Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Les complaintes criminelles en Fr...Canards, édition et collectionsEssai de typologie canardière

Canards, édition et collections

Essai de typologie canardière

Une approche éditoriale des complaintes criminelles et de leurs supports
Jean-François “Maxou” Heintzen

Texte intégral

  • 1 Nous ne considérons ici que des productions chantées en français, relatives à des faits divers crim (...)
  • 2 Terme préférable à affiche, car les canards n’étaient pas destinés initialement à un quelconque aff (...)

1La complainte* criminelle1 vient jusqu’à nous grâce à son support, polymorphe. La diversité d’aspect des déclinaisons de cet objet – feuille*, brochure*, placard*2, recueil* – et l’intérêt variable qui lui fut porté au cours du temps en ont rendu les procédés de catalogage et de conservation pour le moins hétérogènes. Ces lignes se proposent de clarifier l’état des connaissances sur la multiplicité d’apparence de ces supports, sur les modalités variées de leur indexation, voire sur les conditions – administratives, intellectuelles, ou sensibles – dans lesquelles certains fonds ont été élaborés.

  • 3 On pourra se reporter au glossaire figurant en annexe pour préciser certains termes bibliophiliques (...)
  • 4 Nous laissons de côté les cas – minoritaires – où la complainte imprimée nous parvient par l’entrem (...)

2Par commodité, dans les lignes qui suivent, nous nommerons canard* ce support, quel qu’en soit son format et ses particularités éditoriales3. Seul nous importe qu’il contienne une complainte criminelle4. Le canard se présente sous de multiples aspects : sa taille, son apparence, sa pagination* varient au cours du temps et selon les capacités éditoriales et typographiques de ses producteurs. Parfois réduit à un simple texte de complainte, ou au contraire complexe architecture mêlant iconographie, récit et forme chantée, il semble rétif à toute entreprise taxinomique.

  • 5 Ceci vaut aussi pour le texte de la complainte ; s’il est typographié dans la majorité des cas, on (...)

3Le choix est fait ici de ne questionner que la présence ou l’absence de chacun de ses deux constituants secondaires – texte et image* –, ainsi que l’éventuelle multiplicité des complaintes imprimées sur l’objet en question. Ont été laissées volontairement de côté dans un premier temps des particularités éditoriales, comme par exemple la pagination*, le format*, ou la nature de l’image imprimée – xylographie, eau-forte, cliché typographique ou autre5. L’étude de quelques exemples remarquables issus de cette esquisse de typologie canardière permettra d’illustrer la diversité des procédés et formats propres à chaque variété mise au jour. Enfin la présentation de quelques fonds remarquables permettra d’illustrer la variété de problématiques ayant conduit à leur constitution. Les exemples présentés dans ces lignes proviennent principalement de la collection de l’auteur, complétés par quelques pièces issues de collections publiques.

4Notre étude porte essentiellement sur la mort du canard, après 1870, période à laquelle le support des complaintes – et les complaintes elles-mêmes – subirent le plus de mutations, avant de se dissoudre dans le flot de l’édition musicale. Le lien avec la tradition canardière sera pointé lorsque certains aspects formels nous renvoient à des productions de la fin de l’Ancien Régime, ou du premier xixe siècle.

L’arbre des possibles

5Nous questionnons ici l’unicité de la complainte criminelle présente sur le support, son illustration, et la présence éventuelle d’un texte, narratif ou aux visées judiciaires. L’ordre dans lequel ces questions sont posées est arbitraire. Selon les problématiques propres aux chercheurs, il est bien évident que l’importance de chaque questionnement peut être réévaluée.

6On trouvera en annexe l’arbre récapitulatif de cette tentative de typologie ; des exemples illustrés de plusieurs des familles canardières ainsi isolées seront décrits dans la seconde partie, et présentés en annexes. À titre heuristique, des appellations sont proposées pour les différentes combinaisons complainte(s) + image(s) + textes(s), en privilégiant arbitrairement quelques mots-clés : canard, factum*, complainte, recueil, chanson, media…

La complainte est-elle la seule forme chantée de la feuille ?

7Le propos est ici de distinguer les canards monothématiques, vis-à-vis d’une part des feuilles traitant de plusieurs faits divers, et d’autre part des recueils mélangeant thèmes criminels et chansons plus légères. Ainsi nous répondrons oui à cette question si la feuille comporte plusieurs complaintes différentes traitant du même fait divers.

8Ce canard monothématique est la forme la plus ancienne, correspondant à l’ephemera* originel, destiné à traiter d’un évènement précis, nous y reviendrons. Dans un second temps, on verra apparaître au cours du xixe siècle des publications traitant de plusieurs faits divers, sous diverses présentations :

- Des livrets* de colportage, à 4 pages ou plus, avec un texte le plus souvent judiciaire, et parfois une petite illustration. Il est fréquent qu’une seule affaire criminelle – la principale, qui donne le titre du recueil – soit chantée, les autres seulement évoquées en quelques paragraphes ;
- Ces publications se développent quasiment jusqu’à atteindre la taille d’une brochure de 8 à 16 pages – par exemple les productions de la maison Baudot à Paris – préfigurant les magazines policiers du type L’Œil de la police ;
- D’autre part, en extrapolant la forme du canard plano* de grand format, on accole recto-verso deux faits divers. Louis-Modeste Simonet à Saint-Amand-Montrond (Cher) est coutumier du fait. Puis, par le biais de la réduction de l’illustration – voire sa disparition – il est traité sur la même page de plusieurs affaires criminelles, toutes n’étant pas forcément accompagnées d’une complainte ;
- Enfin, la complainte criminelle semble se dissoudre dans un répertoire plus léger, hérité du café-concert, puis ultérieurement des disques, voire de la radio. L’intitulé de la feuille dans ce cas ne fait pas référence à l’évènement chansonné – La Lyre du Morvan, Joyeux Frous-frous, ou encore Le Gai chanteur –, ce n’est qu’au détour du titre d’un texte particulier que l’on découvre son sujet dramatique.

La complainte est-elle accompagnée d’une image ?

  • 6 Nous ne considérons donc pas les culs-de-lampe, cartouches ou bandeaux ornementaux comme des images
  • 7 Sauf mention spéciale, tous les supports de complaintes proviennent de la collection de l’auteur.

9Par image il est entendu tout type de représentation figurative6 – xylographie, photogravure, cliché typographique ou photographique – représentant, même de façon allusive, le fait divers traité dans la complainte. Étant donné les nombreuses pratiques de réemploi, de modification, de collage, il n’apparaît pas pertinent de se questionner sur l’aspect éventuellement original de l’illustration présente. En effet, même pour les crimes importants, il arrive que l’on ne crée pas une image nouvelle. L’imagination des canardiers leur permet de s’adapter à tous les faits divers, que l’on en juge : en 1908, sur la feuille Les empoisonnements des Varennes près Saint-Amand7, L.-M. Simonet utilise un cliché typographique d’un bâtiment urbain (le crime est commis dans un faubourg de la ville), un autre cliché représentant une femme (censée figurer la criminelle Jeanne Gilbert), une xylographie figurant une scène d’autopsie (les victimes ont été exhumées, c’est un réemploi d’un bois ancien) et enfin le portrait de Louis Pasteur (les autopsies ont été menées par des médecins de l’institut Pasteur).

10Une typologie plus fine serait envisageable, axée sur l’emprise comparée des textes (titre, récit, complainte) et de l’image ; cependant, il n’est pas certain qu’elle soit pertinente. Un même éditeur* peut ne pas avoir de constante en la matière. Par exemple, dans le cas d’une feuille grand format – 610 mm × 840 mm – de L.-M. Simonet consacrée à l’exécution de Caserio, le texte occupe moins de 30 % de la superficie imprimée. À rebours, pour la feuille éditée 5 ans plus tard par le même lors de la décapitation de Joseph Vacher, l’illustration – le portrait du criminel – n’occupe cette fois-ci qu’environ 2,5 % de l’impression.

  • 8 L.-M. Simonet semble utiliser un procédé de photogravure archaïque sur lequel les interprétations d (...)
  • 9 L.-M. Simonet réemploie durant les années 1920 des vignettes humoristiques de presse, dont il a ret (...)

11Grossièrement, l’abandon des procédés iconographiques anciens – en particulier les xylographies8 – et le passage aux clichés d’imprimerie ou photographiques se traduit par une réduction de taille conséquente de l’illustration. Les « canardiers » ne réalisent pas eux-mêmes ces images, de fabrication sophistiquée et coûteuse, et procèdent par réemploi ou détournement de clichés en leur possession9. Seule une poignée d’éditeurs parisiens – Hayard, Baudot, Ferrand sont les principaux – dispose des moyens pour produire des illustrations typographiques de grand format, parfois en couleurs. Pour les autres, en voulant devenir « moderne », et ne pouvant rivaliser avec l’iconographie de la presse populaire à grand tirage, le canard perd sa spécificité visuelle. Seul son titre ronflant garde un temps le souvenir de son origine éphémère.

La complainte est-elle accompagnée d’un texte ? Judiciaire ou narratif ?

12Nous ne prenons pas en considération ici le sous-titre – ou « boniment » dans le langage des canardiers –, parfois documenté, intercalé entre le titre et la complainte ; nous évoquons ici la présence éventuelle d’un texte composé comme tel en bas de casse, avec paragraphes et intertitres.

- Par judiciaire il faut entendre la transcription – partielle ou totale – de l’acte d’accusation. La présentation de ce type de texte est très proche, typographiquement parlant, des factums, à tel point qu’il est possible de confondre au premier regard les deux types de productions ;
- Par narratif il faut entendre un récit linéaire, quasi-journalistique, des faits – découverte du crime, investigations, enquête, arrestation, voire jugement. Plus rarement l’on rencontre un texte emphatique servant d’exorde, sans mentions précises relatives au crime qui suit.

13Il est courant de rencontrer un entrelacement entre les deux formes, l’acte d’accusation venant parfois conclure un récit ; dans ce cas, c’est l’aspect judiciaire qui sera mis en avant, car il contient le plus de détails permettant d’identifier et de dater le crime.

  • 10 Jugement rendu par la cour d'Assises de Moulins en Bourbonnais, Département de l'Allier, qui condam (...)

14Il est également à signaler que les canardiers du xixe siècle ont régulièrement recours à de pseudo-références judiciaires – date et lieu du procès, récit de l’exécution – pour tenter de rendre plus authentique un récit fictif. Le rapport à la réalité historique est parfois distendu : un canard de 1844 raconte de façon très exacte l’affaire Madeleine Albert – parricide à Biozat (Allier) en 1811 – en décalant de 32 ans tous les évènements10. La question se pose alors de considérer ou non ce fait divers comme un vrai crime.

De quelques modèles canardiers

  • 11 Disponible en annexe.

15L’arborescence11 ainsi posée par nos questionnements successifs dégage un certain nombre de formes remarquables, pour lesquelles nous proposons des appellations. Nous optons dans ce qui suit une présentation chronologique de ces canards-types, en nous focalisant sur leurs mutations éditoriales. Ladite chronologie étant sans doute abusive, car les trois types de canards évoqués ont eu des vies fort longues, et paraissent parfois simultanément : le même fait divers peut être traité à la fois par un canard monothématique, un recueil de crimes chantés, ou par une chanson insérée au milieu d’un répertoire plus léger.

  • 12 Un occasionnel* sans complainte à propos de l’affaire Steinhel [1908-1909] est imprimé en gris fonc (...)

16Ce tour d’horizon ne se prétend pas exhaustif, tant la tératologie chansonnière est propice à nous surprendre : formats extrêmes, illustrations saisissantes, choix éditoriaux hors du commun12.

L’originel : un crime, un acte d’accusation, une complainte

  • 13 Maurice Lever, Canards sanglants, Naissance du Fait divers, Paris, Fayard, 1993, 517 p.

17Au xviiie siècle, et jusqu’au milieu du siècle suivant, dans le droit fil des premiers « canards sanglants »13, on rencontre nombre de feuillets de format réduit, plano ou in-folio, se concentrant sur l’information judiciaire accompagnée d’une complainte.

Arrêt du conseil supérieur [affaire Cayot] p. 1

Arrêt du conseil supérieur [affaire Cayot] p. 1

Factum chanté, 1771, s.l. [Lyon], avec titre, sous-titre, arrêt de la sénéchaussée de Lyon, et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 190 × 230.

collection particulière

Arrêt du conseil supérieur [affaire Cayot] p. 2

Arrêt du conseil supérieur [affaire Cayot] p. 2

Factum chanté, 1771, s.l. [Lyon], avec titre, sous-titre, arrêt de la sénéchaussée de Lyon, et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 190 × 230.

collection particulière

18Le titre est parfois surmonté d’un cartouche renforçant l’aspect officiel du canard, alors que le récit va au-delà de la simple retranscription de l’arrêt.

Jugement [affaire Derouineau] p. 1

Jugement [affaire Derouineau] p. 1

Factum chanté, 1819, Nantes, Gaudin, avec cartouche, titre, récit et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 220 × 260.

collection particulière

Jugement [affaire Derouineau] p. 2

Jugement [affaire Derouineau] p. 2

Factum chanté, 1819, Nantes, Gaudin, avec cartouche, titre, récit et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 220 × 260.

collection particulière

19On procède alors ensuite par ajout et retrait – avec ou sans image, avec ou sans récit –, ou par modification du format. Les nécessités du colportage justifient de petits formats, qui entrent parfois en conflit avec l’impressionnante longueur des complaintes. Pour l’affaire Fualdès, le support le plus connu est un recueil in-6 au format réduit de 90 × 150, dont les 12 pages sont nécessaires pour contenir un titre, un exorde et surtout les 48 strophes de la complainte.

Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 1.]

Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 1.]

Crime chanté, 1818, Paris, Poulet, avec titre, exorde et complainte [air Du Maréchal de Saxe]. Plano, 90 × 150.

collection particulière

Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 3.]

Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 3.]

Crime chanté, 1818, Paris, Poulet, avec titre, exorde et complainte [air Du Maréchal de Saxe]. Plano, 90 × 150.

collection particulière

Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 12.]

Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 12.]

Crime chanté, 1818, Paris, Poulet, avec titre, exorde et complainte [air Du Maréchal de Saxe]. Plano, 90 × 150.

collection particulière

20Mais on trouve à la même époque des canards plano, avec récit, illustration et complainte, de format plus important.

Détails et Complainte [sur l’affaire Bony] p. 1

Détails et Complainte [sur l’affaire Bony] p. 1

Canard factum, 1817, Riom, Dégoutte, avec illustration, titre et sous-titre, récit et complainte [sur l’air Du Maréchal de Richelieu ]. Plano, 270 × 420.

collection particulière

Détails et Complainte [sur l’affaire Bony] p. 2

Détails et Complainte [sur l’affaire Bony] p. 2

Canard factum, 1817, Riom, Dégoutte, avec illustration, titre et sous-titre, récit et complainte [sur l’air Du Maréchal de Richelieu ]. Plano, 270 × 420.

collection particulière

  • 14 Jean-Pierre Seguin, Canards du siècle passé, Paris, Pierre Horay, 1969, 80 p. et Jean-Pierre Seguin (...)

21On doit aux imprimeurs* parisiens du premier xixe siècle la généralisation du canard de grand format dont le gigantisme a dû contribuer à leur succès. Jean-Pierre Seguin a abondamment contribué à leur connaissance14. Outre leur taille caractéristique, ils incluent récit et complainte, ainsi qu’un bois de grandes dimensions.

Détails sur deux assassinats [commis par un prêtre espagnol – affaire Musquiz]

Détails sur deux assassinats [commis par un prêtre espagnol – affaire Musquiz]

Canard media, août 1833, Paris, Impr. de Gratiot, chez Garson, avec illustration, titre et sous-titre, récit et complainte [sur l’air de La soirée orageuse]. Plano, 240 × 450 approx.

collection particulière.

  • 15 France, Paris, BNF. 4975 (429 et 430) [cote sans doute obsolète], cité par Jean-Pierre Seguin, Nouv (...)

22On doit noter également le soin apporté tant au titre qu’au sous-titre, permettant la compréhension du sujet par un large public ; ceci par l’entremise de la gestion des capitales – lues par tous – et des bas de casse. À preuve cet exemple, où les capitales forment une phrase à elles seules, incluse dans le titre total : « arrêt / Rendu par la Cour d’Assises du département de / l’Ain, séant à Bourg, / qui condamne à la peine de mort / le nommé Benoît-Sébastien / peytel, / notaire à belley, / convaincu d’avoir commis avec préméditation, à l’aide d’une arme à feu, le crime d’assassinat / sur la personne de sa femme et de son domestique, le tout combiné d’une manière à faire / frémir l’humanité. Extrait du jugement15 ».

23Petit à petit, ce type de canards se répand en province. Quelques éditeurs semblent se spécialiser dans ce genre de production, comme « L’imprimerie du Progrès » à Castres (Tarn), qui produit entre 1885 et 1910 environ des canards de taille moyenne, illustrés de splendides bois gravés, tel l’Exécution de Caserio.

Exécution capitale de Caserio p. 1

Exécution capitale de Caserio p. 1

Canard factum, 1894, Castres, Imp. du Progrès, 1894, avec illustration, titre, récit et complainte [air de Fualdès probablement]. 2 p., 315 × 440.

collection particulière

Exécution capitale de Caserio p. 2

Exécution capitale de Caserio p. 2

Canard factum, 1894, Castres, Imp. du Progrès, 1894, avec illustration, titre, récit et complainte [air de Fualdès probablement]. 2 p., 315 × 440.

collection particulière

  • 16 La chronique criminelle a peu inspiré les grands imagiers d’Épinal ou de Metz – quasiment les seuls (...)
  • 17 Plus de 80 sont cités par Jean Laureau, « Canards et complaintes 1900 », Le Vieux Papier, fasc. 340 (...)

24Les éditeurs parisiens tentent de reprendre la main à partir de 1890, en intégrant des images en couleur16. La maison Baudot se fait une spécialité de ce type de canards17, qui traite toutes les grandes affaires de la période 1890-1914, ainsi La séquestrée de Poitiers.

Une mère féroce [Affaire de la « Séquestrée de Poitiers », extrait, p. 1]

Une mère féroce [Affaire de la « Séquestrée de Poitiers », extrait, p. 1]

Canard media, Paris, Baudot, 1901, avec illustration de Lacarrière, titre, sous-titre, récit et complainte [paroles de Léon l’Aspic, sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 380 × 550.

collection particulière

Une mère féroce [Affaire de la « Séquestrée de Poitiers », extrait, p. 4]

Une mère féroce [Affaire de la « Séquestrée de Poitiers », extrait, p. 4]

Canard media, Paris, Baudot, 1901, avec illustration de Lacarrière, titre, sous-titre, récit et complainte [paroles de Léon l’Aspic, sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 380 × 550.

collection particulière

25Ou bien encore L’affaire Soleilland

Un satyre assassin [Affaire Soleilland, extrait, p. 1]

Un satyre assassin [Affaire Soleilland, extrait, p. 1]

Canard media, Paris, Baudot, 1907, avec illustration, titre, sous-titre, récit et Complainte réaliste [sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 390 × 570.

collection particulière

Un satyre assassin [Affaire Soleilland, extrait, p. 4]

Un satyre assassin [Affaire Soleilland, extrait, p. 4]

Canard media, Paris, Baudot, 1907, avec illustration, titre, sous-titre, récit et Complainte réaliste [sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 390 × 570.

collection particulière

26Il serait pertinent d’interroger les procédés de mise en couleur, où le rouge – des taches de sang le plus souvent – tient un rôle particulier, comme dans Triple assassinat.

Triple assassinat [Crime de Mezos (Landes)] p. 1

Triple assassinat [Crime de Mezos (Landes)] p. 1

Canard media, Donadey, Paris, 1904, avec illustration de P. Carron, titre, sous-titre, publicités, long récit et Complainte des vieillards assassinés [air probable Fualdès]. 2 p., 430 × 600.

collection particulière

Triple assassinat [Crime de Mezos (Landes)] p. 2

Triple assassinat [Crime de Mezos (Landes)] p. 2

Canard media, Donadey, Paris, 1904, avec illustration de P. Carron, titre, sous-titre, publicités, long récit et Complainte des vieillards assassinés [air probable Fualdès]. 2 p., 430 × 600.

collection particulière

  • 18 André Gide, L'affaire Redureau, suivie de Faits divers, Paris, Gallimard, 1930, 222 p.

27Ou encore dans Troppmann de 15 ans, à propos de l’affaire Redureau18.

Troppmann de 15 ans [Affaire Redureau, ou « la tuerie du Landreau »] p. 1

Troppmann de 15 ans [Affaire Redureau, ou « la tuerie du Landreau »] p. 1

Canard media, Billy, Paris, 1913, avec illustration de H. Ferran, titre, sous-titre, sommaire, publicités, long récit et complainte [paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air de La Paimpolaise]. 2 p., 380 × 600.

collection particulière

Troppmann de 15 ans [Affaire Redureau, ou « la tuerie du Landreau »] p. 2

Troppmann de 15 ans [Affaire Redureau, ou « la tuerie du Landreau »] p. 2

Canard media, Billy, Paris, 1913, avec illustration de H. Ferran, titre, sous-titre, sommaire, publicités, long récit et complainte [paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air de La Paimpolaise]. 2 p., 380 × 600.

collection particulière

28Passés ces derniers feux, après la Grande Guerre, le canard se replie sur lui-même. Hormis quelques éditeurs parisiens qui maintiennent le flambeau, y compris jusqu’à 1939 – J. Ferrand est le plus productif – la publication provinciale est dévolue à des imprimeurs qui réalisent ponctuellement des feuilles marquant en quelque sorte un retour aux origines. Les formats provinciaux se réduisent, le texte disparaît, au mieux réduit à un sous-titre. Les textes deviennent plus allusifs, et parfois la localisation du crime chanté n’est présente que dans le titre de la feuille. Ainsi en est-il pour Le crime de Rabière, non illustré, non daté, sans mention d’auteur* ni d’imprimeur, qui n’est localisable que par la mention du lieu dans son titre, et du patronyme de l’assassin au deuxième couplet.

Le crime de Rabière [Louroux-Hodement (Allier)]

Le crime de Rabière [Louroux-Hodement (Allier)]

Complainte seule, s.l.n.d. [Allier, 1933], avec titre, culs-de-lampe et chanson [air Quand on s’aime bien tous les deux]. Plano, 215 × 270.

collection particulière

  • 19 Ce sont deux exemples bien documentés, mais il en existe d’autres. Voir : [Collectif], L’art des ch (...)
  • 20 Voir l’article qui lui est consacré dans Détective n°554, 11 février 1957, p. 14-15.
  • 21 Edern Le Bastard, René Le Gac (1894-1974), chanteur chansonnier breton du xxe siècle, Mémoire de ma (...)

29Enfin l’exemple des deux « ultimes » canardiers provinciaux19, André Dusastre (1897-1960) le Toulousain20 et René Le Gac (1894-1974) le Breton21 est éclairant : leur production est diffusée par leurs soins – accompagnés de leurs épouses – sous forme de feuilles volantes de petit format, inférieur à A4. Tous les deux chantent les crimes, ainsi que d’autres thématiques, sur un terroir bien précis : l’un en pays toulousain et dans les contreforts du Massif Central, l’autre entre Côtes-d’Armor et Finistère. On en est bel et bien revenu à un artisanat, s’appuyant sur une forme de colportage – André Dusastre se déplace à vélo et en bus, René le Gac dans le camion d’un marchand forain. La seule nuance réside dans le fait que l’un fait imprimer ses chansons à Rennes, l’autre les réalise lui-même sur un duplicateur à alcool, comme par exemple L’assassinat de Nicole Marescot.

L’assassinat de Nicole Marescot [Le rapt de Chaumont (Haute-Marne), affaire Socley]

L’assassinat de Nicole Marescot [Le rapt de Chaumont (Haute-Marne), affaire Socley]

Complainte seule, Montauban, A. Dusastre, s.d. [1935], ronéotypé, non illustré, chanson [air : La valse brune]. Plano, 220 × 280.

collection particulière

Face à la presse triomphante, les « recueils de crimes mis en complainte »

30La chose n’est pas nouvelle : depuis longtemps déjà22, les canardiers ne disposent pas toujours de suffisamment de matière pour nourrir leur propos. En mettant bout à bout échos, rumeurs, annonces à propos de faits-divers – des brèves dirions-nous en langage journalistique contemporain –, c’est tout un défilé de crimes qui constitue la matière de ces canards-là.

  • 23 Canard de 1887, BNF département Estampes et photographie, BOITE FOL-LI-300 (28).
  • 24 Canard de 1888, BNF département Estampes et photographie, BOITE FOL-LI-300 (27)

31Ainsi L.-M. Simonet, dès sa première publication recensée en 1885, traite régulièrement de plusieurs faits divers sur le même support, voire en les regroupant sous un titre lorgnant vers la presse quotidienne : Les dépêches illustrées23 ou encore Les crimes célèbres24. Lorsque sa production se stabilise autour du format 400 × 600 recto-verso vers 1895, il accole presque toujours deux affaires criminelles différentes, chacune occupant un côté de la feuille. On rencontre ainsi plusieurs couplages faisant intervenir les mêmes crimes. Par exemple Horrible assassinat d’une vieille femme à Louans, Indre et Loire, avec complainte sur le timbre* de la Valse des adieux se retrouve-t-il tantôt au verso d’Horrible crime de Venesmes près Châteauneuf ou encore d’Exécution du tueur de bergers.

Horrible crime de Venesmes près Châteauneuf

Horrible crime de Venesmes près Châteauneuf

Canards recueils media, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1899, avec illustration, titre, récit et complaintes [sur l’air L’eau et le vin, La valse des adieux, Le Juif errant]. Plano, 390 × 530.

collection particulière

Exécution du tueur de bergers

Exécution du tueur de bergers

Canards recueils media, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1899, avec illustration, titre, récit et complaintes [sur l’air L’eau et le vin, La valse des adieux, Le Juif errant]. Plano, 390 × 530.

collection particulière

Horrible assassinat d’une vieille femme à Louans, Indre et Loire

Horrible assassinat d’une vieille femme à Louans, Indre et Loire

Canards recueils media, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1899, avec illustration, titre, récit et complaintes [sur l’air L’eau et le vin, La valse des adieux, Le Juif errant]. Plano, 390 × 530.

collection particulière

32Les trois feuilles représentées constituent deux canards recueils media différents, Horrible crime d’une vieille femme à Louans constituant le verso de chacun des deux autres affaires.

33Il semble que la confection d’une page puisse correspondre à des commandes de chanteurs* ambulants – qui sont régulièrement signataires des complaintes éditées par L.-M. Simonet – et que la juxtaposition des crimes ne soit pas toujours dictée par des raisons géographiques, mais plutôt chronologiques. Ainsi trouve-t-on dos à dos Le crime des Lucs-sur-Boulogne (Vendée, janvier 1898) et Crime de Marseille, assassinat d’une fillette (Bouches-du-Rhône, décembre 1897).

  • 25 Canard de 1894, Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, A 11212.
  • 26 Par exemple la feuille consacrée au « Crime de Bruz », 1901.

34La raison sociale de L.-M. Simonet – « Recueils contenant les nouvelles récentes imprimées sur presses rotatives Marinoni "grande vitesse". Service par retour du courrier. St Amand-Montrond, impr. L. Simonnet25 » – est explicite : la maison travaille vite et bien, et la mention du courrier signale que commandes et règlements peuvent se traiter à distance. D’ailleurs comment pourrait-il, à Saint-Amand-Montrond, reproduire intégralement des articles d’Ouest-Éclair26, à moins qu’on ne lui fasse parvenir par voie postale ?

  • 27 Imprimerie Deslis à Tours, BNF, Fol-Fn-213.

35L.-M. Simonet développe à son échelle – il n’est pas imprimeur, ni directeur de quoi que ce soit, tout au plus est-il employé dans les imprimeries de la ville – une forme de journalisme multi-supports. S’il recopie allègrement la presse nationale ou les quotidiens qu’on lui fait parvenir, il écrit une partie des complaintes, et réalise les illustrations, au moins jusqu’à 1914. Ses talents de graveur, sur bois ou métal, lui permettent de présenter de façon saisissante scènes de crimes, d’autopsie ou d’exécution. Un canard de 189027 signale que « Le sieur L. Simonnet est seul autorisé pour la vente du présent numéro. Ce monopole lui a été accordé en récompense d’une invention (Gravure instantanée sur bois), qui peut une fois perfectionnée, rendre un service immense à la presse ».

36Ce long développement sur L.-M. Simonet se justifie par son impressionnante production : pas moins d’une centaine de complaintes éditées par ses soins ont été collationnées, entre 1885 et 1928. À lui seul, il représente environ la moitié de la production provinciale de la période. Ses concurrents parisiens adoptent également la formule du recueil de crimes chantés, soit de façon généraliste, soit de façon thématique. La maison Ferrand, « Éditeur-imprimeur, 38 rue Tiquetonne, Paris 2e », est la dernière à produire des canards de grand format dans l’entre-deux-guerres, et nous connaissons d’elle deux recueils :

- Crimes contre l’enfance (1908 Ca) comportant au recto un long développement journalistique illustré sur « L’ogresse Jeanne Weber », et au verso des complaintes, illustrées elles aussi, sur la même affaire, mais également « le satyre Soleilland » ou d’autres affaires d’infanticides ou de maltraitance d’enfants ;

Les crimes contre l’enfance [Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber, L’affaire Soleillant, Scandale de Belleville, Le crime de Corancez, Le petit crucifié, Les enfants martyrs] p. 1

Les crimes contre l’enfance [Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber, L’affaire Soleillant, Scandale de Belleville, Le crime de Corancez, Le petit crucifié, Les enfants martyrs] p. 1

Canard recueil media, s.d. [1908 Ca], Paris, J. Ferrand, avec titre, sous-titre, illustrations [une est signée Punch], récits, chansons et complaintes. 2 p., 500 × 640.

collection particulière

Les crimes contre l’enfance [Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber, L’affaire Soleillant, Scandale de Belleville, Le crime de Corancez, Le petit crucifié, Les enfants martyrs] p. 2

Les crimes contre l’enfance [Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber, L’affaire Soleillant, Scandale de Belleville, Le crime de Corancez, Le petit crucifié, Les enfants martyrs] p. 2

Canard recueil media, s.d. [1908 Ca], Paris, J. Ferrand, avec titre, sous-titre, illustrations [une est signée Punch], récits, chansons et complaintes. 2 p., 500 × 640.

collection particulière

- Les crimes et drames (1928-1930), dont on connaît au moins trois éditions28. On y trouve des complaintes – essentiellement de la plume de Léon Bonnenfant – portant sur des crimes avérés, ainsi que des chansons réalistes de Léo Lelièvre, ou des monologues du genre apache, évoquant les bas-fonds parisiens ;

Les crimes et drames p. 1

Les crimes et drames p. 1

Canard recueil muet, Paris, J. Ferrand, 1930 Ca avec titre, sous-titre, illustration de H. Ferran, chansons et complaintes. Plano, 400 × 580.

collection particulière

Les crimes et drames p. 2

Les crimes et drames p. 2

Canard recueil muet, Paris, J. Ferrand, 1930 Ca avec titre, sous-titre, illustration de H. Ferran, chansons et complaintes. Plano, 400 × 580.

collection particulière

37Le même éditeur tente d’initier des productions à mi-chemin entre l’occasionnel et le périodique, ainsi France-Actualités complaintes (1924, 1930), portant sur diverses catastrophes, naufrages et inondations, ou encore Gloire aux ailes françaises (1928, 1929), dont les chansons suivent l’actualité des exploits de l’aviation du temps.

38Cette démarche éditoriale semble toutefois isolée : hormis Joseph Ferrand, les autres éditeurs parisiens qui publient des recueils de chansons portant sur l’actualité criminelle – Stavisky, Violette Nozière entre autres – y incluent, de plus en plus souvent, gaudrioles et bluettes.

Le crime, entre deux gaudrioles

39Il faut replacer la complainte criminelle, forme archaïque, au sein des répertoires chantés dans la France de la seconde moitié du xixe siècle. Les mutations en la matière sont nombreuses, tant dans la pratique ou l’édition que dans la sociabilité chansonnière.

  • 29 Gabriel Vicaire (préface de) : Charles Guillon, Chansons populaires de l’Ain, Paris, Monnier, 1883. (...)
  • 30 Marie-Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992, (...)
  • 31 Le groupe musical breton « L’Armée du chalut » peut interpréter plusieurs centaines de parodies* de (...)

40Le développement du café-concert, à Paris et en province, facilite la diffusion de centaines de mélodies, romances, scies diverses qui pénètrent durablement dans les campagnes françaises. Tous les collecteurs en quête de chansons traditionnelles s’en plaignent amèrement : « Que de déceptions ! Pour quelques trouvailles de haut prix, que de couplets sans valeur, que de refrains insignifiants empruntés au répertoire des cafés-concerts29 ! ». De plus, les sociétés chantantes30 insèrent ces mélodies en vogue parmi leurs timbres favoris ; ainsi s’étend et se diversifie le fonds de supports musicaux disponible pour les chansonniers. Lorsque l’on considère ces timbres modernes – l’exemple-type est La Paimpolaise, parue en 1895 – on constate qu’ils n’ont pas pour vocation unique à supporter des complaintes criminelles31.

41Dès lors la complainte criminelle va commencer à se « fondre dans la masse » des répertoires populaires. Les mélodies reprennent des succès du moment, et le « genre criminel » devient une couleur parmi d’autres, à côté de la bluette sentimentale, de la romance amoureuse, de la gaudriole salace ou militaire, des refrains revanchards post-1870, de la chanson d’actualité sur le dernier naufrage ou accident de chemin de fer… Cet état de fait se manifeste suivant deux modalités.

42D’une part, on rencontre, dans des recueils de chansons variées, quelques titres relevant incontestablement du traitement chanté d’un fait divers réel. Le titre desdits recueils n’indique en rien que l’on puisse y trouver pareil répertoire, voyez par exemple La muse du Bocage publié par Louis Cornet, comprenant Le crime du train 131.

La muse du Bocage [avec Le crime du train 131] p. 1

La muse du Bocage [avec Le crime du train 131] p. 1

Recueil chanson dramatique, Lyon, Louis Cornet, 1908 sans illustration, complainte et chansons variées. 2 p., 550 × 430.

collection particulière

La muse du Bocage [avec Le crime du train 131] p. 2

La muse du Bocage [avec Le crime du train 131] p. 2

Recueil chanson dramatique, Lyon, Louis Cornet, 1908 sans illustration, complainte et chansons variées. 2 p., 550 × 430.

collection particulière

43L.-M. Simonet est également coutumier du fait, que l’on en juge par Le russo-japonais, recueil de chansons variées, où se mêlent échos de la guerre russo-japonaise, sur l’air du Roi Dagobert, bluettes et gaudrioles (une parodie de Viens Poupoule), et comprenant au verso trois complaintes criminelles (Enfant martyrisé, Un drame à Arcomps, Cher et Crime du Mans).

Le russo-japonais, recueil de chansons variées [dont Crime du Mans, chant plaintif en souvenir des victimes, Un drame à Arcomps Cher, Enfant martyrisé] p. 1

Le russo-japonais, recueil de chansons variées [dont Crime du Mans, chant plaintif en souvenir des victimes, Un drame à Arcomps Cher, Enfant martyrisé] p. 1

Recueil chanson dramatique, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1904, sans illustration, complaintes et chansons variées. 2 p., 530 × 390.

collection particulière

Le russo-japonais, recueil de chansons variées [dont Crime du Mans, chant plaintif en souvenir des victimes, Un drame à Arcomps Cher, Enfant martyrisé] p. 2

Le russo-japonais, recueil de chansons variées [dont Crime du Mans, chant plaintif en souvenir des victimes, Un drame à Arcomps Cher, Enfant martyrisé] p. 2

Recueil chanson dramatique, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1904, sans illustration, complaintes et chansons variées. 2 p., 530 × 390.

collection particulière

44On rencontre aussi des recueils mêlant les genres, mais réservant un statut particulier au répertoire criminel : sous le titre Le Crime de Routot, on ne compte pas moins de sept textes portant tous sur des évènements dramatiques au recto de cette feuille. Mais ce n’est pas pour autant un recueil de crimes chantés, car le verso n’est constitué que de succès du jour, ballades et bluettes.

Le Crime de Routot p. 1

Le Crime de Routot p. 1

Recueil chanson dramatique, Charleroi, Imprimerie Legueu, 1910, titre, chansons criminelles au recto, chansons variées au verso. 2 p., 375 × 550.

collection particulière

Le Crime de Routot p. 2

Le Crime de Routot p. 2

Recueil chanson dramatique, Charleroi, Imprimerie Legueu, 1910, titre, chansons criminelles au recto, chansons variées au verso. 2 p., 375 × 550.

collection particulière

45Secondement, les complaintes criminelles se dissolvent dans l’abondance des éditions populaires, en adoptant le modèle du petit format illustré*. Des auteurs se spécialisent dans cette veine-là, et proposent à leur auditoire des feuillets sous titrés « Complainte », « Histoire vraie mise en complainte », ou encore « Chanson d’actualité ». Citons par exemple Le crime du boulevard du Temple.

Le crime du boulevard du Temple [Affaire Anastay]

Le crime du boulevard du Temple [Affaire Anastay]

Petit format illustré, Paris, A. Repos, 1891, avec titre, illustration et chanson [paroles P. Dumont, musique Émile Spencer]. Plano, 360 × 275.

collection particulière

46Ou encore Le crime de Choisy-le-Roi, assassinat et viol d’une fillette de huit ans, complainte.

Le crime de Choisy-le-Roi, assassinat et viol d’une fillette de huit ans, complainte

Le crime de Choisy-le-Roi, assassinat et viol d’une fillette de huit ans, complainte

Petit format illustré, Paris, Henri Pascal, 1899, avec titre, sous-titre, illustration de H. Gangloff, publicité et chanson [paroles Léon Bonnenfant, musique Émile Spencer]. Plano, 360 × 280.

collection particulière

47Léo Lelièvre et Léon Bonnenfant sont les plus productifs en la matière. Il est certain que le petit format illustré pose un problème au sein de notre tentative taxinomique : stricto sensu, il comporte complainte et illustration, et devrait donc relever de la catégorie des Canards muets, cependant sa démarche éditoriale s’inscrit dans un tout autre projet, tourné vers le divertissement.

48Pour conclure sur ces proximités surprenantes de complaintes et de gaudrioles, ce mélange des genres ne doit pas nous étonner. D’une part la chanson conserve là, aussi longtemps qu’il lui est possible, sa fonction de media. D’autre part, la presse quotidienne ne mélange-t-elle pas aussi sur le même support une multitude de rubriques, des plus dramatiques aux plus légères ? Les recueils de chansons ainsi colportés proposent peu ou prou un journal chanté préfigurant les bulletins radiophoniques à venir. Ces voisinages incongrus d’horreurs chantées et de romances populaires durent jusqu’à la Libération : une feuille intitulée Derniers succès et chants patriotiques fait figurer côte à côte L’odieux Martyre d’Oradour-sur-Glane et Besame mucho.

Derniers succès et chants patriotiques p. 1

Derniers succès et chants patriotiques p. 1

Recueil chanson dramatique, titre, sans illustration, complaintes et chansons variées, s.l.n.d. [1944], 2 p., 295 × 460.

collection particulière

Derniers succès et chants patriotiques p. 2

Derniers succès et chants patriotiques p. 2

Recueil chanson dramatique, titre, sans illustration, complaintes et chansons variées, s.l.n.d. [1944], 2 p., 295 × 460.

collection particulière

Fonds remarquables

49Ce foisonnement typologique a généré en miroir des intérêts multiples, qui sont à l’origine de différentes collections, lesquelles ont à leur tour influé sur la conservation des canards. Le chercheur doit nécessairement intégrer ces données lorsque, face à un dépôt d’archives, il lui faut envisager les logiques constitutives de ces fonds : le catalogage et l’indexation sont induits par ces présupposés. De là nous rencontrons suivant les cas un classement thématique – par le contenu, le format, les caractéristiques éditoriales – ou chronologique. Plus fondamentalement encore, les conditions du rassemblement des pièces – et le savoir de ceux qui l’ont constitué – déterminent le fait qu’elles soient identifiées ou non en tant que canards, et que l’on signale ou non la présence d’une complainte en leur sein.

50Il faut remarquer le faible nombre de collections purement canardières, provenant d’un intérêt spécifique pour ce type de média. Il est vraisemblable qu’il en existe dans des fonds privés, mais leur repérage est pour le moins malaisé. Volontairement, tous les exemples présentés supra proviennent de la collection de l’auteur : une des visées de cette démarche taxinomique étant d’en repérer les éventuelles lacunes.

51Signalons, pour terminer ce préambule, que la nécessité de pousser les investigations dans une multitude de fonds apparaît lorsque l’on considère la rareté de ces objets. La base de données « Complaintes criminelles, 1870-1940 » mentionne le (ou les) lieux de conservation de chaque item. En dépit des tirages parfois fort abondants des feuilles & canards, seules 127 complaintes sur les 1005 recensées au 15 mars 2019 ont été rencontrées plus d’une fois dans les investigations menées : nous ne connaissons donc qu’un exemplaire pour 87 % des complaintes de la base. C’est dire la rareté ordinaire de ces supports.

La BnF et le dépôt légal

52Il y a parfois loin de la coupe aux lèvres : bien que vendus sur la voie publique, force est de constater que la majorité des canards ont ignoré le dépôt légal, et par là même sont absents des rayons de la Bibliothèque Nationale de France. Au 15 mars 2019, parmi les 1005 complaintes recueillies, seules 323 sont conservées à la BnF, à peine un tiers. Notre corpus n’est donc pas rassemblé de façon exhaustive en un lieu unique. Les raisons en sont multiples, mais on peut en dégager plusieurs :

  • 32 Selon la description qui en est faite par Marius Audin : « Les petits ouvrages de rien, tels que so (...)
  • 33 D’ailleurs L.-M. Simonet est inquiété en 1896, « prenant faussement la qualité d’imprimeur sur des (...)
  • 34 C’est l’accusation portée contre Louis-Modeste Simonet en 1911. A.D. Cher, 31U 764, jugements comme (...)

- Lorsqu’un imprimeur accoutumé aux « travaux de ville32 » se voit commander ponctuellement par un client l’impression d’une feuille portant une complainte relative à un fait divers récent, sans doute peut-il feindre d’ignorer la nécessité légale d’en faire la déclaration. Ou à tout le moins ne voit-il pas de nécessité à le faire, tant ce type de publications est rare dans sa production : s’il est verbalisé, il peut plaider la bonne foi. De plus, l’urgence de la publication – ainsi que sa prompte diffusion/dispersion –, et l’éventuel oubli de toute indication d’origine sur le feuillet assurent une quasi-impunité à l’imprimeur occasionnel de canards
- Même dans le cas d’imprimeurs réguliers de canards, il est avéré qu’en province le dépôt légal n’est pas toujours effectué, loin de là. Dans le cas de Louis Cornet (1852-1916), éditeur lyonnais opérant sous le pseudonyme du « Chansonnier Guillotin », auteur de nombreuses feuilles sur lesquelles figurent son patronyme et/ou son adresse, aucun dépôt n’a été retrouvé, que ce soit au titre des ouvrages, brochures, ou chansons. Il en est quasiment de même pour L.-M. Simonet, abondant producteur lui aussi. Dans ces deux cas, il est possible d’imaginer que ces pseudo-imprimeurs – à en croire leur raison sociale fièrement affirmée – n’en sont pas réellement, seulement d’obscurs protes œuvrant dans le dos de leurs employeurs33 ;
- Dans le cas de recueil mêlant des thématiques variées, il est fréquent que l’imprimeur soit délibérément hors-la-loi, s’il lui prend l’idée d’y inclure une chanson par ailleurs éditée et déposée. La même remarque vaut pour les parodies ; théoriquement tout texte publié « sur l’air de la Paimpolaise » relève aux yeux de la SACEM du délit de « contrefaçon de chanson34 ». C’est sans doute la raison pour laquelle ces recueils sont le plus souvent affectés d’un lieu fictif d’impression à l’étranger (Genève, Bruxelles, Charleroi, Alger…) afin de rendre les poursuites plus délicates. L.-M. Simonet nous a permis d’éventer la manœuvre en signant de son nom le recto d’une feuille, et au verso « Charleroi, imprimerie Beaujard ».

  • 35 Suivant les cas, des volumes reliés d’occasionnels montés sur onglets, ou bien des liasses rassembl (...)

53La principale conséquence regrettable de ce non-dépôt des canards est l’ignorance de leur tirage. D’autre part, même si l’on se concentre sur les canards ayant satisfait au dépôt légal, nous observons que leur mode de conservation et d’indexation ne les rend pas particulièrement accessibles. Leur statut de non-livre, lié fondamentalement à leur faible pagination, oblige les bibliothécaires à choisir entre la cotation individuelle de chaque canard – se traduisant par une conservation isolée de ses congénères –, ou bien le rassemblement en des recueils factices35. Les deux solutions ont été adoptées à la Bibliothèque nationale de France, sans que l’on sache précisément les motivations ayant présidé à ces choix. De plus, la triple nature des canards provoque des choix initiaux essentiels pour leur conservation :

- Ce sont des imprimés, donc leur place est sur le site de Tolbiac, voire de l’Arsenal ;
- Alors que la présence d’une xylographie de grande taille les orienterait plutôt vers le département des Estampes ;
- Et qu’au cas où la complainte constitue le titre du canard, il pourrait être considéré comme un support musical… Et donc entreposé rue de Louvois.

  • 36 BnF, 4-YE Pièce-1645. Notice consultée en ligne le 8 mars 2019 : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148 (...)
  • 37 À la BnF, les recueils peuvent se présenter sous forme de volumes où les documents rassemblés ont é (...)
  • 38 Nicole Coisel, « Le Catalogue des factums 1790-1959 de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bi (...)
  • 39 BnF, GR FOL-WZ-90. Seule une minorité des nombreuses complaintes de cette cote sont dotées d’une no (...)
  • 40 BnF, GR FOL-WZ-81.
  • 41 BnF, GR FOL-WZ-82. Voir l’étude d’Agnès Sandras sur ce recueil.
  • 42 Voir par exemple les cotes 4-YE PIECE-1643 à 1646, insérées au milieu de bluettes.

54Dans l’état actuel des recherches, il semble que peu de canards soient conservés au département de la musique – hormis dans le fonds Coirault, mais ce sont des documents datant d’avant la mi-xixe siècle. Le département des estampes conserve la majorité des canards anciens, le site de l’Arsenal reste à explorer mais l’essentiel se situe à Tolbiac. Ce qui nous conduit à l’éventail des possibles suivant :
- Des pièces isolées, inventoriées et cotées isolément. Même réalisée par des professionnels, leur indexation peut se révéler superficielle, tant elle est liée à la chose imprimée. L’examen d’une notice36 du catalogue de la Bibliothèque Nationale de France en offre une illustration saisissante : un feuillet portant une chanson relative à l’affaire Seznec, ne comporte pas dans son indexation le mot « chanson ». On lit seulement : « Mystérieux assassinat de M. Quémeneur. L'Affaire Seznec. Paroles de H. Augier [Texte imprimé] ». Seule la mention de « Paroles » atteste de la nature du texte. Certes, le mot « chanson » ne figure nulle part sur la feuille, mais ne serait-ce pas la moindre des choses que de signaler la réelle nature de cet écrit ?
- Des recueils37 chronologiques, regroupant des ephemera portant sur des thématiques variées, déposés année par année, mois par mois. Les canards y sont isolés, disséminés, et quasiment introuvables à moins de l’indexation fine de tous les constituants du recueil. Citons par exemple les cotes Fol-Fn-200 à 214 – dépouillées pour y trouver des productions tourangelles du canardier L.-M. Simonet –, où quelques canards figurent, présentés comme des factums ;
- En effet, la similitude d’aspect des canards monothématiques incluant un texte judiciaire avec les factums fait que l’on en retrouve, disséminés au sein de recueils de mémoires relatifs à des procès et jugement divers. Lesquels recueils utilisent un classement alphabétique, le titre de ces factums étant l’identité des parties en cause, et ici le catalogage est censé faire apparaître la présence d’une complainte ou non : « Une distinction doit être faite entre le factum et le canard. Parmi les factums conservés au Département des imprimés, nous trouvons un certain nombre de canards [...]. Une confusion a pu être faite entre canards et factums, en raison de l'exposé des faits qui est l'objectif d'un canard. [...] Les canards ne sont pas des factums, ils exposent les faits criminels – parfois c'est le criminel qui raconte, parfois c'est un compte rendu d'audience – et sont suivis du jugement et d'une complainte. [...] La vedette est le criminel ; le signe distinctif d'un canard est la complainte. Aussi, pour les canards, ajoutons-nous entre crochets carrés : [Suivi de : Complainte.] ou de : [Complainte à ce sujet.] si tel est le titre de la complainte. Par contre, il arrive qu'il y ait des canards sans complainte ; dans ce cas on ne peut en inventer. Cependant la vedette de forme : canard, sera choisie pour le catalogue matières38 ».
- On trouve enfin des recueils de chansons. Mais là encore il faut distinguer des ensembles homogènes de chansons d’actualité – comme Chansons sur les assassinats39, Chansons sur les parricides40, Chansons contre l'avortement et les assassinats d'enfants41 – de recueils chronologiques de chansons, monologues & poèmes regroupés au fur et à mesure de leur parution42. Dans ces derniers recueils se glissent des chansons d’actualité, en particulier consacrées à des faits divers

55En conclusion de cet état de l’art relatif à la recherche de complaintes dans les fonds de la Bibliothèque nationale de France, force est de constater l’ampleur de la tâche, la dispersion des documents et la variété de traitements qui leur ont été appliqués quant à leur indexation. L’invisibilité résultante est incontestablement la raison principale de la sous-utilisation des complaintes criminelles comme sources annexes – à côté de la presse quotidienne – pour étudier la réception d’un fait divers criminel par le public.

Les « petits fonds »

56En dehors de la Bibliothèque nationale de France, d’autres fonds intègrent canards et complaintes, mais leur découverte est bien plus malaisée qu’il n’y paraît. En dépit de l’indexation croissante des fonds d’archives, force est de constater que les mots-clés « complainte » et « canard » sont peu employés. D’autre part – et c’est sans doute le plus grand écueil – la diversité des problématiques de constitutions de fonds, liée à l’aspect profondément plurisémique de ces ephemera, multiplie les vedettes sous lesquelles les complaintes peuvent être regroupées.

  • 43 Et encore faudra-t-il distinguer la forme chantée des documents de justice ou abondent les « demand (...)
  • 44 Crime de Charenton, souvenirs de la victime, canard de L.-M. Simonet, 1888. AD Cher 15Fi Charenton (...)

57Que l’on en juge par le bric-à-brac rencontré pour chaque dépôt d’archives départementales dans la série J – « archives d’origine privée entrées par voie d’achat, don, legs ou dépôt » – et la série Fi – « documents figurés et assimilés entrés par voie extraordinaire : cartes et plans, dessins, gravures, estampes, lithographie, photographie, affiches ». Seule la numérisation croissante des outils de recherche permettra, via la recherche plein texte, d’isoler les occurrences du mot complainte43. Autre exemple : aux archives départementales du Cher, un canard – entré dans les fonds au titre du dépôt légal – a été finalement classé dans le dépôt des archives communales du village où s’est produit le crime44.

58Nous avons choisi de présenter quelques exemples de fonds, ayant en commun de contenir des canards et complaintes, tout en relevant de problématiques de constitution fort différentes.

Henri Pourrat et la littérature populaire

  • 45 Nos remerciements à Mme Dravet. Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, Fonds Henri Pourrat, (...)

59Les canards se trouvent souvent là où l’on ne les cherche pas. Une heureuse rencontre nous permit de localiser à la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Ferrand, dans le fonds Henri Pourrat, un lot d’une trentaine de feuilles de chansons des années 1905-192045. Parmi elles, nous trouvons une proportion importante de canards relatifs aux grands crimes de l’époque – La bande à Bonnot, l’affaire Redureau, et autres affaires locales. Que viennent-ils faire là ?

  • 46 Henri Pourrat, Le Trésor des contes, tomes I à XIII, Paris, Gallimard, 1948-1962.

60Rétrospectivement, la constitution de ce fonds par Henri Pourrat, via l’achat sur des marchés de ces feuilles auprès de chanteurs ambulants, n’est-elle pas logique ? L’auteur de Gaspard des Montagnes, à travers son œuvre, a montré un intérêt de tous les instants pour la littérature populaire, en particulier orale, concrétisée par la publication du Trésor des Contes46. Collecteur de contes, de chansons, il est à l’écoute des mots du peuple des montagnes d’Auvergne.

61Dans ces conditions, l’attention d’Henri Pourrat pour la narration chantée que constitue la complainte criminelle est dans le droit fil de ses propres collectes musicales, qui lui ont servi d’ossature pour certains de ses contes. Si la complainte tragique traditionnelle ne traite pas dans la majorité des cas d’un fait divers précis, mais plutôt d’un archétype criminel – la vengeance, le parricide, le crime passionnel, le crime crapuleux –, observer les mutations du genre au début du xxe siècle peut se révéler riche d’enseignement sur l’actualité de la littérature populaire, ou sur les goûts des auvergnats en matière de récits.

62Le « populaire », autrefois présent dans le titre du défunt « Musée des ATP » du Bois de Boulogne, est toujours représenté dans les collections du MUCEM à Marseille. Quelques sondages ont permis d’y retrouver des canards, principalement de la première moitié du xixe siècle, mais il semble que l’intégralité des fonds ne soit pas complètement inventoriée, et donc encore non consultable.

Les érudits et la « petite histoire »

63L’intérêt français pour les ephemera est fréquemment le fait de collectionneurs, attachés à une province, une région, voire une ville. Il nous a été donné de considérer plusieurs fonds privés témoignant d’une véritable frénésie collectionneuse amenant des érudits à compiler en un vaste bric-à-brac des imprimés uniquement liés par leur lieu de production : faire-part, programmes, publicités, affiches, tracts, en-têtes commerciales… et canards. Dans le meilleur des cas, lesdits canards sont rangés avec les chansons.

  • 47 AD Allier, 8J 31. Avec nos remerciements à M. J.-T. Bruel.

64Dans l’Allier, l’immense fonds de l’érudit autodidacte moulinois Francis Perrot (1840-1918) a été scindé, vendu, parfois intégré à d’autres collections. De sorte que son soigneux classement initial – chaque ouvrage ou document est numéroté – a volé en éclats. Ainsi plusieurs fonds privés différents, tous déposés en série J des archives départementales de l’Allier, comprennent-ils des dossiers provenant de la collection Pérot. Ce n’est qu’au bout de plusieurs années de recherches dans le fouillis des inventaires plus ou moins exhaustifs et explicites que nous pûmes consulter un dossier47 sobrement intitulé « Affaires criminelles à Moulins » lequel était uniquement composé de canards.

65Le cas du ponot Léon Cortial (1854-1937) est assez similaire : ce bibliophile a constitué un fonds d’environ 6 000 volumes « [...] dont des manuscrits, des incunables, des ouvrages rares du xvie et xviie siècle et beaucoup de documents connus à un seul exemplaire. La collection iconographique compte près de 1 400 gravures, affiches, placards48... ». L’intérêt de ce fonds est qu’il n’a pas été dispersé. Désormais conservé à la bibliothèque du Puy-en-Velay, nous y avons consulté plusieurs canards sur des faits divers altiligériens, de la mi-xixe siècle jusqu’aux années 1930. L’indexation fine du fonds en rend le dépouillement aisé.

  • 49 AD Indre, 48 J.
  • 50 Conservés par l’association « Les Amis de Prosper Convert ». Avec nos remerciements à M. Gérard Aug (...)

66D’autres collections similaires ont été inventoriées, telles celles de Joseph Thibault dans l’Indre49, ou de Prosper Convert dans l’Ain50. Incontestablement, il en reste à découvrir et dépouiller. Les fonds des Sociétés Savantes – héritières de nombreux dépôts d’érudits – méritent aussi une inspection approfondie. Ainsi la Société d’Émulation du Bourbonnais à Moulins conserve-t-elle plusieurs canards, bien entendu répartis entre différents fonds, de même pour la Société des Amis de Villefranche et du Bas-Rouergue.

  • 51 AM Lyon, 1 II 414.

67Les dépôts d’archives constituent également des recueils thématiques, à l’imitation de la Bibliothèque nationale de France. Ainsi les archives municipales de Lyon ont-elles regroupé en un dossier51 « Chansons lyonnaises, 1915-1945 » diverses partitions relatives à des évènements lyonnais, fêtes, célébrations, accidents… et faits divers criminels.

Les collectionneurs d’estampes

68L’intérêt pour le canard peut avoir aussi une origine purement esthétique, et/ou liée à l’histoire de l’imprimerie, en particulier des impressions populaires. Dans certaines villes à l’histoire riche en la matière, cette thématique de recherche se confond parfois avec celle des historiens locaux évoqués plus haut. À Lyon et Rouen, deux fonds illustrent cette veine.

69La bibliothèque Municipale de Lyon abrite depuis 1992 le fond Chomarat. Le donateur, Michel Chomarat, né en 1948, est tour à tour typographe, éditeur, commissaire d’expositions ; ses collections représentent 1 105 mètres linéaires, parmi lesquels la thématique « littérature grise et éphémères » comprend environ 20 000 références, ou encore 4 500 estampes. Les canards sont principalement classés parmi ces estampes, mais il en subsiste d’autres à repérer dans l’immensité du fonds, semble-t-il. On retrouve là l’écueil des thématiques de collection : si l’estampe est dans le viseur du collectionneur, la complainte n’est pas forcément mentionnée dans la notice. Ainsi, toujours à Lyon, Le Musée de l’imprimerie comprend-il des éphémères dans ses collections, mais selon le personnel « notre approche est avant tout technique et consacrée à l’histoire de l’imprimerie et des arts graphiques », et nulle complainte ne figure dans l’inventaire. Est-ce si certain ?

  • 52 Voir l’étude de Joann Élart.

70Il reste donc à se faire chercheur gyrovague, et questionner tous les hauts lieux de l’impression populaire en France : Orléans, Rouen, Chartres, Épinal, Metz… La Bibliothèque Municipale de Rouen abrite un fonds qui témoigne de la richesse des productions de la ville, en particulier les canards publiés par Émile Périaux au milieu du xixe siècle52.

71Comme on le constate, la multiplicité de ces petits fonds, leur éparpillement géographique, impliquent que seul un vaste chantier collaboratif peut espérer appréhender l’importance réelle de la production canardière en France sur la période considérée. Fin février 2019, la base de données « Complaintes criminelles en France, 1870-1940 » a dépassé le millier d’entrées. Peut-être n’en sommes-nous qu’au milieu du gué ?

De l’incunable à Snapchat

72En nous focalisant sur le triptyque canard monothématique/recueils de crimes/recueils de chansons dramatiques, nous en avons quelque peu dédaigné la chronologie. En effet, les apparitions, évolutions et mutations de chacun des types ainsi définis se déroulent souvent de façon simultanée. Globalement, on peut toutefois être frappé par l’aspect tragiquement circulaire de l’évolution du canard. Autant les premiers bulletins de la fin du xvie siècle que les dernières complaintes ronéotypées d’André Dusastre ont en commun une économie de moyens, une production artisanale répondant le plus vite possible à la demande de l’actualité, avec une durée de vie réduite. Entre ces prémices et cette conclusion, une embellie des formats, de la pagination, et de la professionnalisation éditoriale.

73La désaffection du public populaire pour le canard en tant que média, au profit de la presse quotidienne puis la radio, a conduit celui-ci, dans une ultime tentative, à revenir à son attrait fondamental, sa vraie originalité : la complainte. D’efficaces pourvoyeurs d’images et de récits ayant gagné le marché, les canardiers se sont réfugiés dans la confection de leurs chansons d’actualité qui demeurent, quoi qu’on en dise, dans l’air du temps : la fin de carrière d’André Dusastre correspond aux beaux jours de l’émission « Le Club des Chansonniers » sur Radio-Luxembourg.

74Cet amaigrissement du canard, le concentrant sur la complainte doit-il être mis en parallèle avec la recherche d’une information de plus en plus laconique dans sa forme, comme si la concision du message était un garant de sa véracité ? Ce canard allégé se replace alors dans l’histoire de la brève, figure journalistique dont il est proche : n’est-ce pas le format utilisé pour les rubriques de « Dernière heure », portant sur l’actualité la plus récente ? Ou pour transfigurer les faits divers les plus incongrus – voir les célèbres Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon ?

  • 53 Henri Harduin, « Propos d’un Parisien », Le Matin, 30 janvier 1904.

75Depuis le début du xxe siècle, la quête de la concision semble inséparable de l’essor des médias et de l’avancée des techniques de communication : « Comprend-on ces académiciens qui, au vingtième siècle, alors qu’en cinq minutes, au téléphone, on arrive à se dire tout ce qu’on veut, ont besoin de 2 400 lignes et de plusieurs heures d’horloge pour exprimer leur pensée ? […] S’ils s’imaginent qu’à notre époque on est disposé à avaler de pareilles tartines, j’ai le regret de leur dire, en un langage ignoré de l’Académie, qu’ils se fourrent le doigt dans l’œil, dans les deux yeux53 ».

76Un siècle plus tard, les outils contemporains – pourtant aptes à transporter de façon instantanée de grands volumes de données – inventent à leur tour des contraintes pour minimaliser la communication immédiate sur l’actualité : de façon textuelle, comme les 140 puis 280 caractères des tweets, ou dans l’obsolescence programmée des images, à l’instar du concept de photo éphémère développé par Snapchat à partir de 2001.
De l’incunable à Snapchat, on en revient toujours à l’éphémère.

Glossaire

  • 54 Les termes soulignés renvoient à d’autres définitions du glossaire.
  • 55 Selon la terminologie proposée par Mme Éliane Daphy, spécialiste de la « chanson papier ». Voir en (...)

Auteur

L’indication de l’auteur des paroles d’une complainte54 est souvent manquante : au 1er août 2018, 42 % des complaintes recueillies sont de la plume d’un auteur non nommé, auxquelles l’on pourrait rajouter les signatures du type « un anonyme » ou « un homme de bon sens », sans oublier les nombreuses initiales non identifiables.

Brochure

Voir livret.

Canard

Occasionnel traitant d’affaire(s) criminelle(s) – qualifié parfois de « canard sanglant » –, rapidement devenu synonyme de fausse nouvelle, ou de travail d’impression réalisé sans grand soin. Les bibliophiles étendent cette terminologie à une impression populaire illustrée.

Chanson

Forme chantée qui se distingue de la complainte d’une part par la présence éventuelle d’un refrain, ou si elle n’est que strophique, par une longueur plus réduite, de 3 à 6 couplets en général.

Chanteur

La vente des feuilles de chansons sur la voie publique est assurée par des chanteurs ambulants, présentés comme « marchands de complaintes » ou « marchands de cantiques » dans les archives de police. Il arrive parfois que les feuilles ou livrets portent le nom du chanteur qui en a le monopole, soit parce qu’il en est l’auteur, soit parce qu’il a fait imprimer le livret à ses frais.

Complainte

Texte chanté strophique (i.e. sans refrain), souvent de grande longueur – atteignant en quelques occasions la centaine de couplets –, traitant de sujets tragiques ou épiques.

Éditeur

Souvent confondu avec l’imprimeur, dans le cas de productions provinciales réellement occasionnelles. Sa raison sociale n’apparaît pas toujours : au 1er août 2018, 16 % des complaintes sont d’un éditeur inconnu. Dans le cas d’éditeurs parisiens – Baudot, Ferrand, Hayard par exemple –, ceux-ci confient le tirage à un imprimeur spécialisé.

Ephemera

Voir occasionnel.

Factum

Aussi nommé « Mémoire » par le passé, il s’agit d’un texte produit par une des parties impliquées dans un procès à l’effet de présenter ses arguments au public. Par extension, on désigne aussi sous cette appellation la publication en feuille ou livret de l’énoncé d’un jugement ; dans le cas d’affaires criminelles, le factum peut comporter une complainte sur l’évènement.

Feuille

Désigne le support d’une complainte ou chanson de façon générale, lorsque sa pagination ne dépasse pas 4 pages.

Image

L’aspect illustré du canard est essentiel dans son commerce : la conjonction des différents codes – chantés, lus, montrés – assure que le public, pas toujours à l’aise avec la lecture, pourra comprendre les tenants et aboutissants du fait divers. La xylogravure est le procédé le plus utilisé, rejoint vers la mi- xixe siècle par l’eau-forte, ou des photogravures archaïques. L’usage de la couleur est réservé aux éditeurs parisiens, et aux petits formats.

Imprimeur

En raison de la mention du timbre, il n’est pas besoin d’inclure une partition sur la feuille ; en conséquence n’importe quel imprimeur peut produire un occasionnel comprenant une complainte. Certains le font de façon fortuite, lorsque survient un crime à proximité et qu’un auteur leur amène un texte, d’autres se spécialisent dans cette production.

Livret

Les recueils de chansons sont souvent présentés sous forme de livrets : au xixe siècle, ils sont cousus ou agrafés, de format réduit 90 × 140 à 110 × 180. Au xxe siècle, ils ont la même taille que les petits formats, un nombre parfois important de pages, et sont en général vendus non coupés. Quelques livrets ont un format double quant à la couverture en portrait, mais les pages se lisent à l’italienne de comprennent deux chansons côte à côte.

Occasionnel

Terme de bibliophilie désignant une feuille (ou une brochure de pagination réduite) d’information non périodique. Apparus vers la fin du xve siècle, ces « Relations » ou « Bulletins » illustrés constituent les premiers medias imprimés, préfigurant la presse périodique. On utilise aussi l’appellation d’éphémère, ou d’ephemera ; toutefois celle-ci englobe aussi les publications non uniquement informatives (tracts, publicités, avis divers).

Pagination

A priori, elle dépend de la longueur de la complainte : pour l’affaire Fualdès, les 48 couplets nécessitent 12 pages de brochure. À contrario, le choix peut aussi être fait de composer le texte en une ou deux pages de très grand format, sans doute pour impressionner l’acheteur par la dimension du support.

Parodie

À la suite du développement du Café-Concert au xixe siècle, des chansons contemporaines furent choisies comme timbres. Dès lors les paroles originales eurent une influence sur l’écriture des couplets, de façon paronymique. Par exemple À Batignolles (A. Bruant) s’imposa pour chanter Au Fort Chabrol.

Petit format

Partition de chanson bon marché comportant à minima le texte et la mélodie notée, de format environ 180 × 270. On peut distinguer ensuite55 :

Petit Format illustré (PFI) : un feuillet plié en 4 pages comportant une illustration (p. 1), la ligne mélodique (p. 2), les paroles (p. 3) et un extrait du catalogue de l’éditeur (p. 4).

Petit Format Artiste (PFA) : un feuillet imprimé recto seul sur le modèle précédent, ne comportant que les pages 2 et 3.

Grand Format Illustré (GFA) : même présentation que le PFI en format plus grand, environ 270 × 350, comportant la ligne mélodique et un accompagnement pour piano.

Placard

Appellation réservée à des feuilles de grande taille (au moins 600 × 800), que l’on peut confondre aisément avec une affiche. Quelques-unes sont imprimées sur une seule face, plano, d’autres recto-verso.

Plano

Se dit d’une feuille imprimée au recto seul, non pliée.

Recueil

Lorsqu’une feuille ou un livret comporte plusieurs chansons, elle devient un recueil.

Timbre

L’écriture sur timbre est la technique consistant pour un auteur à utiliser une mélodie préexistante pour produire sa chanson. La mélodie sur laquelle est chanté le texte présent sur la feuille est citée par la mention de son titre. Au xixe siècle, bien des timbres sont échangeables, car ils possèdent la même coupe ; ainsi l’on peut trouver « sur l’air de La valse des adieux ou Béranger à l’Académie ». Le timbre peut également prendre comme nouveau titre celui d’un texte ayant assuré sa popularité, ainsi l’Air du Maréchal de Saxe devint l’Air de Fualdès à la mi-xixe siècle.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Nous ne considérons ici que des productions chantées en français, relatives à des faits divers criminels avérés sur le territoire métropolitain, contemporaines du crime ou de son jugement. La distinction musicologique entre complainte et chanson* est ignorée ici, au profit de la première appellation. L’astérisque signale, lors de leur première apparition, les mots du glossaire figurant en annexes.

2 Terme préférable à affiche, car les canards n’étaient pas destinés initialement à un quelconque affichage. Ce qui n’empêche pas de les retrouver collés – placardés, donc – à l’intérieur de différents mobiliers, à l’instar de l’imagerie populaire.

3 On pourra se reporter au glossaire figurant en annexe pour préciser certains termes bibliophiliques ou éditoriaux.

4 Nous laissons de côté les cas – minoritaires – où la complainte imprimée nous parvient par l’entremise de la presse quotidienne, ou d’un ouvrage édité.

5 Ceci vaut aussi pour le texte de la complainte ; s’il est typographié dans la majorité des cas, on rencontre également des exemples d’autographies ou de tirages à l’alcool.

6 Nous ne considérons donc pas les culs-de-lampe, cartouches ou bandeaux ornementaux comme des images.

7 Sauf mention spéciale, tous les supports de complaintes proviennent de la collection de l’auteur.

8 L.-M. Simonet semble utiliser un procédé de photogravure archaïque sur lequel les interprétations divergent encore.

9 L.-M. Simonet réemploie durant les années 1920 des vignettes humoristiques de presse, dont il a retiré la légende.

10 Jugement rendu par la cour d'Assises de Moulins en Bourbonnais, Département de l'Allier, qui condamne à la peine de mort et à avoir le poing coupé la nommée Madeleine Albert, âgée de 23 ans, convaincue d'assassinat sur les personnes de son père, de sa mère, et de ses deux sœurs, l'une âgée de 14 ans, et l'autre de 3 ans. Complainte à ce sujet, imp. de H. Cotard à Issoudun.

11 Disponible en annexe.

12 Un occasionnel* sans complainte à propos de l’affaire Steinhel [1908-1909] est imprimé en gris foncé sur fond noir brillant, et fait parler le Président Félix Faure depuis l’au-delà. BHVP, dossier Actualités 152.

13 Maurice Lever, Canards sanglants, Naissance du Fait divers, Paris, Fayard, 1993, 517 p.

14 Jean-Pierre Seguin, Canards du siècle passé, Paris, Pierre Horay, 1969, 80 p. et Jean-Pierre Seguin, Nouvelles à sensation, Canards du xixe siècle, Paris, Armand Colin, coll. « Kiosque », 1959, 226 p.

15 France, Paris, BNF. 4975 (429 et 430) [cote sans doute obsolète], cité par Jean-Pierre Seguin, Nouvelles à sensation… p. 164. Sur la pluralité des codes sémantiques utilisés par le canard pour fédérer des auditoires multiples, voir Jean Hébrard « Les canards » in Henri-Jean Martin, Roger Chartier, Histoire de l’édition française, tome III : le temps des éditeurs, du Romantisme à la Belle Époque, Paris, Promodis, 1985, p. 458.

16 La chronique criminelle a peu inspiré les grands imagiers d’Épinal ou de Metz – quasiment les seuls provinciaux capables de maitrise l’impression en couleur –, vraisemblablement trop choquante à leurs yeux.

17 Plus de 80 sont cités par Jean Laureau, « Canards et complaintes 1900 », Le Vieux Papier, fasc. 340, avril 1996.

18 André Gide, L'affaire Redureau, suivie de Faits divers, Paris, Gallimard, 1930, 222 p.

19 Ce sont deux exemples bien documentés, mais il en existe d’autres. Voir : [Collectif], L’art des chansonniers, E canti que canti…, Actes du colloque de Gaillac des 28, 29 et 30 novembre 2003, Isatis, Toulouse, 2005.

20 Voir l’article qui lui est consacré dans Détective n°554, 11 février 1957, p. 14-15.

21 Edern Le Bastard, René Le Gac (1894-1974), chanteur chansonnier breton du xxe siècle, Mémoire de maîtrise de breton, Université de Bretagne occidentale, Brest, octobre 2003. Source communiquée par Daniel Giraudon, merci à lui.

22 Exemple de 1820, extrait de la collection Zoummerof : https://criminocorpus.org/fr/ref/114/53583/

23 Canard de 1887, BNF département Estampes et photographie, BOITE FOL-LI-300 (28).

24 Canard de 1888, BNF département Estampes et photographie, BOITE FOL-LI-300 (27)

25 Canard de 1894, Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, A 11212.

26 Par exemple la feuille consacrée au « Crime de Bruz », 1901.

27 Imprimerie Deslis à Tours, BNF, Fol-Fn-213.

28 Voir notre étude sur l’un de ces textes : Jean-François “Maxou” Heintzen, « Le crime de la place Maubert », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 20 février 2018, consulté le 12 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3686

29 Gabriel Vicaire (préface de) : Charles Guillon, Chansons populaires de l’Ain, Paris, Monnier, 1883. Cité, avec d’autres exemples du même ordre, par Patrice Coirault, Notre chanson folklorique, Paris, Picard, 1942, note p. 23.

30 Marie-Véronique Gauthier, Chanson, sociabilité et grivoiserie au XIXe siècle, Paris, Aubier, 1992, 311 p.

31 Le groupe musical breton « L’Armée du chalut » peut interpréter plusieurs centaines de parodies* de La Paimpolaise.

32 Selon la description qui en est faite par Marius Audin : « Les petits ouvrages de rien, tels que sont les cartes, les affiches […] les billets de mariage, de mort, de bout de l’an et autres, parce qu’ils demandent peu de temps à composer ». Marius Audin, Histoire de l’imprimerie par l’image, t. IV, Bibelots et bilboquets, Lyon, 1929, p. 3 et sq.

33 D’ailleurs L.-M. Simonet est inquiété en 1896, « prenant faussement la qualité d’imprimeur sur des complaintes qu’il faisait vendre et colporter dans la ville de Saint-Amand ». AD Cher, 4U 22/59, justice de paix de Saint-Amand-Montrond, audience du 21 mars 1896.

34 C’est l’accusation portée contre Louis-Modeste Simonet en 1911. A.D. Cher, 31U 764, jugements commerciaux, 1er février 1911, entre « la société des auteurs et compositeurs de musique [...] contre Fernand Daniel imprimeur à Saint-Amand, Simonnet éditeur de chansons à Saint-Amand, [...] condamnés à 25 F de dommages et intérêts pour contrefaçon de chansons ».

35 Suivant les cas, des volumes reliés d’occasionnels montés sur onglets, ou bien des liasses rassemblées en boîtes ou cartons.

36 BnF, 4-YE Pièce-1645. Notice consultée en ligne le 8 mars 2019 : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb317418240

37 À la BnF, les recueils peuvent se présenter sous forme de volumes où les documents rassemblés ont été reliés ensemble, montés sur onglets, ou bien laissés en liasses « brutes », lorsque les formats sont trop divers.

38 Nicole Coisel, « Le Catalogue des factums 1790-1959 de la Bibliothèque nationale », Bulletin des bibliothèques de France, 1974, n° 9-10, p. 429-451. Consulté en ligne http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1974-09-0429-001 le 25 février 2019.

39 BnF, GR FOL-WZ-90. Seule une minorité des nombreuses complaintes de cette cote sont dotées d’une notice.

40 BnF, GR FOL-WZ-81.

41 BnF, GR FOL-WZ-82. Voir l’étude d’Agnès Sandras sur ce recueil.

42 Voir par exemple les cotes 4-YE PIECE-1643 à 1646, insérées au milieu de bluettes.

43 Et encore faudra-t-il distinguer la forme chantée des documents de justice ou abondent les « demandeurs en complainte ».

44 Crime de Charenton, souvenirs de la victime, canard de L.-M. Simonet, 1888. AD Cher 15Fi Charenton – 1.

45 Nos remerciements à Mme Dravet. Bibliothèque du Patrimoine, Clermont-Ferrand, Fonds Henri Pourrat, HPV 120-151.

46 Henri Pourrat, Le Trésor des contes, tomes I à XIII, Paris, Gallimard, 1948-1962.

47 AD Allier, 8J 31. Avec nos remerciements à M. J.-T. Bruel.

48 Présentation du fonds sur le site de la bibliothèque du Puy-en-Velay, https://bibliotheque.lepuyenvelay.fr/.

49 AD Indre, 48 J.

50 Conservés par l’association « Les Amis de Prosper Convert ». Avec nos remerciements à M. Gérard Augustin.

51 AM Lyon, 1 II 414.

52 Voir l’étude de Joann Élart.

53 Henri Harduin, « Propos d’un Parisien », Le Matin, 30 janvier 1904.

54 Les termes soulignés renvoient à d’autres définitions du glossaire.

55 Selon la terminologie proposée par Mme Éliane Daphy, spécialiste de la « chanson papier ». Voir en ligne : https://medihal.archives-ouvertes.fr/search/index/q/*/keyword_t/chanson-papier/ consulté le 29 mars 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Arrêt du conseil supérieur [affaire Cayot] p. 1
Légende Factum chanté, 1771, s.l. [Lyon], avec titre, sous-titre, arrêt de la sénéchaussée de Lyon, et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 190 × 230.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Arrêt du conseil supérieur [affaire Cayot] p. 2
Légende Factum chanté, 1771, s.l. [Lyon], avec titre, sous-titre, arrêt de la sénéchaussée de Lyon, et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 190 × 230.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Jugement [affaire Derouineau] p. 1
Légende Factum chanté, 1819, Nantes, Gaudin, avec cartouche, titre, récit et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 220 × 260.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Jugement [affaire Derouineau] p. 2
Légende Factum chanté, 1819, Nantes, Gaudin, avec cartouche, titre, récit et complainte [timbre non indiqué]. Plano, 220 × 260.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 1.]
Légende Crime chanté, 1818, Paris, Poulet, avec titre, exorde et complainte [air Du Maréchal de Saxe]. Plano, 90 × 150.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 3.]
Légende Crime chanté, 1818, Paris, Poulet, avec titre, exorde et complainte [air Du Maréchal de Saxe]. Plano, 90 × 150.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Véritable complainte arrivée de Toulouse [Affaire Fualdès, extrait, p. 12.]
Légende Crime chanté, 1818, Paris, Poulet, avec titre, exorde et complainte [air Du Maréchal de Saxe]. Plano, 90 × 150.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Détails et Complainte [sur l’affaire Bony] p. 1
Légende Canard factum, 1817, Riom, Dégoutte, avec illustration, titre et sous-titre, récit et complainte [sur l’air Du Maréchal de Richelieu ]. Plano, 270 × 420.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Détails et Complainte [sur l’affaire Bony] p. 2
Légende Canard factum, 1817, Riom, Dégoutte, avec illustration, titre et sous-titre, récit et complainte [sur l’air Du Maréchal de Richelieu ]. Plano, 270 × 420.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Détails sur deux assassinats [commis par un prêtre espagnol – affaire Musquiz]
Légende Canard media, août 1833, Paris, Impr. de Gratiot, chez Garson, avec illustration, titre et sous-titre, récit et complainte [sur l’air de La soirée orageuse]. Plano, 240 × 450 approx.
Crédits collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Exécution capitale de Caserio p. 1
Légende Canard factum, 1894, Castres, Imp. du Progrès, 1894, avec illustration, titre, récit et complainte [air de Fualdès probablement]. 2 p., 315 × 440.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Exécution capitale de Caserio p. 2
Légende Canard factum, 1894, Castres, Imp. du Progrès, 1894, avec illustration, titre, récit et complainte [air de Fualdès probablement]. 2 p., 315 × 440.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Une mère féroce [Affaire de la « Séquestrée de Poitiers », extrait, p. 1]
Légende Canard media, Paris, Baudot, 1901, avec illustration de Lacarrière, titre, sous-titre, récit et complainte [paroles de Léon l’Aspic, sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 380 × 550.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Une mère féroce [Affaire de la « Séquestrée de Poitiers », extrait, p. 4]
Légende Canard media, Paris, Baudot, 1901, avec illustration de Lacarrière, titre, sous-titre, récit et complainte [paroles de Léon l’Aspic, sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 380 × 550.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Un satyre assassin [Affaire Soleilland, extrait, p. 1]
Légende Canard media, Paris, Baudot, 1907, avec illustration, titre, sous-titre, récit et Complainte réaliste [sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 390 × 570.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Un satyre assassin [Affaire Soleilland, extrait, p. 4]
Légende Canard media, Paris, Baudot, 1907, avec illustration, titre, sous-titre, récit et Complainte réaliste [sur l’air de La Paimpolaise]. 4 p., 390 × 570.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 988k
Titre Triple assassinat [Crime de Mezos (Landes)] p. 1
Légende Canard media, Donadey, Paris, 1904, avec illustration de P. Carron, titre, sous-titre, publicités, long récit et Complainte des vieillards assassinés [air probable Fualdès]. 2 p., 430 × 600.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre Triple assassinat [Crime de Mezos (Landes)] p. 2
Légende Canard media, Donadey, Paris, 1904, avec illustration de P. Carron, titre, sous-titre, publicités, long récit et Complainte des vieillards assassinés [air probable Fualdès]. 2 p., 430 × 600.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre Troppmann de 15 ans [Affaire Redureau, ou « la tuerie du Landreau »] p. 1
Légende Canard media, Billy, Paris, 1913, avec illustration de H. Ferran, titre, sous-titre, sommaire, publicités, long récit et complainte [paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air de La Paimpolaise]. 2 p., 380 × 600.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Troppmann de 15 ans [Affaire Redureau, ou « la tuerie du Landreau »] p. 2
Légende Canard media, Billy, Paris, 1913, avec illustration de H. Ferran, titre, sous-titre, sommaire, publicités, long récit et complainte [paroles de Léon Bonnenfant, sur l’air de La Paimpolaise]. 2 p., 380 × 600.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Le crime de Rabière [Louroux-Hodement (Allier)]
Légende Complainte seule, s.l.n.d. [Allier, 1933], avec titre, culs-de-lampe et chanson [air Quand on s’aime bien tous les deux]. Plano, 215 × 270.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre L’assassinat de Nicole Marescot [Le rapt de Chaumont (Haute-Marne), affaire Socley]
Légende Complainte seule, Montauban, A. Dusastre, s.d. [1935], ronéotypé, non illustré, chanson [air : La valse brune]. Plano, 220 × 280.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Horrible crime de Venesmes près Châteauneuf
Légende Canards recueils media, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1899, avec illustration, titre, récit et complaintes [sur l’air L’eau et le vin, La valse des adieux, Le Juif errant]. Plano, 390 × 530.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Exécution du tueur de bergers
Légende Canards recueils media, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1899, avec illustration, titre, récit et complaintes [sur l’air L’eau et le vin, La valse des adieux, Le Juif errant]. Plano, 390 × 530.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Horrible assassinat d’une vieille femme à Louans, Indre et Loire
Légende Canards recueils media, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1899, avec illustration, titre, récit et complaintes [sur l’air L’eau et le vin, La valse des adieux, Le Juif errant]. Plano, 390 × 530.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Les crimes contre l’enfance [Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber, L’affaire Soleillant, Scandale de Belleville, Le crime de Corancez, Le petit crucifié, Les enfants martyrs] p. 1
Légende Canard recueil media, s.d. [1908 Ca], Paris, J. Ferrand, avec titre, sous-titre, illustrations [une est signée Punch], récits, chansons et complaintes. 2 p., 500 × 640.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Les crimes contre l’enfance [Les crimes de l’ogresse Jeanne Weber, L’affaire Soleillant, Scandale de Belleville, Le crime de Corancez, Le petit crucifié, Les enfants martyrs] p. 2
Légende Canard recueil media, s.d. [1908 Ca], Paris, J. Ferrand, avec titre, sous-titre, illustrations [une est signée Punch], récits, chansons et complaintes. 2 p., 500 × 640.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Les crimes et drames p. 1
Légende Canard recueil muet, Paris, J. Ferrand, 1930 Ca avec titre, sous-titre, illustration de H. Ferran, chansons et complaintes. Plano, 400 × 580.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Les crimes et drames p. 2
Légende Canard recueil muet, Paris, J. Ferrand, 1930 Ca avec titre, sous-titre, illustration de H. Ferran, chansons et complaintes. Plano, 400 × 580.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre La muse du Bocage [avec Le crime du train 131] p. 1
Légende Recueil chanson dramatique, Lyon, Louis Cornet, 1908 sans illustration, complainte et chansons variées. 2 p., 550 × 430.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre La muse du Bocage [avec Le crime du train 131] p. 2
Légende Recueil chanson dramatique, Lyon, Louis Cornet, 1908 sans illustration, complainte et chansons variées. 2 p., 550 × 430.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Le russo-japonais, recueil de chansons variées [dont Crime du Mans, chant plaintif en souvenir des victimes, Un drame à Arcomps Cher, Enfant martyrisé] p. 1
Légende Recueil chanson dramatique, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1904, sans illustration, complaintes et chansons variées. 2 p., 530 × 390.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Le russo-japonais, recueil de chansons variées [dont Crime du Mans, chant plaintif en souvenir des victimes, Un drame à Arcomps Cher, Enfant martyrisé] p. 2
Légende Recueil chanson dramatique, Saint-Amand-Montrond, Louis-Modeste Simonet, 1904, sans illustration, complaintes et chansons variées. 2 p., 530 × 390.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Le Crime de Routot p. 1
Légende Recueil chanson dramatique, Charleroi, Imprimerie Legueu, 1910, titre, chansons criminelles au recto, chansons variées au verso. 2 p., 375 × 550.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Le Crime de Routot p. 2
Légende Recueil chanson dramatique, Charleroi, Imprimerie Legueu, 1910, titre, chansons criminelles au recto, chansons variées au verso. 2 p., 375 × 550.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Le crime du boulevard du Temple [Affaire Anastay]
Légende Petit format illustré, Paris, A. Repos, 1891, avec titre, illustration et chanson [paroles P. Dumont, musique Émile Spencer]. Plano, 360 × 275.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Le crime de Choisy-le-Roi, assassinat et viol d’une fillette de huit ans, complainte
Légende Petit format illustré, Paris, Henri Pascal, 1899, avec titre, sous-titre, illustration de H. Gangloff, publicité et chanson [paroles Léon Bonnenfant, musique Émile Spencer]. Plano, 360 × 280.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Derniers succès et chants patriotiques p. 1
Légende Recueil chanson dramatique, titre, sans illustration, complaintes et chansons variées, s.l.n.d. [1944], 2 p., 295 × 460.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Derniers succès et chants patriotiques p. 2
Légende Recueil chanson dramatique, titre, sans illustration, complaintes et chansons variées, s.l.n.d. [1944], 2 p., 295 × 460.
Crédits collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8853/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François “Maxou” Heintzen, « Essai de typologie canardière », Criminocorpus [En ligne], Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Canards, édition et collections, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8853

Haut de page

Auteur

Jean-François “Maxou” Heintzen

Professeur agrégé de mathématiques en lycée, Jean-François « Maxou » Heintzen est titulaire du C.A. de professeur de musique, spécialité musique traditionnelle. Il a soutenu en 2007 une thèse de doctorat d’histoire : Musiques discrètes et société, Les pratiques musicales des milieux populaires à travers le regard de l’autorité dans les provinces du centre de la France, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Bernard Dompnier (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC) Ses recherches actuelles portent sur diverses formes de musiques populaires aux XIXe et XXe siècles, centrées sur la diffusion des feuilles de chansons par colportage et vente dans la rue. Il intervient dans le cadre du groupe d’arts et traditions populaires « La Chavannée », et interprète avec plaisir les complaintes qu’il étudie. Il est membre correspondant du Clamor. À consulter sur Criminocorpus : La base de données des complaintes criminelles en France (1870-1940).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search