Navigation – Plan du site

AccueilDossiersVaria2021Viols nazis en Drôme (1944)

2021

Viols nazis en Drôme (1944)

Franck Tison

Résumés

La Drôme, département stratégique, connut, en 1944, une répression extrêmement dure exercée par la Wehrmacht et la gestapo. Dans l'arsenal des procédés iniques employés par l'Occupant pour marquer les esprits et désolidariser la population de la Résistance, figure le viol. Qu'il soit "d'opportunisme" ou de masse comme à Saint Donat sur l'herbasse, dans le Vercors ou dans la vallée de la Drôme, cette pratique criminelle fit des centaines de victimes. Le commandement allemand instrumentalisa les Mongols de l'Ost Legion, laissant toute licence à ces hommes de commettre leurs forfaits sur des femmes ou de très jeunes filles. Ces faits, qui furent  évoqués lors des procès de Nuremberg, soulevèrent l'indignation d'écrivains réfugiés en Drôme tels que Charles de Richter ou Louis Aragon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faut attendre le dernier tiers du XXe siècle, avec le procès de Djamila Boupacha en 1961 et le p (...)

1Le débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, stimula les mouvements de résistance français qui multiplièrent les actions de sabotage, à tel point que la Wehrmacht finit par redouter une insurrection générale. Pour s’en prémunir, le commandement allemand recourut à une politique de terreur visant à réduire les maquis et à tétaniser les populations civiles. Le sort réservé au département de la Drôme, durant l’été 1944, corrobore ce constat. Carrefour stratégique conditionnant la circulation dans la vallée du Rhône ou vers les Alpes, il ne pouvait être question pour l’Occupant d’en perdre le contrôle. Des offensives furent donc lancées tous azimuts en direction de la Drôme des collines, du Royans, du Vercors, de la vallée de la Drôme. Ces opérations s’accompagnèrent de nombreux viols. Les Nazis firent de cette pratique, parfois massive, une arme de guerre. En Drôme, ces actes de violence furent notamment le fait de troupes caucasiennes qu’un commandement allemand duplice laissa le plus souvent agir en toute impunité. En utilisant ainsi ces ostruppen, la hiérarchie nazie escomptait bien fuir ses responsabilités et jeter un voile sur les exactions des soldats allemands de la Wehrmacht. Certaines autorités civiles, politiques et religieuses s’en émurent et protestèrent. D’autres, a contrario, préférèrent détourner le regard ou minorer le traumatisme, renforçant l’invisibilité des victimes dans la société française d’après guerre. Cet effacement tenait aussi à des pesanteurs sociétales, des conventions familiales, au traitement juridique du viol en vigueur à l’époque1.

Cartographier les viols en Drôme

  • 2 Cette proposition de localisation s’appuie sur le dépouillement des dossiers côtés 3808 W 240 à 401 (...)
  • 3 Edgar Morin, dans son livre paru en 1946 et intitulé L’An zéro de l’Allemagne, scruta la situation (...)
  • 4 Fabrice Virgili, « Les viols commis par l’armée allemande en France (1940-44) », Vingtième Siècle, (...)
  • 5 Également appelée Mémorial de l’oppression, cette délégation a été créée en août 1944 par Yves Farg (...)
  • 6 Professeur de médecine légale à la faculté de médecine de Lyon, Pierre Mazel (1884-1965) fut un gra (...)

2Sillonnons tout d’abord le territoire drômois et tentons d’inventorier les viols2 qui y furent perpétrés par l’armée allemande entre les mois de juin et d’août 1944, en gardant à l’esprit qu’il est particulièrement difficile de livrer un chiffre définitif, de nombreuses victimes ayant préféré se taire sur ce qui leur était advenu. Les contemporains ont, de surcroît, eu du mal à prendre la mesure de la souffrance induite par le viol privilégiant, dans leurs écrits, les références aux massacres et aux exactions3. Fabrice Virgili, dans le cadre d’une étude sur les viols commis par l’armée allemande pendant l’Occupation, estime qu’il faudrait multiplier les chiffres de viols déclarés par 11 a minima et par 20 a maxima pour s’approcher de la réalité des faits4. L’enquête menée par la délégation régionale du service de recherches des crimes de guerre ennemis5, après-guerre, recensa 176 viols en Drôme. Cette évaluation serait donc au moins à décupler pour approcher le nombre réel de forfaits. Les travaux de la structure dirigée par le professeur Pierre Mazel ont, en tous cas, le mérite de proposer un état comparatif du nombre de viols commis par l’armée allemande en Rhône-Alpes en 19446.

Départements

Viols commis

Ain

56

Ardèche

31

Drôme

176

Isère

40

Loire

4

Rhône

7

Savoie

-

Total

326

3Les données de ce tableau doivent être analysées avec prudence mais elles font ressortir que la Drôme fut le département rhône-alpin le plus durement touché par cette pratique criminelle. En l’espace de deux mois, de la mi-juin au début du mois d’août 1944, on peut estimer à plusieurs centaines le nombre de viols perpétrés sur ce territoire. Si de nombreuses communes en furent le théâtre, les circonstances dans lesquelles ceux-ci intervinrent, diffèrent largement. On peut toutefois tenter de sérier ces crimes et ainsi distinguer des viols d’opportunisme, des viols collectifs, des viols de masse.

  • 7 AD du Rhône, 3808 W 283 : Donzère.
  • 8 AD du Rhône, 3808W283 : Donzère.
  • 9 AD du Rhône : 3808W295 ; une notice du dictionnaire Maitron des fusillés, exécutés, massacrés est c (...)

4Par viols d’opportunisme, il faut entendre des forfaits isolés commis par des troupes de passage qui profitaient du climat guerrier, de leur position dominante pour abuser des femmes rencontrées. Les tortionnaires nazis ciblaient de préférence des lieux à l’écart, où les hommes étaient tantôt absents, tantôt tenus en respect. Parfois, ils se chargeaient eux-mêmes de les éloigner en les arrêtant, en les incarcérant. Tel fut le cas, le 23 juillet 1944, à Rochefort-Samson, où un viol esseulé est signalé. Le 23 août, le service de recherche des crimes de guerre ennemis constate un déroulement des faits similaires à Donzère : une jeune ménagère voit débarquer chez elle un soldat qui lui demande si un homme est présent dans la maison. La réponse par la négative laisse le champ libre au militaire qui se jette sur la jeune femme et lâche, son acte commis, un cynique : « C’est la guerre7 ». Toujours à Donzère, à la même date, une femme de 58 ans est entraînée à 300 mètres de sa ferme au motif d’un contrôle d’identité pour être violée en toute discrétion8. A Livron, plusieurs viols de cette nature ont été dénoncés par le SRCGE. Ils intervinrent entre le 21 août et le 28 août 1944. À cette dernière date, Odile Trutat en fut la victime. Propriétaire du château de Fontgrand, alors réquisitionné par le 110e régiment d’artillerie blindée, elle fut violée par deux militaires sous la menace d’un révolver, en présence de plusieurs comparses. La scène fut décrite par un cafetier de Livron qui en fut le témoin, à bonne distance. Il entendit la châtelaine, très pieuse, répéter à plusieurs reprises : « Jésus Marie, je vous pardonne ». Odile Trutat sera retrouvée morte, le crâne défoncé, sans doute à coup de matraque, les cuisses sanguinolentes9. Une stèle inaugurée en 2019, implantée près de sa demeure, rappelle son souvenir.

  • 10 N’y figure aucune mention du viol d’Odile Trutat. Les contemporains ont pu éprouver une difficulté (...)

La stèle dédiée à Odile Trutat, inaugurée en 2019 à Livron sur Rhône10

La stèle dédiée à Odile Trutat, inaugurée en 2019 à Livron sur Rhône10

© Franck Tison

  • 11 Michael R.D. Foot et Jean Louis Crémieux-Brilhac, Des Anglais dans la Résistance. Le SOE en France (...)
  • 12 AD du Rhône, 3808W 291 : Hostun
  • 13 Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, auto-édition, 1991, p. 349.
  • 14 AD du Rhône, 3808W268 : Châteauneuf sur Isère

5Fréquents également furent les viols collectifs. À Vassieux, suite à l’attaque des planeurs nazis, entre le 21 et le 24 juillet 1944, on rapporte que 17 hommes violèrent successivement une femme. Il est précisé qu’un médecin lui prenait le pouls simultanément et interrompait les tortionnaires à chaque fois qu’elle s’évanouissait11. À Hostun, le 27 juillet, un sort similaire est réservé à A. L., ménagère de la commune. Son mari étant réfractaire et se cachant, elle vivait seule à son domicile. Ledit jour, cinq militaires se présentent à sa porte et la prennent de force l’un après l’autre. Le lendemain, quatre de leurs pareils reviennent chez elle et lui infligent les mêmes sévices. Le même soir, deux autres hommes lui rendent visite et lui demandent en français de les suivre de façon à pouvoir déposer une plainte auprès d’un officier. Subterfuge, car, chemin faisant, elle est de nouveau violée dans un champ12. Ces outrages répétés se poursuivent jusqu’à la fin de l’été 1944. Le 31 juillet, près de Jaillans, cinq à six soudards, ivres, abusent d’une jeune fille sous les yeux de son fiancé13. Le 7 août, le village de Barbières est pillé par 80 soldats allemands. Deux femmes y subissent les pires traitements de la part de ces reîtres. Même scénario à Châteauneuf sur Isère, les 21 et 25 août : trois femmes y sont violées, parmi elles, deux sœurs, emmenées à l’écart dans les bois par plusieurs hommes du rang allemands, dont l’un portait un brassard de la Croix rouge14.

  • 15 AD du Rhône, 3808 W 398 : Valence

6Les archives du Mémorial de l’oppression montrent que la réitération de l’acte caractérise aussi ce que l’on pourrait appelé le « viol institutionnalisé ». À Valence, au siège de la Gestapo, dans les caves de l’Hôtel de Lyon, l’on y recourut régulièrement au même titre que la torture. N. S., comptable au Secours national, âgée de 21 ans, acquise à la Résistance, arrêtée le 20 juin 1944, eut à en pâtir. Transférée dans les sous-sols de l’Hôtel de Lyon, on l’y tortura en la plongeant dans une baignoire d’eau glacée, on lui asséna des coups de poing en pleine face. À partir du 23 juin, elle fut violée une première fois dans la cave même où se déroulait son interrogatoire. Un divan y avait été installé, et c’est sur celui-ci, les mains liées dans le dos qu’elle subit les assauts de ces cinq bourreaux. Son calvaire sera quotidien jusqu’au 2 juillet. Il avait lieu en présence de deux autres prisonnières âgées de 18 et 24 ans, les unes assistant aux viols des autres15.

  • 16 Troupes de l’Ost-legion composées d’ex-ressortissants soviétiques, non russes, qui avaient rejoint (...)
  • 17 Le centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit de l’université de Ca (...)

7On ne peut qu’être saisi par la recrudescence de ces méfaits en Drôme en l’espace de quelques semaines. Les viols de masse qui frappèrent alors la Drôme ont pu jouer un rôle dans cette évolution. L’absence de réaction et la duplicité du commandement allemand ont pu laisser accroire aux agresseurs qu’ils avaient toute licence pour agir de la sorte et qu’ils bénéficieraient d’une totale impunité. Le premier de ces viols de masse se produisit à Saint-Donat-sur-l’Herbasse. Le 15 juin 1944, les Allemands fondirent sur cette bourgade. Un millier d’hommes y débarquèrent. Parmi eux, des SS et des Mongols16 appartenant à un bataillon azerbaïdjanais de l’Ost-legion, qui cantonnait au lycée de Tournon. Ces soldats arboraient au bras gauche un écusson aux couleurs nationales de l’Azerbaïdjan (bleu, rouge, vert en bandes horizontales). Leur arrivée dans la petite cité de la Drôme des collines coïncida avec un déferlement de violence. Les magasins furent pillés. Huit personnes furent passées par les armes. Rien ne put arrêter les membres de l’Ost-legion. Les habitantes de Saint Donat furent abusées par dizaines. Les minutes du procès de Nuremberg (44e journée, 31 janvier 194617) dénombrent 54 femmes ou jeunes filles violées le 15 juin 1944. L’organe résistant, La Drôme en armes, lancé en 1944 par Elsa Triolet et Louis Aragon comptabilisa quant à lui 57 viols.

  • 18 Le tribunal militaire de Nuremberg n’utilisa d’ailleurs pas le terme de viol mais préféra parler de (...)
  • 19 Chiffre confirmé pour Saillans par Maguy Ailliot qui a connu les trois victimes. Il s’agissait d’un (...)
  • 20 Paul Pons, De la Résistance à la Libération, Valence, Imprimerie Passas et Deloche, 1962.

8Le même schéma se reproduisit dans les communes de la vallée de la Drôme, de Crest à Vercheny, en incluant les villages du pays de Gervanne (Suze, Beaufort sur Gervanne), livrées à des troupes turkmènes. Ceci ne transparaît pas forcément des comptes-rendus des procès de Nuremberg18 qui ne relèvent que deux viols à Crest, un à La Rochette et trois à Saillans19. On est très loin de l’estimation avancée par Paul Pons, qui dirigeait une compagnie résistante très active dans la région. Selon lui, 120 femmes furent violées à Crest par les Mongols qui y séjournèrent du 20 juillet au 4 août 194420. Le journal Le Monde, en date du 8 août 1945, quant à lui, parle de 200 femmes et jeunes filles violées par les « Asiates de l’armée Vlassov ». Les médecins du territoire ont relevé de leur côté plusieurs dizaines de cas. Le 30 juillet 1944, l’organe Ce Soir, sous la plume de Claude Saunier, annonce à Aouste-sur-Sye, près de 300 victimes et parle de fillettes de 5 à 12 ans qui auraient subi ces actes.

  • 21 Lieutenant Stephen, Vercors, premier maquis de France, Grenoble, Association nationale des Prisonni (...)

9D’après plusieurs récits, le Vercors aurait été soumis au même régime. Les femmes violentées se compteraient par dizaines. Les troupes mongoles auraient une nouvelle fois sévi. Écoutons le lieutenant Stephen (pseudonyme d’André Valot) évoquer les évènements de Saint-Agnan-en-Vercors, de Tourtre à ce sujet : « Il paraît que de ce côté-là, c’étaient pas de vrais Boches qu’ils avaient, mais des espèces de Chinois à la peau jaune, avec des petits yeux bridés. Ceux-là étaient surtout portés sur les femmes. Elles y sont toutes passées jusqu’aux gosses de 12 ans21 ». Transparaissent dans ces propos rédigés peu de temps après le conflit non seulement le souvenir de l’effroi provoqué par l’irruption de ces hommes dans les villages vertacomicoriens mais aussi une vision stéréotypée et indifférenciée des peuples asiatiques. On retrouve une présentation similaire dans les écrits du capitaine Paul Pons. On peut y voir une conséquence du succès du mythe du péril jaune, apparu au XIXe siècle, qui a contribué à diffuser à la fois la peur de la submersion et le rejet de la civilisation de masse.

  • 22 Cour pénale internationale (La Haye) : archives du tribunal militaire de Nuremberg : H-5052 : dossi (...)
  • 23 Christian Ingrao, La promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide, Paris, Seuil, 2016.
  • 24 Mesdames Prévost et Rouvière, Atrocités allemandes. Vercors, Paris, Éditions SEN, 1945, p. 12.

10À Saint-Agnan, une femme aurait été empalée puis attachée à un arbre en forme de croix22. L’empalement fut un procédé fréquemment utilisé lors des combats qui opposèrent Polonais et Ukrainiens en 194323. Or, il y avait des soldats ukrainiens parmi les troupes nazies chargées de réduire le maquis du Vercors. Au hameau de Tourtre, à Saint-Martin-en-Vercors, la veuve de l’écrivain Jean Prévost parle de scènes d’orgie, de viols, d’excès indescriptibles24. Malheureusement, on manque de sources archivistiques, de rapports médicaux notamment, qui permettraient de dénombrer plus précisément les victimes dans le Vercors.

Cartographie des viols commis par l’armée nazie en Drôme entre juin et août 1944

Cartographie des viols commis par l’armée nazie en Drôme entre juin et août 1944

Hanter les imaginaires

  • 25 Compagnie née en 1943, affiliée au réseau Buckmaster, commandée par Paul Pons, un ancien marin et e (...)

11On remarque que les zones particulièrement touchées par ces turpitudes correspondent à des foyers de résistance. À Saint-Donat-sur-l’Herbasse, la pharmacie de Jean Chancel était devenue au fil du temps un lieu de rendez-vous d’agents secrets, de chefs de la Résistance, d’aviateurs parachutés, ainsi qu’une fabrique de faux papiers. À Crest et ses alentours, la compagnie Pons25 s’était illustrée, singulièrement à partir du 6 juin 1944, en entravant les mouvements de la Wehrmacht. Quant au Vercors, il abritait des milliers de maquisards. Le dessein de l’état-major allemand était simple : il lui fallait tarir les sources de soutien aux maquisards. Les viols constituèrent un moyen d’instiller la peur. Surtout, les circonstances dans lesquelles ceux-ci furent commis, le profil des victimes contribuèrent à frapper les esprits. Lorsque l’on dissèque les situations, on s’aperçoit que l’on contraignit souvent un membre de la famille à assister au viol et que celui-ci frappa fréquemment de très jeunes filles. Le rapport du docteur Lémonon, exerçant à Saint-Donat-sur-l’Herbasse, est, à cet égard, précieux. Il a pu examiner 25 femmes ou jeunes filles violées par la troupe nazie. Leur âge s’échelonnait entre 13 et 50 ans. Chacune des victimes avait été violée par plusieurs soldats, sous menace de mort et après brutalités. Son confrère sur place, le docteur Nicolaides, fit des constats analogues. La benjamine des victimes à Saint-Donat-sur-l’Herbasse fut Jeannie Chancel, 13 ans et demi, la fille du fédérateur de l’action clandestine locale. Souffrante, elle n’avait pu quitter le village et se retrouva à la merci de trois militaires qui abusèrent d’elle. Les médecins drômois eurent à déplorer un nombre conséquent de déflorations. Parfois, les victimes et leur famille préféraient que la visite médicale se fasse à bonne distance de leur lieu de résidence afin d’éviter d’ébruiter leur infortune. Tel est le cas de J. V., violée à Châteauneuf-sur-Isère, qui se rendit dans ce but au cabinet du docteur Ponsoye, à Valence.

  • 26 AD du Rhône, 3808 W 365 : Saint-Donat-sur-l’Herbasse.
  • 27 Paul Pons, op. cit., p. 147.
  • 28 Capitaine Paris, Mémoires de l’ombre, L'Isle-sur-la-Sorgue, Éditions Scriba, 1989, p. 40. Le capita (...)
  • 29 Témoignage de Raymonde Lantheaume recueilli en 1984 par Robert Serre.

12À Crest, le docteur Fabre eut à connaître 19 situations dramatiques. Il affirma que 11 d’entre elles concernaient des jeunes filles de 16 à 21 ans. Il livre des informations supplémentaires. Les viols étaient commis à 2 ou 3. « On violait mère et fille en même temps, ou bien la mère pour la fille, ou la fille pour la mère. C'est-à-dire que parfois la fille s’est offerte pour que la mère ne soit pas violée ». Et de citer ce que justement une mère lui avait confié : « J’ai été couché sur le même lit que ma fille, deux hommes venaient, l’un me violait, pendant que l’autre violait ma fille, puis ils se sont échangés26 ». Selon Paul Pons, « gosses, femmes enceintes, jeunes vieilles, tout leur fut bon… Parfois, l’opération se passait sous les yeux du mari, tenu en respect par les copains, puis on inversait les rôles… D’autres fois, cela avait lieu sous les yeux du père, ou de la mère, ou des deux27 ». Lucien-Édouard Dufour, alias capitaine Paris, dans ses Mémoires de l’ombre, rapporte le viol « théâtralisé » d’une femme par les Mongols sous les yeux de son mari attaché aux pieds du lit28. La terreur se propageait désormais systématiquement à l’annonce de l’approche de ces troupes de l’Est. À Saint Donat, une partie de la population se cacha dans les balmes (grottes creusées dans la marne) et les chabottes (cabanes de jardin plus ou moins isolées). À Crest, le docteur Robert Scheffer, membre du comité de Libération avait sensibilisé à la menace et enjoint ses patientes de ne plus sortir de chez elles29. À Saillans, on se terra aussi. Le journal Libération a publié les souvenirs de Jacqueline Banet, héritière d’une dynastie de commerçants saillansonne, née en 1933. Des images lui étaient restées gravées :

  • 30 Eric Aeschmann, « Deux guerres et cinq générations vues de la mercerie », Libération, 13 août 1999.

 « Un midi, dans la grand rue, les Mongols sont arrivés avec leurs chevaux et leurs calèches. Des troupes levées par Hitler en Asie. Pour nous, c’étaient des sauvages qui violaient. On nous avait dit de protéger les femmes. Tout le monde a eu peur. Nous sommes montées sur le toit pour passer dans une maison, s’ils entraient chez nous30 ».

  • 31 Entretien avec Maguy Ailliot le 30 mars 2020.
  • 32 Paul Pons, op. cit., p. 146. On lira également avec profit la note de Robert Serre sur le Musée de (...)
  • 33 John Horne et Alan Kramer, 1914. Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 246-248.
  • 34 L’Aube, 16 mai 1940.

13Maguy Ailliot, née en 1938, dont les parents tenaient le commerce Casino du village, se souvient encore des cris d’une voisine hurlant dans la nuit à ses parents : « Cachez vos filles, les Mongols arrivent31 ». Ce qui fut fait sous des édredons. L’effroi gagna également les rangs des Résistants, séparés de leurs épouses et de leurs familles. C’est en tous cas ce qu’éprouva le capitaine Pons visitant ses hommes en station à la ferme d’Estrieux : « Dans les groupes, dans les chambrées, toutes les conversations que je surpris se rapportaient aux Mongols. Mes gars n’avaient que cela en tête. Je songeais à Nys, à Fié, les jeunes mariés et tous les autres. Je me représentais ces sinistres individus au teint de citron pressé, nattes dans le dos ou cadenettes sur les oreilles garnies de boucles, pénétrant dans les maisons, pillant, violant, tuant. Troupes de représailles, telle était leur mission car ils ne se battaient pas32 ». Peu à peu, la peur envahit l’ensemble du département. À Dieulefit, où ce qui s’était passé à Crest, à Saillans était arrivé aux oreilles de la population, un vent de panique se mit à souffler dans la commune. Emmanuel Mounier qui s’y était retiré, écrira avoir été pétrifié en découvrant le sort des femmes de cette vallée. Pour jauger de l’acuité de ce sentiment de frayeur, il sied de ne pas oublier que des générations entières avaient été nourries du petit Lavisse, de récits de la Grande Guerre, dans lesquels Allemands et hordes de Huns étaient assimilés et rendus responsables des pires atrocités33. La presse et le personnel politique cultivaient de la même manière cette parenté. Léon Blum n’avait-il pas qualifié, quelques années plus tôt Hitler d’« Attila motorisé de Berlin34 ».

Dénoncer l’indéfendable

  • 35 Cour pénale internationale (La Haye) : archives du tribunal militaire de Nuremberg : H-501-0070 : r (...)
  • 36 Joseph La Picirella, op. cit., p. 132. Les corps de ces deux militaires, Andress Holzschuh et Dietm (...)

14Quelques personnalités s’indignèrent du sort des femmes drômoises. Le général Bridoux, sous-secrétaire d’État à la Défense nationale à Vichy, éleva une protestation officielle le 13 août 1944 auprès du général von Neubronn, représentant le commandement en chef ouest à Vichy. Ce dernier consentit tout juste à reconnaître la véracité de ces actes de violence35. Monseigneur Pic, à son tour, interpella le général allemand commandant la région. Lors d’une messe faisant suite au bombardement américain de Valence, fin août 1944, il dénonça les viols dont avaient été victimes les Drômoises. Il ne fut pas le seul à s’émouvoir de cette situation. Le pasteur de Beaufort-sur-Gervanne et de Plan-de-Baix, Christian Mousseigt, accompagné du maire de Beaufort et du curé de Suze, se déplacera auprès de la kommandantur. Sans plus de résultats. Le pasteur Charles Foltz et le curé Eynard de Crest seront à leur tour entendus à la kommandantur mais pas forcément écoutés par la hiérarchie nazie qui se « défossera » sur ceux qu’elle appelait « les Russes ». Certes, Joseph La Picirella, le fondateur du musée de la Résistance de Vassieux-en-Vercors rapporte bien qu’à Vercheny, le 6 juin 1944, les Allemands fusillèrent deux soldats qui avaient violé des femmes françaises mais cet épisode répressif fait figure d’exception36. Le plus souvent, l’attitude du commandement allemand se caractérisa par une grande inertie et une évidente dissimulation. Pour exemple, cette réponse du général major Johann Wolpert faisant suite à une protestation du romancier résistant Charles de Richter, réfugié à Saint-Donat :

  • 37 Charles de Richter, Rien qu’un village de France, Gap, Ophrys, 1945, p. 134 .

 «  Vous savez qu’à cette opération participaient aussi des unités de volontaires de l’Est par qui furent commis ces excès. C’était la première fois que l’état-major de liaison entrait en contact avec ces troupes orientales et il n’était pas au courant de leurs habitudes. Je regrette beaucoup les faits signalés37 ».

  • 38 L’historien israélien a montré que le recrutement accéléré d’hommes entraîna une plus grande hétéro (...)

15La réitération des viols de masse accrédite pourtant l’idée d’une instrumentalisation de ces bataillons de l’Est, qu’ils soient azéris à Saint-Donat, turkmènes à Crest ou ukrainiens dans le Vercors et pose la question de la responsabilité des officiers qui tolérèrent les comportements de ces Ost-batallione. Leur incapacité à réduire la Résistance drômoise ne les renvoyait-elle pas à l’échec de la Blitzkrieg à l’Est, en 1941, qui poussa, comme l’a décrit Omer Bartov38, les troupes nazies à enchaîner les actes de barbarie, les massacres sans être sanctionnées ? Une déshumanisation s’était enkystée dans les rangs de cette Wehrmacht et il n’est pas interdit de penser que les troupes, ayant combattu dans le cadre des opérations Barbarossa et Fall Blau, aient assisté à des scènes d’une cruauté extrême et soient plus enclines à les reproduire.

  • 39 Françoise Héritier, « Les fondements de la violence. Analyse anthropologique », Mélanges de l’École (...)

16Enfin, il y a une dimension psychologique à prendre en considération pour appréhender ce laisser faire. Peut-être, tout simplement voulait-on maintenir le moral des troupes en redonnant à ces dernières le sentiment de triomphe. Le triomphe de celui qui s’impose à un partenaire non consentant39 ?

Répondre ou ne pas répondre à la détresse des victimes

17Faire face au regard des proches, des connaissances et surtout vivre dans la crainte de se retrouver enceinte, tel fut le sort des victimes. Et dans cette dernière hypothèse, devoir s’interroger sur le fait d’avorter ou pas, au risque de se trouver en contradiction avec ses propres croyances. L’abbé Michel Lémonon (1912-2008) résistant de la première heure, qui officiait à l’époque à Romans, dont la propre nièce Jeannie Chancel avait été violée, rappelait la position de l’Église catholique. À ses yeux, avorter était assimilé à commettre un meurtre.  

  • 40 Michel Lémonon, Résistance !, Romans, Imprimerie Deval, 1994, p. 91-92. Étonnante et passionnante t (...)

« Oui, ces femmes qui ont subi les outrages des Allemands, ces femmes violées elles-mêmes n’ont pas le droit d’attenter à la vie, si la vie vient à naître de ces viols. […] Coupable serait donc la femme qui se ferait avorter, la conception fût-elle la conséquence du viol ! Ah ! je comprends que l’accomplissement de son devoir lui sera dur. Si elle y manquait, qui de nous oserait lui jeter la première pierre ? Qui oserait prétendre qu’il eut été plus courageux qu’elle ? Mais je proclame héroïque la femme qui accomplirait son devoir. Oui, elle pourrait s’élever au sommet de l’héroïsme. Elle se grandirait étonnamment. Héroïque plus encore si elle acceptait d’élever et d’aimer l’enfant qu’elle aura conçu contre sa volonté40 ».

  • 41 Pierre Soubeyran de Saint-Prix (1901-1994) fut préfet de la Drôme du 1er septembre 1944 au 29 décem (...)
  • 42 AD de la Drôme, 312 J 368 : transcription par Patrick Martin d’un entretien de Chantal de Tourtier- (...)
  • 43 Louis Vallon était le père de Louis Vallon (1901-1981) qui rejoignit le général De Gaulle à Londres (...)

18Chez le vicaire romanais, il y avait clairement une volonté d’assimiler le refus d’avorter et l’acte de résister. Le discours de l’abbé Lémonon était alors en phase avec sa hiérarchie si l’on en croit le préfet de la Libération en Drôme, Pierre de Saint-Prix41. Son témoignage éclairant nous offre des clés de compréhension de ce qui s’est produit à Saint-Donat et à Crest. Aux dires de ce dernier, l’envoi des Mongols était lié au fait que les Allemands étaient persuadés que la Résistance était communiste. Ils auraient d’ailleurs fait afficher le message suivant : « Vous aimez les Russes, en voilà42 ». Toujours d’après lui, l’ordre de violer avait bien été donné. À Crest, entre une trentaine et une quarantaine de jeunes filles, de 15 à 20 ans, issues de la bourgeoisie, avaient été violées. Le maire Louis Vallon43 (1875-1952) avait attiré son attention sur leur détresse et sans plus attendre, Pierre de Saint-Prix avait convoqué l’évêque de Valence Monseigneur Pic, le président du tribunal et le président du conseil de l’ordre des médecins pour les interroger sur la conduite à tenir. Il a livré la teneur de leurs échanges : 

  • 44 AD de la Drôme, 312 J 368.

 « L’évêque s’est récusé pour des raisons religieuses, le président du tribunal pour des raisons juridiques et le président du conseil de l’ordre pour des raisons d’ordre…. d’une déontologie physiologique inacceptable. Alors, je me suis retrouvé seul en face du problème, j’ai pris le papier à lettre à en-tête du préfet de la Drôme, et j’ai donné l’ordre écrit aux deux médecins de Crest de faire avorter les jeunes filles qui le désiraient, et dont les parents le désiraient. Elles se sont toutes manifestées ; les parents ont donné leur acquiescement, et voilà environ 30 ou 40 jeunes filles qui maintenant sont mères de familles heureuses, alors qu’elles auraient eu un rejeton dieu sait comme44… ».

19Ce discours est à mettre en perspective avec la perception officielle de l’avortement à l’époque. Considéré comme un crime contre la Nation et la Sûreté de l’État par le Régime de Vichy, la donne n’avait pas vraiment changé à la Libération. La jeune IVe République, sous la pression des lobbies natalistes, intensifia même sa lutte contre cette pratique et les condamnations devaient atteindre un pic en 1946.

  • 45 AN, 19760175/124 : lettre de Gabriel Bout à François de Menthon en date du 2 novembre 1944.
  • 46 Fabrice Virgili, op. cit.

20Pierre de Saint-Prix ne fut pas le seul à s’emparer de ces expériences douloureuses. L’avocat au barreau d’Avignon, Gabriel Bout, saisit directement le ministre de la justice, François de Menthon, pour lui réclamer des mesures législatives adaptées, lequel s’ouvrit de cette question à son homologue de la Santé publique, François Billoux45. Celui-ci donna des instructions claires au préfet de la Drôme destinées à la fois à lutter contre les pratiques abortives et à accompagner les victimes. À charge par conséquent pour le préfet de la Drôme de diriger les futures mères vers une maison maternelle dans une grande ville éloignée où elles pourront séjourner plusieurs mois avant et après l’accouchement et où le secret le plus absolu leur sera garanti. Si les jeunes mères décidaient d’abandonner leur enfant, tout devait être fait pour que l’enfant ne soit ni élevé, ni ne garde une quelconque attache avec le département dans lequel le viol avait été commis. Comme l’a noté Fabrice Virgili, la grossesse issue du viol était uniquement perçue comme un évènement fâcheux qui condamnait forcément à la honte sociale. Le traumatisme individuel passait au second plan46.

21Dans ce cadre, l’attitude de Pierre de Saint-Prix, qui s’affranchissait ouvertement de la ligne gouvernementale, qui contrevenait à la loi, apparaît comme atypique et courageuse. À tout le moins conforme à ses convictions personnelles et à un héritage familial très fort. Pierre de Saint-Prix était le petit-fils du président de la République Émile Loubet et surtout le fils de Marguerite de Saint-Prix (1870-1964), militante pacifiste de l’entre-deux-guerres, très impliquée dans la défense des droits des femmes. Adhérente de la section française de la ligue des femmes pour la paix et la liberté, elle avait ensuite présidé la section française du comité de secours international aux femmes et aux enfants de la République espagnole.

  • 47 AN, 1 9760175/124 : lettre du préfet de la Drôme au ministre de la santé publique datée du 21 févri (...)
  • 48 AD du Rhône, 3808 W 398 : lettre de N. S au docteur Pierre Mazel (5 décembre 1944).

22On peut penser que les choix de Pierre de Saint-Prix eurent des répercussions sur les naissances issues des violences de l’ennemi dans le département. L’enquête de son successeur à la tête de la préfecture de la Drôme, en février 1945, ne relate que deux cas de jeunes filles enceintes : l’une dans le secteur de Crest, l’autre dans le secteur de Bourg de Péage47. Si l’on ne dispose que de peu d’éléments sur la victime crestoise, en revanche, on en sait davantage sur le parcours de la jeune Péageoise. Cette dernière, violée en juillet 1944, s’était mariée un mois plus tard. Une commission médicale diligentée par le maire de Romans l’avait déclarée, en novembre 1944, enceinte de 4 mois. Elle fit alors part de son désir d’accoucher à l’hôpital de Romans, puis d’abandonner l’enfant. Les archives du SRPGE font référence, quant à elles, à la naissance d’un autre enfant, celui de N.S., violée dans les caves de la gestapo à Valence. Elle confia au docteur Mazel : «il aurait mieux valu qu’il ne vint pas au monde, mais48… ».

Porter témoignage des viols drômois

  • 49 Jean Claude Bologne, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées, Paris, Seuil, 2010, p. 353.
  • 50 AN, F/1a/4028 : rapport du préfet de la Drôme au ministre de l’Intérieur daté du 15 juillet 1944.
  • 51 Jean Sauvageon, Passage en Revue, Paris, Gikgo éditeur, 2018, p. 409.

23De nombreuses victimes, des familles entières se murèrent dans le silence, par pudeur, par honte. Les bourreaux avaient imposé des coups, une « nudité déculturée49 », des rapports sexuels de force. Revenir sur ces faits, c’était se confronter à un certain nombre de codes culturels intériorisés et de normes sociales en vigueur à l’époque. Songeons à l’importance accordée à l’état de virginité au moment du mariage, au principe de protection des parents vis-à-vis de leurs enfants. Composer avec ce type d’attendu ne pouvait qu’inciter à la plus grande des discrétions. Partant de là, on ne s’étonnera pas du rapport du préfet vichyste de la Drôme, Henri Max Leclercq, qui ne relevait que 15 plaintes pour viol à Saint Donat sur l’Herbasse, en juillet 194450. La difficulté à revenir sur ces drames transparaît de cette remarque de Mady Chancel, la mère de Jeannie Chancel : « Je n’ai pas posé de questions, même à mon mari, je n’ai pas demandé. C’est plutôt par les autres qui, petit à petit, racontaient. Mais moi, je n’ai pas posé de questions51 ». Force est toutefois de noter que d’aucuns se refusèrent à enfouir ce trauma au tréfonds d’eux-mêmes. À Saint-Donat, en particulier, des témoins ne voulurent pas oublier. Le 28 août 1944, une messe fut dite pour le repos de Jeannie Chancel et, à cette occasion, l’Écho de Saint Donat publia ces quelques lignes :  « Le deuil de la petite Jeannie jette à Saint Donat libéré, mais qui n’a pas oublié ses récents malheurs, une ombre sur notre victoire. Mais cette enfant d’une beauté presque inhumaine à ses derniers moments, rejoint l’histoire. Peut-être un jour, mieux qu’à présent, on contera sa légende, d’où l’horreur de l’invasion allemande sortira grandie ». Les Donatiens avaient assisté en nombre aux obsèques de l’adolescente. Charles de Richter s’efforça d’en faire une figure archétypale des victimes de la barbarie nazie en lui consacrant une forme d’épitaphe :

  • 52 Charles de Richter, op. cit., p. 211.

« Le ciel peut être noir et le tonnerre peut gronder ; je ne vois plus l’orage, je ne vois plus que les aubépines en fleurs. C’est toute la blancheur de son âme qui pare la longue route. Rien qu’une enfant. Mais une fille de France. Non, aucun nom sur cette tombe52 ».

  • 53 Photographie communiquée par Anne Laurent. La mère d’Anne Laurent était la cousine germaine de Marg (...)

Jeannie Chancel en 194353

Jeannie Chancel en 194353

©Anne Laurent

  • 54 Ces craintes étaient renforcées par le fait que les actes avaient été commis par des troupes caucas (...)

24Louis Aragon fut tout autant poursuivi par cette tragédie. Il faut rappeler qu’il l’avait suivi au plus près. Réfugié avec Elsa Triolet à Saint-Donat, dès l’hiver 1942, le couple, qui se faisait appeler Andrieux, s’était lié d’amitié avec la famille Chancel. Lorsqu’ils apprirent le viol de Jeannie Chancel puis son état critique – l’adolescente avait contracté une méningite – ils se précipitèrent à son chevet à l’hôpital de Lyon, puis ils assistèrent à son agonie à Saint-Donat. Jamais, ils ne purent effacer de leur mémoire le visage de la jeune fille. Aragon y fera allusion dans sa préface à Aurélien, son roman écrit à Saint-Donat. Il rapporte notamment cette phrase terrible de Jeannie interrogeant sa mère : « Dis-moi, est-ce que je vais avoir un petit Allemand ? ». Elle était habitée par la peur de mettre au monde un Wehrmachtkinder, un enfant de Boche, un enfant de l’ennemi et sourdait à travers ce propos la peur du déshonneur54.

25Dans son ouvrage, la Diane française, Louis Aragon lui consacrera l’émouvant poème, D’une petite fille massacrée :

Vous pourrez revenir, ce sera vraiment

Surenchérir l’enfer et la bête féroce

Vous pourrez enfoncer la porte avec vos crosses

Allemands

Vous n’éveillerez pas cette enfant Elle est morte

Avant d’avoir ouvert tout à fait ses grands yeux

Rien ne la tirera du rêve merveilleux

Qui l’emporte

Dans ses cheveux défaits elle dort On croirait

Vraiment qu’elle va respirer qu’elle respire

Dans ses petites mains la nuit met son empire

En secret

Elle ne porte plus le poids de sa mémoire

La rose pour mourir a simplement pâli

Doucement doucement doucement elle oublie

Vivre et voir

  • 55 Anna Balzarro, Le Vercors et la zone libre de l’alto Tortonese, Récits, mémoire, histoire, Paris, L (...)
  • 56 Christian Ingrao, op. cit., p. 361.
  • 57 À Saillans, trois femmes furent violées par les troupes mongoles de l’armée allemande et trois femm (...)

Ce poème se veut une réponse a posteriori à l’Occupant nazi qui recourut aux pires procédés pour affaiblir la résistance et la couper de son soutien populaire. Il suggère également que l’on peut corréler l’intensité du recours au viol, à la volonté de désolidariser, d’insécuriser, d’anéantir le sentiment de confiance. Si l’armée allemande ne parvint pas à ses fins, ne réussit pas à briser les rêves de liberté des maquisards, elle désempara des familles, en ce sens qu’elle sapa des codes sociaux, des institutions telles que le mariage55. Comme l’écrit Christian Ingrao, « s’en prendre aux femmes, aux enfants, c’est détruire le fondement des communautés : c’est atteindre la transmission, la filiation, c’est détruire l’autre56 ». Le souvenir des viols a pu engendrer un désir de vengeance et peser dans le développement d’un phénomène comme celui des femmes tondues à la Libération. La prégnance de ce dernier en Drôme pourrait trouver une explication dans la virulence du ressentiment né de la fréquence des viols subis dans le département57. Mais croire que ces châtiments arbitraires pouvaient soulager la souffrance des femmes violées, briser leurs ghettos intérieurs et dissiper le temps des murmures, était purement illusoire. Nul doute que l’attitude profondément humaine de l’éphémère préfet de la Libération, durant l’automne 1944, Pierre de Saint-Prix, n’ait plus efficacement œuvré à adoucir le sort des adolescents et des femmes violées. Conscient à la fois de l’extrême brutalité endurée par les victimes et de sa propre responsabilité sociale, dégagé de tout dogmatisme, il refusa l’idée que le seul droit qu’on leur reconnaisse fut le droit de se taire. Il redonna la parole à certaines femmes enceintes ainsi qu’à leurs familles en leur offrant le choix d’interrompre ou pas leurs grossesses.

Haut de page

Bibliographie

Aeschimann Eric, « Deux guerres et cinq générations vues de la mercerie », Libération, 13 août 1999.

Albertini Jean, « Les œuvres clandestines d’Aragon et d’Elsa Triolet (1942-44) soixante après », in Louis Aragon et Elsa Triolet en Résistance, Rencontres de Romans sur Isère, Montreuil, Le Temps des Cerises, 2004, p. 246.

Audoin-Rouzeau Stéphane, L’enfant de l’ennemi 1914-18, Paris, Aubier, 1995, 223 p.

Balzarro Anna, Le Vercors et la zone libre de l’alto Tortonese. Récits, mémoire, histoire, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 130.

Bartov, Omer , L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les nazis et la guerre, Paris, Hachette-Pluriel, 2003, 317 p.

Beaupré Nicolas, Barbares en représentation : le cas français (14-18), Histoire@Politique, 2015/2, p. 17 à 29.

Bologne Jean-claude, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées, Paris, Éditions du Seuil, 2010, p. 353.

Cahen Fabrice et Capuano Christophe, « La poursuite de la répression anti-avortement après Vichy », Vingtième siècle- Revue d’Histoire, 2011/3 (n°111), p. 119-131.

Foot Michael R.D et Crémieux-Brilhac Jean-Louis, Des Anglais dans la Résistance. Le SOE en France (1940-44), Paris, Tallandier, 2020, p. 528.

Héritier Françoise, « Les fondements de la violence. Analyse anthropologique », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 2003, p. 407-408.

Horne John et Kramer Alan, 1914, les atrocités allemande, Paris, Tallandier, 2005, 640 p.

Ingrao Christian, La promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide, Paris, Seuil, 2016, 464 p.

Juquin Pierre, Aragon, un destin français, Paris, La Martinière, 2012, 697 p.

La Picirella Joseph, Témoignages sur le Vercors, auto-édition, 1991, p. 349.

Larrère Mathilde, Rage against the Machisme, Bordeaux, Éditions du Détour, 2020, 224p.

Lemonon Michel, Résistance !, Romans, Imprimerie Deval, 1994, p. 74-92. Il s’agit de la réédition d’un ouvrage paru en 1944.

Morin Edgar, Les souvenirs viennent à ma mémoire, Paris, Fayard, 2019, p. 161.

Capitaine Paris, Mémoires de l’ombre, L'Isle-sur-la-Sorgue, Éditions Scriba, 1989, p. 40.

Pons Paul, De la Résistance à la Libération, Valence, Imprimerie Passas et Deloche, 1962, 287 p.

Mesdames Prévost et Rouvière, Atrocités allemandes. Vercors, Clichy, Éditions SEN, 1945, p. 12.

Richter Charles de, Rien qu’un village de France, Gap, Ophrys, 1945, p. 211.

Shanker Thom, Violences sexuelles in Roy Gutan et Rief David, Crimes de guerre. Ce que nous devons savoir, Paris, Éditions Autrement, 2002, p. 421.

Sauvageon Jean, Passage en Revue, Paris, Gikgo éditeur, 2018, 489 p.

Lieutenant Stephen, Vercors, premier maquis de France, Association des pionniers et combattants volontaires du Vercors, Grenoble, 1991, p. 155.

Vigarello Georges, Histoire du viol, Paris, Éditions du Seuil, 1998, 370 p.

Virgili Fabrice, La France virile : des femmes tondues à la Libération, Paris, Payot et rivages, 2000, p. 58.

Virgili Fabrice , Naître ennemi : les enfants des couples franco-allemands nés pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot et Rivages, 2014, p. 237.

Virgili Fabrice, « Les viols commis par l’armée allemande en France (1940-44) », Vingtième siècle, 2016, n°130, p. 103-120.

Haut de page

Notes

1 Il faut attendre le dernier tiers du XXe siècle, avec le procès de Djamila Boupacha en 1961 et le procès des violeurs des touristes belges à Morgiou, en 1978, pour que la souffrance intime commence à être une donnée mieux prise en compte et que l’on prenne conscience de la nécessité de définir plus précisément le viol. Les viols de guerre ne sont considérés comme crimes contre l’humanité que depuis la fin des années 1990. Georges Vigarello, Histoire du viol (XVIe-XXe siècle), Paris, Éditions du Seuil, 1998, p. 248-258.

2 Cette proposition de localisation s’appuie sur le dépouillement des dossiers côtés 3808 W 240 à 401 des archives départementales du Rhône et du dossier côté 255 W 92 des archives départementales de la Drôme.

3 Edgar Morin, dans son livre paru en 1946 et intitulé L’An zéro de l’Allemagne, scruta la situation de ce pays en 1945. Il y évoqua courageusement les très nombreux viols dont se rendirent coupables les soldats soviétiques. Il reconnaît toutefois aujourd’hui avoir minimisé leur caractère effrayant, ce qui lui valut, selon ses propres mots, d’être accusé d’avoir « une tâche de sang intellectuelle ineffaçable sur la main ». Edgar Morin, Les souvenirs viennent à ma mémoire, Paris, Fayard, 2019, p. 161.

4 Fabrice Virgili, « Les viols commis par l’armée allemande en France (1940-44) », Vingtième Siècle, n°130, 2016, p. 103-120.

5 Également appelée Mémorial de l’oppression, cette délégation a été créée en août 1944 par Yves Farge à la suite des massacres de la gestapo au fort de Saint Genis-Laval.

6 Professeur de médecine légale à la faculté de médecine de Lyon, Pierre Mazel (1884-1965) fut un grand promoteur de la médecine du travail en France. Résistant, il fut incarcéré à la prison Montluc en juillet 1944.

France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 3808W62 : bilan des crimes commis durant l’Occupation.

7 AD du Rhône, 3808 W 283 : Donzère.

8 AD du Rhône, 3808W283 : Donzère.

9 AD du Rhône : 3808W295 ; une notice du dictionnaire Maitron des fusillés, exécutés, massacrés est consacrée à Odile Trutat mais ne fait pas état du viol dont elle a été la victime.

10 N’y figure aucune mention du viol d’Odile Trutat. Les contemporains ont pu éprouver une difficulté à associer le terme à la mémoire de la victime. Peut-être, cette réticence est-elle due à une hiérarchie des violences inscrites dans les mentalités de longue date, laquelle privilégiait la violence physique et méconnaissait l’abus sexuel ? Ceci explique que pendant une bonne partie du XXe siècle, les faits de viols furent requalifiés d’attentats à la pudeur et que seuls les viols suivis d’assassinats étaient criminalisés. Georges Vigarello, op.cit., p. 243. Mathilde Larrère, Rage against the Machisme, Bordeaux, Éditions du détour, 2020, p. 163.

11 Michael R.D. Foot et Jean Louis Crémieux-Brilhac, Des Anglais dans la Résistance. Le SOE en France (1940-44), Paris, Tallandier, 2020, p. 528.

12 AD du Rhône, 3808W 291 : Hostun

13 Joseph La Picirella, Témoignages sur le Vercors, auto-édition, 1991, p. 349.

14 AD du Rhône, 3808W268 : Châteauneuf sur Isère

15 AD du Rhône, 3808 W 398 : Valence

16 Troupes de l’Ost-legion composées d’ex-ressortissants soviétiques, non russes, qui avaient rejoint les rangs de l’armée allemande soit par nationalisme, soit par anticommunisme, soit par peur de la captivité. On y retrouvait des hommes de toutes origines : des Tatars, des Tchétchènes, des Azerbaïdjanais… Les Ost-legionen arrivèrent en France à l’automne 1943. Fabrice Virgili, op. cit.

17 Le centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit de l’université de Caen a numérisé et mis en ligne les minutes du procès de Nuremberg : https://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/crdfed/nuremberg/consult/Nuremberg/06/47e.xml/pm31011946

18 Le tribunal militaire de Nuremberg n’utilisa d’ailleurs pas le terme de viol mais préféra parler de traitements inhumains. Tom Shanker, « Violences sexuelles », in Roy Gutan et David Rief, Crimes de guerre. Ce que nous devons savoir, Paris, Éditions Autrement, 2002, p. 421.

19 Chiffre confirmé pour Saillans par Maguy Ailliot qui a connu les trois victimes. Il s’agissait d’une des institutrices de la commune, veuve et vivant à l’écart du village, d’une commerçante et d’une jeune fille. Les trois femmes continuèrent de vivre à Saillans après-guerre. Témoignage recueilli le 30 mars 2020.

20 Paul Pons, De la Résistance à la Libération, Valence, Imprimerie Passas et Deloche, 1962.

21 Lieutenant Stephen, Vercors, premier maquis de France, Grenoble, Association nationale des Prisonniers du Vercors, 1991, p. 155.

22 Cour pénale internationale (La Haye) : archives du tribunal militaire de Nuremberg : H-5052 : dossier d’audience- action terroriste et extermination des populations innocentes : document F.607

23 Christian Ingrao, La promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide, Paris, Seuil, 2016.

24 Mesdames Prévost et Rouvière, Atrocités allemandes. Vercors, Paris, Éditions SEN, 1945, p. 12.

25 Compagnie née en 1943, affiliée au réseau Buckmaster, commandée par Paul Pons, un ancien marin et entrepreneur colonial. Le groupe de combattants qui la composait conduisit de nombreuses actions de sabotage en Drôme (destruction de 34 locomotives à Portes les Valence et du siège de la Milice à Valence) et ralentit la progression de l’ennemi dans le sud du Vercors.

26 AD du Rhône, 3808 W 365 : Saint-Donat-sur-l’Herbasse.

27 Paul Pons, op. cit., p. 147.

28 Capitaine Paris, Mémoires de l’ombre, L'Isle-sur-la-Sorgue, Éditions Scriba, 1989, p. 40. Le capitaine Paris fut responsable FTPF dans les Baronnies puis dans le Diois à partir d’août 1944.

29 Témoignage de Raymonde Lantheaume recueilli en 1984 par Robert Serre.

30 Eric Aeschmann, « Deux guerres et cinq générations vues de la mercerie », Libération, 13 août 1999.

31 Entretien avec Maguy Ailliot le 30 mars 2020.

32 Paul Pons, op. cit., p. 146. On lira également avec profit la note de Robert Serre sur le Musée de la Résistance en ligne intitulée « le passage des Mongols à Crest par le docteur Thiers ».

33 John Horne et Alan Kramer, 1914. Atrocités allemandes, Paris, Tallandier, 2005, p. 246-248.

34 L’Aube, 16 mai 1940.

35 Cour pénale internationale (La Haye) : archives du tribunal militaire de Nuremberg : H-501-0070 : rapport du capitaine Costes sur les atrocités commises par les troupes allemandes en Drôme daté du 6 octobre 1944.

36 Joseph La Picirella, op. cit., p. 132. Les corps de ces deux militaires, Andress Holzschuh et Dietmar Lenz, âgés respectivement de 19 et 18 ans ont été inhumés au cimetière allemand de Dagneux (Ain). Archives La Picirella, classeur victimes ennemies par commune : Vercheny, Musée de la Résistance de Vassieux-en-Vercors.

37 Charles de Richter, Rien qu’un village de France, Gap, Ophrys, 1945, p. 134 .

38 L’historien israélien a montré que le recrutement accéléré d’hommes entraîna une plus grande hétérogénéité des corps d’armée allemands. Ce phénomène s’accompagna, sur le front de l’Est, d’un relâchement disciplinaire laissant le champ libre à une brutalisation des comportements. Omer Bartov, L’armée d’Hitler. La Wehrmacht, les Nazis et la guerre, Paris, Hachette-Pluriel, 2003, 317 p.

39 Françoise Héritier, « Les fondements de la violence. Analyse anthropologique », Mélanges de l’École française de Rome, Italie et Méditerranée, 2003, p. 407.

40 Michel Lémonon, Résistance !, Romans, Imprimerie Deval, 1994, p. 91-92. Étonnante et passionnante trajectoire que celle de Michel Lemonon, successivement khâgneux au lycée du Parc à Lyon, prêtre, mineur à Alès, membre de la CGTU, résistant, prêtre ouvrier avant de quitter l’Église, de se marier et de soutenir une thèse à l’université de Strasbourg sur le gobinisme en Allemagne.

41 Pierre Soubeyran de Saint-Prix (1901-1994) fut préfet de la Drôme du 1er septembre 1944 au 29 décembre 1944.

42 AD de la Drôme, 312 J 368 : transcription par Patrick Martin d’un entretien de Chantal de Tourtier-Bonazzi avec Pierre de Saint-Prix, le 4 juin 1981 conservé aux archives nationales (AN) sous la côte 2 AV 4 à 6 (473AP).

43 Louis Vallon était le père de Louis Vallon (1901-1981) qui rejoignit le général De Gaulle à Londres avant de devenir plus tard député de Paris et d’incarner un gaullisme de gauche.

44 AD de la Drôme, 312 J 368.

45 AN, 19760175/124 : lettre de Gabriel Bout à François de Menthon en date du 2 novembre 1944.

46 Fabrice Virgili, op. cit.

47 AN, 1 9760175/124 : lettre du préfet de la Drôme au ministre de la santé publique datée du 21 février 1945.

48 AD du Rhône, 3808 W 398 : lettre de N. S au docteur Pierre Mazel (5 décembre 1944).

49 Jean Claude Bologne, Pudeurs féminines. Voilées, dévoilées, révélées, Paris, Seuil, 2010, p. 353.

50 AN, F/1a/4028 : rapport du préfet de la Drôme au ministre de l’Intérieur daté du 15 juillet 1944.

51 Jean Sauvageon, Passage en Revue, Paris, Gikgo éditeur, 2018, p. 409.

52 Charles de Richter, op. cit., p. 211.

53 Photographie communiquée par Anne Laurent. La mère d’Anne Laurent était la cousine germaine de Marguerite Lémonon, épouse de Jean Lémonon, oncle de Jeannie, tué au combat en juin 1940.

54 Ces craintes étaient renforcées par le fait que les actes avaient été commis par des troupes caucasiennes souvent animalisées. On retrouve cette représentation de l’ennemi dans les conflits précédents. Stéphane Audoin-Rouzeau, L’enfant de l’ennemi 1914-18, Paris, Aubier, 1995, 223 p.

55 Anna Balzarro, Le Vercors et la zone libre de l’alto Tortonese, Récits, mémoire, histoire, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 130.

56 Christian Ingrao, op. cit., p. 361.

57 À Saillans, trois femmes furent violées par les troupes mongoles de l’armée allemande et trois femmes d’une même famille furent tondues, à la Libération, par des maquisards.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La stèle dédiée à Odile Trutat, inaugurée en 2019 à Livron sur Rhône10
Crédits © Franck Tison
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8191/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Cartographie des viols commis par l’armée nazie en Drôme entre juin et août 1944
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8191/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Jeannie Chancel en 194353
Crédits ©Anne Laurent
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8191/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Tison, « Viols nazis en Drôme (1944) », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8191

Haut de page

Auteur

Franck Tison

Franck Tison est directeur du service départemental de l’Office national des Anciens Combattants et Victimes de guerre de la Drôme. Ses recherches portent sur la Première Guerre mondiale (« Des travailleurs chinois en Ardèche pendant la Grande Guerre », Mémoire de l’Ardèche et temps présent, 2018 ; « L’Ardèche, terre-refuge pour des enfants belges durant la Première Guerre mondiale, Revue du Vivarais, février 2020) ainsi que sur la vie politique en France dans l’entre-deux-guerres (« La conférence du général Mangin en Avignon (1922) : quand une poussée de pacifisme sonne le glas d’une ambition politique », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2017/265).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search