Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Les complaintes criminelles en Fr...Canards, édition et collectionsLes complaintes criminelles dinan...

Canards, édition et collections

Les complaintes criminelles dinannaises au XIXe siècle : essai de constitution d'un corpus

Olivier Justafré

Résumés

Si l'imagerie populaire suscite depuis longtemps l'intérêt des chercheurs et des collectionneurs, le corpus des complaintes criminelles, souvent produites par les mêmes imprimeurs, demeure quant à lui à compléter. L'une des causes du peu d'intérêt qui a longtemps entouré ces écrits pourrait se trouver tant dans leur vocation populaire que dans le caractère éphémère de ces documents, caractère éphémère qui explique leur rareté actuelle. En marge des chansons et complaintes sur feuilles volantes, fort répandues en Bretagne et souvent rédigées en breton, il est parfois possible de rencontrer des complaintes criminelles d'un format plus grand, souvent illustrées et rédigées en français. Nous nous pencherons sur la production de l'imprimeur dinannais Jean Bazouge (1818-1891) qui commit dès 1846 une quinzaine de complaintes criminelles avant que son fils Francis (1843-1899) ne lui succède et ne se décide lui-aussi, jusqu'à son décès, à produire ce type d'imprimés illustrés. L'immense majorité de ces impressions n'ont jamais été étudiées jusqu'à présent, ce qui amènera à aborder les sources incontournables que constituent les dépôts d'archives départementales.

Haut de page

Texte intégral

1Les étudiants acquièrent très tôt la méthodologie nécessaire à la constitution d'un corpus visant à l'exhaustivité ou tout du moins suffisamment complet pour permettre une approche sérieuse, fidèle et exploitable de leur sujet d'étude. En cela, les bases de données et autres catalogues en ligne sont d'une aide indéniable et engendrent des économies de temps et de moyens aussi réelles qu'appréciables. Il demeure toutefois des domaines où, même si ces nouveaux outils facilitent grandement la recherche, ils n'en exonèrent pas pour autant les déplacements et la recherche in situ, dans les dépôts d'archives, les bibliothèques et les musées. L'étude des complaintes criminelles est l'un de ces domaines.

  • 1 Dans tout l'article, nous emploierons le terme de « complainte criminelle » pour désigner l'ensem (...)

2En effet, à l'instar des documents habituellement réunis sous les appellations d'éphémères, d'éphéméria, de « non-livres » ou encore d'occasionnels, les complaintes criminelles1 demeurent souvent sous le radar des chercheurs. Non décrites (ou mal décrites), non cotées (ou singulièrement cotées) ou encore non inventoriées, ces feuilles ont tendance à mettre mal à l'aise, à embarrasser l'archiviste ou le bibliothécaire qui ne savent bien souvent qu'en faire.

3Considérés comme non prioritaires et en marge du reste des collections, les chansons sur feuilles volantes, les complaintes, les gravures populaires ou encore les billets d'enterrement ne doivent leur retour à la lumière qu'à l’intersession d'agents curieux, d'usagers chanceux ou d'une conjonction planétaire toute particulière...

4Ainsi c'est par hasard, au cours d'une opération de reconditionnement d'archives, que nous avons découvert en 2015 un ensemble de neuf complaintes criminelles produites entre 1890 et 1896 par les Bazouge, une famille d'imprimeurs installée à Dinan (Côtes-d'Armor).

5Nous tenterons de voir quelle place occupait la production de complaintes criminelles dans l'activité de la famille Bazouge, puis nous nous intéresserons aux complaintes elles-mêmes, inconnues pour l'immense majorité d'entre-elles, tant pour ce qui est de leur aspect matériel que du contexte dans lequel elles furent imprimées.

6Nous aborderons ensuite l'aire de diffusion de ces complaintes avant d'évoquer, en archives départementales, les sources permettant de constituer de tels corpus et d'analyser au mieux le phénomène de production et de diffusion des complaintes criminelles au XIXe siècle.

Origine et activités de l'imprimerie Bazouge

  • 2 Madame Marie Françoise Groenendael, épouse Macé. Cette dernière reprendra les brevets de libraire (...)
  • 3 Victorine Rue neuve dit Villeneuve, de 5 ans sa cadette et accessoirement sa cousine germaine.
  • 4 France, Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-d'Armor (ADCA), 2 T 4.

7Né en 1818 à Bécherel (Ille-et-Vilaine), Jean Louis René Marie Bazouge grandit à Saint-Malo, ville où il travaillera comme prote à l'imprimerie de la veuve Macé2. C'est dans la cité corsaire qu'il se marie en avril 18423 et que naîtra dix mois plus tard Francis, son premier enfant. Son épouse4 tenait alors « un magasin de papeterie et d'imagerie ».

Arbre généalogique : Descendance de Jean Bazouge

Arbre généalogique : Descendance de Jean Bazouge

© Olivier Justafré

8À cette même époque, Jean Bazouge décide de se lancer dans une grande aventure : quitter la côte pour venir s'installer comme libraire et imprimeur à Dinan (actuel département des Côtes-d'Armor, lequel se nommait alors Côtes-du-Nord). Et de fait en juin 1844, après 18 mois de démarches, de tracasseries administratives et d'interventions politiques, le brevet d'imprimeur lui sera enfin délivré, précédant d'un mois celui de libraire.

9Désormais installé avec sa famille rue de l'Horloge, Jean Bazouge va pouvoir commencer son activité, activité qu'il va rapidement développer et faire prospérer. Sa famille également va se développer puisque à Francis succéderont sept autres enfants.

10Après son décès survenu en mars 1891, c'est Francis, le fils aîné, qui reprendra les rênes de l'imprimerie alors que Paul, le cadet, choisira quant à lui de poursuivre une carrière d'avocat.

  • 5 Sur l'histoire de cette maison et particulièrement sur la période allant de 1900 à 2005, date de (...)

11Le décès brutal de Francis Bazouge à 56 ans, le 30 décembre 1899, mettra fin à la dynastie puisque sa sœur, Louise, héritière de l'imprimerie, vendra le fonds en 19005.

12Le décor étant planté, voyons maintenant quelle fut la production de l'imprimerie de Jean Bazouge, avant d'étudier son rapport aux complaintes criminelles. Pour ce faire, et en l'absence d'un catalogue exhaustif produit par l'éditeur, nous nous appuierons notamment sur les formalités administratives alors nécessaires, lesquelles offrent un aperçu de son activité entre 1844 et 1900, même si celui-ci est plus ou moins détaillé en fonction des périodes et de l'état de conservation des archives.

  • 6 Il dirige et imprime "Le Messager breton" de 1845 à 1848, « l'Indicateur » en 1848, puis "La Véri (...)

13Nous savons par exemple que parallèlement aux travaux de ville qui incombent à tout imprimeur en ce milieu du XIXe siècle et à une production tant littéraire que journalistique, Bazouge publie tous les ans le traditionnel Bon Almanach Chantant et Journalier de la Bretagne, plaquette de 24 pages contenant, en fin de volume, quelques « chansons nouvelles ». Précisons, afin de donner une idée de l'importance de ces almanachs, qu'il en imprimait 40 000 exemplaires par an dans les années 1860-70. Signalons également, sans nous étendre davantage sur cet aspect, que, Bazouge va assouvir un désir de notoriété en fondant, dirigeant et imprimant plusieurs journaux dès 18456

14Parmi les autorisations d'estampillage et de vente par colportage qu'obtient Bazouge, nous trouvons également beaucoup relatives à des recueils de chansons (le chansonnier véridique, la fille à marier, le mal marié, etc.) mais aussi à des « impressions populaires », au chapitre desquelles nous distinguerons notamment :

15 - de l'imagerie populaire puisque Bazouge produira une vingtaine d'images populaires, quasiment toutes en rapport avec la Bretagne (Notre-Dame-de-la-Paix, Saint-Yves, Vie et mort glorieuse de M. de Chateaubriand, Voyage de l'empereur et l'impératrice en Bretagne, etc.)
- des feuillets à vocation religieuse (l'Apparition Mariale à St-Briac, la Prière à Notre-Dame de Miséricorde, Notice sur Notre-Dame de Bon Secours, etc.)
- des relations de faits divers (Inondations, tiré à 4000 exemplaires en 1856)
- des faits de guerre (Prise de Sébastopol, produit à 2000 exemplaires en 1855)
- ou encore, département maritime oblige, des relations de naufrages (Naufrage du 3 mats le St Paul, en 1873, etc.)

16C'est au sein de ce type de productions, qualifiées d'impressions populaires, que la relation de crimes « sensationnels » par le biais des complaintes criminelles trouve sa place. Et de ces relations horribles, Bazouge en produisit un certain nombre.

Des complaintes populaires calibrées

17Ces complaintes présentent un certain nombre de similitudes entre elles et ces points communs seront croissant au fils des années. Il est en effet possible de constater une tendance à l'uniformisation des formats, illustrations et timbres au fils du temps.

18Nous discernons deux périodes durant lesquelles Bazouge fit sortir de ses presses des complaintes criminelles. La première, entre 1846 et 1857, ne connut des éditions que de manière très épisodique (seulement quatre complaintes en douze ans) alors que durant la seconde, de 1881 à 1895 elles le furent de façon beaucoup plus soutenue et régulière (18 complaintes en 15 ans). Ne sont bien évidemment prises en comptes ici que les seules 22 complaintes dont la trace a pu être retrouvée et ces chiffres ne peuvent en aucun cas prétendre à l'exhaustivité, même si nous avons tendance à les penser relativement fidèles à la réalité de la production de Bazouge.

Une première période marquée par des formats hétérogènes

Jugement de Marie Mahé (1846)

Jugement de Marie Mahé (1846)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

  • 7 ADCA, 125 J 19 (fonds du docteur Paul Aubry).

19La première complainte dont nous trouvons trace fut imprimée sur papier rose en 1846 et porte le titre de Jugement de Marie Mahé7. Elle traite du meurtre commis le 4 janvier 1846 sur une petite fille de sept ans par sa belle-mère, meurtre qui eut lieu à une quinzaine de kilomètres de Dinan.

  • 8 ADCA, 2 U 701, dossier de procédure.

20La feuille de moyen format (30 x 20,6 cm) comporte au recto le récit et les détails du crime et au verso une complainte de six couplets. Ces huitains (en réalité faux huitains puisqu'ils suivent la forme ABABCDCD) nous apprennent que l'impression de la feuille fut réalisée avant l'exécution de la criminelle (« Bientôt ma tête, ô comble de tristesse ! / Aura tombé sous le sanglant couteau [...] ») alors que nous savions, grâce au recto, que cette même feuille est postérieure au jugement en cassation (« La cour de cassation a confirmé ce jugement »). Cela nous permet de situer très précisément l'élaboration de cette feuille entre le 18 juin (date du maintien de l'arrêt par la cour de cassation) et le 23 juillet (jour de l'exécution)8. Enfin, indiquons que l'exécution eut lieu à Dinan, à quelques centaines de mètres de l'imprimerie. Nul doute qu'un certain nombre de feuilles furent vendues ce jour-là...

21Nonobstant la couleur de la feuille, la présentation de ce document est relativement austère, sans illustration ni typographie remarquable.

  • 9 France, Rennes, Musée de Bretagne et Écomusée du Pays de Rennes, inventaire 958.0004.1

22La deuxième complainte retrouvée, Cour d'assises d'Anvers9, est produite deux ans plus tard. À l'inverse du Jugement de Marie Mahé, le sujet évoqué ici, qui a d'ailleurs fait l'objet de plusieurs feuilles volantes en France, n'est ni local ni même national. Il s'agit en effet du jugement consécutif à la tentative de renversement de la monarchie belge, le 29 mars 1848, par une troupe de quelques 2000 hommes venant de Paris : la Légion républicaine belge. Contrairement à l'ensemble des complaintes imprimées rue de l'Horloge, cette feuille conservera un verso vierge. En effet, les trois éléments qui composent généralement ces complaintes (l'illustration – le récit de l'affaire – la complainte à proprement parler) sont ici regroupés sur le seul recto de cette feuille de 37,5 x 28,5 cm.

  • 10 France, Rennes, Archives départementales d'Ille-et-Vilaine (ADIV), 62 Fi 198 (fonds La Jaroussay)

23L'une des plus fameuses affaires d'empoisonnement que connu notre pays eut lieu en Bretagne et certains n'hésitent pas à estimer qu'Hélène Jégado fut responsable de près d'une centaine d'assassinats. Si aujourd'hui encore ce cas donne lieu à des documentaires, romans, bandes dessinées et films, cet engouement n'est cependant pas nouveau puisque dès le procès bon nombre de complaintes furent imprimées. Bazouge ne laissa pas passer une telle occasion puisqu'il produisit lui aussi, fin 1851 ou tout début 1852, une feuille (27,5 x 21 cm) consacrée à cette affaire10. Figure, après la relation des meurtres et du procès, une complainte de 24 couplets. Précisons que cette feuille ne comporte ni illustration ni fioriture typographique, ce qui tend à lui conférer un aspect quelque peu austère.

Mort tragique de Mgr l'Archevêque de Paris (1857)

Mort tragique de Mgr l'Archevêque de Paris (1857)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

  • 11 ADCA, 2 T 12. Ne pas confondre cette complainte avec celle intitulée « Grande complainte sur la m (...)

24Tout comme celle consacrée à l'affaire d'Anvers en 1848, la quatrième et dernière complainte réalisée par Bazouge dans sa « première période » n'a pas non plus de lien avec la Bretagne étant donné que le thème en est la Mort tragique en 1857 de Mgr Sibour, l'archevêque de Paris11. La forme diffère des précédentes puisque nous avons ici affaire à un livret de quatre pages, de petit format (22 x 14 cm). Les trois premières pages sont consacrées au récit du crime alors que la dernière contient la complainte. Le bois gravé qui se trouve reproduit en haut de la première page représente un ecclésiastique et cette même illustration, ainsi que nous le verrons, sera réemployée dans trois autres complaintes criminelles imprimées à Dinan, deux fois en 1882 et une fois en 1891. Nous avions déjà pu constater, lors de précédents travaux consacrés à l'imagerie populaire produite par cet imprimeur, qu'il lui arrivait d'utiliser ses bois sur plusieurs décennies d'affilée.

Seconde période : vers une harmonisation des aspects

25Entre 1857 et 1881, nous ne trouvons aucune trace de complainte criminelle produite par Bazouge, mais encore une fois, le fait que nous n'ayons pas trouvé ne signifie pas qu'aucune n'ait été produite. Curieusement, ce quart de siècle sera également relativement pauvre en images populaires pour cette imprimerie. L'hypothèse selon laquelle ni complainte ni image n'auraient été produites par Bazouge durant deux décennies et demie semble assez peu rationnelle. Sans être en mesure d'apporter une explication à ce silence, à ce vide, peut-être peut-on imaginer que des œuvres furent produites alors mais n'aient pas été déposées en préfecture ? Le fait est que la loi sur la presse du 29 juillet 1881 coïncide très précisément, pour Bazouge, avec la trace de nouvelles complaintes et images populaires. Il semble donc envisageable que préalablement à cette date, Bazouge se soit affranchi de tout dépôt pour cette partie de sa production. Le fait que les quatre complaintes présentées jusqu'alors nous soient toutes parvenues par des voies autres que celle du dépôt légal semblerait conforter ce postulat.

  • 12 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), RES ATLAS-Z-52 (A,2,2,DEL) ; autre exemplair (...)

26Quoi qu'il en soit nous voyons Bazouge renouer avec le genre dès 1881 et ceci par le truchement du Crime de Calorguen12. Sous la forme d'un petit livret dont curieusement seules trois des quatre pages sont imprimées alors que l'usage veut généralement que le papier soit optimisé, Bazouge publie, sans illustration, le récit du meurtre de la jeune servante Marie Sévin par Joseph Delourme. Le récit du forfait occupe les deux premières pages alors que la troisième est réservée aux 24 couplets de six vers chacun (forme ABBACC).

27Ce document présente une particularité intéressante : Il est le seul, chez Bazouge, pour lequel le récit et la complainte sont indiqués comme étant « propriété de Vigier », les autres étant annoncés comme « propriété de l'imprimeur-éditeur », à deux exceptions près que nous aborderons plus bas. Malheureusement, malgré nos recherches, ce Vigier, dont il est fort probable qu'il exerça la profession de colporteur, reste à identifier...

  • 13 ADCA, 2 T 25

28Le bulletin de dépôt conservé au sein des collections des Archives départementales des Côtes-d'Armor13 nous apprend que le tirage de cette feuille fut réalisé le 25 octobre 1881, et que 5 000 exemplaires en furent produits.

Les drames sanglants de Saint-Quentin-de-Baron (1882)

Les drames sanglants de Saint-Quentin-de-Baron (1882)

BnF

  • 14 ADCA, 2 T 25 (12 juillet 1882)

29Quelques mois plus tard, en 1882, paraîtra une complainte consacrée à un crime qui eut lieu en dehors de Bretagne puisque c'est en Gironde, précisément à Saint-Quentin de Baron, que se déroula le triple assassinat dont il fait l'objet. Ce livret de huit pages est imprimé à 1 000 exemplaires14 et il comprend deux complaintes, chacune de dix huitains (de nouveau des faux huitains). On y trouve également, entre la relation des faits et les complaintes, peut-être pour remplir les blancs, un texte sur une catastrophe survenue dans la mine de Blantyre, en Écosse.

  • 15 Bois gravé reproduit par Jean-Pierre Séguin dans son article « Les canards de faits divers de pet (...)

30Coté illustrations, notons le très beau bois gravé ornant la première page, sur lequel il est possible de voir deux malfrats censés pour la présente occasion représenter les assassins, Lassime et Lavergne. Pourvus de mines sinistres et menaçantes, ils sont armés d'un revolver pour l'un et d'un poignard pour l'autre15.

31Le contexte dans lequel cette complainte a été composée par Bazouge mériterait, à notre sens, d'être étudié car dans les collections de la Bibliothèque nationale de France se trouvent plusieurs autres complaintes consacrées à ce même crime, qualifié d'« affaire du grand scandale de Bordeaux », et on peut notamment y trouver la mention d'un concours dans lequel trois des 21 complaintes envoyées furent primées par un « jury composé d'hommes de lettres ».

  • 16 BnF, RES M-Z-614 (A,1,2,MALLET)

32Simultanément à ce crime, Bazouge dépose en préfecture le même jour (12 juillet) les exemplaires d'une complainte intitulée Horrible assassinat commis sur le vénérable curé de Saint-Arçons16. Cette dernière connut un tirage deux fois supérieur que le critère géographique ne peut justifier puisque aucune de ces affaires ne s'est déroulée dans l'Ouest. Peut-être leurs retentissements respectifs pourraient-ils expliquer cette disparité de traitement ?

  • 17 ADCA, 2 T 25 (12 juillet 1882)

33Cas curieux puisque, dans un premier temps, Bazouge fait paraître sur ce meurtre commis en Haute-Loire un petit livret de huit pages lequel contient, à la suite de la partie narrative, une complainte de 24 sizains. Cet opuscule rend compte de la condamnation à mort de Pierre Mallet, le coupable, mais le fait qu'il ait été imprimé avant que la peine ne soit exécutée nous permet de situer la réalisation de la feuille entre le 23 juin (condamnation) et le 28 août (exécution) de cette année-là. Cela est d'ailleurs confirmé par les formalités administratives, lesquelles nous permettent de savoir que le tirage de cette plaquette fut réalisé le 12 juillet, et que 2 000 exemplaires en furent imprimés17. La première page de ce cahier est illustrée du portrait d'un ecclésiastique que nous avions déjà signalé à propos de la publication de 1857.

Condamnation à Mort et Exécution de l'assassin de M. le curé de Saint-Arçons, recto (1882)

Condamnation à Mort et Exécution de l'assassin de M. le curé de Saint-Arçons, recto (1882)

Musée de Bretagne

Condamnation à Mort et Exécution de l'assassin de M. le curé de Saint-Arçons, verso (1882)

Condamnation à Mort et Exécution de l'assassin de M. le curé de Saint-Arçons, verso (1882)

Musée de Bretagne

  • 18 Musée de Bretagne et Écomusée du Pays de Rennes, inventaire 2017..0000.4998 ; autre exemplaire Bn (...)

34Une fois l'assassin exécuté, l'imprimeur dinannais produit et diffuse alors à propos de ce même crime une feuille plus grande, recto-verso, dont le titre laisse deviner la nouveauté : Condamnation à mort et exécution de l'assassin de M. le curé de St-Arçons18. Le récit des faits sera quelque peu retravaillé par rapport à ce celui paru dans le livret, et la partie consacrée à l'exécution est empruntée au Mémorial de la Loire, ainsi que l'indique avec transparence le texte imprimé par Bazouge.

35Cette feuille comprendra cette fois-ci deux complaintes : la première reprend mot pour mot celle du livret précédent alors que la seconde, composée de huit couplets, est consacrée essentiellement à l'exécution de l'assassin. Précisons que ces complaintes sont toutes deux constituées de sizains à rebours (ABBACC).

36En ce qui concerne les illustrations, le livret est doté du portrait de l'ecclésiastique, nous l'avons dit, tandis que le placard est, quant à lui, illustré au recto d'un magnifique bois gravé représentant un homme et une femme conduits à l'échafaud. Le verso de cette feuille reprend une nouvelle fois le portrait de prêtre évoqué précédemment.

  • 19 BnF, RES ATLAS-Z-52 (A,2,2,HE) ; second exemplaire BnF, FOL-FN-119
  • 20 ADCA, 2 T 25 (10 mars 1883)

37L'imprimeur revint aux sordides affaires bretonnes quelques mois plus tard puisque le crime auquel il consacra le canard imprimé en 1883 eut lieu en périphérie de Saint-Brieuc. Si l'on en croit les pièces administratives déposées par l'imprimeur, ce document, intitulé Le Crime de Plérin. Mari coupé en morceaux par sa femme19, connut un immense tirage puisqu'il en fut déclaré 10 000 exemplaires20. Cela correspondrait à un tirage deux à cinq fois supérieur aux autres complaintes sorties de ses presses. Si faramineux que paraisse ce chiffre, nous ne voyons nul intérêt pour Bazouge de gonfler sa déclaration en préfecture et aurions donc tendance à croire qu'une telle quantité de feuille fut réellement produite.

38Particularité de cette complainte : chacun des 32 couplets composés de sizains à rebours est numéroté et doté d'un titre qui lui est propre. Il s'agit à notre connaissance de l'unique cas où l'imprimeur procédera de la sorte.

39La disposition reprend celle désormais adoptée par Bazouge : le récit des faits sur le recto et le haut du verso, la complainte sur le reste du verso. Aucune illustration ne vient enrichir cette production.

Trois assassins guillotinés à Lyon – à Reims – à Versailles (1884)

Trois assassins guillotinés à Lyon – à Reims – à Versailles (1884)

BnF

  • 21 BnF, estampes, boite fol-li-300(9).

40Sans doute confronté à l'absence d'événement sordide ou de condamnation à mort sur le territoire des Côtes-du-Nord, Bazouge se rabattra en 1884 sur des crimes commis dans d'autres régions et produit alors Trois assassins guillotinés à Lyon – à Reimsà Versailles21.

41Le recto de cette feuille de grand format est illustré d'un bois signé de Charles Barberon (né en 1846) représentant une audience de tribunal. Cette illustration surplombe le récit des deux premiers crimes. Le verso, pour sa part, comporte les deux complaintes en lien avec les crimes relatés au recto, puis le récit du troisième meurtre suivi de la complainte qui lui est dédiée. L'image gravée par Barberon connaîtra une belle postérité au sein de l'imprimerie de la rue de l'horloge puisque nous la retrouverons sur des complaintes en 1886, 1891, 1895 et 1896.

  • 22 Musée de Bretagne et Écomusée du Pays de Rennes, inventaire 2017.0000.39.

42La Bretagne est paisible, certes, mais en 1886 un crime va tout de même donner l'occasion à Bazouge de renouer avec des complaintes criminelles bretonnes. Qui plus est, le crime dont il est question dans la feuille intitulée Assassinat d'une jeune fille dans un bois, par un valet de ferme jaloux [...]22 va avoir lieu à quelques kilomètres seulement de Dinan.

43Comme d'habitude, le verso comporte la complainte liée à ce crime, mais s'y ajoute cette fois-ci, curieusement, une seconde complainte liée à un crime commis dans le Calvados. Le seul lien avec le drame breton est que dans les deux cas les assassins auraient été poussés par la boisson à commettre leurs méfaits. Sans doute doit-on voir dans cette seconde complainte une manière peu coûteuse de remplir les blancs et de rendre cette feuille plus attractive auprès d'éventuels acheteurs, tout en insistant sur la vocation moralisatrice de ce type de production. Ne manquons pas de souligner le réemploi du bois de Barberon vu dans le document précédent.

  • 23 ADCA, 15 Fi 193.
  • 24 ADCA, 2 T 31 (18 février 1890)

44Bazouge semble ne rien produire en matière de complainte criminelle ou de récit sanglant entre 1886 et 1890, année où une feuille intitulée Assassinat mystérieux d'une jeune fille entre Corseul et Dinan23 sortira de ses presses. Nous le voyons, nous sommes de nouveau dans des événements très locaux puisque le crime eut lieu à quelques kilomètres seulement de son imprimerie. La singularité de cette feuille tirée à 3 000 exemplaires le 18 février 189024 tient au fait qu'elle le fut pour le compte de M. Paul Dumoulin, un colporteur pour qui, huit mois plus tard, Bazouge réalisera une seconde feuille. La traditionnelle complainte, composée une fois encore de 24 couplets et intitulée ici Complainte au sujet de l'assassinat de Marie Reine Chel occupe, ainsi qu'il en est désormais d'usage, le verso de la feuille.

  • 25 ADCA, 2 T 31 (3 mai 1890)

45Quelques semaines plus tard, Bazouge consacre une feuille au Crime de Lantic. Si malheureusement nous n'avons pu retrouver aucun des 2 000 exemplaires déclarés25, nous ne resterons pas sans informations sur ce titre pour autant. Le crime (un cultivateur tue sa femme à coups de trique pour toucher les 10 000 francs de l''assurance-vie contractée lors de leur mariage deux ans auparavant) fut commis dans cette commune située à 15 km de Saint-Brieuc le 8 janvier 1890. Bazouge attendra le procès pour composer sa feuille et il ne perdra d'ailleurs guère de temps puisque la condamnation à mort de François-Marie Moro est prononcée par la cour d'assises le 25 avril et la déclaration de dépôt est effectuée par Bazouge le 3 mai, soit 8 jours plus tard. Il nous est ainsi permis d'apprécier la réactivité de l'imprimeur pour réaliser cette feuille, c'est à dire pour rédiger le texte, créer la complainte et imprimer la feuille. Il aurait par ailleurs été intéressant de connaître la fin que prédisait cette complainte au meurtrier puisque sa peine sera finalement commuée en travaux forcés à perpétuité quelques semaines plus tard. Quant à savoir ce que sont devenus les exemplaires déposés et pour quelle raison ils ne se trouvent ni à la Bibliothèque nationale de France ni aux Archives départementales des Côtes-d'Armor, ni même dans aucune autre institution patrimoniale, cela reste un mystère.

46La feuille suivante, produite en octobre, par conséquent la troisième à sortir des ateliers de Bazouge en cette année 1890, portera sur deux crimes distincts, et le récit de chacun d'eux sera suivi de sa propre complainte.

  • 26 ADCA, 15 Fi 194

47Le premier drame eut lieu à Pleurtuit, en Ille-et-Vilaine. Si le département diffère de celui où se trouvent les ateliers de Bazouge, il faut toutefois savoir que seule une quinzaine de kilomètres séparent les deux sites. Le sujet en est affreusement banal : un fiancé éconduit tente de tuer sa promise ainsi que la sœur et la mère de celle-ci avant de se suicider. L'imprimeur n'hésitera d'ailleurs pas à jouer sur le caractère mélodramatique de cette affaire puisqu'il intitulera cette feuille Le drame de Pleurtuit, près de St-Malo, mort tragique d'un jeune homme trop aimant après trois tentative d'assassinat sur la jeune fille qu'il aimait et sur deux autres personnes26. Notons que la relation de cette tragédie débute par ces mots « Les détails du crime ont été rapportés comme suit dans l'Union Malouine et Dinannaise ». Le procédé est plutôt ingénieux étant donné que ce quotidien fut fondé par Jean Bazouge en 1850 et qu'il en était toujours, à l'époque de ce drame, le directeur. La complainte consacrée à ce drame se trouve au verso de la feuille mais n'en occupe pas à elle seule la totalité puisque un second crime y est abordé. Survenu également en octobre 1890, celui-ci concerne une mère assassinée par son fils à Yffiniac, commune située entre Saint-Brieuc et Dinan et est intitulé Le crime d'Iffiniac [sic] près de Saint-Brieuc, pauvre mère assassinée par son fils, adonné à l'ivrognerie. Cette feuille porte la mention « propriété de Dumoulin, colporteur », personnage déjà entrevu à l'occasion d'une complainte publiée quelques mois plus tôt.

  • 27 ADCA, 2 T 31 (25 mars 1891)
  • 28 France, Marseille, Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM), 2 exemplair (...)

48Le 25 mars 1891 voit le nouveau dépôt en préfecture d'une complainte par notre imprimeur dinannais27. L'Assassinat d'un vénérable prêtre28, puisque tel est son titre, pose questions car contrairement à toutes les autres complaintes criminelles bazougéennes celle-ci semble traiter d'un crime imaginaire, en lui conférant toutefois toutes les apparences d'un meurtre réel. La pratique est attestée chez nombre d'imprimeurs, mais cela n'avait jusqu'alors jamais été le cas pour Bazouge, tout du moins en ce qui concerne les complaintes retrouvées. Dans le cas présent, il n'a pu être trouvé aucune trace d'un homme d'église nommé Ledragon, ni dans la commune de Villeneuve, où ce drame est censé avoir eu lieu, ni dans aucune autre commune de France. Quoi qu'il en soit, ce crime ne peut en tout état de cause avoir eu lieu en Bretagne étant donné qu'aucune commune n'y porte ce nom. Enfin, signalons que les deux seuls exemplaires identifiés, dont nous avons tous lieu de penser que ce sont ceux du dépôt légal, se trouvent dans les collections du Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerrané (MUCEM).

  • 29 ADCA, 15 Fi 195
  • 30 Il s'agit présentement de l'Indépendance bretonne et du Réveil breton

49Retour à Saint-Brieuc quelques mois plus tard, pour un drame cette fois bien réel : l'Horrible drame à Saint-Brieuc, femme & deux enfants égorgés, suicide de l'assassin29. Bien que nous ne disposions pas pour ce titre des bulletins de dépôt ou demande d'autorisation permettant de le dater, nous savons que les quatre actes de décès qui découlent du drame sont datés du 12 septembre 1891, ce qui nous permet raisonnablement de situer la réalisation de cette feuille entre fin septembre et mi-octobre, étant donné qu'aucun procès n'était à attendre. Monsieur Paul Dubois, jusque-là respectable professeur d'hydrographie et par ailleurs ancien officier de Marine de la promotion de Pierre Loti, trucide sa famille avant de mettre fin à ses jours. Notons qu'ici les journaux dont sont extraites des citations relatives au crime n'appartiennent pas à Bazouge30. L'autre particularité de cette complainte est... qu'elle ne contient pas de complainte ! La question pourrait alors légitimement être posée : ce récit de crime doit-il figurer dans le présent corpus ? Nous aurions tendance à répondre par l'affirmative étant donné que, exception faite de la complainte chantée, ce document est en tout point identique à ceux produits par Bazouge à la même époque : même format, même disposition typographique, même titre accrocheur. Doit-on attribuer l'absence de complainte au fait que, aucun procès ne devant avoir lieu, les motivations du chef de ménage ou le déroulement exact des faits resteront à jamais inconnus et qu'il serait par conséquent illusoire d'imaginer pouvoir en faire des couplets ?

  • 31 ADCA, 15 Fi 196 ; MUCEM, 2 exemplaires inventoriés 1965.10.48 et 1965.10.49
  • 32 Le crime date du 1er juin 1892, et la complainte indique que le procès est attendu pour octobre.

50Avec le Drame de Mégrit, mari jaloux assassinant sa femme à coups de pelle31, publié durant l'été 1892, nous avons de nouveau affaire à un crime s'étant déroulé à proximité immédiate de l'imprimerie puisque seuls 17 kilomètres séparent les deux endroits. Et de nouveau, la relation contient la référence à un article paru dans le journal de Bazouge. Ce dernier fut réactif puisque lorsque paraît cette complainte le criminel, époux alcoolique et jaloux, n'est pas encore jugé32. La Complainte au sujet de l'assassinat de la femme Lemée, est visible au verso et comporte 18 sizains.

  • 33 ADCA, 15 Fi 197.
  • 34 L'assassin est condamné fin janvier 1895 pour ce crime commis mi-novembre 1894.
  • 35 ADCA, 2 T 31 (29 janvier 1895)

51Début 1895 paraît Le crime de Plouha33. Le coupable de cette nouvelle et sordide affaire dans laquelle une femme trouva la mort mi-novembre 1894 est Jean-Marie Rolland, un marin qui compte déjà, à 26 ans, plusieurs campagnes de pêche en Islande à son actif. La victime, elle, se trouve cette fois-ci être une mendiante âgée de 40 ans et connue sous le nom de la fille Lecomte. Contrairement au cas précédent, Bazouge attendra le verdict, en l'occurrence une condamnation à mort rendue deux mois et demi après les faits34, pour imprimer les 2 000 exemplaires de cette feuille35. La seule illustration visible sur ce document se trouve être un petit bois gravé, au bas du verso, représentant une bretonne agenouillée en prière devant une stèle. Cette image sera employée à plusieurs reprises par l'imprimeur dinannais et, lorsque ce sera le cas, elle est systématiquement placée à la fin de la complainte chantée.

Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette, recto (1895)

Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette, recto (1895)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette, verso (1895)

Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette, verso (1895)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

  • 36 ADCA, 15 Fi 198

52Pour l'imprimé suivant, intitulé Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette36, il est annoncé d'emblée que « le rédacteur de L'union Malouine et Dinannaise s'est rendu sur le lieu de ce triste événement ». Il faut dire que Dol n'est qu'à 23 kilomètres de Dinan. La relation du crime et de l'enquête laisse planer le doute quant à l'identité des coupables et c'est peut-être pour cette raison qu'aucune complainte ne sera alors composée sur ce crime commis le 24 février 1895. Deux suspects furent bien appréhendés les jours suivant le crime, mais ils furent relâchés en avril. Le verso de la feuille n'est pas resté vierge pour autant et l'on y retrouve une relation abrégée du récent crime de Plouha suivie de la même complainte, mot pour mot, consacrée à l'assassinat de la fille Lecomte. Manière habile de combler les vides et de « recycler » une complainte récente puisque seuls trois mois séparent les deux drames.

  • 37 ADCA, 15 Fi 199

53Les Côtes-du-Nord sont une terre de marins mais qui aurait pu prévoir qu'en l'espace de quelques semaines deux d'entre eux allaient faire l'objet d'une complainte ? Le premier, nous venons de le voir, s'est rendu coupable du meurtre de la mendiante Lecomte. Le second, quant à lui, sera la victime d'une bande de voleurs. Bazouge relève d'ailleurs la coïncidence : « Cette fois, au lieu d'être l'assassin, le pêcheur d'Islande est la victime. » En mars 1895, témoin des méfaits d'une bande de voleurs, le jeune Garel est par eux lapidé. Au moment de la parution de la complainte, plusieurs suspects avaient été arrêtés mais le procès n'était attendu que pour le mois de juillet suivant. Cela n'empêcha cependant nullement la parution de la feuille intitulée Crime à Ploubazlanec, marin tué à coups de pierres par une bande de voleurs37. Au verso, la Complainte sur l'assassinat de Garel est illustrée de la Bretonne en prière déjà présente sur les deux précédentes complaintes mais également d'une scène de naufrage. Cette dernière illustration renvoie, à n'en pas douter, au métier exercé par la victime.

Frère tuant son frère d'un coup de fusil à Pleudihen (1895)

Frère tuant son frère d'un coup de fusil à Pleudihen (1895)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

  • 38 ADCA, 15 Fi 200
  • 39 La légende figurant sous la gravure laisse à croire qu'il s'agit d'une représentation de la cour (...)
  • 40 Bulletins de dépôt (12 décembre 1895) et de déclaration, chacun en deux exemplaires, trouvés avec (...)

54Décembre 1895 va voir paraître l'avant-dernière complainte de Bazouge et c'est un fratricide commis à Pleudihen à la mi-septembre qui va en être à l'origine, ainsi que l'indique sans équivoque son titre Frère tuant son frère d'un coup de fusil à Pleudihen38. Disposition désormais classique, à savoir une feuille de 45 x 28 cm avec au recto la relation du crime surmontée de la gravure représentant une scène de procès qui a été employée à plusieurs reprises depuis 188439, et au verso, à la suite des dernières lignes du récit, la non moins traditionnelle complainte composée ici de 36 couplets de six vers chacun et de forme ABBACC (sizain à rebours). Le titre de cette complainte est Complainte sur l'assassinat de Louis Egalon tué par son frère, à Pleudihen le 12 septembre 1895. Cette feuille fut imprimée trois mois jour pour jour après les faits et le tirage fut de 2 000 exemplaires40. Ce chiffre peut sembler relativement faible au regard du caractère local de cette condamnation, puisque le coupable sera exécuté à Dinan.

Horrible crime, deux enfants assassinés à Trégueux (1896)

Horrible crime, deux enfants assassinés à Trégueux (1896)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

  • 41 ADCA, 2 T 32 (17 janvier 1896).
  • 42 ADCA, 15 Fi 201.

55Le dernier crime qui donna lieu à la production d'une complainte par l'imprimerie de la rue de l'horloge eut un important retentissement en Bretagne, et ceci pour deux raisons. D'une part les deux victimes sont de jeunes frères âgés de cinq et dix ans. D'autre part, le crime eu lieu tout près de Saint-Brieuc le jour de Noël 1895. Le criminel, le tristement célèbre Dagorne, sera arrêté à Rennes deux jours plus tard, puis condamné à mort et exécuté à Saint-Brieuc en juin 1896. Trois semaines après ce lâche double assassinat, ce ne sont pas moins de 4 000 exemplaires41 de l'Horrible crime, deux enfants assassinés à Trégueux42 qui seront produits par Bazouge. Notons au passage que ce tirage est deux fois plus important que celui de la précédente complainte, alors que seulement 36 jours séparent les deux déclarations d'imprimer. Mais nous insistons : le retentissement de l'affaire Dagorne fut alors immense. Nous retiendrons le réemploi du bois montrant les deux criminels, illustration déjà employée lors du triple assassinat de St-Quentin-de-Baron, quatorze ans auparavant. Nous pourrions nous interroger sur le choix d'une illustration représentant deux individus alors que c'est bien seul que Dagorne avait opéré.

56Cette feuille imprimée en janvier 1896 sera, semble-t-il, la dernière produite par l'imprimerie dinannaise. À quelques heures de l'année 1900, nous l'avons dit, Francis Bazouge décède et sa sœur vend l'imprimerie dans les mois qui suivent. Si l'activité perdurera pendant près d'un siècle, il semble en revanche que le changement de propriétaire ait sonné le glas des complaintes criminelles dans cette maison.

Typologie des documents

La forme des complaintes

57Le corpus constitué des 22 documents que nous venons de présenter brièvement nous permet-il de définir un archétype de la complainte de Bazouge ? Pour pouvoir apporter un élément de réponse il nous semble nécessaire, préalablement, de procéder à une étude matérielle de ces feuillets et livrets. Cette démarche ne concernera toutefois que 21 publications puisque celle intitulée Le crime de Lantic (1890) ne nous est connue que par l'intermédiaire des déclarations administratives mais qu'aucun exemplaire n'a pu en être trouvé. Les complaintes chantées, quant à elles, sont au nombre de 25. Avant de nous pencher sur leur contenu, voyons tout d'abord la forme que Bazouge donnait à ces impressions consacrées aux crimes.

58Pour ce qui est du format, les récits et complaintes criminelles imprimés à Dinan se présentent sous deux aspects distincts : Tout d'abord sous forme de cahier ou de petit livret puisque à trois occasions c'est ainsi que les réalise Bazouge. Ces fascicules, composés de quatre ou de huit pages, ne se rencontrent qu'avant 1882. Le second aspect, celui adopté pour les 18 autres canards, se présente sous la forme d'une feuille imprimée aussi bien au recto qu'au verso. Seule la Cour d'assises d'Anvers, en 1848, présente un verso vierge. Ces feuilles mesurent approximativement 45 x 28 cm mais précisons que la toute première d'entre elles, produite en 1846, est moitié moindre. En cela, que ce soit pour l'emploi d'une feuille recto/verso ou pour le format que nous venons d'évoquer, la production de Bazouge rejoint l'immense majorité de ce qui se faisait alors dans le reste du pays.

59Concernant les gravures illustrant ces documents, Bazouge avait l'habitude de privilégier une voire deux images par feuille (respectivement 10 et 3 occurrences). Relativement peu courantes sont les feuilles vierges d'illustration (5) tout comme le sont également, à l'inverse, celles ornées de trois gravures (3).

60Ces récits de crime sont quasiment toujours suivis de complaintes, ce qui est à l'origine d'ailleurs de l'ambivalence qui existe à propos de ce sujet d'études. En effet, l'usage veut que le terme complainte désigne aussi bien l'ensemble de couplets à bouts rimés relatifs au crime que la feuille sur laquelle ils sont imprimés et où ils voisinent avec une relation plus littérale des faits. En ce qui concerne les complaintes rimées, il s'avère que la grande majorité des feuilles contient une seule et unique complainte (15 occurrences), même si il est possible d'en trouver parfois deux (4) voire trois (1) par feuille. À l'opposé, il nous a été donné de rencontrer une feuille dont la présence dans notre corpus semble incontestable, mais qui en revanche est exempte de toute complainte !

61Le nombre de couplets par complainte, quant à lui, varie de huit à trente-six et ces couplets sont toujours des sizains, à l'exception d'une impression pour laquelle le rédacteur a privilégié des huitains pour la composition des deux complaintes qui y figurent (le livret consacré au triple assassinat de Saint-Quentin-de-Baron).

62Au sujet du timbre, il est aisé de noter la préférence, aussi nette que peu originale, pour l'Air de Fualdès qui restera d'ailleurs le seul à se trouver indiqué à compter de 1890. Pour les complaintes antérieures, nous trouvons parfois la mention des airs du Juif errant (1 occurrence), de Joseph vendu par ses frères (1), de Béranger à l'Académie ou du chien fidèle (1), ou encore « d'un air connu » [sic] (1). Ajoutons qu'à sept reprises, aucune indication d'air n'était mentionnée.

  • 43 Forme appelée « à rebours », c'est à dire composée de quatre vers à rimes embrassées suivis de de (...)

63Pour en revenir à l'archétype évoqué plus haut, nous pourrions décrire ainsi la complainte type éditée par Bazouge vers 1880-1890 : C'est une feuille de 45 x 28 cm illustrée d'un bois gravé et il en sera tiré 2 000 exemplaires. Le recto comporte le récit du crime, lequel se poursuit au verso où il est suivi d'une complainte composée de 24 couplets (des sizains de forme ABBACC43) et prévue pour être chantée sur l'air de Fualdès.

Quels crimes pour quel public ?

64Maintenant que nous avons examiné la forme de ces feuilles et complaintes, abordons le fond et voyons notamment ce qu'il en est de l'éventuel caractère local des crimes auxquels sont consacrées les 22 publications. Le corpus des crimes dont il est question dans ces documents sera différent du nombre de feuilles car d'une part plusieurs crimes sont parfois abordés sur une même feuille (jusqu'à trois) et d'autre part, Bazouge a quelquefois produit deux feuilles pour une même affaire, tel, que cela fut le cas pour l'assassinat du curé de Saint-Arçon, mais il lui est également arrivé de « combler » une feuille avec la complainte consacrée à une affaire récente qui avait déjà fait l'objet d'une production. Pour cette approche, nous raisonnerons du point de vue des affaires et non des feuilles ou des complaintes et au total, nous disposons donc à 25 affaires.

65La localisation de ces 25 cas permet de découvrir, au-delà du caractère sensationnel des crimes, l'aire de prédilection de l'imprimeur Bazouge pour ce type de production.

66Neuf des crimes traités dans ces complaintes, furent commis hors de Bretagne :

67- l'affaire d'Anvers (Belgique) en 1848,
- l'assassinat de l'archevêque de Paris en 1857,
- celui de St Arçons [Haute-Loire] en 1882,
- le crime de St Quentin-de-Baron [Gironde], toujours en 1882,
- les trois meurtres présentés, en 1884, sur la feuille intitulée Trois assassins guillotinés à Lyon - Reims - Versailles.
- L'assassinat d'un vénérable prêtre en 1891 qui, si tant est que ce crime fut réel, ne put en aucun cas avoir lieu en Bretagne.
- Enfin, une complainte liée au Calvados, présente en complément sur une feuille consacrée à un crime breton.

68Laissant de côté ces neufs dossiers nous allons nous concentrer sur les seize restants, lesquels sont en lien avec la Bretagne.

Localisation des crimes commis dans les Côtes-du-Nord et Ille-et-Vilaine abordés dans les complaintes produites par Bazouge entre 1846 et 1900

Localisation des crimes commis dans les Côtes-du-Nord et Ille-et-Vilaine abordés dans les complaintes produites par Bazouge entre 1846 et 1900

©Olivier Justafré

69Celles-ci traitent toutes de crimes commis dans les Côtes-du-Nord, à quatre exceptions près. Précisons toutefois que trois de ces exceptions sont situées à proximité de Dinan mais en des localités dépendant administrativement du département voisin d'Ille-et-Vilaine. La plus éloignée eut lieu à Dol-de-Bretagne, et, à vol d'oiseau, seuls 24 km séparent les deux villes. Le dernier cas breton mais hors Côtes-du-Nord est celui lié aux meurtres commis par Hélène Jégado. Bien qu'elle ait sévi au moins à une occasion dans ce département, elle accomplit l'immense majorité de ses forfaits dans le Morbihan.

70Les douze complaintes restantes ont toutes pour objet un crime réalisé dans le département des Côtes-du-Nord. De plus, il apparaît clairement au regard de la carte que les crimes perpétrés à proximité de Dinan firent l'objet d'une attention toute particulière de la part de l'imprimeur. Il serait intéressant de superposer à cette carte des crimes évoqués dans les complaintes imprimées à Dinan une seconde carte faisant apparaître, cette fois-ci, l'ensemble des crimes commis dans le département entre 1846 et 1899. Mais a priori il n'existe guère de raison pour que cette ville peuplée de quelques 10 000 habitants au moment du décès de Francis Bazouge et ses alentours aient connu plus de meurtres que les autres cantons du département. Le secteur de Dinan est donc particulièrement représenté, nous le découvrons, à l'instar de Saint-Brieuc et son agglomération, mais aussi également d'une partie de la côte en remontant vers Paimpol. L'absence chez Bazouge de complainte criminelle liée à des faits survenus dans la zone Sud-Ouest du département s'explique probablement par l'usage de la langue bretonne dans cette région alors que c'est le gallo et le français qui étaient parlés dans le reste du territoire des Côtes-du-Nord.

71Il semble donc relativement évident que les complaintes imprimées par Bazouge sont essentiellement destinées à une diffusion et à un public local (Côtes-du-Nord) voire très local (alentours de Dinan). On pourrait toutefois imaginer que l'imprimeur, de par sa position au sein de la presse quotidienne dinannaise, possédait davantage d'informations sur les crimes proches et de ce fait en tirait l'essentiel de son inspiration. Toutefois le public devait être plus enclin à acheter des feuilles et complaintes relatant de sordides événements lorsque ceux-ci s'étaient déroulés dans des lieux familiers. D'où notre hypothèse de complaintes destinées à un public voisin des lieux du crime (à l’échelle de l'arrondissement).

Constituer un corpus : méthodes et ressources

72Ces complaintes, ces feuilles volantes ou ces livrets ne sont guère aisés à trouver, et cela tient à leur nature même. En effet, bien qu'ayant fait l'objet de tirages relativement importants (entre 2 000 et 10 000 exemplaires déclarés dans le cas de Bazouge, nous l'avons vu), leur statut de publications à bon marché, populaires, semble impliquer que ces artefacts n'ont généralement pas été jugés dignes d'être conservés par leur propriétaire.

73De la même manière, à l'exception notable de quelques collectionneurs avertis tels que Paul Sébillot, pour ne citer que lui, bien peu se sont intéressés à ce qui fut considéré comme de la non-littérature montrant ainsi pour les complaintes le même désintérêt que celui que connurent, par exemple, les littératures de colportage et autres bibliothèques bleues jusqu'au début du XXe siècle. Cette désaffection explique en très grande partie le fait que très peu d'exemplaires de ces documents subsistent à ce jour pourtant si largement diffusés et qu'il nous soit donné de ne connaître la plupart d'entre eux que par le truchement du dépôt légal. Absentes des collections privées, des catalogues de libraires d'anciens et des ventes aux enchères, il a par conséquent été nécessaire, afin de constituer le présent corpus de complaintes imprimées à Dinan, de prospecter dans les collections publiques.

74Les principaux catalogues de bibliothèques, via le Catalogue Collectif de France (CCFr), ainsi que ceux de plusieurs collections muséales, à l'aide de la base Joconde ou de bases de données plus locales comme celle du Musée de Bretagne à Rennes, furent donc parcourus. Idem pour les collections du Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM) puisque cette institution, créée au début des années 2000, a intégré les collections de feu le Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP), collections d'une richesse extraordinaire en matière d'impressions populaires. Au-delà des collections patrimoniales conservées en musées et bibliothèques, les fonds iconographiques d'Archives départementales susceptibles de renfermer des impressions bazougéennes (Côtes-d'Armor et d’Ille-et-Vilaine), ainsi que ceux des Archives municipales de Dinan ont également été explorés. Ces dernières recherches ne sont pas toujours pleinement satisfaisantes car cette typologie de document est rarement la priorité des archivistes et il en résulte que les instruments de recherche existants demeurent souvent silencieux à leur sujet. Nous en voulons pour preuve la récente découverte aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, par Vincent Morel, de la complainte consacrée à la Jégado alors que cette dernière ne ressortait aucunement lors de nos recherches sur le catalogue en ligne de cette institution.

75Le hasard est également d'une aide précieuse de temps à autres. Ainsi, aux Archives départementales des Côtes-d'Armor, des travaux de reconditionnement de fonds judiciaires en provenance du tribunal d'instance de Dinan furent à l'origine de la découverte fortuite de plusieurs feuilles imprimées par Bazouge et inconnues jusqu'alors. C'est dans un carton coté « 3 U 5 (TI Dinan), Vrac 1 » que fut trouvée une chemise portant la seule mention « justice, criminalité - mélange, complaintes ». Ce petit ensemble renfermait, outre trois journaux et deux récits de crimes, neuf des complaintes criminelles décrites précédemment. À une exception près, elles se trouvaient toutes en double exemplaires et à l'une d'elles étaient joints la déclaration d'intention d'imprimer ainsi que le bulletin de dépôt de l'imprimeur. Nul doute par conséquent qu'il s'agit bien des exemplaires destinés au dépôt légal.

76Pourquoi ces documents n'ont-ils pas été adressés au ministère et ne se trouvent-ils pas, à l'heure qu'il est, dans les collections de la BnF avec ceux qui les ont précédés ? Il s'agit là d'un mystère auquel nous serions bien en peine d'apporter une réponse plausible. Et puisqu'ils sont restés dans le département, par quel biais ces mêmes documents (impressions et bulletins) ont-ils échoué dans ce carton dédié aux fonds de justice au lieu de prendre le chemin, à l'instar des autres complaintes, de la sous-série 2 T consacrée à l'imprimerie, la librairie et la presse ? Autre mystère.

Les Archives départementales : une ressource incontournable

77Ces hasards, ces interrogations nous conduisent tout droit à l'incontournable ressource que peuvent être pour les travaux de recherche sur le sujet les fonds des archives départementales. Volontairement, nous n'aborderons pas ici les fonds d'autres institutions, telles que les Archives nationales notamment, avec la sous-série F/18 consacrée à l'imprimerie et au dépôt légal.

78Il y a d'abord, évidemment, les complaintes à proprement parler. Elles peuvent être conservées, selon les époques et provenance, mais aussi en fonctions des usages et habitudes des différents archivistes, au moins sous six cotes distinctes :

79- la bibliothèque. Chaque dépôt d'archives départementales possède une bibliothèque où sont conservés des publications locales, des écrits dont le contenu ou l'auteur a eu un rapport avec le département, ainsi que nombre d'autres volumes dont la présence est parfois aussi inexpliquée que dénuée d'intérêt. Un raisonnement simpliste voulant parfois, dans ces institutions, que toute chose imprimée soit de fait du ressort de la bibliothèque, il arrive que les complaintes criminelles y aient été reléguées.
- les fonds iconographiques. De par leur format et les illustrations qui souvent les ornent, ces feuilles de complaintes criminelles se trouvent souvent intégrées aux fonds figurés, lesquels sont conservés dans la série Fi en archives départementales. Il s'agit là, sans aucun doute, de leur emplacement le plus fréquent et le plus pratique étant donné que les locaux dédiés à ces collections disposent de meubles à plans permettant la conservation à plat des complaintes.
- au sein de la série T (enseignement général, affaires culturelles, sports), la sous-série 2T (imprimerie, librairie, presse) nous sera précieuse à plus d'un titre, ainsi que nous le verrons. Si le fait que les complaintes s'y trouvent parfois est discutable, cela peut toutefois se révéler cohérent au regard du respect de l'intégrité des fonds, notion chère aux archivistes. Ainsi, il semble acceptable que les placards et complaintes accompagnant les bulletins de dépôt lors de la démarche administrative de l'imprimeur aient été laissés ensemble. Dans ce cas, leur localisation sera facilitée par l'inventaire de la sous-série puisque les déclaration et bulletins de dépôts sont généralement classés par ville puis par imprimeur et enfin par date.
- les archives judiciaires (série U, justice entre 1800 et 1940) peuvent elles aussi receler des complaintes criminelles, et dans ce cas c'est soit vers le fonds du Tribunal d'instance dont dépend l'imprimeur (sous-série 3U, fonds des tribunaux de première instance), soit vers la cour d'assises (sous-série 2U) ayant eu à juger l'affaire qu'il sera nécessaire d'orienter ses recherches.
- la série Z, consacrée quant à elle aux sous-préfectures, contient généralement une division dédiée à l'imprimerie, laquelle peut s'avérer précieuse à consulter. Par exemple, les archives de la sous-préfecture de Dinan contiennent plusieurs bulletins de dépôt de l'imprimerie Bazouge, qui, pour une raison là encore inconnue, n'ont pas été transmis à la préfecture.
- Enfin, les fonds privés qui peuvent parfois réserver d'heureuses surprises. Ce fut le cas dans le cadre de ces recherches sur Bazouge puisque le premier canard connu, celui de 1846, nous est parvenu via le don effectué par un collectionneur voici quelques décennies.

80Au-delà des complaintes elles-mêmes, la sous-série 2 T évoquée plus haut se révèle extrêmement précieuse pour ses bulletins de dépôt légal et ses déclarations d'intention d'imprimer.

Demandes d'autorisation et bulletins de dépôt relatifs à la Complainte sur l'assassinat de Louis Egalon (1895)

Demandes d'autorisation et bulletins de dépôt relatifs à la Complainte sur l'assassinat de Louis Egalon (1895)

Archives départementales des Côtes-d’Armor

81Ces formulaires contiennent en effet le titre de la complainte, souvent sous une forme abrégée voire approximative, le nom de son auteur, le format, le nombre d'exemplaires tirés ainsi que le nom de la personne pour le compte de laquelle elle est imprimée. Il s'agit souvent de l'imprimeur lui-même mais parfois, ainsi que nous l'avons vu, il peut s'agir d'un tiers. Précisons que ces bulletins furent plus ou moins bien conservés, et surtout plus ou moins classés selon les départements. À certaines périodes, ils furent doublés d'un « registre de dépôt » qui, en plus des indications du bulletin, nous apprend la date d'envoi des exemplaires au ministère.

82Par ailleurs, il semblerait que les déclarations préalables à l'impression, souvent datées du jour précédent la rédaction du bulletin de dépôt, aient souvent été négligées, tout du moins si l'on en croit les rappels réguliers du préfet et du ministère au sujet de la rigueur avec laquelle ces démarches doivent être menées.

83À titre d'exemple, indiquons que pour les 22 complaintes produites par Bazouge que nous avons pu identifier, nous avons trouvé six déclarations ainsi que huit bulletins de dépôt. De plus, la feuille intitulée Le crime de Lantic ne nous est connue que grâce à la seule déclaration d'imprimer, ce qui ne fait que confirmer, si besoin était, l'importance de ces documents dans les travaux de recherches consacrés à ce type d'impression. Concernant cette dernière complainte, et en l'absence conjuguée du spécimen et du bulletin de dépôt, il reste imaginable, quoique l'hypothèse soit curieuse, que Bazouge n'ait pas été au bout de sa démarche et ait finalement décidé de ne pas imprimer cette feuille.

Des documents produits massivement mais devenus introuvables

  • 44 Les dix complaintes dont nous connaissons le tirage représentent un total de 33000 exemplaires et (...)

84Nous l'avons vu, l'activité de Bazouge relative aux complaintes criminelles s'étend sur un demi-siècle, de 1846 avec le jugement de Marie Mahé à la feuille consacrée aux deux enfants assassinés le jour de Noël, publiée en 1896. Cinquante années au cours desquelles furent imprimés quelques 57 000 exemplaires de ces 22 complaintes, tous titres confondus44.

85Sur ce chiffre impressionnant de feuillets vendus, ou tout au moins produits, il ne nous a été possible de localiser que 35 exemplaires, dont la très grande majorité provenant du dépôt légal. Est-ce à dire qu'aucun exemplaire acquis à l'époque ne subsiste à ce jour ? Sans doute quelques unités sommeillent-elles encore dans les greniers bretons ou les bibliothèques d'érudits locaux mais, à n'en pas douter, la part de la production définitivement perdue est énorme. La raison en incombe certainement au caractère populaire, bon marché et fragile de ces documents. Il est certain que des titres qui nous sont restés inconnus ressurgiront dans les années à venir, tant au gré de ventes aux enchères ou même de simples vide-greniers, que par le biais de classements ou de mises en ligne de fonds d'archives publiques ou de bibliothèques.

86Cet article n'a pas d'autre vocation que de présenter très sommairement la production d'un imprimeur de province durant la seconde moitié du XIXe siècle et d'évoquer les pistes, les sources utilisables pour retrouver les complaintes elles-mêmes mais aussi pour cerner au mieux le contexte de leur production.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Montécot Charles, «  Les imprimeurs de Dinan», le Pays de Dinan, 2005, tome XXV, p. 167-193.

Séguin Jean-Pierre, « Les canards de faits divers de petit format en France, au XIXe siècle », Revue des Arts et traditions populaires, 4e année, n°1, janvier-mars 1956, pages 30-45.

Haut de page

Notes

1 Dans tout l'article, nous emploierons le terme de « complainte criminelle » pour désigner l'ensemble du document (livret, feuille, placard, …) et non de manière restrictive la complainte à proprement parler, laquelle est destinée à être chantée. Nous sommes conscient que l'usage de ce terme fait débat, mais il s'agit là d'un choix assumé.

2 Madame Marie Françoise Groenendael, épouse Macé. Cette dernière reprendra les brevets de libraire et d'imprimeur de son mari après son décès, en novembre 1842.

3 Victorine Rue neuve dit Villeneuve, de 5 ans sa cadette et accessoirement sa cousine germaine.

4 France, Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-d'Armor (ADCA), 2 T 4.

5 Sur l'histoire de cette maison et particulièrement sur la période allant de 1900 à 2005, date de sa fermeture définitive, nous renverrons vers l'article suivant : Montécot Charles, « Les imprimeurs de Dinan », le Pays de Dinan, 2005, tome XXV, p. 167-193.

6 Il dirige et imprime "Le Messager breton" de 1845 à 1848, « l'Indicateur » en 1848, puis "La Vérité" de 1849 à 1850, avant de faire sortir de ses presses, le 28 juillet 1850, le numéro inaugural de « L'Union Malouine et Dinannaise » dont il est et restera jusqu'à son décès, le fondateur et directeur. Enfin, en 1871, il créera "La Gazette de Bretagne", qui deviendra en 1881 « le Salut ». Le rédacteur du Salut ne sera autre que François Bazin, le gendre de Jean Bazouge.

7 ADCA, 125 J 19 (fonds du docteur Paul Aubry).

8 ADCA, 2 U 701, dossier de procédure.

9 France, Rennes, Musée de Bretagne et Écomusée du Pays de Rennes, inventaire 958.0004.1

10 France, Rennes, Archives départementales d'Ille-et-Vilaine (ADIV), 62 Fi 198 (fonds La Jaroussay).

11 ADCA, 2 T 12. Ne pas confondre cette complainte avec celle intitulée « Grande complainte sur la mort de Mgr l'archevêque de Paris », dans laquelle il est question de Monseigneur Darboy, fusillé durant la Commune le 24 mai 1871.

12 France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), RES ATLAS-Z-52 (A,2,2,DEL) ; autre exemplaire à la bibliothèque de l'Arsenal, Br-45932

13 ADCA, 2 T 25

14 ADCA, 2 T 25 (12 juillet 1882)

15 Bois gravé reproduit par Jean-Pierre Séguin dans son article « Les canards de faits divers de petit format en France, au XIXe siècle », revue des Arts et traditions populaires, 4ème année, n°1, janvier-mars 1956, pages 30-45. Illustration reproduite p.32

16 BnF, RES M-Z-614 (A,1,2,MALLET)

17 ADCA, 2 T 25 (12 juillet 1882)

18 Musée de Bretagne et Écomusée du Pays de Rennes, inventaire 2017..0000.4998 ; autre exemplaire BnF, RECUEIL-Z LE SENNE-2 (1).

19 BnF, RES ATLAS-Z-52 (A,2,2,HE) ; second exemplaire BnF, FOL-FN-119

20 ADCA, 2 T 25 (10 mars 1883)

21 BnF, estampes, boite fol-li-300(9).

22 Musée de Bretagne et Écomusée du Pays de Rennes, inventaire 2017.0000.39.

23 ADCA, 15 Fi 193.

24 ADCA, 2 T 31 (18 février 1890)

25 ADCA, 2 T 31 (3 mai 1890)

26 ADCA, 15 Fi 194

27 ADCA, 2 T 31 (25 mars 1891)

28 France, Marseille, Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MUCEM), 2 exemplaires inventoriés 1965.10.46 et 1965.10.47

29 ADCA, 15 Fi 195

30 Il s'agit présentement de l'Indépendance bretonne et du Réveil breton

31 ADCA, 15 Fi 196 ; MUCEM, 2 exemplaires inventoriés 1965.10.48 et 1965.10.49

32 Le crime date du 1er juin 1892, et la complainte indique que le procès est attendu pour octobre.

33 ADCA, 15 Fi 197.

34 L'assassin est condamné fin janvier 1895 pour ce crime commis mi-novembre 1894.

35 ADCA, 2 T 31 (29 janvier 1895)

36 ADCA, 15 Fi 198

37 ADCA, 15 Fi 199

38 ADCA, 15 Fi 200

39 La légende figurant sous la gravure laisse à croire qu'il s'agit d'une représentation de la cour d'assises de Saint-Brieuc, là où fut condamné à mort le meurtrier. Or il n'en est rien.

40 Bulletins de dépôt (12 décembre 1895) et de déclaration, chacun en deux exemplaires, trouvés avec les deux exemplaires du document et conservés sous la même côte (ADCA, 15 Fi 200).

41 ADCA, 2 T 32 (17 janvier 1896).

42 ADCA, 15 Fi 201.

43 Forme appelée « à rebours », c'est à dire composée de quatre vers à rimes embrassées suivis de deux vers à rimes plates.

44 Les dix complaintes dont nous connaissons le tirage représentent un total de 33000 exemplaires et pour les douze autres, nous avons retenu le chiffre le plus fréquemment rencontré, à savoir 2000 unités par titre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arbre généalogique : Descendance de Jean Bazouge
Crédits © Olivier Justafré
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-1.png
Fichier image/png, 118k
Titre Jugement de Marie Mahé (1846)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Mort tragique de Mgr l'Archevêque de Paris (1857)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Les drames sanglants de Saint-Quentin-de-Baron (1882)
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Condamnation à Mort et Exécution de l'assassin de M. le curé de Saint-Arçons, recto (1882)
Crédits Musée de Bretagne
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Condamnation à Mort et Exécution de l'assassin de M. le curé de Saint-Arçons, verso (1882)
Crédits Musée de Bretagne
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Trois assassins guillotinés à Lyon – à Reims – à Versailles (1884)
Crédits BnF
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette, recto (1895)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Le crime de Dol, vieille demoiselle ficelée & assassinée à coups de hachette, verso (1895)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Frère tuant son frère d'un coup de fusil à Pleudihen (1895)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Horrible crime, deux enfants assassinés à Trégueux (1896)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Titre Localisation des crimes commis dans les Côtes-du-Nord et Ille-et-Vilaine abordés dans les complaintes produites par Bazouge entre 1846 et 1900
Crédits ©Olivier Justafré
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-12.png
Fichier image/png, 874k
Titre Demandes d'autorisation et bulletins de dépôt relatifs à la Complainte sur l'assassinat de Louis Egalon (1895)
Crédits Archives départementales des Côtes-d’Armor
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8773/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Justafré, « Les complaintes criminelles dinannaises au XIXe siècle : essai de constitution d'un corpus », Criminocorpus [En ligne], Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Canards, édition et collections, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8773

Haut de page

Auteur

Olivier Justafré

Olivier Justafré est restaurateur aux Archives départementales du Var. Ses recherches actuelles portent aussi bien sur la folie littéraire et notamment la réfutation du système héliocentrique de 1800 à nos jours, que sur différents aspects de l'histoire du livre et de la littérature aux XIXe et XXe siècles.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search