Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus2021Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud e...

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Arianna Sanesi, Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021, 84 p.

Matthieu Prati
Référence(s) :

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Arianna Sanesi, Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021, 84 p.

Texte intégral

1« Chahinez on ne t’oublie pas ». Voici les mots que nous pouvons lire sur un trottoir de Mérignac le 5 mai dernier, au lendemain du meurtre de Chahinez Daoud, brulée vive après avoir reçu une balle dans les jambes par son ex-compagnon. L’assassinat de cette mère de trois enfants est le 39e féminicide de l’année 2021. Ce fait divers récent fait écho au présent ouvrage qui rappelle que le crime passionnel n’existe pas car le meurtre des femmes parce que femmes n’est jamais l’effet de la passion.

  • 1 Lydie Bodiou et alii., On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Paris, Hermann, 201 (...)

2Ce livre est le fruit d’une rencontre entre une photographe italienne de talent et deux historiens français de renom. À l’origine de cette publication, nous retrouvons les travaux d’Arianna Sanesi qui, en 2015, publie I would like you to see me, un travail photographique sur le féminicide en Italie et dont certains clichés sont au cœur de l’ouvrage. À côté de cette narration imagée, l’historienne helléniste Lydie Bodiou et le contemporanéiste Frédéric Chauvaud viennent apporter un éclairage primordial sur la représentation du féminicide, à la fois désastre du temps passé et fléau du temps présent. La collaboration de ces deux historiens n’est pas nouvelle : ils ont déjà co-dirigé en 2019 l’ouvrage collectif intitulé On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités1.

3En outre, l’intérêt de ce livre réside dans son originalité, tant d’un point de vue esthétique que qualitatif. Ici, le clic de l’appareil photo rejoint de manière brillante la plume et les mots choisis par les historiens. D’apparence, cet ouvrage ne ressemble à aucun autre, que ce soit dans la conception graphique ou dans l’esthétisme typographique. Ce dernier propose une double entrée permettant d’envisager le sujet sous l’angle du fait divers puis dans le même temps, sous un angle davantage scientifique et intellectuel. D’une part, la mise en page perturbe car elle est finalement nouvelle et ne propose aucune pagination. Elle interroge par sa disposition et par un fond sombre qui plonge le lecteur dans un sujet triste et obscur. D’autre part, elle permet aussi de découvrir une nouvelle histoire en ouvrant ce qui ressemble à une quatrième de couverture, mais qui représente, comme l’écrit Marc Prüst dans l’ouvrage, une « manière de parler du monde qui [nous] entoure ». La série de photographies raconte une histoire grâce à un paysage, un objet, un corps ou des traces.

4L’ouvrage est divisé en trois parties, auxquelles nous pouvons ajouter une ouverture et un épilogue. Ces trois chapitres suivent un fil rouge tendu depuis l’Antiquité. C’est tout d’abord sur une brutalisation qui tend vraisemblablement vers une mort annoncée et dont il convient d’évoquer cette « histoire de la monstruosité » où des femmes « ne sont pas tuées de la même manière que les hommes, ni avec la même intensité ni avec une ampleur similaire » que se concentre le premier chapitre. Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud n’oublient cependant pas de rappeler, avec un brin de provocation, qu’il s’agit d’un fait bien trop ordinaire, « la banalité d’un crime » (chapitre 2) souvent ramené à un simple fait divers « certes tragique, mais pas plus qu’un accident de la route, comme s’il était inévitable et faisait partie de la vie quotidienne ». Enfin, cette mort annoncée devient mort survenue et laisse place au silence de la victime, à l’absence de cette dernière et au deuil des familles et de l’entourage. « Le deuil et l’absence » (chapitre 3) permet de mettre des mots sur cet acte criminel aux qualifications nombreuses. Les motifs sont variés, mais, si elles sont tuées, c’est parce qu’elles sont des femmes. Il s’agit ici d’interroger « le passage à l’acte, explorant les souvenirs, [et] se mettant en quête de confidence ». Ces trois parties permettent de « rendre accessible un état des connaissances » sur le féminicide, et démontrent que les « féminicides intimes » ne sont en aucun cas des « drames familiaux » et des « crimes passionnels », malgré l’utilisation fréquente de ces termes dans des discours juridiques, politiques et médiatiques. L’ouvrage montre que le sujet du féminicide qui est actuellement questionné et (re)pensé n’était, quelques décennies auparavant, que silence et banalité. Comme l’écrivent Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud en introduction, « en quelques années se produit un renversement inédit. Pendant des siècles, ou plutôt des millénaires, la mort d’une épouse ou le trépas d’une femme […] était mis sur le compte des accidents de la vie domestique ou des impondérables de la vie en société. […] Et puis, à la fin du xxe siècle, ce qui était jusqu’à présent inaudible devient manifeste. Le tolérable d’hier est devenu l’insupportable d’aujourd’hui ». Cet ouvrage se veut d’histoire et d’actualité. Il apparaît comme une mise au point sur ce que représente le féminicide au début de cette nouvelle décennie. Les crimes passionnels n’existent pas est une photographie de notre monde actuel et la discipline historique permet d’en donner un sens, des explications ainsi que des perspectives pour l’avenir.

5La première partie de l’ouvrage part d’un constat simple : « le passé regorge de femmes assassinées seulement en raison de leur sexe ». Ainsi, il convient, pour les historiens, de « regarder le passé » en ayant conscience des obstacles quant à l’étude de ces faits. Ces crimes sont évoqués sur le temps long de l’histoire et ce, en traversant les différentes périodes historiques. De la petite fille exposée dans la Grèce antique, en passant par la persécution des femmes lors de la chasse aux sorcières des périodes médiévales et modernes, jusqu’à l’assassinat de la duchesse de Praslin par son mari ou aux tueurs de femmes du xixe siècle, les exemples sont légion pour mettre en avant des crimes qui, jusqu’à la Grande Guerre, « s’apparentaient soit au crime conjugal ou passionnel, soit à l’assassinat de certaines catégories ». Des meurtres qui sont difficilement quantifiables et qui n’ont pas vraiment été un sujet d’histoire, tout du moins jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle où, outre-Atlantique, et notamment en Amérique latine, le féminicide fait irruption dans la société. Pour cela, les auteurs évoquent l’assassinat des sœurs Mirabal en République Dominicaine, le 25 novembre 1960, considéré comme « le crime de trop » qui provoque « un impact mondial à la fois pour la reconnaissance des luttes politiques, pour les luttes des femmes, pour les droits de l’homme, pour la démocratie et pour la justice ». Enfin, il faut « scruter les images » car ces dernières « ont une force que ne possèdent pas les mots ». Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud rappellent que l’illustration des violences conjugales débute à la fin du xixe siècle sous un angle humoristique avant de laisser place à la presse spécialisée de l’entre-deux-guerres où la photographie remplace le dessin. Néanmoins, « l’époque n’est pas prête à en faire un sujet de société ». Ces photographies montrent originellement une brutalité évidente, avant de réduire la vision de cette sauvagerie et de privilégier la réflexion et l’interrogation des lecteurs. Tout comme le dessin ou la photographie, les mots interrogent également. C’est le cas du « féminicide » dont la grille de lecture est large et qu’il convient de confronter à l’ensemble de la société, de l’Europe à l’Asie en passant par l’Amérique latine.

  • 2 Alain Corbin, Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 2018 [2015].

6Dans un deuxième temps, les historiens évoquent le féminicide, notamment intime, en mettant l’accent sur le caractère malheureusement « banal » et « quotidien » d’un tel crime. Et c’est d’abord sous l’angle du silence qu’ils nous invitent à réfléchir. À l’instar d’un ouvrage d’Alain Corbin2, Lydie Bodiou et Frédéric Chauvaud confirment que « le silence possède une histoire ». Ce silence n’est pas uniquement celui du trépas, mais également celui de la parole bâillonnée où les mots prononcés ne peuvent faire entendre les maux de la victime, souffrante, mais toujours en vie. De plus, l’utilisation du mot « banalité » permet de montrer le caractère coutumier du passage à l’acte où, finalement, « une fourchette, une rallonge électrique, une bouteille, et même les mains humaines, sont des objets qui font partie de la vie ordinaire ». Ces objets, tout comme les fusils, les couteaux ou les mains, peuvent être des armes accomplissant le geste létal et ce, davantage dans le cercle privé que dans l’espace public. Banalité également car les noms de ces femmes remplissent une liste qui ne cesse de croître au gré des semaines qui passent. Elles « sont des inconnues, des femmes banales, perdues dans l’anonymat du temps, du lieu, du fait divers vite parcouru et aussitôt oublié ». Enfin, cette banalité est évoquée car les raisons, s’il en existe vraiment, ne sont que des événements ou des états qui font partie du cycle de la vie, « refus de la séparation […], la jalousie, […] la maladie, la vieillesse ou la dépendance, des difficultés financières ». Dans la continuité, cette partie se conclue avec une série de photographies, très légèrement légendées et qui ont le pouvoir, en montrant des objets ordinaires et inoffensifs à première vue, de raconter une histoire. Un casque, du pain ou des gobelets, de simples natures mortes comme symbole d’un destin tragique, au centre d’une vie somme toute banale.

7Vient alors la partie intitulée « le deuil et l’absence », permettant d’entrer dans un état réflexif et d’illustrer le titre de cet ouvrage. Le « crime passionnel », cette nomination forgée par la presse française au xixe siècle et encore utilisée à tort de nos jours, ne fait que justifier un meurtre par une prétendue passion amoureuse entre une femme et son mari, entre la victime et son bourreau. L’explication de Lydie Bodiou et de Frédéric Chauvaud est claire : « le crime passionnel n’existe pas, c’est une excuse commode et une expression qui n’explique rien ». À l’inverse, le féminicide est davantage « un crime d’amour propre » qu’un drame passionnel où « l’amour » laisse place à un illusoire droit de vie ou de mort. Cela pousse également la réflexion sur « la mémoire du crime », celle qui est entretenue par ces femmes et ces hommes qui, au travers de leurs actes et de leurs mots, refusent d’oublier. Ce sont aussi ces photographies qui fixent pour l’éternité le visage d’une victime. Ainsi, il faut « témoigner pour les disparues », susciter une prise de conscience, qu’elle soit partielle ou globale et « protéger celles qui ont survécu, ou celle qui sont en sursis tant que rien n’est fait ». Enfin, l’ouvrage nous propose une réflexion du point de vue des victimes, trop longtemps oubliées car elles n’intéressent pas. Ces dernières ne sont pas uniquement les femmes, mais également des victimes collatérales. Des enfants qui, grâce à des paroles simples, « papa a tué maman », laissent une trace sur le temps long et vont grandir en portant avec eux, la mémoire de leur mère.

8Cet ouvrage est court mais puissant. Les propos sont justes, pertinents et permettent de faire le point sur l’état des connaissances et de l’actualité sur le féminicide. Bien que cela ne soit pas toujours le cas dans d’autres ouvrages, ici, la distinction entre le « féminicide intime » et les « autres » féminicides est clairement établie. En ce sens, ce livre n’est pas uniquement destiné à un public scientifique ou à une population d’experts. Il est aussi un opuscule qui s’adresse à l’ensemble de la société, celle du xxie siècle, qui vit au rythme des médias, de la télévision et des réseaux sociaux. Il est aussi un moyen de dresser un constat qu’il ne faut pas oublier, un cri scientifique et historique pour évoquer le présent et l’avenir. Certes, l’explication de ce titre n’apparait que dans la troisième partie de l’ouvrage, celle consacrée au deuil et à l’absence, néanmoins il agit ici comme la conclusion d’un développement construit de façon à démontrer que les crimes passionnels n’existent pas, et que le raisonnement ne doit pas s’arrêter à cela. Ce texte reste un livre d’histoire, avec toute l’objectivité et la neutralité que doivent avoir l’historienne ou l’historien qui, sans consentir, ne se dressent à aucun moment contre la façon dont ces crimes sont traités, d’un point de vue judiciaire, politique ou autre. Prenant en compte les émotions des victimes, de l’entourage et de l’opinion publique, ils ne font que dresser un bilan : « sans rien céder à une vulgarisation racoleuse, il [l’ouvrage] entend rendre accessible un état des connaissances, sans occulter les indignations, les drames et les espoirs que les tueries de femmes ont suscités, devenant une exigence morale ». Ce livre est une rencontre entre la plume et la pellicule, tout comme une volonté collective de raconter une histoire qui est aussi un devoir.

  • 3 Victoria Vanneau, La paix des ménages. Histoire des violences conjugales, xixe-xxie siècle, Pairs, (...)
  • 4 Ivan Jablonka, Laëtitia ou La fin des hommes, Paris, Seuil, 2016.

9Tandis que plusieurs ouvrages récents traitent des violences envers les femmes comme celui de Victoria Vanneau centré sur l’évolution du droit face aux violences conjugales3 ou celui d’Ivan Jablonka4 concentré sur le cas particulier du meurtre de Laëtitia Perrais, ce présent ouvrage reste singulier à plus d’un titre. Du début jusqu’à la fin, de par sa couverture sobre, sa lecture à double entrée et cette fusion des images et des mots, cet ouvrage est d’une originalité peu commune. Il traite avec finesse historique un fait encore présent dans la société sur tous les continents et dans toutes les cultures. Ce manuscrit nous rappelle que le meurtre d’une femme en raison de son genre ou de sa qualité d’épouse ou de concubine s’inscrit dans un continuum de violence qu’il faut combattre à la racine. Il nous faut une prise de conscience collective, tant pour les féminicides dits intimes que pour tous les autres meurtres de femmes afin de « faire en sorte que les fillettes, les sœurs, les collègues, les amies, les compagnes ne figurent plus dans des tableaux statistiques morbides ».

Haut de page

Notes

1 Lydie Bodiou et alii., On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités, Paris, Hermann, 2019.

2 Alain Corbin, Histoire du silence. De la Renaissance à nos jours, Paris, Flammarion, 2018 [2015].

3 Victoria Vanneau, La paix des ménages. Histoire des violences conjugales, xixe-xxie siècle, Pairs, Anamosa, 2016.

4 Ivan Jablonka, Laëtitia ou La fin des hommes, Paris, Seuil, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Prati, « Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Arianna Sanesi, Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021, 84 p. », Criminocorpus [En ligne], 2021, mis en ligne le 16 juin 2021, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9720

Haut de page

Auteur

Matthieu Prati

Matthieu Prati est professeur certifié d’histoire-géographie et étudiant en master sciences historiques à l’université de Rouen-Normandie. Il poursuit des recherches sur les féminicides en Seine-Maritime et dans l’Eure.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search