Navigation – Plan du site

AccueilDossiersComptes rendus2021Karine Salomé, Vitriol. Les agres...

2021

Karine Salomé, Vitriol. Les agressions à l’acide du XIXe siècle à nos jours

Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « La Chose Publique », 2020, 283 p.
Cédric Audibert
Référence(s) :

Karine Salomé, Vitriol. Les agressions à l’acide du XIXe siècle à nos jours, Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « La Chose Publique », 2020, 283 p.

Texte intégral

  • 1 Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michèle Perrot, Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice péna (...)
  • 2 Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes (...)
  • 3 Coline Cardi, Geneviève Pruvost, (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, (...)
  • 4 Frédéric Chauvaud, Lydie Bodiou, Myriam Soria (dir.), Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l (...)

Dans son dernier ouvrage, Karine Salomé opère une plongée dans ce qu’elle nomme le « moment vitriol » (p. 43). Les crimes de vitrioleuses lui permettent d’aborder simultanément le genre, la déviance et la justice dans le prolongement des colloques Femmes et justice pénale (2001)1 et Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (2008)2. L’historienne participe ainsi aux renouvellements de l’histoire de la criminalité en proposant une relecture « globale » (p. 6) d’un geste violent et des figures féminines qui en découlent3. Tout comme l’empoisonneuse dont elle est peut-être l’antithèse, la vitrioleuse est parfaitement ancrée dans l’imaginaire collectif au tournant des XIXe et XXe siècles4. L’étude menée par Karine Salomé ne se réduit pas à quelques décennies. L’auteure privilégie le temps long puisqu’elle interroge aussi le temps présent. Maniant avec beaucoup de dextérité les documents administratifs, confrontant les données statistiques aux articles de presse, elle réussit à mesurer le nombre d’agressions au vitriol et à saisir les évolutions de cette pratique criminelle. L’historienne s’intéresse aussi à l’imaginaire d’une époque tout en prenant en compte le savoir des acteurs. À l’aide d’œuvres littéraires et grâce aux productions théâtrales, juridiques et scientifiques, les peurs et les fantasmes de la société sont scrutés pour livrer une analyse complexe du vitriolage. Si l’essentiel du livre porte sur les cas observés en France, on découvre aussi cette pratique sous d’autres horizons géographiques, l’Asie en particulier, ce qui permet d’établir d’utiles comparaisons.

L’ouvrage est composé de six parties. Dans la première partie intitulée « Usages », Karine Salomé décrit la banalisation de l’usage de l’acide dès la fin du XVIIIe siècle. Le développement industriel augmente la consommation d’une substance polluante employée à des fins professionnelles ou domestiques. Son utilisation est dévoyée par la suite et sert d’arme aux criminels et aux suicidés. À partir des années 1870, le vitriolage devient un véritable phénomène de société. Il questionne notamment la place des femmes, qu’elles soient coupables ou victimes. Ce geste coupable devient un crime en 1873. Il est popularisé grâce à la littérature qui en façonne l’imaginaire. Il existe pourtant une distorsion entre la réalité et le fantasme. La presse, qui révèle la nature spécifique de l’agression, s’intéresse au rapport entre les sexes, à l’instar de la criminologie, discipline en plein essor. Les faits divers se répètent inlassablement et ne font l’objet d’aucune théâtralité. Les journaux exagèrent l’importance de ces agressions essentiellement parisiennes avant que le phénomène ne s’essouffle après les années 1900. Le vitriolage n’en demeure pas moins un objet littéraire digne d’intérêt. Il existe donc une distorsion de temps entre le moment vitriol et l’usage figuré du mot « vitriolage » (p. 43).

Dans la seconde partie, le vitriol est étudié en tant qu’« arme » destinée « au règlement de différends personnels » (p. 47). Le geste est associé à une violence populaire. Il permet de régler des conflits et entraîne toutes sortes de réactions. Le vitriolage est utilisé lors de ruptures amoureuses ou de dissensions conjugales. Lorsque les sentiments s’altèrent le terreau est favorable aux « crimes passionnels ». Les agressions intéressent la criminologie ou la presse qui produit des récits dramatiques, souvent stéréotypés. Le monde de la justice rechigne, quant à lui, à considérer la souffrance exprimée par le vitrioleur. Si, lors du règlement du conflit, deux conceptions de l’honneur s’affrontent, les magistrats, garant de l’ordre social, dédaignent le plus souvent le sentiment amoureux. Lors des procès, les victimes font état des violences subies. Il ressort des échanges dans les prétoires des contradictions entre la spontanéité du geste et la préméditation. L’accusé cherche, sans doute, l’indulgence de la justice. Le guet-apens ne plaide pas en sa faveur, pas plus que la préméditation, rarement retenue par les juges qui craignent une multiplication des agressions. Le vitriolage est alors mis à l’index tandis que la justice laxiste est à son tour accusée d’encourager le crime (p. 109). Plus clémente à Paris qu’en province, la justice ferait aussi preuve de beaucoup de mansuétude à l’égard des femmes. Si tous les accusés ne sont pas jugés par les mêmes tribunaux, la plupart préfèrent passer devant une cour d’Assises, plus clémente que le tribunal correctionnel. La peine relative est indéniablement conditionnée par la passion qui anime l’auteur de l’infraction. Mais ce caractère passionnel s’estompe au XXe siècle. Peu à peu, le vitriolage devient un crime comme un autre.

Dans la troisième partie de l’ouvrage, l’auteure interroge les « luttes collectives et imaginaires sociaux ». Le sentiment de crainte qui émerge outre-manche questionne. Le vitriol pourrait être utilisé sur la barricade en 1848. Arsenal du peuple, il permet en définitive de dénoncer la cruauté des manifestants. La délégitimation des Quarante-huitards se prolonge dans la critique des Communard.e.s, à l’instar de la « Pétroleuse », accusée à tort de tout détruire en recourant à la ruse et à la tromperie (p. 137). Les affaires émergent davantage des conflits sociaux que des tensions dans le monde du travail. Le vitriolage inquiète dès lors qu’il s’inscrit dans un mouvement collectif. Il s’agit, en effet, d’un « crime lâche » (p. 143). Il est d’ailleurs utilisé pour dénoncer la barbarie allemande durant la Première Guerre mondiale au cours de laquelle émergent de nouvelles armes.

La quatrième partie s’intéresse à la figure de la « vitrioleuse ». Le terme qui apparaît pendant la Commune révèle des portraits contrastés, ceux de femmes souvent issues des « classes populaires » supposées frondeuses, parfois irrespectueuses. Le vitriolage questionne donc plus largement leur place dans la société, leur rapport à la séduction et leur droit – qui fait débat – à obtenir une réparation. L’homme peut, quant à lui, également être réprimandé s’il s’écarte de sa fonction. Dans les années 1870, le portrait de la « vitrioleuse » est encore imprécis. Se dessine la femme du « peuple », parfois immorale. On devine à travers les cas de la veuve Grav et de Tilly deux trajectoires singulières et emblématiques. La première pervertit la hiérarchie sociale tandis que la seconde combat pour restaurer son honneur. L’ambiguïté préside aux représentations tandis que la nature féminine du crime divise les criminalistes. Le caractère hystérique de la « vitrioleuse » apparaît vers 1850. Honorable et irresponsable, cette femme sensible possède des nerfs fragiles. L’anormalité, qui transparaît dans la presse, met en doute la virilité et la violence masculine.

Dans la cinquième partie de l’ouvrage, l’auteure aborde la « défiguration ». Les blessures infligées aux victimes portent certes sur le visage, mais aussi sur d’autres parties du corps. L’acide doit marquer, faire perdre sa beauté à la victime. Il n’existe pas une seule explication à ce geste coupable. Si les criminels ne désirent pas rendre aveugle la personne qu’elle vise, le vitriol a des effets dévastateurs. Il modifie le visage de la personne visée. Ces cicatrices éternelles isolent la victime : les réactions oscillent entre douleur, effroi, épouvante, et construisent une sorte de monstruosité qui pousse le vitriolé à se tenir à l’écart. Elles sont aussi une manifestation répréhensible de la cruauté de son auteur.

La dernière partie intitulée « inversion contemporaine » questionne le « reflux nuancé d’une pratique » (p. 253). La vengeance privée recule en même temps que les représentations. La société ne tolère plus les atteintes au corps. Si la pratique du vitriolage se fait plus discrète, elle ne disparaît pas pour autant. Désormais, il devient un acte essentiellement masculin, surtout présent dans les pays du Sud. Il permet notamment de sanctionner les épouses infidèles. Mais les femmes savent aussi faire face.

L’étude de Karine Salomé est stimulante. Le lecteur appréciera la plume de l’historienne ainsi que sa capacité à renouveler l’histoire du crime par une approche genrée. Mais Vitriol n’est pas qu’une étude historique parfaitement menée. En interrogeant cette pratique criminelle, son auteure revisite une violence impliquant les femmes tout en discutant leur nature et leur infériorité supposées. En effet, ces femmes ne sont pas exclusivement « coupables » ou « victimes », elles sont aussi « fortes » lorsqu’elles se rassemblent et revendiquent un ajustement du regard que la société que leur oppose, espérant ainsi déplacer la honte sur leur agresseur. La prise en considération d'un espace plus large que celui de la France permet d'établir d'utiles comparaisons pour mieux comprendre le vitriolage dans sa complexité, un phénomène qui n’a pas complètement disparu.

Haut de page

Notes

1 Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michèle Perrot, Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale. XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2002, 375 p.

2 Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2009, 315 p.

3 Coline Cardi, Geneviève Pruvost, (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, 448 p.

4 Frédéric Chauvaud, Lydie Bodiou, Myriam Soria (dir.), Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours, Rennes, PUR, 2015, 425 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Audibert, « Karine Salomé, Vitriol. Les agressions à l’acide du XIXe siècle à nos jours »Criminocorpus [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 08 novembre 2021, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/criminocorpus.9868

Haut de page

Auteur

Cédric Audibert

Enseignant et docteur en histoire contemporaine (Université d’Avignon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Ministère de la Justice
  • Logo CLAMOR. Centre pour les humanités numériques et l'histoire de la justice. UAR 3726
  • Logo Sciences Po
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search