la production de son autoportrait selon une procédure préalablement définie. Cette démarche n’est pas née d’une réflexion esthétique sur la position de l’auteur, bien qu’elle converge avec d’autres recherches en art contemporain qualifiées d’art participatif ou contextuel ou d’intervention.

Atelier maison d’arrêt de la Santé

4Cet atelier est né en 2009 du projet d’exposition au musée Carnavalet « L’impossible photographie, prisons parisiennes, 1851-2010 » dont Catherine Tambrun était la commissaire. Il va sans dire que ce travail s’est fait en concertation avec l’administration pénitentiaire.

Moussa, atelier de photographie M. Séméniako, maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2008.

Moussa, atelier de photographie M. Séméniako, maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2008.

M. Séméniako

5J’ai donc proposé de réaliser un travail d’autoportraits avec une dizaine de détenus. Un stage d’initiation à la photographie de cinq jours a précédé ces prises de vues. Y participaient une quinzaine de détenus volontaires autour du thème « Portraits sans visages ». Je souhaitais, au-delà de l’interdiction de représentation faite par l’administration, démontrer que l’on peut réaliser un portrait sans nécessairement voir les « traits » d’une personne et aller ainsi au-delà des conventions et des apparences. Faire comprendre que le portrait « en creux » est ontologiquement photographique. J’ai proposé à douze détenus volontaires de réaliser, dans leur cellule, un autoportrait symbolique dans lequel chacun pourra projeter son identité sans y être physiquement représenté. Sous la forme d’une installation, en utilisant les objets quotidiens disponibles dans sa cellule, le détenu construit une représentation de lui-même. Il met en jeu son imaginaire à travers ce principe d’équivalence. L’image qui en résulte est immédiatement visualisée (procédé numérique) et validée puis co-signée par le détenu et moi-même. J’ai ajouté une deuxième image, en contrepoint de cette affirmation identitaire: la représentation de la cellule vue du pas de la porte. Cette image documentaire « muette » se juxtapose à l’image négociée « parlante », elle a pour but premier d’informer le spectateur sur le réel des conditions d’incarcération mais également de situer les objets dans leur contexte.

6En choisissant et organisant les objets de leur quotidiens ils donnent à voir des signes de leur réel : la boîte de Ricorée, la « chauffe » pour cuisiner, les fruits et légumes plus ou moins avariés, le tabac à rouler mais aussi le désir de parole avec les titres des livres et des coupures de journaux ou l’image de la télé... Lorsque leur présence évoque une identité culturelle, politique ou sociale, ils deviennent le support d’un récit intime et collectif. L’embrayeur de chaque installation se situe entre le réel des choses et leur appropriation qui les constituent en un double imaginaire, comme une affirmation de dignité, une expérience de la liberté, un travail de re-symbolisation.

Portrait négocié avec M. Séméniako de J.L.C., maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2009

Portrait négocié avec M. Séméniako de J.L.C., maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2009

M. Séméniako

7J.L.C. est considéré par tous comme un « aristo » du grand banditisme. À 60 ans, il a de nombreuses années de détention derrière lui. Dans sa composition figurent ses attirances « exotiques ». Son amie chinoise (photo) lui envoie des lettres en caractères chinois qu’il ne peut lire, mais son voisin Chinois qui ne parle pas le français, lui traduit en Anglais, en échange, J.L.C. lui sert d’interprète (Anglais-Français) avec l’administration (d’où la note affichée). Par ailleurs, il a installé sa mère au Maroc, d’où les sardines Tagine et la photo de la petite amie locale.

Portrait négocié avec M. Séméniako de Xie Xiang, maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2009.

Portrait négocié avec M. Séméniako de Xie Xiang, maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2009.

M. Séméniako

8Xie Xiang est Chinois, il parle très peu le français et partage sa cellule avec deux autres Chinois. Peu d’objets personnels, la presse Chinoise, une édition bilingue du Petit Prince (encore la bibliothèque – très présente, la brochure des Alcooliques anonymes (qui interviennent dans l’établissement) et une photo et une lettre de la fiancée, son soutien, qui vit à Montpellier.

Atelier maison d’arrêt Château-Thierry

9Durant l’été 2010, à la demande du centre pénitentiaire de Château-Thierry, j’ai conduit un stage d’initiation à la photographie auprès de cinq détenus en longues peines en soins psychiatriques. Ils ont photographié les lieux de détention en recherchant à exprimer, en images, leur ressenti de la prison. Je les ai également invités à réaliser leur autoportrait symbolique en mettant en scène des objets de leur choix qu’il a photographié en concertation avec eux. En réalisant ce portrait en « creux », le travail de réappropriation de l’espace s’est conjugué avec un processus de construction identitaire.

10Prises de vues : Les détenus ont travaillé dans les espaces accessibles de la prison sur le thème « L’esprit des lieux ». La nécessité de rester groupés nous a conduits à commencer par un repérage, suivi d’une discussion pour déterminer l’espace dans lequel tout le groupe va travailler, puis nous avons réalisé les prises de vues et les avons traitées en salle informatique. Ces images, selon les désirs des détenus, documentent le lieu (description visuelle), expriment des sensations (détails, lumières, matières).

Infirmerie, atelier de photographie M. Séméniako, maison d’arrêt de Château-Thierry.

Infirmerie, atelier de photographie M. Séméniako, maison d’arrêt de Château-Thierry.

M. Séméniako

Conclusion

11Chacun a voulu donner forme au récit secret de l’intime, comme une énigme à déchiffrer offerte au spectateur, une affirmation que le sensible et l’humain sont toujours présents, même derrière les murs.

12Ce travail de retour sur soi participe d’un processus de reconstruction symbolique que seule la culture rend possible (et il faut saluer tous les efforts du SPIP en ce sens, mon intervention n’étant qu’une goutte d’eau) et rendant tout son sens à la définition du symbole dans la Grèce antique : « sumbolon » : objet coupé en deux constituant un signe de reconnaissance quand les porteurs pouvaient les assembler. C’est à ce travail refondateur qui lie les humains entre eux que nous nous sommes attaché durant ces deux ateliers.

Top of page

List of illustrations

Title Moussa, atelier de photographie M. Séméniako, maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2008.
Credits M. Séméniako
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7518/img-1.png
File image/png, 2.4M
Title Portrait négocié avec M. Séméniako de J.L.C., maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2009
Credits M. Séméniako
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7518/img-2.png
File image/png, 1.4M
Title Portrait négocié avec M. Séméniako de Xie Xiang, maison d’arrêt de Paris-la-Santé, 2009.
Credits M. Séméniako
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7518/img-3.png
File image/png, 1.7M
Title Infirmerie, atelier de photographie M. Séméniako, maison d’arrêt de Château-Thierry.
Credits M. Séméniako
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/7518/img-4.png
File image/png, 2.4M
Top of page

References

Electronic reference

Michel Semeniako, « Les images négociées », Criminocorpus [Online], Espaces de détention : territoires, patrimoines et lieux vécus, Communications, Online since 14 September 2020, connection on 25 October 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7518

Top of page

About the author

Michel Semeniako

Photographe

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search