Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Châtiments symboliques et imaginésPrésentation des actes de la jour...Châtiments symboliques et imaginés

Présentation des actes de la journée d'étude

Châtiments symboliques et imaginés

Ivan Burel

Texte intégral

Carlo Dolci : Salomé avec la tête de Saint Jean Baptiste (1665/1670)Afficher l’image
Crédits : Image libre de droits (wikipédia)
  • 1 Dante Alighieri, La Divine Comédie, L’Enfer, Chant XIII, traduction par Félicité Robert de Lammenai (...)

« O âmes qui êtes venues pour voir l’indigne saccage qui m’a ainsi dépouillé de mes feuilles, recueillez-les au pied de la tige. Je fus de la cité qui substitua Baptiste à son premier patron ; c’est pourquoi celui-ci l’affligera toujours avec son art : et n’était qu’au passage de l’Arno, de lui se voient encore quelques restes, les citoyens, qui de nouveau la fondèrent sur les cendres laissées par Attila, auraient travaillé en vain. De ma maison je me fis un gibet1 »

  • 2 « Châtiment », in Le Dictionnaire Larousse [en ligne]

1S’intéresser au châtiment fait apparaître la polysémie d’un terme aujourd’hui devenu un sujet abondamment étudié par le monde de la recherche nationale et internationale. Si une définition courante l’associe à une « peine sévère, en général, qui frappe un coupable, qui punit une faute2 », l’historiographie prouve, d’une part, qu’il est impossible de la dresser ici de façon exhaustive et, de l’autre, que les angles d’approches sont beaucoup plus riches et variés.

  • 3 Loin de pouvoir citer l’ensemble des publications sur la thématique, nous renvoyons – entre autres (...)
  • 4 Nadia Al-Bagdadi, David Marno, and Matthias Riedl, Perspectives, Histories, Persistence, Budapest, (...)

2Depuis la société de l’honneur médiévale jusqu’à celles des périodes contemporaines, le châtiment se dévoile sous des aspects différents qu’il convient de contextualiser et d’appréhender à l’aune de l’interdisciplinarité3. Un châtiment peut en effet renvoyer à une conception juridique et une application judiciaire de la punition ; à un châtiment pénal qui, de sa forme la plus légère à la plus sévère, s’entend aussi bien par une peine de prison, une mutilation, une peine de mort que par tourments divins et des supplices éternels infligés en enfer. La forme de ce châtiment est elle-même plurielle : il peut tout autant être corporel – i.e. frapper directement le corps– mais être également idéel, à l’image – par exemple – de la littérature apocalyptique recouvrant dès ses premiers écrits une dimension politique, promettant les pires maux au mauvais gouvernant4. Mais le châtiment ne saurait être exclusivement ramené à un cadre pénal ou légal. Il peut en effet renvoyer à un cadre extra-légal, comme celui de la vengeance et de la vendetta, et ainsi poser la question de sa nature même : un châtiment peut-il être lui-même un crime ?

  • 5 Laura J Poulosky, Severed heads and martyred souls: crime and capital punishment in French romantic (...)
  • 6 Guy Geltner, Flogging Others, corporal punishment and cultural identity from antiquity to the prese (...)

3Le châtiment n’est donc pas du seul ordre juridique, judiciaire ou politique. Il renvoie à une question d’histoire sociale, interrogeant la place de la norme et des processus répressifs dans l’organisation sociétale. Sur le plan culturel, l’importance accordée aux représentations du châtiment dans les arts et lettres représente une dimension à ne pas négliger5. De même, l’étude du châtiment peut encore se faire par le prisme du genre, par l’études des conceptions et des conceptions religieuses, par l’étude du châtiment dans les institutions disciplinaires ou les processus éducatifs ou constitutifs des identités, etc6. Enfin, la cible de ce châtiment est à interroger. Si le châtiment peut ne viser qu’une personne – comme le criminel passant sur l’échafaud –, il peut aussi frapper une institution – ainsi la dissolution du Parlement anglais par Charles II en 1681 pour s’être opposé à ses mesures religieuses –, une société, si ce n’est la planète entière, comme le mythe originel du Déluge, décrit dans la Genèse.

4Ces multiples considérations nous amènent donc à traiter le châtiment non comme une seule conception monolithique, mais comme un concept à conjuguer au pluriel : des « châtiments ». Les divers questionnements et pistes de recherches nous poussent également à éclairer les châtiments sous leurs diverses dimensions : des châtiments vécus, subis, ressentis, qui peuvent tout aussi bien être corporels ou rester de l’ordre de l’idéel. Des châtiments dont l’élaboration permet d’interroger les rapports entretenus par une société avec le crime et le criminel. Pour ce faire, nous avons décidé de nous intéresser aux parts symboliques et imaginées que pouvaient incarner le châtiment. Une thématique qui, si elle peut se rattacher à certains aspects des ouvrages précédemment traités, n’a pas fait l’objet d’une contribution pleinement consacrée à l’aspect du châtiment relié à ces deux notions.

  • 7 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, Robert Laffont, 2019, p XI.
  • 8 Dominique Jameux, « SYMBOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne],
  • 9 Graeme R Newman, Civilization and Barbarism, Punishing Criminals in the Twenty-First Century, Alban (...)
  • 10 Yves Castan, « Exemplarité judiciaire, caution ou éveil des études sérielles », in Histoire sociale (...)

5Le symbole est en effet relié à l’imagination, constituant le « cœur de la vie imaginative7 », renvoyant à l’allégorie, à la « concrétisation8 » d’une image abstraite, imaginée. Le symbole renvoie au rêve mais également à des impacts sensibles et présents dans notre vie quotidienne. Allier le châtiment au symbole, c’est interroger trois points. Nous pouvons étudier le châtiment rendu de façon symbolique, de sorte à marquer les esprits, à envoyer un message politique ou imagé à un public. On peut songer aux mutilations faites sur les cadavres post-mortem, illustrées par Goya dans ses Désastres de la Guerre, ou à l’humiliation infligée par Achille à la ville de Troie en s’en prenant à la dépouille d’Hector. Nous nous rattachons de ce fait aux travaux faisant du châtiment un « spectator’s sport9» tout comme ceux d’Yves Castan sur l’« exemplarité judiciaire », celle visant de manière explicite à « “faire un exemple” quand l’opportunité y convie10 ». Dans un deuxième temps, ce type de châtiment désigne l’atteinte portée au symbole, ce afin de mieux frapper l’adversaire : on peut songer aux attaques lancées contre les emblèmes de l’ennemi, et on ne compte plus les incidents où une foule – de façon spontanée, ou manipulée – déchire, brûle un drapeau adverse, ce afin de le châtier de façon allégorique. Au-delà des objets, évoquons de même les dommages infligés à des institutions ou bâtiments représentant l’adversaire, afin de mieux rendre exemplaire son abaissement, tel le drapeau rouge planté sur les ruines du Reichstag par les soldats soviétiques en 1945. Un troisième axe à étudier désigne le processus faisant d’une vengeance, d’un procès, d’une décision juridique le symbole du bon ou mauvais gouvernement. Le châtiment est construit a posteriori comme l’incarnation de l’arbitraire, d’une mauvaise décision ; effacer ce châtiment, le corriger, revient alors à faire preuve de justice, à l’image des combats politiques liés à l’Affaire Dreyfus.

  • 11 Mitchelle B Merback, The Thief, the Cross and the Wheel. Pain and the Spectacle of Punishment in Me (...)
  • 12 On peut évoquer par exemple l’abbé J. Olive, Les Châtiments que Dieu va imposer à la France et à l' (...)
  • 13 Aris Mousoutzanis, Fin-de-siècle fictions, 1890s-1990s : apocalypse, technoscience, empire, New-Yor (...)

6Intimement lié au symbole, l’imaginaire du châtiment constitue un deuxième pan de ce recueil. Les châtiments imaginés relèvent de plusieurs dimensions. Il peut s’agir d’un châtiment relevant du fantasmatique, de l’imagination de ceux craignant cette punition. Ainsi, une peine dont la cruauté, la dureté seraient exagérées par les contemporains, voire si cette peine elle-même était une possible invention, tel « l’aigle de sang » des Vikings, supplice particulièrement atroce infligé aux captifs et dont la véracité est remise en question par la recherche scientifique. De même, nous pouvons interroger les images qui entourent un châtiment, particulièrement une peine capitale, et la dimension religieuse l’entourant ; Mitchell Merback a montré comment le châtiment s’était progressivement sécularisé au sein des États modernes afin de rompre avec l’aura religieuse entourant l’échafaud11. Imaginer un châtiment revient aussi à le concevoir, à théoriser le châtiment qui serait le plus dissuasif à l’égard des potentiels criminels. Ce châtiment servirait alors à imaginer le meilleur moyen d’améliorer une société, notamment dans la logique pénale apparaissant au Siècle des Lumières, avec des juristes tel Beccaria. Le châtiment imaginé est enfin celui imaginé par le récit, qu’il soit de l’ordre du pamphlet prophétisant les pires maux pour une société pécheresse12, de l’œuvre picturale ou du récit dystopique, si ce n’est apocalyptique ou postapocalyptique13.

