Navigation – Plan du site
2013

Christian Jamet, André Robillard : l’art brut pour tuer la misère

Marc Décimo
André Robillard : l’art brut pour tuer la misère
Christian Jamet, André Robillard : l’art brut pour tuer la misère

Orléans : Corsaire, 2013, 64p. ill. en noir et en coul. 24 x 17cm

Bibliogr.

ISBN : 9782910475529. _ 24,00 €

Haut de page

Texte intégral

1André Robillard (né en 1931) réalise son premier fusil de guerre en 1964 pour tuer le temps. Ce qui l’amène par l’intermédiaire d’un psychiatre qui le soignait à rencontrer Jean Dubuffet. Une dizaine d’années plus tard, Michel Thévoz (à la Collection de l’Art brut, Lausanne) le sollicite puis Madeleine Lommel (qui constituait la collection de l’Aracine, alors sise à Neuilly-sur-Marne). André Robillard y gagne une notoriété qui lui permet de survivre.

2Très illustré et en couleurs, ce court ouvrage a ce mérite de représenter l’environnement de cet homme qui parfois n’hésite pas à parler le martien. Dirigé sous la forme d’un entretien, André Robillard évoque sa vie, un parcours depuis l’enfance difficultueux, ses traitements psychiatriques, l’hôpital de Fleury-les-Aubrais (Loiret), le père garde-chasse qui tente d’occire sa femme, ses accordéons, son harmonica, le seau à cartouches – un instrument de son invention, sa chance. S’ensuivent quelques considérations générales autour de l’émergence de la notion d’art « brut ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Décimo, «  Christian Jamet, André Robillard : l’art brut pour tuer la misère », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/13246

Haut de page

Auteur

Marc Décimo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals