Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Châtiments symboliques et imaginésLes châtiments symboliques et ima...Du châtiment à la vengeance : Le ...

Les châtiments symboliques et imaginés dans l’art du gouvernement

Du châtiment à la vengeance : Le prince et la vérité du crime à la fin du Moyen Âge

Marie-Hélène Méresse

Résumés

À la fin du Moyen Âge, alors que le pouvoir du prince tend à se renforcer, les modalités de son action politique restent parallèlement régies par la moralité chrétienne et théorisées en vue d'un idéal : le bien commun. La figure du prince justicier, dans ce paradigme, est essentielle, et son pouvoir, d'origine divine, incontesté. L'abondante littérature didactique de l'époque, en élaborant les règles d'un comportement politique prescrit, reflète pourtant la réalité (et l'inquiétude ?) d'une évolution : à l'aube de l'apparition de l'État moderne, les « arts de gouverner » et les rapports de force sont en pleine mutation. Sont-ils le signe d'une capacité d'adaptation, ou l'expression d'un pouvoir « pressé » par la situation ? Plusieurs épisodes marquants, rapportés par les sources narratives des XIVe et XVe siècles, mettent en scène le prince face à des situations de justice particulières où celui-ci choisira de répondre par la force violente, au-delà de toute mesure ou en dépit de toute attente. Points d'acmé de l'expression d'un pouvoir souverain (ou en quête de souveraineté), ces cruautés interpellent et choquent, interrogeant la portée morale et politique de la répression. Comment, en effet, lire l'action du prince lorsqu'elle ne semble plus correspondre à l'économie mesurée de la violence (et de la grâce) nécessaire au bon gouvernement et confère au châtiment princier toutes les caractéristiques d'une vengeance ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dostoïevski, Crime et châtiment, III, 5.

« Les hommes ordinaires doivent vivre dans l’obéissance et n’ont pas le droit de
transgresser les lois […]. Les hommes extraordinaires, eux, ont le droit de
commettre tous les crimes et de transgresser de toutes les façons les lois,
pour la bonne raison qu'ils sont extraordinaires1. »

1À parler de lois, de crimes et de châtiments, on se remémore cette théorie proposée par un jeune étudiant, personnage torturé et écartelé entre sa vision idéale d'un monde meilleur et l'effroyable vérité du crime à commettre pour la réaliser. Certes, le personnage est fictif, mais l'idée laisse matière à songer. La théorie des « hommes extraordinaires » pourrait en effet nous amener à nous interroger sur de nombreux épisodes de l'histoire, tout comme sur notre manière de considérer ses acteurs. Qu'admettons-nous d'un « héros » (au sens distinctif du terme), dans son combat pour l'idéal ? À n'en pas douter, cela dépend de l'idéal, et il apparaît dès lors que celui-ci doit être un tant soit peu partagé, pour que la question se pose. La perspective du bien commun, de l'utilité commune, a régulièrement alimenté les débats d'historiens les plus divers, sitôt qu'il s'est agi de commenter des actes controversés commis par des personnages clés, et tout particulièrement lorsque ceux-ci représentaient l'autorité. Que cela relève de leur action ou de leur intention, voilà qui revient à questionner la position pré-supposément particulière de ces personnages : celle d'une position éminente, assortie d'une vision, et celle d'une habilité (au double sens de pouvoir et de capacité). Doit-on dès lors l'accepter, ou autrement dit, s'y soumettre ?

  • 2 L’utilité comme critère ultime de la moralité est d'ailleurs invoquée par Raskolnikov lui-même. La (...)

À l'image de Raskolnikov, certains princes du bas Moyen Âge nous semblent avoir joué le jeu de l'extraordinaire ; un jeu qui fut parfois et a posteriori relayé et amplifié (voire déformé) par la force d'évocation de quelque œuvre littéraire. Leur personnalité n'y a d'ailleurs pas échappé. La cruauté que l'on attache à Richard III n'est-elle pas aussi celle que Shakespeare s'est plu à incarner ? Et la fourberie de Louis XI celle que Walter Scott a choisi de romancer ? Peut-être ici pouvons-nous avouer avoir été parfois attirés, séduits, ou au moins intrigués par l'image flamboyante de ces personnages héroïques, qui n'hésitèrent pas à outrepasser les règles pour nourrir leur ambition grandiose et donner forme à travers leurs actions – qu'elles forcent d'ailleurs l'admiration ou l'indignation – à leur destinée hors du commun. Bien sûr, le but de cet article n'est pas d'analyser l'influence de la littérature (et souvent d'ailleurs de la damnatio memoriae) dans la perception de princes aux méthodes extraordinaires. Ce détour permet néanmoins de mettre en avant certains questionnements qui nourrissent et dépassent à la fois le champ de notre seule recherche : la perception de l'action face à l'intention ; la supériorité d'un individu ou de son statut ; l'utilité comme critère de la moralité2 .

À travers le châtiment princier à la fin du Moyen Âge, nous souhaitons nous intéresser à des moments très particuliers de l'expression du pouvoir et à la manifestation spectaculaire de celui-ci dans son rôle, essentiel, de justice. Si celui-ci est indissociable d'une fonction princière garante de l'ordre et de la paix, il semble que son exercice, sans être rigide ni totalement fixé, ne peut pour autant dépasser certaines limites dans son expression. Cette impression est née de l'observation de plusieurs cas spécifiques de crimes ou de châtiments, dont la reconnaissance et la définition, incertaines, n'ont pour contours visibles que ceux qui leur furent donnés par le prince en action, ou par leurs témoins en réaction. Considérant la manière dont sont rapportés par les sources narratives contemporaines ces événements significatifs dans l'exercice du pouvoir princier, cette réflexion se propose d'en interroger la nature lorsque le miroir déformant de la brutalité renvoie l'image brouillée d'un pouvoir impulsif et – semble-t-il ? – dépassé.

Le châtiment : un devoir princier

  • 3 Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia (dir.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l' (...)
  • 4 Claude Gauvard, « Oublier au Moyen Âge : l'enseignement des rituels de justice et de la grâce royal (...)
  • 5 Voir notamment les théories de William de Pagula et Roger de Waltham (ce dernier est d'ailleurs pri (...)
  • 6 Ibid., p. 76.

Si la justice est une fonction essentielle du pouvoir royal et présentée comme telle par la littérature politique médiévale (en particulier le « genre » des Miroirs3), elle est assortie du pouvoir de punir, autrement dit celui de choisir et d'appliquer le châtiment qui, en étant juste et équilibré, doit permettre de rétablir l'ordre. Lorsqu'elle est rendue par les tribunaux royaux, la pratique judiciaire est entièrement subordonnée à cette logique réparatrice et protectrice ; exercée directement par le roi, elle est accentuée en France, notamment depuis Louis IX, par la christianisation exacerbée du pouvoir royal. Le roi, christianissimus, possède la supériorité de juger, et sa miséricorde lui permet d'adapter la loi et la peine4. Quoique distincte et peut-être moins bien connue, la pensée politique en Angleterre promeut des thèmes communs : l'utilité commune comme facteur de la légitimité du roi dans sa fonction de justice, la sagesse du roi et sa capacité à corriger sévèrement tout en trouvant l'équilibre par la miséricorde et la mansuétude5. Une vision politique modérée, mais exprimée dans un contexte politique en crise, où la justice se résume comme « une vertu sévère6 ».

(Se) faire violence : la possibilité de la cruauté

Dressant le portrait d'Henri V, au début de sa Chronique de Charles VII, Jean Chartier écrit :

  • 7 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, 1858, 3 vol., ici vol. 1, (...)

« C'étoit, de son vivant, un cruel et très-dur justicier, fort obéi de ses sujets, subtil conquérant et habile aux armes, orné d'ailleurs de diverses qualités honorables et de vertus7. »

  • 8 Et ce, même si la phrase, seule description morale du roi dans tout le chapitre, nous semble quelqu (...)
  • 9 C'est-à-dire d'une part la soif de sang (crudelitas), destructrice, et d'autre part la soif de pouv (...)

Bien sûr, ici, le roi anglais reste l'ennemi. Mais dans une même phrase et pour un même souverain, il n'est pas contradictoire pour le chroniqueur d'allier une dure et cruelle justice à un ensemble de vertus et de qualités8 : assemblées, elles sont à la source de l'obéissance des sujets. Bien sûr, la cruauté morale et inutile (puisque c'est bien là que se noue le problème) est quant à elle unanimement condamnée9. Elle est rejetée par tous les miroirs des princes et désignée comme étrangère au bon gouvernant. Et cependant, en matière de justice, le prince ne saurait se montrer faible :

  • 10 Li livres du gouvernement des rois. A XIII° century French version of Egidio Colonna's treatise De (...)

« li hons puet fere mal en soi trop couroucier et en trop punir les maux qu'en li a fet, et puet autresi fere mal en soi pou couroucier et en pou punir les maux qu'en li a fet10 »

Cette idée, ici exprimée par Gilles de Rome, est traduite et largement diffusée par ses traducteurs à la fin du Moyen Âge (Henri de Gauchy en 1282, Jean Wauquelin en 1452). Elle prolonge la théorie de Jean de Salisbury (traduite également au XIVᵉs), selon laquelle :

  • 11 Denis Foulechat, Tyrans, princes et prêtres. Les livres IV et VIII du Policratique de Jean de Salis (...)

« les princes et les seigneurs, quant il ne puuent corrigier les deffauz de leurs sougiéz par douce et debonnaire main, il doivent prendre plus aigres paines, combien que il leur desplaise, et les baillier au deffaillant, et par une piteuse cruauté doivent forsener contre les mauvais a fin qu'il gardent la saine bonté des bons11. »

La sévérité du prince au moment de punir, quand cela est nécessaire, reste donc douloureuse :

  • 12 Ibid., Livre IV, chap. VIII, 36.

« [le prince] est moult dolent et courroucié quant il est contraint de donner paines12. »

  • 13 Cette sévérité va selon Jean Gerson jusqu'à faire partie de la miséricorde : dans son sermon du 19 (...)

Mais elle est exigée pour le bien du corps politique. Cette sévérité, qui peut aller jusqu'à prendre le nom de cruauté, n'est donc pas constitutive du prince. Elle lui est extérieure. Elle est donc possible même si elle est extrême et que toute extrémité est condamnée –, parce qu'elle est un recours nécessaire13.

De la nécessité du prince à la nécessité commune

  • 14 Denis Foulechat, op. cit., Livre IV, chap. I, 6-7.

« il n'est rien plus neccessaire au peuple ne plus profitable comme est ce que la neccessité du prince soit quise et acomplie. Et quelle merveille ! car sa volenté n'est onques trouvee contraire a justice14»

  • 15 Ainsi que le respect des lois : Frédérique Lachaud, Op. Cit., p. 56 et p. 61.
  • 16 Lydwine Scordia, « Devoir de justice et amour du roi aux XIIIᵉ-XIVᵉ siècles », in Silvère Menegaldo (...)
  • 17 Denis Foulechat, op. cit., Livre IV, chap. II, 15 ; Julien Le Mauff, « Une raison d'État au Moyen  (...)
  • 18 Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l'aube des temps modernes, Paris, (...)

Si son autorité est admise, ce sont les bonnes dispositions du prince qui donnent lieu à l'obéissance des sujets15. Ce lien entre prince et sujets est d'ailleurs concrétisé par l'amour, dont L. Scordia a déjà montré le principe essentiel à l'exercice de la justice16. La volonté du prince, ainsi conditionnée, correspond donc idéalement au bien du peuple. Cette convergence d'intérêts, affirmée par Jean de Salisbury et traduite en 1372 par Denis Foulechat pour Charles V, désigne une ratio communis utilitatis garantie par le prince qui « porte en soy la personne de la communité », et ne suppose aucunement l'existence d'une raison d'État dont le principe d'action serait une dérogation à la loi, insuffisante ou divergente17. L'ordonnancement théologique et moral, fondamental au pouvoir, est ainsi repris, traduit, rappelé aux princes aux XIVe et XVe siècles. Mais à la surface de ces pages politiques, des mutations paraissent, qui sans bouleverser la forme traditionnelle des œuvres didactiques ou historiques, semblent émerger de l'intérieur et des conceptions mêmes du pouvoir, mêlant aux principes déjà polysémiques de nécessité et d'utilité la notion d'intérêt dans son sens politique le plus pragmatique18.

  • 19 « where without eny processe of the Lawe the said Erle of Warwyk, for tresons by hym Confessed and (...)

En 1499, lorsque l'on procède à l'exécution du jeune comte de Warwick (déjà sous bonne garde dans la Tour de Londres depuis 1485 : Édouard avait alors 10 ans), son jugement sommaire, son châtiment exemplaire, et son crime incertain19, sont pour partie expliqués par un chroniqueur :

  • 20 Jean Molinet, Chronique, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1 (...)

« Aulcuns aultres excusoyent le roy, disant que ledit filz du duc de Clarence estoit hoir masle de la maison d'Yorcq, lequel porroit susciter, en tampz futur, nouveles guerres ou royame et, affin de eviter effusion de sang humain, il valloit mieulx que ung seul homme morut que multitude de peuple fusist perdu20. »

Un membre de la famille royale, dont le crime est d'être le potentiel candidat d'un tout aussi potentiel parti rival (autrement dit, d'exister), est exécuté pour le bien de tous et la paix du royaume. Rapporté ainsi, l'épisode n'est pas sans revêtir une certaine dimension sacrificielle qui interroge. Même s'il provoque un mécontentement que le chroniqueur ne manque pas de rapporter, la résignation dont il fait état semble l'emporter dans son discours. Cette « compréhension », si elle est réelle, peut s'apparenter à un désir de stabilité après une période politique particulièrement troublée en Angleterre ; mais si elle n'est que rhétorique, elle illustre assez clairement la problématique d'un mal nécessaire et des manières brutales que peut employer la justice royale pour préserver la paix.

Reconnaître le crime, reconnaître le souverain

  • 21 Voir par exemple Jan Dumolyn et Élodie Lecuppre-Desjardin, « Le Bien Commun en Flandre médiévale : (...)

Tout châtiment et toute bonne justice devraient donc ressortir d'un raisonnement qui s'apparente à celui du Bien Commun. Mais au-delà de la seule idée de communauté, on remarque rapidement qu'une personnalité centrale émerge du discours : celle du prince. Toute « bonne justice » n'est pas que théorique : elle est exercée par un « bon prince » et liée à sa personnalité. Il ne serait sans doute pas inédit de pointer ici la manière par laquelle celle-ci s'est affirmée au nom de la nécessité publique, notamment par le biais de la lèse-majesté21. On peut néanmoins souligner quelle place jouent le crime et son châtiment dans l'édification d'une autorité qui tirerait de son devoir de punir sa légitimité d'être et d'agir.

Dans le reflet du miroir : la conscience du prince

  • 22 Georges Chastelain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Beussner, 1863-1868, 8 vol., ici t (...)
  • 23 Le comte était en effet « encore en la male grâce du duc » (Ibid., p. 434) : il était « fort franço (...)

Dans sa très riche Chronique, Georges Chastelain consacre un chapitre entier à un épisode criminel marquant dans lequel le personnage principal (pour reprendre les mots d'un univers littéraire mettant en scène un personnage extraordinaire) n'est pas le juge du châtiment, mais plutôt celui dont le rôle pourrait le désigner comme étant le juge du crime22. L'histoire, qui a lieu en 1458, est à la fois sinistre et pleine de rebondissements : elle tire son intrigue de l'horrible supplice d'un innocent, « gentil compagnon du pays », préféré à son rival par un « homme censier » du Boulonnais pour le mariage de sa fille. Courroucé, désirant vengeance, poussé par la « volenté cruelle et la plus inhumaine des autres », le rival et ses compagnons massacrent le prétendant. Chastelain nous livre alors par le menu le détail des atrocités commises, condamnant d'emblée et sans restrictions l'inhumanité d'un tel crime, et préparant la place pour l'entrée en scène du personnage central. Le duc de Bourgogne, notre « héros », est en effet informé du meurtre par « les amis du martir […] requérant justice ». Horrifié, pris de compassion, le duc envoie deux gentilshommes qui arrêtent et exécutent aussitôt quelques-uns des criminels. Les autres ayant pu leur échapper, et craignant le même sort, élaborent un plan : ils décident de se mettre « en simulation d'Anglès » (allant jusqu'à imiter leur langue, la scène devient alors tout à fait théâtrale), pour assaillir, tromper et tuer à leur tour, déloyalement qui plus est, les envoyés du duc. Les Anglais n'auront plus qu'à protester de leur innocence pour apaiser la colère du duc, les coupables quant à eux resteront impunis. Pour Chastelain, c'est leur lien avec le comte de Saint-Pol, alors dans la faveur de Charles VII, qui leur vaut la rémission finalement accordée par le roi et qui provoque par la même occasion l'indignation du duc, à travers celle de l'indiciaire23. Ici, l'intervention de Philippe le Bon – à qui justice avait été demandée en premier lieu – est tout simplement court-circuitée par celle du roi. Pour autant, et pour le chroniqueur, le duc de Bourgogne ne sera pas en reste :

  • 24 Roncq (« Ron »), dép. du Nord. Ibid., t.3, p. 438.

« le seigneur de Ron et les autres crueux meutriers avoient obtenu rémission d'un si vilain cas, lequel ne se pouvoit faire, ce savoit bien, sans donner faux à entendre. Car jamais prince crestien bien informé ne l'eust fait, et pour tant le duc non tenant conte, en cest endroit, de rémission du roy, non de tous les rois et empereurs du monde, donna mandement exprès de prendre le seigneur de Ron, ensamble tous les facteurs où qu'on les pust attaindre, mesme sur l'autel de Dieu s'ils y estoient, et qu'après on en fist exécution, telle que justice requerroit, selong le cas, pensant faire à Dieu un grant sacrifice, quant si inhumaine et cruelle gens feroit mettre à fin, qui de nulle puissance terrienne, ne [de] dignité d'esglise devoient avoir garantise24. »

  • 25 C'est bien le discours de Chastelain, sa « poétique de l'historiographie », qui nous intéresse (Est (...)

Il est vrai que la situation est alors tendue entre le roi et Philippe le Bon. Il est néanmoins des limites dans la cruauté à ne pas franchir : aucun prince chrétien, en bonne connaissance de cause, n'aurait pu (ni dû, c'est ce que Chastelain nous laisse entendre) pardonner tel cas25. En achevant ainsi son chapitre, il confère au duc une bien meilleure place que celle de simple spectateur de la justice royale. Les criminels seront-ils un jour effectivement punis ? Après tout peu importe. Ici, le véritable prince légitime s'illustre avant tout par la reconnaissance du crime à punir, autrement dit par sa conscience, puis par son intention.

Un instrument de souveraineté : « donner exemple du ploy de son régner »

  • 26 Une célèbre illustration de ce supplice par Loyset Liédet dans les Chroniques de Jean Froissart : P (...)
  • 27 Selon les Gesta Edwardi : et ideo consideratum est quod pro proditionibus sis tractus, pro rapinis (...)
  • 28 Klaus Oschema, Op. Cit. ; Gilles Lecuppre, « Faveur et trahison à la cour d’Angleterre au début du (...)

Les épisodes ne sont pas rares à la fin du Moyen Âge où les princes semblent mettre un point d'honneur à exercer leur rôle de justice. La mise en scène très soignée du supplice de Despenser le Jeune en 1326 est peut-être l'un des exemples les plus éclatants d'une justice à la fois démonstratrice et protectrice de la souveraineté26. Lacéré pour trahison, pendu pour rapines, décapité pour être revenu en Angleterre sans garant, éviscéré (avec les entrailles brûlées) pour avoir sans cesse tenté de semer la discorde entre le roi et la reine ainsi qu'entre les nobles, écartelé, enfin, et destiné à être réparti entre plusieurs lieux pour y être exposé à tous27 : ce long programme illustre un châtiment qui se veut exemplaire (une exemplarité inscrite dans la loi de trahison), et qui est à cette fin construit et soigneusement mis en scène28. Il peut ainsi exprimer un message clair, où chaque peine s'adapte à un crime qu'elle précise et donne à voir, et contribue à restaurer le statut de la couronne, que ses mauvaises actions et intentions avaient corrompue.

Tout aussi clair aurait pu être le message envoyé par Charles le Téméraire en 1468 au moment de l'exécution du bâtard de La Hamaide, condamné à mort par le nouveau duc, à qui justice avait été demandée en réparation d'un meurtre. Charles prit son rôle à cœur, et voulut montrer au monde sa rigoureuse justice, en répondant personnellement à la requête des plaignants :

  • 29 Georges Chastelain, Œuvres, op. cit, t. 5, p. 399.

« C'est à eux d'en demander la vengeance, et à moi de le venger par observation de justice, que je ne puis, ne ne veuil refuser29 »

L'occasion était belle en effet : le monde était alors réuni autour de lui à Bruges pour son mariage avec la sœur du roi d'Angleterre. Alors,

  • 30 Ibid., t. 5, p. 405.

« luy qui désiroit à porter grâce de roide justicier et de prince crému en face de toutes nations et de toute sa noblesse, voulut monstrer sa rigueur à l'exemple de son courrage, pour donner peur au monde […] luy, qui estoit prince de courrage, et estoit nouvellement venu à seigneurie, et vouloit justice maintenir et mettre sus, et estre crému et douté, et donner exemple du ploy de son régner, voulut entamer et encommencier en ce noble fils, pour miroir au futur30 »

  • 31 Ibid., t. 5, p. 395-405 ; l'expression est d'Estelle Doudet, op. cit., p. 374-376.
  • 32 « Sy commença à plorer et à soy lamenter durement de sa triste fortune le bastard ; et n'eust jamai (...)

Le larron malheureusement n'était peut-être pas assez bon pour faire l'unanimité : Charles, dans l'indignation de ses proches, des grands, et de la population, s'obstina à faire exécuter ce fils d'une famille de la cour, alors qu'entente et réparation avaient été trouvées entre les deux parties. C'est encore Chastelain qui nous raconte l'épisode, dans une « rupture de ton31 », un état d'étonnement et un style assez pathétique, mêlant aux lamentations du garçon les prières de la duchesse mère, les pleurs des femmes, la compassion de la foule et le silence de la peur32.

Le crime était réel, et la justice du prince, souveraine. Mais que dire du procès expéditif, du châtiment inflexible dénué de toute miséricorde, et du comble de cruauté par lequel fut ordonné que « le corps en deux pièces » soit exposé « sur une roue entre les meurdriers les plus forfaits du monde » ? Il faut qu'une motivation particulière ait existé pour qu'un châtiment si sévère puisse avoir lieu ; et Chastelain d'en souligner l'étrangeté et le mystère à la fin de son chapitre...

  • 33 Ibid., t. 5, p. 405.

« jà soit-ce que aucuns disoient que, si l'on n'eust secrètement bouté à la charrette du bastard, pour l'homicide tant seulement dont il estoit plainte, ne fust pas mort, mais il y avoit ou autres langues ou autres mystères estranges qui l'avancoient33 »

Assurément, la justice révèle la fonction essentielle du pouvoir du prince, protecteur de la paix et relais du pouvoir divin sur terre. Mais loin d'être à sens unique, elle construit en retour un pouvoir qui s'exprime en souveraineté. Ainsi, le bon ordre des choses, comme l'établissent les théoriciens politiques, ressort plutôt de l'équilibre. Il suffit au message de perdre de sa clarté, il suffit au prince de peser un peu trop du poids de sa sévérité (ou de sa miséricorde) sur la balance de justice, pour rompre aux yeux de ses spectateurs l'équilibre de la compréhension. Et dans un jeu de communication codifié, réglé sur des références communes et partagées, le risque de la perte de sens ne saurait être sans conséquences. Le pouvoir du prince est bien d'origine divine, mais pour ses observateurs il n'est pas (encore) absolu.

L'ambiguïté de la cruauté. Une crise de la légitimité ?

  • 34 Nicole Gonthier, op. cit. ; Valérie Toureille, Crime et châtiment au Moyen Âge, Ve-XVe siècle, Pari (...)

Châtier le crime, c'est faire voir et faire comprendre quelque chose. La fonction didactique du châtiment a déjà été étudiée pour expliquer la fonction des rituels lors des différentes phases du processus judiciaire34. Mais certains épisodes de justice, pour être clairs, comme nous avons pu le voir, ne permettent pas de comprendre sans ambiguïté l'action et le dessein du prince.

La justice : une affaire personnelle ?

  • 35 « si ordonna [le roi] au prévost de Paris qu'il allast après lui, le prinst et en feist bonne garde (...)

Qui longeait la Seine un jour de 1417 pouvait apercevoir flotter sur l'eau un étrange sac, marqué d'une inscription : « Laissiez passer la justice du roy ». Nul besoin d'ouvrir le sac pour comprendre le destin funeste d'un homme, ici Louis Bourdon, arrêté et exécuté hâtivement sur ordre du roi, après que celui-ci l'eut croisé en revenant de Vincennes. Sombre publicité pour la chronique de Jean Le Fèvre35, affaire clandestine pour le Religieux de Saint-Denis :

  • 36 « ...postque reductus Parisius, ne super ejus scelere vulgus amplius loqueretur, non mortem publice (...)

« En effet, Louis de Bourdon, après avoir été longtemps retenu à Montlhéri garroté et enchaîné, fut ramené à Paris et noyé secrètement pendant la nuit dans la Seine ; on ne crut pas devoir le décapiter publiquement, pour qu'il ne fût plus question de son crime parmi le peuple36 »

  • 37 Klaus Oschema, Op. Cit., p. 184 ; l'affaire est aussi mentionnée par Enguerrand de Monstrelet, Chro (...)

Toute justice, pour être complète, ne doit-elle pas être publique ? Et toute peine, visible, pour être efficace ? Celle de Louis Bourdon, un favori de la reine, et les méthodes employées par Charles VI, ne laissent pas d'interroger sur la nature du crime qui avait pu être commis. Châtiment volontairement humiliant ? Vengeance souhaitant rester discrète ? Considérant que pour le Religieux de Saint-Denis la faute de Bourdon, parmi d'autres chevaliers, fut d'avoir « déshonoré quelques dames de haute condition » que « par pudeur » il s'abstient de nommer, considérant également les récits variables des chroniques rapportant l'épisode, nous pourrions aisément envisager par ce discours (en marge des questions du déséquilibre psychique du roi et de la réelle origine de cette décision) des motivations personnelles à un châtiment si rapide dont le récit donne l'image intrigante d'une justice royale non-officielle37.

  • 38 Jean Le Bel, Chronique, éd. J. Viard et E. Déprez, Société de l'histoire de France, Paris, Renouard (...)
  • 39 Encore un silence propice à l'imagination. Celui qui aurait pu nous en apprendre davantage sur le c (...)

Tel avait pu être le cas en 1350, après l'exécution inquiétante de Raoul, comte d'Eu et connétable de France. De retour après avoir été fait prisonnier par les Anglais, il se rendit auprès de Jean II qui, l'accusant de trahison, le fit aussitôt arrêter et exécuter. Si Froissart rapporte les faits sans trop écorner la réputation du roi, Jean le Bel s'était fait avant lui l'écho de rumeurs, à propos « d'aucunes amours, lesquelles avoient esté ou debvoient estre entre madame Bonne et le gentil connestable. » Son exécution, « sans loy et sans jugement », était trop suspecte pour n'être pas commentée. Les deux chroniques s'accordent pour dire que « toutes gens furent dolens et couroussiez, et le roy durement blasmé et mains amé38 ». « Toutes fois – comme le résume si bien Froissart – fust à droit, fust à tort, il morut ». Plus que la nature du crime de Raoul de Brienne, c'est bien le silence du roi qui a posé problème39. Son action, ne répondant plus à la nécessaire réparation par le châtiment explicité, prenait soudainement les traits d'une brutale violence déréglée.

Existe-t-il une « violence légitime » ?

  • 40 Qui selon le discours classique n'est pas en mesure de retenir le défoulement de ses soldats (par e (...)
  • 41 Pour poursuivre avec le même exemple : « et de ce les Liégeois prindrent grand coeur, et se commenc (...)
  • 42 « De crudelitate et sacrilegiis Henrici regis Anglie... », Robert Blondel, Oeuvres, éd. A. Héron, R (...)
  • 43 Le souverain transfère à la population le droit à la violence pour se défendre – dans un mouvement (...)

Si la violence fait partie de la société médiévale, c'est une violence mesurée à l'aune de valeurs qui l'ordonnent. Des lois, autrement dit, écrites ou coutumières, qui s'agencent autour d'une norme et agissent comme principe d'ordre – et de désordre. Si les lois de la guerre autorisent l'assiégeant à mettre à sac une ville, pour punition, après que celle-ci aura opposé une trop grande résistance, on rapporte néanmoins avec terreur et regret la ruine de Dinant en 1466, ou les atrocités de Nesle en 1472. Ces deux exemples se succèdent dans un climat tendu de campagnes militaires mais se distinguent comme ayant tout particulièrement heurté leurs contemporains. Une destruction méthodique, des exécutions froidement planifiées, des populations sacrifiées... Charles de Bourgogne a gagné sa réputation de boucher à commettre de tels actes. Pourtant, si la brutalité impulsive du prince est condamnée en matière de justice, elle est admise, dans son caractère spontané, comme conséquence inévitable de la guerre … à ceci près qu'elle est dans ce cas commise par les soldats, et non par le prince lui-même40. Face au discours qui condamne le duc pourtant, des raisons existent : politique de défense ou de conquête, juste vengeance contre un roi indigne, quête d'une paix finale, châtiment de trop belliqueux sujets41...  Sans pouvoir ici nous étendre sur la spécificité des faits de guerre qui mériterait un traitement particulier, nous pouvons relever dans ce contexte tendu et mouvementé le problème central de la distinction entre une violence légitime et une violence illégitime, qui trouve alors son écho dans la diversité des discours contemporains (et, pourrions-nous ajouter, historiographiques). Quelque temps plus tôt, le siège de Meaux par Henri V en 1422 s'était déjà fait l'écho de ces dissonances. Il est vrai que dans un contexte de guerre civile, l'adversaire possède en lui une part de traître ; et les représailles du roi d'Angleterre, selon les points de vue, pouvaient apparaître tantôt comme justices, tantôt comme cruautés42. Peu après, le climat de peur causé par les exactions des pillards en Normandie avant la paix d'Arras exacerbait encore la tension. Si le roi d'Angleterre avait autorisé les paysans à s'armer contre eux43, ces « ignobles bouchers », incontrôlables, continuaient leurs attaques contre la population révoltée. Le carnage de Vicques (1434), où les paysans « furent massacrés, taillés en pièces de la façon la plus monstrueuse, comme du bétail à l'abattoir », fut l'une des expressions les plus terribles de cette crise. Et Thomas Basin de résumer parfaitement en une phrase le dérèglement d'une violence privée de source, désordonnée, capable de s'affranchir de l'autorité souveraine, mais capable aussi d'en utiliser le propre vocabulaire pour parvenir à l'impunité :

  • 44 Vicques, dép. du Calvados, arr. de Caen, c. de Falaise. Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. (...)

« Ils pensaient, en effet, que, s'ils en arrivaient à la révolte ouverte, ils auraient ainsi une légitime occasion d'accomplir et d'exécuter impunément contre eux, comme coupables de lèse-majesté et de haute trahison, toutes les cruautés ou tous les actes de guerre qu'ils pourraient imaginer44. »

Dans un contexte troublé, on assiste à un renversement du discours répressif : d'un mouvement descendant, émanant du pouvoir qui fonde l'existence d'une violence, on constate l'existence et la possibilité concrète d'un mouvement ascendant, où la répression en manque de justification peut contribuer à fonder et légitimer un pouvoir capable de s'exprimer par la force.

Une question de circonstances ?

Les épisodes et décisions que nous observons ici sont soumis à un schéma de pensée, à une vision théorisée du pouvoir, à des références culturelles et religieuses, par lesquelles ils sont vus, narrés, compris ou interprétés. Mais ce sont avant tout des événements (ou incidents), soumis quant à eux à une série de paramètres bien précis et à une situation, bien souvent, d'immédiateté. Comment donc mesurer l'intention du prince à l'aune de la politique, quand le jeu politique, lui, subordonne son action à l'opportunité d'une circonstance ?

  • 45 Voir par exemple la description du siège d'Avesnes en 1477. Jean Molinet, Op. Cit., t. 1, p. 200.
  • 46 Ibid., t. 1, p. 188.
  • 47 Jean Nicolay, Kalendrier des guerres de Tournay (1477-1479), éd. Frédéric Hennebert, Tournai, Malo (...)

Sitôt advenue la mort du duc de Bourgogne, le roi de France, « ne souhaitant que le bien » de sa filleule Marie (la fille du duc) et de ses sujets, s'empare en tant que parrain, protecteur, et garant de l'ordre public, de ses territoires longtemps convoités. L'opportunité créée par la chute soudaine du Téméraire a remplacé des idées de mariage par des envies de conquête. Louis, dans son audace, pousse même ses armées au-delà de la frontière d'Empire : ce soudain climat d'incertitude causé par le coup de tonnerre de janvier 1477 était parfait pour un braquage. Après la prise d'Arras, la ville, en quête d'instructions et d'apaisement, décide donc d'envoyer une ambassade à la nouvelle duchesse. Louis XI, averti, ne dit mot. Mais peu après leur départ, les messagers sont arrêtés et interrogés par des agents du roi. Pris au piège, accusés de trahison, certains sont condamnés à mort. Le traitement le plus terrifiant est réservé au procureur général Oudart de Bussy : d'après Jean Molinet (un chroniqueur bourguignon qui décrit par ailleurs avec horreur les méthodes françaises45), le notable est déjà mort et enterré lorsque le roi ordonne d'exhumer sa tête, de l'affubler du « chaperon d'escarlate fourré de menu vair » porté par les conseillers du Parlement (une dignité qu'il avait osé refuser lorsque le roi la lui avait offerte), et de la clouer sur une poutre de potence pour être « mise en spectacle commun46 ». L'outrage royal (car en agissant ainsi, et au-delà même de la dérision, Louis XI bafoue bel et bien la dignité des morts) n'est pas rapporté par toutes les sources contemporaines, et les partisans français les plus déclarés s'en tiennent à la rupture de serment et à la trahison des condamnés47. S'agit-il un silence de gêne ? Les mots de Louis XI lui-même ne le sauvent pas d'une impression de froid cynisme :

  • 48 Lettre du 20 avril 1477. Lettres de Louis XI, roi de France, éd. Joseph Vaesen, Étienne Charavay & (...)

« Il y avait parmi eux maître Oudart de Bussy, à qui j'avais donné une seigneurie au Parlement ; afin qu'on reconnaisse bien sa tête, je l'ai fait parer d'un beau chaperon fourré ; elle se trouve sur le marché d'Hesdin, là où il préside48. »

  • 49 Werner Paravicini, « Terreur royale : Louis XI et la ville d’Arras, avril 1477 », Revue belge de ph (...)

Quelle pouvait-être l'intention du roi en prolongeant ainsi par la cruauté le châtiment d'un notable ? Peut-on s'arrêter à l'hypothèse apparente d'une froide vengeance ? Peut-on penser, comme W. Paravicini en formule la possibilité, qu'il voulut intentionnellement provoquer l'insurrection qui lui permettrait d'en finir avec la résistance de la ville49 ? Le détenteur de la fonction royale et d'un pouvoir d'origine divine a-t-il pu vouloir utiliser les mêmes « armes » que des pillards anglais pour donner à son coup de force, rendu possible par les circonstances, le caractère de la légitimité ? Si l'intrigue est probable, ceux qui en furent les spectateurs ne pouvaient sans doute pas l'écrire aussi clairement.

  • 50 Philippe Buc, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales ESC, mai-juin 1989 (...)
  • 51 Article du 30 juillet 2018 : https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/300718/il-nexiste-pas-de (...)

S'il fut question de crimes et de châtiments tout au long de cette analyse, il ne fut pas toujours question de procédure judiciaire. La fonction royale aux XIVᵉ et XVᵉ siècles s'inscrit toujours bel et bien dans l'exégèse biblique médiévale, dans l'imitation du modèle du Christ, et dans la conception d'une justice qui signifie plutôt châtiment que jugement équitable50. Châtier, mais pour le bien de tous, pour la santé du corps politique, dont le roi est la tête pensante et disciplinante, et possède un accès privilégié à la raison. À cet égard, il possède le droit d'une violence officialisée. Quant à parler de légitimité, il semble que là réside une nuance importante. Est-ce la violence qui est légitime, ou est-ce le droit à la violence ? À formuler ainsi la question, l'on pourrait presque délaisser nos références littéraires pour celles, au moins aussi brûlantes, de l'actualité. « La force n'est pas la violence », nous rappelle Mediapart, et l'idée d'une « violence légitime » ne saurait justifier « la dérive arbitraire du pouvoir51 ». Bien sûr, la répression policière actuelle dont il est ici question ne ressortit pas du châtiment, encore moins dans sa conception médiévale. Mais distinguer la force de la violence, questionner l'une ou dénoncer l'autre, n'est pas un exercice étranger aux hommes et aux femmes du Moyen Âge.

  • 52 François Foronda, « Procès politiques : une manie française ? », Médiévales, 2015, n° 68, p. 159-16

On le voit, observer ces situations de châtiment nous a permis assez rapidement de dépasser le champ du judiciaire pour étendre la réflexion à celui du politique. Si l'association n'est pas tout à fait neuve aux XIVᵉ-XVᵉ siècles, elle prend un tour particulier pendant l'avènement progressif de l'État moderne. Évoquant la « manie française » des procès politiques, F. Foronda proposait de distinguer la politique (la communauté constituée et ses règles de fonctionnement) du politique (ce qui déborde du cadre institutionnel et ne se laisse saisir qu'en situation d'urgence)52. L'observation semble pertinente et nous invite à reconsidérer, en tentant d'en établir pour chacune la part active, l'articulation qui existe entre l'intention et l'action des princes. À travers le châtiment du prince cependant, et observant les motivations et effets de la brutalité princière, il semble important d'ajouter à cette distinction de la et du politique, la considération et l'analyse des ressorts du pouvoir en tant que force coercitive, ainsi que le savoir-faire d'un prince instruit de son « métier » et des ressources dont il dispose, dans le cadre d'une raison d'État qui est encore loin de s'affranchir de toute morale. À cet égard, la cruauté du prince – dans la diversité de ses significations et dans l'écart qu'elle applique par rapport à la norme – nous paraît être le marqueur significatif d'une conception changeante de la souveraineté, qui recoupe de fait plusieurs réalités, selon qu'elle est écrite par l'auteur, jouée par l'acteur, ou critiquée par son lecteur. Mais l'un des trois a t-il seulement le pouvoir d'imposer sa vision aux dépens des deux autres ?

Haut de page

Bibliographie

Sources

Chronicles of London, éd. Ch. Lethbridge Kingsford, Oxford, Clarendon Press, 1905.

Chronique du religieux de Saint-Denys, éd. L. Bellaguet, Paris, Impr. De Crapelet, 1839-1852, 6 vol.

Denis Foulechat, Tyrans, princes et prêtres. Les livres IV et VIII du Policratique de Jean de Salisbury, éd. Ch. Brucker, Le Moyen Français, XXI, 1987.

Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L.-C. Douët d'Arcq, Paris, Renouard, SHF, 1857-1862, 6 vol.

Georges Chastelain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Beussner, 1863-1868, 8 vol.

Gilles de Rome, Li livres du gouvernement des rois. A XIII° century French version of Egidio Colonna's treatise De regimine principum, now first published from the Kerr ms., éd. Samuel Paul Molenaer, New York, The Macmillan company, 1899

Jacques Du Clercq, Mémoires, éd. Baron de Reiffenberg, Bruxelles, Arnold Lacrosse, 1835-1836

Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, Jannet, 1858, 3 vol.

Jean de Haynin, Les mémoires de Messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, 1465-1477, Mons, Hoyois (Société des bibliophiles de Mons, 11), 1842, 2 vol.

Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce et al., Paris, Société de l'Histoire de France, 1869-1975, 15 vol. ; Chroniques, Livre I (1re partie, 1325-1350) et livre II, éd. P. F. Ainsworth et G. T.Diller, Paris, Le Livre de poche, 2001

Jean Le Bel, Chronique, éd. Jules Viard et Eugène Déprez, Société de l'histoire de France, Paris, Renouard, 1904, 2 vol.

Jean Lefèvre de Saint Remy, Chronique, éd. F. Morand, Paris, Renouard, 1876-1881, 2 vol.

Jean Molinet, Chronique, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1935-1937, 3 vol.

Jean Nicolay, Kalendrier des guerres de Tournay (1477-1479), éd. Frédéric Hennebert, Tournai, Malo et Levasseur (Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 2), 1853

Lettres de Louis XI, roi de France, éd. Joseph Vaesen, Étienne Charavay & Bernard De Mandrot, Paris, H. Loones, 1883-1909, 11 vol.

Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. Ch. Samaran et H. de Surirey de Saint-Rémy, Paris, Belles Lettres, 1933-1944, 2 vol.

Bibliographie indicative

Blanchard Joël et Mühlethaler Jean-Claude, Écriture et pouvoir à l'aube des temps modernes, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

Buc Philippe, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales ESC, mai-juin 1989, n°3, p.691-713.

Cuttler Simon H., The Law of Treason and Treason Trials in Later Medieval France, Cambridge, Cambridge University Press, 1981.

De Bono communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), éd. Élodie Lecuppre-Desjardin and Anne-Laure Van Bruaene, Turnhout, Brepols, 2010

Gonthier Nicole, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, XII°-XVI° siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998.

Lachaud Frédérique, « Autour des sources de la pensée politique dans l'Angleterre médiévale (XIIIᵉ-début du XIVᵉ siècle) : la contribution de Thomas Docking, William de Pagula et Roger de Waltham à la réflexion sur les pouvoirs », Journal des savants, première livraison 2015, p. 25-78.

Lecuppre Gilles, « Faveur et trahison à la cour d’Angleterre au début du XIVe siècle », in Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), La trahison au Moyen Âge : De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 197-206.

Le Mauff Julien, « Une raison d'État au Moyen Âge ? Retour sur une hypothèse historiographique », Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, 2018, vol. 48, n° 2, p. 213-236.

Oschema Klaus, « The cruel end of the favourite. Clandestine Death and Public Retaliation at Late Medieval Courts in Europe », in Karl-Heinz Spiess et Immo Warntjes (ed.), Death at court, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, p. 171-195.

Paravicini Werner, « Terreur royale : Louis XI et la ville d’Arras, avril 1477 », Revue belge de philologie et d'histoire, 2011, tome 89, fasc. 2 (Villes et villages : organisation et représentation de l’espace), p. 551-583.

Scordia Lydwine, « Devoir de justice et amour du roi aux XIII-XIV siècles », in Silvère Menegaldo et Bernard Ribémont (dir.), Le roi fontaine de justice. Pouvoir justicier et pouvoir royal au Moyen Âge et à la Renaissance [colloque international d’Orléans, 1er-2 juillet 2010], Paris, Klincksieck, 2012, p. 129-143.

Toureille Valérie, Crime et châtiment au Moyen Âge, Ve-XVe siècle, Paris, Seuil, 2013.

Haut de page

Notes

1 Dostoïevski, Crime et châtiment, III, 5.

2 L’utilité comme critère ultime de la moralité est d'ailleurs invoquée par Raskolnikov lui-même. La mort de la vieille prêteuse sur gage ne compte pas : son existence est à proprement parler inutile. « D'ailleurs que vaut, dans la balance commune, la vie de cette vieille poitrinaire, bête et méchante ? » (Ces citations sont tirées de l'édition suivante : Dostoïevski, Crime et Châtiment, éd. Pierre Pascal, Paris, Omnibus, 2008, p. 117 et p. 302).

3 Frédérique Lachaud et Lydwine Scordia (dir.), Le Prince au miroir de la littérature politique de l'Antiquité aux Lumières, Rouen, Presses de l'Université de Rouen et du Havre, 2007.

4 Claude Gauvard, « Oublier au Moyen Âge : l'enseignement des rituels de justice et de la grâce royale », Histoire de la justice, 2018/1, n° 28, p. 23-36.

5 Voir notamment les théories de William de Pagula et Roger de Waltham (ce dernier est d'ailleurs pris comme référence par John Fortescue) : Frédérique Lachaud, « Autour des sources de la pensée politique dans l'Angleterre médiévale (XIIIᵉ-début du XIVᵉ siècle) : la contribution de Thomas Docking, William de Pagula et Roger de Waltham à la réflexion sur les pouvoirs », Journal des savants, première livraison 2015, p. 25-78, ici p. 61 et p. 74.

6 Ibid., p. 76.

7 Jean Chartier, Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Viriville, Paris, 1858, 3 vol., ici vol. 1, p. 6.

8 Et ce, même si la phrase, seule description morale du roi dans tout le chapitre, nous semble quelque peu empruntée...

9 C'est-à-dire d'une part la soif de sang (crudelitas), destructrice, et d'autre part la soif de pouvoir, gouvernée par vaine gloire.

10 Li livres du gouvernement des rois. A XIII° century French version of Egidio Colonna's treatise De regimine principum, now first published from the Kerr ms., éd. Samuel Paul Molenaer, New York, The Macmillan company, 1899, ici p. 83-84.

11 Denis Foulechat, Tyrans, princes et prêtres. Les livres IV et VIII du Policratique de Jean de Salisbury, éd. Ch. Brucker, Le Moyen Français, XXI, 1987, ici Livre IV, chap. VIII, 8.

12 Ibid., Livre IV, chap. VIII, 36.

13 Cette sévérité va selon Jean Gerson jusqu'à faire partie de la miséricorde : dans son sermon du 19 juillet 1404, il soutient que les princes ne peuvent « montrer plus belle misericorde aux malfaiteurs […] que par les mener a ce que leur injure soit reparée, et se non voulentiers, au moins envis et par contrainte » (Jean Gerson, Œuvres complètes, éd. P. Glorieux, 8 vol., Paris, NY, 1960-1971, t. VII, « Estote misericordes », Contre Charles de Savoisy, n° 322, p. 336 ; cité par Nicole Gonthier, dans Le Châtiment du crime au Moyen Âge, XIIe-XVIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1998, p. 192.

14 Denis Foulechat, op. cit., Livre IV, chap. I, 6-7.

15 Ainsi que le respect des lois : Frédérique Lachaud, Op. Cit., p. 56 et p. 61.

16 Lydwine Scordia, « Devoir de justice et amour du roi aux XIIIᵉ-XIVᵉ siècles », in Silvère Menegaldo et Bernard Ribémont (dir.), Le roi fontaine de justice. Pouvoir justicier et pouvoir royal au Moyen Âge et à la Renaissance, colloque international d’Orléans, 1er-2 juillet 2010, Paris, Klincksieck, 2012, p. 129-143.

17 Denis Foulechat, op. cit., Livre IV, chap. II, 15 ; Julien Le Mauff, « Une raison d'État au Moyen Âge ? Retour sur une hypothèse historiographique », Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, 2018, vol. 48, n° 2, p. 213-236.

18 Joël Blanchard et Jean-Claude Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l'aube des temps modernes, Paris, Presses Universitaires de France, 2002.

19 « where without eny processe of the Lawe the said Erle of Warwyk, for tresons by hym Confessed and doon, submytted hym to the kynges grace and mercy ; And so was there adiuged to be hangid, drawen and quartered », Chronicles of London, éd. Ch. Lethbridge Kingsford, Oxford, Clarendon Press, 1905, p. 227.

20 Jean Molinet, Chronique, éd. G. Doutrepont et O. Jodogne, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1935-1937, 3 vol., ici t. 2, p. 467.

21 Voir par exemple Jan Dumolyn et Élodie Lecuppre-Desjardin, « Le Bien Commun en Flandre médiévale : une lutte discursive entre prince et sujets » (en particulier p. 264-266), in Élodie Lecuppre-Desjardin and Anne-Laure Van Bruaene (dir.), De Bono communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), Turnhout, Brepols, 2010, p. 253-266.

22 Georges Chastelain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Beussner, 1863-1868, 8 vol., ici t. 3, p. 433-438.

23 Le comte était en effet « encore en la male grâce du duc » (Ibid., p. 434) : il était « fort françois, et avoit devers le roy grandes alliances et faveurs » (Ibid., p. 437). Chastelain revient à plusieurs reprises, au long de son chapitre, et non sans raisons, sur ce jeu de « fidélités ».

24 Roncq (« Ron »), dép. du Nord. Ibid., t.3, p. 438.

25 C'est bien le discours de Chastelain, sa « poétique de l'historiographie », qui nous intéresse (Estelle Doudet, Poétique de George Chastelain (1415-1475). Un cristal mucié en un coffre, Paris, H. Champion, 2005). Jacques du Clercq, dans le récit qu'il fait des mêmes événements, identifie les soldats comme de véritables Anglais, et sans donner à l'affaire la même dimension politico-théologique, ne s'étend pas sur le rôle justicier du duc de Bourgogne (Jacques Du Clercq, Mémoires, éd. Baron de Reiffenberg, Bruxelles, Arnold Lacrosse, 1835-1836 : tome 2, livre III, p. 291-294).

26 Une célèbre illustration de ce supplice par Loyset Liédet dans les Chroniques de Jean Froissart : Paris, Bibliothèque Nationale, MS Fr. 2643, folio 11r.

27 Selon les Gesta Edwardi : et ideo consideratum est quod pro proditionibus sis tractus, pro rapinis suspensus, et, quia post exilium reversus es et sine waranto repertus, decollatus; et, quia semper inter regem et reginam ac alios regni nobiles discordiam seminasti, evisceratus eris; visceribusque combustis in quatuor partes divisus eris in locis variis suspendus (cité par Klaus Oschema, « The cruel end of the favourite. Clandestine Death and Public Retaliation at Late Medieval Courts in Europe », in K.-H. Spiess et I. Warntjes (ed.), Death at court, Wiesbaden, Harrassowitz, 2012, p. 171-195, ici p. 172). Le programme varie légèrement pour Jean Froissart (Chroniques, éd. S. Luce et al., Paris, Société de l'Histoire de France, 1869-1975, 15 vol. : t.1, p.33-34 ; Chroniques, Livre I (1re partie, 1325-1350) et livre II, éd. P. F. Ainsworth et G. T.Diller, Paris, 2001 : p. 101-102).

28 Klaus Oschema, Op. Cit. ; Gilles Lecuppre, « Faveur et trahison à la cour d’Angleterre au début du XIVe siècle », in Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), La trahison au Moyen Âge : De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 197-206 ; pour le concept de trahison et sa sanction, voir Maïté Billoré, « Introduction », dans La trahison au Moyen Âge, op. cit., p. 15-34.

29 Georges Chastelain, Œuvres, op. cit, t. 5, p. 399.

30 Ibid., t. 5, p. 405.

31 Ibid., t. 5, p. 395-405 ; l'expression est d'Estelle Doudet, op. cit., p. 374-376.

32 « Sy commença à plorer et à soy lamenter durement de sa triste fortune le bastard ; et n'eust jamais cuidé, en si jeusnes jours et à telle parenté qu'il avoit, venir à si dure fin, pour cas encore rémissible, dont le roy et tous autres princes baillent rémission tous les jours de semblables », Georges Chastelain, Œuvres, op. cit, t. 5, p. 402 ; « plorant amèrement plus de sa confusion que de sa mort », « grand monde sievoit pour la compassion du cas non jamais vu tel », Ibid., p. 403 ; « Entr'autres y avoit multitude de povres folles femmes qui le sievoient, et qui crioient et ploroient piteusement sur luy, et le demandoient en mariage, qui toutesfois leur fut escondit : car n'eust-on osé, par peur du prince, jà-soit-ce que l'on eust bien voulu avoir faculté de le pouvoir faire, car n'y avoit celuy de la loy qui mesmes ne plourast de la pitié du cas. », Ibid., p. 403-404.

33 Ibid., t. 5, p. 405.

34 Nicole Gonthier, op. cit. ; Valérie Toureille, Crime et châtiment au Moyen Âge, Ve-XVe siècle, Paris, Seuil, 2013.

35 « si ordonna [le roi] au prévost de Paris qu'il allast après lui, le prinst et en feist bonne garde, tant que autrement y auroit ordonné. Laquelle chose fut ainsy faicte. Et après, par le commandement du roy, fut questionné, puis fut mis en ung sacq de cuir et gecté en Saine ; sur lequel sacq avoit escript : « Lasissiez passer la justice du roy », Jean Lefèvre de Saint Remy, Chronique, éd. F. Morand, Paris, Renouard, 1876-1881, 2 vol., ici t. 1, p. 292.

36 « ...postque reductus Parisius, ne super ejus scelere vulgus amplius loqueretur, non mortem publice capitis amputacione adjudicatus est subire, sed secrete et sub intempesta nocte in profundum fluvii Secane projectus et submersus est. », Chronique du religieux de Saint-Denys, éd. L. Bellaguet, Paris, Impr. De Crapelet, 1839-1852, 6 vol., ici t. 6, p. 72-73.

37 Klaus Oschema, Op. Cit., p. 184 ; l'affaire est aussi mentionnée par Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L.-C. Douët d'Arcq, Paris, Renouard, SHF, 1857-1862, 6 vol., ici t. 3, p. 175.

38 Jean Le Bel, Chronique, éd. J. Viard et E. Déprez, Société de l'histoire de France, Paris, Renouard, 1904, 2 vol., ici t. 2, p. 198-200 ; Jean Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, op. cit., t. 4, p. 124-125.

39 Encore un silence propice à l'imagination. Celui qui aurait pu nous en apprendre davantage sur le crime de Bourdon (pour rester dans la veine littéraire) aurait été le marquis de Sade, d'après lui : le seul, comme il l'affirme, à avoir pu consulter l'interrogatoire de Bourdon... Une exclusivité très opportune, qui pourra lui permettre par la suite de faire le portrait d'une « Isabelle » cruelle, dévoyée, et motivée par le mal (Histoire secrète d'Isabelle de Bavière, reine de France, dans laquelle se trouvent des faits rares, inconnus ou restés dans l'oubli jusqu'à ce jour, et soigneusement étayés de manuscrits authentiques allemands, anglais et latins, Paris, Éditions Gallimard, 1953). Ici encore, la littérature construit le mythe autour du sujet historique.

40 Qui selon le discours classique n'est pas en mesure de retenir le défoulement de ses soldats (par exemple durant les guerres de Liège, en 1467 : voir Jean de Haynin, Les mémoires de Messire Jean, seigneur de Haynin et de Louvegnies, 1465-1477, Mons, Hoyois (Société des bibliophiles de Mons, 11), 1842, 2 vol., ici t. 1, p. 94-95. Sur la complexité de la notion d'éthique chevaleresque 'et de sa compréhension) dans le contexte de la guerre à la fin du Moyen Âge, voir Craig Taylor, Chivalry and the Ideals of Knighthood in France during the Hundred Years War, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

41 Pour poursuivre avec le même exemple : « et de ce les Liégeois prindrent grand coeur, et se commenceoient à braver et désestimer le duc mesme, et totallement oublier leur traitté et promesse, sans arrière-penser à leurs ostagers, ny considérer les grandes forces dudict duc, lesquelles auparavant ils avoient entendu par le sac de Dynant, et veu de leurs yeux auprès del Waige en Hasebaing. Dont le duc fut fasché, non point qu'il eut doubte d'eux, mais avoit pitié d'eux et de leur folie tant oultrageuse , et sur ce arresta de leur faire la guerre bien à certes, puis qu'ils ne vouloient prendre aucune médicine proffitable. », Jean de Haynin, op. cit., t. 1, p. 81.

42 « De crudelitate et sacrilegiis Henrici regis Anglie... », Robert Blondel, Oeuvres, éd. A. Héron, Rouen, A. Lestringant, 1891-1893, 2 vol., ici t. 2, p. 195. La partialité des auteurs engendrant naturellement des versions diverses.

43 Le souverain transfère à la population le droit à la violence pour se défendre – dans un mouvement inverse du contrat défini par Hobbes – il n'y a donc plus de « monopole de la violence » et donc plus de « violence légitime » (si le monopole induit la légitimité) : est-ce pour le roi d'Angleterre un signe de faiblesse, ou une preuve de sa légitimité (car s'il délègue, c'est bien qu'il possède le pouvoir) ?

44 Vicques, dép. du Calvados, arr. de Caen, c. de Falaise. Thomas Basin, Histoire de Charles VII, éd. Ch. Samaran et H. de Surirey de Saint-Rémy, Paris, Belles Lettres, 1933-1944, 2 vol., ici t. 1, p. 202-203. Pour une analyse détaillée de l'épisode, voir la thèse de David Fiasson, « Tenir frontière contre les Anglais ». La frontière des ennemis dans le royaume de France (v. 1400 - v. 1450), (soutenue le 10/12/2019, Université de Lille, IRHiS, non publiée), p. 245-252.

45 Voir par exemple la description du siège d'Avesnes en 1477. Jean Molinet, Op. Cit., t. 1, p. 200.

46 Ibid., t. 1, p. 188.

47 Jean Nicolay, Kalendrier des guerres de Tournay (1477-1479), éd. Frédéric Hennebert, Tournai, Malo et Levasseur (Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 2), 1853, p. 34.

48 Lettre du 20 avril 1477. Lettres de Louis XI, roi de France, éd. Joseph Vaesen, Étienne Charavay & Bernard De Mandrot, Paris, H. Loones, 1883-1909, 11 vol., ici t. 6, p. 157-159.

49 Werner Paravicini, « Terreur royale : Louis XI et la ville d’Arras, avril 1477 », Revue belge de philologie et d'histoire, 2011, tome 89, fasc. 2 (Villes et villages : organisation et représentation de l’espace), p. 551-583.

50 Philippe Buc, « Pouvoir royal et commentaires de la Bible (1150-1350) », Annales ESC, mai-juin 1989, n°3, p.691-713.

51 Article du 30 juillet 2018 : https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/300718/il-nexiste-pas-de-violence-legitime-detat-cest-un-faux-concept

52 François Foronda, « Procès politiques : une manie française ? », Médiévales, 2015, n° 68, p. 159-160

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Hélène Méresse, « Du châtiment à la vengeance : Le prince et la vérité du crime à la fin du Moyen Âge », Criminocorpus [En ligne], Châtiments symboliques et imaginés, Les châtiments symboliques et imaginés dans l’art du gouvernement, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7728

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Méresse

Marie-Hélène Méresse est doctorante en histoire médiévale à l'Université de Lille et l'Université catholique de Louvain. Ses recherches portent sur la figure du prince, la violence princière, et l'évolution de la pensée politique à la fin du Moyen Âge dans les espaces français, anglais et bourguignon. Elle prépare actuellement une thèse intitulée « Des princes cruels ? La place de la brutalité dans les modes de gouvernement à la fin du Moyen Âge (France, Angleterre, Pays-Bas) », sous la co-direction d'Élodie Lecuppre-Desjardin (UDL) et de Gilles Lecuppre (UCLouvain).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search