Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus2020Stephen A. Toth, Mettray. A Histo...

Stephen A. Toth, Mettray. A History of France’s Most Venerated Carceral Institution

New York, Cornell University Press, 2019, 263 p.
Jean-Lucien Sanchez
Référence(s) :

Stephen A. Toth, Mettray. A History of France’s Most Venerated Carceral Institution, New York, Cornell University Press, 2019, 263 p.

Notes de la rédaction

Ce compte rendu a été publié une première fois en anglais dans la revue suivante : International Review of Social History, volume 65 issue 2, 2020, p. 361-363.

Texte intégral

  • 1 Voir également l’ouvrage publié sous la direction de Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophi (...)
  • 2 Henri Danjou, Enfants de malheur ! Les bagnes d’enfants, Paris, Albin Michel, 1932.
  • 3 Jean Genet, Miracle de la Rose, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1977.
  • 4 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèqu (...)

1L’ouvrage de Stephen A. Toth, professeur associé en Histoire moderne européenne à l’Université de l’État d’Arizona, est une monographie consacrée à l’histoire de la colonie pénitentiaire et agricole de Mettray1. Fondée en 1840 par Frédéric-Auguste Demetz, cette institution avait pour objectif de permettre la réhabilitation sociale de jeunes délinquants en les soumettant à des travaux agricoles censés favoriser leur régénération morale. Ancêtre des « bagnes d’enfants » que dénoncera le journaliste Henri Danjou en 19322, la colonie de Mettray est passée à la postérité notamment grâce au récit qu’en a fait un de ses plus célèbres pensionnaires, Jean Genet, dans son ouvrage Miracle de la Rose3, et, également, grâce au chapitre que lui a consacré Michel Foucault dans son ouvrage Surveiller et punir4. Comme le développe Stephen A. Toth dans l’introduction de son ouvrage (p. 1-17), Mettray constitue selon Foucault le modèle disciplinaire le plus abouti et l’achèvement du système carcéral moderne depuis sa naissance à la fin du XVIIIe siècle (sous la forme d’une peine d’emprisonnement organisée par le code pénal de 1791). Tout en ouvrant un chantier de recherche extrêmement stimulant pour les historiens, le philosophe leur a également légué une « boîte à outils » conceptuelle que Stephen A. Toth s’emploie à questionner et à mettre en œuvre en proposant tout à la fois à une histoire du pouvoir (en portant une attention particulière sur les résistances qu’il suscite) et une histoire des corps juvéniles soumis aux canons injonctifs de la masculinité d’une époque. Pour ce faire, Stephen A. Toth plonge son lecteur dans une micro-histoire alimentée par une riche bibliographie et, surtout, par un dépouillement exhaustif des fonds d’archives de la colonie pénitentiaire de Mettray conservés aux Archives départementales d’Indre-et-Loire.

2Durant la première moitié du XIXe siècle, des philanthropes, des réformateurs pénaux et des magistrats s’intéressent à la question de la délinquance juvénile et à ses causes (« Origins », p. 18-42). Issus des classes populaires, les jeunes « gavroches » qui arpentent les trottoirs parisiens sont considérés comme les victimes d’une éducation défaillante dispensée par des familles trop pauvres pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Pour remédier à cette situation, l’avocat Frédéric-Auguste Demetz imagine un système de prise en charge des mineurs délinquants destiné tout à la fois à leur éviter la prison où ils subissent l’influence délétère des adultes et à les éloigner de la corruption des grands centres urbains (notamment de Paris). Demetz, en s’inspirant des modèles qu’il a découverts au gré des voyages d’étude qu’il effectue aux États-Unis et en Europe, élabore un projet de colonie pénitentiaire où les jeunes « colons » sont soumis à un système de réformation morale qui se présente sous le jour d’une véritable « famille » de substitution. Sous la houlette de « chefs de famille », ils y sont soumis à des travaux ruraux censés favoriser leur régénération en les rapprochant de la nature et en leur permettant d’acquérir une formation agricole aux fins de repeupler les campagnes (p. 32). Implantée sur des terres cédées par le vicomte Hermann de Brétignières de Courteilles (qui dirige la colonie avec Demetz jusqu’à sa mort en 1852), la colonie de Mettray est aménagée à partir de 1839 et reçoit ses premiers pensionnaires l’année suivante. Les mineurs qui y sont incarcérés sont : soit des criminels acquittés pour avoir agi « sans discernement » (article 66 du code pénal) ; soit des condamnés à des peines d’emprisonnement de six mois à deux ans ; soit des enfants et des adolescents soumis à une mesure de « correction paternelle », c’est-à-dire incarcérés à la demande de leurs pères (ceux-ci sont incarcérés à Mettray dans une « maison paternelle » à laquelle l’auteur consacre un chapitre de son ouvrage aux pages 137 à 163). La colonie est composée d’une chapelle centrale flanquée de dix pavillons et d’un quartier disciplinaire. Cette disposition architecturale traduit dans la pierre l’importance de la religion qui demeure, avec le travail, la pierre angulaire de l’œuvre de rééducation morale mise en œuvre à Mettray.

3Même si les bâtiments ne sont entourés d’aucun mur de clôture, le régime disciplinaire en vigueur à la colonie de Mettray apparente cette institution à un véritable pénitencier, objet du second chapitre de l’ouvrage (« Regime », p. 43-77). Les enfants sont divisés en « familles » réparties par pavillon avec à la tête de chacune d’entre elles un « chef de famille » chargé d’appliquer une discipline de type militaire à laquelle les colons doivent obéir sans faillir. Il s’agit de contremaîtres qui sont directement formés à Mettray et qui sont secondés dans leur tâche par un « frère ainé » choisi parmi les colons les mieux notés. La journée des colons commence à 5 heures du matin et s’achève à 21 heures. Son déroulement est immuable et se réparti autour de huit heures de travail manuel, d’une heure et demie d’instruction et de deux heures quarante-cinq minutes consacrées aux repas et aux récréations. Ce n’est que pendant ces temps de récréation que les colons sont autorisés à parler. Le reste des activités doit s’effectuer dans un silence absolu. Durant les week-ends, les colons sont essentiellement occupés à des exercices de gymnastique et à une « parade » dominicale où ils doivent participer à une revue militaire. Ces différentes activités sont censées leur inculquer des valeurs de virilité et de masculinité destinées à les transformer en « citoyens-soldats » (p. 59). Ceux qui ne se plient pas à cette sévère discipline s’exposent à tout un ensemble de punitions.

4Mais malgré cette menace, nombreux sont les colons qui opposent une résistance à l’institution et à son implacable règlement, objet du second chapitre de l’ouvrage (« Resistance », p. 78-104). L’auteur liste ainsi les différents types de refus opposés par les colons qui s’échelonnent des pratiques homosexuelles à la consommation de tabac, ou à la pratique du tatouage ou aux tentatives d’évasions. Au fil des ans, le régime disciplinaire en vigueur à Mettray fait néanmoins l’objet de vives critiques, notamment de la part de la presse et d’une partie du personnel politique légitimement choqués, à partir des années 1880, par le niveau de violence qui règne dans la colonie (« Discord », p. 105-136). Ces critiques conduisent à discréditer une institution qui traverse trois scandales (en 1887, en 1909 et durant l’entre-deux guerres) qui vont avoir un important retentissement dans la société française et conduire à sa fermeture, le 5 novembre 1937 (« Denouement », p. 164-194). D’un projet résolument utopique, s’articulant autour d’une représentation optimiste nourrie par les réformateurs de la première moitié du XIXe siècle à l’endroit des mineurs délinquants, Stephen A. Toth présente la très intéressante histoire d’une institution marquée par une lente dérive vers un modèle strictement autoritaire et punitif.

Haut de page

Notes

1 Voir également l’ouvrage publié sous la direction de Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophie Chassat, Éduquer et punir. La colonie agricole pénitentiaire de Mettray (1839-1937), Rennes, PUR, 2005.

2 Henri Danjou, Enfants de malheur ! Les bagnes d’enfants, Paris, Albin Michel, 1932.

3 Jean Genet, Miracle de la Rose, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1977.

4 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires », 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Lucien Sanchez, « Stephen A. Toth, Mettray. A History of France’s Most Venerated Carceral Institution », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 09 novembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7693

Haut de page

Auteur

Jean-Lucien Sanchez

Jean-Lucien Sanchez est docteur en histoire, chargé d’étude et de recherche en histoire au ministère de la Justice (DAP/Me5), membre du Centre pour les humanités numériques et pour l’histoire de la justice (CLAMOR, UMS CNRS 3726) et chercheur associé au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP UMR CNRS 8183).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search