Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...11Blousons noirs et rébellionsLes blousons noirs, amateurs de r...

Blousons noirs et rébellions

Les blousons noirs, amateurs de rock’n’roll et de violence

Sophie Victorien

Résumés

Avec le phénomène des « Blousons noirs » des années 1950 et du début des années 1960, les médias semblent découvrir un phénomène de violence extrême chez les jeunes dont les frasques font régulièrement « la une » des journaux ou l’objet de reportages. De fait, dans leur recherche d’identité, certains tentent de ressembler à quelques figures viriles véhiculées par le cinéma (Marlon Brando, James Dean) ou le rock’n’roll de Johnny Hallyday à Elvis Presley, en adoptant leur apparence vestimentaire, leur coiffure, un langage et une attitude faisant écho à leur révolte à l’égard de la société. Ils sortent tard le soir et dorment dans les caves et sont parfois familiers de la prison. Ils aiment en effet jouer du couteau et les « virées » entre copains où l’alcool et les bagarres sont à l’honneur au cours des concerts, des bals et dans les dancings surtout quand deux bandes, chacune très attachée à défendre son territoire et son honneur, s’affrontent à coups de chaînes à vélo, de couteau et de coups de têtes. Notre article s’attache ainsi à décrypter les liens entre le phénomène des « Blousons noirs » et la musique rock, les manifestations de la violence de ces bandes de jeunes au cours de leurs sorties et l’écho de ce phénomène au sein de la société et des médias.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Paul Bourre, Quand j’étais blouson noir, Issoire, 1960-1963, Rosières-en-Haye, Camion noir, 20 (...)

« Le rock’n’roll est fait pour l’insurrection, le passage à l’acte. La référence constante au gaullisme propre sur soi, donneur de leçons, à ses règles d’hygiène morale, me fait gerber1. »

1Les médias semblent découvrir avec les « Blousons noirs » des années 1950 et du début des années 1960, un phénomène de violence extrême chez les jeunes dont les frasques font régulièrement la une des journaux ou l’objet de reportages, comme le remarque Célestin Freinet dans son ouvrage publié en 1960 :

Je ne sais si l’été 1959 n’apparaîtra pas un jour prochain comme une date mémorable dans la crise de la Jeunesse en France.

Nous avions appris par les journaux et le cinéma les exactions hors nature dont se rendaient coupables, individuellement ou par bandes, les enfants et les jeunes d’Amérique. Mais la France n’est pas l’Amérique, pensait-on. Il y a chez nous des assises familiales et sociales sûres qui sauront résister à la marée d’immoralité et de délinquance.

Puis on nous a parlé des Anderumper du Danemark, des Skunna Folke de Suède. Là, nous ne comprenons plus : une jeunesse privilégiée qui n’a à redouter ni la misère populaire, ni la hantise des guerres, une jeunesse qui semblait n’avoir rien à revendiquer, descend dans la rue en proie à une sorte de furie moyenâgeuse.

Et en Pologne, cette démocratie populaire où le sort des jeunes préoccupe spécialement les gouvernants, voilà les Hooligans qui menacent l’ordre et le travail.

Teddy Boys en Angleterre, Tokyo Joku au Japon, Halbstarken en Allemagne, Tsotsis en Afrique du Nord, Nozem en Hollande, Vitelloni en Italie, le mal se répand à travers le monde comme une épidémie.

La France avait ses gangs et ses délinquants, mais la jeunesse semblait résister à la contagion.

  • 2 Célestin Freinet, La formation de l’enfance et de la jeunesse, Cannes, Éditions de l’École moderne, (...)

Elle a désormais ses “Blousons noirs”2.

2Leur rapport tumultueux à la société, leur goût pour le rock’n’roll et le cinéma américain, et le fossé qui a pu se creuser entre les “croulants” et une partie de la jeunesse qui s’affirme progressivement par son nombre – car après la génération des enfants de la guerre arrivent les baby-boomers –, mais aussi par ses goûts propres sont scrupuleusement analysés par les journalistes et les spécialistes de l’enfance. Le regroupement de ces jeunes au sein des bandes tels les Blousons noirs mais aussi leurs signes de reconnaissance – hexis corporelle, vêtements, tatouages – les rendent davantage visibles et sont autant d’indices d’un besoin identitaire très marqué et pour certains de leur rejet de la société.

3Cet article s’attache ainsi à décrypter les manifestations de la violence de ces bandes de jeunes au cours de leurs « virées », l’écho de ce phénomène au sein de la société et les liens entre le courant des Blousons noirs et le rock’n’roll. Nous nous appuyons notamment sur la presse et les reportages radios et télévisés de l’époque mais aussi sur des entretiens avec des éducateurs et d’anciens pensionnaires d’établissements de l’Éducation surveillée où plusieurs Blousons noirs ont fait un passage remarqué, sur les dossiers personnels de ces derniers mais aussi sur les écrits des « experts de la jeunesse » (éducateurs, psychologues, psychanalystes, etc.) qui se sont penchés également sur ce phénomène.

Rencontre avec les Blousons noirs, figure menaçante de la société

L’arrivée des Blousons noirs dans les médias

  • 3 Sur l’évolution de la délinquance juvénile et sa place croissante dans le débat public, voir Jean-J (...)

4La figure menaçante des Blousons noirs est apparue pour la première fois dans la presse le 24 juillet 1959 suite à l’affrontement manqué de deux bandes de jeunes en blousons de cuir au Square Saint-Lambert, dans le XVe arrondissement de Paris. Plusieurs faits divers du même ordre se déroulant à travers la France vont être ensuite relayés par la presse et renforcer ce sentiment d’une délinquance juvénile inquiétante, menaçante pour la société3. Dans une enquête sur la délinquance diffusée lors du journal télévisé le 17 octobre 1960, le reportage débute en insistant sur la gravité de la situation :

  • 4 « Enquête sur la délinquance : les blousons noirs », JT de 19h15, 17 octobre 1960 https://www.ina.f (...)

La marée montante de la délinquance juvénile, ça n’est pas seulement du cinéma ou de la littérature, c’est un fait qu’enregistrent les froides statistiques officielles de l’éducation surveillée4.

  • 5 Terme utilisé dans le titre d’un journal de 1953 ayant utilisé le diminutif Teddy pour Edward en ré (...)
  • 6 Film de Frederico Fellini datant de 1953 et sorti en France sous le titre Les inutiles. Le terme vi (...)
  • 7 Les Demi-sel (titre original : Die Halbstarken) est un film allemand réalisé par Georg Tressler et (...)
  • 8 Sorti aux États-Unis en 1953, en France en 1954.
  • 9 Sorti en 1955 aux États-Unis, en 1956 en France.
  • 10 Émile Copfermann, La génération des blousons noirs, Problèmes de la jeunesse, Paris, La Découverte, (...)

5Bien entendu, ce phénomène des bandes n’est pas propre à la France puisque à la même époque se font remarquer aussi les Teddy Boys5 au Royaume-Uni, les Vitelloni6 (gros veaux) en Italie, les Halbstarken (demi-sel7) en Allemagne, Les Chemises Fleuries à Singapour, les Teen-agers aux États-Unis incarnés par Marlon Brando dans L’équipée sauvage (The Wild One)8 et James Dean dans La fureur de vivre (Rebel without a Cause)9. Toutefois comme le remarque Émile Copfermann dans son ouvrage, La génération des blousons noirs, Problèmes de la jeunesse10, la toile de fond n’est pas la même en France : jusqu’en 1962 la Guerre d’Algérie est très présente notamment pour ces futurs appelés. De même, les travaux de Françoise Tétard contredisent l’image de « rebelles sans cause », d’« une jeunesse dépolitisée » généralement véhiculée, et insistent sur le poids du contexte prégnant et pesant pour cette jeunesse :

  • 11 Françoise Tétard, « Le phénomène “blousons noirs” en France fin des années 1950-début des années 19 (...)

Pourtant une “cause” est là, interpellante, engageante : la guerre d’Algérie. Leurs frères aînés sont déjà partis, et eux sont les futurs appelés, même s’ils n’en parlent pas toujours, chacun d’entre eux est touché et vit avec son angoisse et son appréhension. […] jamais, ou presque, la guerre d’Algérie n’est présentée comme un élément constitutif du problème de cette jeunesse dite turbulente11.

  • 12 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses (...)
  • 13 « Aucune disposition légale ne permet d’appeler sous les drapeaux les “blousons noirs” de moins de (...)

6Ludivine Bantigny relève également la suggestion dès 1960, de Mme Alexandre-Debray, conseillère municipale « “d’envoyer immédiatement les jeunes blousons noirs remplir leurs obligations militaires” ce qui constituait à son avis “le meilleur moyen pour ces jeunes dévoyés de payer leur dette à la société12” ». La réponse du Préfet de police est sans appel car il précise qu’aucune disposition légale ou réglementaire ne permet actuellement d’appeler sous les drapeaux des jeunes gens âgés de moins de vingt ans, et ceux-ci ne peuvent être incorporés que s’ils souscrivent, avec le consentement de leurs parents ou de leur représentant légal, un contrat d’engagement volontaire. Une modification de la législation sur ce point ne paraît pas opportune, au ministère des armées. L’article du Monde rappelle en conclusion « que l’âge moyen des jeunes “blousons noirs” est de moins de dix-sept ans. Il n’est pas très sûr, en outre, qu’envoyer de très jeunes hommes au combat soit le meilleur moyen de détruire en eux “la graine de violence” qui y germe13. »

  • 14 Sur la délinquance juvénile dans les années 1960 voir l’article de Laurent Mucchielli, « Regard sur (...)
  • 15 Dans la presse ces initiales désignent les « jeunes voyous » alors que pour la police il s’agit des (...)
  • 16 Disponible sur l’album La dernière séance (1977).

7La presse et les reportages télévisés mettent en scène le phénomène des Blousons noirs et relatent ainsi régulièrement les exactions de ces bandes de jeunes qui se font remarquer par des actes de vandalisme, des vols (voitures, mobylettes, etc.), des violences diverses présentées souvent comme gratuites, parfois même des viols en réunion14. Le contexte politique n’est pas ou très peu mis en balance par les journalistes. Il s’agit de brandir « la figure menaçante » de ces délinquants, de ces « J.V.15 » et d’insister sur la décadence des mœurs de la jeunesse qui suscite l’incompréhension au sein de la société depuis les années 1950. Pourtant, 20 ans plus tard, dans sa chanson intitulée « Et la voix d’Elvis16 », adaptation de Good Rockin’ Tonight d’Elvis Presley (1954), Eddy Mitchell n’oubliera pas d’évoquer ce poids qui pesait sur les jeunes :

[…]Car la voix d’Elvis chantait “Good Rockin’ Tonight”
La voix d’Elvis chantait “Good Rockin’ Tonight”
Et les Blousons noirs brûlaient leurs dernières nuits
Avant de partir pour Alger, Algérie
Et la voix d’Elvis chantait “Good Rockin’ Tonight”

Et Charles de Gaulle prenait le pouvoir
Promettant les mille-et-une nuits aux Pieds-Noirs
Et la Bastille en a tellement vu
Que l’on ne l’y reprendra jamais-jamais plus
Et la voix d’Elvis chantait “Good Rockin’ Tonight”[…]

8Les descriptions des jeunes délinquants et en danger dans les articles sur l’inadaptation de la jeunesse rédigés par les spécialistes de l’enfance montrent également leur inquiétude à l’égard de ces jeunes qu’ils qualifient régulièrement d’antisociaux ou d’asociaux, et le souci de trouver les causes de cette inadaptation :

  • 17 Henri Joubrel, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960, p. 32.

Il part au cinéma ou se promener, ou se “marrer”, “avec des copains”. Qui sait juste ce qu’il fait ? Parfois il ne fait rien. Debout ou assis dans une bande, il lorgne les promeneurs ou écoute du rock, ce narcotique, rassuré par le seul fait d’avoir sa place au milieu d’autres, comme des moutons serrés avant l’orage. La plainte musicale des “pauvres nègres” adoucit son désespoir. […] Ainsi, parfois “il fait un coup” pour avoir quelque chose à faire17.

  • 18 Henri Joubrel (1914-1983) : après une carrière dans la magistrature, il se consacre aux questions r (...)

9Nous retrouvons dans cet extrait de l’ouvrage de Henri Joubrel, personnage incontournable des questions de l’enfance18, les loisirs désignés classiquement comme ayant un rôle criminogène ou incitant à la délinquance : le cinéma, la flânerie, la lecture de journaux illustrés ou de romans policiers et bien entendu le rock’n’roll. Ces goûts et le mode de vie parfois particuliers des Blousons noirs ont fait l’objet de plusieurs films mais il en est un qui se détache selon nous de cette production, par son approche, sa construction et son histoire très symbolique de cette période. Il s’agit du Chemin de la mauvaise route sorti en France en 1963.

Le Chemin de la mauvaise route : la violence selon le cinéma-vérité

  • 19 Jean Herman est plus connu sous son nom d’écrivain Jean Vautrin (1933-2015), auteur notamment de Bi (...)
  • 20 Concernant la censure du film et son accueil, voir Stéphane Pirot, Les courts métrages de la Nouvel (...)
  • 21 Cinéma 63, no 80, novembre 1963, p. 109.

10Sorti en 1962 sous le titre Bon pour la vie civile, le film réalisé par Jean Herman19 est censuré. Après avoir été revu par l’auteur pour échapper cette fois-ci à la censure, il sort remanié le 6 septembre 1963 avec un nouveau titre : Le Chemin de la mauvaise route20. La commission de contrôle l’a retenu en effet pendant presque un an, exigeant le changement de titre et la suppression d’un chapitre intitulé « Tuer » où le meurtre d’un passant par des blousons noirs était reconstitué21. Un prologue réunissant un juge, un éducateur et un médecin discutant du film a été également ajouté même si une certaine ironie sourd de leurs échanges.

Images de Colette et Jean-Claude extraites du film Le Chemin de la mauvaise route (1963)

Images de Colette et Jean-Claude extraites du film Le Chemin de la mauvaise route (1963)

Images publiées dans Cinéma 63, no 72, janvier 1963, p. 48-49

Collection personnelle

  • 22 Séverine Graff, op. cit., p. 330.
  • 23 Cinéma 63, no 77, juin 1963, p. 17.

11Jean Herman a voulu faire un film sur la violence qui s’inscrit dans la veine du cinéma-vérité ou plutôt du “cinéma-mensonge” par sa construction22 : il a choisi justement de suivre un couple de jeunes Blousons noirs rencontré dans un bar, Colette 19 ans et Jean-Claude un peu plus de 18 ans, tatoué – le fameux serpent autour d’un poignard –, cheveux gominés et blouson de cuir. Ce thème se retrouve déjà dans son court métrage Twist-Parade sorti le 6 mars 1962 pour l’exposition de Seattle sur les angoisses et les frénésies au xxe siècle23, et prix du meilleur documentaire au Festival d’Oberhausen 1963. Des images ont même été réutilisées dans Le Chemin de la mauvaise route, où le montage nerveux mêlant scènes réelles et fiction, documentaires et images fixes, est de Nadine Trintignant ; les commentaires sont lus par Jean-Louis Trintignant dont la voix posée tranche avec le rythme des images. Le ton est donné dès le préambule : « À la limite, pour faire un film sur les jeunes, il fallait faire un film sur le mensonge. » Le film est découpé en chapitres thématiques où nous suivons les deux protagonistes dans leur quotidien semi-réel marqué par l’ennui, les vols et les violences. Concernant les bagarres, Jean-Claude explique :

Moi je me battais avec ce que j’avais… J’pouvais pas choisir… Quand j’avais une chaîne de vélo, je l’emmenais… En général, j’en avais une… Mais j’avais plusieurs de mes copains, bon, y z’avaient des haches, des couteaux, des crans-d’arrêt grands comme ça… Ça nous plaisait d’avoir ça dans nos poches. On se sentait plus fort…

12Nous retrouvons ici toute la panoplie des Blousons noirs décrite par les médias quand ils relaient les affrontements entre jeunes J.V. et la fierté de porter ces armes – chaînes de vélo, couteaux, haches, etc. – et de participer à ces rixes. Le couple est filmé aussi au cinéma et à la foire du Trône, loisirs courants de la jeunesse de cette époque. La musique rock’n’roll est présente dès le générique avec la chanson « Rip it up » interprétée par Vince Taylor et entrecoupée d’extraits d’avis sur la jeunesse enregistrés dans les bars et d’images d’un autre groupe se produisant en concert. Jean-Claude évoque également ses goûts musicaux : ainsi, à propos de Vince Taylor que l’on aperçoit et entend à nouveau avec des scènes de jeunes gens dansant le twist :

Pour moi, c’est un type qu’est un peu de notre genre, de notre époque. Ça nous met dans l’ambiance. On suit le rythme et on aime ça… Mais il y en a un en particulier qu’on aime, que tous les jeunes y z’aiment. C’est Little Richard, c’est un fou du rock et en tout cas, Little Richard, c’est celui qui m’a le plus frappé. Il chante “Long time side”… Little Richard, c’est pas pareil… Little Richard, c’est à ce qui paraît un noir, plutôt… Enfin, pas un noir… C’est un métis…

  • 24 Le Monde, 27 mars 1963.
  • 25 Le Monde, 10 décembre 1963. Jean Herman sera à cette occasion invité au journal télévisé de 20h le (...)

13Mais Jean-Claude est surtout un amoureux de la vitesse et des voitures qu’il vole pour satisfaire sa passion, même s’il n’a pas le permis de conduire. Le film se termine sur son arrestation alors que Colette est enceinte. Ce « vice », pour reprendre les termes utilisés par ce jeune Blouson noir qui devait tourner dans Dragées au poivre de Jacques Baratier (1963), signera d’ailleurs sa perte, puisqu’il sera arrêté en mars 1963 après avoir volé une DS qui avait fini sa course folle dans la Seine et causé la mort d’un de ses compagnons24. Et enfin plusieurs mois plus tard, le 5 décembre 1963, ce “James Dean du quotidien”, se tuera au volant d’une voiture volée alors qu’il venait de sortir de prison25.

14La construction du film, la manière dont le réalisateur présente les Blousons noirs français loin des clichés américains et comment la réalité a rejoint le cinéma dans le parcours de ce jeune couple, ne peuvent laisser insensible car le but ici est bien d’interpeller la société sur le problème de la délinquance juvénile et la détresse de ces jeunes. Dès lors, en février 1965, un critique de cinéma de la revue Image et son fait les commentaires suivants à propos du film :

  • 26 Image et son, no 180-181, janvier-février 1965, p. 56.

Le “blouson noir” est peut-être sympathique dans une comédie musicale américaine du type “West Side Story”, il devient beaucoup moins charmant lorsqu’il est montré dans sa triste réalité. […] Mais le but primordial du film est atteint : après avoir vu la grande détresse, la grande naïveté, la grande misère physique et intellectuelle des “blousons noirs”, le spectateur ne peut ni ne pas se sentir concerné par la délinquance juvénile, ni éviter de la rattacher aux grandes contradictions de notre société, et surtout il ne pourra plus formuler sans rougir de ces terribles âneries telles qu’en disent certains “adultes” interrogés à “l’heure de l’apéritif26”.

15La figure du Blouson noir s’impose ainsi dans les débats et les médias. Elle questionne la société, la bouscule par sa volonté de s’affirmer et de se distinguer du reste de la population qu’elle soit plus âgée et/ou plus privilégiée. Les Trente Glorieuses ne sont pas une réalité pour tout le monde, en témoignent les enquêtes sociologiques dans les quartiers populaires et la présence de baraquements provisoires et de bidonvilles jusque dans les années 1960 notamment dans les villes touchées par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, vestiges des destructions du conflit et d’une reconstruction qui peine à s’accélérer pour accueillir une population croissante.

Quand les blousons noirs sont de sortie

« Si vous cherchez la bagarre, vous êtes venus à la bonne place27 »

  • 27 Johnny Hallyday, « La Bagarre », 1962.

16Le café tient une place importante dans la vie quotidienne alors que la composition de l’habitat où s’entassent les familles populaires incite les gens en ville à se retrouver plutôt à l’extérieur. Il est le lieu de rassemblement de la bande : on joue au flipper, on écoute de la musique sur le juke-box, etc.

  • 28 Voir : Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en (...)

17Mais les Blousons noirs aiment aussi sortir tard le soir, dorment pour certains dans les caves et sont parfois familiers de la prison comme le constatent les éducateurs dans les dossiers personnels des jeunes dont ils s’occupent dans les établissements de l’Éducation surveillée28. Ils aiment en effet jouer du couteau et les « virées » entre copains où l’alcool et les bagarres sont à l’honneur au cours des concerts, dans les dancings et les bals surtout quand deux bandes – chacune très attachée à défendre un territoire et son honneur – s’affrontent à coups de chaînes à vélo, de couteau et de coups de têtes. Ces rixes sont reprises par les artistes musicaux aussi bien dans les paroles de leurs chansons que dans les mises en scène en concert. Ainsi en 1962 sort la chanson intitulée « La Bagarre » interprétée par Johnny Hallyday :

Si vous cherchez la bagarre
Vous êtes venus à la bonne place
Si vous cherchez la bagarre
Regardez-moi bien en face
Et je n’aime pas beaucoup
Qu’on m’en remontre
J’avoue que la bagarre, je ne suis pas contre

Ça me fait pas peur, ouais, ouais
Je dirais même que j'aime cogner
C’est un plaisir
D’accord les gars, allez j’vais vous soigner […]

  • 29 Johnny Hallyday, « La bagarre », Olympia, 1963 [en ligne sur Ina.fr] https://www.ina.fr/video/I0819 (...)
  • 30 Voir par exemple cette version avec les motos au Palais des Sports en septembre 1976 [en ligne sur (...)

18La chanson est une adaptation en français de « Trouble » chantée notamment par Elvis Presley dans le film King Creole (1958) sorti en France en 1960 sous le nom de Bagarres au King Créole. La chorégraphie à la West Side Story – visible sur la pochette du disque de Johnny – simule un affrontement avec des danseurs sur scène29, jusqu’à l’enrichir au fur et à mesure des interprétations sur scène des accessoires symboliques des blousons noirs : chaînes de vélo, armes, motos30.

19Les loisirs (cinéma, fête foraine, bals, etc.) sont toutefois dépendants de leurs moyens financiers limités et parfois certains membres de la bande souhaitent s’affranchir de l’obligation de payer. C’est encore une fois l’occasion pour les journalistes de relayer les méfaits des « Blousons noirs » comme à Rouen au cours de l’été 1959 :

Rouen le 4 août 1959

Deux jeunes gens appartenant à un groupe de garçons de Rouen connu sous le nom de Bande de la Croix-de-Pierre ont été arrêtés à la suite de méfaits commis dans la petite commune de Roncherolles, dans la banlieue rouennaise.

  • 31 Émile Copferman, op. cit., p. 24.

Le soir de la fête patronale, une quarantaine de jeunes gens venus de Rouen à scooter, à cyclomoteur ou en taxi avaient plusieurs fois tenté de pénétrer dans la salle de bal en refusant de payer. L’expulsion par les gendarmes de deux ivrognes leur fournit le prétexte pour passer aux actes de violence. Toute la bande se rua alors sur les représentants de l’ordre et l’un des gendarmes fut roué de coups. Son collègue tira quelques coups de feu en l’air. Ce geste décontenança un temps les agresseurs mais les gendarmes partis, les jeunes gens pénétrèrent en force dans la salle où ils brutalisèrent plusieurs danseurs et plusieurs femmes. Devant l’attitude résolue de l’assistance, ils finirent néanmoins par battre en retraite31.

  • 32 « Une bande de voyous sème la terreur dans un bal », L’Oise matin, 5 août 1959.

20L’accroche d’un article de L’Oise matin insiste par ailleurs sur les deux cibles des Blousons noirs dénonçant ainsi la menace pesant sur la société, les forces de l’ordre et les femmes : « Un gendarme est jeté à terre, puis roué de coups, plusieurs femmes sont brutalisées32 ». Ce type d’article rencontre beaucoup de succès auprès des lecteurs à tel point que certains journalistes s’appuyant sur le sensationnalisme et la mode des Blousons noirs vont jusqu’à payer des jeunes pour simuler des rixes se retrouvant ensuite à la une des quotidiens. La préfecture de Paris publie alors en 1959 le communiqué suivant :

  • 33 « Blousons noirs et reportages », Le Monde, 31 juillet 1959.

Par deux fois en trois jours, il a été constaté que des reporters photographes avaient scandaleusement incité des groupes de jeunes gens, dépistés dans des débits de boissons, à se prêter à des simulacres sur la voie publique. Certains jeunes sur l’invite des reporters, s’étaient même revêtus de blousons noirs qu’ils avaient été chercher à leur domicile. Des enquêtes sont en cours qui seront transmises au Parquet de la Seine33.

21L’article du Monde poursuit en signalant qu’une nuit, des jeunes de 14 à 19 ans ont été arrêtés rue de la Croix-Nivert, près du square Saint-Lambert à Paris, car ils voulaient reconstituer une bagarre afin de prendre des photos pour les vendre à des journaux, « constituer leur propre agence de diffusion » ajoute ironiquement le journaliste.

22Dès lors, même si l’existence des bagarres des Blousons noirs est réelle, leur intensité et leur violence relayées dans les médias peuvent toutefois questionner quand certaines sont orchestrées. Il n’en reste pas moins que même si leur agressivité est parfois mise en scène, elle témoigne à travers une posture volontairement provocatrice et des actes répréhensibles, d’un refus de la société d’après-guerre et de ses valeurs, une volonté pour une partie de la jeunesse de s’affirmer.

Le refus des codes de la société d’après-guerre

  • 34 Notons que Laurent Terzieff, figure du mauvais génie, porte un blouson noir dans le film de Marcel (...)
  • 35 « Square des Batignolles », Cinq colonnes à la une, 4 novembre 1960.

23Le rejet de la société ou l’incapacité d’une partie de la jeunesse à s’intégrer interrogent les médias et les spécialistes de l’enfance surtout quand cela se manifeste par des réactions violentes notamment à l’égard des forces de police. Leur mépris voire leur hostilité vis-à-vis des adultes, des « croulants », est en effet très présente dans les reportages et les interviews. Mais nous pouvons noter également un mépris très fort voire pour certains, une haine de classe, vis-à-vis des « snobs », des « dandys » et même des Blousons dorés, Les Tricheurs, les pilleurs de surboums portés à l’écran par Marcel Carné en 1958, jeunes des quartiers aisés, aux mœurs légères et amateurs de jazz qui inquiètent tout autant les adultes de l’époque34. En résumé, « ceux qui se promènent toujours en costard et qui sont trop prétentieux », selon un jeune Blouson noir interviewé en 1960 dans l’émission Cinq colonnes à la une35.

Couverture du roman de Françoise d’Eaubonne, Les Tricheurs (1959)

Couverture du roman de Françoise d’Eaubonne, Les Tricheurs (1959)

Roman écrit d’après le film de Marcel Carné

Collection personnelle

  • 36 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, (...)
  • 37 Entretien filmé le 2 février 2006 à Boulogne-Billancourt, pour la réalisation du film « Il était un (...)

24Ces « deux images de la jeunesse » suscitent anxiété et incompréhension dans la société. Comme le précise Anne-Marie Sohn36, le conflit de génération sort de la sphère privée pour accéder au rang de question de société jusqu’à devenir un problème social en ces années 1950-1960 présentées comme une période de prospérité économique – sauf que celle-ci ne touche pas l’ensemble de la population. Les Blousons noirs en effet sont essentiellement issus de la classe ouvrière, ouvriers eux-mêmes ou en recherche d’emploi. Les bandes appartiennent à des quartiers populaires dont elles portent souvent le nom et les membres des surnoms. À Paris et en région parisienne, il y a la bande de la Nation, la bande de la Bastille, la bande des 4 routes à Gennevilliers, etc., se souvient dans un entretien filmé par Michel Basdevant, Jean-Pierre Lebrun surnommé alors l’Ablette parce qu’il était très mince et courait très vite37.

  • 38 Voir sur le sujet la revue Présence du cinéma sur « Le cinéma des “Blousons noirs”, no 4/5, avril 1 (...)
  • 39 Voir Florence Tamagne, « “Le blouson noir”. Codes vestimentaires, subcultures rock et identités ado (...)

25Certains commettent divers larcins pour s’amuser, tromper leur ennui et compléter leurs revenus. Dans leur recherche d’identité, ils tentent de ressembler à quelques figures viriles véhiculées par le cinéma (Marlon Brando, James Dean38) et par le rock’n’roll d’Elvis Presley à Johnny Hallyday, en adoptant leur apparence vestimentaire (blousons noirs39, jeans délavé à l’eau de javel et chaussures italiennes), leur coiffure (cheveux gominés), tatouages (inspirés par la prison : serpent autour d’un poignard, trois points de mort aux vaches, etc.), la manière de parler (diction et argot), etc.

Couverture du numéro spécial de Présence du cinéma sur les Blousons noirs

Couverture du numéro spécial de Présence du cinéma sur les Blousons noirs

Présence du cinéma, n° 4/5, avril 1960

Collection personnelle

26Un article sur « L’érotisme du noir » publié dans Présence du cinéma en 1960 s’attarde sur ce fameux blouson de cuir ou de skaï et livre une analyse certes discutable mais témoignant des interrogations et réactions que suggère cet attribut d’une jeunesse en marge :

  • 40 Guy de Ray, « L’érotisme du noir », Présence du cinéma, no 4/5, avril 1960, p. 88.

Il a donc suffi à Marlon Brando de mener L’Équipée sauvage pour qu’un commerce nouveau vit le jour : celui du cuir sombre sur les épaules des éphèbes. […] En tout cas, pour l’éphèbe, c’était sa chance de cacher ses faiblesses sous une côte de maille nouveau style : le noir, quand on le porte, donne le sentiment de l’invulnérabilité, tout comme ces talismans de cuivre dont les Asiatiques se recouvrent pour aller au combat. Le blouson noir est la parure que revêt dans le combat quotidien une jeunesse lâche, mais on ne s’en est aperçu qu’à contre-coup, car le noir était l’uniforme de certains commandos SS ou de quelques commandos de brousse en Indochine. Porter le noir, c’est connaître le mépris du deuil et de la mort, c’est se rendre un peu immortel à bon compte40.

27Les jeunes se distinguent par de nouveaux signes extérieurs et une culture qui leur est propre. Dès lors émerge une « musique de jeunes » où les producteurs ont flairé un filon prometteur grâce aux nouveaux moyens d’écoute, de diffusion et aux concerts, moments privilégiés pour rencontrer les artistes interprétant leur musique préférée. Ainsi, les Blousons noirs écoutent-ils par conséquent, non pas du jazz, mais du rock’n’roll. Toutefois cette musique leur est-elle réservée et ne cèdent-ils pas parfois à la mode des yéyés à partir de 1962 ?

Le rock’n’roll, une musique de blousons noirs ?

La bande originale des Blousons noirs

28Le lien entre Blousons noirs et rock’n’roll est dans les premières années de ce phénomène plutôt ténu et discutable comme le soulignait l’historienne Françoise Tétard en 1989 dans Révolte et Société :

  • 41 Françoise Tétard, op. cit., p. 212.

La légende a reconstruit le mythe, a posteriori. Et c’est, entre autres, à partir de la musique rock, et du roman de ses origines, que le mythe s’est structuré. On a alors assimilé blousons noirs, rock et adolescents du Baby-boom : le décalage avec la chronicité des faits était double. En effet, les blousons noirs des années 1959-1960 appartiennent à la génération des enfants de la guerre […] ce sont les grands frères des teenagers des années 1962-1963 qui sont les enfants du baby-boom. De même, la musique rock, comme genre nommément désigné, s’est installée en France quelques années plus tard, au début des années 1960 ; il semble donc difficile d’identifier nettement rock et blousons noirs, du moins dans les premières années41.

29Quoiqu’il en soit, même si les premiers Blousons noirs sont en effet plutôt inspirés par le cinéma, il est notable que certains aient vu très tôt Graine de violence (Blackboard Jungle, 1955) dont le générique rythmé par Rock Around The Clock de Bill Haley a marqué les esprits de cette génération. Le phénomène des Blousons noirs et le rock’n’roll ont été associés rapidement par les médias jusqu’à représenter une source d’inspiration mutuelle : les artistes du rock’n’roll et les jeunes des bandes partagent le même style vestimentaire (cuir, chaîne), la même attitude au moins sur scène pour les chanteurs dont les paroles et le rythme des chansons, ont répondu à ce mouvement. Cela est suffisant pour les médias qui présentent donc les Blousons noirs écoutant majoritairement du rock’n’roll (Elvis Presley, Eddie Cochran, Bill Halley, etc.). Toutefois, c’est oublier le nombre important de jeunes qui ne sont pas Blousons noirs et écoutent quand même du rock’n’roll. Quoiqu’il en soit, deux des grandes idoles qui ont permis de diffuser le rock’n’roll en France sont bien sûr Johnny Hallyday et « l’ange noir » Vince Taylor que vénèrent les Blousons noirs. Jean-Paul Bourre, ancien Blouson noir dans la ville d’Issoire, se souvient :

  • 42 Jean-Claude Bourre, op. cit., p. 20.

Ma piaule est une vraie chapelle sixtine du rock. On y retrouve James Dean – bien sûr – et Gary Cooper, Elvis Presley, Sylvie Vartan, Françoise Hardy, Vince Taylor vêtu de cuir noir, Johnny Hallyday, Gene Vincent, Long Chris et les Daltons, Brigitte Bardot, Richard Anthony, Marylin [sic] Monroe, Jane [sic] Mansfield, Brando, Nathalie [sic] Wood… plus d’une centaine de photos découpées dans Cinémonde et Music-Hall42.

30Ainsi, et même s’ils s’en défendent, les Blousons noirs cèderont parfois à la mode des yéyés. Les disques ou les affiches sur les murs de leur chambre témoignent de ce détour vers une musique soi-disant détestée par ces jeunes. Leur goût pour Johnny Hallyday illustre cette ambivalence car comment qualifier cet artiste à la fois figure des yéyés et chanteur rock ?

31Dans les bars se répandent les juke-box et à partir des années 1960 le fameux Scopitone qui permettait de projeter des images avec la musique. Les surboumes sont aussi l’occasion de danser sur ces chansons rythmées. Mais la sphère privée est le moment privilégié pour apprécier les nouveautés repérées dans les magasins de musique où il est possible de sélectionner sur place ces découvertes grâce au casque audio. Les disques vinyles – achetés ou volés – s’écoutent souvent à plusieurs dans la chambre d’un copain qui a la chance d’avoir un électrophone – par exemple, le fameux Teppaz trois vitesses mono acheté ou volé également – mais aussi sur le poste de radio à lampes familial trônant dans le salon ou la salle à manger. Ainsi, à partir de 1959, chaque semaine puis tous les jours à 17h, les jeunes écoutent l’émission Salut Les Copains sur Europe no 1 présentée par Frank Ténot et Daniel Filipacchi. À la télévision, c’est l’émission Âge tendre et tête de bois à partir de 1961 mais peu de foyer possède un téléviseur et la programmation est loin d’être rock’n’roll. Même si notamment Vince Taylor, Johnny Hallyday, Les Chaussettes noires y seront invités, l’émission est plutôt associée aux yéyés.

32Ainsi, dans un reportage diffusé à la télévision en 1965 et intitulé « Juste un Printemps », du nom de la chanson de France Armelle, le journaliste déclare :

  • 43 « Juste un printemps », Seize millions de jeunes, 8 juillet 1965.

En gros il y a deux musiques jeunes. Les yéyés dont on connaît les chansons à travers les disques et le rock’n’roll qui a eu son heure de gloire d’abord au Palais des sports. Le yéyé est ni anticonformiste ni violent (c’est pourquoi il a eu la préférence des maisons de disque) il a simplement besoin de bons micros43.

33Malgré ces oppositions musicales parfois uniquement de façade, qu’ils soient fans de yéyés ou de rock’n’roll, la meilleure manière de célébrer leur musique est de venir voir leurs idoles en concert, de danser et de frapper des mains au même rythme. Toutefois, certains de ces rassemblements se terminent dans le chahut et les médias sont toujours présents pour relayer ces scènes virant parfois à l’affrontement avec les forces de police, confortant les opposants à la « musique de jeunes » dans leurs positions.

La mauvaise réputation du rock’n’roll

  • 44 Ibidem.

34Pat Winther, ancien leader des Satellites, qui a fondé le groupe Pat Winther et les Sounders en 1963 à son retour d’Algérie, n’est pas d’accord lorsque le journaliste affirme : « On a dit que le rock n’était qu’une musique de voyous et de blousons noirs44. » Pour lui, le rock est une musique saine. S’il y a autant de chahut dans les spectacles de rock’n’roll, cela ne vient pas du rock’n’roll lui-même mais du « mauvais fond de certains ». Il dénonce les personnes qui viennent aux festivals ou spectacles de rock’n’roll avec leur clé à molettes, pour dévisser les fauteuils, les casser, crever à coups de couteau la paille du fauteuil, taper sur son voisin, etc. « Ces personnes-là ne se rendent pas compte qu’en 5 minutes de joie elles peuvent briser la carrière d’un chanteur. »

Premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)

Premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)

Image extraite du documentaire « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach. Le public n’était pas constitué que de Blousons noirs et les jeunes filles certes en nombre plus restreint (un tiers des spectateurs selon les journalistes) étaient bien présentes.

Droits réservés

35Pour lui, elles ont en effet brisé la carrière d’un des plus grands chanteurs de rock’n’roll en France : Vince Taylor. Il a été qualifié de Blouson noir parce que des personnes se sont mises à l’imiter, lui qui portait un blouson de cuir noir sur scène mais qui le portait plutôt comme un costume de scène, en référence entre autres à Elvis Presley. En effet, les émeutes et les salles dévastées au cours des concerts comme le 18 novembre 1961 au Palais des Sports dans le cadre du 3e festival international de rock, événements que les journalistes se sont empressés de relayer, ont fragilisé sa carrière dont la fin a été précipitée par la drogue et l’alcool.

Encore une fois, le rock a donné lieu samedi à une séance d’hystérie collective. Les dégâts ont été à la dimension de la salle du Palais des Sports : ils s’élèveraient, selon les premières estimations, à 20 000 NF.

Le prétexte de ce déchaînement était le “récital” de la dernière idole internationale, Vince Taylor, digne émule de Johnny Hallyday ou d’Elvis Presley.

La première partie du spectacle s’était déroulée normalement.

Mais ceux que l’on a coutume d’appeler les “blousons noirs”, à casquette de déménageur, et les “hooligans” se déchaînèrent après l’entracte. Dans un vacarme ahurissant, des scènes d’une incroyable violence se déroulèrent. C’est aux conduites d’eau que l’on s’en prit, pour en faire des matraques !

Bilan : quatorze gardiens de la paix et plusieurs jeunes gens blessés ; deux mille fauteuils brisés. Le deuxième récital de Vince Taylor a dû être annulé par ordre de la préfecture de police.

  • 45 « Encore le rock », Le Monde, 21 novembre 1961.

Il y a dans ces manifestations de déchaînement autre chose que de l’hystérie ; il y a le drame d’une certaine jeunesse qui cherche à travers les débordements de la violence des règles de vie qui leur font défaut45.

  • 46 Voir également « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach. Dans ce documentaire, le ré (...)

36Ainsi les trois festivals internationaux de rock organisés au Palais des Sports le 24 février, le 18 juin46 et le 18 novembre 1961 vont être scrupuleusement observés et relatés par les journalistes. Ces articles permettent de comprendre l’émotion suscitée par l’attitude qualifiée d’hystérique des spectateurs et par les artistes aux chorégraphies et instruments de musique “agressifs” à l’instar du groupe d’Eddy Mitchell lors du premier de ces trois spectacles :

  • 47 L’Express, 2 mars 1961.

Les Chaussettes Noires, cinq garçons menés par un rouquin, coiffés de crans vaporeux à la Clara Bow, se secouent de face et de dos. Le rouquin agite aussi ses bras, mais les autres manient des objets extra-plats couverts de strass, les guitares à rock. Ils braquent sur la foule, comme une mitraillette, le long manche de cet objet hideusement moderne47.

Le début des affrontements au premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)

Le début des affrontements au premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)

Image extraite du documentaire « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach

Droits réservés

  • 48 Paris Jour, 22 février 1961.
  • 49 Deux ans plus tard surviennent les événements de la Nuit de la Nation le 22 juin 1963 « où la psych (...)

37Les articles de presse sont également l’occasion de connaître les préparatifs de sécurité mis en place pour éviter parfois sans succès les débordements. La liste des dégâts et des arrestations supplante parfois sous leur plume la prestation des artistes. Ainsi pour le premier de ces festivals où affluent le soir du 24 février 5 000 jeunes (l’après-midi étant plus calme), 72 agents de police sont présents à l’intérieur avec 120 « anciens blousons noirs » judokas pour le service d’ordre et 5 cars de police à l’extérieur où attendent pour intervenir 120 agents48. Toutefois, à partir de la prestation de Frankie Jordan puis de Johnny Hallyday, les forces de l’ordre seront débordées par le public qui souhaite rejoindre leurs idoles sur scène. Même s’il est moins impressionnant que celui de novembre, le bilan se solde tout de même par des bagarres qui se poursuivront à l’extérieur, 50 rangées de fauteuils déboulonnées, des incidents dans le métro et 49 arrestations49.

Les heurts avec la police au premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)

Les heurts avec la police au premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)

Image extraite du documentaire « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach. Nous pouvons remarquer la présence des journalistes et des photographes prompts à relayer ces scènes d’affrontements.

Droits réservés

  • 50 « Juste un printemps », op. cit.

38Les violences au cours des spectacles et les annulations des concerts dans un contexte d’État d’urgence ont bien entendu plutôt refroidi l’industrie de la musique. Selon Pat Winther toujours, le rock’n’roll a été discrédité en France par les producteurs de disque qui ont eu peur de dire qu’ils faisaient du rock’n’roll, source de chahut. Ils l’ont donc vendu sous un autre nom, twist, madison, etc. : « donc, en changeant le nom, ils ont par la même occasion changé la musique, le rythme, ils ont tout changé. Ils en ont fait du commercial avec des petites paroles à l’eau de rose contrairement à Bo Didley par exemple, Elvis Presley à ses débuts, Cochran, etc.50 »

39De plus, pendant longtemps, le principal canal de diffusion à la radio de la musique « jeune » est l’émission Salut Les copains. Or Daniel Filipacchi préfère diffuser Johnny Hallyday plutôt que Vince Taylor comme le souligne Sébastien Le Pajolec dans son article sur le cinéma des Blousons noirs citant Franck Ténot :

  • 51 Sébastien Le Pajolec, « Le cinéma des Blousons noirs », in Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli (dir (...)

Entre le rock-révolte symbolisé par Vince Taylor et le rock-positif d’un Johnny, Daniel a tout de suite choisit Johnny. […] la jeunesse devait respecter un certain cadre social. Tout comme moi, il n’a jamais apprécié ni les voyous ni les casseurs. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous n’aimions pas beaucoup le chanteur Vince Taylor dans les années 1963-1964 : parce qu’il ressemblait à la fois à un voyou et à un casseur51.

  • 52 Voir Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hache (...)

40Pour conclure, les Blousons noirs, même s’ils sont pour partie une construction des médias, sont représentatifs de cette période fortement marquée par une société vieillissante mal outillée pour accueillir la nouvelle vague des jeunes. Ces derniers tentent de se rassurer au sein de la bande de copains, refuge face à l’ennui et face à ce monde qui leur paraît hostile mais ils cherchent aussi à se libérer du sérieux de la semaine et à s’affirmer par leurs goûts propres. Le rock’n’roll, musique considérée comme subversive, trouve ainsi un terreau idéal pour s’y implanter. Toutefois, nous voyons comment les liens avec les Blousons noirs ont pu se retourner contre certains artistes du rock’n’roll qui ont dû composer également avec la montée du mouvement yéyé au risque de voir leur carrière compromise ou tout au moins plus compliquée. Parallèlement les médias se désintéressent progressivement des Blousons noirs dont les méfaits feront moins souvent la une des journaux. Ils vont être remplacés par les « cheveux longs », puis à partir des années 1970 par les loubards qui, malgré quelques attributs symboliques en commun avec les bandes des années 1950/60 (jeans, perfecto, bottes) et l’écoute du rock qui a toutefois bien évolué, sont confrontés à d’autres problématiques liées à l’évolution de la société mais témoignent de la peur de la société face à la révolte de la jeunesse et à la menace qu’elle peut représenter pour l’ordre social52.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bantigny Ludivine, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007.

Bantigny Ludivine, « De l’usage du blouson noir. Invention médiatique et utilisation politique du phénomène “blousons noirs” (1959-1962) », in Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli (dir.), Les bandes des jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, p. 19-38.

Bourre Jean-Paul, Quand j’étais blouson noir, Issoire, 1960-1963, Rosières-en-Haye, Camion noir, 2009.

Copfermann Émile, La génération des blousons noirs, Problèmes de la jeunesse, Paris, La Découverte, 1962, rééd. 2003.

Graff Séverine, Le cinéma-vérité. Films et controverses, Rennes, PUR, 2014.

Joubrel Henri, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960.

Kaiserman Roger, Blousons noirs story, Ivry-sur-Seine, sne, 1987.

Le Pajolec Sébastien, « Le cinéma des blousons noirs », in Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli (dir.), Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, p. 61-81.

Mucchielli Laurent, « Regard sur la délinquance juvénile au temps des “Blousons noirs”. (années 1960) », Enfances et psy, 2008/4, no 41, p. 132-139.

Pirot Stéphane, Les courts métrages de la Nouvelle vague (1956-1965), Le portrait d’une jeunesse, mémoire de master 1, université Sorbonne nouvelle, 2006.

Pirot Stéphane, « La censure du Chemin de la mauvaise route », Forum des Images, 2008 [en ligne]

Sohn Anne-Marie, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001.

Sohn Anne-Marie, « Les “jeunes”, la “jeunesse” et les sciences sociales (1950-1970) », in Jean-Michel Chapoulie, Olivier Kourchid, Jean-Louis Robert, Anne-Marie Sohn (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 1960, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 122-134.

Tamagne Florence, « “Le blouson noir”. Codes vestimentaires, subcultures rock et identités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960 », in Isabelle Paresys (dir.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 99-114.

Tamagne Florence, « La “Nuit de la Nation” : culture jeune, rock’n’roll et panique morale dans la France des années 1960 », in Pascal Dupuy et Joann Élart (dir.), Rock et violences en Europe, Criminocorpus, 31 octobre 2018 [en ligne] http://journals.openedition.org/criminocorpus/4481

Tétard Françoise, « Le phénomène blouson noir en France. Fin des années 50-début des années 60 », Révolte et société, tome 2, Paris, Publications de la Sorbonne, 1989, p. 205-214.

Victorien Sophie, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945, Rennes, PUR, 2011.

Victorien Sophie, « L’école de la rue dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen après la Seconde Guerre mondiale », in Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les âmes mal nées : Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 329-340.

Victorien Sophie, « Les J 3 au sortir de la Seconde Guerre mondiale », in Jean-Claude Vimont (dir.), Jeunes, déviances et identités, XVIIIe-XXe siècle, Rouen, PURH, 2005, Cahier du GRHis, n° 15, p. 113-125.

Yvorel Jean-Jacques, « De Gavroche aux blousons noirs, la construction de la délinquance juvénile comme problème public », in Laurent Mucchielli (dir.), La délinquance des jeunes, Paris, La Documentation Française, 2015, p. 25-44.

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul Bourre, Quand j’étais blouson noir, Issoire, 1960-1963, Rosières-en-Haye, Camion noir, 2009, p. 21. Dans cet ouvrage l’auteur né en 1946 relate trois années de sa jeunesse passées à Issoire (Puy-de-Dôme) et son goût pour la musique rock’n’roll. Comme le souligne Florence Tamagne à propos de l’ouvrage de Roger Kaiserman, Blousons noirs story, Ivry-sur-Seine, sne, 1987, ces témoignages très vivants et très intéressants ne sont pas exempts de clichés (goûts, loisirs, violences, etc.) ni d’une certaine réécriture d’un passé parfois romancé. Florence Tamagne, « “Le blouson noir”. Codes vestimentaires, subcultures rock et identités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960 », in Isabelle Paresys (dir.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, p. 99.

2 Célestin Freinet, La formation de l’enfance et de la jeunesse, Cannes, Éditions de l’École moderne, 1960, p. 3-5.

3 Sur l’évolution de la délinquance juvénile et sa place croissante dans le débat public, voir Jean-Jacques Yvorel, « De Gavroche aux blousons noirs, la construction de la délinquance juvénile comme problème public », in Laurent Mucchielli (dir.), La délinquance des jeunes, Paris, La Documentation Française, 2015, p. 25-44.

4 « Enquête sur la délinquance : les blousons noirs », JT de 19h15, 17 octobre 1960 https://www.ina.fr/video/CAF95054181/enquete-sur-la-delinquance-les-blousons-noirs-video.html

5 Terme utilisé dans le titre d’un journal de 1953 ayant utilisé le diminutif Teddy pour Edward en référence à leurs vêtements et celui de boy, garçon en anglais.

6 Film de Frederico Fellini datant de 1953 et sorti en France sous le titre Les inutiles. Le terme vitelloni est une expression qui était utilisée à Pescara immédiatement après-guerre. Il désigne des jeunes gens fainéants et sans scrupules.

7 Les Demi-sel (titre original : Die Halbstarken) est un film allemand réalisé par Georg Tressler et sorti à l'automne 1956. Horst Buchholz (que l’on compare souvent à James Dean) y joue le rôle de Freddy le chef d’une bande de jeunes vivant à Berlin ouest. Halbstarken est traduit par demi-sel mais la traduction littérale est « demi-durs ».

8 Sorti aux États-Unis en 1953, en France en 1954.

9 Sorti en 1955 aux États-Unis, en 1956 en France.

10 Émile Copfermann, La génération des blousons noirs, Problèmes de la jeunesse, Paris, La Découverte, 1962, rééd. 2003.

11 Françoise Tétard, « Le phénomène “blousons noirs” en France fin des années 1950-début des années 1960 », Révolte et société, 1989, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 212.

12 Ludivine Bantigny, Le plus bel âge ? Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 2007, p. 131.

13 « Aucune disposition légale ne permet d’appeler sous les drapeaux les “blousons noirs” de moins de vingt ans », Le Monde, 8 janvier 1960.

14 Sur la délinquance juvénile dans les années 1960 voir l’article de Laurent Mucchielli, « Regard sur la délinquance juvénile au temps des “Blousons noirs” (années 1960) », Enfances et psy, 2008/4, no 41, p. 132-139. S’appuyant en particulier sur les études menées par le centre de recherche de Vaucresson (Éducation surveillée), notamment le travail de Henri Michard et Jacques Sélosse, Laurent Mucchielli présente un panorama de cette délinquance loin de l’image de cette « marée montante » des délinquants présentées par les médias de l’époque.

15 Dans la presse ces initiales désignent les « jeunes voyous » alors que pour la police il s’agit des « jeunes à vérifier ».

16 Disponible sur l’album La dernière séance (1977).

17 Henri Joubrel, Jeunesse en danger, Paris, Fayard, 1960, p. 32.

18 Henri Joubrel (1914-1983) : après une carrière dans la magistrature, il se consacre aux questions relatives à l’enfance en difficulté. Parmi ses principales actions, notons l’organisation des conférences du Méridien, de stages nationaux et internationaux pour les éducateurs mais également la création de l’ANEJI (Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés) et de l’AIEJI (Association internationale des éducateurs de jeunes inadaptés). Il a publié plusieurs ouvrages sur ces thèmes, contribué aux principales revues spécialisées et participé à plusieurs émissions radiophoniques et télévisées.

19 Jean Herman est plus connu sous son nom d’écrivain Jean Vautrin (1933-2015), auteur notamment de Billy-Ze-Kick, Bloody-Mary ou avec Dan Franck de la série Les aventures de Boro, reporter photographe.

20 Concernant la censure du film et son accueil, voir Stéphane Pirot, Les courts métrages de la Nouvelle Vague (1956-1965), mémoire de master 1, université Paris III, 2006, p. 97 et Séverine Graff, Le cinéma-vérité. Films et controverses, Rennes, PUR, 2014, p. 97.

21 Cinéma 63, no 80, novembre 1963, p. 109.

22 Séverine Graff, op. cit., p. 330.

23 Cinéma 63, no 77, juin 1963, p. 17.

24 Le Monde, 27 mars 1963.

25 Le Monde, 10 décembre 1963. Jean Herman sera à cette occasion invité au journal télévisé de 20h le 9 décembre 1963 pour évoquer le décès Jean-Claude Grandvallet. À la question du journaliste voulant savoir s’il ne se sentait pas responsable, Jean Herman répondit par la négative, arguant notamment du fait que le jeune homme n’avait même pas vu le film.

26 Image et son, no 180-181, janvier-février 1965, p. 56.

27 Johnny Hallyday, « La Bagarre », 1962.

28 Voir : Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945, Rennes, PUR, 2011 ; id., « L’école de la rue dans le quartier de la Croix-de-Pierre à Rouen après la Seconde Guerre mondiale », in Jean-Claude Caron, Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel (dir.), Les âmes mal nées : Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (xixe-xxe siècles), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 329-340.

29 Johnny Hallyday, « La bagarre », Olympia, 1963 [en ligne sur Ina.fr] https://www.ina.fr/video/I08191898/johnny-hallyday-la-bagarre-video.html

30 Voir par exemple cette version avec les motos au Palais des Sports en septembre 1976 [en ligne sur Ina.fr] https://www.ina.fr/video/I00007920/johnny-hallyday-la-bagarre-video.html. Pour la télévision dans l’émission Numéro un le 21 juin 1975, le chanteur mime encore une bagarre avec chaînes de vélo sur une tout autre musique avec les ballets Barry Collins [en ligne sur Ina.fr] https://www.ina.fr/video/I07078227/johnny-hallyday-danse-avec-le-ballet-barry-collins-video.html.

31 Émile Copferman, op. cit., p. 24.

32 « Une bande de voyous sème la terreur dans un bal », L’Oise matin, 5 août 1959.

33 « Blousons noirs et reportages », Le Monde, 31 juillet 1959.

34 Notons que Laurent Terzieff, figure du mauvais génie, porte un blouson noir dans le film de Marcel Carné.

35 « Square des Batignolles », Cinq colonnes à la une, 4 novembre 1960.

36 Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette, 2001.

37 Entretien filmé le 2 février 2006 à Boulogne-Billancourt, pour la réalisation du film « Il était une fois… un blouson noir » diffusé dans l’exposition « Blousons noirs, Mythes et réalités, 1959-1962 » se tenant au Centre d’exposition « Enfants en justice » CAE Ferme de Champagne à Savigny-sur-Orge, du 17 mai au 7 juillet 2006. Réalisation : Michel Basdevant CNRS Printemps/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, avril 2006.

38 Voir sur le sujet la revue Présence du cinéma sur « Le cinéma des “Blousons noirs”, no 4/5, avril 1960, où ces deux acteurs et leurs films tiennent une place importante dans ce numéro spécial.

39 Voir Florence Tamagne, « “Le blouson noir”. Codes vestimentaires, subcultures rock et identités adolescentes dans la France des années 1950 et 1960 », in Isabelle Paresys (ed.), Paraître et apparences en Europe occidentale du Moyen Âge à nos jours Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008, op. cit., p. 99-114.

40 Guy de Ray, « L’érotisme du noir », Présence du cinéma, no 4/5, avril 1960, p. 88.

41 Françoise Tétard, op. cit., p. 212.

42 Jean-Claude Bourre, op. cit., p. 20.

43 « Juste un printemps », Seize millions de jeunes, 8 juillet 1965.

44 Ibidem.

45 « Encore le rock », Le Monde, 21 novembre 1961.

46 Voir également « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach. Dans ce documentaire, le réalisateur filme l’attente avant « la surboum géante du Rock » qui s’est tenue au Palais des Sports le 24 février 1961, la tension croissante, des extraits du spectacle mais aussi celui du 18 février où se succèdent entre autres Les Chaussettes noires, Johnny Hallyday, Vince Taylor et les spectateurs dansant, frappant des mains jusqu’à l’affrontement final avec les policiers sur une bande sonore puisée dans la musique classique (le menuet extrait du Quintette à cordes opus 11 no 5 de Boccherini) pour illustrer ce ballet chaotique et apocalyptique.

47 L’Express, 2 mars 1961.

48 Paris Jour, 22 février 1961.

49 Deux ans plus tard surviennent les événements de la Nuit de la Nation le 22 juin 1963 « où la psychose autour du rock atteignit son apogée ». Voir Florence Tamagne, « La “Nuit de la Nation” : culture jeune, rock’n’roll et panique morale dans la France des années 1960 », in Pascal Dupuy et Joann Élart (dir.), Rock et violences en Europe, Criminocorpus, 31 octobre 2018 [en ligne] http://journals.openedition.org/criminocorpus/4481.

50 « Juste un printemps », op. cit.

51 Sébastien Le Pajolec, « Le cinéma des Blousons noirs », in Marwan Mohammed, Laurent Mucchielli (dir.), Les bandes de jeunes. Des « blousons noirs » à nos jours, Paris, La Découverte, 2007, p. 74-75.

52 Voir Anne-Marie Sohn, Âge tendre et tête de bois. Histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette Littérature, 2001, p. 266.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Images de Colette et Jean-Claude extraites du film Le Chemin de la mauvaise route (1963)
Légende Images publiées dans Cinéma 63, no 72, janvier 1963, p. 48-49
Crédits Collection personnelle
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9610/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Couverture du roman de Françoise d’Eaubonne, Les Tricheurs (1959)
Légende Roman écrit d’après le film de Marcel Carné
Crédits Collection personnelle
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9610/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Couverture du numéro spécial de Présence du cinéma sur les Blousons noirs
Légende Présence du cinéma, n° 4/5, avril 1960
Crédits Collection personnelle
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9610/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)
Légende Image extraite du documentaire « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach. Le public n’était pas constitué que de Blousons noirs et les jeunes filles certes en nombre plus restreint (un tiers des spectateurs selon les journalistes) étaient bien présentes.
Crédits Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9610/img-4.png
Fichier image/png, 564k
Titre Le début des affrontements au premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)
Légende Image extraite du documentaire « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach
Crédits Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9610/img-5.png
Fichier image/png, 372k
Titre Les heurts avec la police au premier festival international du rock le 24 février 1961 (Paris, Palais des Sports)
Légende Image extraite du documentaire « À la mémoire du rock » (1962) de François Reichenbach. Nous pouvons remarquer la présence des journalistes et des photographes prompts à relayer ces scènes d’affrontements.
Crédits Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/9610/img-6.png
Fichier image/png, 438k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Victorien, « Les blousons noirs, amateurs de rock’n’roll et de violence »Criminocorpus [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 21 mai 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9610 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9610

Haut de page

Auteur

Sophie Victorien

Membre du CLAMOR (UMS 3726) Sophie Victorien est docteure en histoire contemporaine. Elle est spécialisée sur l’histoire de la justice des jeunes en danger et délinquants. Elle est responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR et responsable éditoriale et secrétaire de rédaction de Criminocorpus. Sophie Victorien est membre du comité de rédaction de Criminocorpus, de la Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (RHEI) et de la revue Histoire pénitentiaire. Elle est également membre du jury du Prix Françoise Tétard Histoire de l'éducation populaire / Histoire de l'éducation spécialisée. Elle est l'auteure de Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L'éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945, paru aux presses universitaires de Rennes en 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Criminocorpus est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search