Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Les complaintes criminelles en Fr...Faits divers chantésL’affaire aux 17 complaintes. Le ...

Faits divers chantés

L’affaire aux 17 complaintes. Le crime d’Henri Pranzini (1887)

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

Recueil Affaire Henri Pranzini

Recueil Affaire Henri Pranzini

BnF Gallica

1L’affaire Pranzini fut l’une des plus célèbres de la fin du XIXe siècle et conserve une part de mystère expliquant sa postérité. Le supplément du Grand Dictionnaire du XIXe siècle de Pierre Larousse lui consacre un article. Henri Pranzini condamné à la peine de mort par la cour d’assises de la Seine, est reconnu coupable d’un triple crime, celui de trois femmes, dans un appartement cossu de la rue Montaigne. Les complaintes, dans des styles très différents, se font entendre un peu partout : « Oh ! fatale vertu ! Cruelle destinée ! / Nouveau Joseph devant Madame Putiphar1 », « L’auteur d’un crime pareil/ Ne d’vait plus r’voir le soleil2 », « On se perd en conjectures/ Sur l’mobil’ de c’t’événement3. ». Pranzini y est-il présenté comme un ogre contemporain, dévorant des femmes4, ou bien un comparse malheureux, ou bien encore un nouveau type de criminel donnant une nouvelle compréhension au monde du crime de la société ? Peut-être que les complaintes disent autre chose et maintiennent, un court instant, l’auditoire dans l’enfance en prenant la suite des récits populaires et des contes de fées ? Sous couvert de divertissement, les complaintes livrent une vision de l’humanité et une mise en intrigue de ce drame sanglant5.

Un quatorzième juré ?

2Les tribunaliers, c’est-à-dire les chroniqueurs judiciaires célèbres comme Albert Bataille ou, plus tardivement, Geo London, étaient parfois surnommés les treizièmes jurés. En effet, dans l’enceinte des palais de justice, assis sur le banc de la presse, ils jouent, auprès de l’opinion publique, un rôle essentiel. Pour tous ceux et celles qui n’ont pu prendre place dans la salle d’audience, ils donnent à un procès une atmosphère, ils donnent aussi des couleurs aux débats tout en livrant de longs portraits des accusés, mêlant à la fois les techniques de la physiognomonie et les grilles de lecture de la théorie des tempéraments. Mais un autre acteur contribue à façonner l’opinion, à la mobiliser, à l’indigner : la complainte judiciaire. Les rédacteurs, souvent issus du monde judiciaire, se transforment pour l’occasion en organiste. Leur partition est celle des émotions collectives. Appuyant sur telle ou telle touche ils suscitent l’indignation, la réprobation, la condamnation, voire aussi l’amusement.

À charge

3Le système judiciaire français n’a pas retenu la procédure accusatoire mais a opté pour la procédure inquisitoire. Avant 1897 l’avocat de la défense n’est pas associé à l’instruction et l’enquête est écrite, secrète et non contradictoire. De la sorte, le procès devient le moment où, en public, la recherche de la preuve par le président doit être éclatante. Nombre d’observateurs des tribunaux considèrent que l’accusé n’a guère de garanties dans la recherche de la vérité et que le juge n’est pas un arbitre impartial. Dans ce contexte, la complainte penche du côté de l’accusation. Il s’agit d’insister sur l’horreur du crime, comme si son caractère effroyable entraînait nécessairement la culpabilité de celui qui se trouve dans le box des accusés : « L’épouvantable récit/D’un crime des plus terribles/Qui jeta l’anxiété/Dans notre grande cité »6. Le fait divers chanté doit lever toute ambiguïté : « Le doute est alors banni/Le coupable est Pranzini ! »7. L’erreur judiciaire est en 1887 un sujet important que l’on retrouve par exemple dans Le livre du Petit citoyen dû à la plume de Jules Simon8. Il importe donc que la perplexité ou la méfiance à l’égard des faits relatés dans la presse s’évanouissent : « Mais les preuves accablantes/Prouvent qu’il est l’assassin/ Et le jury c’est certain,/ D’une justice éclatante/Vient de l’condamner à mort/Il a mérité son sort9 ». Mais au fur et à mesure du temps, certaines certitudes s’effritent. Très tôt, dès les mois de février/mars la légende d’un homme brun est relayée. Dans l’immeuble de la rue Montaigne, deux hommes se seraient succédé, ou bien auraient été en même temps dans l’appartement. Les versions divergent et maître Demange, l’avocat de Pranzini, reprendra en grande partie cette hypothèse, ébranlant dans leurs convictions les membres du jury. Pranzini serait bien un receleur ou un voleur, mais ce n’est pas un tueur. Une complainte, la dernière écrite et diffusée, s’intitule sobrement « Le petit homme brun ». Quand le couperet de la guillotine a fait son office, il « Doit bien pouffer chez lui,/ Aujourd’hui./En joyeux garçon,/Il rigole, et son/ Rire n’est pas emprunt./ Ah ! qu’il est gai (bis) le petit homme brun10 ! ». La suite est à l’avenant : le petit homme brun porte un toast à la mémoire de celui que l’on a exécuté, il boit, il rote, il rigole, il ne tremble plus, il n’a plus besoin de se cacher. Désormais plus personne ne l’inquiétera. Mise en regard des premières complaintes, la version donnée ne fait pas porter sur les épaules de « l’horrible assassin11 » le fardeau du crime. Ce n’était peut-être pas lui qui était l’auteur du drame sanglant de la rue Montaigne. Mais comme si on voulait se rassurer, les complaintes insistent. Le tueur de femmes n’est pas un fou, ce n’est pas non plus tout à fait un monstre, même s’il est présenté une fois comme une « bête des bois12 » et une autre fois comme un « ignoble monstre humain13 », c’est un homme de chair presque ordinaire, c’est un « infâme scélérat » qui « méritait bien cette peine14 ». Dans un autre registre, de nombreuses complaintes insistent aussi le fait que dans les annales du crime, on vit rarement « maladress’ pareille15 », que « là, il ne fut pas malin16 », tout en étant un « savant polyglotte17 ».

4Un portrait psychologique est donné : menteur, voleur, noirceur, langage mielleux, farouche, affreux bandit, misérable, assassin et vaurien, mais quel type de criminel était-il ? Un « rastaquouère »18 ? Ou bien plutôt un « parfait gommeux19 », un « lovelace20 », voire un « lovelace vainqueur21 », mais il est aussi désigné, en fonction d’une montée de la xénophobie22 qui aboutira au massacre d’Aigues-Mortes, en 1893, comme un « pauvre Macaroni23 ». Dans un autre texte, « On voit bien que ce gredin/ Ne peut être qu’un Italien »24.

5Le trait dominant toutefois consiste à présenter Pranzini comme un gigolo, ou du moins un amant à la duplicité redoutable, au physique avantageux et sans véritable passion, qui après un moment de volupté et un temps de sommeil, se métamorphose en tueur de femmes.

La morale

6Les textes des complaintes fourmillent d’atrocités. Par rapport aux canards sanglants, ils contiennent cependant moins de détails horrifiques, de corps plongés dans une marmite d’eau bouillante, de têtes détachées du tronc, de chairs finissant de se consumer sur des braises agonisantes… Pour autant, les complaintes ne veulent pas être seulement des petits théâtres ou de minuscules musées des horreurs. Elles entendent délivrer un message pour l’édification des lecteurs. Il ne faut pas se laisser envahir par des pensées criminelles, il ne faut pas céder à la colère, à l’envie, à la jalousie et si des idées de meurtre traversent l’esprit, il faut savoir rester sur le seuil et choisir l’inaction.

7Pour les personnes inattentives ou distraites, le mot « morale » figure bien dans le texte écrit, parfois en majuscules et se trouve placé à la fin : « MORALE/Ce récit, je le confesse,/Contient un enseignement :/ Ce terrible événement/Prouve à toute la jeunesse/Que toujours l’oisiveté/Est nuisible à la santé25 ». La thématique de la paresse26 comme mère de la criminalité est fréquemment présente dans les textes du XIXe siècle. Les observateurs sociaux y voient l’origine de la délinquance juvénile.

8Les complaintes se présentent comme une littérature du crime qui a pour visée de conjurer le mal. Il ne faut pas le masquer ou le laisser enfoui dans une fosse, mais au contraire l’exposer aux regards de tous.

9Dans certaines complaintes, la morale est inexistante. C’est le refrain qui occupe la place qui lui est dévolue, mais il arrive aussi qu’elle ne jette pas l’opprobre sur un criminel et son geste, mais plutôt sur son mode opératoire ou ses maladresses. On se gausse parfois de lui pour ne pas y avoir songé : « 27. MORALE/ La Morale nous prouve en somme/Qu’avant d’faire un mauvais coup,/ On doit s’garder un atout./A moins qu’d’être un’bête de somme./ Si Pranzini l’eût pensé,/ On n’leût pas exécuté27 ».

10La morale proposée varie en fonction du moment où l’affaire est médiatisée mais aussi de l’inspiration des auteurs et de leurs visions du monde. L’un n’hésite pas à voir dans la déchristianisation le ressort du crime. S’éloigner de la religion, ne plus être messalisant, songer même à abandonner la foi sont des glissements qui conduisent au drame. Les nuits de Pranzini seraient agitées, son « âme » serait troublée et le remords viendrait le ronger. Pranzini devient ainsi un exemple, non pas à suivre mais celui que « Vous place Dieu si bienfaisant, si sage/Pour vous engager à rester pieux28 ». Mais il arrive aussi qu’une complainte prenne le contre-pied, se moque du ciel et de la religion. La dérision est le fil conducteur du propos. Pranzini arrive au ciel et s’adresse à Saint-Pierre qui dans chaque couplet lui rétorque sèchement qu’il ne l’écoutera pas et qu’il ne veut pas encourager la paresse. Mais à un moment Pranzini déclare à Saint-Pierre « J’n’en pince pas du tout pour le purgatoire »29 et puis, presque aussitôt, tout bascule lorsque, à l’initiative de Saint-Pierre, Pranzini lui propose de venir « chez l’troquet d’en face » et se montre persuasif : « Bon Saint-Pierre, écoutez-moi donc/Venez avec moi licher un litron ». La complainte est une farce, elle mêle le burlesque et le grotesque. À la fin, Pranzini et Saint-Pierre s’entendent comme deux larrons et ce dernier ne voit plus d’obstacle au fait que l’assassin de la rue Montaigne entre au Paradis : « Eh ! mon vieux, allez-y de ce pas/ Car j’absous votre conduite un peu leste/ Eh ! mon vieux, allez-y de ce pas/ L’Église bientôt vous canonis’ra ». Le crime se trouve effacé et seul demeure une amitié de beuverie entre un assassin et le gardien des portes du Paradis. Une autre complainte, l’une des plus longues, car elle comporte 44 couplets, propose un épilogue un peu farfelu : « La moral’ de cette histoire,/ C’est, sans vous en faire accroire,/ Qu’on peut aimer les bijous,/ Mais faut pas couper les cous30 ».

11Les principes moraux ou civiques ne sont pas toujours les aiguillons des complaintes qui sont plus diverses que ce que l’on pouvait envisager. C’est une manière aussi d’attirer l’attention sur l’ambiguïté du monde contemporain. Les clins d’œil complices sur l’homme criminel qui a mérité son sort sèment le trouble quand l’auteur d’une complainte suggère qu’il existe d’autres lectures, comme si, placé sur un plan supérieur de la conscience, le crime devenait relatif et le geste de Pranzini ne pouvait être réduit à un triple assassinat sordide.

Étoffer le réel

12Les dix-sept complaintes de l’affaire Pranzini ne se présentent pas comme appartenant à la littérature du réel et pourtant les faits rapportés, les situations mentionnées et les propos consignés ne sont pas imaginés, ce qui n’empêche pas quelques approximations concernant notamment les noms propres. Madame de Montille31 devient madame de Bertille32, de Monti33 ou encore sans particule la fill’Montille34. Les mêmes approximations se retrouvent pour désigner les deux autres victimes, mais le véritable patronyme de Régine de Montille, Marie Regnault n’est pas écorché, même pour les besoins de la rime. Il serait possible de tamiser l’ensemble des textes et de reconstituer en partie le déroulement du crime et l’exécution de son auteur.

La scène de crime

13Le crime a eu pour cadre un appartement de la rue Montaigne, situé dans le triangle d’or de la capitale. L’adresse précise est donnée : « Au troisième, numéro dix/sept35 ». Les trois victimes sont mentionnées : Madame de Montille, sa dame de compagnie et Marie, la fillette d’une douzaine d’années. Le mode opératoire et l’ordre dans lequel elles ont été tuées s’avèrent exacts. D’abord, Madame de Montille dans sa chambre, le corps sera retrouvé au pied du lit, puis sa dame de compagnie, dans le couloir, et enfin la fillette qui était dans sa chambre et dont le cadavre sera retrouvé sur le lit. Les trois femmes ont été pratiquement décapitées à l’aide d’une arme blanche, qui s’avéra être, selon Paul Brouardel, non pas un rasoir, mais bel et bien un couteau de boucher. Une seule complainte évoque un « cimeterre36 », d’autres usent de synonyme pour éviter les répétitions « d’un coup de sa ramelle », « l’couperet37 ». Le nombre de coups portés, en revanche, est l’objet d’une certaine surenchère. Une complainte persifle : il n’aurait donné que « seiz’ malheureux coups d’couteau38 », une autre indique que se jetant sur l’enfant, l’assassin « perçant vingt fois de son arme tranchante/ Ce corps, si faible ensemble et si charmant39 ».

14En 1887, Madame de Montille avait été présentée et perçue comme une demi-mondaine au grand cœur. Décrite comme « cette femme si gentille/ Et douce comme un agneau40 ». Elle avait trois amants qui ne venaient pas les mêmes jours et ne se connaissaient pas, mais les faits divers chantés lui en prêtent un plus grand nombre. Pour autant, elle fascine, elle ne suscite pas le rejet ou une condamnation morale, elle « Vivait fort honnêtement » souligne l’auteur de la Grande complainte du crime de la rue Montaigne41. Son sort émeut et les complaintes hasardent que le crime est une abomination, mais qu’il n’y a peut-être pas de véritable mobile, ne serait-ce pas l’œuvre d’un fou : « Faut-il avoir sa raison/Pour commettre pareils crimes ? »42. Les colliers, les montres, les diamants, en un mot, les bijoux ne suffisent pas à comprendre le crime même si « Belle jadis, presque riche aujourd’hui »43. Présentée comme accueillante, pas farouche, confiante, trop confiante, elle reçoit deux coups de couteau44, ce que confirmera l’autopsie judiciaire. Le cadavre est retrouvé dans une mare de sang, mentionnée dans la presse et dans les complaintes.

15Mais c’est évidemment le crime contre une enfant qui bouleverse la France entière. Les complaintes se mettent à l’unisson de cette émotion collective où se bousculent la pitié et la colère. Le choix des mots et le registre de l’intime rendent plus pitoyable encore son sort et s’assurent l’adhésion de tous. La fillette « Qui dormait innocemment/ Dans sa petite couchette,/ Près du lit de sa maman45 ». « L’enfant ne r’muait pas du tout/ c’qui fait qu’il lui trancha le cou46 ». Une complainte donne une autre version. La « timide enfant » n’était plus endormie. Réveillée, elle avait compris ce qui se passait et elle « tremblait dans sa couchette47 ». Pourtant, elle n’a pas été épargnée. Le crime ne semble pas dû à la fatalité. Tristesse et colère collectives sont dirigées contre un inconnu, puis, quand l’enquête progresse, contre Pranzini. Le crime et les complaintes sont aussi révélateurs des changements d’attitudes vis-à-vis de l’enfance maltraitée ou victime. Le crime le plus odieux des sociétés contemporaines n’est plus forcément celui qui conduit à la mort des vieux48, mais celui qui provoque le trépas d’enfants. Dix ans plus tard, la loi de 1898 semble accompagner ce mouvement.

L’exécution

16Moment fort, le récit de l’exécution est attendu de tous. Une complainte criminelle se doit d’évoquer, selon les circonstances, le bagne ou les bois de justice. Avec l’affaire Pranzini, plusieurs complaintes insistent sur l’exécution, soit en la mentionnant dans le titre : « On y a coupé la tête49 ! », « …exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 188750… », soit en lui consacrant des strophes imagées et rythmiques : « Et sa tête magnifique/ S’en va rouler dans le son !.../ C’est une dure leçon51 !... ». Il est vrai que la tête de Pranzini a fait l’objet d’un traitement particulier, puisque recueillie, elle est moulée, et le crâne est conservé au musée de la Société d’Anthropologie que le Docteur Variot, chargé de l’autopsie, examinera à nouveau dans les années 192052. Le refrain est consacré à la mise à mort : « On y a coupé/ La tête sans pitié/ Il ne l’a pas volé […]/ C’est fait ça y est/ Entre nous c’est bien fait53 ».

17En 1887, l’exécution est un spectacle. Un public nombreux s’y rend, comme au théâtre ou au café-concert. Il s’agit à chaque fois d’une représentation unique. Une complainte l’illustre. Elle s’ouvre par la confidence du narrateur : « Pour distraire un peu ma famille,/ J’avais fait l’projet, d’puis lundi,/ D’emm’ner mon fils, ma femm’, ma fille54 ». En 1870, un décret-loi du 25 novembre dû à Adolphe Crémieux, supprime l’estrade et la guillotine est désormais de plain-pied. Si une foule nombreuse peut se rendre sur place, on n’aperçoit pas grand-chose, sauf pour ceux qui sont aux premières loges. Dans cette complainte, chacun a pris ses dispositions, se tenant prêt pour se mettre en ordre de marche aussitôt connu le jour de l’exécution : l’un emporte un escabeau, une autre un pliant, le narrateur et sa fille un banc. Il s’agit de ne surtout rien rater et de s’assurer que toute la famille pourra « voir un bout d’l’échafaud »55. Une longue attente commence. Ils restent cinq heures à patienter. Louis Deibler, le bourreau en titre depuis 1879, est annoncé ; un profond silence s’installe, un long tressaillement parcourt la foule, le supplice est imminent et pourtant « Mon fils dit : "Nom d’un chien ! / Je r’garde et je n’vois rien" ». Aucun membre ne voit quoi que ce soit et la foule, après l’exécution, de se rendre dans des débits de boissons. Ici, de la grenadine pour la fille, du rhum pour le garçon, du cassis pour l’épouse et un verre de vin pour le narrateur56. La prochaine fois, promet ce dernier « Dans un’jumell’ de choix/ J’vous fr’ai voir, tous les trois,/ La guillotine ! »57. Le fait divers chanté reflète à sa manière l’exaspération des autorités. En effet, à proximité de la place de la Roquette, des milliers de curieux ont battu le pavé depuis plusieurs jours. Le 29 août une rumeur précisant la date de l’exécution se diffuse, six cents voitures auraient déposé leurs passagers. Le journal Le Gaulois parle du « cabotinage de la guillotine ». Un tel rassemblement n’aurait pas eu d’équivalent. La veille, les commissaires des quartiers concernés avaient fait arrêter 150 noctambules. Une complainte s’intitule simplement Place de la Roquette. Un narrateur se plaint d’être resté cinq heures le vendredi soir à attendre, « Ne voyant rien v’nir, comm’sœur Anne58 », puis comme rien ne se passait, il est rentré chez lui. Le lendemain, il recommence, le dimanche il fait de même jusqu’au jour de l’exécution, où, trop fatigué, « j’dus rester sur le flanc » et il ne peut assister au « raccourciss’ment/ D’Pranzini59 ».

  • 60 Le Cri du peuple, 28 août 1887.
  • 61 (14) Avant l’exécution, couplet 1.
  • 62 Idem, couplet 2.
  • 63 Idem, couplet 3.
  • 64 Guy de Maupassant, « Un fou », Le Figaro, 1er septembre 1884.

18Toutefois, la complainte la plus sordide, publiée dans Le Cri du peuple et dédié à Louise Michel60, choisit une chanson à boire et fait parler les bois de justice. Ceux-ci ont le sentiment de chômer, ils s’étiolent « Car le sang nous fait défaut61 ». Ils veulent être désaltérés et réclament une boisson écarlate : « C’est à boire, à boire, à boire !/C’est à boire qu’il nous faut ! ». Ensuite, c’est au tour du « glaive », du panier et du son de s’exprimer62. Eux aussi sont « Privés du beau sang qui mouille » et réclament à boire. Vient enfin le tour de la « populace » qui attend Pranzini et, clame-t-elle, « De ton sang nous voulons boire63 ». Le sang occupe alors une place importante dans les fictions et celui qui écrivait cette complainte avait peut-être en mémoire la courte nouvelle de Maupassant, publiée quelques années plus tôt, dans laquelle un singulier personnage, président de cour d’assises, confie à son journal que c’est beau de voir trancher la tête d’un homme, comme de voir jaillir un flot de sang dans lequel il aurait voulu se « baigner »64.

19Le sang humain versé et le vin couleur pourpre constituent un moment crucial et apaisent les sociétés punitives en permettant à ses membres de communier dans l’instant ou plus tardivement en chantant.

Les imaginaires sociaux, la culture du crime

  • 65 Joseph Le Floc’h, « Les complaintes judiciaires », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », H (...)

20Les 17 complaintes suscitées par l’affaire Pranzini ne peuvent être isolées de l’univers des faits divers chantés. Elles font partie d’une longue chaîne dont les origines sont à rechercher au début du XVIe siècle65. Après la Révolution et l’Empire, les imaginaires sociaux se recomposent et l’histoire criminelle possède ses héros et ses références.

Les références

21La Complainte de Pranzini, du moins l’une des deux versions dues à Louis Gabillaud, précise « Air : De Fualdès »66. On le sait, ce dernier ouvre un nouveau cycle et la plupart des complaintes le reprennent à leur compte. Cette mélodie-timbre67, écrivait Joseph Le Floch’, vient de la complainte créée à l’occasion de la mort du maréchal de Saxe en 1760 et reprise en 1817 lors de l’affaire Fualdès, à Rodez68. Quand rien n’est précisé, c’est bien cet air qu’il faut adopter69, et parfois une indication supplémentaire est donnée : « Récit-complainte sur l’air de Fualdès par un gone du Gourgouillon »70. Le gone est un gamin lyonnais à l’instar du gamin de Paris ; quant au Gourgouillon, il s’agit d’une voie de la colline de Fourvière. Une complainte, crée à Bordeaux, reprend le même timbre71 ; une suite parisienne de sizains se glisse dans les habitudes sonores, adopte aussi le même air et les paroles sont partiellement publiées dans Le Petit Journal72. Cependant, d’autres airs sont indiqués. Le nombre de faits divers chantés autour de Pranzini nécessite en effet de varier les mélodies. C’est ainsi que La Pranzinéide73 s’avère être une complainte sur l’air des feuilles mortes, mais sa « moralité » glissée en fin de complainte, change de registre : « Sur l’air du Petit Chapeau rouge ». Une autre précise « Air : C’est ta poire (P. Bourgès) »74. Pour le public, il ne fallait pas trop s’éloigner de la culture sonore commune. Mais à Castres, Béranger à l’Académie résonne. À Paris, le timbre de L’enterrement se fait entendre, mais le refrain n’a rien de sordide tout en étant cynique : « Faudra qu’il pass’ sa têt’ dans le/ Trou lalïtout, trou la laïtou/ Un’ de plus dans le panier d’son,/ Et zon, zon, zon/ Tant pis s’il n’est pas décidé, Faut qu’il crèv’ comme ça c’gueux là !/ Larifla, fla, fla !!! »75. Parmi les airs célèbres : Mad’moiselle, écoutez-moi donc76, Que ne suis-je la fougère77 ? En revenant de la revue, plusieurs fois adopté78, Monsieur et Madame Denis79, C’est ta poire80, Au Bureau de placement81, et puis encore Toto Carabo82, présenté comme une comptine pour enfants.

22Outre les connaissances musicales, les complaintes font appel à d’autres savoirs, en particulier ceux des figures criminelles. La première de toutes, agrémentée d’un portrait de Pranzini, s’appelle Le Nouveau Troppmann, fait divers qui à la fin du Second Empire a secoué l’opinion publique. Jean-Baptiste Troppmann est l’auteur du massacre de Pantin. Il a assassiné tous les membres de la famille Kinck et est exécuté en janvier 187083. Grâce à lui, les ventes du Petit Journal se sont envolées et le beau crime, placé à la une, est devenu un argument éditorial. Dix-sept ans plus tard, il n’est pas besoin de rafraîchir les connaissances de l’opinion publique, tout le monde conserve en mémoire les grands traits de l’affaire. Un autre personnage est explicitement mentionné, il s’agit de Dumollard84. Ce tueur de bonnes de la région lyonnaises guillotiné en 1862 fait partie des Causes célèbres. Avinain est également mentionné85. Il est passé à la postérité pour une phrase célèbre prononcée le jour de son exécution : « Messieurs n’avouez jamais ». Dans la culture du crime, il occupe l’une des premières places. Quant aux autres références, elles concernent le déroulement de l’enquête. Taylor qui est le chef de la police judiciaire est cité86, ainsi que l’inspecteur Jaume et Goron87, le numéro deux de la police judiciaire, et Guyot, le juge d’instruction. Des indications glissées dans les strophes fournissent des éléments qui relèvent tantôt de la description, tantôt de la narration : les traces et les indices trouvés dans l’appartement, comme des flaques de sang, une manchette et une ceinture de pantalon portant le nom de Geissler, pour déjouer les soupçons, un coffre-fort non ouvert, une bassine d’eau trempée de sang dans laquelle l’assassin se lava les mains, une carte de visite parmi d’autres, mais au nom de Pranzini, sa maîtresse, Madame Sabatier, le coutelier chez qui un personnage muni d’une fausse barbe avait acheté un couteau. Pranzini est aussi un véritable Don Juan, outre Madame de Montille, Madame Sabatier, employée de commerce, il séduit « Même une Américaine, ange du Paradis88 » et une dame du monde dont l’identité ne sera pas révélée, ni lors de l’instruction, ni au moment du procès. Une complainte feint de l’identifier, il s’agit de « la duchesse du Graillon » qui fait faire un médaillon du « portrait de Pranzini »89.

23De nombreux éléments factuels de l’affaire qui a tenu en haleine pendant neuf mois l’opinion publique se retrouvent dans certaines complaintes comme la participation de Pranzini à la campagne du Soudan, son enfance à Alexandrie, au « Pays des Pharaons ». C’est là où, selon l’auteur de La Pranzinéide qui signe Got de Lureau, Pranzini a commencé sa carrière comme il le confie : « Le Nil aux flots d’azur a vu mon premier vol »90. Dispersés, ces renseignements supposent aussi que le lectorat ou l’auditoire ne découvre pas le crime de la rue Montaigne, mais qu’ils puissent saisir les allusions, frémir, goûter parfois le ton mélodramatique ou le trait d’humour.

L’arrestation et le procès

24Moment bref, l’arrestation est rarement l’objet de longs récits. Elle atteste pourtant que la traque du suspect s’achève et que l’investigation policière cède la place à l’instruction judiciaire. Henri Pranzini est arrêté à Marseille et l’épisode a les allures d’un événement majeur. Les diverses pistes sont promptement abandonnées. Dans une maison close, des bijoux avaient été donnés à deux pensionnaires. La maîtresse de l’établissement, surprise, avait alerté la police. Et le fait divers chanté, qui peut se déployer sur une quarantaine de couplets, ne se prive pas de mentionner cet épisode « Cette dame et ses d’moiselles/ Le reçoivent au salon ;/ Ell’ font marcher leur prunelles/ D’sa tête à son pantalon »91. Une complainte fournit même les noms : « Les filles Favre et Doury »92. La précision devient la marque de l’authenticité et donne du crédit à l’ensemble des informations contenues dans les divers couplets. Inquiété, Pranzini essaye de se débarrasser des bijoux, puis se rend au Théâtre où « la police,/avant que l’dram’soit fini,/ Se saisit de Pranzini93 ». Arrêté, livré à l’inspecteur Jaume et au Commissaire Goron, sous-chef de la Sûreté, qui, en train, le reconduise à Paris pour y être interrogé par Adolphe Guillot, considéré comme le meilleur juge d’instruction de son époque et qui avait la réputation de faire avouer les coupables en cinq minutes précises.

25Le compte rendu d’un procès est en genre en soi. Les journaux à grand tirage et la presse d’opinion diligentent des tribunaliers pour restituer les débats. Des sténogrammes, plus ou moins fidèles, sont publiés, aussi les complaintes se contentent d’une phrase, d’un couplet unique ou, exceptionnellement, de 5 strophes94 ou de 12 strophes, composées de sizains. La Grande complainte du crime de la rue Montaigne, bien renseignée, s’intéresse tout d’abord au public : « Tout le Paris élégant/ Est assis dans le prétoire !../ Des cocottes, des rentiers,/ Des avocats, des portiers95 ». Certains procès sont des événements mondains et le président des assises distribue des cartons d’invitation comme s’il s’agissait d’une Générale devant un public restreint ou d’une Première avec une assistance choisie. L’interrogatoire de l’accusé et le défilé des témoins sont mis en vers. L’auteur, dont seules les initiales EC sont connues, s’attarde sur la confrontation entre Madame Sabatier et son amant, sur la fascination qu’il continue d’exercer sur elle, restitue les émotions judiciaires : « Des pleurs ont coulé pourtant »96, « chacun tire son mouchoir97 », donne, à l’aide de quelques mots et images, des portraits. Le président est rusé, le procureur est cruel, le défenseur ardent, le verdict ferme. Cette complainte relate également la démarche d’Antoinette Sabatier auprès du président de la République pour tenter d’arracher, en vain, la grâce de Pranzini.

26Dans une complainte, l’arrestation et le procès sont des moments privilégiés dans la mesure où ils font glisser l’intérêt pour le criminel vers la police et la justice. Autant, lors du crime, l’assassin est tout-puissant ; autant, lorsqu’il est attrapé et jugé, il semble le fruit de puissances qui le dépassent. Des passages donnent le sentiment d’avoir été guidés par l’institution judiciaire dont on loue l’efficacité et les missions : « La justice tutélaire/ Veillant sur chacun de nous, / S’empare viv’ment du filou,/ De suite instruit son affaire, / Étendant sa marge main/ Pour protéger le prochain98 ». Réduit à l’impuissance, le héros criminel devient flou, presque vaporeux. Il n’a plus de passé et pas d’avenir.

27Les dix-sept complaintes ne sont pas les seules à évoquer le crime. Des canards circulent et l’un d’eux affiche en gros caractères « Exécution » et en plus petits « Derniers détails ». Un dessin occupe la moitié de la page et montre Pranzini se dirigeant vers la guillotine devant une foule considérable, tandis que des badauds se hissent sur les arbres. En 1887, Henri Pranzini entre dans la légende criminelle. Nouvelle figure, au physique avantageux, au masque impénétrable, dans un monde qui n’est ni étincelant ni magnifique, il est avant tout présenté comme un séducteur et un tueur de femmes. Les complaintes veulent mettre en garde ceux qui seraient tentés de suivre son exemple : il ne reste plus que l’abrutissement du désespoir, une mare de sang, et une tête serrée dans une sorte de linceul. Les auteurs veulent donner une ambiance et faire vibrer le lecteur ou l’auditoire. Le public, lui, n’est pas passif car avec les complaintes une véritable connivence s’installe et sa participation est requise. Il reste que certaines complaintes disent autre chose : l’une, au détour d’un sizain, suggère qu’il ne faut pas prendre trop au sérieux les faits divers chantés, sapant ainsi de l’intérieur les messages moraux parsemés jusqu’à présent : « Si la rime est un peu bête ; /Faites la part de l’émotion, Et j’habit’ Charenton/ Où l’air affaiblit la tête ; / Mais je vous jure au surplus, / Qu’on ne m’y reprendra plus »99. L’affaire occupe une place importante dans la mémoire collective, réactivée en 1935 par La complainte de Pranzini et Thérèse de Lisieux. Le titre est un peu trompeur car il s’agit en fait d’une pièce en quatre actes due à Henri Ghéon mais qui atteste de la présence du crime de la rue Montaigne dans la culture partagée du crime.

Haut de page

Notes

1 (6) La Pranzinéide, complainte sur l’air des feuilles mortes, couplet 5.

2 (1) Complainte. Le nouveau Troppmann, couplet 11.

3 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne, couplet 20.

4 Se reporter à Frédéric Chauvaud, L’affaire Pranzini. Aventurier, Don Juan… et tueur de femmes ?, Genève, Georg éditeur, 2018, 232 p.

5 Les 17 complaintes sont les suivantes : (1) Complainte. Le nouveau Troppmann ; (2) Complainte ; (3) Ce pauvre Pranzini (regrets) ; (4) Pranzini au ciel ; (5) Complainte de Pranzini ; (6) La Pranzinéide, complainte sur l’air des feuilles mortes ; (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon ; (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne ; (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne ; (10) On y a coupé la tête ! ; (11) Complainte de Pranzini ; (12) Complainte à ce sujet ; (13) Monsieur et Madame de*** ; (14) Avant l’exécution ; (15) Place de la Roquette ; (16) L’exécution de Pranzini ; (17) Le petit homme brun. Je remercie J.F. “Maxou” Heintzen pour avoir effectué la collecte des complaintes et complété ainsi celles que l’on connaissait.

6 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 1.

7 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 15.

8 Jules Simon, Le livre du Petit citoyen, Paris, Hachette, 1880.

9 (12) Complainte à ce sujet, couplet 13.

10 (17) Le petit homme brun, premier couplet.

11 (1) Complainte. Le nouveau Troppmann, couplet 4.

12 (2) Complainte, couplet 1.

13 (5) Complainte de Pranzini, couplet 16.

14 (1) Complainte. Le nouveau Troppmann, couplets 1 et 11.

15 (1), Complainte. Le nouveau Troppmann, couplet 8.

16 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 11.

17 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 9.

18 (5) Complainte de Pranzini, couplet 24.

19 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 7.

20 (11) Complainte de Pranzini, couplet 5.

21 (13) Monsieur et Madame de***, couplet 5.

22 Voir Gérard Noiriel, Le massacre des Italiens : Aigues-Mortes, 17 août 1893, Paris, Fayard, 2009, 294 p. et Laurent Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette Littérature, 2004.

23 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 1.

24 (11) Complainte de Pranzini, couplet 22.

25 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 34.

26 Sur la paresse, voir André Rauch, Paresse. Histoire d’un péché capital, Paris, Armand Colin, 2013.

27 (11) Complainte de Pranzini, couplet 27.

28 (2) Complainte, couplet 11.

29 (4) Pranzini au ciel, couplet 2-4.

30 (5) Complainte de Pranzini, couplet 43.

31 Bien orthographié dans (2) Complainte, couplet 5 ; (5) Complainte de Pranzini, avec adjonction du prénom Régine, couplet 9.

32 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 3.

33 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne, couplet 2.

34 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 4.

35 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne, couplet 2.

36 (2) Complainte, couplet 7.

37 (5) Complainte de Pranzini, couplets 13 et 14.

38 (3) Ce pauvre Pranzini (regrets), couplet 2.

39 (2) Complainte, couplet 8.

40 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 3.

41 Idem, couplet 2.

42 (1) Complainte. Le nouveau Troppmann, couplet 2.

43 (2) Complainte, couplet 4.

44 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne, couplet 7.

45 (5) Complainte de Pranzini, couplet 15.

46 (11) Complainte de Pranzini, couplet 13.

47 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne, couplet 10.

48 Sylvie Lapalus, La mort du Vieux. Le parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2004.

49 (10) On y a coupé la tête !

50 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, 49 couplets.

51 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 33.

52 Dr Variot, « Remarques sur l’autopsie et la conformation organique du supplicié Pranzini et sur le tannage de la peau humaine », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, séance du 2 mai 1929, 1929/10/ p. 42-46.

53 (10) On y a coupé la tête ! Refrain.

54 (16) L’exécution de Pranzini, couplet 1.

55 Idem.

56 Idem, couplets 2 et 3.

57 Idem, couplet 3.

58 (15) Place de la Roquette, refrain.

59 Idem, couplet 1 à 6.

60 Le Cri du peuple, 28 août 1887.

61 (14) Avant l’exécution, couplet 1.

62 Idem, couplet 2.

63 Idem, couplet 3.

64 Guy de Maupassant, « Un fou », Le Figaro, 1er septembre 1884.

65 Joseph Le Floc’h, « Les complaintes judiciaires », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-Série, 2001, p. 93-103.

66 (1) Complainte. Le nouveau Troppmann.

67 Idem, p. 101.

68 Musée Fenaille, L’affaire Fualdès. Le sang et la rumeur, Rodez, Les Éditions du Rouergue, 2017.

69 Par exemple (1) Complainte. Le nouveau Troppmann ou (12) Complainte à ce sujet, éditeur Léon Baudout, Paris

70 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, 49 couplets.

71 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, auteur EC, éditeur J. Pechade.

72 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne, Le Petit Journal du 17 avril 1887.

73 (6) La Pranzinéide, complainte sur l’air des feuilles mortes.

74 (14) Avant l’exécution.

75 (3) Ce pauvre Pranzini (regrets).

76 (4) Pranzini au ciel.

77 (5) Complainte de Pranzini.

78 (10) On y a coupé la tête ! (16) L’exécution de Pranzini.

79 (13) Monsieur et Madame de***.

80 (14) Avant l’exécution.

81 (15) Place de la Roquette.

82 (17) Le petit homme brun.

83 Michelle Perrot, « L'affaire Troppmann (1869) », L’Histoire, n o 30,‎ janvier 1981, p. 28-37, repris dans Les ombres de l'histoire : crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001.

84 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon.

85 (12) Complainte à ce sujet.

86 (8) Complainte sur le triple assassinat de la rue Montaigne.

87 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 15.

88 (6) La Pranzinéide, complainte sur l’air des feuilles mortes.

89 (13) Monsieur et Madame de***, couplets 1 à 6.

90 (6) La Pranzinéide, complainte sur l’air des feuilles mortes, couplet 2.

91 (5) Complainte de Pranzini, couplet 36.

92 (7) Le crime de la rue Montaigne, exécution de Pranzini sur la place de la Roquette à Paris le 31 août 1887, récit-complainte sur l’aire de Fualdès par un gone de Gourgouillon, couplet 11.

93 (1) Complainte. Le nouveau Troppmann, couplet 9.

94 (11) Complainte de Pranzini, couplets 21 à 25.

95 (9) Grande complainte du crime de la rue Montaigne, couplet 21.

96 Idem, couplet 29.

97 Idem, couplet 31.

98 (11) Complainte de Pranzini, couplet 19.

99 (11) Complainte de Pranzini, couplet 28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Recueil Affaire Henri Pranzini
Crédits BnF Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chauvaud, « L’affaire aux 17 complaintes. Le crime d’Henri Pranzini (1887) », Criminocorpus [En ligne], Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Faits divers chantés, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8298

Haut de page

Auteur

Frédéric Chauvaud

Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Poitiers (Criham), responsable de l’axe « Les frontières du corps » (MSHS), chercheur associé à l’équipe Damoclès, spécialiste de la justice, du crime et des violences faites aux femmes, Frédéric Chauvaud a dirigé une trentaine d’ouvrages, en particulier Le corps en lambeaux (2016) ; Le corps défaillant (2018). Il prépare la publication d’un livre collectif sur le féminicide. Il est également l’auteur d’une douzaine de livres, dont La chair des prétoires (2010), Les sœurs Papin (2010), et La passion funeste. Une histoire de la haine (2014), L’affaire Pranzini (Georg éditions, 2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search