Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2013Self-Organised: Occasional Table

2013

Self-Organised: Occasional Table

François Aubart
Self-Organised: Occasional Table
Self-Organised: Occasional Table

Londres : Open Editions, 2013, 163p. 22 x 16cm, eng

ISBN : 9780949004178. _ 20,00 €

Sous la dir. de Stine Hebert, Anne Szefer Karlsen. Préf. de David Blamey

Haut de page

Texte intégral

1Ce recueil à pour point de départ le texte d'Anthony Davies « There is No Alternative: The Future is Self-Organised ». Outre qu’il utilise ce terme pour décrire des structures d’expositions et d’évènements dont le fonctionnement repose sur le collectif et la recherche d’une économie alternative, il les envisage surtout dans leur opposition aux institutions. Celles-ci sont présentées comme asservies à une seule rentabilité économique qui leur ferait perdre de vue leurs missions envers le public et toute vocation à l’expérimentation. Corrompues et sans imagination, elles doivent, de toute urgence, être remplacées par des structures self-organised aptes à réinventer une position à l’encontre du profit.

2Si cette opposition soulève la question de savoir si la frontière entre telle ou telle position est si tranchée, elle est surtout traitée à travers un autre point de vue dialectique : comment envisager une telle alternative dans une économie globale et post-fordiste ?

3En effet, ces structures développent un travail gratuit, multiplient les partenaires par projets, assurent un fonctionnement ; autrement dit, elles réalisent exactement ce que le capitalisme tardif demande. Car, comme le souligne Barnaby Drabble (« On De-Organisation », p. 17-26), avec la crise, les artistes sont surtout les explorateurs de nouvelles formes d'un capitalisme qui en appelle à la flexibilité.

4C'est dans cette double contrainte que se développent les contributions à l’ouvrage. Elles vont de la mise en doute, que propose Jan Verwoert (« All the Wrong Examples », p. 122-134), de toute possibilité de considérer les structures self-organised comme une position critique dans la mesure où il s'agit bien plus d'une nécessité matérielle, à l'affirmation, soutenue par le collectif What, How & For Whom/WHW (« Defining the Enemy and Post-Fordist Business as Usual », p. 113-121), que la recherche d'une alternative ne peut se juger en termes de « résultats » dans la mesure où elle implique une réinvention permanente de ses enjeux et positionnements.

5Autre sortie possible, celle que propose Céline Condorelli (« To Close to See: Notes on Friendship, a Conversation with Johan Frederik Hartle », p. 62-73) qui élude la question en préférant se pencher, dans un entretien avec le philosophe Johan Frederik Hartle, sur la notion d’amitié en dressant le portrait de ces structures à travers le prisme du partage et de l'échange. S'ouvrent ainsi de nombreuses pistes pour répondre à cette interrogation qui semble d'autant moins soluble qu'à chaque contribution, toutes de très bonne qualité, s'ouvrent d'autres impasses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aubart, « Self-Organised: Occasional Table », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/12750

Haut de page

Auteur

François Aubart

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search