Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...18Communications« Vols, force et mort d’hommes »....

Communications

« Vols, force et mort d’hommes ». La violence seigneuriale dans le royaume de Castille à la fin du Moyen Âge

Hipólito Rafael Oliva Herrer

Résumés

Cet article étudie les formes de violence nobiliaire contre les communautés rurales dans la Castille des XIVe et XVe siècles et le discours qui sert à les qualifier. De ce point de vue, l’article montre la persistance d’une violence seigneuriale durant la période, exprimée en grande partie dans les moments de conflit politique ouvert dans le royaume, qu’on ne saurait réduire à l’expression d’une logique identitaire nobiliaire et qui révèle une tendance seigneuriale expansionniste. Toutefois, la prolifération des dénonciations de ces pratiques seigneuriales permet aussi de voir le progrès d’un cadre normatif servant à dénoncer ces pratiques habituelles comme violentes, donc illégitimes, et qui permet l’articulation de résistances.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Castille
Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été rédigé dans le cadre du projet de recherche Los nombres de la libertad : comunidad política y autonomía a fines de la Edad Media (HAR 2017-89256-P), financé par le Ministerio de Economia y Competitividad del Gobierno de España.

Texte intégral

  • 1 S. Moreta Velayos, Malhechores feudales.Violencia, antagonismos y alianzas de clase en Castilla, si (...)
  • 2 C. González Mínguez, H. Urcelay Gaona, « La crisis bajomedieval en Castilla durante el reinado de F (...)
  • 3 A. Dacosta, Los Linajes de Bizkaia en la Baja Edad Media. Poder, parentesco y conflicto. Bilbao, Un (...)

1Les études portant sur la violence seigneuriale dans la Couronne de Castille durant le bas Moyen Âge ont été pendant longtemps influencées par le travail fondateur de Salustiano Moreta, publié en 19781. Se focalisant tout particulièrement sur la première moitié du XIVe siècle, Moreta a pu rendre compte de la persistance de pratiques de violence nobiliaire contre des villes et des communautés rurales, généralement désignées à l’époque par le terme de malfetrías. Il a en outre inventé un stéréotype qui permettait de définir la figure du noble caractérisé par sa conduite violente : le malfaiteur féodal. Suite à son rattachement à l’historiographie marxiste, Moreta a associé cette violence à la crise du XIVe siècle et a interprété les manifestations de violence politique et sociale perpétrées par la noblesse castillane comme étant une réponse à la menace que faisait peser la crise quant au maintien de son hégémonie sociale. Depuis la parution de la thèse de Moreta, toute une série d’études de cas ont contribué à renforcer l’idée selon laquelle la noblesse féodale avait un caractère expansionniste et que le recours qu’elle avait à la violence était un mécanisme qui avait pour but d’accroître ses territoires et ses recettes2. C’est à la fin des années 1990 que les interprétations ont commencé à changer. Sans aborder directement la violence contre les communautés villageoises, des historiens comme Arsenio Dacosta ont souligné que le phénomène, et notamment les guerres privées permanentes entre lignages durant le bas Moyen Âge, devait être compris comme un élément constitutif de l’éthique d’un groupe social3.

  • 4 Voir S. A. Claussen, Honor, Courage, and Blood: An Elite Ideology of Violence in Trastámara Castile (...)
  • 5 À cet égard, dans un bilan historiographique récent sur la violence au Moyen Âge, les références à (...)
  • 6 A. Dacosta, « La nobleza vizcaína ante un siglos de cambios », in A. Dacosta, J. A Lema Pueyo, J. A (...)

2Les études sur la violence et, en particulier, la violence nobiliaire se sont multipliées ces dernières années. La perspective a notablement changé puisqu’elles tendent à adopter une approche radicalement culturelle, comme nous pouvons le voir dans une des thèses récemment consacrées à cette question4. De ce point de vue, l’idée demeure prégnante que la violence était un marqueur social propre à la noblesse, noblesse qui se considérait comme légitime dans l’exercice de cette violence, face aux autres classes sociales. Il est certain que l’ampleur des études menées sur la violence contre les communautés rurales au bas Moyen Âge est plutôt restreinte5. D'autres débats n’ont pas non plus suscité suffisamment d'attention. Ainsi, alors que le processus de développement des structures d’État durant cette période a été traité avec beaucoup de soin, le rôle de la violence n’a, quant à lui, que peu été considéré, et un tel processus n’a pas non plus été étudié comme étant celui de la construction d’un monopole royal de la violence légitime. Il existe néanmoins quelques études partielles. Par exemple, en ce qui concerne le Pays Basque, il a été souligné que la réduction progressive de la violence, que l’on peut vérifier à la fin du XVe siècle, est liée aux changements culturels au sein du groupe nobiliaire, qui montrent une tendance croissante à recourir à l’ordre juridique monarchique pour la résolution des conflits6.

  • 7 I. Alfonso Antón, « Los nombres de la violencia y el control de su legitimación », Hispania. Revist (...)

3En réalité, les discussions autour de la violence seigneuriale ont fondamentalement occupé les spécialistes du Moyen Âge central, selon des perspectives relevant de l’anthropologie juridique, et ont souligné le rôle de cette violence dans la régulation de conflits de nature plus complexe. Une des contributions les plus intéressantes en ce qui concerne les études sur la violence menées au cours de ces dernières années, fut le fait d’envisager la violence non seulement en tant que pratique, mais aussi en tant que discours, c’est-à-dire en tant que construction rhétorique qui, d’une part, sert à qualifier des pratiques déterminées et, d’autre part, nous permet d’accéder à ces pratiques. Ceci ne signifie pas que la nature violente de certaines pratiques seigneuriales soit niée, ni qu’elles soient réduites à une simple rhétorique ; il s’agit plutôt d’attirer l’attention sur le sens que ces pratiques prennent dans un contexte normatif concret. Précisément, celui qui permet de les dénoncer comme des pratiques violentes, et de ce fait, illégitimes7.

  • 8 Voir en particulier G. Algazi, « Prunning Peasants: Private War and Maintaining the Lords’ Peace in (...)
  • 9 C. González Mínguez, « Las luchas por el poder en la Corona de Castilla: Nobleza vs. monarquía (125 (...)
  • 10 La bibliographie sur cette question est très ample. Deux révisions historiographiques dans C. Gonzá (...)
  • 11 Par exemple dans la charte de la Hermandad du royaume de León de 1313, la justification résidait da (...)

4Cet article sera fondé sur les XIVe et XVe siècles, et se focalisera sur un type particulier de violence seigneuriale, à savoir la violence exercée contre les communautés rurales et, dans une moindre mesure, contre les villes. Ce contexte concret donne l’occasion de questionner à nouveaux frais les interprétations de certains médiévistes qui soutiennent l’existence d’une violence seigneuriale récurrente et légitime exercée à l’encontre de la paysannerie, et rattachée à l’identité nobiliaire en tant que telle, violence qui aurait pour fonction la reconstitution constante de l’ordre social8. Toutefois, les sources qui permettent d’aborder le problème de la violence seigneuriale sont très rares pour ce qui est du XIVe siècle, et quelque peu plus abondantes pour le siècle suivant. En ce qui concerne le XIVe siècle, nous pouvons nous appuyer sur des mentions figurant dans quelques chroniques, quelques preuves apportées par des documents épars, et surtout les protestations proférées par les procureurs des villes lors des réunions des Cortes, dans lesquelles ils dénoncent les agissements de la noblesse. La plupart de ces accusations furent portées durant des périodes de conflit politique intense dans le royaume, caractérisées par des attaques de diverses coalitions nobiliaires contre le roi9. C’est dans ce même contexte que des confédérations, connues sous le nom de Hermandades Generales, regroupant de nombreuses villes du royaume furent créées10. Bien que ces Hermandades Generales aient eu un rôle actif dans les conflits politiques, l’un de leurs éléments fédérateurs fut précisément la défense contre une violence généralement décrite comme perpétrée par des nobles et illégitime11.

  • 12 Cortes de Madrid de 1329. Cortes de los antiguos reinos de Castilla y León, 7 vols. Madrid, Real Ac (...)
  • 13 A. Rodríguez López, « Foyse da terra no ano das chuvias... Carestías y subsistencia en el noroeste (...)
  • 14 Ibid.

5Les sources font référence à différents contextes – dont font partie les guerres privées – dans lesquels est pratiquée la violence seigneuriale contre les villes et les communautés. Les protestations émises par les procureurs des villes lors des réunions des Cortes sont à ce sujet fort représentatives. Ainsi, lors des Cortes de Madrid en 1329, les procureurs des villes ont dénoncé le fait que les nobles, lors de leurs affrontements particuliers, brûlaient les villages et volaient les communautés rurales12. L’abattage des arbres, les incendies de récoltes, la destruction de maisons et de moulins étaient les pratiques courantes d’une forme de guerre qui évitait les affrontements ouverts et qui prenait pour cible les communautés appartenant aux seigneurs rivaux. Bien des années plus tard, en un XVe siècle bien avancé, les archives du monastère d’Oseira, en Galice, rappelaient encore que les affrontements entre seigneurs survenus au XIVe siècle avaient gravement endommagé les fermes et terres de leurs dépendants13. En réalité, l’étendue des personnes affectées par ce genre de pratique était encore plus large. Les Cortes dénoncèrent également à plusieurs reprises le fait que les nobles, dans leurs affrontements, « tomaban conducho » sur les terres du roi, ce qui renvoie généralement à l’obligation des personnes qui dépendent du seigneur de l’alimenter lorsqu’il se rendait dans l’une de ses seigneuries et correspond au droit d’albergue14. Employée dans ce contexte, l’expression renvoie aux réquisitions de vivres et autres types de biens opérées par les armées en marche sur leurs lieux de passage.

  • 15 Ordonnance d’Alcalá de 1348. Cortes de los antiguos, vol II, p. 555.
  • 16 Ibid., p. 547.
  • 17 Ibid., p. 543-546.
  • 18 Cortes de Guadalajara de 1390. Cortes de los antiguos, vol. II, p. 427.

6En 1348, le roi Alphonse XI tenta de réguler la violence nobiliaire par le biais de l’ordonnance d’Alcalá, législation royale dont il est intéressant de signaler les conséquences sur trois points en particulier. Tout d’abord, les réquisitions forcées opérées par les armées en marche furent condamnées, ceci faisant certes référence aux affrontements entre nobles mais renvoyant en outre au fait que les chevaliers pratiquaient eux aussi ce type de spoliations sur les territoires qu’ils traversaient pour rejoindre le roi15. La loi établissait ainsi une procédure afin que la justice royale puisse intervenir dans de tels cas. D’autre part, la législation intervenait aussi dans le domaine de la violence perpétrée depuis les châteaux et les maisons fortes16. Enfin, il convient de préciser que ce type de condamnation s’inscrivait dans une tentative plus globale de régulation de la violence inter-nobiliaire : on reconnaît en effet explicitement les dommages que ce genre d’affrontements causent au royaume et il s’agit de reconduire la logique de la guerre privée, en lui substituant des défis et duels entre les personnes concernées soumis à une procédure réglementée. De fait, tout en reconnaissant la légitimité de la vengeance privée, il s’agissait de canaliser les effets qu’elle engendrait et de la mettre sous la supervision royale17. Quoi qu’il en soit, et malgré les tentatives du roi de réguler les guerres privées, celles-ci ne cessèrent pas pour autant. Effectivement, en 1390 encore, des procureurs aux Cortes ne manquèrent pas de dénoncer le fait que, dans le cadre de leurs querelles, les nobles attaquaient les seigneuries de leurs rivaux, détruisant les maisons et les cultures des paysans et allant jusqu’à entraîner la mort de certains d’entre eux18.

  • 19 Crónica del muy valeroso rey don Fernando el quarto, éd. Antonio Benavides. Madrid, 1860, p. 68.
  • 20 Cortes de Burgos de 1367. Cortes de los antiguos, vol. II, p. 145. Sur le conflit et la violence da (...)
  • 21 Ordonnance de Toro de 1371. Cortes de los antiguos., vol. II, p. 200.

7Au-delà de ces plaintes et des références dans la législation royale, les récits sur les conséquences pratiques, pour les communautés, des affrontements inter-nobiliaires en Castille au XIVe siècle sont peu nombreux. Il semble cependant évident que l’attaque de populations dépendantes de seigneurs rivaux et le saccage des territoires traversés reproduisent des comportements plus généralisés, qui s’inscrivent dans une manière de faire la guerre observable dans d’autres contextes, y compris dans celui des guerres que les nobles mènent contre le roi. Les chroniques nous informent que les coalitions nobiliaires qui se formaient contre le roi, au début du XIVe siècle, menaient leur combat en attaquant des villes et des villages du domaine royal et en opérant destructions et feux de récoltes19. Il ne semble pas s’agir de façons de faire très différentes de celles que l’on observe pendant la guerre civile castillane, entre les partisans de Pierre Ier et d’Henri II de Trastamare, au milieu du XIVe siècle. Les saccages perpétrés par les compagnies françaises qui participèrent au conflit sont d’ailleurs bien connus20. Mais les représentants des villes aux Cortes dénoncèrent des pratiques similaires de la part des nobles castillans, ce qui montre l’extension de ce type de violence21.

  • 22 Cortes de Valladolid de 1447 et de 1451. Cortes de los antiguos, vol. III, p. 519 et 609.

8La documentation du XVe siècle révèle, quant à elle, certaines variations au sujet des pratiques de dévastations en tant que forme courante de faire la guerre. Lors de certains moments de crises politiques et d’affrontements entre le roi et les coalitions nobiliaires, les protestations des villes aux Cortes refirent évidemment surface. Toutefois, même si vols et violences continuaient d’être dénoncés, ce n’était désormais plus sur la destruction de biens et de récoltes que l’on insistait : l’accent était désormais mis sur l’usurpation des impôts royaux et sur la mise en place de nouveaux impôts à payer par les habitants des villages22. En fait, le détournement des impôts et des recettes semble avoir partiellement remplacé la destruction des cultures et des biens en tant que forme d’agression envers un rival politique, même si les preuves en ce domaine ne sont pas tout à fait concluantes.

Le langage de la définition de la violence

  • 23 Cortes de Medina del Campo de 1305 et Cortes de Soria de 1380, Cortes de los antiguos, vol. I, p. 1 (...)
  • 24 A. Rodríguez González, Las fortalezas de la mitra compostelana y los “Irmandiños”, Pontevedra, Fund (...)

9Cependant, les accusations que l’on trouve le plus fréquemment dans les réunions des Cortes ne font pas référence aux conséquences de la guerre, qu’elles soient d’ordre privé ou bien formulées contre le roi, mais bien à une forme spécifique de violence dénoncée sous le nom de malfetría, et dont les participants sont qualifiés de malfaiteurs. Il s’agit d’un concept large qui recouvre un ensemble de pratiques considérées comme contraires au droit et dont la nature violente et illégitime est dénoncée. L’existence même du terme malfetría est en soi révélatrice d’un discours qui permet la condamnation ce type de pratiques. En d’autres occasions, l’expression malfetría est remplacée par une périphrase codifiée qui renferme l’idée de comportements associés à des pratiques violentes comme le vol, l’usage de la force, la mort d’hommes, les exactions et violences envers les femmes23. À cette périphrase, peuvent s’ajouter des expressions stéréotypées qui renforcent l’idée de violence, du type « ils avaient peur de sortir de chez eux24 ». Il semble que l’on soit face à des formes conventionnelles d’écriture permettant d’indiquer clairement que les situations décrites sont violentes, hors la loi et donc illégitimes, ce qui n’exclut pas l’existence d’une réelle violence derrière ces accusations. Afin de mettre en perspective de telles accusations, il convient de prendre deux facteurs en considération : tout d’abord, le fait qu’elles ont lieu dans des moments de faiblesse de la monarchie et de conflit politique intense. Ensuite, le fait que les victimes de ce type de pratiques étaient des villes et des communautés qui faisaient partie du domaine royal ou de seigneuries ecclésiastiques.

  • 25 Cortes de Valladolid de 1299, Cortes de los antiguos, Vol. I. p. 138
  • 26 Cortes de Medina del Campo de 1305 et de Valladolid de 1307. Cortes de los antiguos, vol. I. p. 181 (...)

10Ainsi, le terme de malfetría était utilisé de manière générale pour faire référence à des situations de violence contre les communautés, ce qui peut inclure les conséquences des guerres privées, l’accusation la plus courante demeurant celle de violences exercées depuis les châteaux et forteresses. Dès les Cortes de Valladolid de 1299, furent portées les premières accusations de vols, d’appropriations et d’exactions, contenant des mentions directes au non respect du droit de la terre25, celles des Cortes de Medina del Campo en 1305 et de Valladolid en 1307 étant plus explicites encore puisque ces agissements y sont littéralement qualifiés de pratiques à l’encontre du droit et que leurs auteurs sont nommément désignés. En l’occurrence, il s’agit de nobles de second rang qui font partie des clientèles des grands aristocrates du royaume, jouissent de leur protection et agissent depuis les forteresses et les maisons fortes, nobles accusés à l’occasion des Cortes de vols, de saccages et de prélèvement de rentes contre le droit et hors la loi26. Derrière cette variété terminologique, qui définit ou dénonce une série de conduites telles que le vol ou l’extorsion, semble résider une tentative de consolidation d’une situation de domination d’une contrée par une position de force, qui se concrétise dans l’exigence de formes de prélèvement. Mais la violence nobiliaire ne semble pas gratuite. Elle paraît plutôt prendre sens dans un processus plus général de fixation et d’obtention de nouveaux droits dans un contexte de conflit. La dénonciation de ce type de pratiques comme forme de violence contribue à établir l’illégitimité de ce procédé, dans le cadre d’un contexte normatif qui rend possible cette dénonciation.

  • 27 J. I. Ruiz de la Peña Solar « Realeza y concejos versus ladrones y malfechores: la lucha contra la (...)
  • 28 J. Coria Colino, S. Francia Lorenzo, Documentos para la Historia de Palencia. Reinado de Sancho IV (...)
  • 29 A. Rodríguez López, « Foyse da terra no ano... », art. cité, p. 197.

11De manière exceptionnelle, il est possible de rapprocher les accusations génériques portées aux Cortes des agissements de certains personnages réels. Au début du XIVe siècle, dans les Asturies, certaines communautés dénoncèrent les attaques commises par un noble de second rang, un certain Gonzalo Pelaez. L’accusation fait référence à des vols, des terres brûlées et même à des violences contre les femmes. Cependant, il est intéressant de remarquer l’apparition du terme de despechar, qui renvoie directement au prélèvement de rentes, ce qui permet d’associer les dénonciations de violence à une tentative d’établissement de formes d’exactions sur le territoire, que les communautés considéraient comme illégitimes et qu’elles qualifient de vols et usage de la force27. Un second exemple, plus intéressant, nous est offert par un noble de second rang, un certain Pedro Díaz Bueso, qui, en 1287, possédait une petite seigneurie près de la ville de Palencia. Son testament nous apprend qu’il s’était approprié des terres et des troupeaux de communautés rurales voisines, qu’il souhaitait dédommager à l’article de la mort28. Il s’agit de comportements que lui-même définit, dans son testament, comme des malfetrías, dont certains se produisirent dans la seigneurie d’un noble rival, ce qui peut être interprété comme un saccage associé à une guerre privée. Ce testament est très révélateur en ce qui concerne la nature de ces pratiques. La supposée légitimité du noble quant à l’exercice de la violence cohabite alors avec un discours de condamnation morale, auquel se livre Pedro Díaz lui-même au moment de sa mort. Mais, l’exemple de Pedro Díaz Bueso n’est pas exceptionnel. À partir du XIIIe siècle, d’autres nobles reconnurent dans leur testament avoir commis des malfetrías, même si la description des faits demeure relativement imprécise29.

  • 30 Cortes de Valladolid de 1293 y 1299, Cortes de los antiguos, p. 108 et 141.
  • 31 Cortes de Valladolid, Cortes de los antiguos, vol. 141.
  • 32 Cortes de Palencia de 1313 et de Burgos de 1315. Cortes de los antiguos, vol. I, p. 243, et 277.
  • 33 J. Firnhaber-Baker, « Seignurial War and Royal Power in Later Medieval Southern France », Past and (...)

12Les accusations présentées devant les Cortes présentent cependant quelques variantes. En effet, en certaines occasions, ce furent des nobles, agissant en tant que délégués de l’administration royale et ayant en charge châteaux et forteresses royales, qui furent l’objet de plaintes, comme on peut le constater à l’occasion des Cortes de Valladolid en 1293 et 129930. À cette occasion, il leur est reproché concrètement de s’être livrés, non seulement à des exactions, réquisitions de terres et amendes judiciaires, mais également d’avoir outrepassé leurs fonctions en ne respectant pas le droit en vigueur sur la terre, bien que les aristocrates prétendent agir au nom de leur « autorité »31. De telles dénonciations pour vols et usage de la force perpétrés par les titulaires de la justice royale se reproduisirent en 1313 et 1315, les procureurs des villes ayant alors exigé que les forteresses soient désormais confiées à des chevaliers originaires des villes les plus proches32. Il semble évident que les dénonciations pour vols et usage de la force font référence au fait d’imposer certaines formes de prélèvements considérées comme illégitimes par les procureurs des Cortes et qui renvoient à des formes conflictuelles, et probablement violentes, d’établissement de droits à partir d’une situation d’autorité. Derrière ce type de dénonciations, ce qui apparaît, ce sont différentes conceptions de ce que peut signifier exercer la justice au nom du roi, ainsi que différentes conceptions du type de droits que cela confère à ceux qui occupent ces postes. En somme, il s’agit de la reproduction de comportements nobiliaires qui avaient été courants lors des époques précédentes et qui se manifestent dans un cadre qui permet de les dénoncer désormais comme illégitimes, c’est-à-dire dans un contexte qui, même si la monarchie peut se montrer capable de s’affirmer d’un point de vue théorique, ne dispose pas des structures nécessaires pour s’affirmer dans la pratique33. La monarchie avait en réalité encore besoin des nobles pour exercer de telles fonctions. D’une manière ou d’une autre, la logique sous-jacente ressemble à celle observée depuis les forteresses privées, à savoir une tendance expansionniste de la noblesse à ce que sa supériorité sociale soit reconnue par le biais de formes de domination qui se concrétisent dans la perception de nouveaux revenus et de nouveaux droits.

  • 34 Pour la révolte des Irmandiños, on renverra à C. Barros Guimaraens, Mentalidad justiciera de los Ir (...)
  • 35 C. Barros Guimaraens, Mentalidad justiciera, op. cit., p. 128-160.
  • 36 Par exemple Pedro de Mendaña, alcalde de Castronuño, ou García Mendez dans la région de Tierra de C (...)
  • 37 Sur les Hermandades du temps d’Henri IV, J. L. Bermejo Cabrero, « Hermandades y Comunidades de Cast (...)
  • 38 Sur la justice de la Hermandad, A. de Palencia, Gesta Hispaniensia, vol. II, p. 465.

13En réalité, les dénonciations des violences nobiliaires perpétrées depuis les forteresses se reproduisirent à l’occasion d’autres types de crise politique se produisant dans l’ensemble du royaume. La richesse de la documentation issue du XVe siècle nous apporte des preuves plus concrètes de ce type de pratiques. Par exemple, la dénonciation pour morts d’hommes, vols et usages de la force perpétrés depuis les forteresses seigneuriales représente la base de légitimation la révolte Irmandiña. Il s’agit d’un mouvement ayant eu lieu en Galice, entre 1467 et 1469, lié à la formation de la Hermandad castillane du temps d’Henri IV, en pleine guerre civile, et qui a débouché sur l’attaque et la destruction de nombreuses forteresses seigneuriales34. Les éléments du conflit Irmandiño nous sont parvenus par le biais d’une série de témoignages de gens du commun qui reproduisent des accusations similaires à celles que nous connaissons dans le cadre des malfetrías de la première moitié du XIVe siècle, à savoir des récits décrivant des situations de vols et de violence commis à partir des forteresses. Le champ sémantique des dénonciations fait en outre référence à des impositions et détentions arbitraires35. En somme, un ensemble de pratiques de domination envers les hommes est dénoncé comme injuste car contraire au droit en vigueur. D’autres situations, vécues dans le reste du royaume durant la guerre civile du temps d’Henri IV de Castille, peuvent donner à voir de manière plus explicite encore les caractéristiques de la violence pratiquée depuis les forteresses, qui se révèle analogue dans la plupart des cas à celle du XIVe siècle. Concrètement, pour la Castille, nombre de chroniques et de documents font allusion à l’activité de plusieurs nobles de second rang, à qui sont associés l’appropriation de villages, le vol de troupeaux et plus particulièrement l’exigence de taxes envers divers lieux de la contrée36. Il s’agit précisément du type de violence se trouvant à la base de la création d’une nouvelle Hermandad du temps d’Henri IV, l’intention étant de restaurer la justice dans le royaume37. Il est intéressant d’observer comment la violence est décrite par la Hermandad, comme étant fondamentalement une violence nobiliaire et comment elle a généré ce que l’on appelait la justice de la Hermandad qui consistait essentiellement en une réponse armée face aux agissements de ces nobles de second rang38.

  • 39 Voir les travaux classsiques de J. Valdeón Baruque, Los conflictos sociales en el reino de Castilla (...)
  • 40 H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores, op. cit., p. 201-209.
  • 41 J. I. Ruiz de la Peña Solar « Realeza y concejos versus ladrones y malfechores », art. cité, p. 62- (...)

14Ce type de pratique peut bien sûr être considéré comme une variante d’une tendance plus générale d’attaque contre le domaine royal, menée dans ce cas-là par des nobles situés plus haut dans la hiérarchie. Le fait de vouloir étendre leurs seigneuries aux dépens du patrimoine royal est une constante tout au long du XVe siècle castillan39. Ceci a parfois eu lieu de manière légale et avec le consentement du roi lui-même, qui remettait une partie de son domaine dans le but de garantir la collaboration politique de divers nobles. Au contraire, dans d’autres occasions, dans des moments de conflit politique ouvert, cette extension s’est effectuée par le biais de violences perpétrées envers les communautés concernées. Ainsi, en 1438, le marquis de Santillana déploya toute une troupe armée dans deux petites vallées situées dans le nord de la péninsule, afin de contraindre les habitants à le reconnaître comme seigneur de ces communautés. La création d’une nouvelle seigneurie aux dépens du domaine royal était, d’une façon ou d’une autre, une tâche complexe qui s’appuyait non seulement sur un déploiement armé, mais aussi sur tout un processus de cooptation des élites locales qui était en marche depuis longtemps dans ces villages40. Quoi qu’il en soit, ce que nous donne à voir cet aperçu du bas Moyen Âge, c’est la persistance d’un ensemble de pratiques seigneuriales contre les communautés faisant partie du domaine royal, pratiques d’autant plus intenses dans les moments de crise de l’ordre politique. Dénoncer la violence de ces façons d’imposer la domination est une manière de proclamer leur illégitimité, dans un contexte normatif au sein duquel elles peuvent être définies comme une atteinte à la justice. De ce point de vue, il me semble intéressant de remarquer que la généralisation des dénonciations des violences nobiliaires durant le bas Moyen Âge ne donne pas seulement à voir la continuité de certaines pratiques seigneuriales nécessairement définies comme violentes, mais montre également l’évolution d’un cadre qui permet de les caractériser comme violentes et qui sert à articuler des résistances. En ce sens, l’apparition des confédérations de villes connues sous le nom de Hermandades Generales est révélatrice. Elle a lieu au cours de deux périodes de crises politiques aigües dans l’ensemble du royaume : entre 1282 et 1317, d’une part, et entre 1468 et 1473, d’autre part. Bien que les Hermandades aient été conçues durant ces périodes comme un acteur politique majeur à l’échelle du royaume, il est important de noter que leurs éléments fédérateurs étaient la restauration de la justice dans le royaume et la lutte contre la violence, explicitement définie comme étant une violence seigneuriale. La formation de ces grandes fédérations de villes a été bien entendu précédée d’expériences antérieures de plus faibles dimensions, à savoir des petits pactes entre des communautés plus restreintes, qui se solidarisaient et créaient des structures défensives pour se prémunir des agissements des nobles des environs41. L’organisation de ces petites Hermandades préfigurait déjà l’opposition entre le discours de la restauration de la justice et celui de la violence seigneuriale.

Dans la seigneurie

  • 42 H. R. Oliva Herrer, « Libertad de behetría y ofensiva señorial a fines de la Edad Media: la señoril (...)
  • 43 Plusieurs exemples dans H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores, op. cit.
  • 44 Sur le meurtre du seigneur, C. Barros Guimarans, « Violencia y muerte del señor en Galicia a finale (...)

15Le changement de perspective opéré au XVe siècle, pour lequel nous disposons de davantage d’éléments de preuve, permet de soulever une question supplémentaire. Jusqu’à présent, nous avons fondamentalement parlé de violence exercée contre des communautés qui appartenaient au domaine royal, c’est-à-dire ne faisant pas partie de la sphère seigneuriale. Il semble alors judicieux d’envisager le sujet sous l’angle suivant : dans quelle mesure la violence faisait-elle, de manière quotidienne, partie des relations que les seigneurs entretenaient avec les personnes qui dépendaient d’eux, sur leurs propres seigneuries ? L’existence d’un dossier de réclamations auprès de la justice royale, tout particulièrement à la fin du XVe siècle, permet d’aborder certains points. Tout d’abord, la violence n’est pas absente de ces relations. Elle est d’ailleurs exercée de manière ponctuelle et n’est de toute façon pas illimitée. Lorsque les communautés rurales ont dénoncé des violences, ces dernières ont généralement eu lieu dans le cadre d’affaires conflictuelles, dans lesquelles la filiation de droits était en jeu. Il s’agissait soit du contrôle politique des communautés elles-mêmes, soit d’une tentative d’affirmation de nouveaux droits par le seigneur42. Cette violence pouvait être explicite ou exercée par le biais de pressions telles que des menaces de violence. Pour donner un exemple, ont été consignés plusieurs épisodes de violence physique contre des paysans, perpétrées par des agents seigneuriaux, lors de désaccords relatifs au contrôle des biens communaux que le seigneur voulait garder pour lui-même. De même, sont référencées des saisies de biens en réponse à la négation, de la part des paysans, de satisfaire de nouvelles exigences fiscales43. Il serait peut-être plus conforme de dire que, plus qu’un déploiement quotidien de violence, ce qui était présent, c’était la menace de violence de la part du seigneur. Ceci dans une certaine mesure, puisque nous avons des documents qui relatent des cas de résistance armée des communautés rurales qui pouvaient parfois se solder par la mort du seigneur44. De sorte que le fonctionnement quotidien du seigneur reposait plutôt sur la négociation et la cooptation des élites locales que sur l’exercice régulier de la violence.

  • 45 H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores, op. cit., p. 51.
  • 46 Ibid., p. 174-75
  • 47 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid. Pleitos Civiles. Pérez Alonso (F), C.120, 3.
  • 48 R. M. Montero Tejada, « Violencia y abusos en los señoríos del linaje Manrique a fines de la Edad M (...)

16De toute manière, les réponses les plus violentes se produisirent dans des cas où l’existence même de la seigneurie ou quelques éléments structuraux furent remis en question. Nous en trouvons une parfaite illustration dans la localité de Dueñas, à la fin du XIVe siècle. La communauté étant résolue à plaider devant le roi afin de pouvoir être incorporée au domaine royal, le seigneur réagit en faisant pendre l’un des meneurs45. Une centaine d’années plus tard, au début du XVIe siècle, dans une communauté voisine, Villada, plusieurs responsables locaux furent maltraités par des agents seigneuriaux, en raison d’un procès intenté auprès de la justice royale afin d’essayer de limiter les rentes qu’ils devaient payer au seigneur46. Un autre exemple est assez révélateur, celui de Lemos, en Galice, à la fin du XVe siècle. Dans cette communauté, un individu, qui passait de village en village afin de convaincre les habitants de recourir à la justice royale au lieu de la justice seigneuriale, fut arrêté par les agents seigneuriaux qui lui coupèrent un pied47. L’exercice de la justice du seigneur a précisément été l'un des mécanismes les plus courants de l’expression de la violence des puissants, puisqu’elle permettait à ses agents, de manière plus ou moins arbitraire, d’agir contre des tentatives de contestations qui avaient lieu dans la seigneurie et ceci, sans être inquiétés par la justice royale. Quoi qu’il en soit, devons-nous déduire de ces informations ponctuelles un modèle plus général de l’exercice légitime de la violence des seigneurs envers ceux qui dépendaient d’eux ? Assurément, la violence était un moyen que les nobles pouvaient utiliser et ils revendiquèrent le droit à y recourir contre les personnes qui dépendaient d’eux, justifiant ce recours comme une réponse au fait de défier leur autorité. Mais le recours à la violence, plutôt que de renvoyer à un modèle récurrent de configuration de l’ordre social, semble être une stratégie, un moyen à disposition utilisé dans le cadre d’un ensemble de situations conflictuelles plus larges. L’information que nous apportent les testaments nobiliaires de la fin du XVe siècle donne d’ailleurs à voir la diffusion des discours qui délégitiment la violence seigneuriale, discours partiellement intériorisés par les nobles. Dans ces testaments, les nobles reconnaissent la violence exercée ponctuellement contre leurs paysans dépendants et ils prévoient même un dédommagement économique à leur égard48.

17En guise de conclusion de cette étude de quelques formes spécifiques de violence seigneuriale en Castille aux XIVe et XVe siècles, il est possible de revenir sur quelques éléments particuliers. Tout d’abord, on peut constater la persistance d’une violence seigneuriale qui s’exprime en grande partie dans les moments de conflit politique, ce qui renvoie à des contextes complexes et révèle une logique nobiliaire expansionniste. Toutefois, comprendre cette violence ne signifie pas la réduire à une logique identitaire, ayant une fonction constitutive de l’ordre social, qui plus est, dans un contexte où les discours qui peuvent la légitimer rivalisent avec ceux qui la dénigrent.

18Finalement, on pourrait affirmer que se demander ce qu’est la violence revient à reconnaître le fait que la violence prend sens dans l’ordre qui la définit comme telle. De ce point de vue, la prolifération des dénonciations des violences seigneuriales à la fin du Moyen Âge peut être comprise comme l’affirmation d’un cadre normatif servant à dénoncer comme illégitimes certaines pratiques nobiliaires, même si elles étaient habituelles. Un cadre normatif qui, bien qu’il rencontre des difficultés à s’affirmer dans la pratique, permet l’articulation de résistances et sert finalement à dénoncer la violence nobiliaire comme résultat du manque de justice. En définitive, ce qui est caractéristique de cette période ne serait pas tant la transformation de certaines pratiques nobiliaires que l’affirmation d’un discours qui permet de les condamner.

Haut de page

Bibliographie

Alfonso Antón Isabel, « Los nombres de la violencia y el control de su legitimación », Hispania. Revista española de Historia, 208, 2001, p. 691-796.

Algazi Gadi, « Prunning Peasants: Private War and Maintaining the Lords’ Peace in Late Medieval Germany », in Esther Cohen, Mayke de Jong (éd.) Medieval Transformations: Texts, Power and Gifts in Context, Leiden, Brill, 2000, p 245–274.

Asenjo Gónzalez María, « La violencia en la sociedad medieval: revisión planteamientos, propuestas », in Esther López Ojeda (dir), La violencia en la sociedad medieval. XXIX Semana de Estudios Medievales de Nájera. Logroño, Iastituto de Estudios Riojanos, 2019, p. 17-44.

Barros Guimarans Carlos « Violencia y muerte del señor en Galicia a finales de la Edad Media », Studia Historica. Historia Medieval, 9, 1991, p. 111-148.

Bermejo Cabrero José Luis, « Hermandades y Comunidades de Castilla », Anuario de Historia del Derecho Español, 58, 1988, p. 277-412.

Bernáldez Andrés, Historia de los Reyes Católicos D. Fernando y Doña Isabel, Sevilla, 1879.

Claussen Samuel A. Honor, Courage, and Blood: An Elite Ideology of Violence in Trastámara Castile, 1369-1474. Thèse doctorale, Université de Rochester, 2015.

Cortes de los antiguos reinos de Castilla y León, 7 vols. Madrid, Real Academia de la Historia, 186.

Crónica del muy valeroso rey don Fernando el quarto, éd. Antonio Benavides. Madrid, 1860.

Crónica incompleta de los Reyes Católicos, éd. J. Puyol. Madrid, 1934.

Dacosta Arsenio, Lema Pueyo, José Antonio, Munita Loinaz José Antonio, Díaz de Durana Ortiz de Urbina José Ramón (dir.), Poder y privilegio. Nuevos textos para el estudio de la nobleza vizcaina al final de la Edad Media (1416-1527), Bilbao, Universidad del País Vasco, 2016.

Dacosta Arsenio, Los Linajes de Bizkaia en la Baja Edad Media. Poder, parentesco y conflicto. Bilbao, Universidad del País Vasco, 2003.

Fenández de Larrea Rojas Jon Andoni, « Las Guerras privadas: el ejemplo de los bandos oñacino y gamboino en el País Vasco », Clio & Crimen, nº 6, 2009, p. 85-109.

Firnhaber-Baker, Justine, « Seignurial War and Royal Power in Later Medieval Southern France », Past and Present, 208, 2010, p. 37-76.

González Mínguez Cesar, « Hermandades concejiles y orden público en Castilla y León durante la Edad Media », Clio & Crimen. Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, nº 3, 2006, p. 13-35.

González Mínguez Cesar, « Las luchas por el poder en la Corona de Castilla: Nobleza vs. monarquía (1252-1369) », Clio & Crimen. Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, nº 6, 2009, p. 36-51.

González Mínguez Cesar, Urcelay Gaona Hegoy « La crisis bajomedieval en Castilla durante el reinado de Fernando IV a través de las reuniones de Cortes (1295-1312) », Acta Historica et arqueológica medievalia, nº 26, 2005, p. 285-306.

Martín Exposito Ángel, Monsalvo Antón, José María, Documentación medieval del archivo municipal de Ledesma, Salamanca, Ediciones de la Diputacion de Salamanca, 1986, Mentalidad justiciera de los Irmandiños, siglo XV, Madrid, 1990.

Monsalvo Antón José María, « El conflicto "nobleza frente a monarquía" en el contexto de las transformaciones del estado en la Castilla Trastámara », in J. A. Jara Fuente (éd.), Discurso político y relaciones de poder. Ciudad, nobleza y monarquía en la Baja Edad Media, Madrid, Editorial Dykinson, 2017, p. 89-289.

Montero Tejada Rosa María, « Violencia y abusos en los señoríos del linaje Manrique a fines de la Edad Media », En la España Medieval, 20, 1997, p. 339-377.

Moreta Velayos Salustiano, Malhechores feudales. Violencia, antagonismos y alianzas de clase en Castilla, siglos XIII-XIV, Madrid, Catedra, 1978.

Oliva Herrer, Hipólito Rafael, « De Fuenteovejuna à la Guerre des Communautés. Sur la violence populaire en Castille à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes / Journal of Medieval and Humanistic Studies, nº 34, 2017 - 2, p. 87-106.

Oliva Herrer, Hipólito Rafaeel « Révoltes et conflits sociaux dans la Couronne de Castille au XIVe siècle », in Monique Bourin, Giovani Cherubini et Giuliano Pinto (dir.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell'Europa del Trecento: un confronto. Florence, Firenze University Press, 2008, p. 72-92.

Oliva Herrer, Hipólito Rafael, « Libertad de behetría y ofensiva señorial a fines de la Edad Media: la señorialización de la behetría de Osorno de Yuso », Historia, Instituciones, Documentos, nº 27, 2000, p. 183-204.

Oliva Herrer, Hipólito Rafael, « ¡Viva el rey y la comunidad! Arqueología del discurso político de las Comunidades », in H. R. Oliva Herrer, V. Challet, J. Dumolyn et M.A. Carmona Ruiz (éd.), La comunidad medieval como esfera pública, Séville, Presses Universitaires de Séville, 2014, p. 336-345.

Oliva Herrer, Hipólito Rafael, Justicia contra señores. El mundo rural y la política en tiempos de los Reyes Católicos, Valladolid, Université de Valladolid, 2004.

Palencia Alonso de Gesta Hispaniensia ex annalibus surorum dierum collecta, éd. B. Tate et J. Lawrence, Madrid, Real Academia de la Historia, 1998.

Rodríguez González Angel, Las fortalezas de la mitra compostelana y los “Irmandiños”, Pontevedra, Fundacion Pedro Barrié de la Maza, 1984.

Rodríguez López Ana, « Foyse da terra no ano das chuvias... Carestías y subsistencia en el noroeste penínsular en los siglos XII y XIII », in Hipólito Rafael Oliva Herrer, Pere Benito Monclus (dir.), Crisis de subsistencia y crisis agrarias en la Edad Media, Séville, Université de Séville 2007.

Ruiz de la Peña Solar, José Ignacio, « Realeza y concejos versus ladrones y malfechores: la lucha contra la delincuencia en la Asturias Medieval (siglos XII-XIV) », Clio & Crimen. Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, 6, 2009, p. 36-51.

Sobrino Chomon, Tomas, Documentación del concejo de Ávila. II (1436-1477), Ávila, 1999.

Val Valdivieso María Isabel del, « Resistencia al dominio señorial durante los últimos años del reinado de Enrique IV », Hispania. Revista española de Historia, 126, 1974, p. 53-104.

Valdeón Baruque Julio, Enrique II de Castilla. La guerra civil y la consolidación del régimen (1366-1371), Valladolid, Université de Valladolid, 1966.

Valdeón Baruque, Julio, Los conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos XIV y XV, Madrid, Siglo XXI, 1975.

Zmora Hillay, The Feud in Early Modern Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

Haut de page

Notes

1 S. Moreta Velayos, Malhechores feudales.Violencia, antagonismos y alianzas de clase en Castilla, siglos XIII-XIV, Madrid, 1978 ; plus récemment, J. A. Fenández de Larrea Rojas, « Las Guerras privadas: el ejemplo de los bandos oñacino y gamboino en el País Vasco », Clio & Crimen, 6, 2009, p. 85-109 et « Nobles violentos, malhechores feudales, luchas de bandos », in E. López Ojeda (dir.), La violencia en la sociedad medieval. XXIX Semana de Estudios Medievales. Logroño, 2019.

2 C. González Mínguez, H. Urcelay Gaona, « La crisis bajomedieval en Castilla durante el reinado de Fernando IV a través de las reuniones de Cortes (1295-1312) », Acta Historica et arqueológica medievalia, 26, 2005, p. 285-306.

3 A. Dacosta, Los Linajes de Bizkaia en la Baja Edad Media. Poder, parentesco y conflicto. Bilbao, Universidad del País Vasco, 2003, p. 281-302.

4 Voir S. A. Claussen, Honor, Courage, and Blood: An Elite Ideology of Violence in Trastámara Castile, 1369-1474, Thèse doctorale, Université de Rochester, 2015.

5 À cet égard, dans un bilan historiographique récent sur la violence au Moyen Âge, les références à la violence à l’encontre des communautés sont très peu nombreuses. Voir M. Asenjo Gónzalez, « La violencia en la sociedad medieval: revisión planteamientos, propuestas », in La violencia en la sociedad medieval…., op. cit., p. 17-44.

6 A. Dacosta, « La nobleza vizcaína ante un siglos de cambios », in A. Dacosta, J. A Lema Pueyo, J. A. Munita Loinaz, J. R. Díaz de Durana (dir.), Poder y privilegio. Nuevos textos para el estudio de la nobleza vizcaina al final de la Edad Media (1416-1527), Bilbao, Universidad del País Vasco, p. 38-42.

7 I. Alfonso Antón, « Los nombres de la violencia y el control de su legitimación », Hispania. Revista española de Historia, 208, 2001, p. 691-796.

8 Voir en particulier G. Algazi, « Prunning Peasants: Private War and Maintaining the Lords’ Peace in Late Medieval Germany », in E. Cohen, M. de Jong (dir.) Medieval Transformations: Texts, Power and Gifts in Context, Leiden, 2000, p 245–274. Sur la violence seigneuriale en Allemagne, voir H. Zmora, The Feud in Early Modern Germany, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

9 C. González Mínguez, « Las luchas por el poder en la Corona de Castilla: Nobleza vs. monarquía (1252-1369) », Clio & Crimen. Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, 6, 2009, p. 36-51. Des réflexions récentes sur le contexte politique dans J. M. Monsalvo Antón, « El conflicto “nobleza frente a monarquía” en el contexto de las transformaciones del estado en la Castilla Trastámara », in J. A. Jara Fuente (dir.), Discurso político y relaciones de poder. Ciudad, nobleza y monarquía en la Baja Edad Media, Madrid, Editorial Dykinson, 2017, p. 89-289.

10 La bibliographie sur cette question est très ample. Deux révisions historiographiques dans C. González Mínguez « Hermandades concejiles y orden público en Castilla y León durante la Edad Media », Clio & Crimen. Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, 3, 2006, p. 13-35. H. R. Oliva Herrer, « Révoltes et conflits sociaux dans la Couronne de Castille au XIVe siècle », in M. Bourin, G. Cherubini et G. Pinto (dir.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell'Europa del Trecento: un confronto. Florence, Firenze University Press, 2008, p. 72-92.

11 Par exemple dans la charte de la Hermandad du royaume de León de 1313, la justification résidait dans la défense du roi, mais aussi afin de « punir les vols, les morts et malfetrías qui se produiraient ». La charte mettait directement en cause l’aristocratie du royaume comme responsable de la cause des violences commises. Voir A. Martín Exposito, J. M. Monsalvo Antón, Documentación medieval del archivo municipal de Ledesma, Salamanca, Ediciones de la Diputacion de Salamanca, 1986, p. 49.

12 Cortes de Madrid de 1329. Cortes de los antiguos reinos de Castilla y León, 7 vols. Madrid, Real Academia de la Historia, 1868, vol. II, p. 430.

13 A. Rodríguez López, « Foyse da terra no ano das chuvias... Carestías y subsistencia en el noroeste penínsular en los siglos XII y XIII », in H. R. Oliva Herrer, P. Benito Monclus (dir.), Crisis de subsistencia y crisis agrarias en la Edad Media, Séville, Université de Séville 2007, 217.

14 Ibid.

15 Ordonnance d’Alcalá de 1348. Cortes de los antiguos, vol II, p. 555.

16 Ibid., p. 547.

17 Ibid., p. 543-546.

18 Cortes de Guadalajara de 1390. Cortes de los antiguos, vol. II, p. 427.

19 Crónica del muy valeroso rey don Fernando el quarto, éd. Antonio Benavides. Madrid, 1860, p. 68.

20 Cortes de Burgos de 1367. Cortes de los antiguos, vol. II, p. 145. Sur le conflit et la violence dans la guerre, voir J. Valdeón Baruque, Enrique II de Castilla. La guerra civil y la consolidación del régimen (1366-1371), Valladolid, Université de Valladolid, 1966.

21 Ordonnance de Toro de 1371. Cortes de los antiguos., vol. II, p. 200.

22 Cortes de Valladolid de 1447 et de 1451. Cortes de los antiguos, vol. III, p. 519 et 609.

23 Cortes de Medina del Campo de 1305 et Cortes de Soria de 1380, Cortes de los antiguos, vol. I, p. 181 et vol. II, p. 307.

24 A. Rodríguez González, Las fortalezas de la mitra compostelana y los “Irmandiños”, Pontevedra, Fundacion Pedro Barrié de la Maza, 1984, vol. 2, p. 428 et H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores. El mundo rural y la política en tiempos de los Reyes Católicos, Valladolid, Université de Valladolid, 2004, p. 120.

25 Cortes de Valladolid de 1299, Cortes de los antiguos, Vol. I. p. 138

26 Cortes de Medina del Campo de 1305 et de Valladolid de 1307. Cortes de los antiguos, vol. I. p. 181 et 187.

27 J. I. Ruiz de la Peña Solar « Realeza y concejos versus ladrones y malfechores: la lucha contra la delincuencia en la Asturias Medieval (siglos XII-XIV) », Clio & Crimen. Revista del Centro de Historia del Crimen de Durango, 6, 2009, p. 36-51.

28 J. Coria Colino, S. Francia Lorenzo, Documentos para la Historia de Palencia. Reinado de Sancho IV (1284-1295), Palencia, 2004, p. 86-91,

29 A. Rodríguez López, « Foyse da terra no ano... », art. cité, p. 197.

30 Cortes de Valladolid de 1293 y 1299, Cortes de los antiguos, p. 108 et 141.

31 Cortes de Valladolid, Cortes de los antiguos, vol. 141.

32 Cortes de Palencia de 1313 et de Burgos de 1315. Cortes de los antiguos, vol. I, p. 243, et 277.

33 J. Firnhaber-Baker, « Seignurial War and Royal Power in Later Medieval Southern France », Past and Present, 208, 2010, p. 37-76.

34 Pour la révolte des Irmandiños, on renverra à C. Barros Guimaraens, Mentalidad justiciera de los Irmandiños, siglo XV, Madrid, 1990. Plus récemment, voir C. Devia, La violencia en la Edad Media. La rebelión Irmandiña.Vigo, 2009.

35 C. Barros Guimaraens, Mentalidad justiciera, op. cit., p. 128-160.

36 Par exemple Pedro de Mendaña, alcalde de Castronuño, ou García Mendez dans la région de Tierra de Campos. Sur Pedro Mendaña. Crónica incompleta de los Reyes Católicos, Madrid, éd. J. Puyol, 1934, p. 101-103 et A. Bernáldez, Historia de los Reyes Católicos D. Fernando y Doña Isabel, Sevilla, 1879, I., p. 69 et T. Sobrino Chomon, Documentación del concejo de Ávila. II (1436-1477), Ávila, 1999, p. 238. Sur García Mendez, A. de Palencia, Gesta Hispaniensia ex annalibus surorum dierum collecta, Madrid, éd. B. Tate et J. Lawrence, 1997, vol. II p. 465 et Archivo municipal de Dueñas. C3.14.

37 Sur les Hermandades du temps d’Henri IV, J. L. Bermejo Cabrero, « Hermandades y Comunidades de Castilla », Anuario de Historia del Derecho Español, 58, 1988, p. 277-412 et H. R. Oliva Herrer, « ¡Viva el rey y la comunidad! Arqueología del discurso político de las Comunidades », in H. R. Oliva Herrer, V. Challet, J. Dumolyn et M.A. Carmona Ruiz (dir.), La comunidad medieval como esfera pública, Séville, Presses Universitaires de Séville, 2014, p. 336-345.

38 Sur la justice de la Hermandad, A. de Palencia, Gesta Hispaniensia, vol. II, p. 465.

39 Voir les travaux classsiques de J. Valdeón Baruque, Los conflictos sociales en el reino de Castilla en los siglos XIV y XV, Madrid, 1975 et M. I del Val Valdivieso, « Resistencia al dominio señorial durante los últimos años del reinado de Enrique IV », Hispania. Revista española de Historia, 126, 1974, p. 53-104.

40 H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores, op. cit., p. 201-209.

41 J. I. Ruiz de la Peña Solar « Realeza y concejos versus ladrones y malfechores », art. cité, p. 62-67.

42 H. R. Oliva Herrer, « Libertad de behetría y ofensiva señorial a fines de la Edad Media: la señorilaización de la behetría de Osorno de Yuso », Historia, Instituciones, Documentos, 27, 2000, p. 183-204.

43 Plusieurs exemples dans H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores, op. cit.

44 Sur le meurtre du seigneur, C. Barros Guimarans, « Violencia y muerte del señor en Galicia a finales de la Edad Media », Studia Historica. Historia Medieval, 9, 1991, p. 111-148. Plus récemment H. R. Oliva Herrer, « De Fuenteovejuna à la Guerre des Communautés. Sur la violence populaire en Castille à la fin du Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales et humanistes / Journal of Medieval and Humanistic Studies, 34, 2017 - 2, p. 87-106.

45 H. R. Oliva Herrer, Justicia contra señores, op. cit., p. 51.

46 Ibid., p. 174-75

47 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid. Pleitos Civiles. Pérez Alonso (F), C.120, 3.

48 R. M. Montero Tejada, « Violencia y abusos en los señoríos del linaje Manrique a fines de la Edad Media », En la España Medieval, 20, 1997, p. 339-377.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hipólito Rafael Oliva Herrer, « « Vols, force et mort d’hommes ». La violence seigneuriale dans le royaume de Castille à la fin du Moyen Âge »Criminocorpus [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9224

Haut de page

Auteur

Hipólito Rafael Oliva Herrer

Hipólito Rafael Oliva Herrer est Profesor Titular à l’Université de Séville. Ses recherches portent sur les communautés rurales et les conflits sociaux et les révoltes en milieu rural et urbain à la fin du Moyen Âge.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search