Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...18CommunicationsLa violence seigneuriale à la fin...

Communications

La violence seigneuriale à la fin du Moyen Âge, vue par les représentations pédagogiques en France

Pierre Prétou

Résumés

L’utilisation de l’image pour enseigner la thématique « Seigneurs et paysans » détourne les leçons d’histoire de leur objectif premier. En effet, l’iconographie déployée, sans discontinuer depuis la Seconde Guerre mondiale, s’acharne à vouloir insérer des représentations grossières ou discrètes de la violence au cœur du système seigneurial. Malgré des décennies d’efforts savants et de discours écrits, la résilience de cette imagerie démontre la force des visuels dans la construction du savoir collectif, ainsi que la faiblesse des outils critiques pesant sur les images. Une confusion majeure entre village et seigneurie en est visiblement à l’origine, qui explique au final qu’une éducation au bien et au mal, développée à travers les âges de la vie, se substitue à l’enseignement de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

1L’historiographie, qui repose habituellement sur l’étude des productions scientifiques de haut niveau, sous-estime foncièrement le poids des représentations populaires et la circulation des méta-images dans le savoir collectif. Le spécialiste du Moyen Âge, expert en sa matière, réputé insensible face aux stéréotypes et aux clichés venus d‘une base peu savante dont il se serait distancié, est érigé abusivement comme étant l’initiateur et le producteur unique des savoirs. Toutefois, élaborée dans une société, l’expertise scientifique ne peut être étanche face à la mer des élaborations collectives. Or, depuis la réforme enclenchée par René Haby en juillet 1975, l’enseignement du Moyen Âge repose essentiellement sur les écoles et les collèges, c’est-à-dire les âges de l’enfance et de la première adolescence. L’expert, lui aussi, a été enfant. Bien que structuré intellectuellement par cet enseignement, il déplore par ailleurs la forte persistance des erreurs ou des réceptions fautives. L’histoire médiévale, en particulier, ne parvient toujours pas à résoudre une forme de schizophrénie cognitive qui oppose continuellement ce qui est écrit par les historiens et ce qui est enseigné. Cette complainte est devenue aussi résiliente que l’est l’erreur dénoncée. Est-ce une spécificité de cette période traversée par trop de représentations néfastes ? Il y a donc lieu d’observer de près le système de représentations véhiculé par l’imagerie collective, en s’attachant à l’origine chronologique des stéréotypes, non pas saisis dans le temps scientifique, mais dans celui de l’individu et de ses âges. L’iconographie pédagogique, en ce qu’elle forge des idées durables qui ne sont pas toujours relayées par le discours écrit, est un point d’entrée de cette observation. Or, la violence des seigneurs contre leurs paysans en est une des imageries des plus tenaces.

  • 1 Le corpus a été réalisé avec les productions des principaux imprimeurs pédagogiques français de cet (...)

2 Depuis des décennies, la difficulté qu’il y a à enseigner des concepts d’histoire complexes explique le recours à des schématisations que certains considèreront abusives, mais qui n’en sont pas moins nécessaires à la réception par l’enfance de ces concepts. Or, le recours à l’image pallie la défaillance du propos savant qui nous est contemporain, car il ne descend que rarement au niveau enfantin de la transmission cognitive. L’image compense ce défaut de translation, mais les conditions de sa réalisation demeurent obscures. En particulier, l’explication de ce qu’est la seigneurie médiévale fait l’objet depuis des décennies d’une production iconographique propre aux enseignements primaire et secondaire. Cette imagerie, réimprimée continuellement, s’est affranchie de tout discours scientifique, développant le sien propre, essentiellement dans les mains des éditeurs, plutôt que des auteurs1. En récoltant cette imagerie sans cesse remise en production dans les manuels scolaires et les supports parascolaires, nous assemblons donc un corpus singulièrement répétitif dont il convient d’exposer la flagrante économie générale. L’idée de la violence débridée la traverse de partout, tant et si bien que l’on en vient à douter de ses objectifs initiaux. En France, le motif d’un Moyen Âge féroce et injuste s’installe au plus profond des premières éducations historiques de la jeunesse. Ce cliché ne fait pas qu’inonder par ses signes la schématisation pédagogique, il la structure véritablement pour construire un état violent natif ou résultant d’une violence par nature. Au cœur de cette mécanique, se trouve une fragmentation abusive de la société médiévale, qu’emblématise la seigneurie, devenue une cellule maléfique par confusion avec la notion de village. C’est là l’occasion de déverser la violence des rapports de force brutaux, stimulée par des catégories en conflits, avant qu’elle ne soit elle-même écrasée par une dénonciation politique portée par la représentation stigmatisante du château.

La seigneurie, une prison mentale cellulaire

3Pour rendre compte de la seigneurie médiévale, l’imagerie pédagogique qui nous est contemporaine a renoncé aux notions les plus complexes. En particulier, la distinction entre seigneurie banale et foncière, ou encore la question des justices haute, basse et moyenne, n’y ont pas leur place. Exit la question juridique que supposent pourtant ces termes : il faut se concentrer sur l’intitulé de programme de collège « seigneurs et paysans », récurent depuis 2008. Toutefois, si le droit aurait pu servir la compréhension des rapports entre ces catégories sociales, c’est en réalité la vie au village qui est éternellement visée par les mises en œuvre programmatiques. Cette focalisation vers la vie quotidienne dans une France des villages d’autrefois a continuellement préoccupé les éditeurs depuis l’après-guerre. Trois générations d’images en résultent : la scène figurative, le schéma didactique, le document original.

  • 2 Il s’agit avant tout ici des maisons Bourrelier à Paris, des éditions Rossignol / La Coopération pé (...)
  • 3 Pour une présentation d’une maison d’édition et de son fonds de visuels historiques, voir : Philipp (...)
  • 4 Rarement conservées, ces planches circulent aujourd’hui en main privée. Nous signalons toutefois un (...)
  • 5 Le motif du seigneur ravageant les moissons pour sa chasse avait déjà été relevé comme un stéréotyp (...)

4Les plus grandes maisons éditrices d’images pédagogiques livrent dans les années cinquante des tableaux d’histoire en relation avec les instructions officielles en vigueur2. Le procédé s’appuie alors sur la lecture dirigée d’une planche murale, laquelle était supposée investir les enfants d’un vocabulaire savant. La plus utilisée de ces planches est sans aucun doute la version livrée par la Maison des Instituteurs en 1954 [Figure 1], alors domiciliée à Saint-Germain-en-Laye3. La démarche visuelle était figurative et elle multipliait les scènes de vie quotidienne qui, par accumulation et immersion de l’enfant, alimentaient la compréhension du système global. Ces planches ont peuplé les murs des écoles jusqu’à la fin des années 80, avant de partir au pilon au seuil du XXIe siècle4. Toutefois, parce que les éditeurs qui avaient ainsi équipé des milliers de murs d’écoles avaient disparu, rachetés par les grands groupes, puis achevés par le développement du numérique, ces images ont ensuite été imprimées dans des manuels récents. La raison en est simple : l’éditeur ayant disparu, il ne défend plus ses droits, ce qui offre des possibilités iconographiques en couleur gratuites. Peu de regards critiques sont venus contester ces images. L’exemple que nous avons sous les yeux, d’apparence paisible, multiplie pourtant les signes de violence. La traversée des champs avant la moisson par la chasse du seigneur à cheval le démontre en arrière-plan, mais il est vrai, qu’en 1954, les dégâts ici figurés affectaient plus une génération d’enfants mieux habituée aux réalités agraires que ne le sont les masses citadines d’aujourd’hui. Le signe était clair – le seigneur gâte les champs pour son confort personnel – mais il l’est moins aujourd’hui. Il n’en peuple pas moins la planche d’un signe qui immerge dans la violence sociale, jamais commentée par les manuels qui l’insèrent5.

Figure 1. Un village au Moyen Âge, La Maison des instituteurs, Saint-Germain-en-Laye, 1954

Figure 1. Un village au Moyen Âge, La Maison des instituteurs, Saint-Germain-en-Laye, 1954
  • 6 Il s’agit d’un éditeur numérique de contenus parascolaires sur le web qui a inséré des infographies (...)

5 Une deuxième génération d’images émerge dans les années 1990 et demeure très présente dans la production des outils pédagogiques. Les lectures dirigées immersives n’étant plus de mise, l’iconographie vise désormais la compréhension de la notion elle-même, si tant est que l’on a clairement défini laquelle était l’enjeu du cours. Une réalisation Schoolmov l’illustrera ici6. La vision schématique l’emporte dans une réalisation épurée [Figure 2] : formes simples, peu de couleurs différentes, aplats francs. L’appréhension par les enfants est donc facilitée par la faible quantité d’informations géométriques et chromatiques, avant qu’une projection tridimensionnelle ne propulse le schéma en paysage figuratif. Bien que d’apparence bipolaire – le château et le village – l’image centralise le château avant de faire surgir de celui-ci un motif identique au précédent : une soldatesque casquée aux couleurs du château qui traverse la voierie, au milieu d’une fourmilière de paysans travaillant la terre. Où est la guerre ? Sans conduite critique de l’enseignant, elle s’installe sans résistance dans nos esprits par la méthode de l’ellipse narrative. Au sommet de sa tour, le seigneur surveille en maître ces mouvements sur son domaine : le château est nettement personnifié. Toutefois la représentation de l’espace associé se fait fantasque : le village seigneurial adopte une forme proche du bourg, voire de la ville avec son bâtiment municipal. Le graphiste avait-il conscience qu’il figurait ici les fondements du mouvement communal et, par conséquent, un contre-pouvoir de ce qui semble être le sujet du schéma ? Si oui, cette seigneurie n’a pas de village, bien qu’il soit ainsi légendé.

Figure 2. Une seigneurie, Schoolmov, 2015

Figure 2. Une seigneurie, Schoolmov, 2015
  • 7 Les versions imprimées sont aussi innombrables que ne le sont les absences de légende. L’archive s’ (...)
  • 8 Belin, Magnard, Hachette au principal. Tous reproduisent en effaçant tout chaînon de référence, dev (...)

6 Prenant conscience des exploitations iconographiques des éditeurs parascolaires et scolaires, les inspections pédagogiques ont mis en garde les corps de métiers enseignants contre les dérives qui en résultaient dans les années 2000. Une nouvelle doctrine émerge ensuite dans les programmes en 2008 : il faut utiliser des images d’archives, produites par les époques que l’on étudie. L’idée était alors de nettoyer les supports en revenant à la source. S’agissant de la représentation de la seigneurie – le besoin enseignant étant grand – l’on devait alors se résoudre au fait que le Moyen Âge lui-même ne l’avait pas représentée. En évitant les raisons qui y avaient conduit, le choix se porta sur les archives prémodernes de la figuration de l’espace. Les plans cartulaires du XVIe siècle furent alors mobilisés. En particulier, c’est une archive du Nord qui s’imposa [Figure 3] : le plan de la Seigneurie de Wismes-en-Artois7. Imprimé et légendé dans d’innombrables manuels, de 2010 jusqu’à nos jours, il est étrangement devenu un document pédagogique maître8, bien que n’étant pas médiéval, puisque vraisemblablement de la décennie 1530-1540. Il faut comprendre ici qu’il fallait bien une représentation figurée aux collèges, quitte à emprunter les voies de l’écart chronologique. Selon les éditeurs, le plan cartulaire sera du XIIIe siècle, du XIVe siècle ou du XVe siècle. Il changera également de référence et de lieu jusqu’à devenir un magnifique faux médiéval d’origine douteuse. La démarche montre ici ses limites : ce n’est pas le caractère original ou non d’un document qui compte. En renvoyant aux archives, cette démarche éludait ce qui aurait été nécessaire à la production pédagogique : une lecture critique dans la composition des images, qu’elles soient fabriquées aujourd’hui ou puisées dans les archives. Se confirmait ici une dépression critique bien connue de notre contemporanéité pour l’analyse des images, car supposées illustrer, mais véhiculant tout de même une immersion cognitive bien plus résiliente que ne l’est un cours écrit.

Figure 3. La seigneurie de Wismes-en-Artois

Figure 3. La seigneurie de Wismes-en-Artois
  • 9 Au final, l’exploitation de la documentation historique ne nous parait pas moins fautive que ne l’e (...)
  • 10 Nous évoquons ici l’encellulement développé par l’auteur en 1982 dans : Robert Fossier, Enfance de (...)
  • 11 Voir ici une réédition intégrale en français : Antonio Hernández Palacios, Le Cid, Paris, éditions (...)

7Au final, et malgré trois générations iconographiques, la production pédagogique persiste à ne pas s’investir de manière critique dans son imagerie9. Une vision cellulaire de la seigneurie l’emporte donc par confusion avec la notion de village. Cette cellule n’a pour autant que peu en commun avec celle développée par l’historien médiéviste Robert Fossier pour évoquer son « encellulement des campagnes »10. L’époque médiévale a été ici réduite à une cellule fondamentale et non à un organisme cellulaire, pour filer ici la métaphore biologique. La source d’inspiration est fondamentalement issue des arts populaires, puisque ni la réflexion savante, ni l’élaboration pédagogique, n’ont investi l’analyse critique de l’image. Partant, un même stéréotype court toujours, inlassablement, quelle que soit la génération d’image étudiée. Une planche d’une bande dessinée jeunesse bien connue en Europe l’illustrera ici de manière édifiante [Figure 4]. Il s’agit d’un extrait du récit qu’Antonio Hernández Palacios fit du Cid en bande dessinée à partir de 197411. Des générations d’adolescents ont été éduquées au Moyen Âge par cette épopée en cases. Sans commentaire de notre part : on ne saurait mieux exprimer l’idée de cellule autonome défiant le reste du monde par des frontières mentales et sauvages infranchissables. Denses forêts dans un cas, immenses montagnes dans un autre. La seigneurie est un monde isolé qui, l’on va y revenir, ne figure ni société, ni justice, ni droit : c’est moyenâgeux.

Figure 4. L’attaque d’une seigneurie par le Cid dans : Antonio Hernández Palacios, Le Cid

Figure 4. L’attaque d’une seigneurie par le Cid dans : Antonio Hernández Palacios, Le Cid

Seigneurs contre paysans … et au milieu coulait une rivière

8Les principaux éditeurs français de manuels scolaires maintiennent depuis des années un enrichissement iconographique et acritique des cours de leurs auteurs. Réaliser un corpus de ces images se révèle rapidement inutile car c’est une même figuration, à peine remaniée parfois, qui s’est imposée partout. Les dessinateurs en ont repris l’économie générale d’un manuel à l’autre. Il faut un château de pierre, une limite forestière, un hameau adoptant des formes de village-rue ou d’habitat semi-dispersé et une rivière indolente qui traverse le tout. C’était déjà le cas du schéma présenté supra [Figure 2] et duquel un improbable cours d’eau jaillissait du château. La pertinence de la question paysagère ne retient guère, écrirons-nous. Ces quatre éléments se dispersent ensuite sur l’image, mais leur déploiement, selon qu’il adopte un raisonnement vertical ou horizontal, diffère. Au final, l’important c’est d’écraser l’image avec le château.

Figure 5. Une seigneurie au Moyen Âge

Figure 5. Une seigneurie au Moyen Âge
  • 12 Cette composition est, là encore, imprimée dans de très nombreux manuels. D’un éditeur à l’autre, l (...)
  • 13 Nous signalons ici les abus de la production pédagogique française. Notons toutefois qu’au Royaume- (...)

9Un premier groupe de figurations déploie une démonstration horizontale. Il s’agit ici de séparer deux registres, d’où l’utilité de la rivière. À droite, le château, à gauche le village, rarement l’inverse [Figure 5]. La cellule est donc bipolaire, ce que le cours d’eau vient souligner en coupant la scène par une diagonale hydrographique12. À l’arrière-plan, une limite forestière vient poser une frontière dense. Et voilà la cellule refermée, sans aucune représentation de voirie laissant entrevoir une géographie plus complexe. Sur cette figuration, une légende lexicale simpliste est abattue, sans aucune catégorisation notionnelle aidant à la compréhension. On lâche donc quelques mots, ni regroupés, ni hiérarchisés. Dès lors, le lecteur-spectateur construit sans aide son propre raisonnement. L’effet de séparation diagonale oppose frontalement deux mondes, chacun de son côté. Toutefois, un même code de couleur bleue, qui tranche avec les couleurs chaudes du village, unit église, château et les banalités tel le moulin. Tous ces bâtiments prennent leurs distances et comme isolés du village, afin de mieux appuyer une défiance réciproque. Ils sont donc à regrouper inconsciemment : c’est un pouvoir. Enfin, l’asymétrie du bâti fortifié est flagrante. Le château occupe presque la totalité de son registre, tandis que sa réserve semble aussi grande que ne le sont les tenures, par parallélisme de forme. Il s’agit donc d’un pouvoir qui écrase son environnement. Pour filer encore l’analogie biologique, ce château n’est donc pas un noyau cellulaire : il a parasité l’autre registre par contamination chromatique : son pouvoir pèse sur les paysans donc. Il a projeté ses rets sur ces villageois, qu’il contrôle fiscalement par les banalités et religieusement grâce à l’église qui manipule les esprits en sa faveur. Et personne ne discutera cette assertion, pourtant très abusive, puisque l’objectif est la vie au village et non le portrait de la société13.

Figure 6. Une seigneurie au XIIIe siècle, Éditions Hatier

Figure 6. Une seigneurie au XIIIe siècle, Éditions Hatier

10Un deuxième groupe d’images, plus rarement publié, préfère un raisonnement vertical. La seigneurie, en fait le village, est déployée aux pieds d’une fortification impressionnante [Figure 6]. Là encore, une rivière et une limite forestière viennent découper la représentation, mais l’effet d’écrasement du haut sur le bas détonne. À nouveau, une unité chromatique vient associer château et église, parfois les banalités également. Cette composition permet de mieux faire surgir le caractère politique de la trame viaire qui ne peut qu’aboutir qu’au château. L’ensemble, également égayé de quelques rares légendes lexicales non hiérarchisées, ne peut qu’être appréhendé par un lecteur qui, n’étant pas guidé, induit les conséquences. Il s’imagine donc le système : le seigneur est un homme, sommet de toutes choses, qui écrase les autres hommes dominés outrageusement. Toutefois, la figuration directe de la violence brute n’est pas de mise. Elle a donc eu lieu dans un autrefois imprécis. Elle a créé cette situation car il ne pourrait y avoir d’adhésion au système de la part des acteurs dominés ? Le calme des eaux de la rivière soutient fortement cette idée en figurant le temps qui passe, lentement, mais sûrement. Seul visuel temporel ici : l’histoire est anéantie par la langueur de l’hydrographie. Cette quiétude apparente élude la question de la naissance des villages occidentaux. La coercition se meut alors en état de nature : seule la contrainte pourrait expliquer cette situation. Désormais le paysan est un « damné de la terre », contraint par la force militaire omniprésente que suggèrent nettement de telles compositions.

Figure 7 : Représentations pyramidales du Moyen Âge

Figure 7 : Représentations pyramidales du Moyen Âge
  • 14 La forteresse de Loches dans son état de conservation associe le donjon féodal et le logis royal en (...)
  • 15 Ce procédé recule cependant depuis 2010, depuis que la mise en œuvre des programmes exige l’utilisa (...)

11Le château préoccupe tant les dessinateurs qu’ils lui accordent une place abusive dans le visuel. Le modèle est le château-fort, faisant fi ici de toute distinction entre la demeure d’un pouvoir seigneurial, le bâti privilégié et la fortification militaire. La confusion devient plus grande encore lorsque l’on constate que le modèle qui inspire la représentation est en réalité la forteresse royale, plus que ne l’est la maison forte. Le donjon de Loches14, en particulier, nous semble être une source d’inspiration première. Il est presque décalqué sur notre figure n° 5. Inutile d’objecter que cette fortification militaire n’a rien de seigneuriale, ni qu’il n’en existe qu’une poignée dans tout l’Occident. Inutile encore d’ajouter qu’un si petit village n’aurait jamais pu financer ou justifier un tel ouvrage. L’erreur scientifique, majeure ici, est bien trop utile à la démonstration mentale de l’écrasement. Règne de la puissance combattante : ce sommet permet ensuite, par analogie et similarité, de diffuser le schéma pyramidal de la société médiévale qui en est la réplique graphique logique [Figure 7]. Pour ce faire, les dessinateurs n’hésitent pas à insérer des citadelles vertigineuses et improbables15. Au cœur des pages d’un manuel, c’est alors le moment de déployer la sympathique pyramide politique qui en découle. Il s’agit donc d’une société politique mise sous tension par la domination de la force, presque un état de nature qui n’est pas écrit dans le cours, mais que l’iconographie véhicule en puissance. La seigneurie est violente ; elle l’est par nature en raison de l’asymétrie visuelle qui oppose seigneurs et paysans, toujours dans une frontalité déloyale et injuste. Le château, c’est la maison du méchant de l’histoire, ce que plusieurs signes maléfiques viennent ensuite confirmer.

Le château, le logis du mal

12 La seigneurie, imaginée comme un village dominé, plus que comme une structuration juridique complexe, est en réalité un prétexte convoqué afin de mieux insérer l’imaginaire du château-fort. Or, ce dernier ne vient pas qu’écraser la masse paysanne, il se substitue également à tout raisonnement qui aurait conduit à s’interroger sur la justice, le droit et les rapports sociaux. Coup de poing asséné à une société dominée, le château-fort n’a pas à justifier visuellement son existence. Tourné contre le village, il ne permet de lire d’autres ennemis que ceux présents dans l’image. Il en résulte une forme d’état de guerre larvée, tandis que les images ne représentent ni l’administration de la justice, ni les conflits qui sous-tendent une organisation sociopolitique. Ces éléments sont sortis de l’histoire, puisque l’on représente ici un état de nature de la violence sociale. Les manuels, revenant ici aux instructions des programmes exigeant l’exploitation des archives historiques depuis 2008, parviennent même à en détourner le sens, désormais entièrement canalisé par notre château.

Figure 8. Le psautier de la reine Marie

Figure 8. Le psautier de la reine Marie
  • 16 Queen Mary Psalter, 1310-1320. British Library, Royal MS 2 B. VI
  • 17 Ce qui confirme la difficulté qu’il y a à exploiter des images d’archives historiques quand on en n (...)

13Un autre document pédagogique maitre utilisé par les manuels vient appuyer le motif. Il s’agit du Psautier de la Reine Marie16, reproduit systématiquement dans les manuels, avec ou sans son fond géométrique [Figure 8]. Pourquoi un tel attachement à cette miniature ? A priori, il s’agit ici d’une scène de moisson précédée d’un arpentage. Le personnage debout mesure la surface emblavée, sans doute dans un geste de calcul fiscal. La corne à sa ceinture signale néanmoins une identité nobiliaire. Il n’en fallait pas plus. La sémantique, dénaturée par l’idée de la domination, est alors détournée. Le noble est le seigneur, première confusion. Il est debout, tandis que les autres courbent l’échine. Il est saisi comme faisant partie du groupe de personnages dans une même unité de temps, alors que dans la logique de l’image médiévale, il précède la moisson. Enfin, il frapperait les paysans pour les faire travailler. Là serait le sens de son bâton17. D’arpenteur, il est devenu bastonneur, ce que les questions posées aux élèves dans les imprimés ne manquent pas de démontrer. Nous citerons ici pêle-mêle les plus amusantes d’entre elles :

À quoi reconnait-on le seigneur et les serfs dans l’image ?

Que fera le seigneur si le serf ne travaille pas ?

Trouve dans l’image trois signes de supériorité du seigneur sur les paysans.

Pourquoi la vie des paysans au Moyen Âge était-elle rude ?

Décris la vie du paysan au Moyen Âge.

Quelles sont les obligations des paysans au Moyen Âge ?

Pourquoi les paysans travaillent dur au Moyen Âge ?

En te fondant sur l’image, écris pourquoi le seigneur domine les paysans.

À quoi le seigneur doit-il son mode de vie luxueux ?

Figure 9. La pilorisation des enfants

Figure 9. La pilorisation des enfants
  • 18 Jeu scolaire et familial amusant, il en résulte de nombreux clichés privés sur le web qui s’affranc (...)
  • 19 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9187, vers 1295-1297.

14La dérive sémantique se creuse plus encore si l’on considère quelques signaux qui s’y ajoutent. La représentation du château exigeait-elle que l’on y associe les artefacts de la punition ? Ce sont les blogs d’activités pédagogiques extérieures aux établissements qui l’illustrent le mieux. Les sites patrimoniaux proposent en effet aux enfants en sortie scolaire des ateliers piloris18. Incontournable de la vie au château, les enfants sont invités à en faire un jeu de découverte qui affole le regard expert sur les fonctions que peut encore avoir le Moyen Âge dans l’éducation des enfants [Figure 9]. Problème : le pilori est un emblème de justice certes, mais il est plus citadin qu’il ne fut villageois. À trop éluder le droit et la justice, ce pilori est devenu emblème de la violence effrénée du seigneur, bien qu’il n’y soit que rarement rencontré. L’on objectera le caractère parascolaire de l’image, mais l’insertion d’un autre document maître dans les manuels le confirme : le pilori des coutumes de Toulouse à la fin du XIIIe siècle19. Il n’avait rien à faire là, mais il y est quand même. La légende du titre le relie à la ville de Toulouse ? Il suffira de relégender en « Un pilori au Moyen Âge ».

Figure 10. Exercice scolaire : légender la seigneurie médiévale en entrant par son gibet

Figure 10. Exercice scolaire : légender la seigneurie médiévale en entrant par son gibet
  • 20 Sur les gibets nous renvoyons à Martine Charageat et Mathieu Vivas (dir.), « Les fourches patibulai (...)

15Le cas du pilori aurait pu demeurer anecdotique si un autre signe ne venait pas achever la dénonciation de la violence foncière du pouvoir seigneurial, vu par notre contemporanéité. Le spectateur cheminant par la voirie découvre édifié un gibet dressé, aux portes même de la demeure du seigneur. La représentation de la morbidité fait alors son entrée. Le signe n’a alors aucun sens historique pour trois raisons. En premier lieu, il est figuré en jeu enfantin du pendu, avec cadavre suspendu [Figure 10a]. La forme n’a donc rien à voir avec ces lieux d’exposition du corps des condamnés à mort que furent les gibets. Elle atteste d’une confusion entre la pendaison et l’exposition qui démontre la faible audience de l’histoire de la justice dans la translation pédagogique médiévale20. En deuxième lieu, le placement se révèle impossible, pour de nombreuses raisons juridiques qui exigent que le gibet, limite de juridiction, soit édifié à l’écart de l’habitat. Ajoutons également que d’un point de vue pratique cette exposition cadavérique rendrait le lieu invivable pour ses habitants. En dernier lieu, la justice seigneuriale n’est que rarement une haute justice pouvant condamner à mort. Là encore, une confusion est établie avec les justices royales ou municipales. Le village n’est pas le lieu d’exercice le plus évident des peines de mort. Or, le dessin pédagogique se fait particulièrement insistant. Dans l’exercice pédagogique qui consiste à remplir une légende dite « à trous », le maître remplit lui-même le premier cartouche, le moins évident : le gibet. Quelle utilité pour le sujet ? Aucune. Le trait est donc forcé et même lorsque le document est issu d’une archive historique, l’on s’acharne à le vouloir encore légender. La seigneurie de Wismes le démontre [Figure 10b] : la légende isole le gibet qui serait passé inaperçu. Partant, il est réputé appartenir au seigneur de Wismes, sans aucune preuve du fait puisqu’il s’agit d’une limite de juridiction, mais de laquelle ? Dans tous les cas, on a fait entrer l’enfant par le cadavre morbide, quitte à forcer son regard dessus, au détriment de la notion qui était censée être ici exposée.

Figure 11. Le château dans la bande dessinée, selon François Bourgeon

Figure 11. Le château dans la bande dessinée, selon François Bourgeon
  • 21 Nous évoquons ici ses séries d’albums à thématique médiévale : Brunelle et Colin aux éditions Gléna (...)
  • 22 Le film met en scène un seigneur violent et cruel qui accable les paysans de ses violences guerrièr (...)

16Ce motif du gibet répond, une fois de plus aux arts populaires français qui ont fait du logis seigneurial un antre du monstre. Le cadavre annonciateur vous souhaite donc la bienvenue au château, avec la carte de visite du maître des lieux. C’était là le procédé utilisé par l’un des auteurs majeurs de la bande dessinée francophone, François Bourgeon, dans les années 198021. Drapés dans une aube rouge, ou mordus par un hiver féroce, les cadavres annoncent le château, nimbés du croassement des volatiles nécrophages [Figure 11]. Bertrand Tavernier s’y était également adonné au cinéma dans La Passion Béatrice en 198722. Le château de son décor était celui de Puivert, dans l’Aude. Le village étant sis en contrebas, le réalisateur fit ajouter des maisons en torchis au pied du castrum, afin de mieux concentrer les scènes de violence dans un même espace. Toutefois, ces auteurs assumaient pleinement la fiction, que les éditeurs scolaires ne pourraient ici admettre, bien qu’elle en provienne directement.

17L’apparition des artéfacts de l’histoire de la justice achève de nous convaincre de l’intérêt de cette irruption. Elle abolit l’esprit critique et suscite le rejet. Ainsi disqualifié durablement, le château est englouti avec son maître dans un abysse moral. À défaut d’avoir inséré une référence historique à l’exercice de la justice et à la résolution des conflits, cette matière a été totalement abolie. Il nous faudra en déduire, qu’en réalité, il n’y a pas de justice au Moyen Âge. Nulle part nous ne verrons des tribunaux, des clercs de justice, ou des juges officier. Quand une justice surgit, c’est pour dire son inverse. Nous ne saurons donc rien des sociétés à honneur, du droit pénal et de l’histoire de la criminalité. Car ce monde vivait dans le déni de toute justice, démontré par l’absurde détournement de ses artefacts historiques. Ces gibets n’étaient pourtant en rien nécessaires à la peinture de la vie agraire, dont les tensions quotidiennes ne seront pas expliquées.

Figure 12. Travail d’élève : la seigneurie au Moyen Âge

Figure 12. Travail d’élève : la seigneurie au Moyen Âge
  • 23 C’est délibérément que nous n’avons ici référencé ni auteur ni datation de lieu ou de temps, à des (...)
  • 24 À rapprocher des fonctions du Moyen Âge dans la littérature pour enfants pour lesquelles nous renvo (...)

18Cellule féroce et violente, la seigneurie médiévale véhiculée par son imagerie pédagogique apparait d’abord comme un monde isolé, sans justice et sans honneur. An zéro de l’histoire politique ? La seigneurie ainsi représentée a plus en commun avec le discours de l’état de nature qu’avec l’histoire. Reste à en mesurer la réception enfantine dans les travaux réalisés par les élèves. Nous prendrons pour exemple une réalisation commune23, après une leçon ayant exploité les schémas vus supra. La limite forestière, la bipolarité, la diagonale formée par la rivière, le château massif [Figure 12] : tous les éléments ont été parfaitement intégrés par les enfants. Ils y ont ajouté un pont noir qui enjambe les rives de ce paysage de domination. Sombre présage pour qui osera l’enjamber, pour au final livrer un monde médiéval parfaitement structuré par l’usage de la force, dont on voit mal comment il pourrait un jour être démantelé mentalement. À défaut d’un enseignement de la grammaire de l’image ou d’une production critique dans la réalisation de telles imageries, le stéréotype évoluera toujours séparément du discours savant. Sa très grande résilience continuera de défier la complainte experte, faute pour les dits experts que d’en avoir pensé l’imagerie pour aider à la translation pédagogique des savoirs. Les arts populaires alimenteront donc avec persistance ce savoir-là, tandis que les enfants y seront perpétuellement conviés à des fins d’éducation de la jeunesse au bien et au mal, étiquetée comme une leçon d’histoire, mais occultant en réalité l’idée du progrès moral, tant de la société que de l’individu. Là réside ce mystère : la morale de l’emporter sur l’histoire, ce qui explique la joie des enfants face à de telles activités, qui sont précisément un apprentissage des conduites adultes par leur reproduction ludique24. Quant à savoir si le savant adulte, lui aussi, est encore influencé par les images qu’il apprit dans son enfance, le lecteur s’en fera sa propre idée.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre-Bidon Danièle, Le Moyen Âge en bande dessinée, Paris, Association des Amis de la tour Jean sans Peur, 2010.

Bulle Laurence et Rossignol Philippe, À l'école de Rossignol : L'intégrale des cartes de notre enfance, Paris, Éditions Métive, 2017.

Amy de La Bretèque François, L’imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Honoré Champion, 2004.

Boulaire Cécile, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Heers Jacques, Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 2008.

Pernoud Régine, Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris Seuil, 1982.

Rossignol Philippe, Images de notre enfance, Paris, Éditions de Borée, 2009.

Haut de page

Notes

1 Le corpus a été réalisé avec les productions des principaux imprimeurs pédagogiques français de cette dernière décennie : Nathan, Hatier, Magnard, Belin, Hachette et Bordas. D’un éditeur à l’autre d’identiques images reviennent car, au cœur du système de production, la distinction entre auteurs et éditeurs doit être faite. Les premiers n’ont pas de prise sur l’iconographie qui est régie par l’économie des droits, les plus légers possibles. Nous ne référencerons donc pas ici les auteurs et leurs paginations car, n‘ayant produit que les textes, ils ne sont nullement responsables des images que la production leur associe ensuite.

2 Il s’agit avant tout ici des maisons Bourrelier à Paris, des éditions Rossignol / La Coopération pédagogique à Montmorillon, et de La Maison des instituteurs à Saint-Germain-en-Laye.

3 Pour une présentation d’une maison d’édition et de son fonds de visuels historiques, voir : Philippe Rossignol, Images de notre enfance, Paris, éditions de Borée, 2009 ; Laurence Bulle et Philippe Rossignol, A l'école de Rossignol : L'intégrale des cartes de notre enfance, Paris, éditions Métive, 2017.

4 Rarement conservées, ces planches circulent aujourd’hui en main privée. Nous signalons toutefois une initiative de récupération et de conservation entreprise par les Archives départementales de la Charente-Maritime (AD 17), sous la cote 59 Fi, sur laquelle nous nous sommes appuyé.

5 Le motif du seigneur ravageant les moissons pour sa chasse avait déjà été relevé comme un stéréotype récurrent dénoncé par les historiens médiévistes. Il était déjà signalé par Régine Pernoud dans son Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris Seuil, 1982. Jacques Heers l’avait également démontré dans Le Moyen Âge, une imposture, Paris, Perrin, 2008.

6 Il s’agit d’un éditeur numérique de contenus parascolaires sur le web qui a inséré des infographies synthétiques à ses cours depuis 2015.

7 Les versions imprimées sont aussi innombrables que ne le sont les absences de légende. L’archive s’est imposée sans référence, ni cotation. Or, cette diffusion relève plus de l’invention d’un faux, que d’une archive historique.

8 Belin, Magnard, Hachette au principal. Tous reproduisent en effaçant tout chaînon de référence, devenu droits réservés, ou archives de l’éditeur. Robert Delort y avait eu accès pour La vie au Moyen Âge en 1972, p. 132. Il avait alors reproduit une copie d’un ouvrage d’Armel de Wismes publié en 1961.

9 Au final, l’exploitation de la documentation historique ne nous parait pas moins fautive que ne l’est celle d’une une iconographie composée ad hoc. Pire, son statut d’archive occulte ses dérives, tandis que la figuration schématique a au moins le mérite d’être appréhendée en élaboration, et non en vérité administrée.

10 Nous évoquons ici l’encellulement développé par l’auteur en 1982 dans : Robert Fossier, Enfance de l'Europe. Aspects économiques et sociaux, Paris, Presses universitaires de France, coll. Nouvelle Clio, t. I L’homme et son espace, p. 288 et s., 2e édition 1989.

11 Voir ici une réédition intégrale en français : Antonio Hernández Palacios, Le Cid, Paris, éditions du Long Bec, 2018, p. 37.

12 Cette composition est, là encore, imprimée dans de très nombreux manuels. D’un éditeur à l’autre, les graphistes se sont contentés de modifier le château ou les couleurs pour parer les questions de droit. Les blogs pédagogiques les reproduisent également, tant et si bien que le visuel a perdu toute trace de son auteur et de sa propriété, tant il a été copié.

13 Nous signalons ici les abus de la production pédagogique française. Notons toutefois qu’au Royaume-Uni, le recours à l’imagerie de reconstitution scientifique est bien plus présent. Le cas de Wharram Percy l’illustrera ici : il fournit des images de reconstitution réfléchies. Voir : https://historicengland.org.uk

14 La forteresse de Loches dans son état de conservation associe le donjon féodal et le logis royal en un même ensemble. Cet état explique la confusion des graphistes qui n’y distinguent aucune chronologie pour finir par assimiler les deux, produisant ici un contresens historique majeur. Notons que la tentation visuelle était grande puisque cette architecture, une fois abolies ses datations, livre une ampleur fortifiée qui soutient la démonstration par l’écrasement.

15 Ce procédé recule cependant depuis 2010, depuis que la mise en œuvre des programmes exige l’utilisation d’archives historiques. Les paysages les plus fantasques ont donc disparu, mais pas leurs pyramides schématiques.

16 Queen Mary Psalter, 1310-1320. British Library, Royal MS 2 B. VI

17 Ce qui confirme la difficulté qu’il y a à exploiter des images d’archives historiques quand on en n’est pas spécialiste.

18 Jeu scolaire et familial amusant, il en résulte de nombreux clichés privés sur le web qui s’affranchissent tous des droits à l’image et de la protection de la jeunesse. Nous ne légenderons donc pas ici pour des raisons éthiques et juridiques, après avoir flouté le visage de notre exemple.

19 Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. lat. 9187, vers 1295-1297.

20 Sur les gibets nous renvoyons à Martine Charageat et Mathieu Vivas (dir.), « Les fourches patibulaires du Moyen Âge à l’Époque moderne. Approche interdisciplinaire », dans Criminocorpus, 2015 [En ligne : https://journals.openedition.org/criminocorpus/3016 ]

21 Nous évoquons ici ses séries d’albums à thématique médiévale : Brunelle et Colin aux éditions Glénat, Les compagnons du crépuscule, aux éditions Delcourt.

22 Le film met en scène un seigneur violent et cruel qui accable les paysans de ses violences guerrières les plus féroces. Le portrait néfaste dressé par Bertrand Tavernier est ici particulièrement abouti. Sur les usages du Moyen Âge par le cinéma, nous renvoyons à François Amy de La Bretèque, L’imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Honoré Champion, 2004.

23 C’est délibérément que nous n’avons ici référencé ni auteur ni datation de lieu ou de temps, à des fins de protection de la jeunesse.

24 À rapprocher des fonctions du Moyen Âge dans la littérature pour enfants pour lesquelles nous renvoyons à Cécile Boulaire, Le Moyen Âge dans la littérature pour enfants, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un village au Moyen Âge, La Maison des instituteurs, Saint-Germain-en-Laye, 1954
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Figure 2. Une seigneurie, Schoolmov, 2015
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-2.png
Fichier image/png, 190k
Titre Figure 3. La seigneurie de Wismes-en-Artois
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Figure 4. L’attaque d’une seigneurie par le Cid dans : Antonio Hernández Palacios, Le Cid
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Titre Figure 5. Une seigneurie au Moyen Âge
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Figure 6. Une seigneurie au XIIIe siècle, Éditions Hatier
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Titre Figure 7 : Représentations pyramidales du Moyen Âge
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 8. Le psautier de la reine Marie
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Figure 9. La pilorisation des enfants
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 10. Exercice scolaire : légender la seigneurie médiévale en entrant par son gibet
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Figure 11. Le château dans la bande dessinée, selon François Bourgeon
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Figure 12. Travail d’élève : la seigneurie au Moyen Âge
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9388/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Prétou, « La violence seigneuriale à la fin du Moyen Âge, vue par les représentations pédagogiques en France »Criminocorpus [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 24 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9388

Haut de page

Auteur

Pierre Prétou

Pierre Prétou est agrégé d’histoire, certifié en sciences criminelles et maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’université de La Rochelle (LIENSs, UMR 7266). Spécialisé en histoire de la justice médiévale dans les espaces atlantiques, il a enquêté sur les régulations judiciaires observables dans l’administration de la justice comme sur la mise en œuvre des médiations pénales. Auteur d’une thèse observant la genèse des encadrements normatifs dans le sud-ouest du royaume de France, il poursuit désormais des travaux sur les tyrannies d’exercice à la fin du Moyen Âge. Pierre Prétou est membre du comité de rédaction de la revue Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search