Navigation – Plan du site
2014

Une Histoire (critique) des années 1990

Richard Leeman
Une Histoire (critique) des années 1990
Une Histoire (critique) des années 1990

Paris : La Découverte ; Metz : Centre Pompidou-Metz, 2014, 401p. 24 x 18cm

Bibliogr. Chronol.

ISBN : 9782707181930. _ 22,00 €

Sous la dir. de François Cusset

Haut de page

Texte intégral

1Le livre est publié à l’occasion de l’exposition 1984-1999 : la décennie au Centre Pompidou-Metz, dont il ne constitue aucunement, l’éditeur y insiste, le catalogue. L’introduction de François Cusset est un pamphlet violent sur le néo-libéralisme, sur lequel il n’y a par définition pas grand-chose à dire, sinon que la forme en est pompeuse et chantournée. D’autant que, à peu près débarrassé de cette infatuation stylistique (sinon de la tentation du style), François Cusset se livre plus loin à une histoire intellectuelle et universitaire passionnante, hantée par Karl Marx et ouvrant sur le postcolonial. L’histoire politique est traitée par Razmig Keucheyan dont le texte paranoïaco-apocalyptique très « Monde diplo » reste finalement assez factuel (« Les Nineties en bloc : perspective politique », p. 23-29). Sur ces sujets, on préférera de loin l’histoire aussi synthétique que brillante par Frédéric Lordon d’une décennie de dérégulation et de mondialisation présumée « heureuse » (par Alain Minc). Pour le cinéma, Emmanuel Burdeau (« Survivre : au cinéma, à la télévision », p. 57-62) étudie surtout la convergence d’un film de Nanni Moretti, Palombella Rossa, et d’une série de David Chase, Les Soprano, supposés symptomatiques de leur temps, comme, plus loin, serait symptomatique la Revue de littérature générale dans le texte de François Cusset. Quelle que soit leur pertinence et leur intérêt, ces micro-analyses ne suffisent pas à constituer une histoire fût-elle « critique », d’une période.

2De ce point de vue, les textes les plus convaincants –les plus dans le sujet aussi– sont ceux de Michka Assayas (1958) sur l’histoire de la musique (pop-rock-punk-électro-rap-fusion, etc.) où émerge surtout Nirvana, celui de Matthieu Rémy sur la contre-culture, l’underground, la culture alternative, la techno, la house, les rave parties ; celui d’Olivier Doubre sur les années Sida ; et celui de Xavier de La Porte sur l’histoire d’Internet.

3Le seul texte consacré à l’art contemporain est de Stéphanie Moisdon (co-commissaire, avec Dominique Gonzalez-Foerster, de l’exposition de Metz), qui s’essayait déjà à une histoire du présent à la Biennale de Lyon en 2007, avec « l’histoire d’une décennie qui n’est pas encore nommée ». De ce que les artistes des années 1990 exploitent « des référents [qui] circulent librement, sans hiérarchie », et de ce que « peu importe ici l’ordre, le genre ou la chronologie », doit-on nécessairement, quand on prétend faire de l’histoire, renoncer à repérer des régularités, des ordres, des genres, une chronologie ? Seule une « séquence spécifique » semble émerger, celle des artistes Philippe Parreno, Dominique Gonzalez-Foerster, Pierre Joseph, Pierre Huyghe et des critiques Nicolas Bourriaud, Hans Ulrich Obrist ou encore Eric Troncy. Doit-on s’en étonner ?

4Comme le revendique l’avant-propos, le livre est « transversal, pluridisciplinaire et résolument engagé » –on remarque quand même l’absence sans doute délibérée d’historiens « du temps présent »– et forme, somme toute, une première contribution à l’histoire des années 1990, qui reste à faire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Richard Leeman, « Une Histoire (critique) des années 1990 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15482

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals