Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...16Les moyens symboliques et imaginé...La guerre civile, châtiment de la...

Les moyens symboliques et imaginés du châtiment

La guerre civile, châtiment de la société de la Deuxième République dans Le Lendemain de la victoire, de Louis Veuillot (1849). La fiction au service de la lutte antisocialiste

Ivan Burel

Résumés

Si la guerre civile a pu être rangée parmi les pires maux, annonçant le déchirement du fragile équilibre soutenant la société, cette défiance n’est pas universellement partagée par les penseurs du politique au XIXe siècle. Louis Veuillot, publiciste catholique intransigeant, s’emploie ainsi dans sa pièce aux frontières de la politique-fiction et de la littérature de l’imaginaire, Le Lendemain de la victoire, Vision, à imaginer une guerre civile s’abattant sur la France. Une guerre civile apocalyptique, qui sert de châtiment à une France s’étant détournée de Dieu au profit d’un libéralisme discutant. Ce châtiment a cependant pour but de régénérer la France, et, loin de constituer une simple fantaisie de l’auteur, cette œuvre s’inscrit dans une littérature antisocialiste visant sous la Deuxième République à légitimer un coup de force contre une potentielle insurrection socialiste.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Caron, « Discours antagonistes sur la guerre civile : entre réprobation et exaltation ( (...)
  • 2 Le Journal de Bruxelles, 28 juin 1848.
  • 3 Louis Veuillot, L’Univers, 28 Juin 1848.
  • 4 François Fourn, « 1849-1851 : l’anticommunisme en France. Le Spectre rouge de 1852 », in Sylvie Apr (...)

1Au lendemain des combats de rue parisiens de juin 1848, « archétype de la guerre civile française » du premier XIXe siècle1, le sentiment d’avoir évité de justesse un triomphe du socialisme en armes et l’effondrement de la société, traverse la classe politique française. Si d’aucuns évoquent une victoire décisive, des « Champs catalauniques » de l’anarchie2, l’écrivain et journaliste Louis Veuillot est loin de partager ce point de vue. Au contraire, bien qu’il se réjouisse de la victoire, celle-ci ne saurait être que passagère et fugace, « On songe à fermer quelques clubs, à supprimer quelques écrits, à désarmer quelques milliers d’hommes, et l’on croit que tout sera fait3. » Afin d’alerter ses contemporains et dénoncer ce qu’il perçoit comme le péril socialiste, il se lance dans la rédaction de plusieurs opuscules, réunis lors d’une réédition sous le titre de Dialogues Socialistes : L’Esclave Vindex, La légalité et une pièce Le lendemain de la victoire, Vision. Le Lendemain, écrit à la fin de l’année 1848, est publié dans la Revue des Deux Mondes de Juillet à Août 1849, et pourrait n’être qu’un des nombreux pamphlets antisocialistes foisonnant sous la Deuxième République4. Cependant, le sujet de cette œuvre le démarque de ses contemporains. Il imagine en effet, dans une sorte de politique fiction, la victoire prochaine des socialistes lors d’une insurrection urbaine. Aucun nom de responsable politique existant n’est cité, l’action se déroulant « En Europe » sans plus de précision, mais les allusions à la Deuxième République, à la France et à nombre de figures politiques réelles sont évidentes. Après le succès de cette insurrection, la guerre civile éclate dans tout ce pays, véritable sujet de cette pièce, permettant à Veuillot d’exposer par la fiction ses vues sur la guerre civile 

  • 5 Louis Veuillot, Le lendemain de la victoire, Paris, Lecoffre, 1849, p. 39.

« Le blé sous la meule subit un travail de purification. Nous avons grand besoin d’être purifiés, chacun de nous pour gagner le ciel, l’humanité tout entière pour mieux connaitre son but, et notre nation en particulier pour remplir dans le temps sa mission si glorieuse et si déplorablement oubliée 5 »

  • 6 Jean Claude Caron, op. cit., p 48.
  • 7 Nicolas Dubos, Le mal extrême, la guerre civile vue par les philosophes, Paris, CNRS Éditions, 2010 (...)
  • 8 Philippe Braud, « La violence politique : repères et problèmes », in Philippe Braud (dir.), La viol (...)
  • 9 Joseph de Maistre, Les Soirées de Saint Pétersbourg, ou entretiens sur le gouvernement temporel de (...)
  • 10 Jean Claude Caron, Discours antagonistes, p 54.

2Ces mots du Père Alexis, un des héros de la pièce, nous amènent à interroger les buts de la guerre civile pour notre auteur. Loin de redouter cette calamité, Veuillot avoue espérer sa venue, destinée à châtier une France impie pour mieux la relever, dans une logique eschatologique contre-révolutionnaire. Jean Claude Caron parle au XIXe siècle d’une réception entre « réprobation et exaltation » de ce déchirement civil6. Si d’aucuns voient en elle un « mal absolu7 », brisant le « progrès » de la société et mettant à bas le fragile édifice social la soutenant8, à l’inverse, un courant d’idées, non homogène, en fait l’apologie. Libérant les travailleurs et réduisant à néant les chaînes monarchiques ou revitalisant une société divisée et impie, les justifications sont diverses. Parmi ces plus fameux apologistes, l’on songe notamment Joseph de Maistre, élevant dans ses Soirées de Saint Pétersbourg la guerre à une « loi de ce monde9 », ne souffrant que de bien courtes trêves ; Chateaubriand regrette quant à lui la faiblesse des Bourbons en juillet 1830, leur refus d’accepter de livrer une guerre à l’échelle de la France pour sauver leur trône10. À une justification révolutionnaire du conflit civil répond ainsi une tradition contre-révolutionnaire, donnant au sang versé une fonction rédemptrice pour la patrie.

  • 11 Pierre Pierrard, Louis Veuillot, Beauchesne, Paris, 1998, p 130.
  • 12 Cité dans Benoit Le Roux, Louis Veuillot. Un homme, un combat, Paris, Tequi, 2005, p. 79.
  • 13 Juan Donoso Cortès, « Lettre à MM. Les rédacteurs du Pais et du Heraldo. Berlin, le 16 juillet 1849 (...)

3Journaliste catholique intransigeant, clérical convaincu, rédacteur en chef du journal L’Univers à partir de 1843, Louis Veuillot s’inscrit dans cet héritage intellectuel contre-révolutionnaire inspiré de Bonald, Maistre, et trouvant sa source dans les combats pour une société organique et catholique. Sa verve, son ton polémique, volontiers agressif si ce n’est injurieux à l’encontre de ses adversaires, font de lui une figure controversée, aussi bien dans le champ littéraire et éditorial français que dans les rangs catholiques11. Sous la République, qu’il a ralliée sans enthousiasme, il mène un combat journalistique acharné face aux forces politiques progressistes et démocrates-socialistes, accusées de préparer la ruine de la France et de la religion. Soutien de Louis Napoléon Bonaparte à l’élection présidentielle de 1848, ce n’est pas pour autant un bonapartiste ou un partisan enthousiaste du parti de l’Ordre « Nous, catholiques, nous sommes enclavés dans le parti de l’ordre, mais nous ne lui appartenons pas12. » Pour ce polémiste, le véritable combat oppose les militants de l’Église et ses ennemis, dans un écho aux thèses de Juan Donoso Cortès dont Veuillot s’inspire allègrement à compter de 1849 « Oui, la société européenne se meurt […] elle se meurt parce que Dieu l'avait faite pour être nourrie de la substance catholique, et que des médecins empiriques lui ont donné pour aliment la substance rationaliste13. »

  • 14 Geoffrey Cubitt, « La guerre civile imaginée dans la France du XIXe siècle : Michelet, Crétineau-Jo (...)

4Alors que les élections législatives de 1849 approchent et que les conservateurs s’inquiètent des percées socialistes dans les campagnes et de leur influence au sein d’une large part de l’électorat français, Veuillot entend apporter sa solution à ce « spectre rouge » : la primauté de l’Église. Cependant, cette contre-offensive ne pourrait intervenir par les seuls moyens électoraux. Dans sa « Vision » du Lendemain, Veuillot annonce la guerre civile à venir, où l’Église saura retrouver, par le martyre et par la croisade14, sa première place. Le Lendemain de la Victoire est dès lors un pamphlet électoral 

  • 15 Louis Veuillot, op. cit., p. 13.

« Que sortira-t-il de la cuve, après qu'elle aura bouilli plusieurs années ? Que voudra, qu'exigera ce peuple pressé de tant de convoitises, enivré de tant de venins, irrité de tant de déceptions ? Qu'imagineront, pour le satisfaire ou pour l'occuper, ses chefs pleins d'épouvante et de haine, d'orgueil et d'ignorance ? Ce chaos à dépeindre passe mes forces. Il m'est apparu dans un brouillard de sang ; je n'ai pu prendre sur moi d'y chercher le détail grotesque des déceptions réservées au Phalanstère, à la Triade, à la Banque d'échange, ou à l'Icarie15. »

  • 16 Louis Veuillot, La Légalité, Dialogues philosophiques, Paris, Plon, 1852, p. 216.

5Or, cette victoire socialiste ne serait pas le fait de quelques conspirateurs. Le véritable responsable de cette victoire serait Dieu, afin de mieux punir une société s’étant écartée de ses lois ; « Crois ou meurs », ce sont par ces mots que s’achèvent ses Dialogues socialistes16. Dans cette nation vouée aux tourments, il s’agit d’étudier comment, par ce châtiment théâtral, imaginé, Veuillot s’emploie à faire l’éloge d’une guerre civile destinée à régénérer la société française ?

« Tout discuter, tout attaquer, tout renverser », le crime du libéralisme

  • 17 Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard, 1992, p. 181.
  • 18 Thomas Robert Bugeaud, La guerre des rues et des maisons, Manuscrit inédit présenté par Maité Bouys (...)
  • 19 Raoul Girardet, La société militaire de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 1998, p. 18.
  • 20 Compte-rendu des séances de l’Assemblée Nationale, Tome Deuxième, 21 juillet au 10 octobre 1849, Pa (...)
  • 21 G. Braccini, L’armée et le socialisme, simples réflexions sur la question du moment, par un paysan (...)
  • 22 Louis Veuillot, La guerre et l’homme de guerre, Paris, Société générale de librairie catholique, 18 (...)

6En dépit de leur défaite de juin 1848, les partisans de l’établissement d’une république sociale en France s’emploient à diffuser leurs idées par un intense travail de propagande en ville comme dans les campagnes et n’entendent pas baisser les bras17. La possibilité de renouveler le coup de force fait cependant l’objet d’importantes divisions dans les rangs d’un courant qui, contrairement aux craintes conservatrices, n’est en aucun cas unifié et homogène. Dans les diverses nuances de l’antisocialisme qui se forgent avant et après ces combats, un constat similaire se développe peu à peu : le combat n’est pas terminé, une insurrection peut surgir à tout moment18. Face à cette crainte d’un soulèvement intérieur, l’armée, jusqu’alors considérée avec méfiance par une part importante de la bourgeoisie l’associant à un bellicisme suspect19, acquiert le rôle d’« arche sainte » de la société20, de dernier rempart contre l’inexorable vague socialiste. Une armée dont la verticalité et la discipline semblent apporter une réponse efficace aux démocrates-socialistes21. Louis Veuillot adhère pleinement à cette vision, son ouvrage postérieur La guerre et l’homme de guerre associant d’ailleurs le métier des armes à la sainteté22. Apologie de l’armée, apologie de sa hiérarchie et de sa verticalité, semblable à celle de l’Église ; c’est à l’inverse pour avoir introduit le droit à discuter de tout, à tout mettre en cause, que le libéralisme est incapable d’avoi raison de façon définitive du socialisme.

  • 23 Louis Veuillot, Le lendemain de la victoire, op. cit., p. 103.
  • 24 Louis Veuillot, « L’esclave Vindex », dans Louis Veuillot, Dialogues socialistes, Paris, Palmé, 187 (...)

7Dans la pièce, alors que les fusils de la révolution du Lendemain sont encore brûlants et que la République libérale s’est effondrée en quelques jours, plusieurs figures du régime déchu fuient la capitale. Les journalistes Protagoras et Démophile, le poète Phébus – caricature à peine déguisée de Lamartine – doivent fuir la ville, déguisés en ouvriers. Protagoras, qui semble échaudé par ces évènements accuse Démophile d’en avoir été responsable « ! N'êtes-vous pas d'avis que l'espèce humaine, du moment qu'elle écrit dans un journal, ou parle dans un barreau, ou pérore sur une place publique, est parfaite ? N'avez-vous pas soutenu qu'elle ne s'égare que dans la chaire sacerdotale23 […] ??  » La liberté d’expression est synonyme de blasphème, de lutte contre l’Église « la chaire sacerdotale » mais ne fait que préparer le terrain à la prise de pouvoir socialiste en détruisant toutes les entraves à son succès. Tout comme le prédisait le personnage de l’esclave Vindex dans la pièce éponyme « Le jour où tu as défendu aux prêtres de m’instruire, j’ai été instruit. J’ai appris à ne plus craindre Dieu, j’ai méprisé toute autorité, et tu n’es pas né pour me faire craindre ni estimer les hommes24. »

  • 25 Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, Paris, E Dentu, 1851.
  • 26 Louis Veuillot, Le lendemain…, op. cit., p. 4.
  • 27 Gérard Gengembre, La contre-révolution ou l’histoire désespérante, Paris, Imago, 1989, p. 150.
  • 28 Carl Schmitt, Donoso Cortès in gesamteuropaïscher Interpretation, Vier Aufsätze, Berlin, Duncker un (...)
  • 29 Louis Veuillot, L’Esclave Vindex, op. cit., p 6.

8Le crime du libéralisme, depuis 1789, est d’avoir conduit irrémédiablement au socialisme, un socialisme qui est loin d’être né avec Proudhon – confondu par les conservateurs parmi les socialistes25 – Cabet, Saint-Simon ou Babeuf. Le socialisme est sous la plume contre-révolutionnaire un antagoniste surgi du fond des âges, nouvel adversaire d’un combat éternel « Les socialistes sont la lignée directe des libres-penseurs, qui descendent eux-mêmes de Luther, lequel était le fils de Mahomet, fils d’Arius, et tout remonte à celui qui fut rebelle, envieux et homicide depuis le commencement26 » dans une tradition s’approchant des théories de l’abbé Barruel sur les origines de la révolution française supposément née d’un complot. Née de Cain, cette mauvaiseté propre au pêcheur se contient par un seul moyen : le visage miséricordieux du Christ. Le libéralisme a de fait commis son péché originel en discutant de la foi, du dogme et de la Vérité révélée, en remplaçant l’organicisme sociétal par un individualisme libéral27. Une position rejoignant celle Juan Donoso Cortès, dont la pensée s’affirme au sein des conservateurs européens depuis son discours de janvier 1849, défendant la dictature militaire et la primauté l’Église comme les seuls obstacles au triomphe socialiste. Le Lendemain montre de fortes similitudes avec la critique du penseur espagnol adressée à la bourgeoisie parlementaire « clasa discutidora », « classe discutante », dont le primat de la discussion et du débat empêche tout retour à l’action28. Veuillot n’attribuant la survie précaire du régime qu’à la « Sainte trinité libérale » de l’infanterie, artillerie et cavalerie29, destinée inéluctablement à s’effondrer.

  • 30 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 192.

9Dans la pièce de Veuillot, lorsque la guerre civile finit par éclater, celle-ci, en plus de séparer le pays selon les appartenances politiques, scinde la France entre la capitale tenue par les socialistes et le reste du pays aux mains de diverses factions. Les incarnations des divers régimes parlementaires depuis 1789, qu’ils soient orléanistes ou républicains, et qui contrôlent « l’Est » ne sont pas en mesure de s’unir et de présenter un front commun à la veille de la bataille, s’insultant et s’attribuant réciproquement la faute de la naissance du socialisme. La guerre civile ne se livrera pas entre socialisme et libéralisme – Veuillot assimilant en un bloc toutes les innovations issues de 1789 – mais entre socialisme et catholicisme. Faisant tenir sa doctrine par l’un des jeunes combattants libéraux, pressentant la débâcle à venir, celui-ci annonce son intention de rejoindre l’armée traditionnaliste de l’Ouest « C'est vous qui avez perdu la patrie. Vous avez été égoïstes dans le pouvoir ou séditieux dans l'opposition ; vous êtes toujours en révolte contre la loi de dévouement et d'obéissance, qui pourrait seule sauver l'humanité30. »

« Dieux des armées, est-ce là le châtiment ? », La guerre civile, « moisson » d’une société impie

  • 31 Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, (...)
  • 32 Thomas R. Forstenzer, French Provincial Police and the Fall of the Second Republic, Princeton, Prin (...)
  • 33 Dominique Kalifa, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.
  • 34 Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848, Paris, La Découverte, 20 (...)

10La révolution du Lendemain s’inspire de faits réels ayant marqué les esprits au-delà des seuls soutiens du parti de l’ordre, à l’image de l’assassinat du général Bréa aux mains d’insurgés parisiens en juin 1848. Elle fait de même un mélange des genres, des époques, et de ce qui, dans l’esprit de nombre de conservateurs, devrait nécessairement aboutir en cas de victoire socialiste ; à savoir une orgie de pillages et de massacres31. Comme l’a relevé Thomas Forstenzer, dans un moment de crise politique et sociale, les discours se cristallisent et se radicalisent, autour d’un ennemi qui dans les faits n’est en rien unifié, mais qui acquiert une centralisation, une dimension conspiratrice s’étendant sur la France32. À la peur du socialisme au pouvoir rejoint celle du soulèvement des « Bas-Fonds33 », de la descente des nouveaux barbares des faubourgs sur la société industrielle, aux mœurs jugées dépravées34, des barbares qui sous la plume de Veuillot deviennent alors libre d’assouvir leurs plus bas instincts.

11En quelques mois, les réquisitions se succèdent, la famine règne sur le pays, le pouvoir ne repose que sur la terreur déchainée de milices recrutées dans la pègre et par l’interdiction de toute presse libre. Le conseil de la République tient de la rencontre de Sardanapale et du père Ubu : le Consul est un lâche, le général Galuchet commandant des armées un débauché gouvernant en robe de chambre et gouverné par une actrice, le ministre du progrès se lançant dans une tirade sur l’amour universel entre tous les individus doit être évacué pour cause d’aliénation mentale. Pour lutter contre le déficit commercial, le ministre des finances propose une solution radicale : les femmes emprisonnées pour délit politique seraient destinées à être vendues sur les marchés aux esclaves du Maroc ou de Perse. Les enfants sont arrachés à leurs familles par l’État. Le tout alors que Paris se convulse dans les émeutes et la destruction des édifices religieux. Ce portrait de bacchanale n’est pas, encore une fois l’apanage de Veuillot, il rejoint les nombreux topos antisocialistes sous la République, celle d’une crainte, sincèrement partagée ou instrumentalisée, d’un effondrement non seulement des institutions étatiques mais de toute forme de morale.

  • 35 Jean Pierre Derriennic, Les guerres civiles, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, p. 32.
  • 36 Louis Veuillot, Le lendemain…, op. cit., p. 146.
  • 37 Ibidem.

12Veuillot innove cependant dans cet ensemble pamphlétaire par l’introduction d’une figure mythique, celle du « Vengeur ». Pierre Derrienic parlait dans son « idéologie de la guerre civile » du schéma apocalyptique systématique qui a lieu dans les deux camps s’affrontant dans une guerre interne : celui du combat entre l’armée du Bien et l’armée du Mal, celle du Christ et de l’Antéchrist35. Dans le Lendemain, l’Antéchrist est incarné par le Vengeur, une figure obscure, dont le nom et les origines sont inconnues, ralliant les foules pour mieux les corrompre. Personnification de l’esprit de révolte, il est par essence misanthrope « Je n'aime pas les hommes, je les hais d'une haine infinie et insatiable36 » déclare-t-il. Ses buts sont obscurs ; contrairement à ses confrères en révolution jouant le rôle de caricatures outrancières des discours proudhoniens, le Vengeur incarne le pur esprit de destruction. Il est un Erostrate moderne, reportant ses attentions destructrices du temple d’Ephèse à la société du XIXe siècle. Génie du mal avant l’heure, ce fanatique n’attribue sa prise de pouvoir qu’à l’indolence de la bourgeoisie libérale « Faisons venir un bourgeois ; demandons-lui s'il existe vraiment un Dieu qui défend de vendre à faux poids, de vivre en concubinage, de faire des livres athées et de tenir des discours menteurs. En dépit de Dieu, je me fie au bourgeois pour prolonger mon règne37. »

  • 38 Louis Veuillot, L’Esclave Vindex, op. cit., p. 41.
  • 39 Armelle Le Bras Chopard, La guerre. Théories et idéologies, Paris, Montchrestien, 1994, p. 25.
  • 40 Auguste Romieu, Le spectre rouge de l’année 1852, Paris, Ledoyen, 1851, p. 70.
  • 41 Gérard Chaliand, Guerres et civilisations. De l’Assyrie à l’ère contemporaine, Paris, Odile Jacob, (...)

13Le Vengeur personnifie le châtiment de la bourgeoisie, mais ce châtiment ne frappe pas cette seule classe. Que le peuple ait été ou non pêcheur, il s’apprête à expier un demi-siècle d’innovations ayant nui au pouvoir de l’Eglise « Je veux des larmes, je veux des avilissements et des désespoirs infinis comme la colère qui bout jusqu’au fond de mes os » annonçait déjà l’esclave Vindex38. Dans une France impie, personne n’est innocent, et la culpabilité de quelques-uns entraîne dans sa chute toute une nation. Mais, en retour, et suivant les thèses de Maistre, la souffrance des martyrs est destinée à régénérer la France39. Le pouvoir détenu par le Vengeur et ses acolytes ayant mis à bas les « modérés » de la Révolution, les purges se multiplient. Lors de la scène de la « Haute cour fraternelle », sont condamnés un couple pour s’être marié, un royaliste, une bourgeoise coupable d’être riche. Ils partagent la charrette vers la guillotine avec Baisemain, un tiède mourant en lâche, quand les croyants meurent tête haute, acceptant le secours de la religion avant de passer sur l’échafaud. Veuillot semble faire sien le verset 3.15 de l’Apocalypse selon Saint Jean « Parce que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ». Il n’y a pas de place pour le milieu dans une guerre civile, chacun doit se ranger dans un camp « Entre le règne de la torche et le règne du sabre, vous n’avez plus que le choix40. » Dans une guerre civile, guerre parmi « les plus irrationnelles », ce combat est celui du « sans quartier » car « le conflit le plus radical est celui du Même contre le Même41. » En effet, contre le fanatisme nihiliste du Vengeur, se lève le fanatisme de la foi.

  • 42 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 202.

14Face aux persécutions, les catholiques se soulèvent, et à l’inverse des libéraux de l’Armée de l’Est, les paysans marchent au combat comme à la croisade « Si nous étions vaincus, si vous entendiez dire que les socialistes vont arriver, ouvre la Fleur des Saints, prosterne-toi devant le crucifix, songe à moi, songe à l'éternité, et lis la vie de sainte Apollonia et celle de saint Cyr42. » Au peuple des faubourgs de Paris, Veuillot oppose le peuple catholique et paysan, phalange de cette « Armée de l’Ouest », hommage explicite à la Vendée, et d’où un héros émerge, le comte Valentin de Lavaur. Ses parents tués par les sbires du Vengeur, sa femme otage sacrifiée à l’ennemi, Valentin incarne un chevalier de la foi relevant le gant jeté par le Vengeur et acceptant la guerre civile 

« Notre seule espérance est maintenant dans la guerre civile ; je vais voir si ce dernier effort est possible, et s'il reste quelque forêt, quelque rocher où je puisse, comme Pélage, emporter l'âme de la patrie. L'âme de la patrie, c'est la loi de Jésus. Ceux qui la nient et la veulent éteindre ne sont pas mes concitoyens ; je ne les connais plus. Le fer à la main, ils viennent m'imposer des lois pires que l'esclavage et la mort. Le fer à la main, je revendique contre eux ma liberté, mes autels, et le sol sacré où dorment vingt générations de mes pères »

  • 43 Charles Cassaigne, Le colonel Cassaigne, aide du camp du général Pélissier, d’après sa correspondan (...)
  • 44 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 379.

15La faute du sang versé revient à l’adversaire ; Lavaur ne se considère pas comme un fauteur de guerre civile, car l’ennemi n’est plus un compatriote « si Caïn était le frère d’Abel, il ne pouvait plus l’être, il ne l’était plus après son crime », écrivait déjà un officier français en juin 184843. Les opérations militaires n’étant pas décrites en détail, Veuillot nous laisse entrevoir un soulèvement national catholique aboutissant au repli des socialistes sur la capitale, prostrés dans leurs ruines, leurs barricades et défendus par des milices d’enfants-soldats face à l’armée catholique et les armées étrangères contre-révolutionnaires « Nous avions annoncé aux Cosaques que nous irions délivrer nos frères les Russes. Les Cosaques nous ont répondu qu'ils viendraient délivrer leurs frères les honnêtes gens44 » rage un des derniers socialistes. Devant les murs de la capitale, le châtiment peut définitivement s’accomplir et trouver son entière signification.

Un châtiment bénéfique ? La rédemption de la France

  • 45 Ibid., p. 384
  • 46 Juan Donoso Cortès, « Lettres de M. Donoso Cortès, sur l'avenir de la société nouvelle, A M. le com (...)

16Alors que la pièce s’achève, les derniers partisans du Vengeur le poussent à capituler, mais celui-ci refuse, contraignant ses lâches acolytes à l’abattre de leurs mains. Agonisant, le Vengeur refuse les derniers secours de la religion, offerts par le Père Alexis « Il n’y a pas de ciel pour moi […] Laisse-moi. Je suis le Vengeur, et je ne veux pas me repentir45. » Dans cette fresque apocalyptique, le Mal meurt sans espoir de salut, le combat sans concession et sans nuances entre un Bien catholique et un Mal socialiste ne pouvant se finir autrement. Contrairement au pessimisme de Donoso Cortès annonçant la fin inéluctable de la civilisation catholique « La victoire appartiendra incontestablement à la civilisation philosophique. L'homme a voulu être libre ? Il le sera. Il abhorre les liens ? Ils tombent en poussière à ses pieds46 » le providentialisme de Veuillot fait sien la thèse contre-révolutionnaire d’une rédemption par le sang versé. La France dont hérite les vainqueurs est en effet devenue une ruine, un sinistre cimetière, se dont s’enorgueillissait le Vengeur dans ses derniers moments.

  • 47 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 382.

« Je suis vaincu. L'humanité m'échappe et retourne au joug du Christ. Ce qu'elle a souffert ne m'a pas donné la joie que j'en attendais. (Il regarde autour de lui.) Elle se souviendra de moi pourtant ! […] L'herbe y pousse aujourd'hui sous les pieds de mon cheval, et ce qu'elles conservent d'habitants se cache dans les ruines quand je passe47 ! »

  • 48 Ibid., p. 372.
  • 49 Ibid., p. 364.

17Face à cet Attila contemporain, le comte de Lavaur, nouvel Aetius, peut restaurer l’Église à sa juste place « il n’y a d’autre effigie sur notre monnaie que celle du sauveur ; nous ne donnons d’autre fondement à nos codes que les commandements de Dieu et de l’Église 48 » proclame-t-il à ses fidèles. Sans pour autant annoncer un rétablissement de la monarchie, Lavaur impose aux nouveaux dirigeants de la France d’accepter un régime illibéral et la fin du parlementarisme similaire à celui de la Deuxième République « Nous savons trop qu'il est fécond en discordes, que l'autorité n'y prend point racine, que les brigues y sont naturelles, que les partis s'y forment aisément. Sans cesse il soulève des discussions où la subtilité triomphe aux dépens de la bonne foi49. »

  • 50 Jean-Claude Caron, Frères de sang, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 155.

18Le régime parlementaire une fois écarté, le comte de Lavaur devrait-il alors se saisir de la dictature ? Veuillot ne répond pas non plus à cette question, mais le message semble explicite : seule une main ferme, un sabre, peut sauver la France. Cependant, cette dictature doit-elle nécessairement intervenir après la guerre civile ou bien serait-il au contraire possible de prévenir cette guerre civile par un coup de force, un dictateur mettant en bas le régime parlementaire ? Jean-Claude Caron a bien noté le rôle « cathartique » de la violence pour Veuillot50, une violence apocalyptique, au sens premier, celui de dévoilement. Dans la tourmente révolutionnaire, chacun a pu choisir son camp et participer à une forme d’expiation collective et nationale. En dépit de son insistance à ne pas choisir de régime politique, à ne pas opposer monarchie et république et au contraire à souligner le primat du religieux, son argumentaire laisse entrevoir à la possibilité d’un coup d’État préventif.

  • 51 Auguste Romieu, op. cit. p. 94.
  • 52 France, Vincennes, Service Historique de la Défense (SHD), F1 52. Correspondance générale. 6 au 10 (...)

19En effet, nombreux sont les prosateurs à soutenir ce coup d’État, destiné à prendre de vitesse la révolution supposée imminente. Auguste Romieu, parmi les plus célèbres, dans son Spectre Rouge de l’année 1852, se fait l’apologiste d’un César comprimant aussi bien la bourgeoisie libérale que les menées socialistes « […] son rôle est simple. Prendre, d’une main ferme, la dictature la plus absolue, et se substituer à tous les textes qui nous ont gouverné depuis soixante ans 51. » Alors que plusieurs figures en France incarnent ce sabre vengeur – le prince-président tout comme le maréchal Bugeaud, ami proche de Veuillot – notre auteur semble se faire également le défenseur de ce régime d’exception. Si le parlementarisme libéral doit nécessairement amener à la guerre civile, il est alors possible d’empêcher celle-ci par la dictature. Une dictature catholique et purgeant la France de ses éléments socialistes, par une mesure de prophylaxie ; la « société en état de légitime défense » devant employer tous moyens pour survivre, selon les mots de Saint Arnaud au corps militaire lors de l’exécution du coup d’État de décembre 185152.

  • 53 Compte-rendu des séances de l’Assemblée Nationale, Tome Huitième, 11 février au 15 mars 1849, Paris (...)
  • 54 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 7.
  • 55 Ibid., p. 1.

20Apologie de la force, mais également d’une solidarité contre-révolutionnaire dépassant les frontières. À l’image de Bugeaud affirmant devant l’armée des Alpes que le véritable ennemi n’était pas au-delà de la frontière, mais en dedans de celles-ci53, le Lendemain s’associe à cette conception d’un « spectre rouge » étendant son emprise sur l’Europe. Si les allusions à la situation politique française sont évidentes, Veuillot rappelle dans sa préface que les atrocités attribuées aux révolutionnaires doivent aussi à la lecture des violences à l’étranger « j'ai regardé Vienne, Prague, Francfort, Rome, Paris ; j'ai vu les cadavres de Rossi, de la princesse Windishgractz, du général de Latour, du prince Licknowski, du général de Bréa, de Mgr Affre54. » Toutefois, par son intransigeance catholique et cléricale, Veuillot se fait lui-même l’obstacle à cette union, aussi bien avec des puissances extérieures qu’avec les autres conservateurs du Parti de l’Ordre et dont peu témoignent de l’exaltation religieuse de notre auteur, ce que lui-même reconnut dans la préface de sa pièce55.

  • 56 Maïté Bouyssy, L’urgence, l’horreur, la démocratie. Essai sur le moment frénétique français (1824 – (...)
  • 57 Frédéric Chauvaud, Histoire de la haine, Une passion funeste, 1830-1930, Rennes, Presses Universita (...)

21En conclusion, par l’étude de l’œuvre de Veuillot, une certaine conception du politique apparaît, celle d’une logique providentialiste, ne laissant aux acteurs que l’illusion d’être libres de leurs actes alors que Dieu seul décide de la victoire ou de la défaite de leur cause. Pour avoir douté et discuté des commandements divins, le libéralisme discutant doit alors encourir son châtiment, châtiment que Veuillot imagine sous les traits d’un combat apocalyptique, d’un déchirement civil sanglant. Par cette mise en garde, le polémiste appelle ainsi à prévenir ce châtiment en purgeant préventivement la société, en rompant avec le libéralisme parlementaire au profit d’une dictature du sabre. Loin de n’être qu’une fiction née d’une imagination débordante, cette œuvre s’inscrit dans un moment, « frénétique », pour reprendre le terme de Maité Bouissy évoquant les premières années de la Monarchie de Juillet56 mais qui peut tout à fait s’appliquer aux débats d’idées sous la République. Des débats d’idées commencés en Chambre, mais qui s’achèvent sur les barricades, où, pour reprendre le mot de madame de Girardin, « Les uns ont un mot charmant qu’ils affectionnent, qui résume toute leur pensée : Fusiller, fusiller ! Les autres ont aussi leur mot favori, également affectueux, qui dévoile tout leur système : Guillotiner, guillotiner57. »

  • 58 Saint Marc Girardin, Le Journal des débats politiques et littéraires, 8 décembre 1831.
  • 59 Ibid.

22Dès lors, malgré son intransigeance et son assise théologique, l’œuvre de Veuillot reste un appel à la lutte sans merci lancée aux membres du parti de l’Ordre et s’inscrit dans cette florissante littérature antisocialiste sous la Seconde République, unie non par la défense d’un régime politique précis mais davantage par les moyens nécessaires pour se prévenir d’une République sociale. Un courant d’idée dont les prémices se font sentir dès le régime de Juillet. Dans son article du 8 décembre 1831, Saint Marc Girardin évoquait déjà le danger d’une révolte sociale pour l’ordre industriel « les barbares qui menacent la société ne sont point dans les montagnes du Caucase ou dans les steppes de Barbarie, ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières58. » Le mot frappe, marque les esprits, mais fait oublier la solution de l’auteur « quelle que soit la diversité d’opinions sur la forme de gouvernement, il n’y a qu’une voix pourtant j’imagine, sur le maintien de la société59. » Veuillot l’a entendu.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie et Sources

Agulhon Maurice, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard, 1992.

Bouyssy Maïté, L’urgence, l’horreur, la démocratie. Essai sur le moment frénétique français (1824 – 1834), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

Braccini G., L’armée et le socialisme, simples réflexions sur la question du moment, par un paysan qui a été soldat, Chartres, Garnier, 1849.

Braud Philippe, « La violence politique : repères et problèmes », in Philippe Braud (dir.), La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, Paris, L’Harmattan, 1993.

Bugeaud Thomas Robert, La guerre des rues et des maisons, Manuscrit inédit présenté par Maité Bouyssy, Paris, Jean-Paul Rocher, 1997.

Caron Jean-Claude, « Discours antagonistes sur la guerre civile : entre réprobation et exaltation (France, XIXe siècle) », î Olivier Carpi (dir.), Guerres et paix civiles de l’Antiquité à nos jours. Les sociétés face à elles-mêmes, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2018.

Caron Jean-Claude, Frères de sang, Seyssel, Champ Vallon, 2009.

Cassaigne Charles, Le colonel Cassaigne, aide du camp du général Pélissier, d’après sa correspondance et celle de ses amis, Afrique-Crimée, Mont de Marsan, Jacques Régis, 1898.

Chaliand Gérard, Guerres et civilisations. De l’Assyrie à l’ère contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2005.

Chauvaud Frédéric, Histoire de la haine, Une passion funeste, 1830-1930, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Compte-rendu des séances de l’Assemblée Nationale, Tome Huitième, 11 février au 15 mars 1849, Paris, Imprimerie de l’Assemblée Nationale, 1849.

Compte-rendu des séances de l’Assemblée Nationale, Tome Deuxième, 21 juillet au 10 octobre 1849, Paris, Imprimerie de l’Assemblée Nationale, 1849.

Cubitt Geoffrey, « La guerre civile imaginée dans la France du XIXe siècle : Michelet, Crétineau-Joly, Veuillot et la division nationale », in MARTIN Jean Clément (dir.), La Guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, Ouest Éditions, 1995.

De Maistre Joseph, Les Soirées de Saint Pétersbourg, ou entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence suivies d’un Traité sur les Sacrifices, Tome II, Lyon, Pélagaud, 1854.

Derrinenic Jean Pierre, Les guerres civiles, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

Donoso Cortes Juan, « Lettre à MM. Les rédacteurs du Pais et du Heraldo. Berlin, le 16 juillet 1849 », in Juan Donoso Cortès, Lettres et Discours, Paris, Lecoffre, 1850.

Donoso Cortes Juan, Lettres de M. Donoso Cortès, sur l'avenir de la société nouvelle, A M. le comte de Montalembert. Berlin, 26 mai 1849, in Juan Donoso Cortès, Lettres et Discours, Paris, Lecoffre, 1850.

Dubos Nicolas, Le mal extrême, la guerre civile vue par les philosophes, Paris, CNRS Editions, 2010.

Forstenzer Thomas R., French Provincial Police and the Fall of the Second Republic, Princeton, Princeton University Press, 1981.

Fourn François, « 1849-1851 : l’anticommunisme en France. Le Spectre rouge de 1852 », in Sylvie Aprile, Nathalie Bayon, Laurent Clavier, Louis Hincker, Jean-Luc Mayaud, Comment meurt une République, autour du 2 décembre 1851, Paris, Créaphis, 2004.

Gengembre Gérard, La contre-révolution ou l’histoire désespérante, Paris, Imago, 1989.

Girardet Raoul, La société militaire de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 1998.

Gribaudi Maurizio, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848, Paris, La Découverte, 2014.

Kalifa Dominique, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

Le Bras Chopard Armelle, La guerre. Théories et idéologies, Paris, Montchrestien, 1994.

Le Journal de Bruxelles

Le Roux Benoit, Louis Veuillot. Un homme, un combat, Paris, Tequi, 1984.

Lignereux Aurélien, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

Lucas Alphonse, Les clubs et les clubistes, Paris, E. Dentu, 1851.

L’Univers

Pierrard Pierre, Louis Veuillot, Beauchesne, Paris, 1998.

Romieu Auguste, Le spectre rouge de 1852, Paris, Ledoyen, 1851.

Saint Marc Girardin, Le Journal des débats politiques et littéraires, 8 décembre 1831.

Veuillot Louis, Le lendemain de la victoire, Paris, Lecoffre, 1849.

Veuillot Louis, La Légalité, Dialogues philosophiques, Paris, Plon, 1852.

Veuillot Louis, L’esclave Vindex, in Louis Veuillot, Dialogues socialistes, Paris, Palmé, 1872.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Caron, « Discours antagonistes sur la guerre civile : entre réprobation et exaltation (France, XIXe siècle) », in Olivier Carpi (dir.), Guerres et paix civiles de l’Antiquité à nos jours. Les sociétés face à elles-mêmes, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2018, p 54.

2 Le Journal de Bruxelles, 28 juin 1848.

3 Louis Veuillot, L’Univers, 28 Juin 1848.

4 François Fourn, « 1849-1851 : l’anticommunisme en France. Le Spectre rouge de 1852 », in Sylvie Aprile, Nathalie Bayon, Laurent Clavier, Louis Hincker, Jean-Luc Mayaud, Comment meurt une République, autour du 2 décembre 1851, Paris, Créaphis, 2004, p 138.

5 Louis Veuillot, Le lendemain de la victoire, Paris, Lecoffre, 1849, p. 39.

6 Jean Claude Caron, op. cit., p 48.

7 Nicolas Dubos, Le mal extrême, la guerre civile vue par les philosophes, Paris, CNRS Éditions, 2010.

8 Philippe Braud, « La violence politique : repères et problèmes », in Philippe Braud (dir.), La violence politique dans les démocraties européennes occidentales, Paris, L’Harmattan, 1993, p 35.

9 Joseph de Maistre, Les Soirées de Saint Pétersbourg, ou entretiens sur le gouvernement temporel de la Providence suivies d’un Traité sur les Sacrifices, Tome II, Pélagaud, Lyon, 1854, p 33.

10 Jean Claude Caron, Discours antagonistes, p 54.

11 Pierre Pierrard, Louis Veuillot, Beauchesne, Paris, 1998, p 130.

12 Cité dans Benoit Le Roux, Louis Veuillot. Un homme, un combat, Paris, Tequi, 2005, p. 79.

13 Juan Donoso Cortès, « Lettre à MM. Les rédacteurs du Pais et du Heraldo. Berlin, le 16 juillet 1849 », in Juan Donoso Cortès, Lettres et Discours, Paris, Lecoffre, 1850, p. 63.

14 Geoffrey Cubitt, « La guerre civile imaginée dans la France du XIXe siècle : Michelet, Crétineau-Joly, Veuillot et la division nationale », in Jean Clément Martin (dir.), La Guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, Ouest Éditions, 1995, p 191.

15 Louis Veuillot, op. cit., p. 13.

16 Louis Veuillot, La Légalité, Dialogues philosophiques, Paris, Plon, 1852, p. 216.

17 Maurice Agulhon, Les Quarante-huitards, Paris, Gallimard, 1992, p. 181.

18 Thomas Robert Bugeaud, La guerre des rues et des maisons, Manuscrit inédit présenté par Maité Bouyssy, Paris, Jean-Paul Rocher, 1997.

19 Raoul Girardet, La société militaire de 1815 à nos jours, Paris, Perrin, 1998, p. 18.

20 Compte-rendu des séances de l’Assemblée Nationale, Tome Deuxième, 21 juillet au 10 octobre 1849, Paris, Imprimerie de l’Assemblée Nationale, 1849, p. 312.

21 G. Braccini, L’armée et le socialisme, simples réflexions sur la question du moment, par un paysan qui a été soldat, Paris, 1849, p. 12.

22 Louis Veuillot, La guerre et l’homme de guerre, Paris, Société générale de librairie catholique, 1878.

23 Louis Veuillot, Le lendemain de la victoire, op. cit., p. 103.

24 Louis Veuillot, « L’esclave Vindex », dans Louis Veuillot, Dialogues socialistes, Paris, Palmé, 1872, p. 30

25 Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes, Paris, E Dentu, 1851.

26 Louis Veuillot, Le lendemain…, op. cit., p. 4.

27 Gérard Gengembre, La contre-révolution ou l’histoire désespérante, Paris, Imago, 1989, p. 150.

28 Carl Schmitt, Donoso Cortès in gesamteuropaïscher Interpretation, Vier Aufsätze, Berlin, Duncker und Humblot, 2009, p 36.

29 Louis Veuillot, L’Esclave Vindex, op. cit., p 6.

30 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 192.

31 Aurélien Lignereux, La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 210.

32 Thomas R. Forstenzer, French Provincial Police and the Fall of the Second Republic, Princeton, Princeton University Press, 1981, p. 22.

33 Dominique Kalifa, Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

34 Maurizio Gribaudi, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée, 1789-1848, Paris, La Découverte, 2014, p. 109.

35 Jean Pierre Derriennic, Les guerres civiles, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, p. 32.

36 Louis Veuillot, Le lendemain…, op. cit., p. 146.

37 Ibidem.

38 Louis Veuillot, L’Esclave Vindex, op. cit., p. 41.

39 Armelle Le Bras Chopard, La guerre. Théories et idéologies, Paris, Montchrestien, 1994, p. 25.

40 Auguste Romieu, Le spectre rouge de l’année 1852, Paris, Ledoyen, 1851, p. 70.

41 Gérard Chaliand, Guerres et civilisations. De l’Assyrie à l’ère contemporaine, Paris, Odile Jacob, 2005, p. 34.

42 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 202.

43 Charles Cassaigne, Le colonel Cassaigne, aide du camp du général Pélissier, d’après sa correspondance et celle de ses amis, Afrique-Crimée, Mont de Marsan, Jacques Régis, 1898, p. 49.

44 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 379.

45 Ibid., p. 384

46 Juan Donoso Cortès, « Lettres de M. Donoso Cortès, sur l'avenir de la société nouvelle, A M. le comte de Montalembert. Berlin, 26 mai 1849 », in Juan Donoso Cortès, Lettres et Discours, Paris, Lecoffre, 1850, p. 38.

47 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 382.

48 Ibid., p. 372.

49 Ibid., p. 364.

50 Jean-Claude Caron, Frères de sang, Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 155.

51 Auguste Romieu, op. cit. p. 94.

52 France, Vincennes, Service Historique de la Défense (SHD), F1 52. Correspondance générale. 6 au 10 décembre 1851.

53 Compte-rendu des séances de l’Assemblée Nationale, Tome Huitième, 11 février au 15 mars 1849, Paris, Imprimerie de l’Assemblée Nationale, 1849, p. 24.

54 Louis Veuillot, Le Lendemain…, op. cit., p. 7.

55 Ibid., p. 1.

56 Maïté Bouyssy, L’urgence, l’horreur, la démocratie. Essai sur le moment frénétique français (1824 – 1834), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012.

57 Frédéric Chauvaud, Histoire de la haine, Une passion funeste, 1830-1930, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, p. 244.

58 Saint Marc Girardin, Le Journal des débats politiques et littéraires, 8 décembre 1831.

59 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Burel, « La guerre civile, châtiment de la société de la Deuxième République dans Le Lendemain de la victoire, de Louis Veuillot (1849). La fiction au service de la lutte antisocialiste »Criminocorpus [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 14 décembre 2020, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.7991

Haut de page

Auteur

Ivan Burel

Ivan Burel est professeur agrégé d’histoire, doctorant contractuel au sein du laboratoire IRHiS (ULille) sous la direction de Philippe Darriulat (IRHiS, Sciences Po Lille). Il s’intéresse à la contre-insurrection en France de 1815 à 1851, dans ses dimensions militaires, politiques et culturelles, aux circulations des méthodes et discours insurrectionnels aux échelles européennes et impériales au XIXe siècle. Il a publié en 2020 « Les écrits contre-insurrectionnels du général Christophe-Michel Roguet. Une réflexion militaire et politique » dans la revue Circé, de l’Université de Versailles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search