Navigation – Plan du site
2013

Jean-Max Colard, L’Exposition de mes rêves

Jérôme Duwa
L’Exposition de mes rêves
Jean-Max Colard, L’Exposition de mes rêves

Genève : Mamco, 2013, 111p. 24 x 17cm

ISBN : 9782940159574. _ 20,00 €

Haut de page

Texte intégral

1« A quoi rêvent les critiques ? » La question avait déjà été posée par François Truffaut, qui y a répondu par ses films. Lorsqu’un critique d’art et commissaire d’expositions comme Jean-Max Colard se met à collectionner ses rêves et les rend publics, il nous propose cependant autre chose qu’une œuvre. Pour reprendre un dispositif esthétique qui l’intéresse tout particulièrement, on pourrait dire qu’il nous place comme au beau milieu d’un chantier interminable.

2La promenade sur ce terrain de jeu nocturne s’avère surprenante, parce que cette collection va à l’encontre de l’idée première qu’on pourrait se faire du rêve. Rien ici n’est de l’ordre du bizarre ou de l’étrange. Dans une postface qui engage une analyse de la singularité de ses propres textes transcrits entre 2005 et 2013, le critique observe que ses rêves ont quelque chose de désenchanté : ils surgissent « sans l’aura du monde onirique ».

3Ce qui se prolonge nuitamment n’est pas totalement étranger au jour. Dans le cas présent, le lecteur reste même un peu surpris par la transparence de ces rêves qui pour certains tiennent plus du projet, à la portée d’une simple résolution. D’ailleurs, Jean-Max Colard confesse que le plus bel accomplissement de ce travail nocturne serait qu’un artiste s’approprie l’une de ses « visions ».

4Pourquoi cette scène privée du rêve nous intéresse-t-elle ? Le rêve préserve ici la fonction critique en mettant en question les institutions du monde de l’art (foires, musées) et leurs acteurs (collectionneurs ou artistes). On retrouve aussi quelques-uns des centres d’intérêt diurnes de Jean-Max Colard : Cyprien Gaillard, Alain Robbe-Grillet, Laurent Tixador, Edouard Levé ou Jacques Rancière réapparaissent à la manière de ces post-scriptum où se dit l’essentiel.

5Assister à cette activité critique exposée au désordre relatif du sommeil relance finalement ce que le jugement de l’expert en art tend à nous faire oublier : le doute. Cette rare probité fait la valeur de ce portrait en clair-obscur d’un critique d’art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Duwa, «  Jean-Max Colard, L’Exposition de mes rêves », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 17 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/13290

Haut de page

Auteur

Jérôme Duwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals