Navigation – Plan du site
2014

Art Lovers : histoires d’art dans la collection Pinault

Maaike Hamerlinck
Art Lovers : histoires d’art dans la collection Pinault
Art Lovers : histoires d’art dans la collection Pinault

Paris : Lienart ; Monaco : Grimaldi Forum, 2014, 200p. ill. en noir et en coul. 27 x 21cm, fre/eng

Index

ISBN : 9782359061123. _ 33,00 €

Sous la dir. de Martin Bethenod. Textes de Lydie Delahaye, Michel Gauthier, Colin Lemoine, Marjolaine Lévy, Mouna Mekouar, Jonathan Pouthier, Alexandre Quoi, Thomas Schlesser

Haut de page

Texte intégral

1L’exposition « hors les murs » de la collection Pinault choisit ici d’aborder la mise en vue de la collection sous l’angle de l’hypertextualité dans l’art contemporain, à la suite de Michel Riffaterre ou Gérard Genette. Le caractère innovant de cette lecture de l’art « sur » l’art transparaît dans ce que le catalogue retranscrit aujourd’hui du projet confié au directeur du Palazzo Grassi lui-même, Martin Bethenod. Prenant à l’appui Palimpsestes de Gérard Genette, le catalogue se déploie en trois parties : l’une théorique avec les contributions de Michel Gauthier (« Scènes de la vie des palimpsestes », p. 14-25) et de Marthin Bethenod (« Après », p. 36-45), donnant suite à une partie clairement intitulée « Documents » (p. 57-104), que l’on pourrait associer à l’« hypotexte », et conclue de façon littérale par un « Catalogue » des œuvres exposées (p. 106-195).

2Les deux contributions textuelles explicitent l’apparition des œuvres de second degré et des formes multiples que cette « hypertextualité » peut prendre dans l’art contemporain. Le commentaire, et surtout l’imitation, visibles par exemple dans des œuvres comme celles de Sturtevant, ainsi que la transformation, illustrent quelques-unes des formes « hyperesthétiques » les plus récurrentes. Alors que le commissaire de l’exposition met de côté les formes cinématographiques, le critique d’art, Michel Gauthier, en use, se servant par ailleurs du principe de postproduction défini par Nicolas Bourriaud.

3« Remake », « imitation », « transformation », « postproduction » s’entrecroisent dans les quatre parties du propos scénographique. La sculpture d’un Jeff Koons ou d’un Maurizio Cattelan représentent quelques pratiques « hypertextuelles ». Viennent ensuite les formes de la transformation et de l’imitation visibles dans des exemples d’adaptation de l’iconographie religieuse et enfin un choix d’œuvres dans lesquelles un artiste est présent comme chez Jake & Dinos Chapman, entre autres. Dans le catalogue, les œuvres dépourvues de toute notice trouvent heureusement leur sens dans ce parcours.

4Cette approche se voulant inédite, le catalogue ne prétend pas poser un regard critique sur cette thématique qui mériterait d’être l’objet de plus nombreuses contributions. Toutefois, la richesse du support iconographique et documentaire ponctue les propos dans un ordre dynamique (documents avant œuvres, théorie avant introduction), qui confère au tout une allure d’érudition presque assumée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maaike Hamerlinck, « Art Lovers : histoires d’art dans la collection Pinault », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15476

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals