Navigation – Plan du site
2013

Jean-François Lyotard, Ecrits sur l’art contemporain et les artistes = Writings on Contemporary Art and Artists : l’assassinat de l’expérience par la peinture, Monory = The Assassination of Experience by Painting, Monory

Vanessa Morisset
Jean-François Lyotard, Ecrits sur l’art contemporain et les artistes = Writings on Contemporary Art and Artists : l’assassinat de l’expérience par la peinture, Monory = The Assassination of Experience by Painting, Monory

Louvain : Leuven University Press, 2013, 288p. ill. en noir et en coul. 24 x 17cm, fre/eng

ISBN : 9789058678812. _ 49,50 €

Ed. et préf. d’Herman Parret. Postf. de Sarah Wilson. Trad. de Jeanne Bouniort, Rachel Bowlby, Peter W. Milne

Haut de page

Texte intégral

1Relire aujourd'hui les deux essais de Jean-François Lyotard sur Jacques Monory, c'est se replonger dans l'univers d’un artiste singulier, marqué autant par le film noir américain que par les étoiles de lointaines galaxies observées à travers la lunette de télescopes géants. Mais c'est surtout parcourir en accéléré les changements de paradigmes culturels traversés par la société occidentale depuis la fin des années 1960.

2En redécouvrant ces textes, datés respectivement de 1973 et de 1981-84, le lecteur est tour à tour projeté dans l'environnement freudo-marxiste du réel de l'après 68, basculant dans un postmodernisme désabusé, prémonitoire par rapport au quotidien actuel dominé par les technosciences.

3Dans le premier essai intitulé « Economie libidinale du dandy » (p. 58-155), s'appuyant principalement sur les séries des Meurtres (1968), des Velvet Jungle (1969) et des Mesures (1968), le philosophe propose une lecture qui remet en cause la fonction représentative de la figuration, au profit d'une conception dynamique où tout, la peinture, l'écriture, la prostitution ou le système capitaliste, est le produit d'une économie libidinale. Selon lui, les tableaux de Jacques Monory montrent combien la surface picturale demeure aussi réelle et ambivalente que le reste.

4Une dizaine d'années sépare ce texte du second, à la tonalité plus sombre, originairement intitulé « Les Confins du dandysme », puis revu et rebaptisé « Esthétique sublime du tueur à gages » (p. 156-195). Jean-François Lyotard s'attache presque exclusivement aux toiles de la série des Ciels, peintes par Jacques Monory d'après des images issues de l'ingénierie spatiale, dans lesquelles « l'infini cosmologique paraît s'effacer derrière l'infini technologique » (p. 160). Le sublime comme expérience subjective laisse place à un sublime émanant de l'expérimentation scientifique. Et le philosophe de conclure que nous vivons désormais dans un monde où nous ne pouvons être que « des rescapés ou des expérimentateurs » (p. 192).

5Grâce à l'excellent appareil critique de cette nouvelle édition, qui ajoute une préface à une édition bilingue parue à Londres en 1998, elle-même reprenant l'édition des deux textes précédés d'une préface rédigée en 1981 par Jean-François Lyotard lui-même, le lecteur peut aisément s'imprégner de la pensée du philosophe et méditer sur ses conclusions, toujours pertinentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Morisset, «  Jean-François Lyotard, Ecrits sur l’art contemporain et les artistes = Writings on Contemporary Art and Artists : l’assassinat de l’expérience par la peinture, Monory = The Assassination of Experience by Painting, Monory », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/13441

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals