Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Châtiments symboliques et imaginésLes moyens symboliques et imaginé...Les crimes et châtiments emblémat...

Les moyens symboliques et imaginés du châtiment

Les crimes et châtiments emblématiques à travers l’exemple du drapeau médiéval

Julien De Palma

Résumés

Les sources médiévales font souvent mention de violences dirigées contre les drapeaux, que ce soit dans un contexte militaire ou non : ces pratiques peuvent s’expliquer par l’importance accordée par la justice médiévale aux éléments visuels dans l’exercice du châtiment. En tant que support des emblèmes de son possesseur, des signes qui disent son identité, le drapeau peut être considéré comme une projection, un substitut, de ce dernier. Ce statut particulier est d’ailleurs corroboré par la pratique et par la documentation officielle : dans leurs ordonnances militaires, les ducs de Bourgogne de la maison Valois insistèrent par exemple sur le respect et l’obéissance que les hommes d’armes devaient aux drapeaux. En conséquence, la violence dont les drapeaux ont pu faire l’objet peut se comprendre comme une forme de châtiment in absentia : l’exhibition du drapeau pris au combat s’assimile à une mise au pilori de son propriétaire, sa destruction à une mise à mort.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bertrand Schnerb, L’État bourguignon, Paris, Perrin, 2005 [reprint de l’éd. de Paris, 1999], p. 64.
  • 2 Jean Froissart, Chroniques, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 25 vol., Bruxelles, Osnabrück, 1867-18 (...)
  • 3 Laurent Hablot, « Sens dessoubz dessus. Le blason de la trahison », in Maïté Billoré et Myriam Sori (...)
  • 4 Laurent Hablot, « Emblèmes outragés, corps ravagés. L’utilisation de l’emblématique dans les châtim (...)
  • 5 Ibid., p. 143. On trouvera deux rares témoignages de la pratique de la peinture infamante et de l’e (...)
  • 6 Laurent Hablot, Ibid., p. 331.
  • 7 Texte consulté sur : https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-int (...)

1Au mois de mai 1379, le comte de Flandre Louis de Mâle donna à la ville de Bruges l’autorisation de percer un canal entre la Reie, qui reliait la ville à la mer, et la Lys. Cette mesure inquiéta la ville de Gand qui risquait de voir une partie de son activité commerciale détournée au profit de Bruges : les métiers de Gand, qui considéraient en outre la politique de leur prince trop centralisatrice, prirent donc les armes pour empêcher, par la force, les travaux de percement du canal1. Le comte tenta de reprendre les choses en main et envoya pour cela son bailli, Roger d’Auterive. L’intervention échoua et le bailli comtal fut tué par les insurgés, au début du mois de septembre 1379. Cet événement nous est raconté par Jean Froissart dans ses Chroniques2. Le chroniqueur nous raconte que le bailli était accompagné de la bannière, c'est-à-dire un type de drapeau, du comte de Flandre : « li baillus de Gand qui représentoit la personne dou conte, estoit, le banière dou conte devant lui ». Roger d’Auterive tomba alors dans un véritable guet-apens organisé par Jean Yoens, chef des Chaperons blancs, nom donné aux insurgés en raison du couvre-chef qu’ils arboraient, et mis à mort : « il fu pris et atierrés, et là fu présentement occis ». Le chroniqueur va cependant plus loin car il détaille ensuite le destin du drapeau : « la banière dou conte », nous dit-il, fut « ruée par terre et toute dépechie », c'est-à-dire jetée à terre et mise en pièces. Le fait qu’il s’attarde ainsi sur les violences dirigées contre le drapeau est particulièrement intéressant pour notre propos : l’objet bénéficie d’autant d’attention que le bailli. Froissart décrit d’ailleurs, juste après, la stupeur des gens du comte « quant il veirent leur cappitainne le baillieu atierret et mort et le banière dou conte toute deschirée » : à lire la chronique, il est aussi choquant de voir le bailli tué que le drapeau déchiré. Ce simple bout de tissu, finalement, paraît avoir autant attisé la rage des Gantois que le représentant personnel, humain pourrait-on même ajouter, du comte de Flandre. Cet exemple illustre donc bien la valeur que pouvaient avoir les emblèmes, voire les signes en général, à la fin du Moyen Âge. La question des crimes et des châtiments dont les emblèmes ont pu être les objets a été étudiée par Laurent Hablot, notamment à travers les exemples de la diffamation héraldique, c'est-à-dire l’exposition publique des armoiries inversées du traître ou du parjure, et des outrages à l’encontre des emblèmes. Plusieurs conclusions intéressent notre présent propos. Tout d’abord, il apparaît, de manière indéniable, que les emblèmes, et surtout les armoiries, étaient considérés comme des projections publiques de leurs possesseurs : un exemple célèbre est l’exposition en 1332, des armoiries de Robert d’Artois à la cour des Pairs de Philippe VI de Valois, permettant de rendre l’accusé virtuellement présent et d’exercer sur lui la justice royale3. Ensuite, s’attaquer à l’emblème s’affirme comme un moyen aisé de s’en prendre, par intermédiaire, à celui auquel il renvoie, soit que l’on ne veuille pas réellement porter l’acte, soit que le possesseur soit trop puissant ou absent4. Cette pratique pouvait prendre différents aspects et concernait tous les signes : on connait ainsi des exemples d’exécutions en effigie et de peintures d’infamie, pratiques qui apparurent dans l’Empire dans le courant du XIIIe siècle5. Il est donc aisément compréhensible que les signes aient pu être utilisés dans le cadre de châtiments in absentia. Au Moyen Âge, les peines portant atteinte à l’image sociale du criminel étaient une part essentielle des châtiments infligés : les signes étaient presque tous utilisés par la justice du temps dans l’exercice du châtiment6. Mais alors pourquoi nous pencher sur le drapeau en particulier ? Outre le fait qu’il s’agit d’un signe moins étudié, il existait au Moyen Âge des règles concernant son usage : d’une certaine manière, on peut donc considérer que celles-ci étaient susceptibles de légitimer son statut particulier. Enfin, des signes qui furent généralement utilisés dans le cadre des châtiments emblématiques, le drapeau est peut-être celui qui nous est le moins étranger. Le drapeau est un objet bien connu de notre environnement visuel : nous avons l’habitude de le voir flotter, sur les bâtiments, lors de cérémonies ou de manifestations, et il possède même un statut officiel. En France, l’article 2 de la Constitution de la Ve République spécifie d’ailleurs bien que « l'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge7 ». Ce serait donc l’occasion de mettre en parallèle les pratiques actuelles avec les pratiques médiévales afin de mesurer à quel point elles ont pu être différentes et ainsi, peut-être, mieux comprendre notre conception du drapeau.

2Tout d’abord, il conviendra d’expliquer brièvement les raisons pour lesquelles le drapeau a pu être considéré comme la projection publique d’un individu et, pour cela, présenter ce qu’étaient les emblèmes. Ensuite, nous nous attarderons sur une pratique fréquente, la prise du drapeau, afin de nous demander si elle s’inscrivait dans une logique de butin de guerre ou de châtiment public. Enfin, nous étudierons plus spécifiquement les violences commises à l’encontre des drapeaux afin d’en comprendre les raisons.

Le drapeau médiéval : essai de définition

  • 8 Pour cette partie je me permets de reprendre mon travail réalisé en master sur les drapeaux militai (...)

3Avant toute chose, il convient de revenir sur ce qu’était un drapeau au Moyen Âge, au sens pratique comme symbolique : comment était-il défini ? Son usage était-il régi par des règles et, si oui, lesquelles8? Il s’agit d’une étape importante pour comprendre la violence dont il pouvait être la victime. Nous pensons connaître le drapeau mais notre conception est peut-être très éloignée des sensibilités médiévales : il est donc indispensable de remettre le drapeau dans son contexte et de bien comprendre ce qu’il représentait pour les hommes et les femmes du Moyen Âge.

  • 9 Ce sont des points sur lesquels s’accordent les sources : à titre d’exemple, l’auteur du Livre des (...)
  • 10 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen-âge occidental, Paris, Éditions du Seuil, 2004, (...)
  • 11 L’hypothèse selon laquelle l’évolution de l’équipement militaire entre la fin du XIe et le milieu d (...)
  • 12 Ibid., p. 25 et 37.
  • 13 Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Thèse de doctorat, 5 (...)

4La fonction de base du drapeau est d’être un signe de reconnaissance : il est d’ailleurs avant tout lié au monde militaire car il représentait un moyen précieux d’identifier et d’organiser les différents contingents d’une armée, de distinguer l’ami de l’ennemi, ou encore de se repérer au plus fort de la mêlée. Le drapeau n’est d’ailleurs pas une spécificité de la période médiévale : son origine est bien plus ancienne, si ancienne d’ailleurs que les premières traces de son usage se perdent dans les méandres de l’Histoire. Pour la période qui nous intéresse, les XIVe et XVe siècles, nous sommes mieux renseignés : les sources contemporaines mentionnent régulièrement les drapeaux, ou plutôt les « enseignes », terme sous lequel nous les rencontrons, qui se multiplient sur le champ de bataille depuis quelques siècles. Pour notre propos, retenons les plus importants, c'est-à-dire la trinité formée par la bannière, l’étendard et le pennon. Ces enseignes se distinguent tout d’abord par leur forme : la bannière est carrée, l’étendard est triangulaire et souvent à queue d’aronde, et le pennon est triangulaire avec une seule queue9. Mais aussi et surtout, elles diffèrent par leur décor, et il est important de s’attarder un instant sur celui-ci pour bien comprendre ce que les drapeaux pouvaient représenter. Un emblème est un signe qui dit l’identité d’un individu ou d’un groupe d’individus, à ne pas confondre avec un symbole10. Les emblèmes que l’on pouvait observer sur les enseignes étaient de deux types : les armoiries, une formule emblématique née dans la première moitié du XIIe en Occident, dont le contexte de création interroge encore11, mais qui fut clairement liée à l’équipement militaire du chevalier et influencée par les drapeaux12 ; la devise, un nouveau système de signes né dans la seconde moitié du XIVe siècle de la nécessité pour les souverains et leur parenté d’exprimer, d’une part, leur singularité, et d’autre part, le nouveau type de relations qu’ils entretenaient avec leurs proches, ce que ne permettait plus le système héraldique qui s’était révélé stable, mais aussi figé du fait des règles qui le régissaient : ce système se composait d’une « représentation libre de toute règle de composition », que l’on appelait devise, qui pouvait être associée à des couleurs emblématiques, à des lettres ou à une courte sentence que l’on appelait le mot13. Les signes qui constituaient le décor des drapeaux étaient donc extrêmement personnels et, outre sa fonction de signe de reconnaissance, l’objet renvoyait obligatoirement, de manière plus ou moins évidente, à la personne qui en était le possesseur.

  • 14 Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, Chronique, éd. François Morand, 2 vol., Paris, Librairie Renouard, 187 (...)
  • 15 Charles Arthur John Armstrong, « La Toison d’or et la loi des armes », Publication du centre europé (...)
  • 16 Il est par exemple possible de se référer à l’ordonnance de Bohain du 13 novembre 1472 : « La manie (...)
  • 17 Ibid., p. 82-83.

5Bien sûr, on pourrait penser que ce ne sont que spéculations et que l’hypothèse selon laquelle les supports de l’emblématique avaient la capacité de devenir des projections des propriétaires se fonde exclusivement sur la conception que nous avons, à postériori, de la valeur des emblèmes. Cette dernière est cependant confirmée, et ce de manière officielle, par la documentation de l’époque, émanant des propriétaires en personne. Prenons ainsi l’exemple, bien documenté, des ducs de Bourgogne de la maison Valois. Outre l’attention apportée à la confection des enseignes – telle qu’on peut la lire dans la comptabilité, qui traduit bien l’importance de l’objet – les ordonnances promulguées par le duc, qui organisaient le fonctionnement de certaines institutions, l’armée, l’hôtel, l’ordre de la Toison, légitimaient les enseignes en tant que substituts du prince, en les hiérarchisant, en leur attribuant une fonction officielle, et surtout en mettant en place des punitions en cas d’irrespect des règles les concernant. Ainsi, les statuts de l’ordre de la Toison d’or témoignent du fait que la lâcheté d’un combattant était punie beaucoup plus sévèrement si elle avait eu lieu lors d’un fait d’armes à bannière déployée, le membre étant privé de son collier « s’il s’enfuyoit, ou parteist de journée en battaille, soit avec son seigneur, ou aultres, où banieres fussent desployées14 ». S’enfuir quand la bannière ducale avait été déployée équivalait à fuir le duc lui-même, incarné par son enseigne, ce qui pouvait donc être assimilé à un acte de lèse-majesté contre le prince15. Les réformes militaires entreprises par Charles le Téméraire et surtout les ordonnances qui en découlèrent insistaient bien sur l’obéissance que les troupes devaient aux enseignes, qui transmettaient ses ordres et devenaient donc des intermédiaires du pouvoir militaire ducal. Les troupes avaient l’obligation de suivre leurs enseignes respectives16 : le duc se montrait particulièrement sévère vis-à-vis de ceux qui manqueraient de respect aux enseignes comme en témoignent les punitions qu’il prévoyait en cas de désobéissance, lesquelles pouvant aller d’une suspension de gages à la perte du cheval et de l’habillement de guerre17. Il est important de souligner l’omniprésence des enseignes, citées en tant que subdivisions de l’armée, au même titre que les compagnies, mais aussi associées aux capitaines de ces différentes divisions : ce faisant, les enseignes peuvent presque être considérées, à la lecture des ordonnances, comme des chefs militaires, les ordres qu’elles transmettaient devant être obéis et les hommes d’armes ayant pour obligation de ne pas les abandonner. Les enseignes étaient donc investies d’une part de l’autorité ducale, tout comme les officiers de l’armée : elles étaient des représentantes du duc au sein de chaque compagnie, allant même jusqu’à le personnifier, leur fonction d’outil de communication en faisant la voix du prince. Ceci peut expliquer la persistance du texte à citer les enseignes : un déserteur n’abandonnait pas seulement son officier direct, il abandonnait aussi l’enseigne qui lui était attachée et donc le duc lui-même, incarné par ce signe. Les ordonnances reconnaissaient et légitimaient donc le statut particulier, très théorique que nous avons vu auparavant, de l’enseigne vexillaire.

Le drapeau : une prise glorieuse

  • 18 Julien De Palma, Les enseignes de guerre sous le principat de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (14 (...)
  • 19 Sur le sujet, voir Bertrand Schnerb, Bulgnéville, 1431 : l'État Bourguignon prend pied en Lorraine, (...)
  • 20 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 8 vol., Bruxelles, F. Heussner, 1863, (...)

6La capture du drapeau était une pratique courante du milieu de la guerre. D’une manière générale, outre le fait que l’adversaire était délesté d’un objet qui lui était cher, prendre l’enseigne était une preuve de courage : cela signifiait que le combattant avait réussi, d’une part, à s’approcher de l’enseigne et, d’autre part, à faire face à tous ceux qui avaient voulu l’en empêcher, l’enseigne étant bien protégée. En outre, la chute ou la prise d’une enseigne pouvait sonner la fin de l’affrontement : c’est ce qui faillit arriver à Philippe le Bon à Mons-en-Vimeu18, c’est ce qui contribua à sonner la défaite des Lorrains à Bulgnéville19. Ceci explique d’ailleurs les précautions qui étaient prises pour la protection des enseignes : nous en avons un exemple précis en ce qui concerne la bannière du duc de Bourgogne Philippe le Bon, son porteur étant accompagné d’une garde composée de pas moins de douze chevaliers, c'est-à-dire presque autant que les gardes du corps du duc lui-même20. Évidemment, les efforts mis en place afin d’assurer la sécurité de la bannière ducale pouvaient s’expliquer par le fait qu’elle était censée indiquer l’endroit où se trouvait le duc : il s’agissait donc d’un endroit qui nécessitait une plus grande protection ; mais il est également possible d’imaginer que la bannière représentait le duc lui-même : protéger la bannière aux armes ducales revenait donc à protéger la personne même du duc.

  • 21 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Jules d’Arbaumont, 4 vol., Paris, Librairie Ren (...)
  • 22 Charles Arthur John Armstrong, « La Toison d’or et la loi des armes », op. cit., p. 72-73.
  • 23 Sur le sujet, voir principalement Florens Deuchler, Die Burgunderbeute. Inventar der Beutestücke au (...)
  • 24 Solène Granier, « L’église des trophées », in Antoine de Romanet de Beaune et Alexandre d’Andoque d (...)

7Le destin de l’enseigne prise était assez variable mais elle avait avant tout valeur de trophée : les drapeaux figurent en effet en bonne place dans les butins de guerre, et ce à chaque époque. Leur possession est un témoignage de la valeur des combattants, elle entretient un souvenir glorieux : nous avons d’ailleurs des témoignages de la joie qu’une telle capture pouvait entraîner chez les soldats21. Cet entretien de la mémoire est d’ailleurs facilité par le destin habituel des trophées : l’exhibition. Offrir les drapeaux capturés aux yeux du public était une pratique assez fréquente et plutôt bien renseignée : en 1430, Louis de Chalon, prince d’Orange, vassal de Philippe le Bon, subit une défaite face aux troupes françaises à Anthon, et ses enseignes furent exhibées par ses ennemis comme des trophées22 ; ce fut aussi le cas, sous le principat de Charles le Téméraire, des enseignes bourguignonnes récupérées par les Suisses suite aux débâcles de Grandson et Morat, qui furent exhibées dans les églises23 ; en France ce furent Notre-Dame de Paris puis l’église Saint-Louis des Invalides qui s’imposèrent comme le lieu de réception et d’exhibition des drapeaux capturés : certains sont d’ailleurs encore observables aujourd’hui24. Bien sûr, cette pratique s’explique par le souci de commémorer une victoire : encore aujourd’hui, les musées suisses présentent avec fierté les vestiges du butin de Bourgogne, dont les drapeaux. Mais ne peut-on pas également y voir une forme de châtiment emblématique ? Si l’on considère les emblèmes, et leurs supports, comme des projections de leurs possesseurs, l’exhibition des enseignes apparaîtrait donc comme une mise au pilori de l’individu, et, par intermédiaire, une humiliation publique par les drapeaux.

  • 25 Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. 13, p. 211 : « Le conte de Douglas conquist le pennon à me (...)
  • 26 Ibid., p. 212 : « Mais le conte de Douglas rompy ce conseil et dist “Ou despit de messire Henry de (...)
  • 27 Ibid., p. 215 : « Quant messire Henry de Persy eut entendu ces nouvelles, il fut tout resjouy et di (...)
  • 28 Ibid., p. 211.
  • 29 Le livre des trahisons de France, op. cit., p. 241-242.
  • 30 Olivier de La Marche, Mémoires, op. cit., t. 3, p. 211-212.

8Ce caractère humiliant que provoquait la prise d’un drapeau est d’ailleurs confirmé par les efforts qu’étaient susceptibles de fournir les combattants pour le récupérer. Ainsi, en 1388, alors que les Écossais préparaient l’invasion de l’Angleterre, le comte James de Douglas entreprit une chevauchée dans le comté de Northumberland et, au cours d’un affrontement devant Newcastle-upon-Tyne avec Henri Percy, fils du comte de Northumberland, réussit à conquérir le pennon de ce dernier25 : cette conquête de l’enseigne fut une fierté pour les Écossais et une humiliation pour les Anglais et Froissart insiste bien sur la volonté de chaque camp de la garder26 ou de la récupérer, ce que d’ailleurs Henry Percy entendit bien faire27, l’enseigne étant alors assimilée à un prisonnier de guerre de valeur ; quant au destin de cette enseigne, le comte de Douglas ne cacha pas ses ambitions, si l’on en croit ce qu’il déclara à Henry Percy : « Henry, Henry, j'en rapporteray tant devostre parure en Escoce et la mettray sur mon hostel de Dalquest au plus hault, par quoy tous la pourront veoir de plus loing28 ». De la même manière, durant la guerre du Bien Public, au cours de la bataille de Montlhéry, alors que le combat faisait rage entre les troupes françaises et celles du comte de Charolais, un moment au cours duquel les Français ont d’ailleurs cru que ce dernier avait été tué, une enseigne du comte fut conquise par l’ennemi, avant d’être reprise grâce au courage des archers picards, ce qui n’empêcha pas la mort de plusieurs Bourguignons pour mener à bien cette opération : l’importance du drapeau était telle que des hommes n’ont pas hésité à risquer leur vie afin de le récupérer29. Les combattants pouvaient donc faire preuve d’un grand respect, et même d’une grande fidélité, vis-à-vis des enseignes, respect et fidélité d’ailleurs équivalents à ceux dus au seigneur qu’elles représentaient, réduisant ainsi la séparation entre le corps physique du prince et son enseigne. Le dévouement des hommes d’armes était d’ailleurs tel que certains prirent les consignes concernant l’abandon de l’enseigne très au sérieux, quitte à y laisser la vie : Olivier de La Marche nous apprend qu’à la bataille de Morat, en 1476, « mourut le conte de Marie, filz du conte de Sainct Pol, et ce bon et vaillant escuyer Jaques du Mas, l'estendart du duc de Bourgoingne en ses bras, que onques ne voulut habandonner30 » ; bien qu’il ne s’agissait que de l’étendard, l’écuyer semble avoir considéré l’enseigne comme une part de son maître, qu’il ne pouvait donc pas abandonner. Outre l’exaltation de la victoire, l’exhibition des drapeaux permettait donc également le rabaissement des vaincus, et plus particulièrement de l’individu à qui appartenaient les emblèmes qui y étaient représentés : celui-ci, par l’intermédiaire de ses emblèmes, se voyait publiquement humilié.

Pourquoi alors le détruire ?

  • 31 Le livre des trahisons de France, op. cit., p. 182.
  • 32 Voir par exemple Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. Siméon Luce, Paris, Librairi (...)
  • 33 Chronique du Religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, éd. Louis- (...)

9Malgré tout, tous les combattants ne témoignaient pas d’un tel soin vis-à-vis des enseignes qu’ils récupéraient : certaines étaient la proie d’une véritable agressivité qui entraînait leur destruction, ce qui peut étonner, au premier abord, compte tenu de la valeur qu’avait la prise sur le moral des troupes. Parfois, la capture des enseignes n’était même pas une option, et les combattants avaient à cœur de simplement les détruire, en témoigne la rage des troupes de Philippe le Bon à l’encontre des enseignes anglaises et de leurs porteurs au cours de la bataille de Brouwershaven (1426)31. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres : les chroniqueurs font souvent état d’enseignes « abattues » lors des combats32. Ce terme, assez fréquent, signifie que le drapeau était jeté à terre, ce qui était déjà un geste symboliquement fort et supposait un surplus de violence en conséquence car il avait de grandes chances d’être ensuite piétiné. Ne perdons toutefois pas de vue le contexte particulier que représentait la guerre. N’oublions pas, par exemple, que faire disparaître ce signe de reconnaissance pouvait jeter le trouble sur le champ de bataille et peut-être changer le cours de l’affrontement : la prise laissait subsister une possibilité de récupération, mais pas la destruction. Ce fut probablement ce qu’avaient en tête les Bourguignons lors de la bataille d’Othée en 1408 puisqu’ils mirent en pièces l’étendard de saint Lambert, le saint patron de leurs adversaires liégeois : en conséquence, « les Liégeois plièrent; leur armée n'offrit bientôt plus que l'aspect d'une masse flottante et sans ordre, qui ne put soutenir les charges réitérées de la cavalerie33 ». Bien sûr, il est indéniable que la volonté des combattants de s’en prendre virtuellement à un ennemi qu’ils ne pouvaient toucher, d’extérioriser leur rage, guerrière ou personnelle, en s’acharnant sur les enseignes a pu jouer dans cette pratique : au vu des sensibilités médiévales, cela n’aurait rien de surprenant. Il est cependant souvent difficile de faire la distinction entre les comportements liés à la tactique militaire et ceux traduisant le ressenti personnel des combattants. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas forcément incompatibles : en voulant priver l’ennemi d’un signe de reconnaissance assimilé au chef militaire de la troupe, les combattants s’en prenaient d’une certaine manière à sa personne.

  • 34 Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. 9, p. 188.

10Hors du contexte guerrier et de la violence qu’il supposait, la manière de considérer la destruction des drapeaux, ou les outrages dont ils pouvaient être les victimes, apparaît plus claire. Si nous reprenons l’exemple de la bannière du comte de Flandre, cité en introduction, il semble raisonnable de considérer que les insurgés virent cet acte comme une manière détournée de s’en prendre physiquement à leur seigneur, contre lequel ils avaient un certain nombre de griefs : le fait qu’ils semblent s’être autant acharnés sur l’enseigne que sur le bailli suppose qu’à leurs yeux le drapeau fonctionnait comme un substitut du prince ; en tenant à se faire accompagner par la bannière aux armes de son maître, le bailli, quant à lui, considérait probablement que c’était comme si le comte était présent en personne. Cette conception est renforcée si l’on en juge par la réaction de Louis de Mâle : il entra dans une grande colère, autant en raison de la mort du bailli que du fait que les Gantois aient, selon ses dires, « deschiret ma bannière et pifflée as pies34 » ; le comte y voit une attaque contre sa personne physique et il est à deux doigts de faire trancher la tête des envoyés gantois : on peut bien sûr penser que cette réaction soit seulement due à la mort du bailli, mais le fait qu’il ait cité la bannière signifie bien que l’acte à l’encontre de ses emblèmes était grave. Bien évidemment, il est toujours possible de remettre en question la fidélité des propos rapportés par le chroniqueur, mais ce récit n’en reste pas moins intéressant : Jean Froissart nous livre malgré tout un témoignage des mentalités médiévales et de la conception que l’on pouvait avoir du drapeau.

  • 35 Chronique métrique de Godefroy de Paris, éd. Jean Alexandre Buchon, Paris, Verdière, 1827, v. 1993 (...)
  • 36 Chronique du Religieux de Saint-Denys, op. cit., t. 4, p. 515.
  • 37 Laurent Hablot, Ibid.

11Nous pourrions citer d’autres exemples de l’utilisation des drapeaux pour un châtiment in absentia : en 1303, une fois la troupe de Guillaume de Nogaret chassée de la ville, la population d’Anagni s’en prit aux bannières fleurdelisées35 ; en 1411, en pleine guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons, les Parisiens, n’arrivant pas à faire cesser les exactions des troupes du duc d’Orléans dans les environs de la capitale, reprochèrent au comte de Saint-Pol, capitaine de Paris, son inaction : le Religieux de Saint-Denis nous dit qu’ils « vomirent contre lui toutes sortes d'injures et de malédictions; puis ils mirent en pièces sa bannière qui était arborée sur la porte Saint-Denys et la jetèrent ignominieusement dans les fossés36 » ; en 1412, le duc de Lorraine fut reconnu coupable de lèse-majesté pour avoir traîné des pennonceaux fleurdelisés à la queue de son cheval, après avoir envahi Neufchâteau37. Ces violences à l’encontre des drapeaux étaient bien dirigées, de manière détournée, contre leurs propriétaires, voire contre la fonction qu’ils étaient censés incarner : ces derniers étant absents, ou intouchables, les drapeaux constituaient un substitut idéal pour recevoir la peine, du fait des emblèmes qu’ils portaient. Dépecer une enseigne signifiait châtier le propriétaire lui-même, et exhiber des enseignes prises au combat pouvait être vu comme une mise au pilori de leurs possesseurs : faute d’avoir la victime en personne, il était possible de diffamer une image le représentant ou, dans le cas présent, ses emblèmes.

12Bien sûr, ces pratiques ne sont pas spécifiques au Moyen-Age et il serait possible de multiplier les exemples au cours des différentes périodes. Il convient bien évidemment de rester prudent : l’emblème personnel d’un prince n’est pas comparable avec un drapeau national, reconnu comme symbole officiel par un État. Mais il est indiscutable que les drapeaux sont encore victimes de violences aujourd’hui, et que ces violences sont en fait dirigées contre une entité inaccessible physiquement. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire de se projeter très loin dans le passé. Ainsi, suite à la mort, le 3 janvier 2020, de Qassem Soleimani, conséquence d’une frappe de drone réalisée par les États-Unis, des drapeaux américains et israéliens furent brûlés par les Iraniens en colère, notamment à Téhéran, la capitale38. Toujours dans la même ville, et tout aussi marquante, nous pourrions également citer cette image d’étudiants opposés au régime qui refusèrent, le 12 janvier dernier, de marcher sur deux drapeaux géants des États-Unis et d’Israël et qui préférèrent les contourner39. Ces actions ne sont pas si différentes de celles que nous venons de voir : elles s’expliquent par la capacité du drapeau à fonctionner comme le substitut de la personne qu’il représente, et dans le cas de la période contemporaine, du peuple, de la nation ou de l’État. En outrageant le drapeau américain, les Iraniens en colère outragent le président des États-Unis, le peuple américain, leur nation, autant de cibles qu’ils peuvent difficilement atteindre physiquement : ils y arrivent par le drapeau. Celui-ci garde donc toute son importance, et cela peut se mesurer à la protection juridique dont il peut bénéficier. En France, elle est assez récente, mais elle existe : le décret du 21 juillet 2010 est particulièrement explicite et témoigne bien de la gravité « d'outrager le drapeau tricolore40 ».

Haut de page

Bibliographie

Sources

Chastellain Georges, Œuvres, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 8 vol., Bruxelles, F. Heussner, 1863.

Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. Siméon Luce, Paris, Librairie Renouard, 1862.

Chronique du Religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, éd. Louis-François Bellaguet, 6 vol. Paris, Crapelet, 1839-1852.

Clercq Jacques du, Mémoires, publiées dans Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet, vol. 12 à 15, éd. Jean Alexandre Buchon, 15 vol., Paris, Verdière, 1826-1827.

Delpu Fabien, Aux sources d’une d’armée permanente. Édition critique et commentaire des ordonnances militaires de Charles le Téméraire (1471-1476), Thèse inédite de l’École Nationale des Chartes, Paris, 2013.

Froissart Jean, Chroniques, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 25 vol., Bruxelles, Osnabrück, 1867-1879.

Haynin Jean de, Mémoires, éd. Renier Chalon, 2 vol., Mons, Em. Hoyois, 1842.

La Marche Olivier de, Mémoires, éd. Henri Beaune et Jules d’Arbaumont, 4 vol., Paris, Librairie Renouard, 1883-1888.

Le Fevre De Saint-Remy Jean, Chronique, éd. François Morand, 2 vol., Paris, Librairie Renouard, 1876-1881.

Le livre des trahisons de France, publié dans Chroniques relatives à l'histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, vol. 2, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 3 vol., Bruxelles, F. Hayez, 1870-1876.

Ouvrages et travaux

Armstrong Charles Arthur John, « La Toison d’or et la loi des armes », Publication du centre européen d’études burgondo-médianes, 1963, n° 5, p. 71-77.

De Palma Julien, Les enseignes de guerre sous le principat de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467), Mémoire de master, Lille III, 2015.

Deuchler Florens, Die Burgunderbeute. Inventar der Beutestücke aus den Schlachten von Grandson, Murten und Nancy, 1476-1477, Berne, Stämpfi & Cie, 1963.

Gauvard Claude, « De grace especial ». Crime, État et société en France à la fin du Moyen-Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991.

Gauvard Claude, « L’honneur du roi. Peines et rituels judiciaires au Parlement de Paris à la fin du Moyen-Age », in Claude Gauvard et Robert Jacob (dir.) Les rites de la justice. Gestes et rituels judiciaires au Moyen Âge occidental, Paris, Les Cahiers du Léopard d'or, 1999, p. 99-123.

Gonthier Nicole, Le châtiment du crime au Moyen-Âge, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998.

Granier Solène, « L’église des trophées », in Antoine de Romanet de Beaune et Alexandre d’Andoque de Sériège (dir.), Saint-Louis des Invalides. La cathédrale des armées françaises, Paris, La Nuée Bleue, 2018, p. 299-305.

Hablot Laurent, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Thèse de doctorat, 5 vol., Poitiers, 2001.

Hablot Laurent, « Sens dessoubz dessus. Le blason de la trahison », in Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), La trahison au Moyen-Âge. De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 331-347.

Hablot Laurent, « Emblèmes outragés, corps ravagés. L’utilisation de l’emblématique dans les châtiments à la fin du Moyen-âge », in Lydie Bodiou, Véronique Mehl et Myriam Soria (dir.), Corps outragés, corps ravagés de l’Antiquité au Moyen-Âge, Turnhout, Brepols, 2011, p. 139-151.

Hablot Laurent, Manuel de [sic] héraldique emblématique médiévale, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019.

Pastoureau Michel, Une histoire symbolique du Moyen-âge occidental, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

Schnerb Bertrand, Bulgnéville, 1431 : l'État Bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, Economica, 1993.

Schnerb Bertrand, L’État bourguignon, Paris, Perrin, 2005 [reprint de l’éd. de Paris, 1999].

Haut de page

Notes

1 Bertrand Schnerb, L’État bourguignon, Paris, Perrin, 2005 [reprint de l’éd. de Paris, 1999], p. 64.

2 Jean Froissart, Chroniques, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 25 vol., Bruxelles, Osnabrück, 1867-1879, t. 9, p. 180.

3 Laurent Hablot, « Sens dessoubz dessus. Le blason de la trahison », in Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), La trahison au Moyen-âge. De la monstruosité au crime politique (Ve-XVe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, p. 333-334. Pour le procès de Robert d’Artois, voir BNF, Ms. Fr. 18437 : au folio 2 on trouvera une miniature représentant le procès sur laquelle le comte est notamment figuré par son écu armorié.

4 Laurent Hablot, « Emblèmes outragés, corps ravagés. L’utilisation de l’emblématique dans les châtiments à la fin du Moyen-âge », in Lydie Bodiou, Véronique Mehl et Myriam Soria (dir.), Corps outragés, corps ravagés de l’Antiquité au Moyen-âge, Turnhout, Brepols, 2011, p. 140.

5 Ibid., p. 143. On trouvera deux rares témoignages de la pratique de la peinture infamante et de l’exécution en effigie dans Laurent Hablot, « Sens dessoubz dessus. Le blason de la trahison », op. cit., p. 339 : une lettre de diffamation rédigée à l’encontre de Louis de Hesse par Jean de Lowenstein en 1438, qui figure le prince pendu par les pieds accosté de son écu inversé et la copie du XVIIe siècle d’une peinture d’infamie commandée par Saydro et Isaac Straubinger à l’encontre de Hans Judman, en 1490, représentant leur adversaire pendu par les pieds, accosté de ses armes inversées et agressé par un diable.

6 Laurent Hablot, Ibid., p. 331.

7 Texte consulté sur : https://www.conseil-constitutionnel.fr/le-bloc-de-constitutionnalite/texte-integral-de-la-constitution-du-4-octobre-1958-en-vigueur

8 Pour cette partie je me permets de reprendre mon travail réalisé en master sur les drapeaux militaires du duc Philippe le Bon : Julien De Palma, Les enseignes de guerre sous le principat de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467), Mémoire de master, Lille III, 2015.

9 Ce sont des points sur lesquels s’accordent les sources : à titre d’exemple, l’auteur du Livre des trahisons de France nous décrit Jean de Villiers, seigneur de L’Isle-Adam, qui, lors de la bataille de Brouwershaven en 1426, « portoit celluy jour la banière quarrée du duc Philippe » (p. 182). Le même chroniqueur nous décrit également l’étendard que Philippe le Bon utilisa lors du siège de Crépy en 1420, « sans fente nulle, ains estoit comme un penon » (p. 148), nous informant ainsi, d’une part, que l’étendard était généralement à queue d’aronde et, d’autre part, que le pennon n’avait qu’une seule queue, information corroborée par les descriptions de la cérémonie de découpe du pennon, qui font mention de « la » queue de ce drapeau. Le livre des trahisons de France, publié dans Chroniques relatives à l'histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne vol. 2, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 3 vol., Bruxelles, F. Hayez, 1870-1876.

10 Michel Pastoureau, Une histoire symbolique du Moyen-âge occidental, Paris, Éditions du Seuil, 2004, p. 13-14 : pour reprendre les termes de l’auteur, « l’emblème est un signe qui dit l’identité d’un individu ou d’un groupe d’individus », alors que « le symbole au contraire a pour signifié non pas une personne physique mais une entité abstraite, une idée, une notion, un concept ».

11 L’hypothèse selon laquelle l’évolution de l’équipement militaire entre la fin du XIe et le milieu du XIIe, rendant difficile l’identification des combattants, entraîna l’habitude de peindre des figures sur la surface de leurs boucliers, comme signes de reconnaissance, est aujourd’hui contestée : voir Laurent Hablot, Manuel de [sic] héraldique emblématique médiévale, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019, p. 25.

12 Ibid., p. 25 et 37.

13 Laurent Hablot, La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir, Thèse de doctorat, 5 vol., Poitiers, 2001, t. 1, p. 191 et t. 2, p. 250-251.

14 Jean Le Fèvre de Saint-Rémy, Chronique, éd. François Morand, 2 vol., Paris, Librairie Renouard, 1876-1881, t. 2, p. 218.

15 Charles Arthur John Armstrong, « La Toison d’or et la loi des armes », Publication du centre européen d’études burgondo-médianes, 1963, n° 5, p. 77.

16 Il est par exemple possible de se référer à l’ordonnance de Bohain du 13 novembre 1472 : « La maniere du marchier, soit en front ou en train, sera que chacun home d'armes et de traict, de pied et de cheval, suivrat son enseigne, sans l'abandonner ne aller devant ou demeurer derriere pour courre, pour chevauchier, pour pillier ou fouragier […] Et ordonne mondict seigneur que nul home d'armes ou de traict, de cheval ou de pied, ne se meslent en cheminant, ceulx de l'une dizaine parmy l'autre, mais suive chacune dizaine sa cornette. Et en oultre, ordonne mondict seigneur que tous lesdicts homes d'armes, s'ils n'ont en some de maladie, blesseure ou autre raisonnable cause, accompagnent leurs enseignes armés a blanc et de toutes pieces, […] ». Publié dans Fabien Delpu, Aux sources d’une d’armée permanente. Edition critique et commentaire des ordonnances militaires de Charles le Téméraire (1471-1476), Thèse inédite de l’Ecole Nationale des Chartes, Paris, 2013, p. 57-58.

17 Ibid., p. 82-83.

18 Julien De Palma, Les enseignes de guerre sous le principat de Philippe le Bon, duc de Bourgogne (1419-1467), op. cit., p. 163-166.

19 Sur le sujet, voir Bertrand Schnerb, Bulgnéville, 1431 : l'État Bourguignon prend pied en Lorraine, Paris, Economica, 1993, p. 85.

20 Georges Chastellain, Œuvres, éd. Joseph Kervyn de Lettenhove, 8 vol., Bruxelles, F. Heussner, 1863, t. 2, p. 305-306.

21 Olivier de La Marche, Mémoires, éd. Henri Beaune et Jules d’Arbaumont, 4 vol., Paris, Librairie Renouard, 1883-1888, t. 2, p. 297 : « et firent les Gantois moult grant joye et moult grant hu de l'estendard qu'ilz avoient gaigné ».

22 Charles Arthur John Armstrong, « La Toison d’or et la loi des armes », op. cit., p. 72-73.

23 Sur le sujet, voir principalement Florens Deuchler, Die Burgunderbeute. Inventar der Beutestücke aus den Schlachten von Grandson, Murten und Nancy, 1476-1477, Berne, Stämpfi & Cie, 1963.

24 Solène Granier, « L’église des trophées », in Antoine de Romanet de Beaune et Alexandre d’Andoque de Sériège (dir.), Saint-Louis des Invalides. La cathédrale des armées françaises, Paris, La Nuée Bleue, 2018, p. 299-300.

25 Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. 13, p. 211 : « Le conte de Douglas conquist le pennon à messire Henry de Persy par appertise d'armes, dont il fut moult courrouchié et aussi furent tous les Anglois […] ».

26 Ibid., p. 212 : « Mais le conte de Douglas rompy ce conseil et dist “Ou despit de messire Henry de Persy qui dit devant hier que il me callengeroit son pennon que je concquis par beau fait d'armes à la porte du Neuf-Chastel nous ne nous partirons point de ceste contrée […] il venra requerre son pennon, et, se il y vient, le pennon sera deffendu”. »

27 Ibid., p. 215 : « Quant messire Henry de Persy eut entendu ces nouvelles, il fut tout resjouy et dist “Or sus aux chevaulx car, foy que je doy à Dieu et à monseigneur mon père je vueil aler requerre mon pennon et seront deslogiés de là avant mynuit.” » ; Ibid., p. 218 : « Messire Henry de Persy et messir Raoul son frère qui avoient grant indignation sur le conte pour tant que il avoit conquis le pennon de leurs armes aux barrières du Noeuf-Chastel […] ».

28 Ibid., p. 211.

29 Le livre des trahisons de France, op. cit., p. 241-242.

30 Olivier de La Marche, Mémoires, op. cit., t. 3, p. 211-212.

31 Le livre des trahisons de France, op. cit., p. 182.

32 Voir par exemple Chronique des quatre premiers Valois (1327-1393), éd. Siméon Luce, Paris, Librairie Renouard, 1862, p. 56 : « ilz abatirent les banieres au roy de France », p. 161-162 : « Et là furent abatues les banieres du duc Charles de Bloiz », p. 218 : « ilz abatirent l'estandart au duc de Braban » ; Jacques du Clercq, Mémoires, publiées dans Chroniques d’Enguerrand de Monstrelet, vol. 12 à 15, éd. Jean Alexandre Buchon, 15 vol., Paris, Verdière, 1826-1827, t. 13, p. 77 : « assailloient les Gantois ses gens et avoient abbatu son estendart » ; Jean de Haynin, Mémoires, éd. Renier Chalon, 2 vol., Mons, Em. Hoyois, 1842, t. 1, p. 37 : « ils luy abattirent sa banière de force de horions » ; Olivier de La Marche, Mémoires, op. cit., t. 2, p. 297 : « l'estendard dudit messire Symon fut abatu ».

33 Chronique du Religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI, de 1380 à 1422, éd. Louis-François Bellaguet, 6 vol. Paris, Crapelet, 1839-1852, t. 4, p. 171.

34 Jean Froissart, Chroniques, op. cit., t. 9, p. 188.

35 Chronique métrique de Godefroy de Paris, éd. Jean Alexandre Buchon, Paris, Verdière, 1827, v. 1993 à 2042 : « La bannière le roy osté / ont, qui sus le schastel estoit mise. / Chascun sa partie en a prise, / Et l’ont despecie trestoute / pièce ni ot qui ne fut route ». Cité dans Laurent Hablot, « Emblèmes outragés, corps ravagés. L’utilisation de l’emblématique dans les châtiments à la fin du Moyen-âge », op. cit., p. 141.

36 Chronique du Religieux de Saint-Denys, op. cit., t. 4, p. 515.

37 Laurent Hablot, Ibid.

38 Voir par exemple https://www.lepoint.fr/monde/en-iran-drapeaux-americains-brules-des-milliers-pleurent-le-general-soleimani-04-01-2020-2356143_24.php. Les images similaires ne manquent pas sur Internet.

39 https://www.huffingtonpost.fr/entry/des-manifestants-iraniens-filmes-en-train-deviter-de-fouler-des-drapeaux-americain-et-israelien_fr_5e1b33e4c5b6640ec3d5f6fc

40 Texte consulté sur : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022509096&categorieLien=id

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien De Palma, « Les crimes et châtiments emblématiques à travers l’exemple du drapeau médiéval », Criminocorpus [En ligne], Châtiments symboliques et imaginés, Les moyens symboliques et imaginés du châtiment, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7933

Haut de page

Auteur

Julien De Palma

Julien De Palma est doctorant en Histoire médiévale à l’Université de Lille. Ses recherches portent sur l’emblématique princière à la fin du Moyen Âge et plus particulièrement son usage dans le monde militaire. Il prépare actuellement une thèse sur « Le prince en armes. Image et représentations des ducs de Bourgogne de la maison Valois en chefs de guerre (1363-1477) » sous la direction de Bertrand Schnerb.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search