Navigation – Plan du site

AccueilDossiersVaria2021Matérialité, acteurs et usages de...

2021

Matérialité, acteurs et usages des prisons de Tournai à la fin du Moyen Âge : un état des lieux

Florian Mariage

Résumés

Depuis la fin du xiiie siècle, la commune de Tournai est détentrice, dans les limites territoriales de sa banlieue, de l’ensemble des droits d’échevinage, mais elle doit composer avec une juridiction royale de plus en plus prégnante, en la personne du bailli de Tournai-Tournaisis, plus tard du gouverneur militaire. S’y ajoutent les juridictions ecclésiastiques de l’évêque de Tournai et de son officialité, ainsi que celle du chapitre cathédral, qui conserve un îlot d’immunité au cœur de la ville, et garde jalousement ses privilèges pour l’ensemble de son personnel. Deux abbayes complètent le tableau des institutions détentrices de droits de juridiction.

Un inventaire raisonné des vingt-deux prisons utilisées par ces différents protagonistes entre ca 1300 et 1600, croisé avec leur emprise territoriale et leurs prérogatives judiciaires, permet de dresser divers constats. Les prisons sont nombreuses et fragmentées entre les différents détenteurs des droits de justice, qui font preuve de souplesse et d’adaptation pour répondre – imparfaitement – à leurs besoins spécifiques d’enfermement. Diversité et multiplication des lieux de détention, concentration très relative, carence de moyens et de personnel, réaffectation de bâtiments existants assez peu sûrs et faible spécialisation caractérisent les prisons tournaisiennes jusqu’en 1600. Du point de vue des prisonniers, la situation est loin de s’améliorer au xvie siècle. Les conditions de détention se dégradent sensiblement et les peines carcérales, jusqu’alors largement réservées aux juridictions ecclésiastiques, se développent aussi dans l’arsenal répressif civil.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’inventaire des prisons de Tournai est en ligne dans la bibliothèque de Criminocorpus : https://criminocorpus.org/fr/ref/113/4959/

Notes de l’auteur

Abréviations

ACT : Tournai, Archives de la cathédrale

ADN : Lille, Archives départementales du Nord

AÉT : Tournai, Archives de l’État

AGR : Bruxelles, Archives générales du royaume

AN : Paris, Archives nationales

Texte intégral

1À la fin du Moyen âge, la ville de Tournai s’étend vers le Tournaisis et vers le comté de Hainaut. Elle constitue un agglomérat territorial avec le Tournaisis, la seigneurie abbatiale de Saint-Amand et la terre de Mortagne (fig. 1). Située à cheval sur l’Escaut, l’enclave française est intégrée aux Pays-Bas de Charles Quint en 1521. La cité accueille un évêque, compétent pour un vaste territoire correspondant quasiment au comté de Flandre. Au xvie siècle, Tournai compte environ 30000 habitants et subit de plein fouet la crise politico-religieuse qui secoue la région, avant la reconquête opérée sous Philippe II (1581).

Fig. 1 : Le bailliage de Tournai, Tournaisis, Mortagne et Saint-Amand vers 1500

Fig. 1 : Le bailliage de Tournai, Tournaisis, Mortagne et Saint-Amand vers 1500

©Florian Mariage

  • 1 Rive gauche, la commune de Tournai dispose depuis sa création vers 1145 d’un échevinage unique, dit (...)
  • 2 Il faudrait ajouter les droits de l’avoué judiciaire de Tournai. Cet ancien féodal de la seigneurie (...)

2L’organigramme institutionnel y est complexe. Depuis la fin du xiiie siècle, la commune de Tournai est détentrice, dans l’étendue de sa banlieue, de l’ensemble des droits d’échevinage et de seigneurie haute-justicière1. Elle doit cependant composer jusqu’en 1321 avec des officiers de justice, anciens vassaux de l’évêque – l’avoué et le châtelain de Tournai –, puis avec une juridiction royale de plus en plus prégnante en la personne du bailli de Tournai-Tournaisis. S’y ajoutent les juridictions ecclésiastiques de l’évêque de Tournai et de son officialité, ainsi que du chapitre cathédral. Ce dernier conserve un îlot d’immunité au cœur de la ville, et garde jalousement ses privilèges pour l’ensemble de son personnel2. Deux importantes abbayes fondées aux xie et xiie siècles – Saint-Martin et Saint-Nicolas-des-Prés – complètent la liste des institutions détentrices de prison dans les limites de la banlieue tournaisienne.

  • 3 Le catalogue des prisons de Tournai, avec un état de la question et toutes les références utiles, e (...)

3Malgré les nombreuses disparitions documentaires, les sources écrites et monumentales rendent encore possible la réalisation d’un inventaire des différentes prisons de Tournai avant 1600, de déterminer leur durée d’occupation et de percevoir dans les grandes lignes les pratiques carcérales et les enjeux de pouvoirs associés3.

4Laissant de côté d’autres interrogations documentées et non moins pertinentes – architecture et archéologie des prisons, perception, représentation et vécu de la détention, rôle et statut des geôliers, économie générale du système, etc. – cette contribution vise à éclairer les grandes évolutions connues par les différentes prisons tournaisiennes durant quatre siècles, sur quelques aspects spécifiques : matérialité et topographie (1), conditions de détention (2), efficacité et régulation (3), pratiques carcérales (4). Mais existe-t-il seulement un modèle partagé entre ces différents lieux de détention? Et que nous raconte, finalement, cette histoire des prisons sur l’évolution de la justice, et sur la dynamique urbaine en général ?

  • 4 Voir bibliographie infra. On pointera particulièrement les synthèses et actes suivants : Enfermemen (...)

5Depuis une dizaine d’années, l’historiographie témoigne d’un intérêt renouvelé pour les prisons à travers un panel très diversifié d’angles d’approche4. Dans les anciens Pays-Bas, l’histoire de la justice est intimement liée à celle de ces petites capitales provinciales qui concentrent les niveaux de pouvoir – souverain, commune, évêque, chapitres et abbayes, voire d’autre seigneurs locaux – et les types de juridictions – civiles et ecclésiastiques –, fournissant matière à de multiples approches comparatives.

6Cet état des lieux du paysage carcéral tournaisien autorise donc de questionner la matérialité, les acteurs, les usagers et usages des prisons à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Il permet de replacer l’emprisonnement comme un des maillons de la chaîne complexe de la justice en ville, au cœur d’un territoire profondément féodalisé tout en étant marqué, depuis le xiie siècle, par le renouveau du fait urbain puis par la montée en puissance progressive de l’État, incarné par le roi.

Les prisons tournaisiennes : diversité, concentration, réaffectation, spécialisation

7Sur l’ensemble de la période envisagée (ca 1250-1600), on dénombre à Tournai et dans ses abords immédiats vingt-deux lieux de détention. Toutes les prisons n’ont pas fonctionné en même temps, au profit des mêmes institutions et pour les mêmes types de prisonniers. Localiser les prisons, préciser leur chronologie et leur affectation – en lien avec les structures judiciaires dont elles dépendent – est essentiel pour comprendre les relations qu’elles entretiennent les unes avec les autres.

8Avec ces vingt-deux prisons, la géographie carcérale tournaisienne présente une étonnante diversité, liée au grand nombre d’acteurs judiciaires en présence, à savoir sept utilisateurs différents et de fréquents transferts de prisonniers et emprunts de prison de l’un à l’autre. La multiplicité des lieux de détention atteint son paroxysme dans les années 1567-1572, au plus fort de la crise politique et religieuse que connaît Tournai à cette époque.

9La matérialité des prisons varie fortement d’un protagoniste à l’autre. À l’exception peut-être des prisons de l’officialité (évêque), du bailliage à Maire (souverain), du beffroi et de la Tannerie (commune), toutes les prisons semblent avoir été aménagées tardivement, dans des locaux préexistants, réaffectés pour l’occasion et qui n’étaient donc pas prévus initialement pour ce faire. Comme ailleurs, la question des prisons tournaisiennes apparaît largement secondaire dans l’arsenal judiciaire : on ne construit pas de nouveaux bâtiments pour y aménager des prisons. Dans ce royaume de l’improvisation, du recyclage et de l’économie, tout local solidement construit peut faire l’affaire ; idéalement, il sera en pierre et doté d’un minimum d’ouvertures pour limiter les tentatives d’évasion et de communication avec l’extérieur, mais suffisamment ventilé quand même pour permettre une certaine salubrité des lieux afin de maintenir les prisonniers en bonne santé.

  • 5 Par exemple à Toulouse (Jean Catalo, « La tour de l’horloge du parlement de Toulouse », in Mathieu (...)

10Dans ce contexte, on comprend pourquoi les portes et tours de fortifications (voire de la cathédrale ou du beffroi ; fig. 2), ainsi que les caves sont souvent mises à profit. Solidement bâties, comprenant un nombre limité d’accès facilement contrôlables, les portes et tours des différentes enceintes accueillent l’essentiel des prisons urbaines (au moins 12/22), schéma largement partagé par les autres villes du royaume5. Les espaces encavés complètent le dispositif (6/22). Prioritairement et par opportunité, la commune utilise les portes de la première enceinte communale désaffectées dès la fin du xiiie siècle (portes des Maux, Ferrain, Prime, de Marvis), mais elle ne dédaigne pas ensuite utiliser des éléments encore affectés à la défense de la ville (tour Barbet, Arc des Chauffours, tour de France). Le gouverneur au xvie siècle en fait de même avec les éléments de la citadelle anglaise, dans laquelle il aménage au moins cinq prisons différentes.

Fig. 2 : Élévation et coupe intérieure du beffroi actuel, avec ses différents espaces carcéraux (A-F)

Fig. 2 : Élévation et coupe intérieure du beffroi actuel, avec ses différents espaces carcéraux (A-F)

© Fond de plan : Archives de la ville de Tournai

11On démolit trois espaces de détention entre 1541 et 1551 (portes Prime, Ferrain, des Maux) pour faciliter la circulation et aménager de nouveaux espaces de marché ? Qu’importe : la commune dispose d’une réserve de bâtiments inoccupés, réaménageables à moindre coût, sans qu’il ne faille construire de prison ex nihilo (tour de France, tour Barbet, Tannerie).

12L’accessibilité des prisons et leur proximité avec les lieux des tribunaux seraient-elles des critères importants dans le choix des bâtiments, afin de limiter les déplacements de détenus, chronophages, couteux en personnel et risqués ? Les tribulations des prisons du bailliage (10 lieux différents sur l’ensemble de la période)), croisées avec celles des lieux de plaids de cette cour de justice, mais également la multiplicité des lieux à l’usage de la commune (11 espaces de détention) – dont la halle des Consaux n’a pourtant pas déménagé durant cette période – illustrent cependant que dans, la pratique, il y a rarement voisinage et adéquation entre ces différents bâtiments. Certes, au fil des siècles les lieux de détention extra muros (Orcq, Maire) sont abandonnés au profit de bâtiments à l’abri des remparts. La cartographie des espaces carcéraux tournaisiens à l’usage de la commune et du bailliage révèle par ailleurs une certaine centralisation autour du beffroi et de la Grand-Place, sur la rive gauche de l’Escaut (fig. 3), mais sans aucun déterminisme au regard de la situation excentrée des prisons de la porte de Marvis, de l’arc des Chauffours ou encore de la tour Barbet. Les prisons du gouverneur, bien cantonnées dans la citadelle au xvie siècle, celles du chapitre cathédral et de l’évêque, repliées dans leurs immunités respectives, et dans une certaine mesure celles des deux grandes abbayes tournaisiennes, présentent ici une concentration et une proximité très différentes.

Fig. 3 : Localisation des prisons de Tournai entre le XIIIe et le XVIe s.

Fig. 3 : Localisation des prisons de Tournai entre le XIIIe et le XVIe s.

© Fond de plan (Blaeu, 1649) : collection privée

  • 6 Ces différents aspects liés aux lieux d’exécution seront traités dans un article à paraître en 2021 (...)

Ce choix de l’emplacement des prisons ne semble pas davantage lié aux lieux d’exécution. Outre les bâtiments de « plaids » ou de jugements, le paysage judiciaire comprend également des lieux d’exécution ou d’exposition des condamnés : gibets, piloris, bûchers. Ces lieux d’application des peines corporelles s’inscrivent dans une logique assez différente des prisons puisque destinés à offrir une grande publicité et frapper les esprits. L’exemplarité nécessite que ces dispositifs se trouvent dans des endroits très visibles : places, carrefours, portes. S’ils se trouvent à l’extérieur de la ville, ils sont placés le long de chemins fréquentés, dans des endroits dégagés, souvent élevés. Plusieurs lieux patibulaires sont utilisés par la commune, généralement en dehors de la ville (Happart, justice d’Havinnes/Angy ou de Leuze). Les exécutions par le glaive, la hache ou le bûcher, plus rares, se déroulent généralement sur le Grand Marché. Les piloris du doyen et du trésorier du chapitre ainsi que de l’évêque se trouvent eux à proximité immédiate de la cathédrale, au sein de leur immunité, devant l’entrée des bâtiments. Le gibet du bailli de Tournai-Tournaisis est lui localisé à Maire, le long du grand chemin menant à Courtrai6.

  • 7 Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural ou le grand coustumier general de practique civil et ca (...)
  • 8 En 1332, un des articles de l’arrêt du Parlement de Paris supprimant la commune précise l’ignominie (...)
  • 9 D’après Pinchart, cette prison était aussi destinée aux « délits de peu d'importance ; dans les cas (...)
  • 10 Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit., p. 711.
  • 11 En 1451, Jacques Alegambe, accusé de détournement de registres, est mis en prison au beffroi. Récla (...)

13Les sources sont peu loquaces sur la spécialisation éventuelle des lieux de détention. En principe, les prisons sont le reflet à la fois de l’appareil judiciaire et de la société : l’usage veut que le type de délits, la qualité et les moyens des prisonniers se traduisent directement dans le choix des prisons et le confort offert aux détenus. Les « basses fosses » sont, au propre comme au figuré, réservées aux crimes les plus graves, selon l’échelle pénale médiévale7 ; mais on n’en trouve apparemment qu’au beffroi8 et à l’officialité, et leur usage semble décliner dès le xve siècle, conformément à l’interdiction de construire des prisons souterraines. Au sein du beffroi, la bien-nommée « Boursette » est dévolue aux détenus pour dettes. Cette caractéristique s’applique apparemment aussi à la prison de la Tannerie créée en 15519. Une prison pour femmes existe dans l’officialité au xvie siècle ; ailleurs il ne semble pas en être question, alors que les coutumes régionales, dès la fin du xive siècle, excluent explicitement « que femme ne soit mise en chartre, en fers, ne avec homme, mais (…) en convenable prison comme chambre seure et fermée, et avec elle une autre femme (…) sans tourment de son corps »10. En 1451, la porte des Maux sert de prison « civile » tandis que le beffroi semble réservé aux affaires criminelles11. Les portes de Marvis et Prime ainsi que les tours Barbet et de France accueillent régulièrement des prisonniers « hébétés d’entendement » au xvie siècle, mais sans exclusive, car d’autres types de détenus y sont incarcérés. La mise à l’écart puis l’enfermement des déviants correspond à une évolution de la perception de la folie : de plus en plus, on enferme tout individu représentant une menace pour l’ordre social.

Des conditions de détention en voie de dégradation

14La question des prisons est tout à la fois révélatrice du fonctionnement de la justice et des moyens que les acteurs judiciaires veulent bien ou peuvent y consacrer. Elle est donc, indirectement, un bon baromètre des ressources dont dispose chaque juridiction.

  • 12 Au beffroi, 1391 ; porte des Maux, 1420 ; porte de Marvis, 1477 ; tour de France, 1569.
  • 13 En avril 1571, un prisonnier de la « Tennerye » à Tournai, s’en échappe après avoir « faict ouvertu (...)
  • 14 En 1420, Jean de Waudripont est emprisonné à la porte des Maux, fait un feu de charbon et faillit m (...)
  • 15 En 1609/1610, payement à Simon Dallenchon, cépier des « prisons de la tour du Belfroit » pour « des (...)
  • 16 En 1423, Jean Blarie reçoit l’office de tourage du beffroi ; « il veillera, promet-il, avec vigilan (...)

15Le confort y est, tout d’abord, très relatif. La présence de cheminées est un rare luxe (prison Brunain, tour Henri viii, Tannerie), que les expériences douloureuses d’incendies causés par des détenus12, d’évasions13, voire d’intoxications14 ne favorisent pas. Au besoin, on fournit des « braises » aux prisonniers pour résister aux grands froids15. Des « couches » ou « lits » sommaires sont également proposés aux prisonniers, généralement garnis de paille (« estrain »), lorsque celle-ci n’est pas simplement déposée à même le sol, isolant quelque peu les prisonniers de l’humidité et du froid16.

  • 17 En 1562/1563, un tonnelier livre quatre seaux « de noeuf bois servant a mettre es prisons du chaste (...)
  • 18 Par exemple en 1396, frais de vidange des latrines, des « privés des prisons de Pipenie et Tieng le (...)

16Des latrines sont plus régulièrement mises à disposition, bien que non systématiques : beffroi (fig. 4-5), officialité, halles des Consaux, abbaye de Saint-Martin, tour de France, tour de Bethléem, prison du roi à la Grand Place. À défaut, on fournit des seaux aux prisonniers17. La vidange des fosses d’aisance figure parmi les dépenses fréquentes de ces différentes institutions18.

Fig. 4 Latrines du beffroi

Fig. 4 Latrines du beffroi

© Florian Mariage

Fig. 5 Latrines du beffroi

Fig. 5 Latrines du beffroi

© Florian Mariage

  • 19 Les frais extraordinaires supportés par les geôliers de la commune pour les insolvables sont inscri (...)

17La nourriture, même insuffisante pour les indigents, suffit pour les maintenir en vie, et la situation des prisonniers ne doit, sur ce plan-là, sans doute rien à avoir à envier à celle de la cohorte de nécessiteux vivant dans la rue. En principe, les prisonniers eux-mêmes payent leur nourriture s’ils sont solvables. Ils mangent alors à la « table » du geôlier, ce dernier tenant auberge aux frais des détenus et de leurs familles. Les plus démunis vivent du « pain et de l’eau », payés par la charité publique ou sur la recette de l’institution judiciaire selon une tarification prédéfinie19. La différence de traitement entre les détenus est donc importante, puisque les plus aisés et les plus privilégiés peuvent disposer de nourriture, d’éléments de mobilier (lit), de confort (chauffage, lumière), voire de conditions de détention (avec ou sans fer) en rapport avec leur statut et leurs ressources.

  • 20 Le 19 septembre 1477, des prisonniers de la porte de Marvis « avoyent recovuré du feu et icellui mi (...)
  • 21 En avril 1572, des manouvriers sont rétribués pour avoir « espingié l’eau hors les prisons du trou (...)
  • 22 Acte capitulaire du 24 février 1651 (ACT): « Attento quod inferior locus carceris ordinarius, in qu (...)
  • 23 Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit. p. 711.
  • 24 En 1399, Gilliars Lebrun, amené de la porte Ferrain (où il était emprisonné) vers la halle des Cons (...)
  • 25 En 1425, le prisonnier de la porte des Maux Andrieu de le Prée a le poing coupé par la « justice » (...)
  • 26 En 1572, François du Sart décède en prison d’une blessure à la tête, peu avant son exécution (ADN, (...)

18Les lieux sont cependant, d’après des témoignages contemporains, sombres, malsains, remplis de vermine20, humides voire inondés21, fréquemment insalubres22. La jurisprudence royale de la fin du xive siècle stipule pourtant clairement que la prison « ne peut empirer le corps du prisonnier […] car dure chose seroit que le corps d’aucun fust par prison empiré, et après le cas enquis s’en allast innocent23 ». Les seigneurs justiciers ont donc l’obligation d’assurer une salubrité minimale des lieux. Lorsqu’un prisonnier est malade24 ou blessé25, il est normalement soigné jusqu’à l’issue de sa détention. Dans les faits, les cas de décès en cours d’emprisonnement sont rarissimes26.

  • 27 Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Compotus sigilliferi curie Tornacensis. Rekeningen van de of (...)

19Il ressort des comptes conservés que les réparations apportées aux prisons sont fréquentes et couteuses, du fait de l’usure du temps mais surtout des dégradations causées par les prisonniers. Les frais sont toujours à la charge des institutions concernées, et jamais imputés aux geôliers. Les transformations qui sont apportées aux bâtiments concernent notamment le placement de portes solides et la sécurisation des baies, voire leur condamnation (Grosse tour). Le fer est abondamment utilisé pour fermer les ouvertures, renforcer les menuiseries et surtout attacher les détenus. La liste des objets et matériaux livrés par les « serruriers » est très longue : agrafes, crampons, clous, serrures, clés, loquets, verrous, fers pour les pieds, treillis, chaines, bandes, anneaux, barres, pentures, gonds, carcans… Pour les prisons de l’officialité, un orfèvre reçoit même une pension annuelle pour ouvrir et refermer les fers des prisonniers27.

  • 28 Notamment « pluiseurs parties et sortes de bois pour refectionner et remectre a poinct les caiges e (...)
  • 29 D’après Pasquier de le Barre « Tous ces jours on charioit continuellement au chasteau les bois quy (...)

20Le bois semble beaucoup moins utilisé, sauf pour des planchers ou en 1573 lorsque, pour faire face à l’afflux de prisonniers, on aménage en urgence des cellules individuelles en bois dans le château28. Ces constructions sont l’exception car l’usage est d’enfermer collectivement. À la même époque, dans l’attente de travaux adéquats à la tour de France, les prisonniers – calvinistes essentiellement – sont transférés dans les prisons de l’évêque et du château, plus sûres mais non aménagées. Comble du cynisme, les maîtres d’œuvre utilisent alors pour les nouvelles « gayolles » le bois que les « gueux » avaient précédemment mis en œuvre pour la construction de leur Temple29.

  • 30 Les prisons de la ville et du château regorgent alors de prévenus (Hocquet 1905, p. 108). En 1567, (...)
  • 31 D’après le gouverneur de Tournai Floris de Montmorency, ces prisons sont, au milieu du xvie siècle  (...)
  • 32 La torture et la table associée (« gehinne ») apparaissent dans nos sources en 1521/1523 pour la ju (...)
  • 33 En 1567 : « Pour ce que ceulx quy estoient détenus prisonniers au chasteau, qui estoient en grand n (...)

21La multiplicité des lieux de détention atteint sans doute son paroxysme dans les années 1567-1572, au plus fort de la crise politique et religieuse que connaît Tournai à cette époque30. L’inflation des prisons – particulièrement au sein du château, où même les soldats sont mis à contribution pour garder des prisonniers – est alors à mettre en parallèle avec un afflux de détenus et un contexte militaire extrêmement tendu. Les conditions matérielles de détention se dégradent alors sensiblement, malgré les tentatives de règlementation31 ; elles vont de pair avec de nouvelles pratiques judiciaires qui portent atteinte à l’intégrité corporelle des prisonniers criminels32. La charge financière devient aussi insupportable pour les institutions en responsabilité – frais de personnel, de bouche et travaux – mais également pour les prisonniers solvables, victimes de frais de garde journaliers excessifs33.

  • 34 ADN, Série C. Intendance, 14529.

22Dans le paysage carcéral tournaisien, l’indigence des prisons du souverain est à souligner. En 1589, les officiers du bailliage doivent se justifier à la Chambre des comptes de Lille de frais réalisés à la réparation des prisons du roi sur le Grand Marché ; la maison est alors en si mauvais état « que les prisonniers ne s’y povoyent sceurement garder et qu’il n’y a autre maison ny place pour detenir iceulx ». Les officiers ont été obligés d’en assurer l’entretien et la réfection « pour le maintenement de la justice34 ».

23Dans ce contexte de dispersion, de déménagements successifs et d’indigence, la stabilité des prisons de l’officialité est à souligner. Peut-être faut-il y voir une conséquence directe de l’importance accrue de la détention dans l’arsenal judiciaire de ce tribunal ecclésiastique, où des peines carcérales sont fréquemment prononcées ?

La prison dans la ville : un espace partiellement poreux, insuffisamment régulé ?

  • 35 En 1414, les amis de Jean de Hornut requièrent au Consaux sa mise en liberté vu qu’il est fils de b (...)
  • 36 En 1395, l’évêque réclame la restitution par la ville de trois usuriers détenus dans les prisons de (...)
  • 37 En 1422, le bailli royal fait emprisonner Jacques de Vatennes, qui se prétend clerc mais n’a aucune (...)

24La prison tournaisienne médiévale est à l’image de la société et de l’ordre judiciaire : elle reproduit les inégalités sociales ou statutaires. Les bourgeois semblent par exemple privilégiés35, au même titre que les clercs tonsurés qui ressortissent à l’officialité épiscopale selon le privilège de cléricature, non sans réticence de la part du magistrat communal36 ou du tribunal royal37. Dès lors, ces lieux ne fonctionnent pas de manière complètement isolée mais sont perméables à l’organisation de la société et à son évolution.

  • 38 Albert D’haenens, « Le « Tractatus de Consuetudinibus » de Gilles li Muisis (1347) », Bulletin de l (...)
  • 39 « […] à fin que s’aucun prisonnier eschappoit pour civil, qu’il puist respondre à partie » (Louys C (...)
  • 40 L’absence de règlements de geôles tournaisiens tient sans doute en grande partie à la mauvaise cons (...)
  • 41 Maki Fukuda, « Les lieux de l’exécution publique et la ville. Le cas de Lille, de l’Ancien Régime a (...)

25La prison serait-elle néanmoins un de ces espaces hétérotopiques foucaldiens, utilisant ses codes et règles propres ? Oui, mais sans doute beaucoup moins qu’à l’époque contemporaine. Certes dans un cadre monastique les enjeux sont spécifiques : l’abbé de Saint-Martin Gilles li Muisis était si fier de la discipline en vigueur dans son abbaye durant sa jeunesse (vers 1290) que celle-ci avait la réputation de passer pour une prison (pro carcere) auprès des autres monastères38. Des prisons abbatiales dans un espace lui-même clos et fortement régulé : cette situation particulière de double enfermement est une exception dans un paysage carcéral tournaisien partiellement poreux, et ce bien que la ville elle-même soit fortifiée. L’absence de sources normatives locales pourrait peut-elle laisser croire à une certaine dérégulation ? Dans cette hypothèse, le fonctionnement des prisons civiles reposerait en grande partie sur la compétence et la probité des fermiers de la geôle (touriers, cépiers), astreints à un serment lors de la prise de leur « office » et en principe au versement d’une caution39. Mais l’argument du silence est sans doute très faible40. D’une manière générale, la situation tournaisienne doit être replacée dans le contexte judiciaire général : avant la fin de l’Ancien régime, aucune loi ne détermine et fixe les lieux d’emprisonnement, leur durée, ni même les lieux d’exécution41. Ces choix sont déterminés par les officiers chargés d’instruire puis de rendre les sentences, au cas par cas ; ils tiennent compte des prisons disponibles et de leur encombrement relatif, du statut des prisonniers et des délits reprochés.

  • 42 ADN, B13085, fol. 87 r°-89 v°. En 1567, quatre prisonniers s’échappent de la tour de France. En mar (...)
  • 43 En 1447 et 1480, à l’officialité épiscopale (Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Compotus sigill (...)
  • 44 Le chanoine récidiviste Simon Lourdiel s’échappe à trois reprises des prisons de l’abbaye de Saint- (...)
  • 45 Payements en 1471 pour la « reparatione et fortificatione prisonie Carterelle quam ruperant quinque (...)
  • 46 Le 13 juillet 1571, Vinchent de Hayemasure, garde et cépier du beffroi de Tournai, est condamné par (...)
  • 47 Le 24 février 1571, Gilles Desmestoes d’Evregnies est banni perpétuellement par défaut ; arrêté pou (...)
  • 48 « Richard du Maretz, geolier du beffroi à l'époque de la fuite des dits prisonniers, fut élargi sou (...)
  • 49 En 1385, Gérard Colemer, sergent de la ville, est démis de ses fonctions pour avoir, par négligence (...)

26L’état et la disposition des bâtiments, le personnel affecté à la garde et la surveillance exercée rendent possibles de nombreuses évasions. À toutes époques, de véritables stratégies se mettent en place pour fuir les prisons, ce qui cause un réel préjudice moral pour les institutions judiciaires et la société en général. C’est ainsi qu’en 1567/1568, une restauration importante est mise en œuvre à la tour de France « craindant la fuite des prisonniers quy tourneroit au grand regret et scandal de justice42 ». De fait, les tentatives d’évasion sont nombreuses, parfois rocambolesques, spectaculaires, déjouées à temps43 ou remplies de succès, comme en 1451 à l’abbaye de Saint-Nicolas des Prés44, en 1471, 1511 et 1528 à la prison de l’évêché45, en 1571 au beffroi46 et à la Tannerie47. Elles bénéficient parfois de la complicité des geôliers48, dont les négligences, la naïveté – voire la duplicité – sont sévèrement réprimées49.

  • 50 Le 19 janvier 1571, Vinchent de Werpe, manouvrier de Pecq, est condamné par le bailli de Tournai-To (...)
  • 51 En 1573 : « A Jehan Collet pour avoir faict ung cassiz de fer remply et entrelaschyé de fil d’achar (...)
  • 52 A Douai au xve siècle, seules les visites des proches sont autorisées (Marie Nikichine, La justice (...)

27Par ailleurs et malgré certains interdits, les prisonniers semblent communiquer régulièrement avec leurs famille et proches à l’extérieur50. Les relations des prisonniers politiques, militaires ou religieux font l’objet d’un contrôle strict, nécessitant au besoin des aménagements aux fenêtres51. Les modalités et la temporalité de ces communications sont cependant très mal documentées, au même titre que les visites rendues aux détenus52.

  • 53 Ordonnances du 2 janvier 1289 n. st. et 1er mai 1294 (Léo Verriest, Coutumes de la ville de Tournai (...)

28Un dernier phénomène est à souligner, qui illustre la complexité des usages carcéraux. La prison « fermée » cohabite, au moins jusqu’au xve siècle, avec la pratique de prison « ouverte », où la contrainte de corps interdit au prisonnier de se déplacer. Cette limitation peut concerner l’entièreté du territoire de la ville, voire certains quartiers outre-Escaut, jusqu’au remboursement de la dette ou contentement du créditeur, mais sans forcément astreindre le suspect à un emprisonnement dans un lieu bien déterminé53.

  • 54 Ce confinement est alors garanti par des attestations trimestrielles du curé de la paroisse. Voir c (...)

29Durant les troubles religieux qui agitent la ville au milieu du xvie siècle, les personnes suspectées d’hérésie sont parfois condamnées au confinement dans la ville durant quelques années, avec obligation de fréquenter les offices de leur paroisse54. Ces mesures très spécifiques peuvent être considérées comme une privation limitée de liberté ; elles visent à favoriser la réinsertion des « hérétiques » dans le giron de l’église catholique romaine, et impliquent les curés des paroisses dans le contrôle des âmes dissidentes.

Vers une très lente évolution des pratiques carcérales

En matière de pratiques carcérales tournaisiennes, il convient surtout d’opérer une distinction entre les juridictions civiles et ecclésiastiques.

  • 55 Georges De Nédonchel, Des anciennes lois criminelles en usage dans la ville de Tournai, et principa (...)
  • 56 Juridiction royale (bailliage) ou seigneuriale : Florian Mariage, Bailli royal, seigneurs et commun (...)

D’après les sources disponibles, l’emprisonnement n’est que très rarement, à l’époque considérée (xiiie-xvie s.), une forme de sanction dans le chef des autorités civiles, que ce soit au sein de la ville de Tournai55 ou en Tournaisis56. Ceci vaut aussi pour la cour féodale du trésorier du chapitre. En principe, la phase de détention est destinée à permettre de s’assurer que les personnes concernées sont disponibles pour mener à bien une procédure judiciaire.

  • 57 Sentence de Gossuin de Lannoy, bailli de Tournai, du 5 mars 1420, à l’encontre de divers voleurs de (...)
  • 58 Le 30 octobre 1571, Marie de le Court de Bailleul, épouse d’un banni, se voit exclue à son tour dur (...)
  • 59 Julie Claustre, Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, (...)

Ce principe général laisse cependant la place à une série de cas de figure particuliers. Tout d’abord, il est fréquent que les personnes condamnées à une amende57, au payement de frais de justice58 ou les endettés soient retenus en prison jusqu’au payement intégral de la somme due. L’obligation de « tenir prison » semble assez fréquente en matière de dettes à la fin du Moyen Âge ; la situation tournaisienne fait écho à des pratiques bien attestées par ailleurs, et notamment à Paris59. Il s’agit d’une conséquence directe de lettres obligatoires par lesquelles un débiteur s’oblige corporellement vis-à-vis d’un créditeur à se rendre prisonnier en cas de non-règlement de la dette. Le nom de « Boursette » attribué à une prison du beffroi au xve siècle est symptomatique de l’importance de ce type particulier d’emprisonnement, qui touche prioritairement les couches les plus défavorisées de la société tournaisienne.

  • 60 En 1356, des lettres de rémission sont données par le roi de France à Jean de la Bruanderie, banni (...)

Une autre situation concerne les bannis graciés par le souverain et qui se voient condamnés par la juridiction provinciale à « tenir prison » avant rémission complète et payement de l’amende due en pareille situation60.

  • 61 Ordonnance de juillet 1275 et 21 juillet 1288 (Léo Verriest, Coutumes…, op. cit., n°41, p. 166). Au (...)

30Les sources communales les plus anciennes précisent que la mise aux arrêts d’une personne suspectée de crime ou de « vilain cas » peut reposer sur la dénonciation d’un seul plaignant ; mais gare aux arrestations arbitraires car le calomnieux se verrait banni « à tous jours de le citet », peine gravissime61.

  • 62 Voir supra (1282) ainsi que des ordonnances des 3 février et 16 mars 1305 n. st. (Ibidem, n°217, p. (...)
  • 63 Cela concerne une prisonnière, Nicole du Bois (ADN, B13109, fol. 81 r°-82 v° - 1597/1600).
  • 64 Gabriel Merel assure notamment la garde à son domicile de Jean de Lattre, durant 180 jours jusqu’au (...)
  • 65 Louis Beausire, par ailleurs sergent du Tournaisis, accueille trois prisonniers « en sa maison » en (...)

31Une pratique aussi répandue au tournant des xiiie et xive siècles est celle d’une mise aux arrêts « a le maison de le justice », c’est-à-dire une incarcération au domicile des geôliers, particulièrement pour les personnes endettées62. Encore à l’extrême fin du xvie siècle, il peut arriver que des prisonniers soient détenus et nourris dans la propre maison des « cépiers » du bailliage royal, mais cette situation semble directement liée aux problèmes d’intendance que connaît cette institution63. Durant la période critique 1567-1572, le prévôt des soldats du château64 est amené à accueillir des prisonniers chez lui, tout comme le « tourier » du bailliage65, débordé par l’afflux de prisonniers en la tour de France.

  • 66 À Douai, la détention préventive est largement utilisée, même à l’encontre des bourgeois (Marie Nik (...)
  • 67 En 1449, le lieutenant du bailliage requiert l’élargissement de prisonniers à Maire moyennant cauti (...)
  • 68 En 1504, le receveur du roi à Tournai, Gilles du Rys, est emprisonné par la ville et ses biens sont (...)
  • 69 Au plus fort des « Troubles », en juillet et août 1568, les condamnations de personnes qui s’étaien (...)

Le recours à la détention « préventive » n’est pas fonction de la gravité des cas jugés66: on emprisonne des insolvables comme des criminels. Les premiers seront bien sûr « élargis » facilement moyennant caution ou garantie apportée par l’accusé67 ou une ou plusieurs tierces personnes, qui seront-elles-même emprisonnées68 voire condamnées en cas de défaut de comparution de l’accusé69.

  • 70 En 1302, bannissement pour « prison brizié » (Léo Verriest, « Le registre de la Loi de Tournai de 1 (...)
  • 71 En 1566, un prisonnier qui s’échappe « des prisons de la halle », il est ajourné et « a cause de la (...)
  • 72 Léo Verriest, Coutumes…, op. cit., n°136, p. 249.

32Si toutes les prisons n’offrent pas un degré de sécurité optimal, les personnes incarcérées savent que toute fuite leur sera systématiquement défavorable. En effet, l’évasion (« prison brizié ») entraîne généralement la culpabilité de l’accusé par défaut de comparution à son procès, en 130270 comme en 156671. Ceci ne vaut pas seulement pour les procès criminels : une ordonnance de 1294 stipule que celui qui tient « prison pour catel (= bien meuble) » mais qui « ist de le prison et s’en va sans faire gret », sera banni trois ans de la ville comme « laron et comme fuitiu »72.

  • 73 Le cas des prisons abbatiales de Tournai est trop mal documenté pour être illustré ici.
  • 74 Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Le tribunal de l’officialité…, op. cit., p. 61-62. Ces compt (...)
  • 75 Il s’agit d’une formule consacrée, également utilisée dans l’officialité de Cambrai, voisine de Tou (...)

33Les juridictions ecclésiastiques fonctionnent différemment. Ceci n’a rien de spécifiquement tournaisien : l’officialité épiscopale et le tribunal capitulaire utilisent depuis le xiiie siècle la procédure romano-canonique qui tend à limiter voire abolir les peines corporelles au profit d’amendes pécuniaires, de pèlerinages, de bannissements, fustigation ou de mise à l’échelle – arsenal partagé avec les juridictions civiles –, mais aussi de peines de prisons73. Dans ces tribunaux d’église, la prison est donc utilisée en amont et en aval de la procédure, ce qui de facto augmente considérablement les besoins en espaces de détention, mais également la perception et le rôle des prisons. Cependant, dans les faits, les peines carcérales infligées par l’official sont fréquemment rachetées par les détenus aux xve et xvie siècles. Cette solution est doublement avantageuse pour l’évêque : ses prisons sont désengorgées et les sommes prélevées viennent alimenter les caisses du scelleur de l’officialité74. Les peines peuvent être assorties, dans les cas les plus graves et selon l’expression consacrée, d’un régime « au pain de douleur et à l’eau de tristesse75 ».

  • 76 Voir cet acte du roi de France, autorisant en 1360 le bailli du chapitre cathédral à convertir l’év (...)
  • 77 Par exemple en 1568, trois vicariots de la cathédrale, venus aux vêpres en état d’ébriété et ayant (...)
  • 78 ACT, Acta capituli, 2 octobre 1570 (dans la maison des vicariots), 8 octobre 1571 (dans la maison d (...)

34Les sources judiciaires du chapitre cathédral sont moins riches mais, du xive76 au début du xviie siècle77, il apparaît que les chanoines condamnent fréquemment à des peines de prison « au pain et à l’eau », pouvant durer de quelques jours à des peines perpétuelles, tout en autorisant parfois, en fonction des circonstances et de l’état du prisonnier, qu’il tienne prison à son domicile78. La cour féodale du trésorier capitulaire, par contre, semble s’aligner sur le fonctionnement des cours civiles.

  • 79 En 1542, la ville défend à quiconque « s'il n'a de quoy vivre de son patrimoine, de vagabonder dans (...)
  • 80 « Ce mesme jour, advint en nostre conclave qu'un bourgeois contestant une cause, donna un coup de p (...)
  • 81 Le 13 novembre 1570, Jean Descamps, « rocquetier » de Chercq, est puni pour avoir donné un « souffl (...)
  • 82 En 1590/1591, Jean Lortioir est condamné pour plusieurs « insolences » « a tenir prison a pain et e (...)
  • 83 Entre novembre 1570 et novembre 1572, la justice du bailliage voit défiler 177 personnes. La plupar (...)

35À partir du xvie siècle, cette pénalisation de l’enfermement semble déteindre progressivement sur les juridictions civiles. À cette époque en effet, la ville utilise la prison comme mesure de police contre le vagabondage79 ou pour l’enfermement de personnes « hébétées d’entendement » et donc susceptibles de présenter une menace pour la société. En 1610, les Consaux condamnent par exemple un bourgeois violent à une peine immédiate d’emprisonnement de deux jours « au pain et à l’eau »80, mesure certes temporaire d’isolement mais révélant la distillation de nouvelles pratiques pénales. Durant les années 1570-1572, la juridiction criminelle du bailliage recourt également à de courtes peines de prison « au pain et à l’eau » pour des délits mineurs et/ou pour des insolvables que l’on sait incapables de s’acquitter d’amendes trop élevées81. En 1590/1591, un individu est condamné pour plusieurs « insolences » « a tenir prison a pain et eauwe l’espace de huict jours »82. Ces peines de prison demeurent cependant anecdotiques au regard des autres sanctions prévues par la justice criminelle du souverain83.

  • 84 Certaines villes ont connu dès le xiiie siècle la pratique de la peine carcérale pour des catégorie (...)
  • 85 Sarah Auspert et Virginie Neuville, « Prison et réforme pénale à Namur aux temps des Lumières », in(...)

36Certes, les juridictions civiles tournaisiennes sont très loin d’emprunter alors la voie d’une pénalisation généralisée de l’enfermement, sinon pour les cas – déjà évoqués – de substitution à l’amende84. Dans ce sens particulier, la prison devient la peine du pauvre. Il n’empêche ; s’il faut attendre la réforme pénale de la fin du xviiie siècle pour que le système carcéral adopte le visage qu’on lui connaît aujourd’hui85, le xvie siècle marque une certaine inflexion des pratiques au sein des tribunaux civils.

37Ce changement se produit parallèlement à une évolution profonde du système pénal qui, à partir de la fin du xve siècle, glisse d’une justice essentiellement réparatrice et centrée sur la victime, vers une justice davantage répressive et exemplative, orientée sur le coupable. La punition publique des corps, l’usage de la torture, prennent des proportions inédites vers le milieu du xvie siècle, au cœur des guerres de religion et dans un contexte particulièrement insurrectionnel.

38Que peut-on en conclure des grandes évolutions connues par les différentes prisons tournaisiennes durant quatre siècles ? Les prisons sont nombreuses et fragmentées entre les différents détenteurs des droits de justice, qui font preuve de souplesse pour répondre – imparfaitement – à leurs besoins spécifiques d’enfermement. Diversité et multiplication des lieux de détention, concentration très relative, carence de moyens et de personnel, réaffectation de bâtiments existants assez peu sûrs, faible spécialisation, porosité avec la ville caractérisent la plupart des prisons tournaisiennes jusqu’en 1600. Chacun des acteurs judiciaires agit indépendamment mais requiert la collaboration d’autres niveaux de pouvoir si nécessaire. Les prisons s’adaptent ; elles suivent un parcours individualisé fait de petits travaux et de déménagements au gré des besoins et des moyens. Mais rien de comparable entre la situation d’une seigneurie-croupion telle que celle du trésorier du chapitre cathédral, qui accueille une poignée de prisonniers par an dans sa minuscule prison capitulaire, et les geôles de l’officialité épiscopale, de la commune du Tournai ou d’un bailliage royal compétent pour l’ensemble de la province et qui voient défiler des centaines de détenus.

39Le poids des conservatismes et des privilèges judiciaires reste très important au xvie siècle. Malgré l’évolution des rapports de force et l’emprise croissante de la juridiction du bailliage de Tournai-Tournaisis, manifestation du développement de l’État moderne, les prisons résistent à toute tentative de régulation, de modélisation et de rationalisation. Par leur place dans la procédure judiciaire, les lieux de détention s’intègrent d’ailleurs difficilement dans la théâtralisation de la justice et l’affirmation des pouvoirs locaux. L’incurie des prisons du bailliage jusqu’à la fin du xvie siècle est symptomatique du grand écart existant à cette époque entre les prétentions de cette institution provinciale et la réalité du terrain, faite de multiples déménagements et de petits arrangements, d’emprunts de prisons et de bricolages insuffisants pour garantir la sûreté et la salubrité des lieux.

40Du point de vue des prisonniers, la situation est loin de s’améliorer au xvie siècle, particulièrement troublé à Tournai. Les conditions de détention se dégradent même sensiblement et les peines carcérales, jusqu’alors largement réservées aux juridictions ecclésiastiques, se développent aussi dans l’arsenal répressif civil.

41Il serait extrêmement intéressant de poursuivre la radiographie du paysage carcéral tournaisien aux xviie et xviiie siècles, afin de voir si, passé le tumultueux xvie siècle, une certaine rationalisation se met en œuvre. Mais ceci sort du cadre de ce travail.

Haut de page

Bibliographie

Les références précises aux prisons mentionnées dans cet article se trouvent consignées dans le catalogue (Florian Mariage, « Ouvertes pour inventaire… », op. cit.).

Auspert Sarah et Neuville Virginie, « Prison et réforme pénale à Namur aux temps des Lumières », in Sarah Auspert, Isabelle Parmentier et Xavier Rousseaux (dir.) Buveurs, voleuses, insensés et prisonniers à Namur au xviiie siècle. Déviance, justice et régulation sociale au temps des Lumières, Namur, 2012, p. 115-147.

Beaulande-Barraud Véronique, « “Au pain de douleur et à l’eau de tristesse” : prison pénale, prison pénitentielle dans les sentences d’officialité à la fin du Moyen Âge », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset (dir.), Enfermements : le cloître et la prison, VIe-XVIIIe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 289-303.

Bourguignon Marie-Amélie, Dauven Bernard et Rousseaux Xavier (éd.), Amender, sanctionner et punir. Recherches sur l'histoire de la peine, du Moyen Âge au xxe siècle. Actes des journées d'études de Louvain-la-Neuve, 19-20 octobre 2009, Histoire, justice, sociétés, Louvain-la-Neuve, 2012.

Bozière Aimé-François-Joseph, Tournai ancien et moderne, Tournai, 1864.

Capelle Jean-Claude, « Quelques aspects des prisons civiles en Normandie aux xive et xve siècles », Archéologie médiévale, 1975, 5, p. 161-206.

Catalo Jean, « La tour de l’horloge du parlement de Toulouse », in Mathieu Vivas (dir.), (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne. Actes du colloque de Bordeaux, Scripta Mediaevalia, 35, Bordeaux, 2019, p. 67-84.

Chamot Cyrielle, « Auditoires de justice et prisons au xvie siècle : des obligations seigneuriales », in Cocula A.-M. et Combet M. (dir.), Châteaux et justice. Actes des Rencontres d'archéologie et d'histoire du Périgord, 28-30 septembre 2018, Scripta Mediaevalia, 37, Bordeaux, 2019, p. 39-50.

Charbonnier Pierre, « Les justices seigneuriales de village en Auvergne et Bourbonnais du xve au xviie siècle », in François Brizay, Antoine Follain et Véronique Sarrazin (dir.) Les justices de village. Administration et justices locales de la fin du Moyen Âge à la Révolution. Actes du colloque d'Angers des 26 et 27 octobre 2001, Rennes, PUR, Collection « Histoire », 2002, p. 93-108.

Charondas le Caron Louys (éd.), Somme rural ou le grand coustumier general de practique civil et canon, composé par M. Jean Bouteiller…, Paris, 1603.

Claustre Julie, Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, 2007.

Claustre Julie, « La prison de “desconfort”. Remarques sur la prison et la peine à la fin du Moyen Age », in La prison, du temps passé au temps dépassé, Paris, 2012, p. 19-44.

Claustre Julie, « Les règlements de geôle médiévaux. Jalons pour l’étude d’un genre », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Élisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), Enfermements : Règles et dérèglements en milieu clos (ive-xixe siècle), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2015, p. 63-87.

D’Herbomez Armand, Histoire des châtelains de Tournai de la maison de Mortagne, Tournai, Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 24-25, 1895.

Deléhouzée Laurent, « La place des portails dans la chronologie du chantier roman de la cathédrale de Tournai », in Françoise Duperroy et Yves Desmet, Les portails romans de la cathédrale Notre-Dame de Tournai. Contextualisation et restauration, Études et documents. Monuments et sites, 12, Namur, 2015, p. 17-29.

De Nédonchel Georges, Des anciennes lois criminelles en usage dans la ville de Tournai, et principalement des condamnations à mort, depuis l'année 1313 jusqu'au mois de juillet 1553, Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 9, Tournai, 1867.

Dupont-Bouchat Sylvie, « L’invention de la prison moderne », in La Belgique criminelle : droit, justice, société (xive-xxe siècles), université catholique de Louvain. Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres. Temps et espaces, 5, Louvain-la-Neuve, 2006.

Duvosquel Jean-Marie (dir.), Tournai-Tournaisis. Institutions religieuses, villes et villages, Albums de Croÿ, 11, Bruxelles-Crédit communal de Belgique, 1991.

Foucart Jacques, Une institution baillivale française en Flandre : la gouvernance du souverain bailliage de Lille - Douai - Orchies, Mortagne et Tournaisis, Bibliothèque de la Société d'histoire du droit des pays flamands, picards et wallons, 12, Lille, 1937.

Foucault Michel, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

Fukuda Maki, « Les lieux de l’exécution publique et la ville. Le cas de Lille, de l’Ancien Régime au xixe siècle », Urbanités, 5, mai 2015, en ligne : https://www.revue-urbanites.fr, consultée le 29 novembre 2020.

Gachard Louis-Prosper, « Extraits des registres des consaux de Tournai (1472-1490, 1559-1572, 1580-1581) suivis de la liste des prévôts et des mayeurs de cette ville depuis 1667 jusqu'en 1794 », Bulletins de la Commission royale d'histoire, 1ere série, 1846, 11, p. 327-473.

Gauvard Claude, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne. Histoire ancienne et médiévale, 24, 2 vol., Paris, 1991.

Guenée Bernard, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (v. 1380-v. 1550), Strasbourg, Publications de la Faculté des Lettres de l'Université de Strasbourg, 144, Paris, 1963.

Hennebert Frédéric, Kalendrier des guerres de Tournay (1477-1479) par Jean Nicolay, publié d'après un manuscrit de la bibliothèque de Paris ; suivi d'appendices, d'un index général et de notes, Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 2-3, Tournai, 1853-1856.

Hennebert Frédéric, Mémoires d'eschevin de Tournay […] par Philippe de Hurges […], Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 5, Tournai, 1855.

Hennebert Frédéric, « Extraits d'anciens comptes (xive et xve siècles) », Bulletins de la Société historique et littéraire de Tournai, 1858, 5, p. 61-228.

Heullant-Donat Isabelle, Claustre Julie et Lusset Élisabeth (dir.), Enfermements. Le cloître et la prison (vie-xviiie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Heullant-Donat Isabelle, Claustre Julie, Lusset Élisabeth et Breitschneider Falk (dir.), Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (ive-xixe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

Hocquet Adolphe, Tournai et le Tournaisis au xvie siècle, au point de vue politique et social, Mémoires de l'Académie royale de Belgique, Classe des Lettres, in-4°, 1, Bruxelles, 1905.

Hurel Daniel-Odon, « De la règle de saint Benoît à la pratique règlementaire pénitentielle chez les bénédictins et bénédictines des xvie-xixe siècles : traductions, relectures et interprétations », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Élisabeth Lusset et Falk Bretschneider (dir.), op. cit., 2015, p. 189-211.

Lusset Élisabeth, Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (xiie-xve s.). Disciplina monastica 12, Turnhout, Brepols, 2017.

Mariage Florian (coord.), Desmaele Bernard et Cauchies Jean-Marie (dir.), Les institutions publiques régionales et locales en Hainaut et Tournai/Tournaisis sous l'Ancien Régime, Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Miscellanea archivistica studia, 119, Bruxelles, 2009.

Mariage Florian, Bailli royal, seigneurs et communautés villageoises. Jeux et enjeux de pouvoirs en Tournaisis de la fin du xive à la fin du xvie siècle, Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Studies in Belgian History 1, Bruxelles, 2015.

Mariage Florian, « Ouvertes pour inventaire. Les prisons de Tournai à la fin du Moyen Âge », Criminocorpus [en ligne], 2020. URL : https://criminocorpus.org/fr/ref/113/4959/

Mariage Florian, « Dispersion, collaborations, concurrences ? Juridictions et prisons à Tournai à la fin du Moyen Âge (c. 1300-1600) », in Les espaces carcéraux au Moyen Âge : approche interdisciplinaire des territoires et des matérialités de l’incarcération médiévale (collection Scripta Mediaevalia), Bordeaux, Éditions Ausonius, à paraître en 2021.

Mathieu Isabelle, « Prisons et prisonniers en Anjou au bas Moyen Âge », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 2005, 112/1, p. 147-169.

Moreau Gérard, Histoire du protestantisme à Tournai à la veille de la Révolution des Pays-Bas, Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres de l'Université de Liège, 167, Paris, 1962.

Nikichine Marie, La justice échevinale, la violence et la paix à Douai (fin xiie-fin xve siècle), Thèse de doctorat en histoire à l'Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 2011.

Pinchart Alexandre, Mémoires de Pasquier de la Barre et de Nicolas Soldoyer pour servir à l'histoire de Tournai, 1565-1570, 2 t., Bruxelles, 1859-1865.

Pycke Jacques, Les documents du Trésor des chartes de la cathédrale de Tournai relatifs aux relations économiques et juridiques entre le chapitre cathédral et la commune de Tournai au Moyen Age (716-1386), Tournai - Art et histoire. Instruments de travail, 20, Tournai - Louvain-la-Neuve, 2012.

Rolland Paul, « À quels baillis ont ressorti Tournai et le Tournaisis durant le xiiie siècle ? », Revue du Nord, 1927, 13, p. 249-274.

Rolland Paul, « Les deux premiers baillages du Tournaisis (1319, 1320) et le premier baillage de Tournai (1320). Construction à l'histoire du baillage royal de Lille-Douai-Tournai », Revue du Nord, 1928, 14, p. 245-270.

Rolland Paul, Les origines de la commune de Tournai, Bruxelles, M. Lamertin, 1931.

Vandenbroeck Henri, Extraits analytiques des anciens registres des Consaux de la ville de Tournai (1385-1422), Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 7, Tournai, 1861.

Vandenbroeck Henri, Extraits des anciens registres aux délibérations des Consaux de la ville de Tournai (1422-1430), Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 8, Tournai, 1863.

Verriest Léo, « Institutions judiciaires de Tournai au xiiie siècle. Les registres de justice, dits registres de la Loi », Annales de la Société historique et archéologique de Tournai, nouv. sér, 1905, 9, p. 281-404.

Verriest Léo, « Le registre de la Loi de Tournai de 1302 et la liste des otages de Bruges (1301) et de Courtrai », Bulletins de la Commission royale d'histoire, 1911, 80, p. 369-527.

Verriest Léo, Coutumes de la ville de Tournai, Recueil des anciennes coutumes de la Belgique, t. 1, Bruxelles, Gœmære, 1923.

Vleeschouwers-Van Melkebeek Monique, Compotus sigilliferi curie Tornacensis. Rekeningen van de officialiteit van Doornik. 1429-1481, Commission royale d'histoire, 3 vol., Bruxelles, 1995.

Vleeschouwers-Van Melkebeek Monique, « Oude wijn in nieuwe zakken. Bisschop Maximiliaan Morillon’s reglement van de officialiteit van Doornik 1582-1586 », Bulletin de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique, 2003, 44, p. 7-57.

Vleeschouwers-Van Melkebeek Monique, Le tribunal de l’officialité de Tournai et les comptes du scelleur (1483-1531). Introduction, édition et traduction française, Tournai – Art et histoire. Instruments de travail, 28, 2 vol., Tournai, 2016.

Voisin Charles-Joseph, « Le trésorier et le trésor de la cathédrale de Tournai », Bulletins de la Société historique et littéraire de Tournai, 1866, 11, p. 287-350.

Warichez Joseph, La cathédrale de Tournai et son chapitre, Wetteren, De Meester, 1934.

Haut de page

Notes

1 Rive gauche, la commune de Tournai dispose depuis sa création vers 1145 d’un échevinage unique, dit de la Cité ; rive droite, elle complète les droits seigneuriaux de l’échevinage de Saint-Brice en faisant l’acquisition de la seigneurie du Bruille (châtelain de Tournai) puis de celle de Saint-Jean des Chauffours (abbaye de Saint-Amand), empiétant de la sorte sur le comté de Flandre et le comté de Hainaut. Malgré l’absence d’une fusion des échevinages, cette situation met alors la commune de Tournai dans une situation de monopole échevinal rare dans les anciens Pays-Bas et le nord du royaume de France, où la féodalisation a souvent conduit à l’émiettement des droits seigneuriaux et la multiplication des enclaves, en ce compris dans un contexte urbain.

2 Il faudrait ajouter les droits de l’avoué judiciaire de Tournai. Cet ancien féodal de la seigneurie épiscopale de Tournai a conservé certaines prérogatives judiciaires après l’abandon par l’évêque de ses droits seigneuriaux sur la commune en 1188, et jusqu’en 1321 (Paul Rolland, Les origines de la commune de Tournai, Bruxelles, 1931, p. 90-92 et 230).

3 Le catalogue des prisons de Tournai, avec un état de la question et toutes les références utiles, est publié dans Florian Mariage, « Ouvertes pour inventaire. Les prisons de Tournai à la fin du Moyen Âge », Criminocorpus, 2021. URL : https://criminocorpus.org/fr/ref/113/4959/. Nous renvoyons ici à la numérotation de cet inventaire (inv. 1-22) pour ne pas multiplier inutilement les notes infrapaginales. Les prisons du bailliage sur la Grand-Place, celles du beffroi, de la cathédrale et de la tour Henri viii font l’objet d’une fiche descriptive et illustrée dans la base « HUGO» (https://hugo.criminocorpus.org – mise en ligne le 30/9/2020). Enfin, les relations entre les différents acteurs judiciaires sont évoquées dans Florian Mariage, « Dispersion, collaborations, concurrences ? Juridictions et prisons à Tournai à la fin du Moyen Âge (c. 1300-1600) », in Les espaces carcéraux au Moyen Âge : approche interdisciplinaire des territoires et des matérialités de l’incarcération médiévale (collection Scripta Mediaevalia), Bordeaux, Editions Ausonius, à paraître en 2021.

4 Voir bibliographie infra. On pointera particulièrement les synthèses et actes suivants : Enfermements. Le cloître et la prison (vie-xviiie siècle) (2011) ; Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (ive-xixe siècle) (2015) ; (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne (2019) ; Châteaux et justice (2019) ; Les espaces carcéraux au Moyen Âge.., op. cit. (à paraître en 2021).

5 Par exemple à Toulouse (Jean Catalo, « La tour de l’horloge du parlement de Toulouse », in Mathieu Vivas (dir.), (Re)lecture archéologique de la justice en Europe médiévale et moderne. Actes du colloque de Bordeaux, Scripta Mediaevalia, 35, Bordeaux, 2019, p. 67-84), à Douai (Marie Nikichine, La justice échevinale, la violence et la paix à Douai (fin xiie-fin xve siècle), Thèse de doctorat en histoire à l'Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 2011, passim) ou en Normandie (Jean-Claude Capelle, « Quelques aspects des prisons civiles en Normandie aux xive et xve siècles », Archéologie médiévale, 1975, 5, p. 161-206).

6 Ces différents aspects liés aux lieux d’exécution seront traités dans un article à paraître en 2021 : « Pour correction des meschans et terreur des aultres » : le patrimoine judiciaire d’Ancien régime en Tournaisis.

7 Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural ou le grand coustumier general de practique civil et canon, composé par M. Jean Bouteiller…, Paris, 1603, p.711.

8 En 1332, un des articles de l’arrêt du Parlement de Paris supprimant la commune précise l’ignominie d’avoir placé le représentant du roi dans la basse fosse du beffroi : « Item, qu'ils firent prendre Roger d'Halennes, quy avoit esté nostre bailly de Tournesis et quy estoit encor prevost de ressort, et le firent mettre dans la fosse là où l'on mette les meurtriers quand ils sont jugés (…) » ; par ailleurs les communiers s’éteint emparés du lieutenant du bailli : « ils le menèrent en prison fermée et le tindrent par une grande espace de temps, un quarcan pendu à son col du poids de cent livres, afin qu'il ne puisse échapper de leur dite prison […] » (Jacques Pycke, Les documents du Trésor…, op. cit., p. 312-314).

9 D’après Pinchart, cette prison était aussi destinée aux « délits de peu d'importance ; dans les cas urgents, et avec l'autorisation du grand prévôt, on y renfermait des criminels » (Alexandre Pinchart, Mémoires de Pasquier de la Barre et de Nicolas Soldoyer pour servir à l'histoire de Tournai, 1565-1570, t. 2, Bruxelles, 1865, p. 14, 247, 348).

10 Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit., p. 711.

11 En 1451, Jacques Alegambe, accusé de détournement de registres, est mis en prison au beffroi. Réclamé comme clerc par l'official, on déclare qu'il n'est pas accusé criminellement, mais pour simple fait civil, et on le fait transférer à la prison civile de la porte des Maulx, pour continuer à instruire son affaire (Louis-Prosper Gachard, « Extraits des registres des consaux de Tournai (1472-1490, 1559-1572, 1580-1581) suivis de la liste des prévôts et des mayeurs de cette ville depuis 1667 jusqu'en 1794 », Bulletins de la Commission royale d'histoire, 1ere série, 1846, 11, p. 156).

12 Au beffroi, 1391 ; porte des Maux, 1420 ; porte de Marvis, 1477 ; tour de France, 1569.

13 En avril 1571, un prisonnier de la « Tennerye » à Tournai, s’en échappe après avoir « faict ouverture d’icelle par la cheminée ». Il est banni perpétuellement du bailliage de Tournai-Tournaisis (AGR, CC 46001).

14 En 1420, Jean de Waudripont est emprisonné à la porte des Maux, fait un feu de charbon et faillit mourir (Henri Vandenbroeck, Extraits analytiques des anciens registres des Consaux de la ville de Tournai (1385-1422), Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 7, Tournai, 1861, p. 219-222).

15 En 1609/1610, payement à Simon Dallenchon, cépier des « prisons de la tour du Belfroit » pour « des breses qu’il at acheté et livré aux prisonniers ayans esté aulcuns d’iceulx détenus es prisons dudit belfroit pour eux chauffer durant l’hiver » (AGR, CC40025, fol. 156 v°) ; en 1637/1638, à Jacques Caillebert cépier des prisons de la Tannerie, pour livraison de « brezes pour chauffer lesdits prisonniers » (AGR, CC40052, fol. 94 v°).

16 En 1423, Jean Blarie reçoit l’office de tourage du beffroi ; « il veillera, promet-il, avec vigilance à la garde des détenus ; il pourvoira les prisons de lits et d'autres meubles nécessaires, de manière à ne donner lieu à aucune plainte ; il ne touchera qu'un salaire juste et raisonnable » (Vandenbroeck 1863, p. 56 et 64). En 1425, le tourier de la porte des Maux est remboursé « pour le lit dudit Andrieu [de le Prée] et les wardes d'icelui qui lui ont administré ses nécessitez le terme de viii sepmaines, 110 s. » (Henri Vandenbroeck, Extraits des anciens registres aux délibérations des Consaux de la ville de Tournai (1422-1430), Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 8, Tournai, 1863, p.167). En 1477/1478, l’incendie de la porte de Marvis part d’un feu « mis et bouté en leurs littieres et estrains » (Frédéric Hennebert, Kalendrier des guerres de Tournay (1477-1479) par Jean Nicolay, publié d'après un manuscrit de la bibliothèque de Paris ; suivi d'appendices, d'un index général et de notes, Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 3, Tournai, 1856, p. 389). Payement effectué en 1552/1553, à Guillaume de Montrobert, « naghaires ceppier de la porte Prime apresent demolye, pour une couche et lict que […] ebeté d’entendement du tout deschiré et rompu lors estans prisonnier » : 7 lb 16 s. (AGR, CC39970, fol. 60 r°). En 1562/1563, payement « A Pierre Bouchart bateur en la grange de dixmes de chapitre pour avoir livré et porté au chasteau de Tournay demy quartrons de bouges de poixa (?) et demy quatrons de garbes pour servir a couchez les prisonniers estans en bon nombre es prisons dudit chasteau 19 s. Fl., portent icy : 9 s. 6 d. » (ADN, B13082, fol. 114 v°). En avril 1572, des charpentiers sont payés « a faire et mectre appoint les couches des prisons assavoir le trou Myosche, le trou des Traictres et a la grosse thour, chacun une demi journée » (ADN, B13087, fol. 165 r°). La semaine du 18 février 1573 n. st., un laboureur livre « aux necessité des prisonniers estant en la basse et hault thour, deux cent d’estrain » (ADN, B13087, fol. 169 r°).

17 En 1562/1563, un tonnelier livre quatre seaux « de noeuf bois servant a mettre es prisons du chasteau pour s’en servir de basse chambre » et « pour ung cuvier » : 21 s. (ADN, B13082, fol. 113 r°).

18 Par exemple en 1396, frais de vidange des latrines, des « privés des prisons de Pipenie et Tieng le bien » et pour avoir jeté les immondices dans les fossés de la ville (Frédéric Hennebert « Extraits d'anciens comptes (xive et xve siècles) », Bulletins de la Société historique et littéraire de Tournai, 1858, 5, p. 86). En 1585/1586, pour les prisons de la Grand Place : « A Maturin Desaerain a esté payé la somme de vingt cinq livres Flandres a quoy porte les despens d’avoir widé mil cuvelles de matière hors de la basse chambre de la maison où l’on tient les prisonniers du roy en la ville de Tournay […] » (ADN, B1309, fol. 136 r°). 

19 Les frais extraordinaires supportés par les geôliers de la commune pour les insolvables sont inscrits dans la rubrique des frais de justice, précisant systématiquement l’identité des prisonniers, le nombre de jours, le tarif journalier et le lieu de détention (par exemple en 1545/1546 : AGR, CC 39963, fol. 85 r°). Au sein de l’officialité épiscopale, les coûts d’emprisonnements des insolvables sont à charge de l’évêque et d’un des trois archidiacres selon une tarification définie (Tournai, Gand, Bruges) (Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Le tribunal de l’officialité de Tournai et les comptes du scelleur (1483-1531). Introduction, édition et traduction française, Tournai – Art et histoire. Instruments de travail, 28, 2 vol., Tournai, 2016, p. 62). Il faut cependant noter le cas particulier de peines de prisons « au pain et à l’eau », indépendantes de la capacité des prisonniers à subvenir ou non à leurs frais de bouche.

20 Le 19 septembre 1477, des prisonniers de la porte de Marvis « avoyent recovuré du feu et icellui mis et bouté en leurs littieres et estrains pour ardoir et purgier le vermet estant dedens » (Frédéric Hennebert, Kalendrier […], op. cit., p. 389). En 1562/1563, Noel de le Croix est rémunéré « pour avoir pareillement livré certaine quantité d’encens pour enfumer les prisons du chasteau estant fort humides et mal sentantz où l’on mist aulcuns prisonnniers aprehendez pour heresies » : 14 s. 3 d. (ADN, B13082, fol. 114 r°).

21 En avril 1572, des manouvriers sont rétribués pour avoir « espingié l’eau hors les prisons du trou Myosche, le trou des Traictres et porté en icelles des groyses et cendres pour hauschier icelle pour mettre prestement les bannis, sacrilièges et volleurs » (ADN, B13087, fol. 165 v°).

22 Acte capitulaire du 24 février 1651 (ACT): « Attento quod inferior locus carceris ordinarius, in quo solent detineri suppositi delinquentes huius ecclesie sit valde squallidus, tetricus et insalubris […] ».

23 Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit. p. 711.

24 En 1399, Gilliars Lebrun, amené de la porte Ferrain (où il était emprisonné) vers la halle des Consaux, y est interrogé puis incarcéré, mais il tombe malade ; « il apportèrent ledit Gilliart en le nuefve salle de ledite halle et l’assirent au feu pour cause de maladie qui lui estoit survenue en le prison de Tien le bien, où il avoit esté par aucun temps et après ce que il fu revenus à santé le remirent en ledite prison de Pipenie » (Frédéric Hennebert « Extraits d'anciens comptes… », op. cit., p. 190-191).

25 En 1425, le prisonnier de la porte des Maux Andrieu de le Prée a le poing coupé par la « justice » de la commune ; il demeure en prison mais reçoit des soins particuliers et une « mesquine » l’assiste durant 55 jours. L’ensemble des frais payés par la ville monte à la somme considérable de 24 lb (Henri Vandenbroeck, Extraits des anciens registres (…), op. cit., p. 167). En 1570,  Pierre de Flamecourt dit Petit Abbé, emprisonné par les officiers du bailliage, est « curé, sané et ghery […] de certaine playe et bleschure que luy avoit esté [donnée] par les officiers de Sa Majesté », avant qu’il ne soit finalement pendu, le 29 janvier 1571. Il en va de même pour Marc Wisme, blessé, emprisonné et soigné, puis exécuté le 19 février 1571 (ADN, B13086, fol. 136 v°-139 v°).

26 En 1572, François du Sart décède en prison d’une blessure à la tête, peu avant son exécution (ADN, B13087, fol. 111 r°).

27 Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Compotus sigilliferi curie Tornacensis. Rekeningen van de officialiteit van Doornik. 1429-1481, Commission royale d'histoire, Bruxelles, 1995, vol. 1, n°1948 (1447).

28 Notamment « pluiseurs parties et sortes de bois pour refectionner et remectre a poinct les caiges et gueolles estans en la maison et charge du prevost dudit chasteau affin de s’en servir de garde et prison des prisonniers estans illecq soubz sa Majesté, assavoir de 437 pieds d’asselles de blan bois […], 121 piedt de bois de chaisne […], 175 pied d’asselles de bois de chaisnes soyez sur ung poche d’espez […] » (ADN, B13087, fol. 173 r°-176 r°).

29 D’après Pasquier de le Barre « Tous ces jours on charioit continuellement au chasteau les bois quy estoient commenchez à apprester pour la construction des temples que ceulx de la nouvelle religion avoient encommenchez, lesquelz bois au lieu de servir ausdis temples furent dédiez et employez à faire des prisons et ghayolles servans à emprisonner les délincquans et malfaiteurs, voires aulcunes pièches desdis bois furent employées à faire des gibets ou potentes, ausquelles furent attachez et pendus aulcuns de ceulx de ladicte religion nouvelle » (Alexandre Pinchart, Mémoires de Pasquier de la Barre…, op. cit., p. 83 ; voir aussi le témoignage de Nicolas Soldoyer à ce sujet, p. 259). « Les cachots officiels ne suffirent bientôt plus et, dérision cruelle, avec le bois destiné à l'achèvement du temple calviniste de la porte Cocquerel, les commissaires firent construire des « caiges ou gayolles » et y incarcèrent le trop-plein des prisonniers sans abri au Château. Si nombreuses étaient les arrestations, que ces geôles elles-mêmes furent insuffisantes, et l'on s'adressa à certains particuliers, qui, pour un patar par jour, se chargèrent de maintenir sous clés, chez eux, les calvinistes qu'on leur confiait » (Adolphe Hocquet, Tournai et le Tournaisis au xvie siècle, au point de vue politique et social, Mémoires de l'Académie royale de Belgique, Classe des Lettres, in-4°, 1, Bruxelles, 1905, p. 170).

30 Les prisons de la ville et du château regorgent alors de prévenus (Hocquet 1905, p. 108). En 1567, des réparations urgentes sont réalisés à la tour de France « craindant la fuite des prisonniers quy tourneroit au grand regret et scandale de justice » (ADN, B13085, fol. 87 r°-89 v°).

31 D’après le gouverneur de Tournai Floris de Montmorency, ces prisons sont, au milieu du xvie siècle : « horribles, épouvantables et remplies de vermine » (Adolphe Hocquet, Tournai et le Tournaisis…, op. cit., p. 114). Cette période correspond à une inflation de la règlementation visant à mieux encadrer les conditions de détention et limiter les abus. L’importante réforme criminelle de 1570 mise en œuvre dans l’ensemble des cours provinciales des Pays-Bas vise notamment à mieux baliser l’action des geôliers « vu que prisons sont pour la garde et non pour supplice » (AET, Conseil provincial de Tournai-Tournaisis, 10, fol. 14 r°-34 r°). La répétition de ces impositions éclaire sans doute par la négative que le sort des prisonniers était loin de s’améliorer (Cyrielle Chamot, « Auditoires de justice et prisons au xvie siècle : des obligations seigneuriales », in  A.-M. Cocula et M. Combet (dir.), Châteaux et justice. Actes des Rencontres d'archéologie et d'histoire du Périgord, 28-30 septembre 2018, Ausonius Editions - Scripta Mediaevalia, 37, Bordeaux, 2019, p. 39-50, p. 46-47). 

32 La torture et la table associée (« gehinne ») apparaissent dans nos sources en 1521/1523 pour la justice du bailliage (ADN, B 13055, fol. 67 r°-v° et 72 r°-v°) mais seulement en 1599/1600 pour la ville (AGR, CC 40016, fol. 136 r°).

33 En 1567 : « Pour ce que ceulx quy estoient détenus prisonniers au chasteau, qui estoient en grand nombre, tumboient en excessive despence, tant à cause du sallaire des soldats ausquelz ilz estoient baillez en garde que pour la despence et gouverne d'iceulx, de sorte que les aulcuns desdis prisonniers en estoient à une libvre de gros par jour, ou peu plus ou moins, sur remonstrance quy en fut faicte à monseigneur le conte du Roelx, fut mis ordre à ladicte despence excessive et ordonné que lesdis prisonniers ne seroient tenus de gouverner leursdictes gardes, ains payeroient seullement 6 pattars par chascune journée à chascune desdictes gardes » (Alexandre Pinchart, Mémoires de Pasquier de la Barre…, op. cit., p. 84).

34 ADN, Série C. Intendance, 14529.

35 En 1414, les amis de Jean de Hornut requièrent au Consaux sa mise en liberté vu qu’il est fils de bourgeois et retenu prisonnier depuis plus de huit jours (Henri Vandenbroeck, Extraits analytiques…, op. cit., p 116). À Douai, au xiiie comme au xve siècle, le châtelain puis son successeur en droit - le bailli - ne peuvent non plus emprisonner de leur propre autorité des bourgeois sans en référer aux échevins (Marie Nikichine, La justice échevinale…, op. cit., p. 84, 126 et 200).

36 En 1395, l’évêque réclame la restitution par la ville de trois usuriers détenus dans les prisons de la ville, sous prétexte que ces prisonniers étaient clercs ; les Consaux refusent et sont résolus à soutenir un procès contre l’official si nécessaire (Henri Vandenbroeck, Extraits analytiques…, op. cit., p 24).

37 En 1422, le bailli royal fait emprisonner Jacques de Vatennes, qui se prétend clerc mais n’a aucune trace de tonsure ; on envisage un projet de translation dans les prisons de l’évêque (Henri Vandenbroeck, Extraits analytiques…, op. cit., p 252-253).

38 Albert D’haenens, « Le « Tractatus de Consuetudinibus » de Gilles li Muisis (1347) », Bulletin de la Commission royale d'histoire, 124, p. 184.

39 « […] à fin que s’aucun prisonnier eschappoit pour civil, qu’il puist respondre à partie » (Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit., p. 712).

40 L’absence de règlements de geôles tournaisiens tient sans doute en grande partie à la mauvaise conservation des archives judiciaires locales. À titre de comparaison, voir les exemples de Cambrai et Lille, mieux documentés (Julie Claustre, « Les règlements de geôle médiévaux. Jalons pour l’étude d’un genre », in Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk Breitschneider (dir.), Enfermements II..., op. cit., p. 63-87). Tournai et le Tournaisis sont terres de coutumes écrites ; l’un des plus célèbres juristes de la fin du xive siècle, Jean Bouteiller, était actif au sein du bailliage royal de Tournai-Tournaisis ; il a laissé plusieurs paragraphes sur les règles carcérales où il insiste sur la probité des geôliers, le bon entretien et les droits des prisonniers (Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit., p. 710-713). En France, le xvie siècle marque une inflation importante de la règlementation carcérale royale, allant dans le sens d’obligations imposées aux juridictions locales, notamment quant à la salubrité des lieux (Cyrielle Chamot, « Auditoires de justice…, op. cit., p. 46-47). Il est intéressant de noter que les geôliers tournaisiens – à tout le moins ceux de la commune – sont des « fermiers » qui versent un bail à l’institution qui les emploie, et non des officiers « gagés ». Cette différence est fondamentale en termes de contrôle ; elle est source de beaucoup d’arbitraire et d’abus de la part des gardiens, qui vivent en grande partie sur le dos des prisonniers. La question du personnel affecté aux prisons mériterait des développements complémentaires, cependant hors du présent sujet.

41 Maki Fukuda, « Les lieux de l’exécution publique et la ville. Le cas de Lille, de l’Ancien Régime au xixe siècle », Urbanités, 5, mai 2015 (Revue en ligne : https://www.revue-urbanites.fr, consultée le 29 novembre 2020).

42 ADN, B13085, fol. 87 r°-89 v°. En 1567, quatre prisonniers s’échappent de la tour de France. En mars 1568, dix autres prisonniers fuient par l’ouverture de la fosse d’aisance qui aboutissait dans les fossés de l’enceinte.

43 En 1447 et 1480, à l’officialité épiscopale (Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Compotus sigilliferi…, op. cit., vol. 1, n° 4330; vol. 2, n° 15329). En 1573 les prisonniers français détériorent la « rayère » de la Grosse tour en tentant de s’en échapper (ADN, B13088, fol. 216 r°-v°).

44 Le chanoine récidiviste Simon Lourdiel s’échappe à trois reprises des prisons de l’abbaye de Saint-Nicolas des Prés en 1451 (Élisabeth Lusset, Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (xiie-xve s.). Disciplina monastica 12, Turnhout, Brepols, 2017, p. 309-310).

45 Payements en 1471 pour la « reparatione et fortificatione prisonie Carterelle quam ruperant quinque prisonarii in ea existentes et aufugerant » (Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Compotus sigilliferi…, op. cit., vol. 2, n° 8864) ; en 1511/1512 à la porte de la prison « Oubliette » et en 1528 à la « Sale Bastarde » (Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Le tribunal…, op. cit., n°18792 et 23425).

46 Le 13 juillet 1571, Vinchent de Hayemasure, garde et cépier du beffroi de Tournai, est condamné par le bailli de Tournai-Tournaisis pour négligence dans son office. En charge de la garde de Jean Meurin, il l’a laissé converser avec les autres prisonniers et même parfois permis de sonner la cloche de la porte (!) ; il a transporté le prisonnier d’une prison à l’autre sans le congé du bailliage ; il lui a donné un « cousteau à pointe rompue pour trencher leur viande », au moyen duquel Jean Meurin et trois autre prisonniers « ont syez les barreaux de certaine treille de fer estant en une fenestre de ladite prison regardant sur le marché de ceste ville, tellement que la nuict du Saint Sacrement dernier vers les deux heures du matin vous seroit eschapé ledit Jehan Meurin au moyen de ses linchoeux descoupez en bendes (lesquelz deu avoir retirez) et s’estoit deu allez jusques au sol dudit belfroit par ladite fenestre, le tout par vostre grand faulte et negligence ». Le gardien est interdit d’exercer tout office de justice et banni du bailliage et du comté de Flandre durant six ans (AGR, CC 46001).

47 Le 24 février 1571, Gilles Desmestoes d’Evregnies est banni perpétuellement par défaut ; arrêté pour homicide, emprisonné en la prison de la « Tennerye » à Tournai, il s’en était échappé après avoir « faict ouverture d’icelle par la cheminée » (AGR, CC 46001).

48 « Richard du Maretz, geolier du beffroi à l'époque de la fuite des dits prisonniers, fut élargi sous caution, le 14 avril 1568, les charges contre lui n'ayant pas alors été trouvées suffisantes. Mais le 3 juin suivant, il fut banni pour douze ans, ainsi que Arnould Bruneau, geôlier de la tour de France, qui avait laissé s'échapper deux prisonniers « des plus chargez », le jour du Jeudi-Saint, et Olivier Marchant, trompette du beffroi, mentionné dans le récit de N. Soldoyer » (Alexandre Pinchart, Mémoires de Pasquier de la Barre…, op. cit., p. 279)

49 En 1385, Gérard Colemer, sergent de la ville, est démis de ses fonctions pour avoir, par négligence, laissé s’évader de la prison dont il avait la clef Martin Hanoque (Henri Vandenbroeck, Extraits analytiques…, op. cit., p. 5). En 1572/1573, Nicolas Saudoyer devient cépier des prisons de la Tannerie « au lieu de Boiseux qui en auroit esté privé » (AGR, CC39990, fol. 58 r°). En 1576, le chapitre cathédral doit rappeler aux « clochemans » chargés de la surveillance des prisonniers du chapitre l’interdiction de laisser circuler librement ces derniers hors de la prison, dans la cathédrale (ACT, Acta capituli, 3 juillet 1576). À la même époque (1582-1586), l’évêque renouvelle les obligations incombant au « cépier » des prisons de l’officialité (Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, « Oude wijn in nieuwe zakken… », op. cit., p. 54-55).

50 Le 19 janvier 1571, Vinchent de Werpe, manouvrier de Pecq, est condamné par le bailli de Tournai-Tournaisis, pour avoir porté un message d’un prisonnier du beffroi (Pierre de Flamecourt dit Petit abbé) à sa femme, et avoir tenu des propos injurieux contre la justice (AGR, CC 46001).

51 En 1573 : « A Jehan Collet pour avoir faict ung cassiz de fer remply et entrelaschyé de fil d’achar aians 28 piedz en quarrure à 5 s. Flandres le piedz [...] et icellui chassys mettre sur barbaquenne de la fenestre de la grosse tour affin que les prisonniers ne puissent recevoir ny baillier aulcunes lettres portant icy : 3 lb 10 s. » (ADN, B13088, fol. 215 v°).

52 A Douai au xve siècle, seules les visites des proches sont autorisées (Marie Nikichine, La justice échevinale…, op. cit., p. 491).

53 Ordonnances du 2 janvier 1289 n. st. et 1er mai 1294 (Léo Verriest, Coutumes de la ville de Tournai, Recueil des anciennes coutumes de la Belgique, t. 1, Bruxelles, 1923, n°100, p. 217 et n°134, p. 218). En 1420, Jehan de Waudripont emprisonné à la porte des Maux peut sortir de prison moyennant versement d’une caution de mille moutons, la garde par une « mesquine » (servante) et deux sergents, sous la surveillance du prévôt de la commune et qu’ « au viespre [il soit] renfrumé en le cambre et prison où Maistre Jaques Coure fu ». En 1421, le bailli de Tournai réclame le prisonnier pour le mener à Maire, ce que refuse la ville (Henri Vandenbroeck, Extraits analytiques…, op. cit., p. 219-222).

54 Ce confinement est alors garanti par des attestations trimestrielles du curé de la paroisse. Voir ces condamnations du 28 février, 4 et 26 mars 1572, pour deux ans (ADN, B20011, n° 19613).

55 Georges De Nédonchel, Des anciennes lois criminelles en usage dans la ville de Tournai, et principalement des condamnations à mort, depuis l'année 1313 jusqu'au mois de juillet 1553, Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 9, Tournai, 1867, p. 23 ; Léo Verriest, « Institutions judiciaires de Tournai au xiiie siècle. Les registres de justice, dits registres de la Loi », Annales de la Société historique et archéologique de Tournai, nouv. sér, 1905, 9, p. 286.

56 Juridiction royale (bailliage) ou seigneuriale : Florian Mariage, Bailli royal, seigneurs et communautés villageoises. Jeux et enjeux de pouvoirs en Tournaisis de la fin du xive à la fin du xvie siècle, Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Studies in Belgian History 1, Bruxelles, 2015, p. 172-173, 177, 294-295.

57 Sentence de Gossuin de Lannoy, bailli de Tournai, du 5 mars 1420, à l’encontre de divers voleurs de bois à Rumes, condamnées « envers le roy nostre sire en quinze livres parisiz d’amende et envers lesdiz de chappitre, le seigneur de Rume et Jaques Corterel en cent solz parisis, et a tenir prison jusques a plaine sattisfaction » (ADN, B13138, n° 152899).

58 Le 30 octobre 1571, Marie de le Court de Bailleul, épouse d’un banni, se voit exclue à son tour durant trois ans du bailliage de Tournai-Tournaisis, mais est préalablement contrainte de payer les frais de prison et de justice ; elle est détenue « jusque à pleine satisfaction » (ADN, B20011, n° 19613).

59 Julie Claustre, Dans les geôles du roi. L’emprisonnement pour dette à Paris à la fin du Moyen Âge, Paris, 2007 et 2012 ; Idem, « La prison de « desconfort ». Remarques sur la prison et la peine à la fin du Moyen Age », in La prison, du temps passé au temps dépassé, Paris, 2012, p. 19-44.

60 En 1356, des lettres de rémission sont données par le roi de France à Jean de la Bruanderie, banni de Tournai pour avoir, seize ans auparavant, blessé mortellement son agresseur Lotard Malivernes, sous condition pour ledit Jean de se constituer prisonnier un mois durant dans la prison royale de Lille ou au château de Dossemer (AN, JJ84, fol. 252 r°-v°). Le 16 janvier 1571, les lettres de rémission obtenues par Michel de Baisieu, homicide originaire d’Esplechin, sont entérinées par le bailli de Tournai Tournaisis; l’homme se rend prisonnier « en manière accoutumée » pour en obtenir la ratification et se voit frappé d’une amende de 20 florins (AGR, CC 46001). Voir au sujet de ces peines complémentaires d’une grâce royale : Claude Gauvard, « De grace especial ». Crime, état et société en France à la fin du Moyen Âge, Publications de la Sorbonne. Histoire ancienne et médiévale, 24, Paris, 1991, t. 2, p. 929-930.

61 Ordonnance de juillet 1275 et 21 juillet 1288 (Léo Verriest, Coutumes…, op. cit., n°41, p. 166). Autre ordonnance sur le pouvoir des bourgeois de mettre aux arrêts les étrangers de la ville, et de les « amener juskes à le maison de le justice » (Ibidem, n°77, p. 192-193 ; 1282).

62 Voir supra (1282) ainsi que des ordonnances des 3 février et 16 mars 1305 n. st. (Ibidem, n°217, p. 295 et n°218, p. 295-297). Les « justices » en question sont probablement à cette époque les officiers dépendant de l’avoué et du châtelain de Tournai, anciens justiciers de l’église tournaisienne et encore détenteurs d’une partie des amendes des deux « bancs » judiciaires des jurés et des échevins (Paul Rolland, Les origines…, op. cit., p. 92-93).

63 Cela concerne une prisonnière, Nicole du Bois (ADN, B13109, fol. 81 r°-82 v° - 1597/1600).

64 Gabriel Merel assure notamment la garde à son domicile de Jean de Lattre, durant 180 jours jusqu’au 17 mai 1572 ; il assure également la garde à son domicile de Marguerite Genry durant 87 jours jusqu’au 2 avril 1572, de François du Sart dit Patinier jusqu’au 26 juillet 1572, de Robert Cantillon du 19 au 28 juillet 1572 et de Jean Sauvet jusqu’au 22 septembre 1572 (ADN, B13087, fol. 99 r°, 104 v°, 107 r°, 110 v° et 112 r°).

65 Louis Beausire, par ailleurs sergent du Tournaisis, accueille trois prisonniers « en sa maison » en octobre 1572 (ADN, B13087, fol. 98 v°).

66 À Douai, la détention préventive est largement utilisée, même à l’encontre des bourgeois (Marie Nikichine, La justice échevinale…, op. cit., p. 214-216).

67 En 1449, le lieutenant du bailliage requiert l’élargissement de prisonniers à Maire moyennant caution suffisante (ADN, B 19495, fol.1 v°).

68 En 1504, le receveur du roi à Tournai, Gilles du Rys, est emprisonné par la ville et ses biens sont saisis car il s’est constitué pleige (garant) sur un certain Jean le Flamang, receveur et massard de Tournai, redevable de 4000 lb (AN, X1a 4846, fol. 19 r°-22 r°).

69 Au plus fort des « Troubles », en juillet et août 1568, les condamnations de personnes qui s’étaient portées garantes de fugitifs sont nombreuses (ADN, B20011, n° 19612 – extrait des registres aux sentences criminelles du bailliage de Tournai-Tournaisis).

70 En 1302, bannissement pour « prison brizié » (Léo Verriest, « Le registre de la Loi de Tournai de 1302 et la liste des otages de Bruges (1301) et de Courtrai », Bulletins de la Commission royale d'histoire, 1911, 80, p. 482). Voir également Jean Bouteiller : « si aucun prisonnier […] brise prison, il se rend encheu en la demande pourquoy il estoit emprisonné », sous réserve que le suspect ait bien pris connaissance préalablement des chefs d’accusation pesant sur lui (Louys Charondas le Caron (éd.), Somme rural…, op. cit., p. 713).

71 En 1566, un prisonnier qui s’échappe « des prisons de la halle », il est ajourné et « a cause de ladicte infraction de prison » ; on conclut à son bannissement criminel « comme il est acoustumé faire en tel cas » (Alexandre Pinchart, Mémoires de Pasquier de la Barre…, op. cit., t. 1, p. 259-260).

72 Léo Verriest, Coutumes…, op. cit., n°136, p. 249.

73 Le cas des prisons abbatiales de Tournai est trop mal documenté pour être illustré ici.

74 Monique Vleeschouwers - Van Melkebeek, Le tribunal de l’officialité…, op. cit., p. 61-62. Ces comptes mentionnent quelques emprisonnements en cours de procès (dépenses) mais ne renseignent ensuite que les prisonniers qui n’ont pas racheté leur peine.

75 Il s’agit d’une formule consacrée, également utilisée dans l’officialité de Cambrai, voisine de Tournai (Véronique Beaulande-Barraud, « Au pain de douleur… », op. cit.).

76 Voir cet acte du roi de France, autorisant en 1360 le bailli du chapitre cathédral à convertir l’éventuelle peine de mort à laquelle une femme coupable d’un vol dans une des églises de Tournai serait condamnée, en une peine perpétuelle « au pain de douleur et à l’eau de tristesse ». Cette femme avait été conduite avec l’accord de la commune dans la prison du chapitre (Jacques Pycke, Les documents…, op. cit., p. 392-393, n° 316).

77 Par exemple en 1568, trois vicariots de la cathédrale, venus aux vêpres en état d’ébriété et ayant provoqué une grande confusion dans le chant, sont condamnés par le chapitre à trois jours de prison « in pane et aqua » (ACT, Acta capituli, 23 avril 1568).

78 ACT, Acta capituli, 2 octobre 1570 (dans la maison des vicariots), 8 octobre 1571 (dans la maison du maître de chant). Voir surtout, de manière plus systématique, les peines signalées dans le registre des causes criminelles du chapitre de 1590-1641 (ACT, Registre 426a).

79 En 1542, la ville défend à quiconque « s'il n'a de quoy vivre de son patrimoine, de vagabonder dans la ville plus de trois jours continuelz, à peine d'estre mys es prisons » (Adolphe Hocquet, Tournai et le Tournaisis…, op. cit., p. 278).

80 « Ce mesme jour, advint en nostre conclave qu'un bourgeois contestant une cause, donna un coup de pied et de poing à sa partie, et la jetta en terre. Nous, sur ce, feismes venir deux sergeans bastonniers pour le conduire en prison, à laquelle nous le condamnasmes deux jours, au pain et à l'eau ; et fut la sentence executée sur le champ » (Frédéric Hennebert, Mémoires d'eschevin de Tournay… par Philippe de Hurges…, Mémoires de la Société historique et littéraire de Tournai, 5, Tournai, 1855, p. 170).

81 Le 13 novembre 1570, Jean Descamps, « rocquetier » de Chercq, est puni pour avoir donné un « soufflet » ; déjà condamné à l’amende par la justice de Chercq, il se voit retenu par le bailli de Tournai-Tournaisis en prison au « pain et eauwe » l’espace de trois jours. Le 2 mars 1571, Michel de le Malle, pauvre manouvrier de Taintignies, pris en flagrant de délit de vol de bois, est condamné « de tenir prison a pain et eauwe l’espace de trois jours », sans amende. Le 21 juin 1571, l’épouse d’un cabarétier d’Orcq est « condempnée à tenir prison basse l’espace de trois jours a pain et eaue pour avoir recellé certain larchin quy avoient en sa maison» (AGR, CC 46001).

82 En 1590/1591, Jean Lortioir est condamné pour plusieurs « insolences » « a tenir prison a pain et eauwe l’espace de huict jours » (ADN, B13102, fol. 89 r°).

83 Entre novembre 1570 et novembre 1572, la justice du bailliage voit défiler 177 personnes. La plupart sont bannies (69), frappées d’une amende (43) ou exécutées (32). Les peines de prison (3) sont rares (AGR, CC, 46001 et ADN, B20011, n° 19613).

84 Certaines villes ont connu dès le xiiie siècle la pratique de la peine carcérale pour des catégories bien précises de délits. À Tournai, les coutumes locales et les archives conservées ne permettent pas de conclure à une multiplication des peines carcérales au xvie siècle, cette évolution attendant probablement la réforme pénale entreprise à la fin du xviiie siècle afin d’abolir la torture et de substituer la privation de liberté aux peines afflictives et infâmantes.

85 Sarah Auspert et Virginie Neuville, « Prison et réforme pénale à Namur aux temps des Lumières », in Sarah Auspert, Isabelle Parmentier et Xavier Rousseaux (dir.), Buveurs, voleuses, insensés et prisonniers à Namur au xviiie siècle. Déviance, justice et régulation sociale au temps des Lumières, Namur, 2012, p. 115-147.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le bailliage de Tournai, Tournaisis, Mortagne et Saint-Amand vers 1500
Crédits ©Florian Mariage
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 2 : Élévation et coupe intérieure du beffroi actuel, avec ses différents espaces carcéraux (A-F)
Crédits © Fond de plan : Archives de la ville de Tournai
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 : Localisation des prisons de Tournai entre le XIIIe et le XVIe s.
Crédits © Fond de plan (Blaeu, 1649) : collection privée
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 715k
Titre Fig. 4 Latrines du beffroi
Crédits © Florian Mariage
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 505k
Titre Fig. 5 Latrines du beffroi
Crédits © Florian Mariage
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Mariage, « Matérialité, acteurs et usages des prisons de Tournai à la fin du Moyen Âge : un état des lieux »Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 05 mai 2021, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9498

Haut de page

Auteur

Florian Mariage

Licencié en histoire (2001) ainsi qu’en archéologie et histoire de l’art de l’Université catholique de Louvain (2003), Florian Mariage a travaillé entre 2005 et 2014 à divers projets de recherche ayant trait à l’histoire médiévale et moderne du Hainaut et du Tournaisis, au sein des Archives de l’État à Tournai. Ces recherches ont été ponctuées en décembre 2013 par la soutenance d’une thèse de doctorat portant sur les relations de pouvoir en Tournaisis, de la fin du xive à la fin du xvie siècle (prix Pro Civitate de l’Académie royale de Belgique en 2014). Depuis 2016, il exerce la fonction de conseiller en patrimoine de la ville de Tournai.Il a (co)publié notamment : Florian Mariage et Isabelle Deramaix, « Essai de toponymie castrale. Le nom des tours et portes des enceintes « communales » de Tournai du xiie au xvie siècle », Bulletins de la Commission royale de toponymie et dialectologie, 2018, 90, p. 201-304. Bailli royal, seigneurs et communautés villageoises. Jeux et enjeux de pouvoirs en Tournaisis de la fin du xive à la fin du xvie siècle, Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Studies in Belgian History 1, Bruxelles, 2015. Violet Soen, Yves Junot et Florian Mariage (dir.), L'identité au pluriel. Jeux et enjeux des appartenances autour des anciens Pays-Bas (xive -xviiie siècles). Identity and Identities. Belonging at Stake in the Low Countries (14th-18th Centuries), Revue du Nord. hors-série. Collection Histoire, 30, Villeneuve-d'Ascq, 2014. Florian Mariage (coord.), Bernard Desmaele et Jean-Marie Cauchies (dir.), Les institutions publiques régionales et locales en Hainaut et Tournai/Tournaisis sous l'Ancien Régime, Archives générales du Royaume et Archives de l'État dans les Provinces. Miscellanea archivistica studia, 119, Bruxelles, 2009.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search