Navigation – Plan du site
2013

A triple tour : collection Pinault

Bertrand Dommergue
A triple tour : collection Pinault
A triple tour : collection Pinault

Paris : Ed. du Patrimoine, 2013, 240p. ill. en noir et en coul. 25 x 22cm

ISBN : 9782757702956. _ 35,00 €

Textes de Jean-Jacques Aillagon, Caroline Bourgeois, Marie Darrieussecq, Thierry Grillet, François Pinault

Haut de page

Texte intégral

1S’il est vrai qu’un catalogue doit constituer la « mémoire » d’une exposition, celui-ci a beau être publié aux éditions du Patrimoine, il ne remplit en rien ce rôle. Sa lecture n’éclaire ni le propos scientifique de l’exposition, ni les œuvres exposées. Le plan de l’exposition relégué à la fin du catalogue constitue, quant à lui, la seule trace de la « rencontre » entre les œuvres et la Conciergerie (Paris), lieu d’exposition pourtant spécifique.

2L’entretien convenu entre François Pinault et Jean-Jacques Aillagon, celui, très général, avec Caroline Bourgeois, commissaire de l’exposition, et le texte de Thierry Grillet sur « la positivité [sic] de l’enfermement » n’éclairent pas plus le lecteur. Quant au texte de Marie Darrieussecq, jouant par associations d’idées avec le thème de l’enfermement, s’il procure un vrai plaisir littéraire, il nous éloigne un peu plus de l’exposition. Pour se faire une idée de cette dernière, ne restent plus au lecteur que les reproductions des œuvres.

3Classés alphabétiquement, les « monstres sacrés » (Michelangelo Pistoletto ou Mona Hatoum) comme les artistes moins connus (Friedrich Kunath ou Diana Thater) bénéficient d’une présentation invariable : un texte d’introduction n’excédant jamais 1000 signes, suivi de trois à neuf pages de reproductions. Le lecteur oublie vite heureusement les quelques peintures au message simpliste (Ahmed Alsoudani, Raphaëlle Ricol) au profit d’œuvres plus subtiles comme Safe Garde Emergency (2010) de Bertille Bak ou Chimera (2012) de Julie Mehretu.

4On retiendra surtout le design graphique (signé Volume visuel/Cyril Cohen) du catalogue qui, lui, traduit par des effets de trames et de perspectives le sentiment d’oppression résultant de l’enfermement - tout comme la couverture, où les visages bâillonnés du Hall of Whisper (1995) de Bill Viola « disent » l’essentiel, sans qu’il soit besoin d’ouvrir le catalogue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Dommergue, « A triple tour : collection Pinault », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/13252

Haut de page

Auteur

Bertrand Dommergue

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals