Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2013Emails 2009-2010

2013

Emails 2009-2010

Bertrand Dommergue
Emails 2009-2010
Emails 2009-2010

Dijon : Les Presses du réel, 2013, 233p. 16 x 13cm, (Nouvelles scènes)

ISBN : 9782840665854. _ 12,00 €

Textes de Jérôme Bel, Boris Charmatz

Haut de page

Texte intégral

1A l’occasion du quatre-vingt-dixième anniversaire de Merce Cunningham et dans le cadre du Festival d’Automne 2009, les deux chorégraphes français Jérôme Bel et Boris Charmatz décident d’entamer un échange d’e-mails, qui aujourd’hui prend la forme d’un recueil.

2D’emblée, c’est plus largement dans la lignée de John Cage, Robert Rauschenberg, Jasper Jones ou Andy Warhol, qu’ils s’inscrivent, autrement dit de tous ceux en compagnie desquels le chorégraphe américain aura fait sauter les barrières entre les disciplines artistiques et particulièrement entre la danse et les arts plastiques.

3Jérôme Bel, qui s’est successivement produit au MoMa, à la Tate Modern et au Centre Pompidou, et Boris Charmatz, en tant que créateur et directeur du Musée de la danse depuis 2008 à Rennes, partagent ce même intérêt pour le décloisonnement et plus spécifiquement, pour la question (le problème ?) de l’entrée d’un art vivant tel que la danse au musée.

4En adepte de la sérendipité, tous deux élargissent très vite leurs échanges à de multiples sujets comme le pouvoir du chorégraphe sur les danseurs, l’engagement de l’art, la place du spectateur, etc. Il s’agit cependant d’approcher « l’essence » de la danse, ou plutôt sa fondamentale impureté d’une façon directe, accessible et toujours démocratique.

5Même s’ils se reconnaissent l’un l’autre comme appartenant à un même courant au sein de la danse contemporaine, des lignes de partage souvent fécondes apparaissent. Boris Charmatz accepte le terme de « non-danse » ; Jérôme Bel, lui, préfère celui de « danse conceptuelle ». Celui-là trouve ses sources d’inspiration très au-delà de la danse ; celui-ci se reconnaît avant tout des influences chorégraphiques. Le premier se dit « dionysiaque » et se réclame (aussi) de la culture savante ; le second, « apollinien », ne jure que par la culture populaire.

6Mais c’est bien la question de l’engagement qui les sépare le plus explicitement : Jérôme Bel réprouve par exemple comme trop explicitement engagé un texte rédigé par Boris Charmatz pour une performance,  au soir de l’échec de Lionel Jospin lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2002 - « J’ai failli », intégralement reproduit dans le volume (p. 129-140).

7Tous deux surmontent leur dissensus lorsque Jérôme Bel adopte, admiratif, la définition de la danse contemporaine proposée par Boris Charmatz : « Des micromouvements, des postures étranges, des suspensions et des partis pris critiques qui rendent "émouvantes" des idées. Ou intelligibles des mouvements indescriptibles. Dans un va-et-vient infini. » (p. 224 et 229). Ou quand Boris Charmatz fait sien l’objectif vertigineux de Jérôme Bel : rien moins que tenter« l’élucidation de la danse. » (p. 64)

8Tous deux se retrouvent finalement dans une commune promotion en faveur de l’extension du domaine de la danse - la « danse élargie », allant même jusqu’à appeler de leurs vœux, non sans humour, une « campagne d’invasion du monde par la danse » ! (p. 147). Aucune autocongratulation donc, mais un art chorégraphique in progress qui fait sien le mot de Samuel Beckett : « try again, fail again, fail better ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Dommergue, « Emails 2009-2010 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/13260

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search