Navigation – Plan du site

AccueilDossiersLes sources de la recherche2021Présentation du procès fait à Bar...

2021

Présentation du procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de Nancy accusée en 1591 d’être sorcière et abuseresse

Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7301
Antoine Follain

Notes de la rédaction

Cet article est la transcription annotée du procès disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

  • 1 Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs en Lorraine aux XVIe et XVIIe siè (...)

1Des extraits de cette procédure ont été publiés dans le livre La Sorcellerie et la Ville (2018) dans l’article « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs » étudiant la sorcellerie lorraine successivement dans les campagnes, les petites villes, les villes moyennes et dans la ville capitale, Nancy, ou autour d’elle1.

  • 2 Sur la sorcellerie en Lorraine : Étienne Delcambre, Le concept de sorcellerie dans le duché de Lorr (...)

2L’hypothèse d’une grande ville qui par rapport à la sorcellerie serait plus raisonnable que le village, est rapidement contredite. En effet les (ou des) habitants et les (ou des) officiers déclenchent des procès, exposent pour les uns, et valident pour les autres, des accusations qu’à la campagne – aussi absurdes qu’à la campagne – et la justice va jusqu’au bout des procédures, c’est-à-dire jusqu’à la mise à mort des prévenus. La femme accusée d’être sorcière, Barbe Morel, avait une clientèle urbaine mais elle était domiciliée à une certaine distance de Nancy. Pour présenter ce procès nous aborderons seulement les aspects les plus remarquables. On peut trouver ailleurs les généralités sur la sorcellerie en Lorraine2.

Nicolas Rémy et les autres officiers de justice

  • 3 Livre commencé on ne sait quand et terminé pendant des vacances forcées des tribunaux pour cause de (...)
  • 4 La procédure est de juillet 1591 et c’est au mois d’août que l’échevin Nicolas Rémy change de fonct (...)
  • 5 Christian Pfister a figé la réputation du personnage : « En ces quinze années [1576-1592] il avait (...)

3Le fait que l’un des échevins de Nancy soit Nicolas Rémy, futur auteur de la Démonolâtrie (1595)3, appelé à Nancy comme échevin (1576) et qui le reste jusqu’à sa promotion comme procureur général de Lorraine peu après ce procès (1591)4, a-t-il été un facteur aggravant de la chasse aux sorcières dans le dernier quart du XVIe siècle5 et dans le procès fait à Barbe Morel ?

  • 6 Le personnage est Régnauld de Gournay : bailli depuis le 29 janvier 1577 jusqu’en 1606. C’est un me (...)
  • 7 La Démonolâtrie, op. cit, p. 245-247.
  • 8 Christian Pfister situe le cas en 1582 alors qu’il n’y a pas de date dans la Démonolâtrie.
  • 9 Les nombreux procès conservés dans les composantes du duché de Lorraine sont considérés comme des p (...)

4Selon quelques souvenirs personnels mis dans sa Démonolâtrie Nicolas Rémy était déjà inquiété sinon obsédé par la sorcellerie dans les années 1560. Son grand œuvre est rempli de ce qu’il dit être des preuves et il répète en plusieurs endroits des avertissements : « Que se taisent ceux qui prétendent que ne sont que sornettes », regrettant que « certains sots » ne se rendent pas « à l’évidence » du Mal « tant c’est être doublement sot que de ne tirer leçon d’aucun mal ». Parmi des cas évoqués chacun brièvement et entremêlés dans son livre pour traiter de la sorcellerie en général, Nicolas Rémy en a développé quelques-uns plus longuement, dont un seul cas précisément nancéien qui avait impliqué rien moins que le bailli de Nancy6 et son fils : « Une sorcière que les gens avaient surnommée l’Ânière avait pour habitude d’aller mendier de porte en porte à Nancy. Son âge et sa mauvaise santé avaient déjà tellement suscité la pitié des plus fortunés que, chaque jour, elle recevait d’eux comme une ration habituelle, de quoi mener une vie acceptable. Donc, selon son habitude, elle se tenait un jour devant la porte du bailli et elle réclamait d’une manière trop agaçante qu’on lui donnât de quoi subsister. Alors le fils aîné de la maison, malheureusement pour lui, sortit dans la rue : il lui dit de s’en aller et de revenir plus tard, parce que pour l’heure, il se trouvait que les gens de la maison n’avaient pas le temps de lui faire l’aumône. Furieuse, elle le maudit, dans les termes habituels à toutes les sorcières. Aussitôt, comme si son pied avait heurté un caillou, le garçon se trouva étendu à terre, dans une chute si violente que la douleur le força à rentrer immédiatement au logis. Là, il raconta tout par le détail7 ». La victime explique avoir senti « une poussée violente exercée dans son dos » et elle dit qu’il aurait été blessé « si Dieu ne lui avait porté secours » car « le matin de bonne heure, je m’étais recommandé à lui en m’agenouillant et en me signant. » Nicolas Rémy expose ensuite que le démon recommanda à la sorcière de répéter son attaque plus tôt un matin « sans qu’il ait eu le temps de se protéger par ses prières matinales ». Alors que le jeune homme se penche à sa fenêtre, une force le précipite dehors. Dans son agonie il répète toujours avoir été victime d’un sort. Nicolas Rémy raconte que quelques jours plus tard « d’autres sorcières » (sic.) dénoncent l’Asnière qui est arrêtée et l’enquête lui est confiée : « Finalement, avec des arguments logiques et sans avoir aucunement besoin de recourir à la torture, je l’ai amenée à avouer sincèrement tous ses autres forfaits »8. Pas plus que les autres procès urbains, celui-ci n’a été retrouvé. On sait d’ailleurs que Nicolas Rémy avait emporté de la documentation à la campagne pour écrire son livre. La perte des procès les plus urbains, ceux de Nancy, serait donc due à deux causes : le dépouillement des archives par Rémy et sinon, des destructions sur les bûchers. C’était partout l’usage à cette époque : éliminer la sorcière, son corps et la mémoire d’elle, donc la procédure9.

  • 10 Lorsque Christian Pfister écrit « En ces quinze années il avait envoyé au supplice 900 victimes » e (...)
  • 11 Dans le présent procès : f°14r. et f°17r.
  • 12 Practique civile et criminelle pour les justices inférieures du duché de Lorraine, conformément à c (...)

5Qu’en était-il des autres échevins de Nancy ? Tous les officiers supérieurs de ce tribunal du Change apparaissent comme impitoyables, voire acharnés à trouver des sorcières10. De plus, il s’agit d’une manifestation collective : comme il n’y a pas de traces des délibérations, on ne dispose que de leur acte, leur « avis »11 qui est commun, avec les signatures des participants, deux, trois, quatre ou cinq échevins, et l’on ne peut pas savoir s’ils ont été unanimes ou en désaccord sur le cas, ni en général si tel échevin était un adversaire absolu des sorciers et si tel autre était plus doux. On peut éventuellement prêter à Claude Bourgeois, auteur de la Practique civile et criminelle…, un respect pointilleux des formes de droit12. Sinon, dans les avis rédigés, aucun échevin ne peut être distingué des autres. Quant aux procès dans la prévôté de Nancy où l’enquêteur est l’un des échevins, il ne s’agit plus d’un « avis » et c’est seulement le clerc-juré qui signe l’acte et l’identité du ou des interrogateurs n’est pas toujours donnée. Au final, rien ne fait penser que les autres échevins étaient moins obsédés et acharnés contre les sorciers que Nicolas Rémy ne l’était.

6Quant aux officiers des justices subalternes, par exemple ceux de Lenoncourt, ils apparaissent tous comme autant acharnés les uns que les autres à trouver des sorciers et à les interroger, les faire torturer et les condamner sans aucune retenue.

  • 13 Avoir été « tenté[e] de l’ennemy » est un topos des cas de suicide, une formule obligée employée pa (...)
  • 14 Ou « rebouteur », « renoueur » ou encore « rhabilleur » : personne qui guérit ou prétend guérir les (...)
  • 15 Dans le jugement des échevins, le clerc-juré a d’abord copié les mots du procureur mais la mention (...)

7Dans le livre La Sorcellerie et la ville nous avons montré un cas où les juges de Nancy voyaient le Mal là où les parents et voisins disaient qu’il n’y était, avec le procès fait au corps de la femme Voyrier suicidée en 1597 – un procès très révélateur des obsessions des officiers de la ville. Dans ses réquisitions et conclusions, Nicolas Rémy (devenu procureur général) rejette toute explication du suicide par la démence ou une douleur insupportable. Il commente le « besongné » de son collègue échevin de Nancy envoyé sur place pour dire qu’elle n’était pas « estranger de son esprit le jour de lad[it]e précipita[ti]on » ni « possédée d’aucune douleur telle que vraysemblablement elle se soit laissée aller à ung tel forfaict » et il conclut « y a plustot de la présumption de la tenta[ti]on du Diable à laquelle elle se seroit laissé aller légèrement »13. Or c’est un « cas que les loix n’excusent aucunement ». Il requiert donc la pendaison du corps mort et une inhumation infâmante. Les échevins de Nancy estiment également « que la fem[m]e de Nicolas Woyrier a com[m]is homicide sur sa propre personne, poussée de la tentation du Diable » et ils confirment la peine. Ainsi les officiers de Nancy ont-ils diabolisé une situation contre tout ce qui leur avait été dit dans les dépositions. Nous avons aussi montré comment en 1615 ils ont aggravé un cas par une accusation de sorcellerie portée par seulement cinq déposants sur 29 – des Accusations de ville qui sont tout à fait comparables aux Accusations des champs. Nous avons encore exposé le cas de Nicolas Noël dit Le Bragard (le prétentieux) un vieux soldat, un guérisseur rebouteux14 et un magicien autodidacte qui lit de mauvais livres. Les conclusions de Nicolas Rémy retiennent les crimes « de venéfice [empoisonnement] et incantations magiques […] convaincu d’avoir par imprécations, incantations et aultres moyens damnables et réprouvés causé aux ungs la mort15, aux aultres de grièves et estranges maladies » qu’il guérissait ensuite « moyennant quelque récompense ». Les requises et le jugement ont une forte signification. Le Bragard ne sera pas brûlé comme un sorcier mais pendu comme un hérétique ayant professé ses erreurs et son corps ensuite réduit en cendres et « que les livres, papiers et caractères dont il a usé en faisant sesdictes incantations [qui] sont en [nos] mains, que ceux soyent ars et bruslés en sa présence en ung feu qui se fera à part [afin] d’en exterminer la mémoire ».

  • 16 Ce surnom correspond sans doute à un goitre d’une taille remarquable, mais auquel on ne peut pas pr (...)
  • 17 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7301. L’étiquette porte « Procès extraordinaire f (...)

8C’est dans ce contexte qu’en 1591 une certaine Barbe Morel dite La Grosse Gorge16 a été accusée à son tour. Cette femme n’était pas domiciliée à Nancy mais elle avait en ville toute une clientèle qui s’est retournée contre elle. Le procès commencé et terminé devant la justice de Lenoncourt, avec des moments de consultation des autorités nancéiennes, l’a conduite au bûcher17. Ce procès est spécialement long et riche, d’où l’intérêt de le transmettre en entier en faisant remarquer dans cette présentation ce qui le distingue.

Une sorcière expressément accusée par des clients mécontents

  • 18 Aujourd’hui Jarville-la-Malgrange : Meurthe-et-Moselle, ar. Nancy, ch.-l. c. et communauté urbaine (...)

9Une première particularité est que beaucoup de procès de sorcellerie sont déclenchés par les autorités qui réagissent à un « bruit » devenu trop fort pour être ignoré ; c’est-à-dire une rumeur, un faisceau d’accusations dites, répétées et amplifiées, sans qu’une personne ne se décide à déposer une plainte en forme. Mais dans le cas de Barbe Grosse Gorge, il y a une « partie formelle » qui est Bastien Aubertin, marchand teinturier demeurant à Saint-Nicolas qui dépose le 24 juin 1591 une plainte auprès de Aloffre Maroyt maire de Jarville18 « pour tous les seigneurs dud[it] lieu » contre « Barbe, vefve, dicte La Grosse Gorge, demeurante aud[it] Jarville ». Aubertin l’accuse d’être « sorcière et abuzeresse », escroc, et il se fait fort de le prouver et demande son arrestation. Le maire n’a que la basse justice et en matière criminelle, que les flagrants délits. Le 2 juillet, la plainte est portée par le maire et par Aubertin devant la haute justice de Leno[n]court qui appartient aux comtes de Vignory et de Bassompierre.

  • 19 Émile-Auguste Begin, Guide de l’étranger à Nancy..., Nancy & Paris, Vidart & Jullien, 1835, 258 p.
  • 20 Marie-José Laperche-Fournel, La Population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, Presses Univ (...)

10Il est impossible de résoudre une incertitude sur où demeurent les Aubertin : à Saint-Nicolas [-de-Port] ou à Saint-Nicolas faubourg de Nancy ? Les deux sont distants de seulement 12 kilomètres. L’établissement d’un teinturier de Nancy est nécessairement « hors les murs » comme tous les métiers polluants. À la fin du XVIe siècle le faubourg Saint-Nicolas est au sud de l’ancienne porte Saint-Nicolas avant la construction de la ville-neuve de Nancy. Comme les fortifications anciennes ont été conservées, cette porte ferme l’extrémité de la vieille-ville de Nancy (sur le site de la Place Stanislas construite en 1751-1755) et la rue Saint-Nicolas est orientée vers Saint-Nicolas-de-Port. La création de la ville-neuve transformera le faubourg en quartier de la ville et amènera à reporter la nouvelle porte au sud de l’extension urbaine. L’ancien faubourg Saint-Nicolas-lez-Nancy est donc un quartier urbain19. Quant à Saint-Nicolas-de-Port c’est au début du XVIe siècle une ville beaucoup plus importante que Nancy, mais Nancy qui part d’un millier d’habitants a été choisi par les ducs pour devenir leur capitale. À la fin du XVIe siècle Saint-Nicolas-de-Port a été doublé mais est toujours l’une des cinq plus grandes villes du duché de Lorraine. Nancy attire les gens et les activités et les deux villes sont moins différentes par leur population que par leur dynamique20. Cependant les deux lieux qui comptent sont le domicile de Barbe (Jarville) et le siège de la justice (Lenoncourt) qui relèvent du bailliage de Nancy.

11C’est la volonté du couple Aubertin d’obtenir l’emprisonnement immédiat de Barbe Grosse Gorge qui a obligé l’homme, Bastien Aubertin, à se constituer « partie formelle et accusatrice » avant que ne soient réalisés l’information par audition des témoins et l’interrogatoire de la prévenue. Sinon, Barbe n’aurait pas été appréhendée aussi tôt dans la procédure, car il n’y avait encore rien qui soit prouvé contre elle et qui justifiait une action judiciaire aussi grave. Le 4 juillet est posée à Barbe la question habituelle, si elle sait « pourquoy elle a esté co[n]stituée prisonnière et emmenée à ce lieu ? » Celle-ci ne l’ignore pas et répond « que s’a esté à la plainte et requise de Bastien Aubertin m[aist]re des taintures à Saint Nicolas » lequel rencontrant Barbe peut-être par hasard « passant dernièrement p[ar] led[it] Jarville le jour de feste sainct Jean Baptiste [24 juin] trouva icelle Barbe » avec laquelle il « se print de propos [se prit de querelle], l’appellant sorcière » et requérant son arrestation. En tant que partie formelle, Aubertin s’engage à « satisfaire à tous dépens qu’il co[n]viendroit faire en lad[it]e poursuyte » et à produire des témoins. L’accusateur paraît donc très déterminé et sûr de la faire condamner pour une double accusation d’escroquerie et de sortilège avec une issue qui pourrait être différente : le bannissement pour les abus ou le bûcher pour la sorcellerie. Or les faits ne sont jamais bruts, mais toujours interprétés, et ils vont l’être vers le pire, c’est-à-dire une incrimination de sortilège.

Une paysanne attirée par la ville

12Barbe est une guérisseuse âgée « d’environ cinquante ans, natifve de Ville sur Illon » donc née vers 1540 et originaire des Vosges, plus précisément des environs d’Épinal.

13Comme toute mobilité est suspecte, elle est interrogée « quantes années il y a qu’elle a sorty » de son village ? Elle répond dix ou douze ans (vers 1579-1581) alors qu’elle était mariée à un nommé Demenge Vanal, décédé il y a sept ou huit ans (vers 1583-1584). À partir de ce décès elle perd la protection d’un homme et commence à se déplacer jusque dans le pays messin et dans le Barrois et en France jusqu’à Saint-Dizier en Perthois « demandant l’aumosne ». Après avoir « couru tant de pays » elle est revenue vers Nancy et s’est installée à Jarville. Malgré ces déplacements, nulle part Barbe n’est dite « vagabonde » et elle n’avoue aucun ennui avec la justice. À la question « pourquoy elle a laissée le lieu de sa naissance pour venir résider p[ar] deçà ? » elle répond « que s’a esté p[ar] paouvretez ». Les déplacements et les rencontres lui ont permis d’acquérir des connaissances et elle s’est faite une réputation nouvelle de guérisseuse.

  • 21 À ne pas confondre avec la ville-neuve qui est l’agrandissement de Nancy.
  • 22 Les faits ne sont pas datés mais la tentative d’installation pourrait être située entre le retour d (...)

14La deuxième particularité de ce cas, est son activité urbaine sans résider à Nancy. Soit on l’a empêchée de résider intra-muros, soit elle a préféré ne pas être en ville mais dans les deux cas sa mise à distance est un fait intéressant. Barbe exerce sa pratique indifféremment en ville et aux champs et réside à environ trois kilomètres et une heure de marche de Nancy. Une personne peut, dans la même journée, aller et venir plusieurs fois entre la ville et le village. Barbe a aussi résidé un peu plus loin de Nancy, mais l’autorité religieuse locale et « d’autres » en ont éloigné exprès la guérisseuse. La déposition de messire Didier Mathieu, curé de la Neufville-lès-Nancy21 expose en effet qu’il n’avait pas lui-même d’accusations à énoncer mais qu’une paroissienne s’était plainte de son « [in]fortune » en accusant Barbe de l’avoir ensorcelée et comme il avait « ouy dire » qu’elle était « mal famée, soubsonnée sorcière », il n’avait « voullu endurer que lad[it]e Barbe ait faict résidence à lad[it]e Neufville et en a sollicité d’aultres qui ont esté de son accord pour la faire expulser hors ». Le curé et des habitants ont menacé aussi son logeur Poiresson Le Clerc « que s’il la soustenoit davantaige qu’on trouveroit le moyen de le faire sortir luy mesme »22.

  • 23 Ainsi, en marge des accusations, on peut relever qu’une déposante qui se rend chez Barbe s’entend r (...)

15Mais la domiciliation n’est qu’un aspect des choses : Barbe est présente à Nancy où elle a des clients et surtout elle vaque à ses affaires partout dans les environs, dans les villages, les faubourgs et la ville23. Son rayon d’action est d’une douzaine de kilomètres. C’est une sorcière d’entre-deux, Sorcière des champs et aussi Sorcière de ville.

Une femme qui jouait de plus en plus avec le feu

  • 24 À cette époque la fièvre n’est pas un symptôme mais une maladie à part entière provenant d’une inte (...)

16La troisième particularité du cas est l’extension des activités de Barbe et sa prise de risque croissante. Barbe a d’abord été guérisseuse en combattant les « fièvres » puis elle a augmenté sa pratique. Pour en déterminer l’étendue, l’enquêteur demande « si elle ne s’adonnoit à guérir aulcuns malades faisant profession d’estre médicine ? » La prévenue « Dict que non ; synon de guérir de la fièbvre »24. Bien qu’elle s’en défende, Barbe agit donc dans le domaine des médecins universitaires et autorisés. De plus, elle expose d’autres interventions qui attestent qu’elle soigne les gens pour différents maux.

  • 25 Précisément « Vatellet Delleval dem[eurant] à Nancy, escuyer, jad[is] lieutenant du gouvernement de (...)

17Tout en montrant sa bonne volonté en déclarant tout de sa pratique, elle semble vouloir se protéger en disant combien honorable est sa clientèle : « le sieur co[n]trolleur des dîmes », « la fem[m]e de Symon Le Boulengier dem[eurant] à la Neufve Ville de Nancy », « la chamberière du capitaine Vatellet » de Nancy25, Didellot, inspecteur des ouvrages du Duc à Nancy, « deux jeunes filles de Claude Des Seurs, boulengier », etc. Les malades et parents qu’elle cite résident pour la plupart aux abords de Nancy et dans la ville.

  • 26 Perte de poids chez une personne.
  • 27 « Fluxion qui tombe sur quelque partie du corps » Dictionnaire de l’Académie… Comprendre une sécrét (...)

18Faire tomber une fièvre n’est pas si difficile pour qui connaît les plantes et compte sur le temps pour que les gens guérissent. Mais Barbe soigne les gens pour d’autres maux comme une « sécheresse » du corps26, une catarrhe27, un mal des yeux, un mal de jambe, une atteinte de folie ou encore « ung mauvais morceaux dedans son corps » qui amène aussitôt à parler de poison et de contrepoison.

19On relève aussi que cette fille de la campagne qui a beaucoup bougé et qui ne dit rien de sa pratique dans les villages auprès des gens de rien, a augmenté sa clientèle en servant des gens de biens de la ville. Mais si Barbe cite exprès des réussites médicales et des personnes qui lui paraissent servir de garants de sa bonne réputation, tout au contraire les juges et ces mêmes personnes, excitées par les Aubertin, vont se retourner contre celle qui jouait avec le feu pour se donner de la pratique. Les déclarations de Barbe et celles des témoins attirent l’attention sur le caractère de la prévenue. D’un côté on note une certaine prudence et intelligence. D’un autre, Barbe manque de réalisme et se montre assez agressive. Mais peut-on survivre quand on est seule, si l’on n’a pas un fort caractère ? La prudence de Barbe est évidente lorsqu’elle fait boire une potion à une femme saine avant de la délivrer à un malade, expliquant aux officiers « qu’elle le faisoit pour se descharg[er] » de tout soupçon d’empoisonnement. Le patient-témoin « ne s’en trouva aulcunement mal » alors que Didellot mourut deux ou trois jours plus tard. Elle est bien consciente qu’en exerçant sa pratique elle pourrait aussi bien être accusée de donner le mal que de le retirer. Elle sait que les ingrédients qu’elle utilise peuvent être mal perçus et donc elle raconte de quelle manière et avec quelles précautions il faut cueillir les herbes avec un drap d’autel et le jour de l’anniversaire d’un certain saint, pour être sûr de faire le bien avec. Barbe commet aussi des imprudences. Ainsi, lorsque le nommé Jacques « luy dict qu’il avoit entendu qu’elle sçavoit beaucoup d’arts » et lui demande un moyen « pour le faire gaigner au jeu », elle se laisse convaincre pour un coup à boire et pour impressionner les gens, ce qui lui vaudra deux ans plus tard une déposition pleine de rancune. Barbe devait se rendre parfaitement compte que délivrer une telle recette pour gagner au jeu ajoutait à sa réputation première de guérisseuse celle de « devineresse », pour une recette qui ne pouvait avoir aucun succès. Est-elle imprudente ou sa situation lui interdit-t-elle de dire non à ses clients ? De plus, Barbe raconte aux gens des choses qui renforcent sa réputation. Elle prétend s’y connaître en sorcellerie en expliquant un mal qui touche le fils de l’un des témoins, car il aurait été ensorcelé par quelqu’un. Lors du récolement, face à Barbe Le Brun « servante au sieur trésorier des guerres », elle dénie tout le témoignage en l’insultant « disant que les putains disent ce qui leur vient en la bouche ». Elle pense ensuite se justifier en racontant « que lad[it]e Barbe [Le Brun] p[ar] plus de quara[n]te fois l’a importunée de luy donner ou enseigner quelque remède pour avoir ung marit », ce qu’elle fit à la fin en lui donnant quelque chose dont elle savait que « se ne fut chose qui vaille ». Barbe pourrait s’arrêter là, mais elle ne peut s’empêcher de dire aux enquêteurs qu’elle savait que la fille Le Brun voulait abuser un certain Baptiste « pour l’avoir en mariaige » et elle ajoute « que si elle eust voullu » elle lui aurait donné une vraie recette qu’elle connaissait et « qu’elle n’eust failly à attrapper led[it] Baptiste ou aultre tel qu’elle eust voullu ». Elle garantit que cette recette est bonne puisqu’elle-même a « esté prinse p[ar] mariaige de telle façon ». Aussitôt après, elle répond sur la déposition de Clère, veuve de Claudin Grant Villaume de Nancy, qu’elle ne voulut donner à Jean Thomas « quelque recepte pour le faire gaigner au jeu, principallement avec mons[ieu]r de Collor » mais cette fois encore elle ne peut s’empêcher d’ajouter « encor qu’elle sceut quelque chose ». Ainsi la prévenue pense-t-elle bien se conduire, en étant honnête avec les enquêteurs et en réfutant les accusations malveillantes, alors qu’elle ne cesse d’alimenter les présomptions contre elle, face à une partie formelle et des officiers qui sont déjà résolus à sa perte.

Un procès à charge conduit par vengeance

  • 28 Voir Pascal Diedler, « Le mal donné face à la médecine » p. 119-184, in Antoine Follain et Maryse S (...)

20Quatrième point notable mais courant dans de telles procédures : les Aubertin avec le procureur conduisent un procès à charge qui est ici motivé par la vengeance. L’information en deux ou trois temps consiste à auditionner en quatre journées 17 personnes, et une cinquième journée trois de plus et Aubertin pour finir est lui-même auditionné. La source révèle alors ce que les officiers doivent savoir depuis le début, c’est-à-dire les raisons des Aubertin, désespérés par l’état de leur fils et persuadés que la maladie soignée par Barbe était un « mal donné » par celle-là même qu’ils avaient sollicitée pour le guérir28.

21La déposition de Bastien Aubertin est suivie par une confrontation avec Barbe « laquelle a dict ne voulloir nyer ne mescongnoistre » qu’elle « ast abuzé led[it] Aubertin et plusieurs aultres de ces médicament » mais elle nie « d’estre sorcière co[mm]e il est porté en lad[it]e plainte », recourant à une formule forte : « qu’elle veult vivre et mourir » sur ce qu’elle a juré. La femme Aubertin « luy dict [à Barbe] qu’elle avoit soubson sur une fem[m]e qui [demeurait] en leurs maisons et qu’elle craindoit qu’elle eust donné le mal à sond[it] filz ». Or cette femme réputée sorcière étant morte, on ne peut plus lui faire retirer son sortilège. En s’engageant à soigner le malade, Barbe a promis de contrer un sort lancé par une autre, ce qui pour toutes les parties signifie qu’elle-même doit être une puissante sorcière. Il y a ensuite deux séquences de soins sans succès puis une querelle et l’accusation « d’estre sorcière et abuseresse » appuyée sur « le mauvais fame et réputation qu’elle a ». Les ressorts de ce procès sont donc le dépit et la vengeance.

22Les officiers de Lenoncourt et de Nancy soutiennent l’intention des Aubertin et déploient contre Barbe une accusation à charge où pas un seul témoin, pas un seul ancien client, ne prend sa défense. Les indices de sorcellerie deviennent des certitudes. Plus Barbe se justifie et plus elle précipite sa condamnation car chaque réponse de la prévenue est interprétée comme une preuve supplémentaire de sa culpabilité. La prévenue subit un dernier interrogatoire commencé par des menaces « qu’elle se garda bien de cacher et nyer ladicte vérité, aultrement seroit la dampnation de son âme ». Barbe cède sur un premier cas et « co[n]fesse […] avoir donné la maladie qu’elle avoit par des erbes qu’elle donna » à une femme pour se venger d’elle, jusqu’à ce que « lad[ite] Janne Collignon [se] sentant malade s’en vint [réconcilier] à lad[it]e prévenue » qui « luy donna d’aultres erbes », ce qui constitue exactement un cas de mal donné par une sorcière.

  • 29 On trouve à ce niveau une opposition entre les convictions animistes anciennes et le discours démon (...)

23Pour obtenir davantage de Barbe, elle est soumise à la question judiciaire et elle cède rapidement et une fois mise « en dehors des tourments », elle fait des aveux pleinement satisfaisants. Barbe avoue même des choses jamais évoquées auparavant. Elle résout le cas du fils Aubertin en dénonçant « celle qui [lui] a donné de mal », disant « que s’a esté son maistre qui luy a dict » ce qui établit la présence d’un démon et la connexion entre les deux sorcières. Dans ce démon, les officiers voient le diable. Les gens du commun connaissent et craignent plutôt des démons, des esprits errants et des gens mal morts29. De toute manière, la communication avec les esprits relève de la sorcellerie et elle mène tout prévenu au bûcher.

  • 30 La réalité du sabbat est discutée entre démonologues. Déjà pour Ulrich Molitor ou Molitoris (c. 144 (...)

24Enfin les officiers posent la grande question « sy elle auroit esté au sabbat et quantes fois ? » et Barbe répond oui mais curieusement elle ajoute « que tout […] n’est que par songes et raveries » et qu’elle n’y a reconnu personne qu’elle puisse dénoncer30. À ce point du procès, Barbe a donné aux officiers absolument tout ce qu’ils voulaient entendre et son crime est dès lors parfaitement établi, ce qui à la fin justifie toute la procédure et l’acharnement des officiers, y compris la séance de torture.

Une prévenue trompée par des gens de justice à leur tour abuseurs ?

25Le dernier point remarquable est qu’il semble que Barbe a cédé à des promesses interdites pour lui garantir qu’elle serait épargnée si elle confessait bien toute l’étendue de ses fautes. On touche aux limites des actes écrits qui ne peuvent conserver la trace des manœuvres des interrogateurs, mais il y a un détail troublant. En effet, à la fin de l’acte de répétition des aveux, le 27 juillet, elle termine en suppliant les officiers d’« intercéder pour elle les seigneurs dudict lieu pour estre mise hors de captivité (sic.), se repentant ses [fautes] co[m]mises et maléfices quelle a usé, dont elle en crie mercy à Dieu, ausdicts s[eigneu]rs et à justice ». Nous n’avons pas vu cela dans d’autres procédures et il est formellement interdit de négocier avec un prévenu, mais Barbe semble avoir compris de ses échanges avec les enquêteurs qu’ils allaient la récompenser de ses aveux en prononçant au pire un bannissement.

26Mais telle n’était pas leur intention. Le même jour, le procureur requiert la condamnation de Barbe au bûcher. Le 29, les échevins de Nancy émettent une réserve, disant qu’il faut l’interroger encore et la faire « persiste[r] à sesd[it]es confessions » pour qu’ils adjugent ses conclusions au procureur. Le 3 août, alors que Barbe ignore le contenu de ces conclusions et l’avis des échevins, les officiers obtiennent la répétition de ses confessions, dont comme précédemment « elle crie mercy et demande p[ar]don à Dieu, aux s[eigneu]rs et justice ».

27Les échevins n’ont plus de réserves. Le 5, les gens de justice de Lenoncourt prononcent la sentence de mort, laquelle est aussitôt mise à exécution. Si Barbe l’abuseresse a été abusée par les gens de justice, cela expliquerait ses aveux très satisfaisants, une fois qu’elle a décidé de leur dire tout et donc, judiciairement, d’« avouer » absolument tout ce qu’un chasseur de sorcières peut rêver entendre.

Une sorcière d’entre-deux

28Barbe Morel dite La Grosse Gorge est une sorcière d’entre-deux : elle est entre la Sorcière de ville et la Sorcière des champs mais est-ce différent ? Notre principale conclusion de l’enquête menée sur les villes lorraines est qu’il n’y avait aucune différence dans les mentalités, dans l’imaginaire des populations, de part et d’autre des murailles, entre les Gens de ville et les Gens des champs. Les rustres et les urbains, les justiciables et les magistrats, se comprennent parfaitement. Il y a peut-être un rempart de papier, un mur d’écritures élevé par ceux qui ne veulent pas que la sorcellerie soit aussi présente en ville. Mais réellement, elle n’en est pas absente. Les urbains, ou au moins des urbains, comme aussi des paysans, mais pas forcément tous, croient aux forces surnaturelles, aux démons et au mal donné. Ils craignent les sorcières et ils les sollicitent aussi, pour être avantagés dans leurs affaires ou guéris d’une maladie.

29Comme tout est de l’ordre du discours, il y a peut-être des témoins qui ont utilisé tout l’éventail des accusations sans croire à tout ce qu’ils ont dit. Mais on ne fait pas autrement dans les villages, où des témoins en rajoutent sur le contrôle de la nature, les transformations en animal, les vénéfices et les assemblées suspectes, lorsqu’ils ont compris ce qu’il faut dire aux enquêteurs pour détruire un ennemi.

  • 31 Jean-Claude Diedler, « Un procès de sorcellerie en Lorraine du sud au début du XVIIe siècle (le pro (...)

30Tout n’est quand même pas semblable dans et hors les murs. D’abord, la haute justice est plus proche au chef-lieu qu’au village. Une plainte peut donc plus vite qu’ailleurs faire tomber la chappe d’un procès de sorcellerie contre une imprudente. Dans la fable d’ailleurs, les attraits de la ville sont gâchés par les alarmes qui obligent le Rat de ville à fuir, alors que le Rat des champs est moins inquiété à la campagne. Les Officiers de ville doivent aussi se sentir plus responsables, du fait de l’imaginaire lié à la ville en tant qu’espace sécurisé. D’où la réaction immédiate du procureur de Bruyères quand il apprend qu’une Sorcière des champs, Claudette Clauchepied, est venue exercer dans la cité qu’il protège. Celle-ci ne repassera la muraille que pour être conduite au champ des supplices31. Barbe Grosse Gorge, la sorcière d’entre-deux, a aussi été détruite par la fréquentation de clients de la ville. Elle a pratiqué son art durant des années entre Nancy et les environs, jouant avec le feu pour s’assurer des moyens d’existence ; appliquant de bonnes recettes contre les fièvres mais rendant aussi d’autres services plus dangereux ; entretenant un mystère sur les origines et la nature de son savoir et de son pouvoir, afin d’intéresser sa clientèle.

  • 32 Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle(...)

31Un siècle plus tard il n’y aura plus, ou pratiquement plus, de procès de sorcellerie ni en France ni dans la Lorraine de plus en plus francisée et bientôt absorbée par le royaume. En revanche beaucoup d’activités comparables à celles de l’« abuseresse » de 1591 seront requalifiées à la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle en actes d’escroquerie accomplis par des « faux sorciers »32.

Haut de page

Notes

1 Antoine Follain, « La Sorcière de ville et la Sorcière des champs en Lorraine aux XVIe et XVIIe siècles, p. 63-148, in Antoine Follain et, Maryse Simon (dir.), La Sorcellerie et la ville – Witchcraft and the City, Strasbourg, PUS, 2018, 248 p.

2 Sur la sorcellerie en Lorraine : Étienne Delcambre, Le concept de sorcellerie dans le duché de Lorraine au XVIe et au XVIIe siècle, Nancy, Société d’archéologie lorraine, 1948-1951, 255, 289 et 251 p. ; Jean-Claude Diedler, Démons et sorcières en Lorraine : le bien et le mal dans les communautés rurales de 1550 à 1660, Paris, Messenne, 1996, 235 p. ; BRIGGS, Robin, Witches and Neighbours. The Social and Cultural Context of European Witchcraft, Oxford, Blackwell publishing, 2002, XVI-400 p. (1ère édition 1996) et The Witches of Lorraine, Oxford, New York, Auckland, Oxford University Press, 2007, XII-404 p. ; Jean-Claude Diedler, et Antoine Follain, « Les derniers procès de sorcellerie intentés dans la prévôté d’Arches », p. 187-233, in Antoine Follain, et Maryse Simon (dir.), Sorcellerie savante et mentalités populaires, Strasbourg, PUS, 2013, 337 p. ainsi que « La Sorcière de ville... », ibid.

3 Livre commencé on ne sait quand et terminé pendant des vacances forcées des tribunaux pour cause de peste (1592) et édité plus tard (1595) en latin seulement : La Démonolâtrie, texte établi et annoté par Jean Boes à partir de l’édition de 1595, Nancy, PU, 1998, nouvelle édition Nancy, ADRA, 2017.

4 La procédure est de juillet 1591 et c’est au mois d’août que l’échevin Nicolas Rémy change de fonction.

5 Christian Pfister a figé la réputation du personnage : « En ces quinze années [1576-1592] il avait envoyé au supplice 900 victimes ; c’est une moyenne de soixante condamnations capitales par an et le duché de Lorraine était un pays fort petit [...] Il est naturellement difficile aujourd’hui de donner des statistiques exactes ; mais parfois à Nancy, où l’on exécutait les sorcières de la ville et quelques sorcières de la prévôté (sinon ces sorcières étaient brûlées dans leur village) on trouve trace de six ou même de huit condamnations capitales dans une année. » PFISTER, Christian, « Nicolas Rémy et la sorcellerie en Lorraine à la fin du XVIe siècle », Revue Historique, janvier 1907, p. 225-238, et avril 1907, et p. 28-44, ici p. 230. Le chiffre de 900 est très contesté. On dispose aussi de : M. Leclerc, « Notice sur Nicolas Rémy », Mémoires de l’Académie de Stanislas 1868, éd. 1869, p. 49-158. Il n’y a pratiquement rien à ajouter à ces travaux anciens, faute de sources sur le personnage. Dans des publications plus récentes on transforme sans nouvelles preuves des hypothèses de Pfister en certitudes. Voir notre synthèse p. 19-23 dans Antoine Follain, Blaison Barisel, le pire officier du duc de Lorraine, Paris, L’Harmattan, 2014, 288 p. L’affaire en 1573 oppose en effet le supposé meilleur officier du Duc (Nicolas Rémy) au pire officier (Barisel) écrasé durant la procédure et puni pour haute trahison pour servir d’exemple.

6 Le personnage est Régnauld de Gournay : bailli depuis le 29 janvier 1577 jusqu’en 1606. C’est un membre de l’une des familles de l’Ancienne chevalerie de Lorraine.

7 La Démonolâtrie, op. cit, p. 245-247.

8 Christian Pfister situe le cas en 1582 alors qu’il n’y a pas de date dans la Démonolâtrie.

9 Les nombreux procès conservés dans les composantes du duché de Lorraine sont considérés comme des pièces comptables. Arches, Bruyères ou Blâmont avaient besoin de justifier à Nancy leur activité. En revanche, Nancy n’avait pas à justifier son activité à Nancy. D’où notre hypothèse des destructions.

10 Lorsque Christian Pfister écrit « En ces quinze années il avait envoyé au supplice 900 victimes » en vérité Nicolas Rémy n’en est pas seul responsable car c’est collectivement que « les maistre eschevins et eschevins de Nancy » au vu du « besongné », de la liasse du procès, rendent un ou plusieurs avis sur le déroulement de la procédure et sur la validité de ce qui a été fait par le juge enquêteur. Le procureur par ses « réquises » et « conclusions » et les échevins par leurs « avis » orientent les « jugeants » locaux sur leur décision mais seuls les jurés énoncent le jugement.

11 Dans le présent procès : f°14r. et f°17r.

12 Practique civile et criminelle pour les justices inférieures du duché de Lorraine, conformément à celle des sièges ordinaires de Nancy... par Claude Bourgeois, édité à Nancy par J. Garnish en 1614. Sur les cinq échevins en fonction en 1591, les plus anciens, Olry et Tarrat, ne semblent pas avoir de grade universitaire, alors que Bourgeois, Philbert et Rémy sont « licenciés ès lois ».

13 Avoir été « tenté[e] de l’ennemy » est un topos des cas de suicide, une formule obligée employée par exemple dans les lettres de rémission de la fin du Moyen Âge, même quand les rédacteurs développent longuement les vraies raisons. C’est l’insistance de Nicolas Rémy qui est remarquable.

14 Ou « rebouteur », « renoueur » ou encore « rhabilleur » : personne qui guérit ou prétend guérir les fractures, luxations et douleurs par des moyens empiriques.

15 Dans le jugement des échevins, le clerc-juré a d’abord copié les mots du procureur mais la mention des décès a été barrée. Les échevins ont donc retenu les maladies données mais pas les homicides.

16 Ce surnom correspond sans doute à un goitre d’une taille remarquable, mais auquel on ne peut pas prêter de signification particulière tellement cette affection était courante – cf. les travaux des médecins au XIXe siècle – dans les territoires de l’intérieur où l’alimentation est pauvre en iode.

17 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, B 7301. L’étiquette porte « Procès extraordinaire faict par devant les maires et gens de justice de Lenoncourt » à 10 kilomètres de Nancy. Lenoncourt : ar. Nancy, c. Tomblaine et depuis 2015 c. Grand Couronné.

18 Aujourd’hui Jarville-la-Malgrange : Meurthe-et-Moselle, ar. Nancy, ch.-l. c. et communauté urbaine de Nancy. La fusion des deux localités de Jarville et Malgrange est réalisée en 1936. La bataille de Nancy qui opposa en 1477 les armées du duc de Lorraine et de Charles le Téméraire se déroula en partie sur ce territoire. Jarville est à 3 kilomètres du centre de Nancy et à 9 de Saint-Nicolas-de-Port.

19 Émile-Auguste Begin, Guide de l’étranger à Nancy..., Nancy & Paris, Vidart & Jullien, 1835, 258 p.

20 Marie-José Laperche-Fournel, La Population du duché de Lorraine de 1580 à 1720, Nancy, Presses Universitaires, 1991, 236 p. Saint-Nicolas-de-Port ne se remettra pas de sa destruction par les Suédois le 5 novembre 1635.

21 À ne pas confondre avec la ville-neuve qui est l’agrandissement de Nancy.

22 Les faits ne sont pas datés mais la tentative d’installation pourrait être située entre le retour de la « tournée » de Barbe dans la Woëvre et sa réinstallation à Jarville.

23 Ainsi, en marge des accusations, on peut relever qu’une déposante qui se rend chez Barbe s’entend répondre que ce jour elle ne peut la voir car « elle voulloit aller au marché à Nancy » ; le lendemain elle rencontre Barbe, à Houdemont (hameau de Jarville) qui lui dit qu’elle doit se rendre le lendemain « à N[ost]re Dame de Bon Secours [proche de la porte sud de Nancy] et aultres églises ». Quelques jours après, « elle déposante allant à Nancy » y rencontre encore Barbe.

24 À cette époque la fièvre n’est pas un symptôme mais une maladie à part entière provenant d’une intempérie de chaleur qui se communique depuis le cœur par tout le corps.

25 Précisément « Vatellet Delleval dem[eurant] à Nancy, escuyer, jad[is] lieutenant du gouvernement de Biche pensionnaire de Son Alteze, eaigé de soixante et six ans ».

26 Perte de poids chez une personne.

27 « Fluxion qui tombe sur quelque partie du corps » Dictionnaire de l’Académie… Comprendre une sécrétion abondante de mucus dans le nez et dans la gorge.

28 Voir Pascal Diedler, « Le mal donné face à la médecine » p. 119-184, in Antoine Follain et Maryse Simon (dir.), Sorcellerie savante…, op. cit. Il s’agit de l’édition adaptée avec Antoine Follain de la thèse de médecine du docteur Diedler, Université de Nancy I.

29 On trouve à ce niveau une opposition entre les convictions animistes anciennes et le discours démonologique développé à partir du XVe siècle. Les esprits indépendants des corps sont susceptibles de posséder les hommes ou de s’incarner dans n’importe quel objet. L’imprégnation par le discours démonologique fait évoluer les dépositions premières et l’on voit lors des interrogatoires sous la torture, à partir du moment où le prévenu se résigne à avouer ce que les enquêteurs veulent entendre, que les descriptions s’éloignent de la culture ancienne pour se conformer au discours démonologique. L’un des glissements les plus forts consiste à passer des démons au démon selon l’Église et donc au diable.

30 La réalité du sabbat est discutée entre démonologues. Déjà pour Ulrich Molitor ou Molitoris (c. 1442- 1507) les sabbats étaient une illusion causée par le diable et non une réalité cf. Tractatus De Lamiis et Pythonicis. Autore Ulrico Molitore Constantiensi, ad Sigismundum Archiducem Austriae (1489) et Des Sorcières et des Devineresses par Ulric Molitor. Reproduit en fac-similé d’après l’édition latine de Cologne 1489 et traduit pour la première fois en français, Paris, Librairie critique Émile Nourry, 1926, 84 p. Songe ou réalité matérielle, la différence oppose les démonologues mais cela ne change rien pour les officiers praticiens qui ne s’intéressent qu’à la participation au sabbat.

31 Jean-Claude Diedler, « Un procès de sorcellerie en Lorraine du sud au début du XVIIe siècle (le procès de Claudette Clauchepied, accusée de sorcellerie à Bruyères – Vosges) », Histoire et Sociétés Rurales n°7, 1997, p. 133-172 ; et La sorcière de la Vologne, le destin d’une guérisseuse du XVIe siècle, Paris, Les éditions de Paris, 2001, 302 p. L’article est une édition scientifique de la source et le livre est une écriture romancée sur le même cas, pour atteindre un autre public sans renoncer à rien de l’analyse scientifique.

32 Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, 301 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Follain, « Présentation du procès fait à Barbe Morel une guérisseuse des environs de Nancy accusée en 1591 d’être sorcière et abuseresse »Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 21 juin 2021, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9644 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9644

Haut de page

Auteur

Antoine Follain

Professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg (ARCHE UR 3400). Il est spécialiste de l'histoire rurale et de l'histoire de la justice et de la criminalité aux XVIe et XVIIe siècles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search