Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Les complaintes criminelles en Fr...Canards, édition et collectionsPour une « archéologie » comparée...

Canards, édition et collections

Pour une « archéologie » comparée des chansons sur les parricides et les infanticides dans les recueils du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF

Agnès Sandras

Résumés

Il existe à la Bibliothèque nationale de France des recueils spécifiques sur les complaintes criminelles. L’article s’interroge sur le pourquoi et le comment de la constitution de ces recueils : qui les a alimentés, dans quel but, et en obéissant à quelles motivations. Pour répondre à ces questions, il faut interroger la mémoire professionnelle et s’aider des multiples possibilités d’enquêtes apportées par les documents numérisés par la bibliothèque et d’autres institutions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Département Droit, économie et politique (DEP) de la BnF conserve en effet de nombreux documents (...)
  • 2 Le Département Littérature, langues et art (LLA) de la BnF conserve des chansons sans musique notée
  • 3 On pourra constater que l’interrogation du catalogue général de la BnF par la cote générique GR FOL (...)
  • 4 Voir le colloque « Logiques de l’inventaire: classer des archives, des livres, des objets (Moyen Âg (...)

1Les spécialistes des chansons dont la thématique est le crime peuvent repérer dans le catalogue de la Bibliothèque nationale de France (BnF) plusieurs recueils portant sur des assassins et des assassinats qui ne relèvent ni des collections de droit1 ou de littérature2, ni des collections de chansons avec musique notée conservées par le Département de la Musique, mais du fonds des recueils du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF. Il s’agit des « Chansons sur les parricides » (Cote : GR FOL-WZ-81), « Chansons contre l'avortement et les assassinats d'enfants » (GR FOL-WZ-82) et « Chansons sur les assassinats » (GR FOL-WZ-90). Pour comprendre comment ces chansons de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle peuvent voisiner avec des recueils contenant des documents d’une toute autre nature3, j’ai dû enquêter et solliciter la mémoire professionnelle de la BnF. Saisir, ou du moins pressentir, les logiques de classement4 des archivistes et bibliothécaires permet à l’historien de contextualiser l’analyse qu’il fait des documents et/ou de la valeur que leur a été donnée par ceux qui les ont conservés d’hier à aujourd’hui. Nous verrons enfin comment ces complaintes peuvent s’incarner et gagner en véracité – du moins la véracité d’un effroi face au crime que les médias du XIXe siècle ont savamment nourri - grâce au contenu de différentes bibliothèques numériques.

Enquêter dans les recueils du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme (PHS) de la BnF

  • 5 L’avortement est dépénalisé en France par la loi du 17 janvier 1975.
  • 6 Je suis tout particulièrement redevable aux documents internes de la BnF produits sur les recueils (...)
  • 7 Certains documents portent aujourd’hui ces cotes, on peut le vérifier en interrogeant par exemple l (...)

2Ces deux recueils, constitués à la même période comme l’indiquent leurs cotes successives, ont des titres qui attirent l’attention : si le GR FOL-WZ-81 est intitulé « chansons sur les parricides », le GR FOL-WZ-82 est nommé « chansons contre l’avortement et les assassinats d’enfants ». L’auteur-e (ou les auteur-e-s) du classement n’ont donc pas utilisé le mot « infanticide », et regroupé les chansons contre l’avortement et les assassinats d’enfants, ce qui peut nous donner une première indication sur la période où les recueils ont été composés5. Pour mieux comprendre le but de ces regroupements de plusieurs pièces, il importe également de savoir en quoi consistent les recueils6 à la BnF. Ils renvoient à un mode de traitement réservé aux éphémères, c’est-à-dire tout document qui n’est ni un livre ou un périodique. Dès 1830, la Bibliothèque Nationale (BN) a constitué des recueils d’éphémères. De 1890 à 1942, les éphémères ont alimenté des recueils thématiques dans la plupart des 23 divisions systématiques du lettrage Clément, du nom de Nicolas Clément, garde de la Bibliothèque du roi à la fin du XVIIe siècle et concepteur de ce cadre de classement. En 1942, un traitement à la pièce est entamé : en plus des entrées courantes, certaines parties des recueils du fonds ancien sont alors démembrées pour être cotées sous la lettre W. En 1958 ce traitement à la pièce, dont le principe va à l'encontre de la notion de recueils, est abandonné, remplacé par un traitement en recueil à la collectivité auteur ou, de manière plus limitée, au thème avec un titre forgé, et coté sous le lettrage WZ. Certains documents ayant fait l'objet de traitements successifs peuvent donc porter la trace de plusieurs cotes : un document coté dans un recueil du fonds ancien a pu être retiré pour un catalogage à la pièce en W, et ensuite réintégré dans un recueil WZ. Un examen systématique des chansons des recueils GR FOL-WZ-81 et GR FOL-WZ-82 montre qu’elles ont toutes une date d’entrée par dépôt légal, une cote 4 (ou 8) -YE 85 (ou 85 bis) biffée, et une nouvelle cote GR FOL-WZ-81 ou 82. Ce sont des chansons sans musique notée, qui relèvent donc de l’ensemble des éphémères. La cotation Clément 4-Ye-85 ou 8-Ye-85 correspond aux « chansons en français7 ». Ces éléments nous indiquent qu’à un moment donné quelqu’un a jugé bon retirer ces chansons, entrées par le dépôt légal imprimeur, du vaste ensemble 4 ou 8 YE 85 où elles avaient été classées pour en faire des recueils aux thématiques plus précises. Enfin, le carnet d’inventaire manuscrit des cotes GR FOL-WZ, conservé dans le fonds des recueils (dépendant du département PHS depuis le transfert d’une partie des collections à Tolbiac), porte au regard des cotes qui nous intéressent la date de 1982, mais sans précision supplémentaire. Les deux boîtes ont-elles été constituées ou leur composition vérifiée et/ou entérinée à cette date ?

3Là s’arrête une archéologie bibliothéconomique et archivistique classique. Il faut donc la compléter par d’autres fouilles qui permettent de contextualiser les choix opérés par les bibliothécaires du passé en utilisant les ressources numériques offertes par la BnF et en s’appuyant sur celles d’autres institutions culturelles.

4Deux hypothèses, sans doute concomitantes, peuvent expliquer que les bibliothécaires de la BN ont décidé de regrouper ces chansons, dès leur entrée par dépôt légal au XIXe siècle ou au début du XXe siècle, ou plus tard – mais avant 1982, comme on vient de le voir. La première découle de leur caractère original et/ou de leur importance numérique. Leur thématique pourrait bien avoir attiré et attisé la curiosité des employés de la BN au moment de leur dépôt, ou a posteriori, d’où la composition de recueils particuliers à l’instar de ceux, d’ailleurs voisins dans le fonds des recueils, contenant des « chansons grivoises », des « chansons sur les aviateurs » ou des « chansons sur Ravachol ». La seconde hypothèse est que des écrits contemporains portant sur les complaintes criminelles auraient incité les bibliothécaires à constituer un ensemble spécifique, extrait d’un fonds plus vaste. Il est désormais facile de vérifier, via les bibliothèques numériques mises en ligne par la BnF et d’autres institutions, si les complaintes criminelles ont ou non attiré l’attention de la presse ou de rédacteurs du XIXe siècle. Gallica et Retronews proposent par exemple des outils de recherche experte qui permettent de combiner la recherche de deux termes (comme complainte et assassinat) dans un document ou dans une page de la presse, et de localiser des expressions précises telles que « complainte sur le crime ».

5Les résultats obtenus sont probants et aident à contextualiser un intérêt avéré autour des complaintes criminelles. Tout au long du XIXe siècle, les journalistes ont évoqué les complaintes criminelles comme l’émanation d’un double abêtissement : le goût pour la chanson sensationnelle, et la passion pour la narration des assassinats. Dès 1826, un rédacteur du Figaro fustige le goût du peuple pour les complaintes ainsi que les parodies qui en résultent :

« Mais comment avons-nous le courage de chercher matière à rire des crimes affreux dont le récit soulève le cœur et inspire autant d'horreur pour le coupable que de pitié pour la victime ? Est-ce encore de la légèreté ? Je trouve quelque chose de féroce dans cet empressement à mêler à des idées de sang et de meurtre des jeux de mots et des traits plaisants. Ces complaintes que fait naître chaque assassinat, et que le peuple se plaît à répéter, ne laissent après elles qu'un sentiment de dégoût. Pourquoi des auteurs de mérite prostituent-ils leur plume à ces parodies indignes8 ? »

  • 9 Charles Hugo, « Chronique révolutionnaire – Le crime de Pantin », Le Rappel, 1er octobre 1869.
  • 10 Sur Troppmann, voir Véronique Gramfort, « Les crimes de Pantin : quand Troppmann défrayait la chron (...)
  • 11 Citons entre autres l’ « Affaire Troppmann, complainte », signée Auguste Mouret (Limoges, 1870), co (...)
  • 12 Troppmann a été exécuté en janvier 1870. Voir : Condamnation et exécution de Jean-Baptiste Troppman (...)
  • 13 Victor Hugo, Le Dernier jour d'un condamné, 1829. Chapitre XVI p. 97 et suivantes.
  • 14 Victor Hugo, op. cit., p. 231 et suivantes.
  • 15 Ph. Serret, « Cours et conférences », L’Univers, 29 mars 1870.
  • 16 Voir Jean-François “Maxou” Heintzen, « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, l (...)

6En 1869, les complaintes sur l’assassin Troppmann, responsable du « massacre de Pantin », génèrent de nombreuses remarques dans les colonnes de la presse. La complainte est dénoncée par les opposants républicains au Second Empire comme un amusement jeté en pâture au peuple pour le détourner de la révolution. Le Rappel publie une tribune vibrante de Charles Hugo s’attaquant au bénéfice qu’en retire le gouvernement et à l’empressement des journaux à divulguer des détails sordides, tandis qu’ « à l'écart, la muse des cantates, pensive, compose et fredonne déjà la complainte de Pantin9 ». Tout comme les journalistes10, les chanteurs se précipitent en nombre à l’endroit où les victimes ont été retrouvées et y fredonnent des airs dont les plus célèbres seront durablement repris11. On note, toujours à cette période12, dans un article portant sur la peine de mort, une référence très intéressante au Dernier jour d’un condamné. Le journaliste confond et superpose deux scènes du roman hugolien de 1829. La première montrait le condamné écoutant une jeune fille chanter dans la rue une complainte vulgaire, soigneusement retranscrite in extenso en annexe13. La seconde mettait en scène une enfant, venue rendre une dernière visite à son père, condamné à mort14. La fillette, qui ne reconnaissait pas son géniteur, déchiffrait à sa demande un papier acheté dans la rue qui n’était autre que l’arrêté de condamnation15 ! Or le journaliste place dans les mains de l’enfant une complainte criminelle, peut-être parce que certains « canards » font en effet précéder la complainte du factum16 :

« Il n'existe contre la peine de mort qu'un seul plaidoyer qu'il n'est pas possible de lire sans se sentir troublé : c'est le sombre livre de Victor Hugo. On apporte au condamné de Victor Hugo, dans sa prison, sa petite fille, qu'il a voulu se donner la joie navrante de contempler une dernière fois. L'enfant essaye d'épeler quelques mots sur un papier frais imprimé que sa bonne a acheté dans la rue. Cette feuille imprimée, c'est la complainte où quelque rimeur de la borne a hideusement versifié d'avance le récit de l’exécution. Voilà un argument. Le poëte n'ergote pas ; il n'y a pas là de discussion de droit ; il y a l'instinct de la vie qui se révolte, résiste, ne se rend pas. Il y a un homme qui ne veut pas mourir, qui n'entend à aucune raison. Anéantir, trancher d'un seul coup cette plénitude, cette intensité de vie, c’est insensé, c'est monstrueux17. »

7Les humoristes et caricaturistes n’ont pas manqué non plus d’ironiser. En 1866, La Lune présente un « type curieux [...] celui du monsieur qui, dès qu'un grand crime est expié par un grand châtiment, fait la complainte du condamné », « complaintier actuel [...] qui se targue de poésie, hante les cafés littéraires et paye son absinthe, sa maîtresse et ses tailleurs avec le cuivre taché de sang qu'il ramasse sous l'échafaud18 ! » Jules Moinaux dans sa « Revue comique des tribunaux » indique à propos du crime perpétré sur Jeanne Marie Le Manach19 : « Je parie tout ce que l’on voudra, que nous allons avoir la complainte de Billoir, sur l’air de Fualdès. Je vois d’ici le prétexte, renouvelé de Jean Hiroux, imaginé par le poète, pour justifier l’assassin de Marie Le Manach20 ».

8Les complaintes et leurs chanteurs ont aussi les honneurs des dessins d’humour. André Gill dédie la première page de L’Éclipse du 20 décembre 186821 aux « empoisonneuses de Marseille », en recyclant tous les poncifs du genre de façon parodique : le titre suggère les annonces mélodramatiques faites par les chanteurs avec « La grrrande complainte des empoisonneuses de Marseille qui se chante inévitablement « sur l’air célèbre de Fualdès », et la structure narrative des couplets est reprise avec la morale finale22. Dans Le Journal amusant, en août 1875, Léonce Petit donne un dessin intitulé « les hurleurs de complaintes 23 » qui condense tous les reproches adressés par la presse contemporaine à ces chanteurs : l’usage d’images macabres barbouillées sur des panneaux pour attirer le chaland, la vocifération de couplets complaisants sur les crimes récents à destination d’un public naïf. Il le double d’ailleurs d’une légende explicite.

Léonce Petit, Les bonnes gens de province (1875)

Léonce Petit, Les bonnes gens de province (1875)

Le Journal amusant, 14 août 1875

BnF/Gallica

  • 24 Simplice, « Causerie - À propos de complaintes », La Petite Gironde, 30 mai 1878.
  • 25 Jean de Nivelle, « Assez de complaintes », Le Soleil, 14 août 1880.
  • 26 Paul Ginisty, « Chronique », Le XIXe siècle, 6 février 1887.
  • 27 Sur la littérature populaire, dont les complaintes, produites autour de Ravachol, voir Hélène Millo (...)

9La complainte criminelle devient dans les années 1870-1880 un véritable objet d’étude, au croisement de l’intérêt que suscitent désormais chez les savants les chansons populaires et la criminologie. Des articles y sont entièrement consacrés qui en font progressivement un genre spécifique digne d’intérêt. Par exemple, en 1878, La Petite Gironde évoque une « poésie monstrueuse » dont elle dresse un inventaire (complaintes rédigées avant le jugement, après, etc24.). En 1880, Le Soleil s’indigne (« Assez de complaintes »), mais tente un historique25. Dans une chronique du XIXe siècle, une nouvelle étape est franchie, puisque Paul Ginisty, même s’il malmène « une basse littérature de placards » et condamne l’atteinte qu’elle constitue à la réputation des familles, signale en 1889 qu’un habitant de Rive-de-Gier, M. Derriaz, « s’est amusé à réunir toutes les complaintes » dans des dossiers constitués sur les criminels célèbres26. L’idée de la collection des complaintes criminelles est désormais présente, de même que la possibilité de réfléchir à leur fonction. En 1892, un article de L’Écho de la montagne portant sur les complaintes fredonnées lors de l’arrestation de l’anarchiste Ravachol27 analyse le rôle sociologique de ce type de chanson :

« Paris commence à rire. Paris met sa dernière épouvante en chansons. Car tout finit par des chansons. Tout à l’heure, je viens d’acheter pour deux sous une délicieuse complainte qui est un pur chef-d’œuvre. Tout cet énorme fait-divers de la Bombe à Ravachol y est débité par couplets qui sont au moins aussi bien réussis que la fameuse complainte de Fualdès, qui est restée le modèle du genre28. »

10Dans le contexte de l’arrestation très médiatisée de Ravachol, Le Petit Parisien souligne :

« C'est que la complainte est bien enracinée dans nos mœurs et que, si elle n'est pas la forme la plus élevée de la chanson, elle en est la plus populaire29 ».

11À ce genre s’essaient des humoristes ou des gens de lettres en quête d’amusements. Jules Jouy, le « poète chatnoiresque » est salué par plusieurs journaux comme La Démocratie du Cher30 qui voit en « Gamahut écoutez-moi donc ! un véritable petit chef-d’œuvre ». Dans Paris, en 1894, un certain Pégomas cite largement les extraits d’une « facétie lugubre » portant sur les assassinats commis par Mathilde Frigard31, et révèle que les auteurs en sont Verlaine et Coppée ! Et de conclure : « La complainte mène à tout, à la gloire et à l’Institut32 ». La « Complainte sur la mort de François Luneau, dit Michaud », texte parodique composé par George Sand et ses amis dès 1834, est citée avec des précautions alambiquées par Les Annales politiques et littéraires. en 190133.

12Le début du XXe siècle signe un dernier tournant : la presse, reprenant en boucle les mêmes topoi sur les complaintes (leurs origines médiévales ; la matrice que constitue la complainte de Fualdès ; le genre populaire lentement transformé par la parodie, etc.), prophétise leur fin proche. Il n’est donc pas étonnant que le caricaturiste Maurice Radiguet, se moquant de « M. Jules Hoche [qui] demande cent mille têtes pour mettre fin aux exploits de messiers les assassins » renchérisse : « À mort tous ceux qui vivent du crime et de la prostitution ! À mort les reporters, les fabricants de complaintes, de feuilletons, de mélodrames, les statisticiens, les policiers, juges et avocats34 ! »

Maurice Radiguet, « Cent mille têtes !!! » (1907)

Maurice Radiguet, « Cent mille têtes !!! » (1907)

Le Rire, 9 mars 1907

BnF/Gallica

13Le Petit Parisien propose en 1904 une mise en scène de cette disparition qui s’apparente à un archivage. L’auteur de l’article manipule un portefeuille contenant la « collection de la plupart des « complaintes » qui ont été composées à l'occasion de causes célèbres », un « petit musée du crime ». Il précise : « C’est une abondante littérature spéciale, que les chercheurs de l'avenir ne devront peut-être pas tout à fait dédaigner, car, en somme, c'est la vision synthétique des faits par les contemporains35. » Trois ans plus tard, le même journaliste, Jean Frollo, se réjouit d’une exposition (« la vie populaire à Paris par le livre et l'illustration ») organisée par Marcel Poëte à la Bibliothèque de la ville de Paris, et dont une section est consacrée aux « canards ». Il y répète que « l’érudition même ne peut plus négliger cette source et doit y chercher le témoignage des sentiments et des passions d'une époque36 ».

  • 37 Chants et chansons populaires de la France, Paris, H. L. Delloye, 1843-1844. Notice de la « Complai (...)

14La monstration de la collection physique, qui permet au public d’appréhender la complainte avec toutes ses caractéristiques, complète la collecte déjà opérée par les spécialistes de la chanson. Parmi ces derniers, on peut identifier au moins un bibliothécaire, Théophile Marion Dumersan (ou Du Mersan), conservateur au Cabinet des médailles et antiques de la Bibliothèque royale. Dans Chants et chansons populaires de la France, écrit en collaboration avec son collègue de l’Arsenal Paul Lacroix (ou Bibliophile Jacob), il a présenté en 1843 la « complainte de Fualdès ». Son texte débute par une phrase – certes caustique – donnant valeur de document historique à la complainte : « Il est convenu qu'en France on doit rire de tout, plaisanter sur tout, que les évènements les plus graves et les plus tragiques doivent être tournés en ridicule, et que les annales même du crime, doivent être consignées dans celles de la chanson37. »

  • 38 Voir Christophe Regina et Stéphane Minvielle. « Crimes familiaux. Tuer, voler, frapper les siens en (...)

15Cette archéologie de l’intérêt pour la complainte présent chez les collectionneurs et les bibliothécaires dès la seconde moitié du XIXe siècle plaide pour une constitution de premiers recueils à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle, au moment de l’immense production de chansons sur la grivoiserie, Ravachol, ou les premiers avions. Les titres retenus pour ces recueils, l’intérêt contemporain pour cette production d’un monde en voie de disparition, contribuent à cette analyse. Mais alors que signifierait la date de 1982 ? Elle pourrait correspondre à un moment où d’autres générations de bibliothécaires vérifient le contenu des recueils et valident ceux qui leur semblent pertinents. Or dans les années 1980 l’historiographie des crimes d’une part, et des complaintes criminelles d’autre part, connaissent des mutations conséquentes qui donnent toute leur légitimité à des recueils38, fussent-ils très incomplets, les complaintes n’ayant pas toutes été déposées par les éditeurs à la BN, malgré l’obligation officielle qui leur en était faite.

Contextualiser et comprendre le contenu des complaintes : pour une archéologie numérique

16Penchons-nous maintenant sur le contenu de ces deux recueils : les pièces y sont peu nombreuses et ne peuvent être utilisées comme source principale par l’historien. En revanche, la diversité des pièces est certaine. Le hasard a-t-il permis que des imprimeurs envoient des documents variés ? Ou un tri a-t-il été opéré parmi les documents reçus ?

17Dans le recueil sur les assassinats d’enfants figurent les thématiques de l’avortement, de l’infanticide sur un nouveau-né, de l’assassinat d’enfants par leurs parents, ou par d’autres personnes, dont des agresseurs sexuels. Une complainte retient visuellement l’attention, car elle est surmontée d’un montage de photographies en noir et blanc.

La petite Madeleine, complainte populaire

La petite Madeleine, complainte populaire

BnF

18Les clichés utilisés, en lieu et place des habituelles représentations dessinées destinées à nourrir l’imaginaire, ont un lien évident avec ceux que la presse du crime commence alors à employer par souci de réalisme. La composition est parlante. Elle oppose la quiétude de l’avant à l’horreur de l’après crime, la respectabilité de travailleurs modestes sans histoire à des gens issus de la même classe sociale mais ayant sombré dans la mauvaise vie. Le liséré noir de la photographie familiale suggère le deuil dû aux coupables qui semblent détourner les yeux alors que la fillette regarde l’objectif en face. La tenue de l’enfant, apprêtée pour la visite au photographe, tranche sur la mise négligée de l’élément féminin du couple criminel. Ces clichés font écho à la complainte imprimée au-dessous qui oppose la « fill’ de très honnêtes gens […] mignonette enfant […] vrai bouton d’rose » à « un ivrogn’ » et la « concubin’ du scélérat » vivant dans un « taudis ».

19Cette chanson, arrivée par dépôt légal en 1901 à la BN, imprimée à Rouen, évoque « Mad’lein’Godalier ». La recherche avancée « Madeleine Godalier » dans Gallica et Retronews pour l’année 1901 amène immédiatement des résultats permettant de dater et localiser le crime (Rouen, avril 1901). Madeleine Godalier disparaît le 4 avril 1901, les premiers restes humains sont découverts le 20 avril39, le couple criminel est arrêté le 2340et l’assassin jugé en juillet et exécuté à Rouen en septembre. En étudiant les journaux numérisés, on voit se dessiner une véritable onde de choc. Le fait divers local, d’abord ignoré des grands journaux, prend valeur de symbole avec un autre fait divers non moins épouvantable survenu le même mois, le crime de Corancez. La Charente titre sur « Les petits martyrs » le 29 avril 1901. L’article qui évoque trois fois « la petite Madeleine » et se termine par la « pauvre petite Madeleine », décline une litanie de crimes connus : Corancez, Vacher, Jack l’éventreur, Brière, Omnès, Caillard … Contrairement à la complainte, le texte évoque le viol et précise « tout se retrouvait enfin, tout excepté les organes génitaux, et l'on devine pourquoi. L'assassin ne voulait pas qu'on pût établir qu'avant de tuer l'enfant il s'était livré sur elle au plus monstrueux des attentats ». L’article, non illustré, a la même fonction que la complainte lors du procès : dénoncer un crime odieux pour assurer à son auteur un châtiment exemplaire en stimulant l’imaginaire, par l’opposition binaire de la pureté à l’infamie, et l’inscription du crime dans un ensemble d’assassinats gravés dans les mémoires par les complaintes. On découvre d’ailleurs grâce au Journal de Rouen que des complaintes ont été composées dès que l’enfant a été recherchée :

« Sous ce titre : Enfant volée », on vendait hier dans les rues de Rouen une complainte en quatre couplets, ayant trait au rapt de la petite Madeleine. Cela se chante, paraît-il, sur l’air de Fualdès.

L’auteur n’a pas dû être touché par l’inspiration ; ses vers s’en ressentent fortement41. »

20À la lecture des différents articles de presse, on comprend que les photographies ont été localement un catalyseur d’émotions dans l’affaire : une photographie de l’enfant a été exposée dans la maison familiale en deuil :

« Les couronnes sont déjà arrivées très nombreuses chez les époux Godalier ; elles sont accrochées avec soin aux murs de leur logement, qui en sont tout tapissées ; on dirait une chapelle funèbre, et l’impression de deuil est augmentée lorsque le regard tombe sur un portrait de la petite victime, photographie grand format, encadrée, et exposée sur la table42. »

21La séance de photographies anthropométriques a interrompu des confrontations particulièrement difficiles pendant lesquelles l’accusé a dû se coiffer de sa casquette noire, élément dont les témoins de l’enlèvement de la fillette se souvenaient. Cette prise de clichés avait déjà été reportée, car l’homme portait alors son costume de prisonnier43.

22L’assassin avoue avoir entraîné la fillette chez lui, l’avoir violée, puis tuée et démembrée, et enfin avoir gardé son cadavre plusieurs jours sous son lit avant d’en dissimuler les restes à divers endroits dans la campagne. Sa maîtresse, même si elle tente de nier toute implication, admet qu’elle a caché sa connaissance du crime par peur d’être elle-même supprimée. D’autres personnes ayant été arrêtées à tort avant le véritable assassin, la question de la ressemblance physique prend une dimension importante. Le processus d’appropriation par l’image est stimulé par le journal local (numérisé par les Archives départementales de Seine-Maritime), qui bien qu’ordinairement peu illustré propose rapidement des portraits des accusés dès le 26 avril44, puis publie lors du procès des dessins représentant les principaux protagonistes et lieux du drame. La complainte et son illustration reprennent donc les éléments de distinction binaire qui agitent les journaux jusqu’à l’exécution du criminel au mois d’août suivant à Rouen : il s’agit d’opposer des ouvriers méritants de Rouen (les Godalier) à deux personnes que l’alcoolisme aurait perverties. Les journaux expliquent que l’assassin a quitté son Eure natale sans parvenir à se fixer et abandonné la bonne place trouvée à Rouen pour entraîner dans sa débauche une blanchisseuse. Le recours à l’état-civil numérisé confirme les différentes informations informations : la fillette est née le 7 mars 1896 à Rouen d’un père journalier, puis teinturier, et d’une mère confectionneuse45. Le couple a eu trois autres enfants, des garçons dont un décédé à deux mois. L’assassin a pour parents en 186646 un couple de journaliers dans l’Eure, et est ouvrier à Rouen, après bien des errances. Sa compagne, née en 1865 à Rouen, est une blanchisseuse qui a épousé un employé de l’octroi en 1886 dont elle a eu une fille en 1888, décédée la même année à deux mois47.

23La « complainte populaire » sur « la petite Madeleine » a probablement été éditée au moment du procès puisqu’elle évoque le sort prévisible de l’accusé, voire au moment de l’exécution. Elle s’adresse à l’émotion de la ville : les journaux locaux et nationaux racontent que des milliers de personnes se pressent autour du tribunal, dans une ambiance bruyante et presque indécente, criant « à mort ».

24Dans le recueil parricides, une autre chanson retient tout particulièrement l’attention, car au lieu de contenir les habituels dessins entre effroi et édification, elle présente des vignettes semblant tourner un crime en dérision, la dernière présentant le coupable enchaîné dans une cellule. Le titre, « Jean Benson, complainte comique », confirme un univers humoristique. Là aussi, une archéologie numérique est nécessaire pour comprendre la fonction exacte de cette chanson lors de sa publication, et lui conférer valeur d’exemplarité au sein du recueil conservé par la BnF.

Jean Benson, complainte comique

Jean Benson, complainte comique

BnF

25Les recherches menées dans Gallica et Retronews avec l’expression Jean Benson aboutissent à un jockey de 13 ans, nommé Jean Benson, qui a reçu aux courses de la Deule, en 1907, un coup de sabot ; à Marseille, en 1938, un ivrogne tue son fils, Jean Benson, d’un coup de fusil. Ces faits divers sont postérieurs à la complainte qui date de 1883. Mais « Jean Benson » apparaît bien comme le titre d’une chanson par le bais d’une recherche avancée combinant le nom du chanteur (Domejean) à complainte. On apprend alors que Domejean, jeune interprète comique, se taille tous les soirs un succès aux Folies-Rambuteau en 1883 avec « Jean Benson », dans un spectacle dont le fil conducteur est l’humour48. Il se produit ensuite en province où il est considéré comme l’un des chanteurs les plus désopilants du moment. La chanson est imprimée par l’éditeur Émile Benoît qui la classe parmi les « succès parisiens », dans la catégorie « monologues, récits 49 ». Cet éditeur a un répertoire de chansons et textes comiques ou grivois important, dont les couvertures sont ornées d’images humoristiques ou d’une représentation outrée des interprètes. La complainte comique qui nous occupe a quant à elle une présentation particulière avec ses couplets ornés de vignettes. Les auteurs semblent avoir voulu renvoyer à la presse satirique évoquée plus haut et rire ainsi des chanteurs de complaintes criminelles qui brandissent des panneaux aux dessins maladroits, d’où son titre. Rire du crime, ou du moins de la complainte criminelle demande une délimitation symbolique dans le registre comique. C’est sans doute pour cette raison qu’un amateur provincial présentera successivement au public son interprétation de la complainte de Jean Benson et un monologue sur le parricide, passant du rire à l’émotion :

« M. Gien a su exciter les rires dans sa désopilante complainte de « Jean Benson « mais son véritable succès a été le récit réaliste « La défense du parricide » qu’il a débité avec art et qui lui a valu une ovation de toute l’assistance50 ».

26En recherchant « la défense du parricide », on en trouve trace à la BILIPO. Ce monologue dramatique écrit par Jules Jouy a été « dit par Mr Gédéon au Théâtre de l'Ambigu, par Mr Hurbain à l'Eldorado, par Mr Plessis au Concert de l'Horloge ». Il s’agit du vibrant discours devant un tribunal d’un accusé reconnaît avoir tué son père. Ce dernier, alcoolique au dernier degré, s’apprêtait à étrangler sa femme, la mère de l’accusé :

« Le coup a bien porté, paraît qu’il en est mort

Oui, mais sans moi, la mère aurait le même sort.

Maintenant, coupez-moi le cou, c’est votre affaire !

Je recommencerais… si c’était à refaire51 ! »

27Le monologue, édité également par E. Benoît, est précédé par une image édifiante qui montre un homme simple et très digne plaider sa cause devant un tribunal. L’illustration dit d’emblée la tonalité du texte.

28À travers ces deux chansons sur un infanticide et un parricide, et l’identification du contexte de leur production, voire de leur réception, il apparaît d’autant plus probable qu’elles ont été retenues parce qu’elles correspondaient à une thématique suscitant l’intérêt mais aussi parce que leur forme était particulièrement originale. Elles sont en effet particulièrement représentatives du recours aux images – dès que cela a été techniquement possible – dans les complaintes et du jeu ambigu de leurs auteurs avec les émotions populaires, entre affliction, identification et rire libérateur.

Quand l’archéologie numérique guide vers les recueils de complaintes

29Il arrive à l’inverse que le numérique conduit les chercheurs ou les curieux vers des documents non numérisés des recueils. Ainsi, un changement étrange de nom de rue noté au détour d’une page numérisée peut inciter à consulter le recueil des chansons sur les infanticides au terme d’une longue exploration dans les documents numérisés. Nous prendrons ici pour exemple un article publié par La Presse du 16 mai 1921 :

« On s’est déjà élevé contre une tendance qui gagne, de proche en proche, et risque de faire disparaître d’intéressants points de l’histoire de Paris. Il s’agit de la manie de changer les noms des rues de la capitale.

Parfois, certes, cette modification a des raisons que l’on peut prendre en considération mais souvent elle n’a d’autres motifs que des sentiments d’une susceptibilité peut-être excessive.

Ainsi les habitants de la rue du Pré-Maudit n’ont-ils pas obtenu le changement de ce vocable et aujourd’hui cette voie n’a gardé de son ancien nom que la première partie et s’appelle, tout court, rue du Pré.

A disparu de la sorte ce nom qui “avait une allure sinistre et éveillait des idées de meurtre” ».

  • 52 Jean-Marc Berlière, « La cervelle du gardien de la paix », Jean-Marc Berlière (dir.), Histoire de l (...)
  • 53 Pour en savoir plus sur la totalité des recherches qui ont pu mener de la rue du Pré maudit à Jeann (...)

30En recherchant dans les bibliothèques numériques une trace de la « rue du Pré-Maudit », il est facile de découvrir que cette rue a abrité des crimes qui ont particulièrement défrayé la chronique. En septembre 1879, Victor-Joseph Prévost a dissimulé dans les égouts soixante-dix-sept paquets contenant les restes d’un homme préalablement écorché. Cet ancien boucher devenu gardien de police, avoue entre autres avoir tué sa maîtresse52… Vient ensuite « l’ogresse de la Goutte d’Or », plus connue sous le nom de Jeanne Weber53, responsable de la mort d’au moins sept enfants dont certains appartenaient à sa belle-famille, rue du Pré-maudit, en 1905. Si des crimes célèbres sont restés attachés à des lieux, la « rue du Pré-maudit » n’est de sinistre mémoire que pour ses habitants, l’évocation de Jeanne Weber, l’« Ogresse » ayant davantage marqué les esprits. Les représentants de la rue doivent présenter au moins trois pétitions pour obtenir qu’elle soit désormais appelée la rue du pré en 1920.

31Comment comprendre les refus précédents du Conseil municipal ? Un article du Gil Blas, daté de 1909, nous donne peut-être une piste. Le journaliste, très sévère pour les riverains, indique :

« Voyez-vous bien les passants « glacés d’horreur » en débouchant par hasard rue du Pré-Maudit ? Vous figurez-vous bien des familles entières pétrifiées, puis dévalant épouvantées suivies d’une marmaille hurlante parce qu’elles sont aperçu la maudite plaque54 ?

32Deux conceptions s’affrontent. L’une est intellectualisée et s’appuie sur l’histoire : c’est celle de la Commission du vieux Paris55, relayée par des journalistes s’adressant à un public cultivé qui n’habite vraisemblablement pas dans le quartier de la Goutte d’or. L’autre est dans l’affect, provenant de gens qui ont vu leur rue au centre de préoccupations morbides, entendu les complaintes populaires rimer sur le Pré-maudit, lu les titres d’une presse en quête de sensationnalisme. Dès 1906, lors du premier procès de Jeanne Weber qui verra son acquittement, le Journal des débats ironise sur « la légende de l’ogresse » qu’il attribue aux « imaginatives commères de la rue du Pré-Maudit » :

« De crémières en concierges, de blanchisseuses en herboristes, la légende circule, grandit, s'accroît, s'enfle de témoignages et d'indices nouveaux. Jeanne Weber est une meurtrière, une tueuse d'enfants, une Barbe bleue, une ogresse56. »

33Cette dualité se retrouve dans les remarques péremptoires du Journal de médecine légale psychiatrique et d'anthropologie criminelle qui penche également pour l’innocence de Jeanne Weber :

  • 57 Ch. V., « L’Affaire Weber », Journal de médecine légale psychiatrique et d'anthropologie criminelle (...)

« La presse politique l’annonçait sous des rubriques sensationnelles : “La Tueuse d’enfants”, “L’Ogresse”, “Le Mystère du Pré Maudit”, du nom d’une impasse voisine du domicile de l’accusée, etc. […] Malgré son innocence proclamée en audience publique, la femme Weber, à en juger par les conversations entendues à la sortie de la salle des assises, n’en restera pas moins pour beaucoup “l’Ogresse” ou “une dangereuse monomane”. La lumière de l’audience n’a pas éclairci pour tous, le “mystère du Pré Maudit”. Les affirmations précises de la science n’ont pas eu complètement raison des commérages du quartier de la Goutte d’Or 57».

34La seconde série d’assassinats commis en 1908 par Jeanne Weber, dont la culpabilité ne fait désormais plus de doute, réactive l’antagonisme entre des élites jugeant la complainte criminelle et les amateurs de ce type de chansons. Les complaintes et chansons choisissent, peut-être à dessein, des titres rappelant la désignation d’ogresse pourtant décriée en 1906. Le 16 mai, L’Éclair publie un article intitulé « L’Ogresse et la Chanson », suivi d’un chapeau qui précise « Ces couplets populaires, vite improvisés, stigmatisent la misérable, plaignent les mères et maudissent les experts58 ». Le 18, La Lanterne s’exclame : « La complainte de l’ogresse ! C’était inévitable ! », et après évoqué avec nostalgie les complaintes d’autrefois assène : « La complainte est morte 59». Le lendemain, Le Petit Provençal titre « Du crime à la complainte – L’ogresse chansonnée » :

« Le crime, affreux ou plutôt la série de crimes de Jeanne Weber que l'indignation populaire appelle “I’Ogresse”, vient de recevoir un commencement de châtiment : la complainte. C’est la tradition. Les assassins célèbres n’y échappent point... et le public non plus, il y aurait à ce propos un regret à exprimer, c’est que au plus ce genre de littérature vieillit, au moins il se bonifie60. »

35Le surlendemain, de nombreux journaux publient un même article anonyme, intitulé « les complaintes de l’ogresse », qui s’ouvre de la sorte : « Comme il fallait s’y attendre, le crime de Jeanne Weber, l'ogresse de la Goutte d’Or, de Châteauroux et de Commercy, a inspiré la muse des rieurs de complaintes populaires 61 ». L’auteur parle de « pittoresque naïf », de « muse des rues », avec un mépris non dissimulé.

36Ces articles fonctionnent tous par d’abondantes citations des complaintes sur Jeanne Weber tournées en dérision. Plusieurs complaintes sur l’air « Mon gosse » ainsi qu’une sur l’air de Fualdès sont ainsi mentionnées. Dans le catalogue général de la BnF, trois factums62 peuvent être retrouvés en recherchant ogresse et Weber, tous trois numérisés dans Gallica. Le premier, « les crimes de l'ogresse : les sept enfants assassinés par Jeanne Weber63 » comporte en quatrième page une complainte intitulée « LES CRIMES DE L'OGRESSE », sous-titrée « L'arrestation de Jeanne WEBER – Complainte réaliste du poète-chansonnier populaire Léon BONNENFANT – Air : LA PAIMPOLAISE ». Le deuxième, « L'ogresse du Pré-Maudit : 7 enfants étranglés et étouffés par l'horrible mégère Jeanne Weber64 », propose deux complaintes : la « Grande complainte » sur l’air de Fualdès, par Maurice Réty, et « Jeanne Weber – l’ogresse de la Goutte d’Or », sur l’air de « Mon gosse ». Le troisième, « Les crimes contre l'enfance : l'ogresse Jeanne Weber, sa vie, les exploits d'une détraquée, neuf victimes à Paris, Châteauroux, Commercy65… » offre plusieurs complaintes sur les « crimes contre l’enfance » dont « Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber », par Léon Bonnenfant, sur l’air « C’est un oiseau qui vient de France ».

37Mais ces quatre complaintes sont-elles les seules mettant en scène Jeanne Weber ? L’insistance des journaux sur ces complaintes témoins révolus d’un goût populaire pour les crimes sordides n’aurait-elle pas conduit un bibliothécaire à les collecter ? Dans le recueil conservé, on retrouve en effet deux de ces factums mais sous une forme différente, preuve supplémentaire de l’intensité de leur circulation.

Jeanne Weber, L’Ogresse de la Goutte d’Or

Jeanne Weber, L’Ogresse de la Goutte d’Or

BnF

38S’ils ne peuvent donc prétendre à l’exhaustivité sur des thématiques données, les recueils de complaintes ont toutefois un rôle important. Leur contextualisation, grâce à de nombreux documents aujourd’hui numérisés, permet de mesurer l’intérêt qui s’est fait jour autour des complaintes criminelles comme genre populaire bientôt disparu dont il fallait garder trace, y compris dans son outrance émotionnelle. Leurs manques sont sans doute autant de traces de documents qui ont échappé aux bibliothécaires (non arrivés par le dépôt légal ou par don dans les collections, non collectés) et/ou été jugés, pour des raisons diverses, comme ne relevant pas des thématiques des recueils établies à un moment donné et sont donc possiblement conservés ailleurs dans la bibliothèque.

Haut de page

Notes

1 Le Département Droit, économie et politique (DEP) de la BnF conserve en effet de nombreux documents ayant pour thème la criminalité, dont des chansons.

2 Le Département Littérature, langues et art (LLA) de la BnF conserve des chansons sans musique notée.

3 On pourra constater que l’interrogation du catalogue général de la BnF par la cote générique GR FOL-WZ- (https://catalogue.bnf.fr/resultats-cote.do?cote=GR+FOL-WZ&pageRech=rco) ramène actuellement 576 notices aux thèmes les plus variés.

4 Voir le colloque « Logiques de l’inventaire: classer des archives, des livres, des objets (Moyen Âge-XIXe siècle) » organisé par Valérie THEIS (professeure, ENS, Paris), Maria Pia DONATO (directrice de recherches, CRNS, Paris), Françoise BRIEGEL (professeure Université de Genève) à Genève en octobre 2019. Actes sous presse.

5 L’avortement est dépénalisé en France par la loi du 17 janvier 1975.

6 Je suis tout particulièrement redevable aux documents internes de la BnF produits sur les recueils par Régis Stauder, Frédéric Manfrin et Danièle Majchrzak qui en ont eu sucessivement la charge. Toute ma gratitude va à Jérôme Boillet (fonds des recueils) et à Philippe Jabalot (service de la conservation) qui m’ont aidée à analyser les cotes et indications portées par les documents, ainsi qu’à Frédéric Manfrin qui m’a suggéré cette recherche.

7 Certains documents portent aujourd’hui ces cotes, on peut le vérifier en interrogeant par exemple le catalogue général avec la cote 4-Ye-85 (https://catalogue.bnf.fr/changerPageCote.do?cote=4-Ye-85+&pageRech=rco&nbResultParPage=10&afficheRegroup=false&affinageActif=false&pageEnCours=3&nbPage=17&triResultParPage=0) qui renvoie actuellement à 183 documents.

8 « Littérature – Malaguti et Ratta, poëme », Le Figaro, 28 avril 1826.

9 Charles Hugo, « Chronique révolutionnaire – Le crime de Pantin », Le Rappel, 1er octobre 1869.

10 Sur Troppmann, voir Véronique Gramfort, « Les crimes de Pantin : quand Troppmann défrayait la chronique », in : Romantisme, 1997, n°97. Le fait divers, pp. 17-30. https://doi.org/10.3406/roman.1997.3234

11 Citons entre autres l’ « Affaire Troppmann, complainte », signée Auguste Mouret (Limoges, 1870), conservée par le département LLA ; « les crimes célèbres. Troppmann, ou les crimes de Pantin et de Soulz. Huit victimes. Détails navrants... suivis de la seule véritable et authentique complainte sur cette horrible affaire, terminée par son jugement et son exécution », par H. C. et J. C. (Paris, 1870), conservée par le département PHS ; « Crime de Pantin. Affaire Troppmann... Extrait de l'acte d'accusation. – Complainte », par Maurin et Lachaud (Laon,1870), conservée par le département DEP ; « Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin », par Charles Astruc (Bordeaux,1869), conservée par le département LLA : « Crime de Pantin : complainte sur les crimes de Troppmann, condamné à la peine de mort »..., par Louis France de Plancy (Arcis,1870), conservée par le département LLA. En septembre 1896, par exemple, Le Progrès de la Côte-d’Or publie « La Grande complainte du Crime de Pantin » en page 3, sans l’accompagner d’une quelconque explication.

12 Troppmann a été exécuté en janvier 1870. Voir : Condamnation et exécution de Jean-Baptiste Troppmann (1870) — Page 1, Musée Criminocorpus consulté le 7 septembre 2019. https://criminocorpus.org/fr/ref/114/53588/

13 Victor Hugo, Le Dernier jour d'un condamné, 1829. Chapitre XVI p. 97 et suivantes.

14 Victor Hugo, op. cit., p. 231 et suivantes.

15 Ph. Serret, « Cours et conférences », L’Univers, 29 mars 1870.

16 Voir Jean-François “Maxou” Heintzen, « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, la fin des complaintes criminelles, 1870-1939 », Criminocorpus [En ligne], Joann Élart et Sophie Victorien (dir.), Musique et Justice, Portraits d’accusés et figures de criminels en musique, mis en ligne le 26 novembre 2013, consulté le 7 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2562

17 Ph. Serret, « Cours et conférences », L’Univers, 29 mars 1870.

18 Émile Blondet, « La Gazette à la main – Un type curieux », La Lune, 27 mai 1866.

19 Sur l’assassinat de Jeanne Le Manach, voir Bruno Bertherat, « Jeanne Marie Le Manach une Bretonne à Paris (1875-1876) », in  Être Parisien [en ligne]. Paris : Éditions de la Sorbonne, 2004. 10.4000/books.psorbonne.1480

20 Jules Moinaux « Revue comique des tribunaux », Le Charivari, 19 mars 1877.

21 André Gill, « La grrrande complainte des empoisonneuses de Marseille », L’Éclipse, 20 décembre 1868.

22 Sur cette affaire et la charge de Gill, voir Solange Vernois, « Les connotations littéraires et caricaturales de l’affaire des empoisonneuses de Marseille (1868) », in Les Vénéneuses : Figures d'empoisonneuses de l'Antiquité à nos jours [en ligne]. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015. https://books.openedition.org/pur/94644

23 Léonce Petit « Les bonnes gens de province – Les hurleurs de complaintes », Le Journal amusant, 14 août 1875.

24 Simplice, « Causerie - À propos de complaintes », La Petite Gironde, 30 mai 1878.

25 Jean de Nivelle, « Assez de complaintes », Le Soleil, 14 août 1880.

26 Paul Ginisty, « Chronique », Le XIXe siècle, 6 février 1887.

27 Sur la littérature populaire, dont les complaintes, produites autour de Ravachol, voir Hélène Millot, « Ravachol, Christ et crapule », in Regards populaires sur la violence, études réunies et présentées par Mireille Piarotas, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne, 2000.

28 L. P. M., « Complainte en chol », L’Écho de la Montagne, 9 avril 1892. Il s’agit de « La complainte de Ravachol » de Jules Jouy.

29 « La complainte du condamné », Le Petit Parisien, 13 avril 1892. Cet article, non signé, circule ensuite en province. On le trouve par exemple dans Le Progrès de la Côte d’or du 20 avril 1892.

30 « Actualité – Les complaintes », La Démocratie du Cher, 31 août 1894. L’article fait allusion à une complainte parodique de Jules Jouy qui eut beaucoup de succès : « L’exécution – scie capitale » (1885).

31 Sur les crimes commis par Mathilde Frigard, voir Jacqueline Carroy, Nathalie Richard, « Mathilde Frigard, femme savante et criminelle : lorsque l’histoire des sciences croise celle des faits divers », in Jacqueline Carroy, Nicole Edelman, Annick Ohayon, Nathalie Richard, Les femmes dans les sciences de l’homme (XIXe-XXe siècles). Inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ?, Paris, Éd. S. Arslan, 2005, p. 301-316.

32 Pégomas, « Paris qui passe – La complainte mène à tout », Paris, 21 septembre 1894. Pégomas est le pseudonyme d’Edmond Lepelletier qui dans Paul Verlaine : sa vie, son oeuvre (1907) évoquera à nouveau cette complainte mais sans en livrer les paroles.

33 « Les échos de Paris », Les Annales politiques et littéraires, 11 août 1901.

34 Maurice Radiguet, « Cent mille têtes !!! », Le Rire, 9 mars 1907.

35 Jean Frollo, « La “complainte” », Le Petit Parisien, 30 mars 1904.

36 Jean Frollo, « Le “canard” », Le Petit Parisien, 13 juin 1907.

37 Chants et chansons populaires de la France, Paris, H. L. Delloye, 1843-1844. Notice de la « Complainte de Fualdès » par Du Mersan.

38 Voir Christophe Regina et Stéphane Minvielle. « Crimes familiaux. Tuer, voler, frapper les siens en Europe . du XVe au XIXe siècle », Annales De Démographie Historique, n°2 (130), 2015, p. 7-24. www.jstor.org/stable/26250801

39 « Rapt et assassinat d’une enfant », Le Journal de Rouen, 22 avril 1901.

40 « Rapt et assassinat d’une enfant - La découverte de l’assassin », Le Journal de Rouen, 24 avril 1901.

41 « Un rapt d’enfant », Le Journal de Rouen, 26 avril 1901.

42 « Rapt et assassinat d’une enfant – Les aveux de l’Assassin», Le Journal de Rouen, 28 avril 1901.

43 « Rapt et assassinat d’une enfant », Le Journal de Rouen, 25 avril 1901.

44 « Rapt et assassinat d’une enfant », Le Journal de Rouen, 26 avril 1901.

45 État civil de Rouen, Arch. dép. Seine-Maritime, 4E 13819, Acte de naissance de Madeleine Godalier. (http://recherche.archivesdepartementales76.net/?id=viewer&doc=accounts%2Fmnesys_ad76%2Fdatas%2Fir%2Fserie_E_seigneuries_familles_notaires_etat_civil%2FFRAD076_IR_E_etat_civil%2Exml&page_ref=2926747&lot_num=1&img_num=1&index_in_visu=)

46 État civil de l’Eure : http://archives.eure.fr/ark:/26335/a011440744727qPF13C/2d265292b2

47 Informations issues de l’état civil de Rouen. Arch. dép. Seine-Maritime.

48 L'Orchestre : revue quotidienne des théâtres, 25 janvier 1883.

49 Voir la partition « Le rosier du cinquième : monologue (avec musique “ad lib”)... / paroles de Jean Bonin... E. Benoît (Paris), 1888. Cette chanson est conservée par le département LLA sous la cote 4-YTH-5442.

50 Courrier de Saône-et-Loire, 21 octobre 1896.

51 Jules Jouy, « La défense du parricide », Paris, Émile Benoit Editeur, sd.

52 Jean-Marc Berlière, « La cervelle du gardien de la paix », Jean-Marc Berlière (dir.), Histoire de la police, Criminocorpus, 2009. http://journals.openedition.org/criminocorpus/260. Voir les complaintes écrites sur l’affaire Prévost : https://complaintes.criminocorpus.org/?search=pr%C3%A9vost.

53 Pour en savoir plus sur la totalité des recherches qui ont pu mener de la rue du Pré maudit à Jeanne Weber , lire : Agnès Sandras, “Gallica pour les historiens (Partie III. Les recherches plus complexes)”, in L'Histoire à la BnF, 02/03/2018, https://histoirebnf.hypotheses.org/1811. Voir les complaintes écrites sur Jeanne Weber : https://complaintes.criminocorpus.org/?search=weber.

54 Eugène Duclay, « Les noms des rues » , Gil Blas, 2 mars 1909.

55 « Communication de M. Lucien Lambeau sur le changement de nom de la rue du Pré-Maudit et observations diverses sur d'autres modifications de même nature », Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 15 mai 1921.

56 Z., « La légende de l’Ogresse », Le Journal des débats politiques et littéraires, 1er février 1906.

57 Ch. V., « L’Affaire Weber », Journal de médecine légale psychiatrique et d'anthropologie criminelle, 25 février 1906.

58 « L’Ogresse et la Chanson », L’Éclair, 16 mai 1908.

59 « Les propos du lanternier », La Lanterne, 18 mai 1908.

60 « Du crime à la complainte – L’ogresse chansonnée », Le Petit Provençal, 19 mai 1908.

61 « Les complaintes de l’ogresse », Le Soir, 21 mai 1908.

62 Conservés par le Département DEP de la BnF.

63 « Les crimes de l'ogresse : les sept enfants assassinés par Jeanne Weber », Paris, L. Baudot, DL 1908.

64 « L'ogresse du Pré-Maudit : 7 enfants étranglés et étouffés par l'horrible mégère Jeannne Weber », Paris, L. Hayard, 1908.

65 « Les crimes contre l'enfance : l'ogresse Jeanne Weber, sa vie, les exploits d'une détraquée, neuf victimes à Paris, Châteauroux, Commercy... », Paris, H. Pascal, 1909.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Léonce Petit, Les bonnes gens de province (1875)
Légende Le Journal amusant, 14 août 1875
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Maurice Radiguet, « Cent mille têtes !!! » (1907)
Légende Le Rire, 9 mars 1907
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8540/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre La petite Madeleine, complainte populaire
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8540/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Jean Benson, complainte comique
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8540/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Jeanne Weber, L’Ogresse de la Goutte d’Or
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8540/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Sandras, « Pour une « archéologie » comparée des chansons sur les parricides et les infanticides dans les recueils du Département Philosophie, histoire, sciences de l’homme de la BnF », Criminocorpus [En ligne], Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Canards, édition et collections, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8540

Haut de page

Auteur

Agnès Sandras

Docteure en histoire, après une première carrière de professeure agrégée, Agnès Sandras est conservatrice des bibliothèques. Elle anime le carnet de recherches « Histoire des bibliothèques et de la lecture populaires » ; et co-anime les carnets « L’Histoire à la BnF » et « Bibliothèques d’historien(ne)s ». Chercheuse associée au Centre Zola (ITEM-CNRS), elle se consacre également à la circulation des représentations au XIXe siècle. Elle a publié notamment Quand Céard collectionnait Zola, Paris, Garnier Classiques, 2012 et dirigé l’ouvrage suivant : Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’Enssib, 2014 (coll. Papiers).Pour connaître l’ensemble de ses publications : https://experts.bnf.fr/page_personnelle/agnes-sandras

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search