Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...18CommunicationsUna insula habitata de homini car...

Communications

Una insula habitata de homini carnifici e pleni di rixe : Gênes face à la violence aristocratique corse à la fin du Moyen Âge

Vannina Marchi van Cauwelaert

Résumés

La naissance d’un État génois en Corse dans la seconde moitié du XVe siècle marqua l’avènement d’un nouvel ordre social fondé sur la tradition communale génoise. Vaincus, les seigneurs Cinarchesi, qui dominaient le sud de l’île et qui s’étaient toujours opposés à la Commune de Gênes, n’eurent d’autre choix que de se soumettre ou de s’exiler en Sardaigne. Siège du gouverneur génois, Bastia devint la capitale de l’île et la cour d’appel de l’ensemble des tribunaux seigneuriaux. Ainsi se mit en place un monopole génois en matière de justice criminelle tandis que les seigneurs étaient définitivement privés de leur pouvoir de coercition. Au terme d’une lutte séculaire, la victoire de Gênes sur les « tyrans » corses semblait donc totale et ne cessait d’être proclamée à travers l’iconographie de saint Georges, qui se diffusait alors dans l’île (sceaux, bannières, écus, bas-reliefs). Cependant une lecture attentive des sources révèle que cette construction étatique génoise s’accompagna d’une véritable explosion de la violence aristocratique, ce qui soulève la question d’une éventuelle forme de résistance à Gênes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Corse, Gênes
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Giovanni della Grossa est le premier chroniqueur corse. Né en 1388, il serait mort en 1464 au momen (...)

1Le notaire Giovanni della Grossa, auteur d’une Historia di Corsica1 rédigée dans l’île dans les années 1460, dresse un portrait peu flatteur de la Corse médiévale :

  • 2 Mentionnés dans la chronique de Giovanni della Grossa, le comte Ugo Colonna est un personnage légen (...)
  • 3 L’auteur fait sans doute allusion ici au fait que, le plus souvent, les évêques ne résidaient pas d (...)
  • 4 Giovanni della Grossa, op. cit.

En ce temps-là, en Corse, on s’employait davantage aux discordes, à la guerre et aux désordres, qu’au beau parler ; la Corse a été et reste elle-même très pauvre et presque stérile. À la différence d’autres régions du monde, il n’y a pas eu en Corse de cour royale, ni au temps des comtes Colonna2 ni par la suite, ni évêchés3 ni charges mais seulement la pauvreté et les misères. De sorte qu’on ne s’y est jamais employé aux belles lettres grâce auxquelles d’excellents écrivains et historiographes perpétuent la mémoire de l’histoire des peuples, des papes et des princes du monde4.

  • 5 Le terme de Cinarchesi désigne l’ensemble des seigneurs du sud de la Corse qui, selon une généalogi (...)
  • 6 Voir Damien Broc, « Aux sources des violences lignagères dans le nord de la Corse entre Moyen Âge t (...)
  • 7 Outre l’article de Damien Broc cité à la note précédente, voir Damien Broc, « Corpi, onore e potere (...)

2Le problème est ainsi posé : en l’absence de gouvernement légitime, qu’il s’agisse de pouvoir laïque ou ecclésiastique, la Corse pendant toute la période médiévale aurait été en proie à la misère, à la violence et à l’ignorance. De fait, tout le récit du chroniqueur corse décrit une violence quotidienne faite de viols, de meurtres et de destructions qui s’inscrivent dans le contexte d’une guerre séculaire entre la Commune de Gênes et les seigneurs Cinarchesi5. À la fin du XVe siècle, la victoire définitive de Gênes met un terme à cette guerre et permet l’éclosion dans l’île d’une première forme d’autorité publique. Si l’on suit la réflexion de Giovanni della Grossa, cette période devrait donc se caractériser par une disparition de la violence. Or il n’en est rien et les sources témoignent au contraire d’une recrudescence de la violence aristocratique dans les premières années du gouvernement génois6. Dès lors se pose la question de la signification de cette explosion de violence. Plutôt qu’à la description des faits, que l’on pourra trouver aisément dans la bibliographie sur la Corse7, nous nous emploierons ici à tenter de comprendre les moteurs politiques et sociaux de la violence, en nous interrogeant notamment sur son lien avec une éventuelle résistance à l’État génois. Pour ce faire, nous commencerons par rappeler rapidement les principales étapes qui permirent le passage de la guerre à la paix (I), puis nous tenterons de décrypter les nouvelles formes que prit la violence dans le contexte de la paix génoise (II) enfin, nous proposerons quelques pistes de réflexion qui pourraient permettre de renouveler le traitement historiographique de cette question pour la Corse (III).

De la guerre à la paix : la victoire définitive de Gênes contre les seigneurs corses

« Une guerre de cent ans méditerranéenne » : Gênes face aux seigneurs corses (milieu XIIIe-fin XVe siècle)

  • 8 Voir supra note 5.
  • 9 Sur les comtes de Corse, voir Antoine Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société 1433-1 (...)
  • 10 Sur la création de ce nouveau royaume et son inféodation à Jacques II d’Aragon, voir Eugenio Dupré (...)
  • 11 Voir Giuseppe Meloni, Genova e Aragona all’epoca di Pietro il Cerimonioso, 3 volumes, Padoue, CEDAM (...)
  • 12 L’expression est de Bruno Anatra, voir Bruno Anatra, « Dall’unificazione aragonese ai Savoia », in (...)
  • 13 Voir La società mediterranea all’epoca del Vespro, XI Congreso de historia de la Corona de Aragòn, (...)

3Du milieu du XIIIe jusqu’à la fin du XVe siècle, l’omniprésence de la guerre absorbe et justifie toutes les formes de violence qui s’exercent en Corse. En raison de la position stratégique de l’île en Méditerranée occidentale, et notamment de sa très grande proximité avec la Sardaigne, cette guerre fait intervenir une pluralité d’acteurs et doit se lire à la fois à l’échelle locale et à l’échelle méditerranéenne : à l’échelle insulaire, la guerre oppose des lignages seigneuriaux rivaux qui se réclament tous d’un ancêtre légendaire commun « Cinarco », qui aurait été, aux côtés de son père le comte Ugo Colonna, l’acteur d’une reconquête de l’île contre les Sarrasins au IXe siècle8. L’enjeu de ces guerres seigneuriales étant la possession de la forteresse de Cinarca, située dans la région de Sagone au Nord d’Ajaccio, et l’obtention du titre de « comte » qui exprimait une revendication d’autorité sur l’ensemble de l’île9. Après la création du Regnum Sardiniae et Corsicae par Boniface VIII en 129710, les comtes de Corse cherchèrent l’appui du roi d’Aragon. À partir du milieu du XIVe siècle, cette aspiration comtale des Cinarchesi fut concurrencée par un projet communal porté par le popolo et soutenu par la Commune de Gênes. À l’échelle méditerranéenne, la guerre opposait donc les comtes de Cinarca, alliés au roi d’Aragon, à la Commune de Gênes, alliée au parti populaire corse. Les événements insulaires des XIVe-XVe siècles s’inscrivent ainsi dans le contexte de la lutte entre Gênes et l’Aragon pour le contrôle de la Méditerranée occidentale11. Comme pour la Sardaigne et la Sicile voisines, les affrontements militaires en Corse peuvent donc se lire comme les épisodes locaux d’une « guerre de cent ans méditerranéenne »12 dont les Vêpres Siciliennes furent l’événement moteur13.

  • 14 Voir Jean-André Cancellieri, « Homines et populus Corsice. Précisions sur la “Commune de Corse”, Gê (...)
  • 15 Outre l’article de Jean-André Cancellieri cité supra, voir Giovanna Petti Balbi, Genova e Corsica n (...)
  • 16 L’hypothèse d’une diffusion de la révolte depuis la Sardaigne voisine est envisageable puisqu’en 13 (...)
  • 17 Pour une présentation synthétique des événements et de la documentation, voir Vannina Marchi van Ca (...)
  • 18 « Li Sassaresi un giorno si ribellarono e tagliarono a pezzi settecento corsi che erano per città f (...)

4Parmi les épisodes les plus emblématiques de cet enchevêtrement de luttes locales et méditerranéennes sur le terrain insulaire, nous pouvons évoquer la grande révolte populaire de 1358 qui donna naissance dans l’île à un « populus Corsice » placé sous la protection de la Commune de Gênes14. Expression d’une violence populaire contre la tyrannie seigneuriale, cette révolte entraîna la destruction des fortifications et le meurtre ou l’exil de la plupart des seigneurs. Or des ambassades envoyées au doge de Gênes Simone Boccanegra ont précédé cette révolte et témoignent de liens étroits entre les révoltés corses et le parti populaire génois15. Par ailleurs, un détour par la Sardaigne voisine suggère que cet événement s’inscrivait également dans le contexte de la guerre entre Gênes et l’Aragon16. En effet, en 1355 la victoire de Pierre le Cérémonieux à Alghero avait mis un terme à la révolte des Sardes soutenue par Gênes tandis que l’alliance du roi d’Aragon avec les seigneurs corses, attestée par la documentation d’archives, rendait imminente la conquête de la Corse voisine17. Le rejet de la féodalité s’accompagne donc ici du rejet du projet d’une Corse aragonaise porté par l’aristocratie insulaire et il n’est pas impossible que l’exemple de la Sardaigne catalane ait servi de catalyseur aux révoltés, en faisant de la haine de la féodalité corso-catalane le ciment de l’alliance des populaires corses avec la commune de Gênes. D’après Giovanni della Grossa et Jerónimo Zurita en effet, le soulèvement des Sardes aurait commencé par le massacre de tous les soldats corses au service du roi d’Aragon dans l’île18.

  • 19 Voir Francesco Cesare Casula, op. cit.
  • 20 Voir Petri Cyrnaei, De rebus Corsicis libri quatuor, édition et traduction de Lucien Auguste Letter (...)
  • 21 Voir Agostino Giustiniani, Castigatissimi annali con la loro copiosa tavola della Eccelsa e Illustr (...)
  • 22 Voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « Un exemple de communication en Corse au XVe siècle : lettres (...)

5À l’inverse, la reconquête seigneuriale de la Corse menée par les comtes de Cinarca dans le dernier tiers du XIVe et le premier tiers du XVe siècle, s’inscrit dans le cadre des dernières offensives des rois d’Aragon contre les juges révoltés de Sardaigne, eux-mêmes alliés à la Commune de Gênes19. Le point culminant de cette guerre corso-aragonaise contre Gênes fut le siège de Bonifacio en 1420 par Alphonse V et Vincentello d’Istria. Cet événement qui faillit aboutir à la conquête aragonaise de la Corse donna naissance dans l’île à une mémoire génoise de la résistance héroïque des Bonifaciens20. La décapitation du comte Vincentello d’Istria devant le palais public de Gênes en 1434 peut ainsi se lire comme l’acte de vengeance de la Commune contre le « tyran » corse21. Celui qui fut le vice-roi de Corse pour la Couronne d’Aragon fut en effet exécuté au terme d’un procès expéditif pour « acte de piraterie et rébellion ». Par cette exécution, le gouvernement génois niait donc toute légitimité, non seulement au comte de Corse mais également à Alphonse V. Cet événement fut crucial dans la formation d’une identité seigneuriale opposée à Gênes : à la fin du XVe siècle, la mémoire de Vincentello d’Istria fut invoquée par le dernier comte de Corse, Giampaolo di Leca pour exhorter les insulaires à prendre les armes contre Saint-Georges22.

