Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Les complaintes criminelles en Fr...Faits divers chantésL’Affaire Redureau, le crime de B...

Faits divers chantés

L’Affaire Redureau, le crime de Bas-Briacé (1913) : Un meurtrier de 15 ans au cœur des complaintes

Sophie Victorien et Pierre Guillard

Résumés

L’Affaire Redureau met en scène un criminel de 15 ans ayant tué son patron viticulteur en Bretagne et 6 autres membres de cette famille dans la nuit du 30 septembre 1913. L’objet de notre propos est d’évoquer, à travers les complaintes criminelles, l’horreur suscitée par ce crime extrêmement violent perpétré par un jeune garçon, adolescent, paysan/vigneron, qui était jusqu’alors sans histoire et la persistance de la fascination que peut exercer cette affaire. Il s’agit également de comparer le message véhiculé par la presse et les complaintes au mépris parfois de la réalité des faits et de la législation. Cette persistance de la mémoire de l’horreur suscitée par ce geste est développée ensuite par Pierre Guillard qui s’appuie sur la complainte la plus connue concernant cette affaire, découverte au cours d’un travail de collectes personnelles et associatives puis d’enquêtes ethnographiques de chansons de traditions orales entreprises à la fin des années 1980 et au début des années 1990.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Professeur Ollive, « La tuerie de Landreau », Archives de l’anthropologie criminelle, tome 29, 1914 (...)

1Dans le hameau de Bas-Briacé, au Landreau (Loire-Atlantique) le 30 septembre 1913 vers 22h30 Marcel Redureau, âgé de quinze ans, assassine sept personnes d’une même famille dont il était l’employé. Il n’aurait pas supporté d’être réprimandé par son patron, Jean-Marie Mabit, cultivateur, alors qu’ils travaillaient tous deux au pressoir – nous sommes dans le vignoble nantais. Ainsi, après l’avoir assommé avec un pilon, il l’égorge à l’aide d’une serpe à raisin – destiné à sectionner la masse des raisins entassés dans le pressoir, cet outil se compose d’une lame très aiguisée arrondie à son extrémité de 65 centimètres de longueur et de 13 centimètres de large1 – puis il élimine une à une toutes les personnes dans la maison qui auraient pu selon lui témoigner de son crime : la femme du cultivateur alors enceinte, la servante Marie Dugast âgée de 16 ans, la grand-mère, les deux filles de 7 et 8 ans ainsi que le petit dernier de 2 ans. Seul un petit garçon de 4 ans échappera à ce que les journaux qualifieront de folie meurtrière et d’horrible carnage. Cette affaire sera fortement relayée dans les médias et plusieurs complaintes seront composées sur ce fait divers.

2L’objet de notre propos est d’évoquer à travers les complaintes l’horreur suscitée par ce crime extrêmement violent perpétré par un jeune garçon qui était jusqu’alors sans histoire et la persistance de la fascination que peut exercer cette affaire. Notre réflexion sera guidée par une interrogation qui a émergé au fur et à mesure de nos recherches sur cette affaire et son traitement par la presse et les complaintes. Comment et pourquoi cette affaire dont le meurtrier est un mineur de 15 ans a été médiatisée avec autant de détails que ce soit dans la presse mais aussi dans les complaintes et ce, au mépris de la législation instaurant des restrictions à sa publicité ? Nous nous interrogerons également sur la réception de ce crime dans la population et la réaction des médias et des complaintes quant au châtiment à infliger au jeune auteur « du plus affreux des crimes ». Cette persistance de la mémoire de l’horreur suscitée par ce geste sera développée par Pierre Guillard qui s’appuie sur la complainte la plus connue2 concernant cette affaire, découverte au cours d’un travail d’abord de collectes revivalistes de chansons de tradition orale entreprises à la fin des années 1980 et au début des années 1990 puis d’enquêtes ethnographiques méthodiques. À travers son travail de chercheur mais aussi son parcours personnel nous verrons les logiques de transmission entre oral, écrit, imprimé et représenté (journaux)3 de ce récit via cette histoire qui a très fortement marqué les esprits au niveau local mais aussi national.

La médiatisation de l’affaire Redureau

Une affaire et un meurtrier scrupuleusement décryptés par la presse

  • 4 Voir l’exposition de Patricia Bass, « L'accusé et sa mise en image sous la Troisième République », (...)
  • 5 Sur le développement de la photographie dans la presse également voir Anne-Claude Ambroise Rendu, « (...)
  • 6 Patricia Bass, « Des représentations des criminels dans la presse populaire, 1880-1914 », Revue de (...)

3Dans la presse locale, régionale, nationale voire internationale (États-Unis et Pays-Bas par exemple), l’affaire du crime de Bas-Briacé fait la une des journaux4. Les quotidiens suivent attentivement l’affaire jusqu’au jugement et proposent même des images de Marcel Redureau au grand public car ils bénéficient désormais des progrès conjugués de la photographie et de l’impression5. À l’instar du Petit Journal du 3 octobre 1913, les photographies des victimes (les parents et les deux petites filles, etc.) et de Marcel Redureau – à 9 ans ou lors de son arrestation – sont publiées. Or, il est interdit de diffuser des images de mineurs accusés selon la loi du 22 juillet 1912 sur les tribunaux pour enfants et adolescents. L’article 19 stipule alors : « La publication du compte rendu des débats des tribunaux pour enfants et adolescents est interdite. Il en est de même de la reproduction de tout portrait des mineurs poursuivis, de toute illustration les concernant ou concernant les actes à eux imputés... ». De même, la loi du 29 juillet 1881 (article 35 ter) condamne la diffusion sans l’accord de l’intéressé des images de personnes n’ayant pas fait l’objet d’une condamnation portant des menottes ou des entraves. Cependant comme le souligne Patricia Bass les journaux préfèrent « risquer des amendes importantes afin de contenter leurs lecteurs6 ».

« Le carnage du Bas-Briacé », Le Petit Journal, 3 octobre 1913

« Le carnage du Bas-Briacé », Le Petit Journal, 3 octobre 1913

BnF/Gallica

4Nous retrouvons ces photographies avec une mise en page différente pour illustrer la complainte intitulée La tuerie de Landreau.

La tuerie de Landreau

La tuerie de Landreau

BILIPO

5Dans La complainte en souvenir des victimes c’est un dessin proche de la caricature qui illustre la chanson avec les oreilles énormes et le front fuyant qui font penser à la description faite par le journal Le Temps du 2 octobre 1913 : « La tête est grosse avec des cheveux blonds dont les mèches tombent sur un front bas et bombé. Le profil, avec un nez droit sur une bouche largement fendue, est fuyant. »

Complainte en souvenir des victimes

Complainte en souvenir des victimes

Collection particulière

  • 7 A. Cullere et L. Desclaux, « L’affaire Redureau. Assassinat de sept personnes par un enfant de quin (...)

6Les journalistes se font experts et soulignent les traits monstrueux du criminels telles les oreilles de Marcel Redureau qui sont également qualifiées d’énormes dans cet article. Cette description est toutefois complètement fausse comme le souligneront les experts mandatés pour l’expertise mentale de Marcel Redureau dans leur rapport publié dans Les Archives de l’anthropologie criminelle en 19147. Plusieurs complaintes sont composées dès lors sur ce fait divers, elles vont contribuer à la diffusion de cette information à travers la région et au-delà de ses frontières.

La mise en musique de l’affaire Redureau

7L’article publié le 5 octobre 1913 dans le Phare de la Loire, signale deux complaintes sur ce fait divers, soit cinq jours après le crime qui s’est abattu sur le hameau du Bas-Briacé :

« Comme tous les crimes célèbres, celui du Landreau a inspiré les faiseurs de complaintes. Samedi, on nous en a communiqué deux qui, écrites dans la forme de ces sortes de pièces, ne tarderont pas à être chantées dans la région.

  • 8 Le Phare de la Loire, 5 octobre 1913, p. 3.

Redureau n’a plus rien à envier, maintenant, à Fualdès et à Troppmann8. »

  • 9 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Librairi (...)
  • 10 Sur le rôle « alphabétisant » des canards, voir Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoir (...)
  • 11 Dominique Kalifa, op. cit., p. 166.

8Même si « la complainte est de longue date la compagne des assassins9 », nous pouvons relever ici la rapidité dans la composition des deux complaintes communiquées au journal – nous n’avons pas pu malheureusement les identifier –, soit quelques jours après la découverte du crime. Les « faiseurs de complaintes » auraient flairé une affaire criminelle dont la notoriété promettait d’être aussi importante que celles ayant inspiré nombre de compositions de la sorte : Fualdès et Troppmann. Un succès en perspective en quelque sorte. L’intérêt de cet extrait est également de montrer que cette pratique est toujours répandue en cette période. Leur contribution à la transmission des informations semble encore d’actualité dans toutes les couches de la société, même celles qui n’avaient pas accès facilement à la lecture, à travers leur diffusion via les canards et leur exécution dans toute la région voire le pays10. Alors que l’essoufflement des complaintes est régulièrement soulignée – par exemple, Dominique Kalifa relevait qu’au « tournant du siècle, la complainte marque le pas et meurt doucement11 » – , il est intéressant d’observer, notamment en cette veille de la Première Guerre mondiale, que le genre semble résister, surtout à l’occasion d’affaires criminelles retentissantes ou trouvant un écho particulier dans une partie de la population encore sensible à ces chansons et à ces modes de diffusion de l’information.

  • 12 Ce corpus est vraisemblablement incomplet. La Gazette de Château-Gontier du 26 octobre 1913 cite pa (...)

9Ainsi, dans la base de données en ligne sur les complaintes criminelles, Jean-François “Maxou” Heintzen a recensé huit complaintes relatives à l’affaire Redureau12. Nous les avons regroupées dans le tableau suivant.

Nom de la complainte

Auteur

Lieu d’édition

Timbre

Nombre de couplets

La tuerie de Landreau

Francis Izenic

Paris

Tu ne sauras jamais

3

La tuerie du Landreau

Antonin Louis

Paris

Mon gosse

4

Grande complainte à ce sujet

Le chansonnier Guillotin

Lyon

Valse brune

7

Chant dramatique sur le carnage de Bas-Briacé

L. Simonet

Saint-Amand-Montrond

La Paimpolaise

7

Le plus affreux des crimes, assassinat de 7 personnes par un bandit de 15 ans, complainte d’actualité

Léon Bonnenfant

Paris

La Paimpolaise

9

Le plus horrible crime qu’on ait jamais vu !

Nordal

Paris

La Paimpolaise

6

Un nouveau Troppmann

Th. Delaborde

Paris

Pensez aux mamans

3

Complainte en souvenir des victimes

Non renseignée

Saint-Amand-Montrond

Fualdès

18

  • 13 Sur l’air de Fualdès : Dominique Kalifa, « Sur l’air de Fualdès », in Jacques Miquel et Aurélien Pi (...)

10Trois complaintes sont composées sur l’air de La Paimpolaise, un incontournable dans le genre surtout pour illustrer un crime commis sur des terres bretonnes et inévitablement, une sur l’air de Fualdès (air du Maréchal de Saxe) qui a accompagné longtemps tant de compositions de ce type13. Quant aux éditeurs, aucun n’est localisé en Bretagne, Paris venant en tête (5 complaintes), Saint-Amand-Montrond avec Simonet (2) et une à Lyon éditée par le chansonnier Guillotin.

  • 14 L’ensemble des cartes postales de la Tuerie du Landreau est visible dans l’exposition de Patricia B (...)
  • 15 Christophe Belser et Dominique Bloyet, Les grandes affaires criminelles de Loire-Atlantique, Sayat, (...)

11Notons que la diffusion de cette affaire par la presse et par les complaintes s’accompagne d’un autre support de communication : les cartes postales dont la production et la circulation est à cette époque relativement intense. Les événements qui y sont représentés choqueraient actuellement mais il était d’usage de représenter sur leur recto toutes sortes d’événements quotidiens ou remarquables. Une carte postale intitulée « La tuerie du Landreau. La maison du crime » et une série de neuf cartes postales des obsèques de la famille Mabit sont alors publiées par l’éditeur nantais Vassellier14. Ici l’auteur du crime n’est pas le sujet, il s’agit des victimes, de leurs funérailles qui ont lieu le 2 octobre, où l’on voit se presser la foule rassemblée sur le parvis de l’église du Landreau, témoignant de l’émoi suscité par ce crime dans le hameau. Marie Dugast quant à elle est inhumée à la Chapelle-Heulin, sa ville natale15.

Carte postale La tuerie du Landreau

Carte postale La tuerie du Landreau

Collection Sophie Victorien

12Une carte postale de cette même série (n°4) sera à nouveau utilisée en 2003 dans une édition du quotidien Presse-Océan, citant des vers de la complainte faite « sur l’air de La Paimpolaise » transmise en 2020 par Joseph Goupil à Pierre Guillard qui relève que :

« ce document est très pertinent, incontournable car la force de l’image prévaut sur le contenu du texte et son intitulé. Preuve, s’il en est une, le découpage de l’article : seule la photo compte/« conte », réavive le récit 90 ans plus tard. 

Le titre et le sous-titre de Presse-Océan 2003 : Histoire de mémoire : Octobre 1913, La tuerie du Landreau, sept morts secoue la région nantaise. “Voilà juste 90 ans un jeune homme de 15 ans tuait sept personnes de la même famille. Des cartes postales et même une chanson ont marqué le terrible crime”. Puis s’en suit directement en début d’article le début de la chanson avec le rôle phatique de son incipit : “C’est bien le plus affreux des crimes/ qu’a pu commettre sans raison/ Un enfant qui fit sept victimes./ Dans la famille de son patron/ Comme un vrai bourreau/ Marcel Redureau/ Valet d’ferme de quinze ans à peine/ égorgea en quelques instants/ Avec une rage inhumaine/ Les fermiers et leurs trois enfants/ C’était une heureuse famille […] » Certains chiffres sont orthographiés en chiffres “15”, d’autres en lettres “sept”. L’édition presse “écrite” ne “hasarde” jamais : elle vend un produit fini. » 

Presse-Océan, octobre 2003

Presse-Océan, octobre 2003

©Pierre Guillard

13Avec les complaintes, ces cartes postales participent par conséquent à la transmission de la mémoire de ce fait divers. Cette affaire a donc une audience très importante car elle contient tous les ingrédients propres à effrayer, à fasciner les personnes goûtant les histoires de crimes sanglants mais aussi parce qu’elle intrigue par l’absence de mobiles apparents et la personnalité du jeune criminel. La presse et les complaintes se font les relais de ces interrogations jusqu’à prendre parfois quelques libertés avec la réalité des faits.

Quand la presse et les complaintes s’en mêlent/s’emmêlent

14Quand nous nous arrêtons sur les paroles des complaintes, nous observons beaucoup de similitudes avec l’information transmise par la presse qui semble être la source des auteurs des paroles des chansons. Les titres sont très accrocheurs et destinés bien entendu à capter l’attention du public mais ils reflètent aussi toute l’horreur que ce crime a suscité dans les esprits, horreur entretenue également par les journaux. Parmi les titres des complaintes nous pouvons relever par exemple Le plus affreux des crimes, assassinat de 7 personnes par un bandit de 15 ans, complainte d’actualité (Léon Bonnenfant) ou Le plus horrible crime qu’on ait jamais vu ! (Nordal). De même, le début de la Complainte en souvenir des victimes (édité par Simonet à Saint-Amand-Montrond) promet une histoire des plus effrayantes :

« Écoutez tous les gens de Nantes

Et de la Loire Inférieure

Les détails d’un grand malheur

D’une affaire écœurante

Vous serez épouvantés

D’une telle atrocité »

  • 16 A. Cullere et L. Desclaux, « L’affaire Redureau. Assassinat de sept personnes par un enfant de quin (...)

15Le décor est planté… Nous retrouvons également dans chaque complainte une description de l’affaire avec les informations et les expressions issues des comptes rendus des journalistes : noms des protagonistes, lieu où s’est passé l’événement, les détails du crime en insistant sur les plus sanglants, etc. Tout est scrupuleusement rapporté même les erreurs des articles de presse : par exemple, dans La tuerie du Landreau et La complainte en souvenir des victimes, on décrit le meurtrier après le massacre dormant tranquillement dans sa chambre toute la nuit, imaginant qu’il est réveillé par un gendarme auquel il avoue sa culpabilité ce qui est complètement faux. Après son geste criminel Marcel Redureau, comme le rapportent également les médecins qui l’ont examiné, a d’abord tenté de se suicider, est retourné dans sa chambre puis a rejoint le domicile de ses parents où il a été arrêté à proximité16. L’idée est bien entendu d’insister ici sur son insensibilité et son absence de regret vis-à-vis de son geste.

16De même, le portrait de Marcel Redureau est dessiné sous différents traits en fonction de ce qu’on l’on souhaite mettre en avant : on oppose l’horreur de actes du jeune de 15 ans à son apparence douce et innocente ou au contraire on insiste sur ses traits grossiers tel un monstre effrayant que tout destinait à commettre de tels actes comme nous avons pu le voir avec le dessin décrit précédemment. Or les médecins chargés de son examen mental, démentent à nouveau non seulement le fait qu’il soit présenté comme un dégénéré mais aussi les descriptions physiques alignant les détails comme des preuves de sa nature monstrueuse, notamment celle qui est parue dans le journal Le Temps, le 2 octobre 1913 :

  • 17 A. Cullere et L. Desclaux, op. cit., p. 630.

« Pas un de ces détails n’est exact et ne répond à la réalité. Le front n’est ni bas ni particulièrement bombé, encore moins fuyant. […] Même erreur à propos des oreilles que l’article en question déclare “énormes”17. »

  • 18 Sylvie Châles-Courtine, « La place du corps dans la médiatisation des affaires criminelles », Socié (...)
  • 19 Ibidem, p. 174.

17Sylvie Châles-Courtine souligne ainsi pour la presse dès le début du XIXe siècle, le « souci de cerner par le corps l’identité du criminel18 » mais aussi combien comment celui-ci peut révéler ou cacher une « monstruosité psychologique et morale19 ». Marcel Redureau est de la même manière, comparé à Jean-Baptiste Troppmann, guillotiné à Paris en 1870 après avoir tué huit personnes : une complainte est intitulée Le nouveau Troppmann, dans la complainte La tuerie du Landreau, il est surnommé le Troppman nouveau. Il est d’ailleurs question ici de la « ferme rouge », de la ferme sanglante, à l’instar de la célèbre « Auberge rouge » de Peyrebeille où plusieurs meurtres avaient été commis au XIXe siècle : « Sur le bord de la route du Landreau s’élève une maison assez importante c’est la ferme rouge où l’Troppmann nouveau, monstre de 15 ans sema l’épouvante ».

18Dans La grande complainte à ce sujet, il est qualifié de « gosse sauvage » et « d’apache » en référence bien entendu aux bandes de jeunes de la Belle Époque. La complainte en souvenir des victimes parle également de « jeune sauvage », la complainte Un nouveau Troppmann évoque « un fou sanguinaire ». Face aux difficultés de comprendre le geste criminel de Marcel Redureau et à l’horreur qu’il suscite, les complaintes sont également intransigeantes quant à l’attitude de fermeté que la justice doit adopter et aux mesures à prendre envers le meurtrier.

La moralité et la morale des complaintes sur le crime du Landreau

Un avertissement à l’égard des familles

19La morale des complaintes sur l’affaire Redureau – mais aussi dans beaucoup de complaintes traitant de ce type d’affaires – se présente sous la forme d’un avertissement à l’égard des familles. Ainsi, une complainte traitant d’un crime pour parricide, La Grande complainte sur la famille Guérin, a particulièrement retenu notre attention car se mêle aux conseils de bonne éducation le rôle salvateur de la religion :

« Pères et mères de famille,

Si vous avez des enfants,

El’vez-les chrétiennement,

N’importe garçons ou filles ;

Le sentier de la vertu

Vous mène seul au salut. »

20Le crime du Landreau doit servir de leçon à tous, inciter les parents à soigner l’éducation « sans brusquerie ni faiblesse » de leurs enfants et ces derniers à se protéger de la méchanceté et de la cruauté. Le plus horrible crime qu’on ait jamais vu ! mais aussi la Complainte en souvenir des victimes sont très éloquentes à ce sujet :

« Dans la crainte et dans la sagesse

Vous qui m’écoutez braves gens ;

Sans brusquerie et sans faiblesse

Élevez vos petits enfants

Dans le but moral,

D’évitez [sic] le mal

Vos fils alors, belle jeunesse

Au cerveau calme, aux membres forts,

Respecterons votre vieillesse

Qui paisible, attendra la mort. »

Complainte en souvenir des victimes

« Que cette histoire lamentable

Puisse vous servir de leçon

A vous les jeunes garçons

De famille respectable

Voyez que la méchanceté

Peut produire des cruautés »

21Les complaintes ont donc en quelque sorte une valeur d’exempla : ces histoires édifiantes servent ainsi d’enseignements et veulent convaincre l’auditoire d’être non seulement vigilant mais aussi de respecter une certaine morale les prémunissant du mal. Régulièrement ces chansons dénoncent les mauvaises actions et les conduites condamnables et se concluent sur le malheur qui s’abat sur les personnes mises en cause. Toutefois, il en est d’autres qui se terminent sur une forte critique du traitement de ces criminels et n’hésitent pas à indiquer le sort qui devrait leur être réservé.

La critique de la justice et de son application

22Régulièrement les complaintes criminelles insistent sur la nécessité de châtier durement les coupables et exhortent les magistrats à exercer la justice avec la plus grande sévérité. Dans le cas de l’affaire du Landreau, les auteurs font en particulier une critique de la mansuétude des juges à l’égard des jeunes criminels et de la réforme de la législation sur la justice des mineurs (loi du 22 juillet 1912) :

La Tuerie du Landreau 

« Il faut sévir à présent

Contre l’enfance criminelle

Car nous voyons bien trop souvent

Ces enfants à l’âme si cruelle

Qui pour un oui qui pour un non

Tuent sans pitié, sans conscience

Armons-nous pour notre défense

D’une nouvelle loi sans pardon. »

23Dans la Grande complainte à ce sujet, on déplore que Marcel Redureau échappe au bourreau. En effet, en vertu de son âge il ne peut pas encourir la peine de mort comme le souligne également la complainte suivante sur Le plus affreux des crimes :

« La loi que l’on applique en France

Pardonne à l’âge sans raison

Mais ce serait trop d’indulgence

Que le pardon ou la prison

Pour ce criminel

Qu’est l’affreux Marcel ;

Et de même qu’on se débarrasse

Sans pitié du chien malfaisant

On ne doit pas faire de grâce

A celui que l’échafaud attend. »

  • 20 Sur le discernement des mineurs voir notamment Jean-Jacques Yvorel, « Construction et usage d’une c (...)

24Or si l’on regarde la législation concernant les mineurs et les réformes en cours à cette époque, nous pouvons dire que Marcel Redureau n’a pas véritablement profité d’une justice trop faible, loin de là. Certes, il bénéficie d’une atténuation de peine puisqu’il est âgé de moins de 16 ans au moment du crime – il ne peut donc encourir la peine de mort et risque 20 ans d’emprisonnement maximum en vertu du code pénal – mais il n’aura pas d’autres avantages en vertu de son âge. De plus, les médecins mandatés pour son expertise ne lui trouveront aucune circonstance atténuante puisqu’ils concluent dans leur rapport que Marcel Redureau était responsable de ses actes au moment des crimes20 :

«  - [Il] n’était pas en état de démence au sens de l’article 64 du Code pénal lorsqu’il a commis les actes qui lui sont reprochés

Au moment du crime, il jouissait d’un discernement normal et d’une entière conscience de ses actes.

  • 21 A. Cullere et L. Desclaux, op. cit., p. 643.

L’examen psychiatrique et biologique ne nous a révélé chez lui aucune anomalie mentale ou psychique. Les particularités constatées relativement à son tempérament et à son caractère restent dans les limites des variations individuelles psychologiques et ne nous paraissent pas de nature à modifier sa responsabilité21. »

25De plus, il ne tirera aucun bénéfice du contexte de réforme de la justice des mineurs avec la loi du 22 juillet 1912 sur les tribunaux pour enfants22. Des débats vont animer les parquets de Nantes et de Rennes pour savoir s’il sera jugé en correctionnelle, aux assises ou au tribunal pour enfants. Il sera en fait jugé aux assises et il sera condamné au maximum de la peine, soit 20 ans de détention dans une colonie pénitentiaire. Le délai entre le vote de la loi et son application ne vont pas jouer en sa faveur. En effet, Marcel Redureau comparaît le 3 mars 1914 devant la cour d’assises de Loire-Atlantique et est déclaré coupable le 4 mars soit seulement quelques jours avant l’entrée en vigueur de la loi le 5 mars, la mise en place officielle du premier tribunal pour enfants le 6 mars (celui de la Seine). Par conséquent, le mode de traitement judiciaire de cette affaire peut poser question. Mais là n’est pas notre propos. Plus intéressant pour les complaintes et la presse, est comme nous l’avons vu auparavant, l’article 19 de cette fameuse loi du 22 juillet 1912 car les chansons et les articles n’auraient pas dû avoir le même contenu ni la même apparence ; cet article prévoit en effet que le jugement publié ne peut comporter le nom du mineur et le compte rendu du procès est interdit alors même que la presse peut assister à l’audience. Il en est de même de tout portrait des mineurs poursuivis, de toute illustration les concernant ou concernant les actes qui leur sont imputés23.

  • 24 Marcel Redureau est arrivé le 22 mars 1914 à la colonie pénitentiaire de Eysses (Villeneuve-sur-Lot (...)

26Pour conclure sur le traitement par la presse et par les complaintes de cette affaire, si la nouvelle loi du 22 juillet 1912 avait été réellement appliquée, toutes ces informations – identité, portrait du meurtrier, photographies, détails du procès, etc. – n’auraient pas pu être diffusées et parvenir jusqu’à nos jours. La notoriété de cette affaire ne s’éteint donc pas complètement avec la fin du procès en 1914 ni avec le décès de Marcel Redureau le 9 mars 1916, alors détenu dans une colonie pénitentiaire, des suites de la tuberculose24.

27L’écho du crime du Landreau et le mystère qui entoure le passage à l’acte de Marcel Redureau, continue par conséquent de résonner au cours du temps dans les mémoires, les écrits et les médias. André Gide inaugurera ainsi sa collection Ne jugez pas en 1930 avec l’Affaire Redureau et celle de la Séquestrée de Poitiers. Dans cet ouvrage, il se demande comment « cet enfant docile et doux […] égorge tout à coup sept personnes25 » à partir de documents issus du procès et de la presse. Par contre, il ne fait aucune mention des complaintes. Des émissions de radio et de télévision traiteront également de cette affaire. Ainsi, dans l’émission de Jean Vincent-Bréchignac le Livre de chevet diffusée les 2, 3 et 4 octobre 1967 François Truffaut a choisi de lire des passages du livre de Gide26. Dans un autre style, nous pouvons relever l’Émission Hondelatte raconte diffusée le 7 octobre 2017 sur Europe 1 où nous pouvons observer le goût pour les faits divers dramatiques et sanglants partagé avec les complaintes. Cette affaire est ainsi restée dans les mémoires locales en particulier grâce à La Complainte sur le plus affreux des crimes comme Pierre Guillard a pu l’observer au cours de son travail de collecte et d’ethnographie.

Mémoires et témoignages en musique sur l’Affaire Redureau par Pierre Guillard

28En classe à Briacé avec un descendant de Pierre Mabit, seul survivant des crimes perpétrés par Marcel Redureau en 1913, Pierre Guillard a eu vent à plusieurs reprises de cette affaire. Lors d’une visite scolaire au Landreau, le maire, père de son camarade de classe, y fit une « allusion » dans les années 1980. Puis durant cette même époque, lors de vendanges en pays nantais au Loroux-Bottereau, une dame explique ainsi : « Raudureau à Bas-Briacé au Landreau I’a dit le lendemain au petit qui était venu dire le lendemain : “Y’a du sang partout !” “Toi t’as eu d’la chance que j’te trouve pas !” […] Il a pâ été guillotiné. I’ s’ré mort au bagne ! » Pierre Guillard, ne s’occupant alors pas du tout d’ethnographie, pensait alors avoir compris qu’il s’agissait du bagne de Cayenne alors que Marcel Redureau était en fait décédé dans une colonie pénitentiaire du sud-ouest de la France.

29Son expérience personnelle mais aussi son travail, d’abord de collectage, puis ethnographique de chercheur illustre cette persistance de la mémoire du drame du Landreau. Pierre Guillard a ainsi réalisé 68 enquêtes enregistrées auprès de chanteurs dans les années 1980 et 1990 en Loire-Atlantique, puis dans le marais vendéen, les mauges angevines, le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine. Seule une partie de ses collections sont déposées à la médiathèque Dastum, sa totalité est en cours de dépôt à la phonothèque nationale. Les extraits des témoignages suivants et leurs commentaires sont extrêmement précieux pour observer la manière dont un tel traumatisme perdure et se diffuse voire se déforme dans les mémoires locales à travers les allusions et les chansons. Dans la région nantaise, le fait d’avoir évoqué maintes fois, avec une fausse naïveté « un crime au Landreau » lors de conversations, ravive très facilement les mémoires de façon certes fort diffuse : « Ah oui c’est vieux ça mes parents (ou grands-parents) en parlaient ! » puis s’en suit « C’était un carnage ? Je sais pas combien une dizaine de tués des enfants… la grand-mère ? »

Le collectage revivaliste de la fin des années 1980 pour la constitution d’un répertoire

30Témoignage de Antoinette Perrouin (née en 1901), à Couffé, 1987, à Pierre Guillard :

« Ah ben j’me rappelle que mon frère il avait été à la messe du matin à six heures et pi il avait acheté le journal et pi avec le journal i s’vendait la complainte de RAUDUREAU. Ça fait qui l’avé apportée en arrivant d’la mésse i’la ouvert son sac là et pi i’ sé mis à chanté. Moi j’té pas assez grande pour suive et pi j’étais montée sur une chaise. Par ‘sus son épaule je chantais avec lui la complainte. La complainte de Raudureau et pi comme j’te dis y’avait un coché à la Ville Jégu oui avec lui un cocher à la Ville Jégu et ben lui il a été voir oui il a été voir l’endroit oui il a été voir où ça qu’ça c’était passé ! Oui il a vu parce que ça té au Landreau ».

31Cette même année, en présence de Catherine Perrier, John Wright, Robert Bouthillier et Pierre Guillard, en train de mémoriser la complainte, Antoinette Perrouin commence sa version au couplet deux : « C’était une heureuse famille recherche “Non ça c’est le deuxième !” » Quand elle arrive au couplet où la femme enceinte est éventrée, deux amis ont soupiré et grimacé de dégoût. Les effets narratifs et de plus la musicalité « forte » de cette excellente chanteuse, réaniment les affects encore en 1987. Ce faisant, de façon atemporelle, elle suscite dans l’imaginaire des effets, des affects tant auditifs que scopiques chez les spectateurs. Sans auditeurs, il n’y a point de rôle social de la chanson et pas de vie, de reconnaissance du chanteur, ici de la chanteuse. Notons également que ces interprètes chantent directement ce type de chanson sans aucune précaution oratoire de présentation de l’horreur à la différence des chanteurs revivalistes qui avant de chanter font un commentaire.

Les enquêtes ethnographiques

  • 27 Enquêtes 1992, collection Pierre Guillard, Médiathèque Dastum.

32Marie-Louise Guihard (environ 80 ans en 1992) Saint-Julien-de-Vouvantes (Loire-Atlantique), en présence de Patrick Bardoul, Robert Bouthillier et Pierre Guillard27

« Quand on y pense c’est âffreux ! C’est vieux ça ! C’était en 1906 quelque chose comme ça ! J’aurai pas eu ‘pu d’dix ans ? Pendant la guerre p’têt ? I’ vendaient la chanson. Y’ avait une femme que j’avais dit à mes parents ! oh ben je devais être petite parce que la bonne femme qui vendait la chanson elle pleurait. Mes parents se sont moqués de moi et que si elle pleurait c’était de la comédie quoi ! Pour vendre ! Ça se passait au Landreau pas loin d’chez nous dans l’pays du vin !

Marcel RAUDUREAU qu’avait tué une famille au Landreau sur l’air de La Paimpolaise mais j’connais pas La Paimpolaise. Oh je pense que j’m’en rappelle toute entière »

33Après avoir fait ce commentaire à l’évocation de l’affaire du Landreau, elle se met à rire avec sa fille et commence tout de suite « La complainte de Marcel Redureau » – en fait la complainte intitulée Le plus affreux des crimes, assassinat de 7 personnes par un bandit de 15 ans, complainte d'actualité – et la chante entièrement sans presque pas d’hésitation, sans cahier.

34Maurice Niel, (environ 80 ans en 1992), La Chute à Joué-sur-Erdre (Loire-Atlantique), en présence de Pierre Guillard

« Pierre Ah Pierre tu a cônné ben les deux saints patron martyrs de Nanwtes. Ca teu dé soldats romains Saint Donâtien et Saint Rogatien et ben mon p’tit gâ i’ zont éteu fusilleu à Nanwtes ! »

« Marcel RAUDUREAU dans la ferme de son patron avait égorgé 3 filles et un garçon. Comment dirai-je i’s’teu contrarieu avec le père le patron et pi dans la nuit il avait pris le honsard du peursèr (pressoir). tu seu ben c’que cé l’honsard (couteau/ serpe de vendanges) et pi cé avec ça qui lé z’aveu machineu quaï  !

Mais n’y’avé tout tout tout l’machin n’yavé deux grandes feuilles de cahieu cômme ça pu grand qu’ça qui raconteu tout cômment !

P.G. C’est des gens qui vendaient ça ?

Non ça té comment dirai-je ça té vendu tu lé zacheteu quoi !

P.G. Combien vous achetiez ça ?

O Deum ça 10 centimes ventieu (peut-être) 5 centimes ? Comben ça pourreu -t’y fér’ asteur-ci ? Je n’seu pas 2000 francs benmanque » ? Benmanque : (sans doute) 2000 centimes ou 20 francs).

P.G. Est-ce qu’ils chantaient bien les gens qui vendaient ?

Non i’ n’chanté point p’utôt qui vendaient une chanson. I’ chanteu pas. I’ expliquait cômment ça c’éteu passeu. I’ chanteu pâ ! I’ z’annonceu aux gens ! »

35Yvonne Athimon, (environ 85 ans en mai 1988), Saint-Mars-du-Désert (Loire-Atlantique), en présence de Pierre Guillard

« Auprès d’l’église de Saint Mârs, Je l’ai entendue avec une accordéon. Ô avec une accordéon qu’est ce que ça teu beau ! Oui je lés eu vus […] [parlant de la chanson et des images que la chanson créait chez elle] Ca té une famille qui teu cômme ici. J’lés vois encore la grand-mère était là ! Les enfants étaient là ! Le p’u p’tit té dans l’ber [berceau] parlant de Marcel RAUDUREAU : Et i té r’tourneu au persè et je vè l’coutew ‘cor là.

P’u tard, i z’ont r’mis d’la terre, i ‘zont cimenteu et quand ça teu la saison du vin : le sang rejâillit ! le sang des innocents ! [silence] Parce que ça ‘teu le sang des innocents ! Oui ! »

Le cahier manuscrit de Simone Loret née le 28 octobre 1901 - décédée en octobre 1969

36Simone Loret était mariée à Jules Liscoët. Ses parents étaient cheminots et garde-barrières. Née le 28 octobre 1901 à Saint Rémy de Sillé dans la Sarthe, elle est décédée à Saint-Brieuc le 28 octobre 1969. Elle avait obtenu le certificat d’études. Couturière brodeuse, elle a été mère de cinq enfants. Elle était intéressée par les chansons mais ne chantait que dans le cercle familial. Les chansons circulaient avec les vies sociales des personnes. Le cahier de chansons a été écrit étant jeune fille (le nom de jeune fille est inscrit). Il contient des chansons dites de type « littéraire » plutôt que façonnées par la tradition orale. Il a été transmis par Hervé Drieux, son petit-fils, à la médiathèque DASTUM.

Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 31

Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 31

Dastum AMC-001-0023

Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 32

Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 32

Dastum AMC-001-0023

Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 33

Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 33

Dastum AMC-001-0023

Conclusion

  • 28 Sur les complaintes en Bretagne, voir Vincent Morel, Le Phénomène de la complainte criminelle local (...)

37Les motifs mnésiques/mnémoniques du récit qui nous intéressent se focalisent sur l’horreur des détails d’un crime de sept personnes par un adolescent d’à peine quinze ans. Ce crime datant de l’automne de l’année 1913 est encore bien connu plus d’un siècle plus tard. Il faut s’intéresser à la pulsion auditive, alimentée par la voix, à l’image mentale scopique de la curiosité des faits criminels par les détails narratifs de la complainte28. « Chanter c’est deux fois prier ! » (Saint-Augustin). Madeleine Hardy du Cellier en Loire-Atlantique à 90 ans, au début des années 1990, n’ayant été que deux années à l’école, chanteuse au très grand répertoire, mais seulement dans sa cuisine disait avec malice à Pierre Guillard : « En chantanw ou deum oui Chanteu c’est ben mieux dit ! C’est mieux enveloppeu ! » Un autre chanteur militant régionaliste breton, Gilles SERVAT, chantait dans un de ses refrains militants de régionaliste « Chanter la vie l’amour et la mort les saisons les rêves, le travail et la grève ! Aux champs à la ville chantez vos efforts la chanson peut tout dire : le meilleur le pire ! »

  • 29 Jean-Michel Labadie, Psychologie du criminel. Logiques de l’irréparable, Paris, L’Archipel, Paris, (...)

38La complainte de Bas-Briacé, de Marcel Redureau est un succès narratif, éditorial et mémoriel établi sur le sordide, « les logiques de l’irréparable » dirait Jean-Michel Labadie29. Composé sur le timbre de La Paimpolaise du célèbre chanteur breton, années 1900, Théodore Botrel, la forme chantée de l’affaire de Bas Briacé, a joué un rôle structurant dans la transmission de ce récit criminel, ce que Pierre Guillard appelle des effets narratifs de l’horreur (ceux des faits) et ceux des tournures poétiques versifiées en chanson sur un timbre alors très connu : par un « Un enfant qui fit sept victimes […] Valet de ferme de quinze ans à peine » dit la chanson. Sept victimes dont un bébé, une femme enceinte et une grand-mère » mais la chanson mentionne plus loin la question du discernement : « Savait bien malgré son jeune âge que c’était le mal qu’il faisait. » Puis : « Si sa famille est bien à plaindre puisque ce sont des honnêtes gens […] La loi que l’on applique en France pardonne à l’âge sans raison ». Il s’agit ici de « l’excuse de minorité » terme si vivace et controversé encore aujourd’hui.

39Transmis en juin 2020 à Pierre Guillard, par un homme de 70 ans natif de Bas-Briacé et dont la grand-mère a été chargée « par les gendarmes de garder les scellés » en 1913 au moment et sur le lieu des faits, l’article de Presse-Océan mentionné auparavant revient sur cette affaire 90 ans après les faits et signale qu’une complainte invitait à chanter sur l’air de la Paimpolaise. Très récemment, des émissions télévisions de radio Europe 1 par Christophe Hondelatte ont repris le même fil narratif (avec les photos de Marcel Redureau, les cartes postales très morbides de la cérémonie d’enterrement), des « historiens » locaux se sont ressaisis de cette histoire, « la relançant » sous couvert éditorial de livres régionaux et à sensation dramatique. À l’instar de publications papiers telles celles du journal Le Détective, la même fascination morbide demeure, « perdure » sans rien « perdre » de l’entretien des détails de l’horreur. À la fin de l’émission, filmé « folkloriquement » dans sa cave « son magasin » dit-on dans le vignoble nantais, un jeune viticulteur descendant de la famille Mabit dit timidement qu’il était/ est impossible de parler de ça lors de repas de famille. Plutôt que d’adopter une attitude méprisante à l’égard de ce type de productions contemporaines télévisuelles, radiophoniques et éditoriales, historiens anthropologues, sociologues et psychanalystes, ne pourrions-nous pas les interroger dans leur essence même ? Aussi pour continuer, sur le même « ton » transdisciplinaire, un chantier de recherche riche en comparant mémoire orale/écrite/ imprimée/représentée diffuse et mémoire contextuelle transgénérationnelle des descendants des témoins directs « du crime de Bas-Briacé » pourrait être mené.

Bibliographie indicative

Ambroise-Rendu Anne-Claude, « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire d'une mutation technique et culturelle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 1992/1 (n° 39-1), p. 6-28 : https://www.cairn.info/​revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-1992-1-page-6.htm

Bass Patricia, « Des représentations des criminels dans la presse populaire, 1880-1914 », Revue de la BNF, 2015/3 (n° 51), p. 74-85. DOI : 10.3917/rbnf.051.0074. URL : https://www.cairn.info/​revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2015-3-page-74.htm

Bass Patricia. Exposition « L'accusé et sa mise en image sous la Troisième République », Musée Criminocorpus, publié le 22 juillet 2014 : https://criminocorpus.org/​fr/​ref/​25/​17560/​

Belser Christophe et Bloyet Dominique, Les grandes affaires criminelles de Loire-Atlantique, Sayat, De Borée Éditions, 2008.

Châles-Courtine Sylvie, « La place du corps dans la médiatisation des affaires criminelles », Sociétés & Représentations, vol. 18, n° 2, 2004, p. 171-190.

Chartier Roger et Martin Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française. Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1990.

Fabre Daniel (sous la direction de), Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, MSH, coll. « Ethnologie de la France », traduction italienne, Argo, Lecce, 1997.

Gide André, La Séquestrée de Poitiers / L'Affaire Redureau, Paris, Gallimard, 1977 [1930].

Kalifa Dominique, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1995.

Kalifa Dominique, « Sur l’air de Fualdès », in Jacques Miquel et Aurélien Pierre (dir.), L’Affaire Fualdès, le sang et la rumeur, Rodez, Musée Fenaille, 2017, p. 103-106.

Labadie Jean-Michel, Psychologie du criminel. Logiques de l’irréparable, Paris, L’Archipel, Paris, 2004.

Leterrier Sophie-Anne, « Le timbre de la complainte de Fualdès : “l’air de toutes les complaintes” », Criminocorpus [En ligne], Jean-François “Maxou” Heintzen et Sophie Victorien (dir.), Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Chanter les complaintes, mis en ligne le 1er mars 2021 : http://journals.openedition.org/​criminocorpus/​8861

Morel Vincent, Le Phénomène de la complainte criminelle locale en Haute-Bretagne (XIXe-XXe siècle), Rennes 2, sous la direction d’Alain Croix, 1995.

Pierre Éric, « La revanche des juristes ou comment entraver l’application de la loi du 22 juillet 1912 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » [En ligne], 17 | 2015, mis en ligne le 30 octobre 2017 : http://journals.openedition.org/​rhei/​3825

Velay-Vallantin Catherine, L’Histoire des contes, Paris, Fayard, 1992.

Yvorel Jean-Jacques, « Le discernement : construction et usage d'une catégorie juridique en droit pénal des mineurs. Étude historique », Recherches familiales, 2012/1 (n° 9), p. 153-162. DOI : 10.3917/rf.009.0153 : https://www.cairn.info/​revue-recherches-familiales-2012-1-page-153.htm

Haut de page

Notes

1 Professeur Ollive, « La tuerie de Landreau », Archives de l’anthropologie criminelle, tome 29, 1914, p. 626. Notes et observations médico-légales : https://criminocorpus.org/fr/ref/114/23209/

2 Le plus affreux des crimes, assassinat de 7 personnes par un bandit de 15 ans, complainte d’actualité (Léon Bonnenfant).

3 Sur ces articulations de modalités matérielles de transmission et leur importance voir : Catherine Velay-Vallantin, L’Histoire des contes, Paris, Fayard, 1992 et Daniel Fabre, (sous la direction de), Par écrit, ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, MSH, coll. « Ethnologie de la France », traduction italienne, Argo, Lecce, 1997.

4 Voir l’exposition de Patricia Bass, « L'accusé et sa mise en image sous la Troisième République », Musée Criminocorpus publié le 22 juillet 2014 : https://criminocorpus.org/fr/ref/25/17560/

5 Sur le développement de la photographie dans la presse également voir Anne-Claude Ambroise Rendu, « Du dessin de presse à la photographie (1878-1914) : histoire d'une mutation technique et culturelle », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 1992/1 (n° 39-1), p. 6-28 : https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-1992-1-page-6.htm

6 Patricia Bass, « Des représentations des criminels dans la presse populaire, 1880-1914 », Revue de la BNF, 2015/3, n° 51, p. 83 : https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2015-3-page-74.htm

7 A. Cullere et L. Desclaux, « L’affaire Redureau. Assassinat de sept personnes par un enfant de quinze ans », Archives de l’anthropologie criminelle, tome 29, 1914, p. 629-644 : https://criminocorpus.org/fr/ref/114/23213/

Professeur Ollive, « La tuerie de Landreau », Archives de l’anthropologie criminelle, tome 29, 1914, p. 625-628. Notes et observations médico-légales.

8 Le Phare de la Loire, 5 octobre 1913, p. 3.

9 Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1995, p. 166.

10 Sur le rôle « alphabétisant » des canards, voir Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française. Le temps des éditeurs. Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1990, p. 521.

11 Dominique Kalifa, op. cit., p. 166.

12 Ce corpus est vraisemblablement incomplet. La Gazette de Château-Gontier du 26 octobre 1913 cite partiellement une autre complainte, due à « M. et Mme Touzé [...] chanteurs rennais » (Merci à Jean-François “Maxou” Heintzen pour cette précision).

13 Sur l’air de Fualdès : Dominique Kalifa, « Sur l’air de Fualdès », in Jacques Miquel et Aurélien Pierre (dir.), L’Affaire Fualdès, le sang et la rumeur, Rodez, Musée Fenaille, 2017, p. 103-106. Sophie-Anne Leterrier, « Le timbre de la complainte de Fualdès : “l’air de toutes les complaintes” », Criminocorpus [En ligne], Jean-François “Maxou” Heintzen et Sophie Victorien (dir.), Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Chanter les complaintes, mis en ligne le 1er mars 2021 : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8861

14 L’ensemble des cartes postales de la Tuerie du Landreau est visible dans l’exposition de Patricia Bass, « L'accusé et sa mise en image sous la Troisième République », Musée Criminocorpus publié le 22 juillet 2014 : https://criminocorpus.org/fr/ref/25/17560/

15 Christophe Belser et Dominique Bloyet, Les grandes affaires criminelles de Loire-Atlantique, Sayat, De Borée Éditions, 2008, p. 147.

16 A. Cullere et L. Desclaux, « L’affaire Redureau. Assassinat de sept personnes par un enfant de quinze ans », Archives de l’anthropologie criminelle, tome 29, 1914, p. 639.

17 A. Cullere et L. Desclaux, op. cit., p. 630.

18 Sylvie Châles-Courtine, « La place du corps dans la médiatisation des affaires criminelles », Sociétés & Représentations, vol. 18, n° 2, 2004, p. 178.

19 Ibidem, p. 174.

20 Sur le discernement des mineurs voir notamment Jean-Jacques Yvorel, « Construction et usage d’une catégorie juridique en droit pénal des mineurs. Étude historique », Union nationale des associations familiales, 2012/1, n° 19, p. 153-162.

21 A. Cullere et L. Desclaux, op. cit., p. 643.

22 L’article d’Éric Pierre présente de manière très juste les difficultés d’application de la loi du 22 juillet 1912 : Éric Pierre, « La revanche des juristes ou comment entraver l’application de la loi du 22 juillet 1912 », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », n° 17, 2015 : https://journals.openedition.org/rhei/3825

23 Voir la présentation par Jean-Claude Farcy sur Criminocorpus : https://criminocorpus.org/fr/ref/25/12796/

24 Marcel Redureau est arrivé le 22 mars 1914 à la colonie pénitentiaire de Eysses (Villeneuve-sur-Lot).

25 André Gide, La Séquestrée de Poitiers / L'Affaire Redureau, Paris, Gallimard, 1977 [1930], p. 99.

26 L’émission est disponible sur le site de France culture : https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/le-livre-de-chevet-laffaire-redureau-13-1ere-diffusion-02101967

27 Enquêtes 1992, collection Pierre Guillard, Médiathèque Dastum.

28 Sur les complaintes en Bretagne, voir Vincent Morel, Le Phénomène de la complainte criminelle locale en Haute-Bretagne (XIXe-XXe siècle), Rennes 2, sous la direction d’Alain Croix 1995.

29 Jean-Michel Labadie, Psychologie du criminel. Logiques de l’irréparable, Paris, L’Archipel, Paris, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Le carnage du Bas-Briacé », Le Petit Journal, 3 octobre 1913
Crédits BnF/Gallica
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre La tuerie de Landreau
Crédits BILIPO
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Complainte en souvenir des victimes
Crédits Collection particulière
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Carte postale La tuerie du Landreau
Crédits Collection Sophie Victorien
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Presse-Océan, octobre 2003
Crédits ©Pierre Guillard
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 31
Crédits Dastum AMC-001-0023
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 32
Crédits Dastum AMC-001-0023
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Complainte de Marcel Redureau, cahier de Simone Loret, page 33
Crédits Dastum AMC-001-0023
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/8933/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 818k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Victorien et Pierre Guillard, « L’Affaire Redureau, le crime de Bas-Briacé (1913) : Un meurtrier de 15 ans au cœur des complaintes », Criminocorpus [En ligne], Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Faits divers chantés, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/8933

Haut de page

Auteurs

Sophie Victorien

Membre du CLAMOR (UMS 3726) Sophie Victorien est docteure en histoire contemporaine. Elle a soutenu sous la direction de Yannick Marec sa thèse intitulée Jeunesses dangereuses, jeunesses malheureuses. La prise en charge de l’enfance inadaptée par le secteur associatif en Seine-Maritime (1945-milieu des années 1980). Elle est responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR et responsable éditoriale et secrétaire de rédaction de Criminocorpus. Sophie Victorien est membre du comité de rédaction de Criminocorpus, de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI) et de la revue Histoire pénitentiaire. Elle est également membre du jury du Prix Françoise Tétard Histoire de l'éducation populaire / Histoire de l'éducation spécialisée.

Articles du même auteur

Pierre Guillard

Issu de la région nantaise du milieu agricole et rural, collecteur, chanteur, conteur, transmetteur et acteur des élans de valorisation des savoirs de ce milieu, notamment dans le cadre de la Mission du Patrimoine Ethnologique. En 1992 Pierre Guillard rejoint l’EHESS pour y parfaire un regard critique et scientifique sur un milieu social et culturel alors en pleine mutation. Il est également depuis 1995, chargé d’enseignements en sociologie et en anthropologie à Paris VIII, XIII et Paris X, et de cours d’ethnomusicologie à Paris XI/CFMI Orsay. Il a été directeur de la Mission Bretonne de 1994 à 1998, lieu revivaliste de musiques traditionnelles. En 1999, via une formation en ethnopsychanalyse (Paris VIII) et en psychologie et criminologie clinique (Paris XIII) dans le cadre d’une reconversion vers le clinico-éducatif, il travaillera ensuite au ministère de la justice à la protection judiciaire de la jeunesse tout en poursuivant recherches et enseignements universitaires. Dans cette institution, il y a été chargé, en 2005, de mission, d’accueil et de conférences guidées au Centre d’Exposition permanente et historique Enfants en Justice. Musée de de l’histoire de l’Éducation Surveillée/ PJJ. Par ailleurs, il a été expert assermenté par la Cour d’Appel de Paris et chargé d’enquêtes sociales par les juges aux affaires familiales et des tutelles. Il est, actuellement, Délégué du Préfet à la politique de la ville, à la Préfecture de Paris. À ce titre, il est chargé, pour la ville de Paris, des thèmes de prévention de la délinquance et de la radicalisation et aussi de la culture.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search