Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Les complaintes criminelles en Fr...Présentation des actes du colloqueLes complaintes criminelles en Fr...

Présentation des actes du colloque

Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu

Jean-François “Maxou” Heintzen et Sophie Victorien

Texte intégral

  • 1 Complainte de Pierre Rivière, air : T’en souviens-tu ?

Si dans les fastes de mémoire
L'on inscrit des guerriers fameux,
De quelques brigands dans l'histoire,
On conserve les noms affreux ;
Celui du jeune Pierre Rivière,
Dont je vais vous tracer les forfaits,
En horreur à la terre entière,
Y figurera pour jamais1.

  • 2 Michel Foucault, Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère… Un cas de parricid (...)
  • 3 Jean-Pierre Seguin, « “Canards” : une succession ouverte », La bibliothèque bleue et les littératur (...)
  • 4 Donatien Laurent, « La gwerz de Louis le Ravallec », Arts et traditions populaires, 1967-1, p. 19-7 (...)

1Il y a déjà plus de quarante ans, Michel Foucault n’avait pas oublié la complainte criminelle dans le corpus de sa recherche sur l’affaire Pierre Rivière ; « Le crime se chante », notait-il en tête de chapitre2. Il y a une vingtaine d’années, Jean-Pierre Seguin appelait à sa propre succession, déclarant le chantier d’étude des « Canards » ouvert à celui qui voudrait bien s’en charger, après un demi-siècle de quêtes et publications3. Depuis, seuls les chercheurs explorant les chansons en breton sur feuilles volantes ont relevé le gant4. Et le temps a passé.

2La complainte criminelle – au sens strict du terme, un texte chanté narrant dans un but informatif et/ou édifiant les détails d’un authentique fait divers criminel – a occupé pourtant pendant longtemps une place habituelle dans la vie quotidienne :

  • 5 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1781-1788, cité par Jacques Le Floc’h, « Les (...)

« Un parricide, un empoisonneur, un asssassin, le lendemain, que dis-je, dès le jour même de leur supplice, enfantent des complaintes qui sont chantées dans tous les carrefours et composées par les chanteurs du Pont-Neufs5 »

3Elle s’inscrit ainsi dans une histoire longue, depuis les occasionnels du XVIe siècle, jusqu’aux « Canards sanglants » du premier XIXe siècle. Autrefois tiré de l’oubli par des collectionneurs, ou des érudits, ce type d’éphémère est l’objet d’une attention par trop occasionnelle.

4Le colloque « Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu » des 2-3 avril 2019 a voulu inverser la tendance, et être le moment d’une nouvelle prise en considération des complaintes criminelles, ces « sources modestes » de l’histoire des délits et des peines, des médias populaires, et de la « chanson d’actualité ». Le propos de ce colloque était de poser les jalons d’une nouvelle approche pluridisciplinaire des complaintes criminelles, en tant que sources de l’histoire de la justice et témoins des goûts musicaux populaires.

  • 6 Anne-Emmanuelle Demartini, Éva Guillorel, Marlène Belly et Dominique Kalifa (†).

5Ces deux journées ont accueilli les échanges fructueux entre historiens du judiciaire et du culturel, musicologues et spécialistes de littérature sur les sites des archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France en partenariat avec le Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (Clamor UMS 3726 CNRS-Ministère de la justice). Nous tenons à les remercier ainsi que les présidents de séances6 et les participants qui ont permis le succès de cette manifestation qui a été labellisée « 80 ans du CNRS », contribuant ainsi à sa médiatisation jusque sur les ondes de France-Inter, dans La Marche de l’Histoire de Jean Lebrun.

  • 7 Certaines sont désormais en ligne sur la « Base inter-régionale du Patrimoine oral », http://patrim (...)
  • 8 La chanson d’actualité sur feuille volante, autour de Louis Modeste Simonet (1854-1933) éditeur de (...)
  • 9 CD Nantes en chansons, Coll. « Tradition vivante de Bretagne », Nantes, Dastum, 1998 ; CD Saint-Naz (...)

6À dire vrai, ce colloque n’apparaît pas sans prémices. Sur le versant associatif, depuis les années 1970, des musiciens-chercheurs investis dans le champ des répertoires traditionnels recueillent des bribes de complaintes criminelles7. Des collectionneurs prennent soin de « canards » chinés en brocantes, et les exposent8. La proximité de ces deux entreprises fait que l’on écoute désormais des complaintes chantées sur des enregistrements patrimoniaux récents9, et que des artistes incluent ce type de répertoire dans leurs concerts. Simultanément, la pratique de la composition sur timbre – ou « sur l’air de… » – reprend de la vigueur.

  • 10 Jean-François “Maxou” Heintzen, « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, la fin (...)

7Sur un versant plus académique, par l’intermédiaire de son dossier thématique « Musique et justice », la revue en ligne Criminocorpus accueille depuis 2013 les complaintes criminelles10. Dans la foulée, le CLAMOR soutient le projet de la base de données « Complaintes criminelles 1870-1940 » initiée début 2015, et mise en ligne en octobre 2017. Elle approche tout doucement des 1 200 complaintes accessibles en cet hiver 2020-2021.

8L’objectif initial de cette base de données était, pour son concepteur, l’étude de la disparition d’un genre, et en préalable la collecte d’un nombre conséquent de complaintes. La mise en lumière de sources méconnues – car trop disséminées – s’est vite greffée sur l’entreprise première : le contenu de cette parole des rues, libre et insolente, offre parfois un éclairage nouveau sur la réception de l’actualité par les couches les plus humbles de la population.

  • 11 Olivier Belin (université de Cergy-Pontoise), Romain Benini (université Paris-Sorbonne), Jean-Claud (...)

9Le comité scientifique11 que nous avons constitué pour préfigurer ce colloque a donc souhaité que l’on puisse y apprécier la pertinence de ces sources oubliées, autant que les conditions de leur production – littéraires et éditoriales – et de réfléchir sur les évolutions et influences qu’elles avaient pu connaître au long de leur histoire récente.

10Ainsi lirons-nous le récit d’affaires criminelles fameuses à travers le prisme des complaintes qui leur furent consacrées – Vacher (Marc Renneville), Pranzini (Frédéric Chauvaud), le crime de Bas-Briacé (Pierre Guillard et Sophie Victorien) –, puis nous étendrons ensuite la même problématique à des scandales politico-judiciaires – Panama (Jean-Yves Mollier), L’affaire Dreyfus (Philippe Oriol). Seconde thématique, l’écriture de la complainte est abordée dans sa technique « sur timbre » (Claude Ribouillault), dans ses liens à la poésie chez Jules Lafforgue (Nils Couturier), et dans le contexte linguistique de l’Occitanie (Xavier Vidal).

11Puis la démarche éditoriale est étudiée, tant par ses productions – les fameux « canards » (Jean-François “Maxou” Heintzen), leur variété et leur illustration – que par les difficultés de sa conservation (Philippe Nieto), à travers l’étude de quelques fonds (Agnès Sandras et Joann Élart). Enfin l’étude monographique d’un éditeur de canards bretons permet d’aller au plus près de cette « fabrication de la complainte » (Olivier Justaffré). Un dernier volet tente d’appréhender chronologiquement les complaintes, d’abord en suivant le fameux Air de Fualdès (Sophie-Anne Leterrier), puis en étendant notre tour d’horizon de leur interprétation, que ce soit en amont, sous le Second Empire (Philippe Darriulat), ou en aval, avec leur postérité « réaliste » sur les scènes du music-hall (Marie Goupil-Lucas-Fontaine). En conclusion, une ouverture aux autres pays d’Europe nous révèle l’aspect quasi-universel des complaintes criminelles (Una McIlvenna).

  • 12 Claude Duneton, Histoire de la chanson française, Paris, Seuil, t. I [des origines à 1780] et II [1 (...)

12« Lisez une chanson avec un air en tête : le sien ou le vôtre ! » réaffirme Claude Duneton tout au long de son Histoire de la chanson française12, aussi cette approche académique des complaintes criminelles ne peut faire l’économie de leur appréciation sensible. Tout au long du colloque, au gré des intervenants, Roland Brou, Patrick Couton, Catherine Perrier, et J.F. “Maxou” Heintzen ont inséré des « citations chantées », par l’intermédiaire de complaintes interprétées in-extenso ou partiellement.

  • 13 Dominique Kalifa, L'Encre et le sang, Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)

13Parmi les prémices évoquées plus haut, le choix de l’étude de cette « fin des complaintes » et la constitution de la base de données hébergée par Criminocorpus repose en grande partie sur la volonté de quantifier l’appréciation portée par Dominique Kalifa : « En ce tournant du siècle cependant, la complainte marque le pas et meurt doucement13 ». Comme de juste invité à ce colloque, il nous fit l’amitié de venir présider une de nos séances. Son récent décès tragique justifie que la publication de ces actes lui soient dédiés.

Haut de page

Notes

1 Complainte de Pierre Rivière, air : T’en souviens-tu ?

2 Michel Foucault, Moi Pierre Rivière, ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère… Un cas de parricide au XIXe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 1993 [1ère Éd. 1973], p. 329-332, « Le crime se chante ».

3 Jean-Pierre Seguin, « “Canards” : une succession ouverte », La bibliothèque bleue et les littératures de colportage, Paris, École des chartes, 2000, p. 185-191.

4 Donatien Laurent, « La gwerz de Louis le Ravallec », Arts et traditions populaires, 1967-1, p. 19-79 ; Daniel Giraudon, « Complaintes criminelles sur feuilles volantes au XIXe siècle en Basse-Bretagne », Violence et société en Bretagne et dans les pays celtiques, Colloque international, Brest 18-20 mars 1999, Actes réunis par Jean-Yves Carluer, Université de Bretagne Occidentale, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, Kreiz 13, Études sur la Bretagne et les Pays Celtiques, Brest, 2000, p. 169-198 ; Éva Guillorel, La complainte et la plainte, chanson, justice, cultures en Bretagne, XVIe-XVIIIe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes / Dastum, 2010 ; Éva Guillorel, « La mémoire du crime. Complaintes de tradition orale, justice et société dans la Bretagne d’Ancien Régime », Criminocorpus [En ligne], Joann Élart et Sophie Victorien (dir.), Musique et Justice, Portraits d’accusés et figures de criminels en musique, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 16 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2635 ; Vincent Morel, Le phénomène de la complainte criminelle locale en Haute-Bretagne (XIXe-XXe siècle), mémoire de maîtrise, Histoire, Rennes 2, 1995 ; Patrick Malrieu (†), « Chansons bretonnes sur imprimés populaires, Base de données de feuilles volantes », en ligne sur https://fv.kan.bzh/.

5 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, Amsterdam, 1781-1788, cité par Jacques Le Floc’h, « Les complaintes judiciaires », RHEI, hors-série, 2001, p. 93.

6 Anne-Emmanuelle Demartini, Éva Guillorel, Marlène Belly et Dominique Kalifa (†).

7 Certaines sont désormais en ligne sur la « Base inter-régionale du Patrimoine oral », http://patrimoine-oral.org/

8 La chanson d’actualité sur feuille volante, autour de Louis Modeste Simonet (1854-1933) éditeur de chansons à Saint-Amand-Montrond, Exposition, Bibliothèque municipale de Saint-Amand-Montrond (Cher), juin 2009 ; Chanter le Crime en Bourbonnais, Canards sanglants & Complaintes tragiques, XIXème-XXème siècle, Exposition, Médiathèque de Moulins-Communauté (Allier), octobre 2017 ; L'orchestre des courants d'air, Exposition, Bibliothèque de l'UT de Charleroi (Belgique), 21 mars-20 avril 2019.

9 CD Nantes en chansons, Coll. « Tradition vivante de Bretagne », Nantes, Dastum, 1998 ; CD Saint-Nazaire en chansons, Coll. « Tradition vivante de Bretagne », Nantes, Dastum, 2001.

10 Jean-François “Maxou” Heintzen, « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann, la fin des complaintes criminelles, 1870-1939 », Criminocorpus [En ligne], Joann Élart et Sophie Victorien (dir.), Musique et Justice, Portraits d’accusés et figures de criminels en musique, mis en ligne le 26 novembre 2013. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2562

11 Olivier Belin (université de Cergy-Pontoise), Romain Benini (université Paris-Sorbonne), Jean-Claude Farcy (CLAMOR CNRS-ministère de la justice) (†), Jean-François Maxou Heintzen (CLAMOR CNRS-ministère de la justice), Sophie-Anne Leterrier (université d’Artois), Gaetano Manfredonia (Bibliothèque de Corrèze), Jean-Yves Mollier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), John Mullen (université de Rouen), Philippe Nieto (Archives nationales de France), Philippe Oriol (Cesacom), Anne Pasquignon (BnF), Marc Renneville (CLAMOR, CNRS-ministère de la justice), Sophie Victorien (CLAMOR CNRS-ministère de la justice).

12 Claude Duneton, Histoire de la chanson française, Paris, Seuil, t. I [des origines à 1780] et II [1781-1850], 1998.

13 Dominique Kalifa, L'Encre et le sang, Récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, p. 166.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François “Maxou” Heintzen et Sophie Victorien, « Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu », Criminocorpus [En ligne], Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Présentation des actes du colloque, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 11 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8879

Haut de page

Auteurs

Jean-François “Maxou” Heintzen

Professeur agrégé de mathématiques en lycée, Jean-François « Maxou » Heintzen est titulaire du C.A. de professeur de musique, spécialité musique traditionnelle. Il a soutenu en 2007 une thèse de doctorat d’histoire : Musiques discrètes et société, Les pratiques musicales des milieux populaires à travers le regard de l’autorité dans les provinces du centre de la France, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Bernard Dompnier (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC) Ses recherches actuelles portent sur diverses formes de musiques populaires aux XIXe et XXe siècles, centrées sur la diffusion des feuilles de chansons par colportage et vente dans la rue. Il intervient dans le cadre du groupe d’arts et traditions populaires « La Chavannée », et interprète avec plaisir les complaintes qu’il étudie. Il est membre correspondant du Clamor. À consulter sur Criminocorpus : La base de données des complaintes criminelles en France (1870-1940).

Articles du même auteur

Sophie Victorien

Membre du CLAMOR (UMS 3726) Sophie Victorien est docteure en histoire contemporaine. Elle a soutenu sous la direction de Yannick Marec sa thèse intitulée Jeunesses dangereuses, jeunesses malheureuses. La prise en charge de l’enfance inadaptée par le secteur associatif en Seine-Maritime (1945-milieu des années 1980). Elle est responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR et responsable éditoriale et secrétaire de rédaction de Criminocorpus. Sophie Victorien est membre du comité de rédaction de Criminocorpus, de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI) et de la revue Histoire pénitentiaire. Elle est également membre du jury du Prix Françoise Tétard Histoire de l'éducation populaire / Histoire de l'éducation spécialisée.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search