6Pendant plus d’un siècle, la violence fut donc structurelle en Corse où elle s’inscrivait dans le contexte d’une guerre permanente entre les seigneurs et la Commune de Gênes. La victoire définitive de Gênes contre le dernier comte de Corse, Giampaolo di Leca, en 1489, marqua une rupture. Pour la première fois depuis le XIIIe siècle, la Corse allait connaître une période de paix propice à l’affirmation d’une autorité publique génoise.

La naissance d’un État génois dans l’île

  • 23 Voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « La politique territoriale de San Giorgio en Corse. Un reflet (...)
  • 24 Voir Jean-André Cancellieri, « Directions de recherche sur la démographie de la Corse médiévale (XI (...)
  • 25 Sur l’administration de la Corse par l’Office de Saint-Georges et la réorganisation territoriale et (...)

7Au lendemain de la victoire, la pacification de l’île passa par l’exil des chefs corses qui avaient suivi Giampaolo di Leca dans la guerre contre Gênes. La pacification des populations s’accomplit quant à elle par une politique de dépeuplement des zones d’altitude qui entraîna la destruction et la désertification de la plupart des habitats montagnards des anciennes seigneuries23. Si bien que la victoire génoise se traduisit par un très fort mouvement migratoire en direction de la Sardaigne, du Latium et des Maremmes toscanes qui aboutit à un déclin démographique dans l’île24. Ce dépeuplement des montagnes s’accompagna d’une restructuration du territoire autour de nouveaux pôles urbains. Bastia, fondée sous le gouvernement milanais, prit son véritable essor dans les années 1490 lorsque la ville devint le siège du gouverneur de l’île. Bastia fut ainsi promue capitale administrative et judiciaire de la Corse et son tribunal s’imposa comme cour d’appel de toute l’île25.

  • 26 Sur la fondation d’Ajaccio, outre l’ouvrage cité supra, voir Antoine-Marie Graziani, « Les temps ob (...)

8Pour relayer le pouvoir du gouverneur dans le sud de l’île, les Génois édifièrent en 1492 une nouvelle ville à Ajaccio où ils installèrent un lieutenant26. Ajaccio se substitua ainsi définitivement à l’ancienne capitale seigneuriale, le château de Cinarca qui fut entièrement rasé. Installé dans le palais du lieutenant, le tribunal d’Ajaccio devint la cour pénale et la cour d’appel du sud de l’île. Les quelques seigneurs qui avaient été maintenus en raison de leur fidélité à Gênes se virent donc privés de leur pouvoir de coercition, en même temps que du revenu des amendes pénales. Pour fédérer les élites corses autour de ce nouvel État, les Génois développèrent une propagande exaltant la victoire de Gênes contre les « tyrans » et mise en scène dans l’iconographie de saint Georges qui se diffusa alors dans l’île. La victoire du saint contre le dragon venait ainsi illustrer le discours qui opposait les exactions et la violence seigneuriales au bon gouvernement de Gênes. C’est ce dont témoignent les instructions des Protecteurs de Saint-Georges au gouverneur Galeazzo de Levanto en 1491 :

  • 27 C. Valleix, Instructions pour le gouverneur 1491, Bastia, Association Franciscorsa, 1980, p. 6.

Vous-même, à haute et intelligible voix, vous exposerez alors ce que chacun a compris et touché du doigt : par compassion pour les extorsions, violences et vols qu’a subi cette île, et pour donner justice et paix à ces pauvres populations, nous n’avons reculé devant aucune dépense ni devant aucun effort militaire, maritime et terrestre, spécialement contre la tyrannie de Giampaolo di Leca et de ses partisans. Tous doivent remercier la bonté divine d’avoir concédé une telle grâce à cette pauvre île et de la libérer de l’oppression et de la tyrannie27.

9Cependant, si la victoire génoise amena incontestablement la paix, elle ne mit pas pour autant un terme à la violence aristocratique comme le révèlent les lettres des officiers génois qui se trouvent impuissants face à une multiplication des luttes de factions.

Les nouvelles formes de la violence aristocratique corse sous le gouvernement de San Giorgio

10Si la violence ne disparaît pas avec la naissance de l’État génois, la fin de la guerre engendre une évolution de ses manifestations. La violence prend alors le plus souvent la forme de faides entre factions aristocratiques, phénomène qui existait auparavant mais que l’omniprésence de la guerre tendait à masquer. Surtout, l’action du pouvoir génois, et notamment l’exercice du droit de grâce, conduisit à perturber le système de régulation des conflits, ce qui eut pour conséquence une recrudescence de la violence.

L’intervention de Gênes dans le jeu des factions : le retour des exilés et le système des grâces

  • 28 Voir Marco Gentile (dir.), Guelfi e ghibellini nell’Italia del Rinascimento, Rome, Viella, 2005.
  • 29 Gênes, Archives d’État, fonds du Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 8, f. 703-704.
  • 30 Pietro Cirneo fait un récit semblable d’une lutte violente entre les hommes de Felce et ceux de Ghi (...)
  • 31 Plusieurs hommes de l’une des deux factions furent brûlés vifs, voir Damien Broc, « Corpi, onore e (...)

11Comme nous l’avons vu, au lendemain de la victoire génoise, de nombreux notables corses qui avaient suivi Giampaolo di Leca dans sa révolte furent contraints à l’exil. Les accords d’embarquement prévoyaient que les exilés ne pourraient revenir en Corse sans une autorisation expresse du gouvernement génois. Or, une fois la paix installée, les Génois accordèrent assez facilement aux anciens rebelles l’autorisation de revenir en Corse. Cette politique de rémission s’inscrivait dans la propagande génoise puisque par leur retour, les anciens rebelles marquaient leur soumission au nouvel État. Le vocabulaire utilisé relevait du champ lexical de l’erreur et en accordant leur pardon les autorités génoises s’inscrivaient dans la terminologie chrétienne. Cependant cette intervention génoise dans le jeu des factions ne pouvait que perturber l’équilibre du rapport de forces et engendrer de nouveaux conflits. En effet derrière la division de l’île entre partisans des seigneurs et partisans de Gênes, se dissimulaient en réalité une infinité de luttes et de rivalités micro-locales entre les différentes branches des lignages aristocratiques que la victoire génoise n’avait pas réglées. Durant la guerre, le choix d’un parti était bien plus souvent lié à des considérations matérielles étroites et à la configuration des alliances locales qu’à une véritable adhésion à l’un des deux projets politiques concurrents : celui de la Commune d’un côté ; celui des comtes de Cinarca de l’autre. Selon un phénomène comparable à la situation observée dans l’Italie renaissante28, les motivations des différentes factions s’inscrivaient dans un horizon extrêmement réduit de luttes entre voisins et entre cousins pour la domination d’une parcelle de territoire habitée par quelques familles paysannes. Le récit d’un de ces conflits par le gouverneur de Corse en 1493 offre un exemple plus précis29. Ce conflit oppose deux branches rivales du lignage caporalice des Casta, celle de Vincentello et celle de Teramo, qui dominaient la région du Nebbiu dans le nord de l’île. Tout commence par un litige champêtre au sujet d’un cheval d’un partisan de Vincentello qui aurait pénétré dans le champ d’un partisan de Teramo. Le propriétaire du champ ayant fait partir un peu violemment la bête, il s’ensuit une escalade de violence entre les deux factions qui aboutit à une véritable guerre civile puisque les hommes de Vincentello assiègent les hommes de Teramo réfugiés dans la tour de ce dernier depuis laquelle ils tirent sur leurs assaillants. Trois hommes sont ainsi blessés dans le camp de Vincentello qui riposte en mettant le feu à la tour. Les choses auraient pu tourner au drame si Vincentello lui-même n’avait éteint l’incendie, ramené à la raison par les cris de sa propre fille qui avait été mariée à Teramo lors d’un précédent accord de paix et qui se trouvait dans la tour30. Grâce à cette intervention pacificatrice, le conflit avait été momentanément interrompu mais le gouverneur savait que les choses n’en resteraient pas là. En effet, la lutte entre les Casta perdure jusque dans les années 1525 où elle s’achève par l’extermination d’une des deux factions31.

  • 32 Voir Damien Broc, « Aux sources des violences lignagères… », art. cité.

12Ces conflits ne pouvaient avoir que deux types de résolution : soit l’écrasement définitif des adversaires et l’usurpation de leurs biens ; soit la négociation d’un accord de paix scellé le plus souvent par une nouvelle alliance matrimoniale. La chronique de Giovanni della Grossa en offre de très nombreux exemples. Accorder aux vaincus le droit de revenir en Corse et de jouir à nouveau de leurs possessions sans avoir pris soin au préalable de s’assurer que la paix avait été conclue entre les adversaires d’hier ne pouvait que relancer les conflits. Si la victoire définitive de Gênes avait permis de définir un groupe de vainqueurs, le retour des vaincus impliquait une remise en cause de ce groupe et par là même une remise en cause de la paix. De nombreuses requêtes d’insulaires conservées à Gênes dans le fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio en témoignent. Les Corses qui avaient combattu aux côtés de l’Office ne cessent de se plaindre du fait que leur situation n’est non seulement pas meilleure mais parfois même pire que celle des Corses qui avaient combattu Gênes. S’il y a sûrement un effet rhétorique derrière ces plaintes, elles révèlent néanmoins le rôle indirect joué par le pouvoir génois dans la recrudescence de la violence. Dans une requête de 1505 étudiée par Damien Broc32, Griffo d’Antisanti établit clairement le lien entre la politique génoise et l’explosion de la violence dans l’île :

Il est un grand mécontentement des peuples de Corse à propos des hommes qui meurent chaque jour et qui s’entretuent […] Si vos Seigneuries n’accordaient pas des rémissions et des pardons, il ne se ferait pas ce qui se fait. Chacun dit que vous êtes satisfaite de ne pas rendre la justice.

  • 33 Les Protecteurs de Saint-Georges avaient le pouvoir de casser toutes les décisions prises par leurs (...)

13La question des grâces concernait tout autant les rebelles que les bannis pour homicide. Or dans les deux cas, le gouvernement génois ne se préoccupait pas suffisamment d’avoir au préalable obtenu des accords de paix entre les factions rivales. L’exercice du droit de grâce était en effet une façon pour les Protecteurs, qui gouvernaient la Corse depuis Gênes, d’affirmer leur autorité aussi bien aux yeux des insulaires qu’au détriment de leurs officiers33. Le retour des bannis relançait donc les conflits que seuls l’exil ou la mort pouvaient résoudre. En 1499, le gouverneur de Corse Rolando de Ferrari s’exclame ainsi dans une lettre à ses supérieurs à Gênes :

  • 34 « sono quí a guberno de una insula che gira miglia [d] et habitata de homini carnifici et pleni di (...)

Je suis ici à gouverner une île d’environ 500 milles et habitée d’hommes avides de sang et pleins de rixes et qui entre eux, entre frères et entre parents stricts se déchirent et se font la guerre34 et moi je n’ai rien que 28 soldats […].

  • 35 Sur la vision de la Corse chez les humanistes italiens, voir Antoine Franzini, « Un peuple libre, s (...)
  • 36 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, Einaudi, 1990
  • 37 Andrea Zorzi, « “Ius erat in armis”. Faide e conflitti tra pratiche sociali e pratiche di governo » (...)

14En justifiant son inaction par le caractère naturellement violent des Corses, le gouverneur reprenait un poncif de la littérature humaniste héritée de l’Antiquité35, toutefois il y a peut-être dans cet aveu d’impuissance des clefs de compréhension du phénomène. Malgré un système d’information particulièrement efficace, les Génois ne sont jamais parvenus à définir précisément les contours des factions corses. Ces difficultés sont également celles des historiens aujourd’hui tant l’enchevêtrement des relations familiales est complexe. Derrière l’étonnement apparent du gouverneur devant une telle violence intrafamiliale se cache, à mon sens, une incapacité à identifier clairement les factions et le jeu des rivalités locales. Les travaux d’Osvaldo Raggio sur l’arrière-pays ligure36 ont montré à quel point ce phénomène de violence était en fait familier des officiers génois et de manière générale la Corse s’inscrit totalement dans le contexte italien tel que les travaux d’Andrea Zorzi37, notamment, nous l’ont fait connaître.

  • 38 L’analyse des structures de la parenté dans la société seigneuriale corse reste à faire. Dans le ca (...)

15Ce qui était dépaysant aux yeux des officiers génois, ce n’était donc pas la violence des Corses mais plutôt l’enchevêtrement des liens familiaux dans une île où l’endogamie était particulièrement forte38. Ne restant en poste que durant une année, les officiers n’avaient pas vraiment le temps de se familiariser avec les factions locales et il leur était dès lors très difficile à la fois de comprendre et de résoudre les conflits. Dans les instructions qu’ils recevaient à leur nomination, les officiers étaient rapidement éclairés sur l’état des forces politiques de l’île. Cette documentation témoigne des efforts des Génois pour comprendre les relations entre les factions corses, comme le montre l’exemple du gouverneur Galeazzo de Levanto :

  • 39 Polo di Quenza était le cousin germain de Rinuccio della Rocca avec lequel il avait administré la s (...)
  • 40 Seigneur de la Rocca, Carlo avait été assassiné en 1477, ce qui avait ouvert une crise de successio (...)
  • 41 Claude Valleix, Instructions pour le gouverneur : 1491, Bastia, Association Franciscorsa, 1980, p. (...)

Nous voulons ajouter quelques précisions à ce que nous avons dit des Cinarchesi nos amis. Le plus important est Rinuccio della Rocca qu’il faut honorer et combler plus que tout autre, car c’est notre principal point d’appui. Il faudrait pourtant que soit mis au clair ce qui s’est passé entre lui et Guelfuccio d’Istria, bien qu’ils soient apparentés – Guelfuccio a pour femme la mère de Polo, fils de feu Luchione de Quenza39 – leur entente n’est pas évidente. De même pour les rapports entre Rinuccio et Vincentello di Bozzi, marié à une fille de feu Carlo della Rocca40, ennemi de Rinuccio. Vous devez écouter chacun selon son rang. Quant à Alfonso d’Ornano, il ne pourrait être meilleur et il ne peut nous faire défaut parce qu’il est en mauvais termes avec tous les autres depuis longtemps, et récemment avec la maison de Leca. Nous approuvons qu’il soit honoré et bien traité, mais avec habileté pour que les autres ne s’en offusquent pas41.

  • 42 Sur cet assassinat, voir Carlo Bornate, Genova e Corsica alla fine del medioevo, Milan, Istituto pe (...)

16Plusieurs constats se dégagent de la lecture de ces instructions. En premier lieu les efforts des Génois pour reconstituer les liens de parenté et les réseaux d’alliance et d’inimitiés entre Corses sont réels sans pour autant être efficaces. En second lieu, on observe leur extrême prudence vis-à-vis des Corses et leur volonté de maintenir tant bien que mal un équilibre des honneurs entre les différents Cinarchesi afin d’éviter tout conflit qui pourrait menacer l’État. Ces instructions montrent surtout la fragilité de la paix puisque les alliés de Gênes étaient, entre eux, des ennemis. L’assassinat d’Alfonso d’Ornano en décembre 1494 le démontre clairement42. Son étude permet par ailleurs d’ouvrir la question des liens entre lutte de factions et résistance à l’autorité de Gênes.

Une guerre de l’ombre : l’assassinat d’Alfonso d’Ornano

  • 43 Gênes, Archives d’État, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 8, f. 967-968.

17En décembre 1494, en pleine période de paix génoise, l’un des principaux alliés de l’Office de Saint-Georges, le seigneur Alfonso d’Ornano, est assassiné par les fils bâtards du seigneur voisin, Vincentello di Bozzi. Voici comment le gouverneur de Corse relate l’événement à ses supérieurs à Gênes dans une lettre datée du 19 décembre 1494 43:

  • 44 Hodie ho recevuto una lettera de lo locotenente de la da monte de XV presentis, il quale me scrive (...)

Aujourd’hui j’ai reçu une lettre du lieutenant d’Ajaccio datée du 15 du présent mois, ce dernier m’écrit que deux familiers d’Alfonso d’Ornano sont venus le voir, partis cette nuit-là, et ils lui ont dit qu’à la première garde, Alfonso ayant été attiré par les fils de Vincentello di Bozzi à l’extérieur du château d’Orese, et alors qu’il était désarmé et avait pour seule compagnie un de ses neveux, fut soudainement empoigné et assassiné par les fils bâtards de Vincentello44.

  • 45 « Dicesi di Alfonso da Ornano (o fusse per vendicarsi di molte private ingiurie antiche, o per grat (...)
  • 46 Voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « Élites locales et coloniales en Corse à la fin du Moyen Âge. (...)

18Avec le meurtre d’Alfonso d’Ornano, la violence franchit une nouvelle étape puisqu’elle s’attaque à un seigneur très proche du pouvoir génois. Alfonso d’Ornano avait dans un premier temps combattu l’Office de Saint-Georges aux côtés de Giampaolo di Leca, dont il était le gendre, avant de se rallier définitivement à Gênes. Sa participation à la guerre contre le dernier comte de Corse avait été cruciale dans la victoire génoise et d’après le chroniqueur du XVIe siècle, Marc Antonio Ceccaldi, Alfonso d’Ornano aurait même satisfait violemment sa vengeance contre les Leca en tuant de ses propres mains un certain nombre de membres de la famille, lors du siège du château de Foce d’Orto45. L’exemple d’Alfonso illustre donc toute la complexité des alliances et la rapidité avec laquelle elles pouvaient se retourner. Par ailleurs, le retour d’Alfonso d’Ornano en grâce avait suscité le mécontentement des autres alliés de l’Office et notamment du seigneur de la partie méridionale de l’île, Rinuccio della Rocca. La correspondance du gouverneur Cristoforo Cattaneo témoigne ainsi des efforts réalisés par l’autorité génoise pour réconcilier les deux hommes. L’un des motifs du conflit était l’attitude qu’avait eue Alfonso vis-à-vis d’une nièce du seigneur de la Rocca, Contessa Ciamanacce. Juste avant la révolte de Giampaolo di Leca, cette dernière avait été promise à Alfonso afin de sceller une alliance entre le seigneur d’Ornano et le seigneur de la Rocca. Mais, après avoir passé deux nuits avec Contessa, Alfonso, trahissant sa parole, avait finalement épousé l’une des filles de Giampaolo di Leca devenue veuve. Ce changement d’alliance matrimoniale traduisait ainsi le changement d’alliance politique. Pour sceller la paix entre les deux seigneurs, l’Office imposa donc à Alfonso d’Ornano de se marier avec Contessa Ciamanacce en échange de la restitution de sa seigneurie. Il reste qu’après avoir intégré le camp génois, il en fut le plus fidèle soutien. L’étude des sceaux des seigneurs Cinarchesi témoigne qu’Alfonso d’Ornano fut l’un des deux seuls à adopter l’emblème de Saint-Georges, alors que tous les autres portaient un château symbolisant Cinarca46. Cela suggère qu’Alfonso ne se définissait plus comme un seigneur corse mais bien comme un officier génois. Nous comprenons dès lors le soin avec lequel les officiers ont enquêté sur ce meurtre qui représentait une atteinte à l’État lui-même.

  • 47 Venise, Musée Correr, Provenienze diverse Ambrosii Rubei.
  • 48 La correspondance des Protecteurs de Saint-Georges témoigne que ces derniers avaient eux-mêmes étab (...)
  • 49 Voir l’extrait publié en annexe.

19Désignés publiquement, les assassins furent pris et exécutés après deux années de traque mais l’enquête démontre que cet assassinat avait été le fruit d’un complot qui avait réuni un très grand nombre de personnes sous la conduite de Rinuccio della Rocca, qui était pourtant l’un des principaux soutiens de Gênes. L’assassinat d’Alfonso liait en effet entre eux plusieurs groupes familiaux issus de la vallée du Taravu qui avaient été bannis par l’autorité génoise : les Corranacci, originaires du village de Corrano et les Ciamanacce, originaires du village éponyme de Ciamanacce. Dès lors se pose la question du sens politique de cet assassinat. S’agissait-il d’un règlement de compte entre factions seigneuriales comme certains éléments le suggèrent ? Ou bien devons-nous l’interpréter comme un véritable complot contre le Stato ? Conservé au Musée Correr à Venise, dans un fonds regroupant des documents issus des archives de Gênes, la déposition d’un des deux assassins du seigneur d’Ornano, Giovanni di Bozzi, est à cet égard très révélatrice47. Il s’agit d’un petit cahier d’une vingtaine de folios dans lequel est retranscrit l’intégralité de l’interrogatoire48 auquel a été soumis le suspect (figure 1)49. On y apprend que le seigneur de la Rocca avait commandité le meurtre pour lequel il devait verser 100 ducats d’or aux bâtards de Bozzi. De plus Rinuccio della Rocca s’était engagé à protéger les assassins y compris contre le gouvernement génois. De fait la documentation témoigne que les deux bâtards de Bozzi purent échapper pendant deux ans à la justice génoise en se cachant dans la seigneurie de la Rocca où ils vivaient grâce au soutien des populations. Le récit détaillé de ces deux années passées a la selva témoigne que les sbanditi bénéficiaient d’un réseau de protection qui dépassait les seules limites de la seigneurie de la Rocca et s’étendait à l’ensemble du territoire des seigneuries méridionales : l’Ornano-Bozzi, l’Istria et la Rocca.

  • 50 Ce mariage avait d’ailleurs scellé l’alliance entre Rinuccio della Rocca et Antone Paolo d’Ornano q (...)
  • 51 Gênes, Archives d’État, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 41.
  • 52 Gênes, Archives d’État, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 40.

20D’autres documents livrent des informations sur les motivations du seigneur de la Rocca. Alfonso s’était emparé de la seigneurie d’Ornano au début des années 1480 en assassinant le seigneur légitime, Antone Paolo, qui n’était autre que le propre père de l’épouse de Rinuccio della Rocca50. Quelques temps avant son assassinat, Alfonso d’Ornano s’était violemment attaqué à la famille de cette dernière, qui vivait toujours dans sa seigneurie. Plusieurs lettres du seigneur corse, datées de septembre 149451, relatent ces méfaits : Alfonso d’Ornano s’était emparé d’un des frères de Serena et l’avait emprisonné dans son château d’Orese, après avoir saisi l’ensemble de ses biens et détruit sa maison jusqu’aux fondations ; en outre, il s’en était pris à la propre mère de Serena, qui vivait avec son fils, et l’avait tellement violentée que ses jours étaient en danger. À en croire Rinuccio della Rocca, cet accès de violence était directement dirigé contre lui. De fait, en attaquant la famille de son épouse, Alfonso d’Ornano atteignait directement l’honneur de son rival. De son côté, dans sa correspondance avec l’Office de Saint-Georges52, Alfonso d’Ornano accusait Rinuccio della Rocca de soutenir le Bastardello d’Ornano, un fils bâtard d’Antone Paolo qui revendiquait des droits sur la seigneurie d’Ornano et qu’Alfonso soupçonnait de vouloir l’assassiner. Nous pourrions donc interpréter l’assassinat d’Alfonso d’Ornano comme l’épisode ultime d’une faide entre deux seigneurs voisins et ennemis. Toutefois, d’autres éléments conduisent à envisager ce meurtre sous l’angle d’un véritable complot contre l’État génois. En faisant tuer son rival, Rinuccio della Rocca restaurait son honneur et vengeait la famille de son épouse, mais il espérait surtout placer ses jeunes beaux-frères aux commandes de la seigneurie. D’après la déposition de Giovanni di Bozzi en effet, il était prévu qu’au lendemain de l’assassinat d’Alfonso, Rinuccio della Rocca installât les fils d’Antone Paolo d’Ornano à la tête de la seigneurie.

21Il s’agissait donc également d’un moyen de renforcer son pouvoir dans le sud de l’île, au détriment de l’autorité génoise. Loin d’être une simple histoire de vengeance seigneuriale, l’assassinat d’Alfonso d’Ornano est en réalité révélateur des véritables intentions du seigneur de la Rocca qui, sous couvert de son alliance avec le gouvernement génois, espérait bien dominer l’ensemble de l’île comme l’avaient fait ses ancêtres comtes de Corse. D’après la déposition de Giovanni di Bozzi, l’assassinat d’Alfonso d’Ornano s’inscrivait dans une stratégie du seigneur de la Rocca destinée à reprendre le gouvernement effectif de la Corse à l’Office de Saint-Georges. Le seigneur corse escomptait en effet profiter de l’intervention de Charles VIII en Italie, qui mobilisait financièrement le gouvernement génois, pour prendre le pouvoir en Corse :

  • 53 Voir le document publié en annexe, dernier paragraphe.

Le seigneur Rinuccio espérait […] que les Génois seraient tellement occupés [par l’intervention française] que le seigneur Rinuccio gouvernerait la Corse comme il l’entendait parce que tel était son parti, ou bien qu’ils [les Génois] ne percevraient que les tailles et lui-même aurait tout sous son gouvernement53.

  • 54 Voir Carlo Bornate, op. cit., p. 47-87.

22Ce passage suggère que le seigneur de la Rocca espérait pouvoir tirer parti des premiers affrontements italiens, soit pour s’emparer directement du pouvoir dans l’île, et c’est pourquoi il avait fait armer ses châteaux, soit pour diriger la Corse au nom de Gênes, comme avait tenté de le faire Vincentello d’Istria avec la Couronne d’Aragon. Sans doute soufflée par son secrétaire Polino di Mela, cette stratégie s’appuyait donc sur le contexte international et témoigne d’une certaine finesse d’analyse. Rinuccio della Rocca savait que le financement de l’armée de Charles VIII représentait un coût que l’Office de Saint-Georges ne pourrait assumer qu’en diminuant ses dépenses en Corse. Durant toute l’année 1494, les courriers des Protecteurs l’avaient informé des événements italiens et avaient souligné le rôle primordial que l’Office accordait à sa propre alliance dans ce contexte54, au point de susciter chez Rinuccio della Rocca un sentiment de toute puissance et d’impunité qui expliquent son passage à l’acte.

  • 55 Voir Carlo Bornate, op. cit., p. 166.

23Le fait que les deux assassins et les différentes personnes impliqués dans le complot aient bénéficié pendant deux ans de la protection des populations alors qu’ils étaient activement recherchés par l’autorité génoise, soulève par ailleurs la question de l’adhésion des Corses à cette lutte sourde contre le Stato. Une question que semblent s’être également posée les enquêteurs génois qui ont non seulement tenté d’établir la liste précise de tous ceux qui avaient apporté une aide quelconque aux fugitifs, mais également de recueillir l’ensemble des réactions que cette mort avait suscitées. Ainsi apprend-on qu’un certain Guglielmo de Bastelica aurait félicité les assassins d’avoir tué « ce traître » avant d’embrasser le poignard avec lequel le crime avait été commis, ce qui suggère un rituel de vendetta. Jusqu’en Sardaigne, la nouvelle de la mort d’Alfonso fut accueillie avec joie par les rebelles : en apprenant cet assassinat, Giampaolo di Leca se serait rasé la barbe, vêtu de couleur et aurait manifesté à tous son contentement, ce qui suggère également un rituel de vendetta. Les Protecteurs se posèrent même la question d’une éventuelle participation de Giampaolo di Leca à ce complot puisque parmi les questions que le lieutenant devait poser au meurtrier d’Alfonso, figuraient celle de savoir si Ranutio da la Rocha ha scripto aut mandato in Sardinea a Johanne Paulo da Lecha et che trame ha avuto ultimamenti cum dicto Johanne Paulo55.

24Comme l’avaient compris les Génois, le meurtre d’Alfonso d’Ornano révélait donc au grand jour l’existence en Corse d’une forte contestation de leur autorité. Dès lors il n’est pas étonnant que quelques années après cet homicide le seigneur Rinuccio della Rocca se soit officiellement révolté contre le Stato. Son assassinat en 1511 marque toutefois un terme définitif à la résistance seigneuriale à Gênes, telle qu’elle avait existé depuis le XIIIe siècle. La mort de Rinuccio della Rocca met par ailleurs en scène une double vengeance : celle des proches d’Alfonso d’Ornano ; celle de l’autorité génoise. Le seigneur de la Rocca fut en effet tué par Francesco della Rocca qui était à la fois son propre cousin germain et le neveu d’Alfonso d’Ornano, sans doute celui-là même qui avait assisté impuissant au meurtre. Sa dépouille fut ensuite jetée par le lieutenant dans le fossé de la citadelle d’Ajaccio selon un rituel de damnatio memoriae. Cependant, si après la mort de Rinuccio della Rocca, l’autorité génoise s’enracine durablement en Corse, l’existence d’une violence aristocratique endémique persistante conduit à se demander s’il ne s’agissait pas d’une autre forme de résistance à l’État. Selon cette hypothèse, la violence serait devenue sous le gouvernement de Saint-Georges un langage symbolique permettant aux seigneurs corses d’exprimer leur refus de voir leur autorité se dissoudre dans le processus étatique.

La violence : expression de la résistance seigneuriale à l’étatisation de l’île et instrument de négociation

25Entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle, l’on assiste à une véritable explosion de la violence aristocratique dans l’île. Comme nous l’avons évoqué, cette recrudescence de la violence a pu avoir comme origine première la politique de grâces conduite par les Protecteurs de Saint-Georges pour imposer leur pouvoir dans une île dont ils étaient physiquement absents. Cependant, d’autres aspects sont à prendre en considération. À lire la documentation, cette violence spectaculaire qui agite l’ensemble des campagnes de l’île, pourrait avoir été une nouvelle forme d’expression du pouvoir politique pour une aristocratie qui s’était vue dépossédée de toutes ses prérogatives par le nouvel État génois.

La violence comme expression du pouvoir

26Dans un contexte d’affaiblissement du pouvoir aristocratique dans l’île, mobiliser ses partisans et faire publiquement démonstration de force pourrait avoir été une forme de résistance idiomatique au nouvel État génois. Ayant perdu leurs châteaux, qui avaient été détruits à la suite des guerres seigneuriales, et ayant été privés de la justice criminelle, les derniers Cinarchesi se trouvaient totalement affaiblis. De leur côté, les capurali qui dominaient le nord de l’île voyaient leur puissance concurrencée par l’émergence d’un nouveau groupe de populaires lié au développement urbain et à la croissance du commerce avec Gênes. Trop peu nombreux et répartis entre les multiples lignages qui se partageaient l’île, les offices génois et les bénéfices ecclésiastiques ne parvenaient pas à combler cette perte du pouvoir militaire et judiciaire qui avaient caractérisé la noblesse corse pendant plusieurs siècles.

  • 56 Pour une description de la veduta du gouverneur, voir Vannina Marchi van Cauwelaert, La Corse génoi (...)
  • 57 Sur ce conseil, voir Antoine-Marie Graziani, La Corse génoise. Économie, société, culture. Période (...)

27Renouant avec les codes de l’ancien monde seigneurial, la violence devint ainsi une forme d’expression symbolique du pouvoir aristocratique. Seuls à posséder des armes et à pouvoir mobiliser de nombreux partisans, les aristocrates corses trouvaient dans la violence un moyen d’affirmer leur existence face à la montée en puissance du popolo qu’avait favorisé le nouvel État génois. Nous pouvons même émettre l’hypothèse que la violence était devenue l’expression d’une identité nobiliaire opposée aux populaires qui se définissaient précisément comme des amatori di pace. La publicité et le caractère spectaculaire de la violence devinrent ainsi les éléments d’un discours symbolique qui visait à réaffirmer le rôle de la noblesse au sein de la société corso-génoise. La puissance de la noblesse s’affirmait traditionnellement lors des guerres mais également lors des grands rassemblements politiques durant lesquels était mis en scène l’ordre social : les vedute. Ces parlements à ciel ouvert qui réunissaient l’ensemble des chefs insulaires pour délibérer des affaires de l’île, constituaient les fondements de la société seigneuriale corse. Avec la victoire définitive de Saint-Georges, ces assemblées traditionnelles avaient laissé place à la veduta generale, cérémonie d’investiture des gouverneurs qui mettait en scène, chaque année à Bastia, la sujétion des Corses au nouvel État génois56. Sous le gouvernement de Saint-Georges, ces vedute avaient donc perdu leur fonction première, celle de parlementer afin de trouver un accord, puisqu’il s’agissait uniquement de réaffirmer la fidélité des chefs corses à l’État génois. La parole de la noblesse était en quelque sorte confisquée dans la mesure où le gouvernement génois n’avait pas mis en place de véritable assemblée représentative mais seulement un conseil de douze nobles qui ne bénéficiait d’aucun pouvoir réel57. En outre, avec la disparition des vedute traditionnelles, la noblesse corse se voyait privée d’un espace de discussion qui était crucial dans le processus de résolution des conflits. C’est ce dont témoigne le récit d’une vedute organisée par le lieutenant du sud de l’île en août1490, afin de réconcilier les seigneurs Cinarchesi :

28Et le seigneur Rinuccio dit publiquement et à haute voix, devant le peuple réuni :

« Valeureux hommes jusqu’à présent chacun a pensé qu’Alfonso et moi étions fâchés. Je vous informe que nous sommes de bons frères et des serviteurs du Magnifique Office. Et si quelqu’un, à partir de maintenant, s’avise de me dire du mal d’Alfonso en secret ou en public, je le dénoncerai au lieutenant afin qu’il subisse la justice ! ».

  • 58 Vannina Marchi van Cauwelaert, op. cit., p. 368.

29Et bien d’autres paroles destinées à entériner la paix entre eux. Et Alfonso répliqua avec des paroles semblables. Et après avoir ordonné divers statuts, ils se sont demandé pardon l’un l’autre, se sont pris dans les bras et ont échangé un baiser sur la bouche58.

  • 59 Archives d’État de Gênes, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 8, f. 209-212.

30Située au lendemain de la guerre de Giampaolo di Leca, dans un contexte de rivalités profondes entre les différents seigneurs alliés à l’Office de Saint-Georges, cette veduta atteste que le lieutenant voulait s’inscrire dans la continuité des coutumes insulaires. Mais la correspondance du gouverneur de Bastia révèle que ce dernier était quant à lui réticent car il craignait qu’une telle réunion de seigneurs corses ne dégénérât en conflit : « Si je l’avais su auparavant je l’aurais certainement interdite59 ». L’idée que les rassemblements des Corses étaient dangereux est très présente dans la documentation génoise. Le fait explique que les Protecteurs de Saint-Georges aient cherché à limiter au maximum les célébrations familiales telles que les cérémonies de mariage et d’ordination des prêtres. Cette défiance était semble-t-il justifiée dans la mesure où la documentation témoigne que la plupart des rassemblements étaient l’occasion de conspirer contre l’État. L’organisation d’une veduta était d’ailleurs le premier acte formel d’une révolte seigneuriale. Il reste qu’en supprimant tout espace de discussion et de négociation entre les membres de l’aristocratie insulaire, les Génois supprimaient du même coup des occasions de médiation et de résolution des conflits. Or la justice génoise ne parvenait pas à combler ce vide et la question de l’attitude des autorités face à la violence aristocratique demeure. Les sources dénoncent la mollesse de la réaction génoise. Soit que les officiers aient été corrompus par les factions, soit que les moyens de l’État pour lutter contre cette violence endémique ait été insuffisants. Il faut ici rappeler que la justice criminelle génoise ne reposait que sur quelques modestes forces armées placées sous l’autorité d’un unique cavaliero pour tout le nord de l’île, tandis que dans le sud le lieutenant concentrait tous les pouvoirs de police et de justice. Le gouvernement génois n’avait donc pas les forces nécessaires au maintien de l’ordre et à la poursuite des criminels. Dépendants de l’aristocratie locale pour le contrôle réel du territoire, les Génois ont assisté impuissants à la multiplication des conflits qu’ils ne pouvaient trancher sans risquer de susciter le mécontentement d’une des parties et, par voie de conséquence, une nouvelle révolte. Dès lors, nous pouvons nous demander si la violence n’était pas également utilisée comme instrument de négociation par les seigneurs insulaires pour contraindre les Génois à renforcer leur propre pouvoir.

La violence comme instrument de négociation des élites locales

  • 60 Pietro Corrao, Governare un regno. Potere, società e istituzioni in Sicilia fra Trecento e Quattroc (...)

31Les travaux de Pietro Corrao sur la Sicile aragonaise ont montré que la violence et la menace de révolte figuraient parmi les instruments de négociation des élites siciliennes avec le pouvoir monarchique60. En Corse, il est possible que les élites locales aient instrumentalisé la violence non seulement pour se maintenir mais encore pour obtenir de nouveaux privilèges au détriment des populations. En raison de la structure clientélaire de la société corse, toute forme de violence engendrait le risque de précipiter l’île dans une nouvelle guerre civile et par conséquent une nouvelle révolte contre le Stato. Cette menace, dont le gouvernement génois était conscient, a pu être utilisé par la noblesse pour négocier le maintien de ses prérogatives, au détriment des populations, qui en furent les principales victimes. Dès lors les manifestations de violence n’auraient pas eu pour seul but de s’emparer de biens par la force ou de réaffirmer un pouvoir dans le nouveau contexte de l’État génois, mais également de contraindre les autorités génoises à négocier avec les élites locales.

  • 61 Le gouvernement génois intervenait dans l’attribution des bénéfices ecclésiastiques.

32Cette négociation visait pour les élites corses à obtenir plus d’honneurs, qu’il s’agisse d’offices ou de bénéfices ecclésiastiques61, afin de renforcer leur contrôle du territoire. De fait l’obtention des honneurs nourrissait la structure clientélaire car elle permettait une redistribution des charges aux membres de la clientèle. D’une certaine façon, le système s’alimentait lui-même : plus on obtenait d’honneurs, plus on avait de partisans et plus on avait de partisans plus on avait de moyens de négociation avec l’autorité génoise. Si l’Office de Saint-Georges, en dépit d’un discours favorable aux populaires corses qui s’inscrivait dans la longue tradition communale génoise, a laissé l’aristocratie contrôler l’île c’est parce qu’il n’avait pas les moyens de se passer d’elle. Par le jeu des clientèles, le maintien des principaux chefs de lignages aristocratiques assurait tant bien que mal la paix de l’île. Toute l’action des officiers génois se résumait donc à tenter de maintenir au mieux l’équilibre des forces entre les différents partis, afin d’éviter les explosions de violence. Cette solution permit à Gênes de contrôler la Corse sans investir les sommes nécessaires à la mise en place d’un véritable État. La présence et l’action génoises se limitaient donc aux villes littorales tandis que les campagnes étaient laissées entre les mains de la noblesse corse. La documentation révèle la détérioration profonde des conditions de vie des communautés paysannes dans le sud de l’île, soumises à une fiscalité de plus en plus lourde et à la violence quotidienne de leurs seigneurs. La naissance de l’État génois plongeait ainsi les campagnes insulaires dans une véritable crise qui apportait un démenti criant au discours officiel exaltant la victoire du « bon gouvernement » contre la « tyrannie ».

  • 62 Sur cette question, voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « L’histoire politique et institutionnelle. (...)

33Le manque d’archives locales constitue un frein majeur à l’étude de la violence seigneuriale en Corse. Devant la rareté de la documentation écrite avant la naissance d’un État territorial génois à la fin du XVe siècle, il demeure impossible d’appréhender la réalité quotidienne des seigneuries62. Si la propagande génoise a contribué à forger dans l’île l’image de la tyrannie seigneuriale, de nombreux indices conduisent à nuancer cette vision. En premier lieu, l’existence d’un pacte politique entre le pouvoir seigneurial et la force populaire que traduit l’acclamation des comtes de Corse par une assemblée qui réunissait entre 4 000 et 5 000 hommes, soit environ 20% des chefs de feu. Par ailleurs, jusqu’à l’extrême fin du XVe siècle, l’omniprésence de la guerre dissimule toutes les autres formes de violence et il faut attendre l’affirmation de la paix génoise, après la victoire définitive de Saint-Georges contre le dernier comte de Corse Giampaolo di Leca, pour pouvoir en étudier les mécanismes. Au-delà des luttes entre factions, cette explosion de la violence semble alors traduire une nouvelle forme de résistance aristocratique à l’affirmation de l’État génois.

Haut de page

Annexe

Extrait de l’interrogatoire de Giovanni di Bozzi

MCCCCLXXXXVI die XXVIII novembris

In castro Adiacij

Infrascripte sunt interrogaciones facte de plano Johanni filio naturali domini Vincenteli de Bozi capti e conducti in dicto castro tamquam omicida quondam domino Alfonsi de Ornano, facte per me notarium e cancelarium infrascriptum presente magnifico domino Lodixio Baptista Salvaigo lucumtenente e de eius ordine ut infra.

Et primo interrogato ad requesta de quelli ipso Paulo suo fratelo e Johanni de Thome de Cazarachio amasaron quondam domino Alfonso de Ornano.

Responde che Pero Andria figiolo de Luciano da Curra uno jorno li dixie « O Johane volli tu e Paulo tuo fratelo tombare Alfonso de Ornano ? Est pur vostro inimico e nostro, e ne [habio] parlato a tuo fratelo e se tu [voli] io te darà per tua moglieri la fijola de quondam Carlo da la Rocha ». E ipso li resposeno che non glie paria possibille a parole dare. Et poi li dixò dicto Pero Andria che lo signore Renucio glie meteria le mane in deffenderli. Dice ipso che altro iorno havendo parlato [ipso Pero Andria con dicto Paulo] li dixie de novo che vollesseno pensare in quello li havia dicto. E tunc como dexideroso de haveire la moglieri ad ello offerta, e veduto che Paulo paria contento de talle causa, li dixe essere contento de farlo. Tamen non era sua voluntà de farlo, e poi se fece inguardiare de la dicta fijola de dicto quondam Carlo in ipso e presente dicto Paulo. Dice preterea che ipso Joane asai presto andò de la da monti a lo Borgo per caxone de una sua sorela e retornato che fu, Paulo suo fratelo li monstrò certi capituli che havia facti con lo signori Renuccio, e sotoscripti per mano de prete Benedeto e soto scripti per mano de Moriano suo cancelliero e questo per mezo de dicto Pero Andria, per liqualli capituli lo signori Ranuccio prometeva ad ipsi, amassando Alfonso, de deffenderli e mantenirli contra de ogni persona de lo mondo e contra lo Magnifico Officio, a tuta sua possansa, e fargle salva la sua roba a ultra fargli haveire la medietà de li beni mossevoli de quondam Alfonso predicto. E la signoria sua dovia essere de li fijoli de quondam Anton Paulo. E morto che fosse Alfonso dovia dicto signore Renucio venire a mettere in possessione dicta signoria […] li fijoli de dicto quondam Antonpaulo e quella deffendere contra de ognuno […] e per li quali capituli etiam glie prometeva ducati cento de oro de li qualli ne hebino octanta, quali glie portò dicto Pero Andria. E li vinti restano ad haveire. E in li dicti capituli lo signore Renucio volse che se metesse como dicto Polo e ipso Johane confessavano como quondam Alfonso li havia requesti chi tombasseno ipso signore Renucio. Tamen dice che mai non fo la verita che quondam Alfonso glie parlasse de talle causa nec altri per ello, e liqualli capituli erano sigillati de lo suo sigillo e affermati per sacramento.

Dice che poi uno jorno essendo a Bastericha Alfonso mando Batistelo de Sarola a chiamarli che andasseno ad Oreize per che glie volia parlare e glie andono e […] dicto Alfonso li principiò a dire che si volevano tombare li fijoli de Anton Paulo che li teneria per fijoli e li daria la sua fijola a dicto Joane e che non temesseno de la signoria con molte altre parole de promissione. E quella nocte lo amasaron attento le promissione et capituli ad elli facte per lo signore Renucio e ipso fo lo primo ad tombarlo.

Interrogato si prima che amasseno dicto Alfonso ipso et Paulo andonò a parlare con lo signore Renuccio.

Responde che non sed poi che fo morto dicto Paulo glie andò e lo signore Renuccio lo qualle li promisso de novo de tenerli per fijoli havendo havuto a caro la morte de dicto quondam Alfonso e ultra li promisse de deffenderli da ogniuno […] le sue forse li servisseno etiam contra lo Magnifico officio.

Interrogato se hebeno li dinari prima che lo amassonò o poi.

Responde che dicto Pero Andria li portò prima quando arechò li capituli fermi.

Interrogato per che mancho che lo signore Renuccio non venisse in Ornano a prendere la signoria de Ornano e darla a li fijoli d’Anton Paulo como per li capituli havia promisso e cossì ad attendere la promissa ad ipsi facta per li beni di quondam Alfonso.

Responde che prete Paulino e altri soi li consigliaron a dicto Signore Rinuccio qualle volia per prendere arme e venire che attento che glia prima San Giorgio habia preizo le castelle de Oreize e de Ornano che non la prendesse con San Giorgio che stesse a vedeire e cossì fece.

Interrogato dove poi che sono stati sbanditi sono stati receputi con le soe famiglie.

Responde che prima conduxenò la mogliere de Johane de Thome qualle etiam fo a la morte de dicto quondam Alfonso in uno loco nominato a lo Frasseto loco de lo signore Renuccio in casa de li [Casarachio] e poi ipso Johane menò la sua ad una altra villa nominata la Serra63 etiam villa de dicto signore Renuccio […] in casa de […] Restoro e Bonacorso de Vincente fideli de lo dicto signore Renuccio e poi la transmutò a la villa de Sancta Lucia64 in la casa de una nominata Jacomina vedua qualle fo sua baila in loqualle loco sempre glie stata perfino che lo fijole de Carlo da la Rocha fugite da la Bastita et in loqualle loco ipso Johane glie andava quando volia.

Interrogato dove li Curranacci conduxeno le soe famiglie poi che hebenò la sfida65.

Responde che quella de Luciano e Johanne suo fijolo fonò conducte a la selva sopra Cazimagiola de la pieve de Talavo66, quella de Judicelo da Currà in lo paese de lo signore Rinuccio in loco nominato Colla juxta Quensa67 haviano da vivere publicamenti, qualle de Pero Andria, dicto Pero Andria la conduxe a Sancta Lucia in casa de Johane Andria de Sancta Lucia suo socero dove stava publicamenti, e cossì Pero Andria glie andava quando voleva e qualche volta ne la levava e poi glie la tornava secreto modo.

Interrogato se Polo e ipso Johanne ac Pero Andria hano parlato con lo signore Rinuccio poi la morte de dicto quondam Alfonso.

Responde che Polo suo fratelo glie ha parlato per cinque fiate de lequalle sa e dicto Pero Andria glie ha parlato più fiate sed ipso non glie ha mai parlato.

Interrogato se lo Signore Renuccio glie ha mai mandato ambasiata alcuna.

Responde che molte fiate essendo tuti li sbanditi in suo paese dove stavano glie ha mandato lo suo banderagio ad confortali che stesseno e non dubitasseno de nulla e che stesseno a la più secreta potevano e che expectava che li Franceixi deisseno faticha a Genoa dove molto sperava e se confidava che tunc per se veneria a tanto che poteriano andare e stare a lo piano e che intendia che Genoexi non glie faciano mallo per che non [li] paria poterglie fare dano et per cio stava [soi] dese e bene tenia fornite le sue castelle.

Dice etiam che Pero Antone da le Ciamanacci uno iorno dixe ad ipso Johane essendo [alagogie] in piaze de dicto Signore Renuccio essendo secum Johane de Casarachio che non dubitasseno che lo signore Renuccio li manteneria e che ipso Pero Antone era etiam in disgrado de lo Magnifico Officio e che non podia fidarsene se che non lo haverano mai se prima non hano preiso lo signore Renuccio loqualle etiam molto bene se ne guarderà e che lo signore Renuccio sperava e cossì ipso Pero Antone che Genoexi haveriano tanto de travaglio che lo signore Rinuccio [meneria] Corsica como volesse per che lo suo partito in quelo caxo era facto, overo che solum ne haveria la taglia e ipso haveria tuto al suo guberno.

Interrogato se domino Vincentelo da Bozi suo patre sapia lo tractato de la morte de quondam Alfonso.

Responde che non ma più tosto se guardavano da ello per non stare bene a quello tempo con ipso.

Interrogato se mai a modo alcuno poi sono stati banditi hano parlato con suo padre vel da elle hano havuto ambaxiata alcuna, o roba o pane, vel per interposita persona.

Responde che non.

[…]

Interrogato se est vero che dicto Gugliermo in Bastericha quando tempo Paulo hebeno morto Alfonso e che jonsseno a Bastericha, dexe ad ipso e a Paulo che haviano facto bene a tombare quello traditori e se baxiò lo pugnalle proprio de dicto quondam Alfonso con loqualle fo tombo.

Responde che est vero che dicto Gugliermo dixe le parole sopra scripte ad ipso, de lo baxiare de lo pugnale non se ricorda per che lui non havia lo pugnale per che lo havia Polo.

Interrogato se poi lo Magnifico Officio hebe lo castelo de Bozi lo signore Renuccio hebe a dire seu ordinare cossa alcuna per esserne malcontento.

Responde non sapere altro salvo che li soi ban[daragli] li hano dicto che lo signore Rinuccio ne hebe maximo e quaxi mortale despiacere.

Interrogato se sa qualle trama se ordine sia tra lo signore Rinuccio e Baptistelo da Sarrola qualle sta a domina Contessa68, e se ello sa che ello sia andato secreto modo a parlare con elli.

Responde che est vero che Pero Andria da Curra li ha dicto como dicto Batistelo era andato secretamento a parlare con lo signore Rinuccio e [] menia trama con ello tamen che ello non lo sa e dicia che glie havia audito dire publicamenti a lo signore Rinuccio che glie arricomandava le cosse de Madonna Contessa.

Interrogato se sa che lo signore Rinuccio habia tratato con alcuno de fare morire Vincentelo d’Istria vel de levarglie le sue fortesse.

Responde che non tamen per diceria de persone ha inteizo como questi jorni passati lo signore Rinuccio volia venire con le arme adosso a dicto Vincentelo sed che Pero de Bonristoro e prete Polino glie consigliono che non facesse e se dice publicamenti che glie volle malle69.

[…]

Interrogato per quallo caxone hano lasiato de iusire fora de la insulla per fugire de la loro xagura.

Responde che lo signore Rinuccio sempre per fino che lo fijolo de quondam Carrolo da la Rocha suo cugnato fugì da la Bastita li confortò e consiglò che stesseno in l’insulla e che non pensasseno de iusirne per che intendia che Re de [Francia] venia a la Riviera de Genoa […].

[…]

Interrogato che contenia li capitoli facti inter elli e lo Bastardello e suo fratello ac Joane de Cazarachio.

Responde che per dicti capitoli feceno sacramento de tenerse per fradeli carnali e adiutarsi a dricto o a torto e mai non prendere accordio l’uno sensa l’altro […] a la morte de quondam Alfonso ipso Johane, Paulo suo fratello e Johane de Cazarachio dovuano havere la medità de li beni de dicto quondam Alfonso e la signoria dovia essere de dicto Bastardello e suo fratello.

Traduction :

MCCCCLXXXXVI le XXVIII novembre

Au château d’Ajaccio

Transcription de l’interrogatoire de Giovanni fils naturel du seigneur Vincentello de Bozzi, arrêté et conduit dans ledit château pour l’homicide d’Alfonso d’Ornano, fait par moi notaire et chancelier souscrit, en présence du magnifique seigneur Lodixio Baptista Salvaigo lieutenant et sous son commandement.

Et premièrement interrogé à la requête de qui lui-même, Paulo son frère, et Giovanni de Thome de Cazarachio ont tué le seigneur Alfonso.

Il répond que Pero Andria, fils de Luciano de Corrà lui dit un jour : « O Giovanni, tu veux avec ton frère Paulo tuer Alfonso d’Ornano ? C’est bien votre ennemi et le nôtre, et j’en ai parlé à ton frère et si tu es d’accord, je te donnerai pour épouse la fille de feu Carlo della Rocca ». Et lui-même lui répondit qu’il ne lui paraissait pas possible de donner sa parole. Et ensuite ledit Pero Andria lui dit que le seigneur Rinuccio s’occuperait de les défendre. Il [Giovanni] dit qu’un autre jour, Pero Andria ayant parlé avec son frère Paulo, lui dit à nouveau de réfléchir à ce qu’il lui avait dit. Et alors, désirant avoir l’épouse qu’on lui offrait, et voyant que Paulo paraissait content d’une telle chose, il lui dit être content de le faire. Cependant ce n’était pas sa volonté de le faire, et ensuite il se fit remettre ladite fille de feu Carlo en présence de Paulo. Il dit encore que peu de temps après il alla dans le Deçà-des-Monts à Borgo pour une de ses sœurs et lorsqu’il revint, Paulo son frère lui montra certains accords écrits qu’il avait pris avec le seigneur Rinuccio, et souscrits de la main du prêtre Benedetto et de celle de Moriano son chancelier et cela par l’intermédiaire de Pero Andria, par lesquels accords le seigneur Rinuccio leur promettait que s’ils tuaient Alfonso il les défendrait et les maintiendrait contre n’importe quelle personne au monde et contre le Magnifique Office, avec toute sa puissance, et il protégerait leurs biens et leur ferait avoir la moitié des biens meubles de feu Alfonso susmentionné. Et la seigneurie de ce dernier devait aller aux fils de feu Anton Paulo. Et à la mort d’Alfonso, le seigneur Rinuccio devait venir mettre en possession de ladite seigneurie les fils de feu Anton Paulo et la défendre contre tous. […] et par ces accords il leur promettait aussi cent ducats d’or dont ils touchèrent quatre-vingt que leur donna ledit Pero Andria. Et les vingt ducats restent à avoir. Et dans lesdits accords le seigneur Rinuccio voulait que soit inscrit comment ledit Paulo et Giovanni lui-même confessaient que feu Alfonso leur avait demandé de tuer le seigneur Rinuccio. Cependant il dit que ce ne fut jamais la vérité que feu Alfonso leur demandât une telle chose ni quelqu’un pour lui, et ces accords étaient scellés avec son sceau et confirmés par serment.

Il dit qu’ensuite, un jour où il était à Bastelica, Alfonso envoya Batistelo de Sarrola pour lui demander de venir à Orese parce qu’il voulait lui parler et ils y allèrent […] ledit Alfonso commença à dire que s’ils acceptaient de tuer les fils d’Anton Paulo, il les considérerait comme ses propres fils et il donnerait sa fille pour épouse audit Giovanni et qu’ils ne s’inquiètent pas de la seigneurie et bien d’autres paroles de promesses. Et cette nuit-là, ils le tuèrent conformément aux accords qu’ils avaient pris avec Rinuccio et lui-même fut le premier à le tuer.

Interrogé si avant de tuer ledit Alfonso, lui-même ou Paulo sont allés parler avec le seigneur Rinuccio.

Il répond que non mais qu’après la mort d’Alfonso, Paulo alla voir le seigneur Rinuccio qui lui promit à nouveau de les considérer comme des fils parce qu’il avait eu très à cœur la mort d’Alfonso et il promit encore de les défendre contre quiconque […] avec toutes ses forces et aussi contre le Magnifique Office.

Interrogé s’ils avaient eu l’argent avant de le tuer ou après.

Il répond que ledit Pero Andria le leur donna avant lorsqu’il amena les accords définitifs.

Interrogé pourquoi le seigneur Rinuccio n’était pas venu à Ornano afin de donner la seigneurie d’Ornano aux fils d’Anton Paulo conformément à ce qu’il avait promis dans les accords, et aussi pour tenir la promesse qu’il leur avait faite à propos des biens meubles de feu Alfonso.

Il répond que le prêtre Polino et d’autres conseillèrent au seigneur Rinuccio, qui voulait prendre les armes et venir, qu’attendu que Saint-Georges avait pris les châteaux d’Orese et d’Ornano, il valait mieux ne pas le faire contre Saint-Georges et rester à attendre et il fit ainsi.

Interrogé où, après qu’ils ont été bannis, ils ont été reçus avec leurs familles.

Il répond que d’abord ils conduisirent l’épouse de Giovanni de Thomè, qui était également présent à la mort d’Alfonso, dans un lieu appelé lo Frasseto, lieu du seigneur Rinuccio dans la maison des [Casarachio] et ensuite Giovanni amena la sienne dans un autre village appelé Serra, également village du seigneur Rinuccio […] dans la maison de […] Restoro e Bonacorso de Vincente, fidèle du seigneur Rinuccio, et ensuite il la transféra au village de Santa Lucia dans la maison d’une certaine Jacomina veuve qui l’hébergea et elle resta en ce lieu jusqu’à ce que le fils de Carlo della Rocca ne se fut enfui de Bastia, et dans ce lieu Giovanni lui-même allait quand il le voulait.

Interrogé où les Corranacci conduisirent leurs familles après avoir été déclarés suspects et recherchés.

Il répond que celles de Luciano et Giovanni son fils furent conduites à la forêt au-dessus de Cazimagiola dans la pieve de Talavu, celle de Giudicello de Corrà dans le territoire du seigneur Rinuccio, en un lieu appelé Colla près de Quenza et ils y vivaient publiquement, celle de Pero Andria, ledit Pero Andria la conduisit à Santa Lucia dans la maison de Giovanni Andria de Santa Lucia son beau-frère où elle restait publiquement, et aussi Pero Andria y allait quand il le voulait et parfois il la faisait partir puis la faisait revenir secrètement.

Interrogé si Paulo et Giovanni lui-même ainsi que Pero Andria ont parlé avec le seigneur Rinuccio après la mort dudit feu Alfonso.

Il répond que Paulo son frère lui a parlé cinq fois d’après ce qu’il sait, et ledit Pero Andria lui a parlé plusieurs fois mais lui-même ne lui a jamais parlé.

Interrogé si le seigneur Rinuccio lui a jamais envoyé une ambassade.

Il répond que de nombreuses fois, alors que tous les bandits étaient dans sa seigneurie où ils restaient, il leur a envoyé son porte-bannière afin de les encourager à rester et de ne douter de rien et ils devaient rester le plus secrètement possible et qu’il [Rinuccio] attendait que les Français créent des problèmes à Gênes, ce qu’il espérait beaucoup et dont il était assuré, qu’alors il serait si fort qu’ils pourraient aller et rester en plaine70 et que les Génois ne leur feraient aucun mal parce que selon lui ils ne seraient pas en mesure de le faire et que pour cela il se tenait prêt et avait bien ravitaillé ses châteaux.

Il dit aussi que Pero Antone Ciamanacce un jour lui dit, alors qu’ils étaient dans la seigneurie de Rinuccio en compagnie de Giovanni de Casarachio, qu’ils ne devaient pas douter que le seigneur Rinuccio les maintiendrait et que Pero Antone lui-même était en disgrâce auprès du Magnifique Office et que l’on ne pouvait douter qu’ils ne le prendraient jamais avant d’avoir pu prendre le seigneur Rinuccio lequel s’en défendait très bien et que le seigneur Rinuccio espérait et aussi Pero Antone lui-même que les Génois auraient tant à faire que le seigneur Rinuccio dirigerait la Corse comme il le voulait parce que son parti dans cette affaire était pris, ou bien qu’il [le Magnifique Office] n’en tirerait que la taille et lui [Rinuccio] aurait tout sous son pouvoir.

Interrogé si le seigneur Vincentello de Bozzi, son père, avait connaissance du traité de la mort d’Alfonso.

Il répond que non mais plutôt qu’il se méfiait d’eux car ils étaient fâchés à cette époque.

Interrogé si d’une quelconque façon après avoir été déclarés bandits ils avaient parlé avec leur père ou reçu une ambassade, ou des marchandises ou du pain, ou par un intermédiaire.

Il répond que non.

[…]

Interrogé s’il est vrai que ledit Guglielmo de Bastelica, après que Paulo a tué Alfonso et est arrivé à Bastelica, dit à Paulo qu’il avait bien fait de tuer ce traître et qu’il baisa le propre poignard d’Alfonso avec lequel il fut tué.

Il répond qu’il est vrai que ledit Guglielmo lui dit les paroles écrites ci-dessus, du baiser sur le poignard, il ne s’en souvient pas parce que ce n’est pas lui qui avait le poignard mais Paulo.

Interrogé si après que le magnifique Office s’est emparé du château de Bozzi, le seigneur Rinuccio a eu à dire ou ordonner quelque chose parce qu’il était mécontent.

Il répond ne pas savoir autre chose sauf que ses porte-bannières lui ont dit que ledit seigneur Rinuccio en avait eu un très grand et quasi mortel déplaisir.

Interrogé s’il sait quel complot est en train de s’ourdir entre le seigneur Rinuccio et Batistelo de Sarrola qui reste auprès de domina Contessa, et s’il sait que Rinuccio est allé parler secrètement avec eux.

Il répond qu’il est vrai que Pero Andria de Corrà lui a dit que ledit Batistelo était allé secrètement parler avec le seigneur Rinuccio et […] qu’il ourdissait un complot avec lui toutefois lui n’en savait rien et il disait avoir entendu Rinuccio dire publiquement qu’il recommandait les choses de Madonna Contessa.

Interrogé s’il sait que le seigneur Rinuccio a passé contrat avec quelqu’un pour faire mourir Vincentello d’Istria ou lui prendre ses forteresses.

Il répond que non mais selon ce qu’on raconte il a entendu que ces jours derniers le seigneur Rinuccio voulait venir avec les armes contre Vincentello mais que Pero de Bonristoro et prêtre Polino lui avaient conseillé de ne pas le faire, et il [Rinuccio] dit publiquement qu’il lui veut du mal.

[…]

Interrogé pour quelle raison ils n’ont pas quitté l’île pour fuir leurs difficultés.

Il répond que le seigneur Rinuccio, jusqu’à ce que le fils de feu Carlo della Rocca, son beau-frère, se soit enfui de Bastia, les a toujours confortés et leur a conseillé de rester dans l’île et de ne pas chercher à en sortir parce qu’il savait que le Roi [de France] se dirigeait sur la Riviera de Gênes […].

[…]

Interrogé sur ce que contenaient les articles fait entre eux et le Bastardello et son frère ainsi que Giovanni de Cazarachio.

Il répond que par ces articles ils avaient fait serment de se considérer comme des frères germains et de s’aider dans le bon et le mauvais et de ne jamais prendre un accord l’un sans l’autre […] à la mort d’Alfonso Giovanni, Paulo son frère et Giovanni de Casarachio devaient avoir la moitié des biens dudit Alfonso et la seigneurie devait revenir au Bastardello et son frère.

Haut de page

Notes

1 Giovanni della Grossa est le premier chroniqueur corse. Né en 1388, il serait mort en 1464 au moment où s’arrête son récit qui retrace l’histoire de l’île depuis ses origines mythiques jusqu’au XVe siècle. Notaire-écrivain, il a été successivement au service du gouvernement génois, du comte Vincentello d’Istria, du seigneur Simone da Mare, de Leonardo Cubello, durant un exil d’un an en Sardaigne, mais également du pape lors d’un séjour de quelques mois à Rome en 1445, voir Jean-André Cancellieri, « Giovanni della Grossa », Dizionario biografico degli Italiani, vol. 37, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1989 ; Antoine Tramoni, « De l’autobiographie à la biographie, le cas della Grossa », Études corses, n°69, Ajaccio, 2009, p. 39-68 ; Michèle Ferrara, L’espace médiéval de la Corse. Représentations et problématiques autour de la Chronique de Giovanni della Grossa, thèse de doctorat d’histoire médiévale sous la direction de Jean-André Cancellieri, université de Corse, 2019. Le manuscrit original de la chronique de Giovanni della Grossa a été perdu et le texte ne nous est parvenu qu’à travers des copies du XVIIIe siècle chargées d’interpolations qui en compliquent l’accès, voir Lucie Arrighi, Pouvoir et historiographie : les Histoires de Corse (XVe-XVIe siècles) entre France, Italie et Espagne, thèse de philologie romane sous la direction de Georges Martin, Université de Paris IV-Sorbonne, 2019.

Nous conduisons actuellement avec Jean-André Cancellieri, au sein de l’UMR 6240 LISA, un projet d’édition numérique et scientifique du texte de Giovanni della Grossa. Dans l’attente de sa mise en ligne, l’on se réfèrera à l’édition d’Antoine-Marie Grazianivoir Giovanni della Grossa, Pier’Antonio Montegiani, Chronique de la Corse, des origines à 1546, introduction, traduction et notes d’Antoine-Marie Graziani, Ajaccio, Piazzola, 2016.

2 Mentionnés dans la chronique de Giovanni della Grossa, le comte Ugo Colonna est un personnage légendaire qui aurait libéré la Corse du joug sarrasin au IXe siècle et dont les seigneurs de l’île se réclamaient.

3 L’auteur fait sans doute allusion ici au fait que, le plus souvent, les évêques ne résidaient pas dans l’île.

4 Giovanni della Grossa, op. cit.

5 Le terme de Cinarchesi désigne l’ensemble des seigneurs du sud de la Corse qui, selon une généalogie mythique, prétendaient descendre du comte romain Ugo Colonna et de son fils Cinarco qui devait donner son nom à la principale forteresse de l’île, Cinarca.

6 Voir Damien Broc, « Aux sources des violences lignagères dans le nord de la Corse entre Moyen Âge tardif et période moderne (1483-c. 1540) », in Marie-Claude Marandet (dir.), Violence(s) de la Préhistoire à nos jours, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2011, p. 185-208 [en ligne] https://books.openedition.org/pupvd/3406?lang=fr ; Vannina Marchi van Cauwelaert, « La lutte contre la violence aristocratique dans l’affirmation d’un État territorial génois en Corse (fin XVe-début XVIe siècle) », in Benoît Garnot, Bruno Lemesle (dir.), Autour de la sentence judiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2012, p. 279-288.

7 Outre l’article de Damien Broc cité à la note précédente, voir Damien Broc, « Corpi, onore e potere pubblici nella Corsica del secondo governo di San Giorgio », in Elena Taddia, Don Paolo Fontana (dir.), Corpi manoscritti. Archivi e corporalità nell’età moderna, Gênes, Edizioni Culturali Internazionale Genova, 2017, p. 9-32. Avec un arc chronologique plus large, l’on trouvera de nombreux exemples dans Antoine-Marie Graziani, La violence dans les campagnes corses du XVIe au XVIIIe siècle, Ajaccio, Piazzola, 2011.

8 Voir supra note 5.

9 Sur les comtes de Corse, voir Antoine Franzini, La Corse du XVe siècle. Politique et société 1433-1483, Ajaccio, Piazzola, 2005, p. 88-92.

10 Sur la création de ce nouveau royaume et son inféodation à Jacques II d’Aragon, voir Eugenio Dupré Theseider, « Come Bonifacio VIII infeudò a Giacomo II il regno di Sardegna e di Corsica », VI CISS, Cagliari, I, 1955, p. 91-101 ; Mauro Sanna, « Il regnum Sardinie et Corsice nell azione politica di Boniface VIII », Bullettino dell’Istituto storico italiano per il Medio Evo, n°112, Rome, 2010, p. 503-528.

11 Voir Giuseppe Meloni, Genova e Aragona all’epoca di Pietro il Cerimonioso, 3 volumes, Padoue, CEDAM, 1971-1982.

12 L’expression est de Bruno Anatra, voir Bruno Anatra, « Dall’unificazione aragonese ai Savoia », in La Sardegna medievale e moderna, Storia d’Italia 10, Turin, UTET, 1984, p. 191-663.

13 Voir La società mediterranea all’epoca del Vespro, XI Congreso de historia de la Corona de Aragòn, 4 volumes, Palerme, Accademia di Scienze, Lettere e Arti,1983-1984.

14 Voir Jean-André Cancellieri, « Homines et populus Corsice. Précisions sur la “Commune de Corse”, Gênes et la dédition de 1358 », in Rosine Cleyet-Michaud, Geneviève Étienne, Mireille Massot, Maryse Carlin, Sylvie de Galléani, Henri Bresc et Olivier Vernier (dir.), 1388, la dédition de Nice à la Savoie, Paris, Publications de la Sorbonne, 1990, p. 229-239, [en ligne] https://books.openedition.org/psorbonne/25629

15 Outre l’article de Jean-André Cancellieri cité supra, voir Giovanna Petti Balbi, Genova e Corsica nel Trecento, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 1976, p. 30-37.

16 L’hypothèse d’une diffusion de la révolte depuis la Sardaigne voisine est envisageable puisqu’en 1347, Sassari s’était érigée en Commune sous l’influence de Gênes et dans un contexte de révolte contre le gouvernement catalan de l’île, voir Francesco Cesare Casula, La Sardegna aragonese, 2 volumes, Sassari, Chiarella, 1990.

17 Pour une présentation synthétique des événements et de la documentation, voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « Seigneurie contre Commune. Recherches sur les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43/1, 2013, p. 231-249.

18 « Li Sassaresi un giorno si ribellarono e tagliarono a pezzi settecento corsi che erano per città fuori del castello gridando : “Viva Sardi, e morano Corsi e Catalani” », Giovanni della Grossa, op. cit., p. 336 ; Jeronimo Zurita, Anales de Aragón, édition de Angel Canellas López, édition électronique de José Javier Iso (coord.), María Isabel Yagüe et Pilar Rivero, Institución Fernando el Católico, [en ligne] https://ifc.dpz.es/recursos/publicaciones/24/48/ebook2473.pdf

19 Voir Francesco Cesare Casula, op. cit.

20 Voir Petri Cyrnaei, De rebus Corsicis libri quatuor, édition et traduction de Lucien Auguste Letteron, Bastia, Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 1884.

21 Voir Agostino Giustiniani, Castigatissimi annali con la loro copiosa tavola della Eccelsa e Illustrissima Republica di Genoa, Gênes, 1537, p. 410.

22 Voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « Un exemple de communication en Corse au XVe siècle : lettres de Giampaolo di Leca à des notables du sud de l’île », Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 710-711, 2005, p. 59-89.

23 Voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « La politique territoriale de San Giorgio en Corse. Un reflet des représentations génoises de l’île », Mélanges de l’École française de Rome-Moyen Âge, 121/2, 2009, p. 437-452.

24 Voir Jean-André Cancellieri, « Directions de recherche sur la démographie de la Corse médiévale (XIIIe-XVe siècles), in Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, Naples, 1984, Edizioni scientifiche italiane, p. 401-433.

25 Sur l’administration de la Corse par l’Office de Saint-Georges et la réorganisation territoriale et judiciaire de l’île, voir Vannina Marchi van Cauwelaert, La Corse génoise. Saint Georges, vainqueur des « tyrans » (milieu XVe-début XVIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2011.

26 Sur la fondation d’Ajaccio, outre l’ouvrage cité supra, voir Antoine-Marie Graziani, « Les temps obscurs du Moyen Âge », in Francis Pomponi (dir.), Histoire d’Ajaccio, Ajaccio, La Marge, 1992, p. 35-51.

27 C. Valleix, Instructions pour le gouverneur 1491, Bastia, Association Franciscorsa, 1980, p. 6.

28 Voir Marco Gentile (dir.), Guelfi e ghibellini nell’Italia del Rinascimento, Rome, Viella, 2005.

29 Gênes, Archives d’État, fonds du Banco di San Giorgio, Primi Cancellieri, busta 8, f. 703-704.

30 Pietro Cirneo fait un récit semblable d’une lutte violente entre les hommes de Felce et ceux de Ghisoni interrompue par l’intervention d’une femme qui était la fille du chef de l’une des deux factions et l’épouse du chef de l’autre.

31 Plusieurs hommes de l’une des deux factions furent brûlés vifs, voir Damien Broc, « Corpi, onore e potere pubblici… », art. cité.

32 Voir Damien Broc, « Aux sources des violences lignagères… », art. cité.

33 Les Protecteurs de Saint-Georges avaient le pouvoir de casser toutes les décisions prises par leurs représentants dans l’île et passaient leur temps à bafouer leur autorité, selon un processus comparable à celui mis en évidence par Claude Gauvard pour le roi de France, voir Claude Gauvard, “De grâce especial”. Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991.

34 « sono quí a guberno de una insula che gira miglia [d] et habitata de homini carnifici et pleni di rixe et que tra loro et tra fratello et fratelli et parenti più stricti fallaci et fide fragi et io non ne ho excepto provisionati XXVIII […] », Gênes, Archives d’État, Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 8, f. 1193.

35 Sur la vision de la Corse chez les humanistes italiens, voir Antoine Franzini, « Un peuple libre, sauvage et vertueux. Nature et politique dans la Corse du Quattrocento », Îles du Moyen Âge, dossier coordonné par Nathalie Bouloux et Antoine Franzini, Médiévales, 47, automne 2004, p. 63-78.

36 Osvaldo Raggio, Faide e parentele. Lo stato genovese visto dalla Fontanabuona, Turin, Einaudi, 1990.

37 Andrea Zorzi, « “Ius erat in armis”. Faide e conflitti tra pratiche sociali e pratiche di governo », in Giorgio Chittolini (dir.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra Medioevo ed età moderna, Bologne, il Mulino, 1994, p. 609-629.

38 L’analyse des structures de la parenté dans la société seigneuriale corse reste à faire. Dans le cadre de l’édition numérique de la chronique de Giovanni della Grossa, nous constituons actuellement une base de données prosopographique qui permettra à terme de mieux saisir les stratégies d’alliance et la structuration des réseaux.

39 Polo di Quenza était le cousin germain de Rinuccio della Rocca avec lequel il avait administré la seigneurie au début des années 1480.

40 Seigneur de la Rocca, Carlo avait été assassiné en 1477, ce qui avait ouvert une crise de succession opposant les fils de ce dernier à leurs propres cousins parmi lesquels le bâtard Rinuccio della Rocca. Voir Fernand Ettori, La Maison de la Rocca, Ajaccio, La Marge, 1998. Après la victoire définitive de Rinuccio della Rocca, ses cousins germains et notamment les fils de Carlo della Rocca constituèrent ses principaux ennemis.

41 Claude Valleix, Instructions pour le gouverneur : 1491, Bastia, Association Franciscorsa, 1980, p. 38-40.

42 Sur cet assassinat, voir Carlo Bornate, Genova e Corsica alla fine del medioevo, Milan, Istituto per gli studi di politica internazionale, 1940, p. 89-124 ; Vannina Marchi van Cauwelaert, Rinuccio della Rocca (vers 1450-1511). Vie et mort d’un seigneur corse à l’époque de la construction de l’État moderne, Ajaccio, Colonna éditions, 2011.

43 Gênes, Archives d’État, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 8, f. 967-968.

44 Hodie ho recevuto una lettera de lo locotenente de la da monte de XV presentis, il quale me scrive como erano venuti ad ello duoi famigli de Alfonso d’Ornano pertiti quella nocte, liquali li diseno como a la prima guardia, seando stato domandato ipso Alfonso da Vincentello di Bozzi et suoi figlioli fora de Orese et seando de scuso ipso [solum] cum uno suo nipote iuncto che subito fu apugnalato et morto da li figlioli bastardi de ipso Vincentello.

45 « Dicesi di Alfonso da Ornano (o fusse per vendicarsi di molte private ingiurie antiche, o per gratificarsi a i Genovesi) che il giorno di questa fattione, non senza macchia d’animo maligno, con grande e veramente incredibile piacere nel sangue di Leca orribilmente s’imbrattò », Marc Antonio Ceccaldi, Histoire de la Corse 1464-1560, Introduction, traduction et notes par Antoine-Marie Graziani, Ajaccio, Piazzola, 2006, p. 124.

46 Voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « Élites locales et coloniales en Corse à la fin du Moyen Âge. Éléments de sigillographie comparée », in Jean-André Cancellieri (dir.), Tribune des chercheurs. Histoire et archéologie médiévales, Bastia, Société des Sciences Historiques et Naturelles de la Corse, 2013, p. 61-73.

47 Venise, Musée Correr, Provenienze diverse Ambrosii Rubei.

48 La correspondance des Protecteurs de Saint-Georges témoigne que ces derniers avaient eux-mêmes établi les questions qui devaient être posées à Giovanni di Bozzi et qu’ils avaient recommandé de recourir à la torture citra periculum mortis pour obtenir toutes les informations nécessaires, voir Carlo Bornate, op. cit., p. 166.

49 Voir l’extrait publié en annexe.

50 Ce mariage avait d’ailleurs scellé l’alliance entre Rinuccio della Rocca et Antone Paolo d’Ornano qui avaient prêté conjointement serment de fidélité à l’Office de Saint-Georges à Bonifacio en 1480, voir Jean-André Cancellieri, Bonifacio au Moyen Âge. Entre Gênes, Corse et Méditerranée, Ajaccio, CRDP de Corse, p. 111-112.

51 Gênes, Archives d’État, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 41.

52 Gênes, Archives d’État, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 40.

53 Voir le document publié en annexe, dernier paragraphe.

54 Voir Carlo Bornate, op. cit., p. 47-87.

55 Voir Carlo Bornate, op. cit., p. 166.

56 Pour une description de la veduta du gouverneur, voir Vannina Marchi van Cauwelaert, La Corse génoise…, op. cit., p. 360-362.

57 Sur ce conseil, voir Antoine-Marie Graziani, La Corse génoise. Économie, société, culture. Période moderne 1453-1768, Ajaccio, 1997, p. 228.

58 Vannina Marchi van Cauwelaert, op. cit., p. 368.

59 Archives d’État de Gênes, fonds des Primi Cancellieri di San Giorgio, busta 8, f. 209-212.

60 Pietro Corrao, Governare un regno. Potere, società e istituzioni in Sicilia fra Trecento e Quattrocento, Naples, Liguori, 1991.

61 Le gouvernement génois intervenait dans l’attribution des bénéfices ecclésiastiques.

62 Sur cette question, voir Vannina Marchi van Cauwelaert, « L’histoire politique et institutionnelle. Un siècle d’historiographie de la seigneurie corse », Historiographie de la Corse médiévale, dossier coordonnée par Antoine Franzini, Études corses, n°77, décembre 2014, p. 93-110.

63 Serra di Scopamène, village de la seigneurie de la Rocca.

64 Sainte-Lucie de Tallano, village de la seigneurie de la Rocca.

65 Rinuccio della Rocca et les autres seigneurs s’étaient engagés à pourchasser les Corranacci.

66 Le Taravu, vallée de la seigneurie d’Ornano.

67 Quenza, village de la seigneurie de la Rocca.

68 Contessa Ciamanacce, veuve d’Alfonso d’Ornano.

69 Seigneur voisin de Rinuccio della Rocca, Vincentello d’Istria avait été à l’origine de l’arrestation des assassins d’Alfonso qui visait directement le seigneur de la Rocca. En outre les deux seigneurs étaient en conflit pour la frontière entre leurs seigneuries.

70 Lo piano désigne ici une plaine par opposition à la selva et la teppa qui désignent des lieux forestiers et montagnards où les bandits pouvaient se cacher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vannina Marchi van Cauwelaert, « Una insula habitata de homini carnifici e pleni di rixe : Gênes face à la violence aristocratique corse à la fin du Moyen Âge »Criminocorpus [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9344

Haut de page

Auteur

Vannina Marchi van Cauwelaert

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Corse et directrice adjointe de l’UMR 6240 LISA, Vannina Marchi van Cauwelaert a étudié la construction d’un État territorial génois en Corse dans la seconde moitié du XVe siècle sous le gouvernement de l’Office de Saint-Georges. Dans ce cadre, elle s’est notamment intéressée à la réorganisation de la justice et à l’affirmation d’un monopole génois en matière criminelle, ainsi qu’aux formes de résistance seigneuriale à cette construction étatique. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la Corse dans une perspective comparatiste avec la Sardaigne voisine, en croisant les archives génoises et aragonaises. « Pour une histoire de la Méditerranée vue des îles. Approche comparée de la Corse, de la Sardaigne et de la Sicile au bas Moyen Âge », in Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés, XLVIIe congrès de la SHMESP (Arras 26-29 mai 2016), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017, p. 95-110.« Seigneurie contre commune. Recherches sur les fondements idéologiques du parti aragonais en Corse », Mélanges de la Casa de Velázquez, 43/1, 2013, p. 231-249. « La lutte contre la violence aristocratique dans l’affirmation d’un État territorial génois en Corse (fin XVe-début XVIe siècle) », Autour de la sentence judiciaire du Moyen Âge à l’époque contemporaine, sous la direction de B. Garnot et B. Lemesle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2012, p. 279-288.La Corse génoise. Saint Georges vainqueur des « tyrans » (milieu XVe-début XVIe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2011, 507 p.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search