Navigation – Plan du site
2014

Hans Rudolf Bosshard, Max Bill / Jan Tschichold : la querelle typographique des modernes

Benoît Buquet
Max Bill / Jan Tschichold : la querelle typographique des modernes
Hans Rudolf Bosshard, Max Bill / Jan Tschichold : la querelle typographique des modernes

Paris : B42, 2014, 120p. ill. en noir et en coul. 21 x 13cm

ISBN : 9782917855492. _ 24,00 €

Postf. de Jost Hochuli. Trad. de Victor Guégan, Pierre Malherbe

Haut de page

Texte intégral

1On conseillerait volontiers au lecteur de prendre tout d’abord connaissance des articles de Max Bill (« de la typographie ») et de Jan Tschichold (« Mythe et réalité ») parus en 1946 dans la revue Schweizer Graphischen Mitteilungen – reproduits ici respectivement en annexe (p. 75-90 et p. 93-109) –, puis de la courte postface de Jost Hochuli (p. 111-120). Ce préalable permet de mieux appréhender l’essai de Hans Rudolf Bosshard, qui revient sur la fameuse « querelle typographique des modernes », une expression consacrée qu’il reprend à Gerd Fleischmann. Une conférence donnée en 1945 par Jan Tschichold marque le coup d’envoi d’une bataille par articles interposés. On s’y écharpe sur la symétrie et l’asymétrie, la nécessité de l’ornement et le choix des « bonnes » polices de caractères. Max Bill, défenseur d’un idéal moderne bauhaussien, voit dans le revirement de Jan Tschichold une trahison impardonnable. Il s’agit ici de bien plus qu’une simple bisbille ; le langage des deux hommes n’est pas le même mais, sans beaucoup forcer le trait, chacun s’y traite de fieffé réactionnaire, voire d’infâme nazi, preuve, s’il en était besoin, de ce moment émotivement très chargé au sortir de la guerre.

2Ce qui passe pour un débat pointu de spécialiste autour de la question du satzbild est rendu avec clarté par Hans Rudolf Bosshard. Le style est agréable de lecture malgré les multiples références alors même que le texte reste assez court (on aurait d’ailleurs aimé que certaines des questions idéologiques soient un peu plus analysées, notamment l’opposition entre le manœuvre et le jardinier effectuée par Jan Tschichold). L’essai relève en grande partie de l’étude de la réception critique ; l’auteur prend ainsi en compte la participation de Paul Renner (1948) et de Paul Rand (1993) au débat. Hans Rudolf Bosshard, spécialiste de la grille (cf. notamment Der Typografische Raster) ne cache pas son inflexion moderniste, renforcée par la mise en page de la présente traduction reprenant en partie celle du livre original publié chez Niggli. L’auteur fait néanmoins preuve de distance et montre comment chacun des protagonistes s’est enfermé dans un dogmatisme étriqué. L’entreprise de B42 est à saluer, dans cette poursuite d’une meilleure connaissance en langue française des débats qui ont agité le design graphique en Allemagne et en Suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Buquet, «  Hans Rudolf Bosshard, Max Bill / Jan Tschichold : la querelle typographique des modernes », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 20 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15259

Haut de page

Auteur

Benoît Buquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals