Navigation – Plan du site

AccueilActualité bibliographiqueComptes rendus2021Jean-Clément Martin, L’exécution ...

2021

Jean-Clément Martin, L’exécution du roi, 21 janvier 1793

Paris, Perrin, 2021, 300 p.
Stanislas de Chabalier
Référence(s) :

Jean-Clément Martin, L’exécution du roi, 21 janvier 1793, Paris, Perrin, 2021, 300 p.

Texte intégral

1Le titre du dernier ouvrage de Jean-Clément Martin, L’exécution du roi, pourrait bien induire le lecteur en erreur puisque l’événement que l’on s’attend à trouver au cœur de la réflexion n’occupe en fait qu’une trentaine de pages du livre : le premier chapitre. C’est en fin de compte plus une histoire du traitement juridique du souverain par l’Assemblée et les autres acteurs politiques du moment que propose l’auteur. Dans la lignée de ses précédents ouvrages, Jean-Clément Martin s’attache à refuser les explications simplificatrices et les analyses déterministes de l’événement. C’est sans doute là le principal apport de cette étude qui refuse à la mort de Louis XVI la force de l’évidence. Sa spécificité ne réside pas tant dans les sources, puisqu’elle s’appuie principalement sur des débats parlementaires déjà connus - quoique de très nombreux discours souvent négligés soient exploités - que dans la relecture du contexte. Sous la plume de Jean-Clément Martin, à rebours d’une tradition historiographique très ancrée, l’exécution du roi perd de sa splendeur sacrificielle. Elle est analysée comme un acte politique et volontairement détachée de l’aura symbolique qu’on lui confère généralement. Il ne s’agit pas pour l’auteur de la refuser, mais plutôt de lui préférer une minutieuse analyse des prises de position complexes pour redonner à l’événement sa pleine épaisseur politique. Par-là, l’auteur tient à réintroduire de l’incertitude dans l’analyse de la période : la mort du roi n’est pas un passage obligé de la Révolution, il n’en est pas non plus l’accomplissement nécessaire.

2Après une ouverture, sobre, sur le 21 janvier 1793 et sur l’exécution de Louis XVI à laquelle n’assiste aucun député de la Convention (chapitre 1), le livre remonte le cours du temps pour aborder, la méfiance puis le divorce entre le roi et la Révolution concrétisé par la journée du 10 août (chapitres 2 et 3). Le monarque est le personnage central de ces premiers chapitres et s’éclipse parfois dans les suivants. Ce n’est pas tant sa personne ni sa responsabilité qui sont la matière de la suite de l’ouvrage. On entre alors plus décisivement dans le cœur de la démonstration. C’est là que l’auteur entreprend un travail minutieux d’analyse des rapports entre les acteurs - les sans-culottes, la Commune, les groupes de députés, la presse - dont l’écheveau est parfois difficile à démêler. La suite du propos se déroule en suivant la chronologie. Les trois chapitres suivants (4, 5 et 6) décryptent l’épineuse question des suites de la journée du 10 août à laquelle le roi a survécu, et l’auteur rappelle combien, de l’aveu de plusieurs députés, sa mort eût simplifié l’équation. Se pose alors la question du traitement juridique du monarque déchu et des instances qui doivent se prononcer sur son cas. C’est ici que se joue le plus nettement la rivalité entre la Commune et la Convention. La première détient, puis exécute le roi finalement jugé par la seconde. Les trois derniers chapitres (7,8 et 9) abordent le jugement du roi par l’Assemblée. Ils s’appuient sur une étude complexe de positions bien plus disparates qu’on ne pourrait le croire, révélées par des discours ou projets de discours qui ont souvent disparu derrière les grandes péroraisons des orateurs les plus fameux.

3Les premières pages de l’ouvrage interrogent la sidération qui suit l’exécution du souverain et la nuancent. La mémoire de cette mise à mort – abordée dans l’épilogue- donne un écho très amplifié à la journée du 21 janvier 1793. Paris, certes, est paralysée pendant la matinée, la cérémonie est solennelle, savamment organisée par la Commune qui mobilise des dizaines de milliers d’hommes. Les manifestations en faveur du roi, sur l’ensemble du territoire de la République, sont pourtant très sporadiques, voire anecdotiques. À l’inverse des représentations stéréotypées que l’on peut se faire des journées révolutionnaires, celle du 21 janvier se déroule sans heurts, sans débordement majeur. La légitimité de la sanction, précédée d’intenses débats semble acceptée à ce stade. Le jour-même, un retour à la vie quotidienne s’opère dès l’après-midi. Dans les jours suivants, on discerne les véritables préoccupations du moment, en partie déconnectées de la mise à mort qui vient d’avoir lieu : la guerre et les tensions entre les groupes de députés. Jean-Clément Martin tire une importante conclusion de ces constats : la sentence de Louis XVI n’a pas créé un vide à la tête de l’État. La vie politique française reprend son cours, bien qu’on ne puisse pas tout à fait parler d’un cours normal. L’exécution est bien un moment exceptionnel, c’est un moment fort et marquant mais il faut surtout y lire l’aboutissement de négociations et de réflexions variées, et non un mouvement révolutionnaire spontané ou incontrôlé qui laisse place à une sidération générale. C’est avant tout la conclusion d’un moment très politique, de compromis, d’alliances, parfois de volte-face.

  • 1 Jean-Clément Martin cède à l’usage en vigueur et recourt à ces dénominations par souci de clarté, m (...)

4 Le 10 août 1792, alors que le Palais des Tuileries est menacé, Louis XVI se réfugie auprès des représentants de la Législative. Son sort devient un enjeu de rivalité entre les acteurs politiques, à commencer par l’Assemblée et la Commune de Paris. La seconde, qui a orchestré le soulèvement prend la détention du monarque déchu en charge. À ce stade, analyse l’auteur, les députés de la Législative ont perdu de leur légitimité puisqu’un coup, que l’on devine fatal, vient d’être porté à la Constitution en vertu de laquelle ils légifèrent. C’est en partie ce qui explique que leur contrôle sur le sort de Louis XVI soit très incertain. Se joue alors un épisode fondamental de la rivalité entre les sans-culottes et l’Assemblée qui se prolonge lorsque les conventionnels, parmi lesquels on compte des partisans de la Commune, entrent dans leurs fonctions le 21 septembre. Le livre, patiemment et presque au jour le jour, étudie la lutte pour la légitimité qui se déploie pour aboutir sur l’affirmation de ceux que l’auteur, conformément à l’usage lexical des historiens de Révolution, appelle les Montagnards1. Le chapitre 6 décrit la variété des opinions sur la meilleure façon de juger le roi (voire de ne pas le juger), non sans insister sur ce qu’elle révèle de l’incertitude des positions partisanes. Comme pour ce qui est des débats suivants, la complexité de la situation est frontalement abordée. La lecture de certains passages, très denses, peut s’avérer difficile pour un non-spécialiste tant les députés mentionnés et les opinions divergentes abondent. Il faut attendre le 3 décembre, alors que Louis est détenu depuis près de quatre mois, pour que la jeune Assemblée décide de se charger du jugement. Ces pages ont déjà révélé l’importance du sort du roi dans la rupture entre Girondins et Montagnards, et celles qui suivent approfondissent la question, en lui restituant toute sa complexité. Ponctuellement renforcée dans sa lutte face à la Commune en s’arrogeant le jugement du roi, la Convention est paradoxalement affaiblie par le déchirement de plus en plus criant que ce moment occasionne. On se dirige alors vers la condamnation à mort, mais d’une façon imprévisible et assurément pas inéluctable. Si la condamnation semble inévitable, la sanction, montre l’auteur, aurait pu être différente.

5Le procès, entre décembre 1792 et janvier 1793, et l’activité des députés durant les semaines précédentes ont un rôle crucial dans la stabilisation des antagonismes révolutionnaires. La prise de position sur le sort du monarque traduit une vision plus générale du processus révolutionnaire. « Le jugement du roi est bien la partie visible de la lutte entre groupes révolutionnaires pour déterminer le sens de la République à venir. » (p. 223). Quoique plusieurs pages soient consacrées à la diversité des opinions, au sein même des mouvances idéologiques trop souvent présentées comme uniformes, Jean-Clément Martin parvient à extraire les grandes lignes qui structurent des prises de position, parfois fluctuantes cependant. La question qui se pose est en fait celle de savoir si l’on peut s’affranchir des règles de la procédure au nom de la poursuite de la Révolution (position majoritaire chez les Montagnards) ou si l’on doit s’attacher à les respecter à tout prix et à finir le processus révolutionnaire (position majoritaire chez les Girondins). L’écueil de la seconde position est bien sûr l’absence d’une règle assurément applicable à la situation. Se dessine ici un apport majeur de l’ouvrage : l’un des aspects centraux du procès du roi n’est pas tant sa culpabilité, sur laquelle les opinions s’accordent bien vite, que la question de la ligne à adopter face aux réclamations des sans-culottes, et donc de la sanction à prononcer contre Louis XVI. Est-il possible de satisfaire les exigences populaires tout en maintenant une République modérée ? Incertaine, la condamnation à mort est concurrencée par d’autres solutions comme la détention ou l’exil. C’est finalement la ligne défendue par les Montagnards, à savoir la mort sans sursis, qui l’emporte. La défaite girondine, montre Martin, est liée au manque de cohérence des Girondins, pourtant majoritaires. Malgré des convergences de principe, les députés se dispersent et certains proposent des solutions qui leur sont propres (exemple de Duboë, p. 330-331). Face à cet éclatement des opinions, certains Girondins finissent par voter avec les Montagnards pour un résultat ambigu. Si l’on peut y voir une victoire des sans-culottes, qui obtiennent la mort du roi et se chargent de l’exécution, il ne faut pas oublier que ceux-ci avaient plutôt réclamé une mort sans jugement, estimant que la journée du 10 août suffisait à condamner le souverain. C’est à partir de cette analyse que l’auteur remet en doute l’idée que le 21 janvier serait le moment d’un transfert de souveraineté du roi au peuple dans la mesure où la Convention, Montagnards compris, confisque au moins en partie la procédure malgré l’influence que les sans-culottes eurent sur certains députés.

6Ce que l’on retire de cette lecture, c’est l’idée que l’exécution du roi, n’a pas été « une cérémonie sacrificielle mais un acte politique et politicien » (p. 12). Sans être dénuée de portée symbolique, son analyse s’enrichit dès lors qu’on y voit l’occasion d’un approfondissement du débat sur ce qu’est la Révolution, sur ce qu’il lui reste à accomplir. En faisant passer cette fin d’année 1792 et ce début d’année 1793 dans le registre de l’histoire quand bien même l’aspect spectaculaire des événements et ses analyses alimentent souvent une tendance à la mémoire partisane, Jean-Clément Martin montre encore une fois que la Révolution n’est pas un bloc. La mise à mort du roi n’avait rien d’inéluctable ni de certainement prévisible. Elle est plutôt le moment d’un débat sur la place de chacun dans le mouvement révolutionnaire, et sur le choix à faire entre Révolution et République, pour reprendre la formule de l’auteur. La sentence prononcée par la Convention n’a d’ailleurs nullement eu raison de la monarchie, restaurée une vingtaine d’années plus tard. Ce qui l’emporte en ce 21 janvier 1793, et dans les mois qui précèdent, ce n’est pas tant la mise à mort de la Royauté que le choix d’une poursuite de la Révolution laquelle s’envenimera bientôt avec l’aggravation des tensions entre la Commune et une Assemblée bientôt purgée des députés « Girondins ».

Haut de page

Notes

1 Jean-Clément Martin cède à l’usage en vigueur et recourt à ces dénominations par souci de clarté, mais il prend malgré tout le temps dans son avant-propos de rappeler ce que cette partition entre Girondins et Montagnards a d’imprécis, voire d’anachronique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stanislas de Chabalier, « Jean-Clément Martin, L’exécution du roi, 21 janvier 1793  », Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 29 mars 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9074

Haut de page

Auteur

Stanislas de Chabalier

Stanislas de Chabalier est doctorant en histoire moderne à l’Université de Lille, laboratoire IRHiS, UMR 8529. Ses recherches portent sur l’histoire judiciaire et notamment l’amnistie. Sous la direction d’Hervé Leuwers, il poursuit la thèse suivante « Sortir de la Révolution : amnisties et grâces politiques dans la France révolutionnaire (1789-1795) ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search