Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2013Ericka Beckman: The Super-8 Trilo...

2013

Ericka Beckman: The Super-8 Trilogy, 1978-1981

François Aubart
Ericka Beckman: The Super-8 Trilogy, 1978-1981
Ericka Beckman: The Super-8 Trilogy, 1978-1981

Paris : bdv (bureau des vidéos) ; Zurich : JRP/Ringier, 2013, 70 min + 1 livret 10p. 19 x 14cm, eng

ISBN : 9783037642597

Ed. de Lionel Bovier, Clément Dirié. Textes de Douglas Eklund, Fabrice Stroun

Haut de page

Texte intégral

1Le point de départ de ce que l'on pourrait appeler la « redécouverte » bienvenue d'Ericka Beckman est probablement l'exposition The Pictures Generation, 1974-1984organisée au Metropolitan Museum of Art par Douglas Eklund en 2009 où l’artiste figurait en bonne place. Ont suivi l’exposition de son travail à la Kunsthalle de Bern en 2013 puis au Magasin de Grenoble cette année, ainsi que l’édition du DVD de sa trilogie de films, la plus connue et représentative de son travail.

2Commençant à travailler au début de la deuxième moitié des années 1970, Ericka Beckman fait partie des réalisateurs à contre-courant du mouvement impulsé par le cinéma expérimental. Là où ces derniers s'engagent dans une recherche des formes inhérente au médium, ils sont un certain nombre à se retourner vers une narration bannie. Mais même là, Ericka Beckman est hors norme. Contrairement aux cinéastes de la No Wave qui assimilent, de l'autre côté de l'Atlantique, les leçons de la nouvelle vague française, les films d’Ericka Beckman avec leur recours aux couleurs criardes, au studio, à un montage rapide et une musique entêtante annoncent les signes avant-coureurs du vidéo-clip qui apparaîtra quelque années plus tard sur MTV.

3Par ailleurs, le caractère « fait main » de ses films l’oppose - au moins au plan esthétique - à la rigueur d'un Jack Goldstein par exemple. Ses films explorent, par la mise en place de saynètes et de fausses expériences, la façon dont nous apprenons à entrer en relation avec le monde par l’assimilation et l’apprentissage. La façon dont Ericka Beckman convoque - tout en les déformant – les théories de l’éducation de Jean Piaget rappelle surtout l'esprit de Mike Kelley, Matt Mullican ou Tony Oursler dont elle était proche. Et c'est à cet esprit que donne un accès privilégié et salutaire le DVD et le livret qui l’accompagne, composé d'un choix de textes particulièrement précis et éclairants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aubart, « Ericka Beckman: The Super-8 Trilogy, 1978-1981 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/12748

Haut de page

Auteur

François Aubart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search