7Nous nous inscrivons de ce fait dans plusieurs axes de recherche du laboratoire IRHiS, auxquels les contributeurs de ce recueil sont pour la plupart rattachés. Le laboratoire donne une place notable à l’étude de l’organisation des pouvoirs au sein des sociétés et États et, de ce fait, aux répressions qui accompagnent l’édification de ces normes. De même, l’interrogation sur la place de l’imaginaire dans l’élaboration des matérialités, l’usage et les représentations accompagnant les objets occupe une part importante des travaux de l’IRHiS. Suite à la journée d’études jeunes chercheurs « Lois, Crimes, Châtiments », tenue à l’Université de Lille le 12 février 2020, nous avons souhaité poursuivre les problématiques évoquées lors de cet évènement, aussi bien lors des interventions qu’à l’occasion des échanges avec le public et entre intervenants. Dès lors, les communications furent retravaillées de sorte à préciser le propos – s’ajoutant à de nouvelles contributions d’intervenants n’ayant pas pris part à la journée – à les inscrire dans une problématique alliant le châtiment aux usages du symbole et de l’imaginaire.

  • 14 Nicolas Machiavel, Le Prince, Ivrea, 2001.
  • 15 John Pocock, Le Moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine at (...)

8Dans un premier temps, trois interventions traitent des châtiments symboliques et imaginés employés dans l’art du gouvernement.
Machiavel conseille au Prince idéal, dans le fameux chapitre XV de son dernier ouvrage, d’apprendre à ne pas être bon14, ce afin de préserver son autorité sur la cité et de survivre. Si l’imaginaire du « machiavélisme » a depuis longtemps été remis en cause15, et que la subtilité de l’œuvre machiavélienne est pleinement reconnue, la part d’un imaginaire de la cruauté, de la mauvaiseté du prince dans son action reste à interroger. Marie-Hélène Méresse (IRHiS, UDLille ; LaRHis, UCLouvain) traite de cette cruauté alors que le Moyen Âge finissant cède place à l’époque moderne, remettant en cause un imaginaire du pouvoir reposant sur la recherche d’un Bien commun au sein de la cité. Le monopole progressif de l’usage du châtiment en matière judiciaire, revendiqué par l’État moderne en émergence, pose ici question au regard des pratiques princières. Critiquées par leurs contemporains, ces pratiques peuvent-elles quitter le cadre du légitime châtiment pour basculer vers celles, non avouées, d'une vengeance personnelle, rendue possible par une inflexion du discours de souveraineté ?

9À l’inverse, le châtiment peut être conçu de sorte à contribuer à l’avancement de la société. Ainsi des sciences camérales, cherchant à imaginer le meilleur gouvernement possible alors que l’Aufklärung influence les élites des États germaniques. Olivier Coelho (IRHiS ULille et Université Ludwig-Maximilian de Munich) étudie en détail l’œuvre de Joseph von Sonnenfels et ses réflexions en matière de réforme pénale au XVIIIe siècle, en Autriche. Par l’étude de ses Grundsätze, nous découvrons comment ce juriste s’inscrivant dans la pensée progressiste des Lumières entend faire du châtiment un instrument rationnel, destiné tout à la fois à maintenir l’ordre intérieur et à contribuer à améliorer la société de son temps.

10Lorsque les évènements révolutionnaires touchent le royaume de France à compter de 1789, les victimes de la veille peuvent aisément être réhabilitées par les gouvernants du lendemain. Stanislas de Chabalier (IRHiS, ULille) s’emploie à questionner la punition puis l’amnistie des soldats suisses du régiment de Châteauvieux qui se révoltent en août 1790 avant de connaître un châtiment judiciaire exemplaire. À compter de l’année 1791, les Suisses passent, aux yeux d’une part importante de l’opinion publique, au rang de victimes frappées par un châtiment injuste, venant à incarner pour la nouvelle Assemblée Législative le symbole de la répression cruelle et outrancière de l’Ancien Régime – rattaché au marquis de Bouillé en charge de la répression de leur révolte et ayant aidé à la tentative de fuite de Louis XVI – devant être effacé de la France nouvelle par une amnistie.

11Dans un deuxième temps, nous portons notre attention sur les moyens convoyant ces châtiments : par quels procédés le châtiment est-il promis, annoncé, ou bien comment celui-ci est mis en œuvre de sorte à punir de façon symbolique le coupable.
Ce châtiment symbolique peut affecter les individus, mais également les objets, les signes figuratifs, telles les bannières médiévales. Julien de Palma (IRHiS, Université de Lille) nous fait découvrir les dommages, souillures et autres flétrissements que les protagonistes des conflits s’emploient à réserver à ces drapeaux. Que ce soit lors de la révolte urbaine de Gand en 1379 où la bannière du Comte de Flandres est réduite en pièce, ce qui suscite une ire du comte aussi importante que celle causée par la mort de son bailli dans l’émeute ; ou lorsque les bannières de Bourgogne sont exposées par les Suisses victorieux à Grandson et Morat afin de châtier par l’emblème les ambitions de Charles le Téméraire, le châtiment permet de frapper le prince sans que son corps ne soit physiquement touché.

  • 16 Jean-Noël Lafargue, Les fins du monde de l’Antiquité à nos jours, Paris, François Bourin, 2012.
  • 17 Frédéric Chauvaud, L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets, Rennes, Presses Un (...)
  • 18 Frédéric Chauvaud, Histoire de la haine, Une passion funeste, 1830 – 1930, Rennes, Presses Universi (...)
  • 19 Piroska Nagy, Damien Boquet, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval(...)

12Un châtiment imaginé peut de même contenir en lui une dimension cathartique, celle de mettre par l’écrit, par le discours, ses propres peurs, si ce n’est déjà pour les conjurer, et en premier lieu la crainte d’une fin prochaine du monde16. Sans relever de la littérature d’épouvante ou de science-fiction, l’analyse scientifique d’un potentiel effondrement, dite de collapsologie, nous amène à interroger la part de châtiment pouvant accompagner cette science. Samy Bounoua évoque à travers le concept d’« écocide » les associations qui ont pu être faites depuis les premiers pas de la révolution industrielle à nos jours entre les effondrements des empires et la vengeance d’une planète défigurée par les affres de l’industrie. La part des émotions, des représentations dans la conception du châtiment n’est dès lors pas à négliger et peut s’appuyer sur une littérature abondante, traitant ainsi de la place de la peur17, de la haine18, ou des sensibilités19.

  • 20 Pierre Glaudes (ed.), Joseph de Maistre – Œuvres, Paris, Robert Laffont, 2007.

13La représentation du châtiment questionne également la part d’imaginaire qui accompagne le châtiment dans les arts tel le tableau de John Martin The Great Day of His Wrath. La littérature contre-révolutionnaire française obéit souvent à une logique providentialiste, dans la lignée de Joseph de Maistre20. Ivan Burel (IRHiS, ULille) montre en quoi la pièce de théâtre du polémiste catholique Louis Veuillot Le Lendemain de la victoire. Vision, conçue en 1849, s’inscrit dans cette conception de l’histoire. Avançant que le libéralisme et l’impiété seraient à l’origine des malheurs de la France depuis l’époque révolutionnaire, Veuillot imagine une guerre civile rédemptrice et sanglante frappant le pays afin de mieux la relever, un châtiment apocalyptique aboutissant à la victoire de la contre-révolution catholique. Dans le contexte politique instable de la Deuxième République, où la propagande électorale bat son plein, le châtiment imaginé acquiert vite sous la plume du polémiste un rôle électoral et politique : une guerre civile serait inévitable… si toutefois un coup de force préventif ne venait empêcher la victoire socialiste…

14Enfin, l’imaginaire d’un châtiment peut déformer son image, le rendre plus atroce qu’il ne serait vraiment, et l’associer à des stéréotypes ou à des lieux communs. En étudiant les violences infligées aux captifs des îles britanniques tombés aux mains des pillards vikings, Jean-Louis Parmentier (CRAHAM, Université de Caen) s’emploie à étudier tout à la fois les multiples sévices qui leur étaient réservés mais également l’aura de terreur les accompagnant. Des châtiments censés, dans l’imaginaire des chrétiens d’Europe, relever des pires tourments mais qui ne différent pas nécessairement, après une étude approfondie, des violences infligées aux captifs par des chrétiens, ou du degré de violence communément employé lors du haut Moyen Âge.

Haut de page

Notes

1 Dante Alighieri, La Divine Comédie, L’Enfer, Chant XIII, traduction par Félicité Robert de Lammenais, Paris, Flammarion, 1910, p. 48.

2 « Châtiment », in Le Dictionnaire Larousse [en ligne]

3 Loin de pouvoir citer l’ensemble des publications sur la thématique, nous renvoyons – entre autres – aux publications les plus récentes ; Valérie Toureille, Crimes et châtiments au Moyen Âge, Paris, Seuil, 2013 ; Jean-Pierre Allinne, Mathieu Soula, (ed.), La mort pénale. Les enjeux historiques et contemporains de la peine de mort, PUR, Rennes, 2015 ; Claude Gauvard, Condamner à mort au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de France, 2018 ; Mathieu Vivas (éd.), (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne, Bordeaux, Ausonius Éditions, 2019 ; Martine Charageat, Bernard Ribémont, Mathieu Soula, (ed.), Corps en peines. Manipulations et usages des corps dans la pratique pénale depuis le Moyen Âge, Paris, Classiques Garnier, 2019 ; Martine Charageat, Bernard Ribémont, Mathieu Soula, Mathieu Vivas, (ed.), Résister à la justice, XIIe – XVIIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2020 ; Graeme R Newman, Civilization and Barbarism, Punishing Criminals in the Twenty-First Century, Albany, State University of New York Press, 2020.

4 Nadia Al-Bagdadi, David Marno, and Matthias Riedl, Perspectives, Histories, Persistence, Budapest, Central European University Press, 2018.

5 Laura J Poulosky, Severed heads and martyred souls: crime and capital punishment in French romantic literature, New-York, P. Lang, 2003.

6 Guy Geltner, Flogging Others, corporal punishment and cultural identity from antiquity to the present, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2014

7 Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des Symboles, Paris, Robert Laffont, 2019, p XI.

8 Dominique Jameux, « SYMBOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne],

9 Graeme R Newman, Civilization and Barbarism, Punishing Criminals in the Twenty-First Century, Albany, State University of New York Press, 2020, p. 2.

10 Yves Castan, « Exemplarité judiciaire, caution ou éveil des études sérielles », in Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités. Mélanges Robert Mandrou, Paris, Presses Universitaires de France, 1985, p. 51.

11 Mitchelle B Merback, The Thief, the Cross and the Wheel. Pain and the Spectacle of Punishment in Medieval and Renaissance Europe, Chicago, University of Chicago Press, 1998, p. 127.

12 On peut évoquer par exemple l’abbé J. Olive, Les Châtiments que Dieu va imposer à la France et à l'Europe coupables, moyen indiqué par Notre-Dame des Sept-Douleurs pour s'en préserver, Montpellier, Imprimerie Centrale du Midi, 1890.

13 Aris Mousoutzanis, Fin-de-siècle fictions, 1890s-1990s : apocalypse, technoscience, empire, New-York, Palgrave Macmillan, 2014

14 Nicolas Machiavel, Le Prince, Ivrea, 2001.

15 John Pocock, Le Moment machiavélien. La pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

16 Jean-Noël Lafargue, Les fins du monde de l’Antiquité à nos jours, Paris, François Bourin, 2012.

17 Frédéric Chauvaud, L’ennemie intime. La peur : perceptions, expressions, effets, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011.

18 Frédéric Chauvaud, Histoire de la haine, Une passion funeste, 1830 – 1930, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

19 Piroska Nagy, Damien Boquet, Sensible Moyen Âge, Une histoire des émotions dans l’Occident médiéval, Paris, Le Seuil, 2015.

20 Pierre Glaudes (ed.), Joseph de Maistre – Œuvres, Paris, Robert Laffont, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Burel, « Châtiments symboliques et imaginés », Criminocorpus [En ligne], Châtiments symboliques et imaginés, Présentation des actes de la journée d'étude, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7717

Haut de page

Auteur

Ivan Burel

Ivan Burel est professeur agrégé d’histoire, doctorant contractuel au sein du laboratoire IRHiS (ULille) sous la direction de Philippe Darriulat (IRHiS, Sciences Po Lille). Il s’intéresse à la contre-insurrection en France de 1815 à 1851, dans ses dimensions militaires, politiques et culturelles, aux circulations des méthodes et discours insurrectionnels aux échelles européennes et impériales au XIXe siècle. Il a publié en 2020 « Les écrits contre-insurrectionnels du général Christophe-Michel Roguet. Une réflexion militaire et politique » dans la revue Circé, de l’Université de Versailles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search