Navigation – Plan du site
2014

Les Désastres de la guerre, 1800-2014

Déborah Laks
Les Désastres de la guerre, 1800-2014
Les Désastres de la guerre, 1800-2014

Paris : Somogy ; Lens : Musée du Louvre-Lens, 2014, 400p. ill. en noir et en coul. 31 x 26cm

Bibliogr.

ISBN : 9782757208151. 9782368380222. _ 39,00 €

Sous la dir. de Laurence Bertrand Dorléac. Textes de Sébastien Allard, Stéphane Audoin-Rouzeau, Paul Ardenne, Jean-Yves Jouannais, Rémi Labrusse, Laure Murat, Emmanuel Pernoud, Jean-Luc Nancy, Pierre Wat

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui s’abreuve du sang d’hier : la pierre sur laquelle nous bâtissonsporte bien souvent l’empreinte de l’horreur. Le catalogue de l’exposition Désastres de la guerre 1800-2014 revient sur cette ambivalence et sur le moment où la guerre, devenant « moderne », bascule et, perdant l’honneur, devient le lieu du cauchemar. Comme une dépense sacrée, la guerre était en effet de héros avant d’être de chair : les hourras ont longtemps couvert la terreur. Les douze séquences du catalogue s’attachent aux différentes guerres qui, de Napoléon à aujourd’hui, ont modifié l’équilibre ancien entre catastrophe et fertilité.

2Par son parti pris méthodologique et théorique, l’ouvrage s’enracine dans l’histoire sociale de l’art et dans le dialogue avec d’autres sciences humaines. La qualité des textes qui le composent et les correspondances qui les parcourent l’amènent toutefois à dépasser ces catégories. Le catalogue des œuvres suit une même exigence d’ouverture et de précision : œuvres et documents, artistes prestigieux et inconnus se répondent et sont éclairés par la présence d’excellentes notices ainsi que d’une structure théorique claire. Le choix de la diachronie associé au va-et-vient entre le détail et la lame de fond conduit le catalogue à résonner bien au-delà des bornes supposées de l’histoire de l’art : à voir « dans la "circonstance" ce qu’elle suggère d’éternel », comme le propose Laurence Bertrand Dorléac en introduction (« Tournant », p. 16-19). Les désastres entrés en peinture avec la bataille d’Eylau rongent les paysages, les corps, les familles ; ils mènent aux butins, à la machine, à la ruine, à la folie. Au travers d’études profondément exigeantes, Sébastien Allard (« De la Bataille d’Eylau aux massacres de Scio, les peintres romantiques à l’épreuve de la guerre »), Pierre Wat (« La Relève. Paysages en guerre »), Stéphane Audouin-Rouzeau (« Les Corps »), Emmanuel Pernoud (« Massacre en chambre et portrait de famille »), Rémi Labrusse (« Le Musée, la colonie, la guerre »), Paul Ardenne (« La Machine quand elle tue »), Jean-Yves Jouannais (« Détruire, rêvent-ils »), Laure Murat (« La Folie en guerre »), et Jean-Luc Nancy (« Désastre, perte de l’astre ») éclairent les chemins de terreur que parcourent les artistes. Ils explorent les feux croisés de l’art et de l’histoire, montrant finalement que l’homme est son art, alors même que, pour reprendre l’expression de Primo Lévi, « l’histoire s’était arrêtée ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Déborah Laks, « Les Désastres de la guerre, 1800-2014 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15461

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals