Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...17Chanter les complaintesChanter le crime à l’heure de l’i...

Chanter les complaintes

Chanter le crime à l’heure de l’invention des cafés-concerts parisiens sous le Second Empire

Philippe Darriulat

Résumés

La naissance du café-concert dès 1850 fixe les canons d’une chanson française que tout semble opposer à la complainte criminelle. Se voulant légère et enjouée, elle appartient au monde des loisirs qui s’invente à cette époque et ignore les crimes dont se font l’écho les complaintes, les canards et, à partir de 1863, la presse de masse spécialisée dans les faits divers. La complainte criminelle, et la chanson de caf’conc’ sont deux genres bien vivants et largement diffusés qui se développent parallèlement tout en s’inscrivant dans des temporalités et des espaces différents. Ce sont leurs rapports, leurs spécificités et leurs influences que cet article se propose d’analyser.

Haut de page

Texte intégral

1Durant le Second Empire, deux nouveautés, qui participent à l’émergence d’une culture de masse, pouvaient potentiellement porter atteinte au succès de la complainte criminelle. La première est la plus connue : la naissance d’une presse à très gros tirage avec la création, en 1863, du Petit Journal essentiellement consacré aux faits-divers, notamment criminels, ce qui lui permet d’être dispensé de la fiscalité imposée aux journaux politiques. Le colloque parisien Les complaintes criminelles en France après 1870 d’avril 2019, comme les travaux de J.F. « Maxou » Heintzen1, montrent suffisamment que la presse de faits-divers n’a pas abouti, tout du moins à court terme, à la disparition des complaintes et des canards qui sont restés un genre vivant et en constante évolution jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

2Très tôt, quelques complaintes attestent cependant de l’impact de tels journaux, mais également d’une perception de la concurrence potentielle qu’ils pourraient représenter. Citons La Grrrande complainte de Jacques Latour de 1864 :

Quoiqu’le Petit Journal ait la chance

D’puis un mois d’faire dresser les cheveux,

Prenez ma complainte d’préférence,

Lui n’cout' qu’un sou, elle en vaut deux

  • 2 La Grrrande complainte de Jacques Latour, par Lambert, Paris, C. Egrot, (1864). Il s’agit du quadru (...)

La la la la la la la la la la (bis)2

3Ou cette autre complainte de 1868 :

La justice vengeresse,

En grande solennité,

Sauva la société,

Que cette affaire intéresse.

Et ça fit monter pas mal

La vente du P’tit Journal3

L’invention du café-concert

4En ces années de « fête impériale », la complainte criminelle doit aussi faire face à l’émergence d’un nouveau type de spectacle : le café-concert. Ce dernier apparait, à la veille du coup d’État, sur les Champs Élysées et se développe rapidement tant dans la capitale que dans les principales villes françaises.

  • 4 Cf. Concetta Condemi, Les Cafés-concerts, histoire d’un divertissement (1849-1914), Paris, Quai Vol (...)

5Dans le but d’empêcher la tenue des goguettes populaires où, depuis 1817, résonne une parole ouvrière frondeuse, la Seconde République du Parti de l’Ordre, décide d’interdire, par un décret du 17 novembre 1849, les distractions, notamment les chansons, dans les débits de boisson. Les salles qui souhaitent accueillir un spectacle chantant doivent maintenant obtenir une autorisation préalable de la Préfecture de police. C’est dans ce contexte, celui d’une volonté du pouvoir de contenir et contrôler une parole chansonnière assimilée à une parole populaire, donc potentiellement contestataire, qu’un certain nombre de propriétaires de salles décident de déposer des autorisations pour pouvoir proposer un spectacle permanent aux consommateurs qu’ils accueillent dans leurs établissements4. Le caf’conc’ est né. Pendant plusieurs décennies, il va mettre en avant un type de chansons, une « culture chansonnière », que tout semble opposer à la complainte criminelle.

  • 5 Le Caveau est une société chantante créée en 1733 et qui se perpétue jusqu’en 1805 grâce à une soci (...)

6Les refrains qui y triomphent correspondent au modèle de ce que l’on appelle déjà la « chanson française », censée révéler un état d’esprit constitutif d’une identité nationale. Une chanson dont la tonalité s’est en grande partie inventée au sein du « Caveau »5 et qui se veut légère, résolument optimiste, célébrant la bonne chère, les plaisirs, le vin, l’amour, l’insouciance. Le Paris que ces chansons nous décrivent est celui d’une rue pleine de gaieté, d’où le crime est banni, celle d’un peuple travailleur, mais pas revendicateur, qui exerce dans la bonne humeur les petits métiers que Louis-Sébastien Mercier avait déjà mis à l’honneur. La femme des halles, le rémouleur, le vitrier, le tonnelier de Bercy, les garçons de café, la couturière, la blanchisseuse, la laitière, le barbier, les marchands de citron, de lait, de crêpes, d’ail, de paillassons, de parapluies, de cravates, de hochets, de plumeaux, de cresson, d’images, etc. ont leur chanson dans les caf’conc’ de l’Empire. Les personnages qui y sont mis en scène sont toujours des boute-en-train s’amusant du spectacle d’une ville ordinaire, rassurante et apaisée.

7Tout le contraire de la complainte criminelle qui ne connait que l’extraordinaire, un monde peuplé par un « être ignoble et grossier », des « monstres », des criminels à « l’âme noire » commettant des actes « hideux », « abominables », « monstrueux », qui « glacent le sang », pour ne prendre que quelques expressions prises au hasard parmi les nombreuses complaintes publiées à la même époque.

  • 6 Sur les espaces de représentation du crime, cf. Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe siècle, (...)

8D’un côté une rue qui grouille de personnages gais et volontiers rigolards, de l’autre une rue déserte et inquiétante ou des intérieurs dont l’intimité est violée par de sombres criminels6.

  • 7 Cf. bien sûr Alain Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995.

9Le café-concert fixe des normes, des stéréotypes, des modèles sociaux qui doivent répondre aux attentes d’un public venu dans un lieu de distraction. Il s’inscrit dans une temporalité particulière, celle des loisirs, qui correspond à des séquences de plus en plus définies dans la semaine des travailleurs des grandes villes7. De ce point de vue il appartient résolument à la « modernité » de cette époque, modernité qu’il affiche également par l’ostentation de son décor, l’usage massif de l’éclairage au gaz et même son implantation couramment située dans les axes de la rénovation urbaine qui prend une nouvelle dimension dans les années 1860. On y vient pour oublier les soucis de la vie, la précarité de sa condition sociale et les angoisses qu’elle suscite. Un état d’esprit que Jules Vallès présente avec empathie, une dizaine d’années après la chute d’un Empire auquel le café-concert a, au demeurant, parfaitement survécu :

  • 8 « Les cafés-concerts », dans Jules Vallès, Le Tableau de Paris, Paris, Messidor, 1989, p. 295 et su (...)

« Le peuple a besoin de repos, et [on] aime à se retrouver ensemble, les braves gens de Paris, quand on a fini sa journée ! On aime à laisser quelquefois le foyer où l’on ne brûle pas la chandelle par les deux bouts, pour aller où il y a le gaz à grands jets et l’or à grosses tâches. Pour quelques sous on a un luxe de millionnaire sous les yeux ! Puis, si niaises qu’elles soient, ces chansons, elles font oublier les mots durs du patron ou les paroles inquiétantes du banquier. C’est toujours ça de gagner sur l’ennemi8. »

10Les modèles que proposent les refrains entonnés dans ces salles doivent représenter un idéal auquel peuvent s’identifier les clients de ces établissements de distraction : le travailleur courageux, viril, l’ouvrier fier de sa condition, toujours gai, l’employé consciencieux, le « gamin de Paris », malicieux et facétieux, l’étudiant bon buveur, insouciant, toujours fauché, habitant certes dans une « mansarde », mais fidèle en amitié et continuellement en quête de nouvelles aventures amoureuses, la femme du peuple qui ne s’effarouche pas à la première plaisanterie qui lui est adressée, ne garde jamais sa langue dans sa poche, méprise le luxe et la coquetterie et possède un bon sens à toute épreuve… Des stéréotypes qui peuvent également être négatifs, notamment à travers les figures du « dandy », ou « gandin », – dont la virilité est toujours mise en doute – et son équivalent féminin la « cocotte », deux figures dont on se moque avec une ironie méprisante.

  • 9 Jean-Baptiste Clément écrit les paroles de cette chanson en 1866. Il demande, l’année suivante à An (...)

11La seule tristesse qui ait droit de cité au caf’conc’ relève du domaine de la nostalgie, de la mélancolie amoureuse : la rêverie de la grisette, les souvenirs du vieil homme se rappelant ses amours de jeunesse, les regrets des amours perdus… Un genre auquel appartient le seul succès de café-concert encore populaire en ce début de xxie siècle : Le Temps des cerises de Jean-Baptiste Clément9.

  • 10 Un exemple parmi de nombreux : Je n’sommes qu’un paysan, de Baumaine et Blondelet (AN, F181552, avr (...)
  • 11 De très nombreux textes écrits dans cet esprit peuvent être consultés dans les dossiers des chanson (...)

12Le café-concert est résolument citadin. Son succès est contemporain d’un important mouvement de développement et de modernisation de l’espace urbain auquel il est couramment associé. Logiquement le monde que présentent les chansonniers qui écrivent pour les salles parisiennes et celui du peuple des villes. Du coup l’image du provincial s’y modifie très sensiblement pendant les années 1860. Jusqu’alors, la chanson pastorale, à la mode de Pierre Dupont, diffusait une représentation très positive de la vie des campagnes. Petit à petit, commencent à apparaître des textes présentant un paysan ridicule, d’une inculture affligeante dont le Parisien peut se moquer sans vergogne10. Les Alsaciens, les Normands et les Auvergnats sont les premières victimes de ces attaques11 qui permettent à l’habitant des grandes villes de se construire une identité sociale et culturelle valorisante. Le ridicule du provincial, se révèle lorsqu’il sort de son milieu, quand il arrive à Paris par exemple. La conscription peut également jouer ce rôle : le comique troupier trouve sans doute ici ses premiers accents en se moquant de quelques paysans mal dégrossis, comme, par exemple, dans Le caporal Suce-ton-pif, de Fernand Gaultier présenté à l’Alhambra, à l’automne 1867. Notons cependant que ce dernier type de chansons ne peut être entendu que lors de périodes où la paix semble solidement installée, les refrains patriotiques des années de guerre, ou de fortes tensions internationales, interdisant toute moquerie de l’armée.

  • 12 M. Tristan, Les Ruraux, cité par Robert Brécy, La Chanson de la Commune, chansons et poèmes inspiré (...)

13Cet état d’esprit, ce mépris de la ruralité, est encore amplifié, et prend au passage une dimension politique, au lendemain de la chute du Second Empire et pendant la Commune de Paris, lorsqu’il s’agit de se moquer des agriculteurs, considérés comme les principaux soutiens de la réaction, et dont on affirme qu’ils « ont un’colique/ Qui leur tord les boyaux » parce que la « République/ C’est l’cauch’mar des ruraux12 ».

La complainte criminelle : une tradition préservée

14Rien de tel évidemment dans la complainte qui s’inscrit dans une tradition et ne revendique aucune modernité. Interprétée dans l’espace public, urbain comme rural, elle n’appartient à aucun d’eux en particulier et ne peut être assimilée au monde du loisir tel qu’il s’élabore à cette période. La complainte est d’ailleurs très souvent produite par des auteurs locaux, de petites notabilités résidant dans une commune proche du crime qui est décrit ; elle revendique cette proximité – réelle ou factice – comme gage d’authenticité. La chanson de café-concert elle, est toujours l’œuvre d’auteurs professionnels, presque exclusivement parisiens. Le couple auteur-compositeur s’impose dans ces salles du Second Empire, chaque chanson devant être interprétée sur une musique originale maintenant protégée par la toute nouvelle SACEM. La figure de l’interprète, et rapidement de la vedette, à l’image de Thérésa qui fait la fortune de l’Alcazar, ainsi que celle du directeur de salle, véritable manager culturel, complètent le tableau d’une activité totalement professionnalisée qui s’inscrit dans le processus de naissance d’une « culture de masse ».

15Bien loin de l’insouciance du caf’conc’, la complainte présente d’autres personnages sur la scène du petit théâtre de la vie quotidienne dans une dualité assez manichéenne : d’un côté l’ordre et la morale, des gens ordinaires qui acceptent leur condition et vivent dans la tempérance, bons chrétiens et respectueux de la religion, d’un autre côté des monstres, des individus qui inversent les valeurs sur lesquelles doit se bâtir une société apaisée, celle ou celui qui ne joue pas le rôle que la providence, ou le bon sens, lui assigne dans la société : un médecin empoisonneur, comme le docteur La Pommerais13 ; des femmes qui assassinent leurs maris comme les épouses empoisonneuses de Marseille déjà rencontrées ou Élisabeth Baudinaud, condamnée par les assises de la Haute-Vienne pour avoir étranglé, puis découpé son mari en morceaux en 186814 ; des mères infanticides, comme dans ces affaires qui se déroulent près de Lyon et Draguignan en 184915 ; des tueurs qui s’introduisent dans le logis occupé par trois femmes, tuent, égorgent et violent, y compris la fillette de 13 ans comme en octobre 1859, près Saint-Cyr-au-Mont-D’or16 ; un noble qui trucide un handicapé qu’il devrait protéger, comme ce comte belge de Bocarmé17 ; des tueurs en série – avant que le terme ne soit inventé – comme Martin Dumollard, auquel Victor Hugo fait référence dans Les Misérables18 et dont le visage patibulaire orne les nombreux canards qui lui sont consacrés, assassin d’une douzaine de domestiques à qui il promettait une place rémunératrice et qui finit guillotiné le 8 mars 186219 ; ou encore le célèbre Troppmann qui assassine les huit membres d’une famille et fait la gloire du Petit Journal en 186920.

Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin par Charles Astruc

Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin par Charles Astruc

BnF/Gallica

  • 21 Les Archives nationales conservent les textes de ces chansons autorisées (F18 1551 à 1560) comme in (...)

16Aucun de ces personnages, aucun des criminels qui ont pu défrayer la chronique journalistique et servir d’inspiration aux faiseurs de complaintes, n’a droit de cité dans les salles des cafés-concerts21, aucune référence, aucune allusion à leurs crimes ne vient troubler l’ambiance festive qui y règne.

17La complainte nous présente toujours l’innocence frappée par le vice. Elle se doit donc d’être moralisante, un impératif qu’elle adopte y compris dans sa forme : le dernier couplet de ces chants portant souvent, dans la tradition fabuliste, le titre de « morale ». Ces morales vouent aux gémonies des attitudes vis-à-vis desquelles le café-concert est nettement plus tolérant, voire entretien une ironie complice. Ici les passions ne mènent qu’à des excès dont les conséquences ne sont jamais plus que cocasses. Là elles peuvent conduire à l’échafaud ceux qui s’y abandonnent :

Citadins ou paysans !

Puis aux femmes sans conduite

Gouvernez vos passions

  • 22 Assassinat des dames de St Cyr : complainte historique. 1860

Ou gare aux punitions22.

18La morale d’une complainte écrite en 1849 peut affirmer :

J’avais le cœur plein de détours

Et j’avais l’âme libertine,

Le jeu, le bal, en ce jour,

M’ont conduit dans les abîmes ;

Jeunesse, écoutez le récit

  • 23 Complainte, Sur l’assassinat commis par une fille âgée de 19 ans et son amant sur leur enfant nouve (...)

Où la débauche vous conduit23.

Morale traditionnelle et licence d’une industrie des loisirs naissante

19Jamais au caf’conc’ le jeu, le bal et la débauche ne finissent vraiment mal, même si bien évidemment dans ce domaine comme dans d’autres, les tolérances ne sont pas dépourvues de préjugés de genre. La gaudriole, l’amusement y sont considérés comme un droit, l’apanage de la jeunesse, dont les conséquences sont plus risibles que dramatiques.

20Le café-concert magnifie la bonne chère, l’alcool et les amours, alors que la complainte, plus moralisante bien que moins surveillée, prône l’abstinence. Une complainte peut associer le crime aux méfaits de l’alcool, comme dans cette composition de 1871 :

Apprenez, gens de tout âge,

Que s’enivrer est vilain ;

L’abus d’absinthe ou de vin

Porte le trouble en ménage

Évitez le cabaret

Sinon gare au lacet24

  • 25 Magloire ! Paroles de Jean-Baptiste Clément, Paris, L. Vieillot, 1865.

21Des propos impensables dans l’enceinte d’un caf’conc’ où on ne cesse de célébrer les vertus du bon vin et les plaisirs de l’ivresse, comme dans Magloire, de J.-B. Clément, sur une musique de Darcier, chanson présentée à l’Eldorado en avril 1865, où le futur membre du Conseil de la Commune de Paris fait l’éloge du vin et des amours précoces25 ; ou N’éveillez pas le chat qui dort, de Fondriel, présentée en juin 1856 également à l’Eldorado :

Je préfère à la politique

Des propos un peu folichons,

Descendons jusqu’à la licence

  • 26 Archives nationales, F/18/1554, dossier 1, janvier-juillet 1856.

Et versant le vin à plein bord26

22… et des centaines d’autres chanson du même tonneau, si l’on m’autorise une facétie digne des auteurs de ce genre de couplets. En un mot comme en cent la complainte cherche à susciter l’effroi, alors que la chanson de café-concert veut susciter le gros rire.

Le Français est né gouailleur,

Il aime gai refrain, gai chanteur,

La rondeur d’esprit pour lui plaire

C’est nécessaire.

Mais si dans un style saugrenu

Vous parlez un’ langue emphatique,

  • 27 Isch Wall, C’est superflu AN, F18 1558, d. nov. 1869.

Il vous dira : ferm’ ta boutique27.

  • 28 Dans ce cas il s’agit de cantates écrites pour être chantée dans les théâtres, à Paris comme en rég (...)
  • 29 Le grand congrès industriel, au Bataclan en mars 1866 ; Louis Berlot, L’exposition, appel aux peupl (...)

23Ni crime ni politique dans les cafés-concerts, les seules références à l’actualité que l’on peut y rencontrer relèvent de la révérence au pouvoir impérial, elles participent à une forme d’échange entre les directeurs de salle et la censure : des odes pour célébrer des moments dynastiques ou la fête nationale du 15 août28, des hymnes patriotiques dans les périodes de guerre, l’appel à la charité lors de catastrophes comme les inondations de 1856 ou 1866, etc. Dans ces cas, les chants composés sont souvent disjoints du reste du spectacle : ils interviennent généralement en début de soirée, avant que la présentation des chansons du jour, ils supposent un silence respectueux de salles habituées au chahut et aux interjections ironiques et leur style se doit d’être bien plus châtié que les refrains auxquels les spectateurs sont habitués. La révérence au pouvoir peut aussi passer par la présentation de couplets célébrant l’ouverture d’une exposition universelle, cette autre forme majeure de la naissance de la culture de masse29.

  • 30 Julia Csergo, « Extension et mutation du loisir parisien, Paris xixe début xxe siècle », dans Alain(...)

24Parler de la chanson criminelle au sein du café-concert du Second Empire revient à parler d’une absence. Une absence évidemment lourde de sens quant à la nature de ces lieux de distraction et à la naissance, avant l’avènement de la iiie République, du « Gai Paris »30. Il n’est pas non plus inintéressant de constater que la vigilance de la police impériale vis-à-vis de la parole chansonnière – par le biais de la commission de l’estampille sur les livres colportés ou de la censure quotidienne des chansons de cafés-concerts – s’inquiète bien plus de l’immorale tonalité des propos tenus dans ces salles parisiennes que de la description de crimes dont l’horreur est pourtant complaisamment décrite (à l’exclusion, cependant, de toute dimension explicitement sexuelle) par les faiseurs de complaintes.

25Le café-concert n’hésite d’ailleurs pas à se moquer de la complainte et de la presse de faits-divers qui, l’une comme l’autre se nourrissent de crimes abominables. En général, il s’agit de présenter sous des intitulés dramatiques des événements qui ne sont que de petites anecdotes amusantes ; comme dans ces deux chansons portant le même titre – On n’entend parler que d’malheurs – la première présentée au Café au géant en 1864 (« Chaque jour un récit terrible/ Vient m’attrister vient m’alarmer/ J’ai le faible d’être sensible/ Mon journal me fait frissonner ») ; la seconde de Baumaine et Blondelet sur une musique Villebichot en 1867. Les crimes mis en scène sont des crimes pour rire comme Les crimes de Jeanneton, de Adolphe Porte et Victor Robillard, interprété au Bataclan en octobre 1866, ladite Jeanneton n’ayant bien évidemment jamais rien commis de plus grave que d’enflammer les cœurs de ceux qui la côtoient. Dans Un crime épouvantable, présenté au Concerts du xixe siècle en octobre 1867, Blondelet et Baumaine s’amusent à parodier le style des complaintes criminelles :

Ohé ! Ah !

Demandez l’crime abominable

Qui vient d’arriver ! ya trois ans !

Un sou seul’ment

Ce récit sais-sis-sant/

Faut voir là !...

C’est épouvantable

26… pour nous parler d’un couple qui boit, mange et ripaille, les seuls « coups de canif » que l’on puisse déplorer étant ceux que l’épouse donne au contrat de mariage. Il s’agit bien, à chaque fois, d’opposer le monde inquiétant des faits-divers et des complaintes à la joyeuse insouciance du monde des loisirs.

27Parodier le style de la complainte criminelle pour chanter la gaudriole est un procédé assez courant chez les compositeurs des cafés-concerts. Notons par exemple les « Complaintes bouffes » de Baumaine et Blondelet comme Un Mari S. V. P. ! de 1867, sur une musique de F. Jouffroy, ou Dans l’Corps des épiciers ! sur une musique de V. Robillard, en 1868, où l’on dénonce comme d’affreux criminels les épiciers qui font passer la chicorée pour du café et vendent du chocolat sans cacao, en multipliant les calembours, par exemple en faisant jurer à ces commerçants que, si la patrie est en danger, ils sauront « monter à l’assaut six ». On pourrait aussi citer La bête du Gévaudan ! grande complainte historique et lamentable, une chanson interdite d’Adolphe Joly sur une musique Ernest Bernhardt qui aurait dû être chantée au caf’conc’ du Pavillon, si la censure ne l’avait rejetée pour cause d’allusions grivoises évidentes : « ce monstre est toujours tout nu/ Landrirette/ Couvert de poil et tout velu/ Landriru ».

La complainte de Rocambole

La complainte de Rocambole

BnF/Gallica

  • 31 Paris 1867, il s’agit en fait de promouvoir la parution de la troisième série du héros de Ponson du (...)

28Le style des complaintes peut aussi être détourné pour assurer, par exemple, la promotion d’un roman-feuilleton, comme cette Complainte de Rocambole31. La presse de faits-divers n’est pas épargnée par les flèches des chansonniers des café’conc’. Dès 1863, l’année de création du Petit Journal, l’Eldorado retentit de textes ironiques s’amusant « des journaux à un sou. Ils n’valent pas deux sous, c’est vrai » et enchaînant :

Voilà, voilà, l’petit journal

Ou Thimotée, Trimon trime

Le Journal de Paris est banal

Mais on l’fait pour la frime

Voilà l’Peuple, ou bien,

Voilà l’Parisien

C’est toujours cinq centimes

Chacun pour vot’sou

Vous donne votre soûl,

  • 32 L’année 1863, chantée et racontée par M. Mousseau, à l’Eldorado en décembre. Il s’agit d’une de ces (...)

De canards et de crimes32.

29Il s’agit alors de tourner en dérision une presse qui fait du crime sa raison d’être, de refuser le tableau noir et angoissant qu’elle propose et de se moquer, sur le ton de « on ne me la fait pas », d’un public trop crédule qui gobe tout ce qu’il lit. La concierge, toujours soupçonnée d’épier les amours clandestines et de persécuter les locataires sans le sou, est la victime favorite de ces couplets : niaise et jobarde elle prend pour argent comptant toutes les bêtises imprimées ; comme par exemple dans J’ai lu ça dans le journal, paroles d’Adolphe Whal, musique de Ch. Pourny, chanté à l’Eldorado en juillet 1869, mais créé à l’Eldorado de Lyon. Ou dans Les Canards parisiens, une saynète bouffe de décembre 1867 :

Je rends des points à toutes les portières

Aux abreuvoirs de tous les bons journaux ;

Les faits divers, les méfaits judiciaires

Je gobe tout, canards vieux et nouveaux…

30… Le texte multipliant les histoires incroyables, comme celle d’un homme qui se serait suicidé en se décapitant et aurait ensuite, dans le but de rester incognito, dissimulé sa tête.

  • 33 Quelques exemples : Les quatre âges de la chanson, parole Émile Denise, musique Joseph Darcier, en (...)

31Notons également que lorsque le café-concert chante l’histoire de la chanson, pour en présenter les différents styles correspondant à autant « d’âges », toujours dans le but de montrer son importance comme révélateur d’un « esprit français » – « la gauloiserie » – il ne mentionne jamais la complainte33. Toutes ces références ne doivent cependant pas faire croire que le café-concert aurait déclaré une guerre à mort contre la complainte criminelle et les journaux à un sou. Dans ces salles on se doit de se moquer de tout, rien de doit être épargné par l’ironie mordante des auteurs de couplets ; les faits-divers comme le reste, mais pas plus. Il ne s’agit pas d’une concurrence effrénée entre des représentations que tout semble opposer, mais plutôt d’un état d’esprit général dont le café-concert veut faire son identité. Il semble d’ailleurs évident que la grande majorité du public de ces spectacles lisait également avec assiduité la presse à un sou. Les spectateurs des caf’conc’ qui ne veulent pas entendre parler de crimes dans les salles où ils viennent se détendre, rire, applaudir aux bouffonneries des auteurs à la mode, peuvent parfaitement, une fois rentrés chez eux, dévorer les comptes rendus détaillés de crimes sordides dans les colonnes du Petit journal.

Complainte lamentable du vrai Suisse-Errant, Ornée de son Portrait, tel qu'il a été vu à Paris en décembre 1848

Complainte lamentable du vrai Suisse-Errant, Ornée de son Portrait, tel qu'il a été vu à Paris en décembre 1848

BnF/Gallica

  • 34 Besançon, 1874.
  • 35 Nantes 1830.
  • 36 Paris, 1848.
  • 37 Paris 1848. Il s’agit d’une chanson contre Louis-Napoléon Bonaparte, l’illustration parodie la repr (...)
  • 38 Sainte Ménéhould, 1849.
  • 39 Moulins, 1849.
  • 40 La Complainte de Badinguet, Paris, Martinon, 1870 ; Grande complainte du trop fameux Badinguet, rel (...)
  • 41 G.O. Graphy, Complainte de la Commune, sl, 1871.
  • 42 Sens, 1867.

32L’utilisation, par des chansonniers, dans un sens ironique et parodique de la complainte est d’ailleurs antérieure à la naissance du café-concert : on trouve ainsi, par exemple dès 1774 une Complainte d’un libertin déguisé en démon le jour de mardi gras34. Durant la Révolution française, la chanson politique a su utiliser ce procédé qui trouve une nouvelle jeunesse au lendemain de chaque épisode révolutionnaire du xixe siècle. Notons, entre autres : une Complainte sur le prince de Polignac, ex-président des ministres35 ; un Louis-Philippe ou le bœuf gras détrôné, complainte patriotique36 ; Complainte lamentable du vrai Suisse-Errant37 ; une Complainte de Louis-Napoléon pour compléter sa profession de foi38 ; une Histoire lamentable de la chaise percée du citoyen Ledru-Rollin, complainte en 44 couplets par un réactionnaire de la veille39 ; de nombreuses complaintes contre Badinguet après le 4 septembre40 ; où cette Complainte de la Commune41, très violente contre l’insurrection communaliste, etc. Tous ces textes utilisent, dans un sens parodique et au compte d’opinions très diverses, les formes de la complainte – y compris musicale, nombre d’entre elles doivent être chantées sur l’air de Fualdès – pour se moquer des personnages qu’elles mettent en scène. Sous le Second Empire on s’amuse également d’une Complainte sur le nommé La Mouche, condamné à être brulé vif le 31 mars 186742. La mouche c’est l’indicateur de police, le calomniateur, celui qui fait courir de faux bruits, mais :

Habitants du village

Chantons, divertissons-nous !

Nous n’aurons plus d’espionnage

La Mouche n’est plus parmi nous.

  • 43 Complainte sur la mort funeste de Monseigneur le Duc de Berry, s.l.n.d. (Signé M. D.) ; Complainte (...)
  • 44 A. Lourignac, Complainte sur l’évasion d’un transporté de juin de la prison civile d’Alger, se vend (...)
  • 45 Dans Détails exacts et officiels sur les Cérémonies funèbres, (estampe), Paris 1848. Il s’agit d’un (...)
  • 46 Tuféry, Complainte sur le siège de Paris, Le Puy, 1871.
  • 47 Défense de Paris, Complainte et récit véridique des maux soufferts par la population parisienne pen (...)
  • 48 Rez, Complainte du procès des accusés de mai à Bourges, Paris, 1849. Il s’agit des accusés qui comp (...)
  • 49 Le Droit au travail, complainte, Toulon, 1840.
  • 50 Procès, jugement, condamnation du choléra-morbus, et grande complainte sur les malheurs et la proch (...)

33À l’inverse des complaintes politiques peuvent être écrites pour s’apitoyer sur le sort de victimes avec lesquelles elles témoignent d’une grande empathie : on dénombre ainsi plusieurs complaintes sur l’assassinat du duc de Berry43 ; une Complainte sur l’évasion d’un transporté de juin de la prison civile d’Alger44 ; une Complainte d’une mère au convoi de son fils, mort pour la liberté45 ; une Complainte sur le siège de Paris46, et une autre sur la Défense de Paris47 ; une Complainte du procès des accusés de mai à Bourges48, etc. On compte même une complainte sur Le Droit au travail49, victime des succès de la réaction, et une complainte sur le choléra-morbus50.

34La complainte criminelle et la chanson de café-concert appartiennent donc à des genres distincts, voire opposés. Cela ne veut pourtant pas dire qu’il soit impossible de déceler un certain nombre d’influences réciproques. Le développement des loisirs, la diffusion de ses produits à très grande échelle, n’est pas sans conséquence sur les complaintes criminelles : elles tendent notamment à se raccourcir et sous la iiie République à adopter l’usage du refrain. Plus fondamentalement, la complainte criminelle offre de moins en moins un regard complaisant sur le condamné qui monte sur l’échafaud pour expier ses crimes. L’origine de ces chants et bien de plaindre celui qui va être exécuté et pour lequel devrait toujours se manifester une certaine empathie. La prolifération de la presse de faits-divers qui n’accorde aucun pardon aux délinquants, présente le crime comme un danger omniprésent, menaçant l’ensemble de la société, refuse toute idée de réinsertion et milite activement en faveur de la peine de mort, n’est pas sans influence sur les complaintes criminelles écrites sous le Second Empire et pendant la Belle Époque. De plus en plus nombreuses sont celles qui ne trouvent plus aucune compréhension pour le condamné ; point de rédemption pour les criminels dont on n’hésite pas à se réjouir du sort que leur réserve le bourreau :

Voilà le châtiment

Que mérite l’homme méchant,

Honteux et méprisé,

Rejeté de la société

[…]

La justice éclairée

Frappe de mort le meurtrier,

Le voue à l’échafaud ;

  • 51 Maurin, « Complainte », dans Charles Lachaud, Affaire Troppmann. Crime de Pantin. Assassinat de la (...)

Maudit, il descend au tombeau51.

Ou encore, toujours à propos de Troppmann montant à l’échafaud :

Que fait le meurtrier ?

S’agite, se démène

Comme un vrai loup-cervier.

Heindreich peu s’en inquiète,

N’en est plus arrêté ;

Le rive à la lunette,

Et..., venge la société.

Bon ange Tutélaire

Ne lui sois pas clément.

Sois pour longtemps sévère

  • 52 Charles Astruc, Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin, Bordeaux, 18 (...)

Á ce maudit Troppmann52.

35Quelques années plus tard, en 1887, lors de l’exécution de Pranzini, Eugène Riffey peut proposer une complainte ayant pour refrain :

Faudra qu’il pass’ sa tête dans le

Trou la laïtou, trou la laïtou

Un de plus dans le panier d’son ;

Et zon, zon, zon

Tant pis s’il n’est pas décidé,

Gai, gai, gai, laridondé

Faut qu’il crêv’comm’ça c’gueux là !

  • 53 Eugène Riffey, Ce pauvre Pranzini, Paris, P. Dommanget, s.d.

Ladifla, fla, fla53 !!

36Des paroles qui témoignent de la double influence du style gouailleur du café-concert et de l’esprit de violence sécuritaire que diffuse la presse de masse de la Belle Époque.

Haut de page

Notes

1 J.F. “Maxou” Heintzen, « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, la fin des complaintes criminelles, 1870-1939 », Criminocorpus, Joann Élart et Sophie Victorien (dir.), Musique et justice, 2013 : https://journals.openedition.org/criminocorpus/2562

2 La Grrrande complainte de Jacques Latour, par Lambert, Paris, C. Egrot, (1864). Il s’agit du quadruple meurtre commis à La Bastide-de-Besplas le 25 février 1864, pour lequel Jacques Latour dit Matilou fut exécuté en septembre et son complice François Auduy condamné à perpétuité. Cette complainte est en effet vendue 10 centimes (2 sous).

3 Triple complainte des empoisonneuses de Marseille, Paris, A. Léon et Cie, 1868 (Trois femmes sont condamnées à perpétuité pour avoir empoisonné leurs maris).

4 Cf. Concetta Condemi, Les Cafés-concerts, histoire d’un divertissement (1849-1914), Paris, Quai Voltaire, 1992 ; Marie-Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au xixe siècle, Paris, Aubier, 1992 ; Philippe Darriulat, La Muse du peuple. Chansons sociales et politiques en France 1815-1871, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.

5 Le Caveau est une société chantante créée en 1733 et qui se perpétue jusqu’en 1805 grâce à une société - les Dîners du vaudeville - constituée sous le Directoire. C’est à cette date que le Caveau moderne ou Société épicurienne de Paris, voit le jour. Chaque participant y présentait une chanson de sa composition. Les réunions se tenaient chez Balaine, un traiteur à l’enseigne du Rocher de Cancale situé rue Montorgueil à Paris, où l’on sert des repas de qualité : le Champagne est invité à chaque réunion ce qui exclut les chansonniers des milieux populaires. Étienne de Jouy qui y participait se souvient : « Je rappellerai avec plus de plaisir encore les soupers fins dont le vieux Collé faisait les délices par ses chansons gaillardes que le censeur n’avait pas voulu lui passer mais que la bonne compagnie lui passait quelquefois. Je crois le voir encore avec son habit de velours noir, sa perruque ronde et son nez de perroquet, tirant mystérieusement de sa poche un manuscrit recouvert d'une reliure flexible en maroquin, et choisissant avec malice une de ces jolies chansons que les dames n’écoutaient qu’à travers l’éventail, mais dont l’esprit, la grâce et l’extrême gaîté, faisaient pardonner la licence ». Cf. Marie-Véronique Gauthier, op. cité.

6 Sur les espaces de représentation du crime, cf. Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe siècle, Paris, Perrin, 2005.

7 Cf. bien sûr Alain Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs (1850-1960), Paris, Aubier, 1995.

8 « Les cafés-concerts », dans Jules Vallès, Le Tableau de Paris, Paris, Messidor, 1989, p. 295 et suivantes (article paru dans La France du 23 février 1883).

9 Jean-Baptiste Clément écrit les paroles de cette chanson en 1866. Il demande, l’année suivante à Antoine Renard, un ténor d’opéra lillois converti au café-concert, de la mettre en musique pour la présenter à l’Eldorado, où les deux hommes ont leurs entrées. Le « temps des cerises », est bien celui des amours. L’assimilation de cette chanson à la Commune de Paris est postérieure à l’insurrection parisienne, elle est liée à l’engagement de son auteur et à la dédicace qu’il fit, lors de la réimpression de cette chanson, à une ambulancière qui avait secouru jusqu’au bout les victimes de la Semaine sanglante.

10 Un exemple parmi de nombreux : Je n’sommes qu’un paysan, de Baumaine et Blondelet (AN, F181552, avril-déc. 1864).

11 De très nombreux textes écrits dans cet esprit peuvent être consultés dans les dossiers des chansons de cafés-concerts parisiens (AN, F18 1551 à 1560).

12 M. Tristan, Les Ruraux, cité par Robert Brécy, La Chanson de la Commune, chansons et poèmes inspirés par la Commune de 1871, Paris, Les Éditions ouvrières, 1991.

13 La complainte du docteur La Pommerais, [signé P. M. et A. D.], Paris, 1864 ; Double complainte du sieur Edmond Couty de La Pommerais, Paris, 1864 ; Complainte de Edmond Couty de La Pommerais, Paris, 1864.

14 Grande Complainte de Baudinaud, s.l.,1868 ; Nouvelle complainte, affaire Baudinaud, Limoges, 1868 ; Nouvelle complainte, affaire Baudinaud, Valence, 1871.

15 Complainte sur l’assassinat commis par une jeune fille âgée de 18 ans sur son enfant nouveau-né dans les environs de Lyon (Rhône), le mois de septembre dernier et Complainte sur l’assassinat commis par une fille âgée de 19 ans et son amant sur leur enfant nouveau-né, dans les environs de Draguignan (Var), Nantes, 1849.

16 Affaire de Saint-Cyr. Complainte à ce sujet, Saint-Etienne, 1860 ; La Vraie Complainte, (sans coupures), des assassins de Saint-Cyr, poétique souvenir d'un expert en écritures, Lyon, Méra, 1860 ; Assassinat des dames de St-Cyr, complainte historique, Lyon, 1860 ; Complainte sur l'assassinat des dames Gayet à Saint-Cyr au Mont-d'Or, le 14 octobre 1859, Lyon, 1860.

17 Complainte du comte de Bocarmé, Paris, 1851 ; Condamnation à mort du comte de Bocarmé, convaincu d'empoisonnement sur la personne de M. Gustave Fougnies son beau-frère. Complainte à ce sujet, Bordeaux, 1851 ; Complainte du comte de Bocarmé, Paris, 1851 ; A. Delsa, Grande Complainte historique et véridique du comte de Bocarmé, Paris, Durand, 1851.

18 « D’année en année, l’enfant grandit, et sa misère aussi. Tant que Cosette fut toute petite, elle fut le souffre-douleur des deux autres enfants ; dès qu’elle se mit à se développer un peu, c’est-à-dire avant même qu’elle eût cinq ans, elle devint la servante de la maison. Cinq ans, dira-t-on, c’est invraisemblable. Hélas, c’est vrai. La souffrance sociale commence à tout âge. N’avons-nous pas vu, récemment, le procès d’un nommé Dumolard, orphelin devenu bandit, qui, dès l’âge de cinq ans, disent les documents officiels, étant seul au monde “travaillait pour vivre, et volait.” ». (Première partie, livre 4e, chapitre 3).

19 Affaire Dumollard, l'assassin des servantes. Arrêt qui condamne Martin Dumollard à la peine de mort ; Anne-Marie Martinet à vingt ans de travaux forcés. Complainte, par E. Darmet, Lyon, 1862 ; A. Cugnet, Complainte sur Martin Dumollard, dit Raymond, Lyon, 1862 ; Affaire Dumollard, l'assassin des servantes. Assassinats et viols sur des filles domestiques attirées dans les bois. - Complainte signée Hiacinthe P., Lyon, 1862 ; Affaire Dumollard. L'Assassin des servantes, Complainte à ce sujet par Bonnavent, Dole, 1862 ; Complainte sur Dumollard de Dagneux, département de l'Ain, l'assassin des servantes, l'homme le plus criminel du 19e siècle, condamné par les Assises à la peine de mort, Clermont, 1862 ; Dumollard, l'assassin de servantes : complainte, Reims, 1862 ; Complainte de Dumolard, Paris, 1862 ; Véritable et authentique complainte de Dumolard, par un gone de Lyon, Paris, 1862.

20 Affaire Troppmann. Crime de Pantin. Assassinat de la famille Kinck. 8 victimes, le père, la mère et 6 enfants. Arrestation de l'assassin au Havre. Son jugement. Sa condamnation à mort. Complainte signée Maurin, Valence, 1870 ; Auguste Mouret, Affaire Troppmann, complainte, Limoges, 1870 ; Louis France, Crime de Pantin : complainte sur les crimes de Troppmann, condamné à la peine de mort, Arcis, 1870 ; H. C. et J. C., Troppmann, ou les crimes de Pantin et de Soulz [Haut-Rhin]. 8 victimes... Suivi de la Seule véritable et authentique complainte sur cette horrible affaire, Paris, 1871 ; Maurin et Charles Lachaud, J.-B. Troppmann. Son jugement, sa condamnation à la peine de mort. Huit assassinats. Empoisonnement. Complainte, Le Puy, 1870 ; Les crimes célèbres. Troppmann, ou les crimes de Pantin et de Soulz. Huit victimes. Détails navrants... suivis de la seule véritable et authentique complainte sur cette horrible affaire, terminée par son jugement et son exécution, Paris 1870 ; Charles Astruc, Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin, Bordeaux, 1869.

21 Les Archives nationales conservent les textes de ces chansons autorisées (F18 1551 à 1560) comme interdites (F18 1679 et 1680).

22 Assassinat des dames de St Cyr : complainte historique. 1860

23 Complainte, Sur l’assassinat commis par une fille âgée de 19 ans et son amant sur leur enfant nouveau-né, dans les environs de Draguignan (Var), et exécutés dans le mois d’Octobre dernier. 1849.

24 Nouvelle complainte. Affaire Baudinaud. 1871

25 Magloire ! Paroles de Jean-Baptiste Clément, Paris, L. Vieillot, 1865.

26 Archives nationales, F/18/1554, dossier 1, janvier-juillet 1856.

27 Isch Wall, C’est superflu AN, F18 1558, d. nov. 1869.

28 Dans ce cas il s’agit de cantates écrites pour être chantée dans les théâtres, à Paris comme en région, qui pouvaient être reprises en ouverture des soirées des cafés-concerts.

29 Le grand congrès industriel, au Bataclan en mars 1866 ; Louis Berlot, L’exposition, appel aux peuples, à l’Eldorado en décembre 1866 ; Ad Joly musique de Reichenstein, L’exposition de 1867, au Bataclan en juin1867 ; L’exposition, à l’Eldorado en juin 1867 ; Blondelet et Baumaine, Grenouillot à l’exposition, à l’Alcazar en juin 1867 ; Cormer, Le Progrès, hymne à l’exposition, aux Ambassadeurs en mai 1867

30 Julia Csergo, « Extension et mutation du loisir parisien, Paris xixe début xxe siècle », dans Alain Corbin (dir.), L’avènement des loisirs, op. cit. L’exposition est aussi souvent un cadre servant à quelques railleries ou scènes comiques.

31 Paris 1867, il s’agit en fait de promouvoir la parution de la troisième série du héros de Ponson du Terrail : La Résurrection de Rocambole, publié dans Le Petit Journal du 31 octobre 1865 au 10 juin 1866.

32 L’année 1863, chantée et racontée par M. Mousseau, à l’Eldorado en décembre. Il s’agit d’une de ces chansons qui étaient présentées à la fin décembre de chaque année et reprenaient, sur le mode de la moquerie, les événements de l’année qui s’achevait. Elles étaient donc composées de plusieurs « tableaux », celui dont est tiré cet extrait s’intitulant « La chasse aux canards ». Timothée Trimm, est le nom de plume d’Antoine Joseph Napoléon Lespès, chroniqueur à succès et un des fondateurs du Petit Journal.

33 Quelques exemples : Les quatre âges de la chanson, parole Émile Denise, musique Joseph Darcier, en janvier 1867 à l’Alcazar d’hiver, Les Vieilles chansons, en mars 68 à l’Eldorado, Le Réveil de la chanson, en janvier 1869 à l’Eldorado.

34 Besançon, 1874.

35 Nantes 1830.

36 Paris, 1848.

37 Paris 1848. Il s’agit d’une chanson contre Louis-Napoléon Bonaparte, l’illustration parodie la représentation la plus courante des Complaintes du Juif errant que diffusent largement les colporteurs depuis le xviiie siècle. Rappelons que le roman d’Eugène Sue est paru dans le Constitutionnel de juin 18944 à août 1845.

38 Sainte Ménéhould, 1849.

39 Moulins, 1849.

40 La Complainte de Badinguet, Paris, Martinon, 1870 ; Grande complainte du trop fameux Badinguet, relations circonstanciées et véridiques de ses faits et gestes depuis sa naissance jusqu'à la chute de ses dents. Extrait des papiers secrets trouvés dans un cabinet des Tuileries. Suivi de La Chanson de Badinguet, Remiremont, 1871 ; Grande complainte de Ratapoil Badinguet. Histoire véridique de ses crimes et de ceux de sa famille, depuis Romanilli, mère de Badinguet Ier, jusqu’à nos jours, Paris, 1871 ; Grande complainte du trop fameux Badinguet, ex-empereur des Français, relations circonstanciées et véridiques de ses faits et gestes depuis sa naissance jusqu'à la chute de ses dents, Lyon, 1871.

41 G.O. Graphy, Complainte de la Commune, sl, 1871.

42 Sens, 1867.

43 Complainte sur la mort funeste de Monseigneur le Duc de Berry, s.l.n.d. (Signé M. D.) ; Complainte d’un troubadour français sur la mort de S. A. R. Mgr le duc de Berry, paroles de M. Vigier, musique Pierre Garat, Paris s.d. ; Complainte sur l’horrible assassinat de S.A.R. Mgr le Duc de Berry, poignardé par l’infâme Louvel, le 13 Février et sur sa translation à St Denis, s.l.n.d. (Signé : A. C.) ; Abbé Fugantini-Esprit-Raux, Complainte sur la mort de Mgr le duc de Berry, Paris, 1820.

44 A. Lourignac, Complainte sur l’évasion d’un transporté de juin de la prison civile d’Alger, se vend au profit des familles des détenus politiques, slnd.

45 Dans Détails exacts et officiels sur les Cérémonies funèbres, (estampe), Paris 1848. Il s’agit d’un texte glorifiant les soldats tombés en réprimant l’insurrection de juin 1848.

46 Tuféry, Complainte sur le siège de Paris, Le Puy, 1871.

47 Défense de Paris, Complainte et récit véridique des maux soufferts par la population parisienne pendant le siège, Paris, Matt, 1871.

48 Rez, Complainte du procès des accusés de mai à Bourges, Paris, 1849. Il s’agit des accusés qui comparaissent devant la Haute Cour de justice de Bourges, du 7 mars au 3 avril 1849, pour leur rôle joué lors de la manifestation du 15 mai 1848.

49 Le Droit au travail, complainte, Toulon, 1840.

50 Procès, jugement, condamnation du choléra-morbus, et grande complainte sur les malheurs et la prochaine délivrance du choléra, Paris, 1832.

51 Maurin, « Complainte », dans Charles Lachaud, Affaire Troppmann. Crime de Pantin. Assassinat de la famille Kinck. 8 victimes, le père, la mère et 6 enfants. Arrestation de l'assassin au Havre. Son jugement. Sa condamnation à mort, Valence, 1870.

52 Charles Astruc, Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin, Bordeaux, 1869. Jean-François Heidenreich (et non Heindreich) est un célèbre bourreau qui officia de 1806 à 1872.

53 Eugène Riffey, Ce pauvre Pranzini, Paris, P. Dommanget, s.d.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Complainte sur Troppmann, ou Récit complet en vers du crime de Pantin par Charles Astruc
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre La complainte de Rocambole
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Complainte lamentable du vrai Suisse-Errant, Ornée de son Portrait, tel qu'il a été vu à Paris en décembre 1848
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Darriulat, « Chanter le crime à l’heure de l’invention des cafés-concerts parisiens sous le Second Empire »Criminocorpus [En ligne], 17 | 2021, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.8806

Haut de page

Auteur

Philippe Darriulat

Philippe Darriulat est professeur d’histoire contemporaine à Sciences-Po Lille et chercheur à l’IRHIS, UMR CNRS 8529. Il est l’auteur de La Muse du peuple. Chansons sociales et politiques en France 1815-1871, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010 et a récemment publié Un Enfant du siècle : Albert Laponneraye, révolutionnaire, historien et journaliste, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search