Navigation – Plan du site
2014

Donald Preziosi, Art, Religion, Amnesia: The Enchantments of Credulity

Caroline Levisse
Art, Religion, Amnesia: The Enchantments of Credulity
Donald Preziosi, Art, Religion, Amnesia: The Enchantments of Credulity

Londres : Routledge, 2014, 152p. ill. 24 x 16cm, eng

Bibliogr. Index

ISBN : 9780415778619

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage explore l’inextricabilité de ce que la modernité occidentale distingue comme l’« art » et la « religion ». L’historien de l’art américain y problématise cette distinction pour montrer que « chacun est le fantôme de l’autre » (p. 29). L’art, dans le discours moderne, est une religiosité, tandis que la religion est un artifice (artistry). Leur existence comme entités autonomes (des « fictions enchantées », p. 43) n’est possible que par l’oubli de ce lien. D’où le troisième terme du titre : « amnésie ». L’auteur veut que soit repensée la « relation entre » ces termes (art et religion, religiosité et artistry) en prenant en compte ce qui est caché, oublié, supprimé ou marginalisé (p. 33).

2Selon Donald Preziosi, leur relation spéciale est liée à leur déni commun de l’impossibilité de la représentation, c'est-à-dire à leur croyance en une adéquation entre un artefact (matériel) et une entité abstraite (immatériel), entre un objet et sa signification, entre un signifiant et un signifié. Ce dernier acquiert dans cet échange une existence en propre, ce que l’auteur dénonce comme un geste métaphysique [metaphysical gesture] (p. 68). Il rappelle l’indétermination essentielle qui est au cœur de la fabrication du sens (semiosis). Lorsque l’artifice d’une création (une œuvre, une interprétation, un mythe…) est laissé apparent, la possibilité de penser autrement est évidente.

3La composition du texte a la particularité d’être elle-même une « figure » du thème traité. Ce texte n’efface pas les traces de sa fabrication, les signes de sa propre artificialité (p. 139). De tels signes sont généralement tus, afin de faire du livre un tout uniformisé, consistant et autonome (« decorously ordered world » p. 43). Pour contourner ce qu’il perçoit comme une forme d’idolâtrie, Donald Preziosi livre des fragments (citations, événements ou souvenirs personnels) dont la juxtaposition a provoqué sa réflexion sur ce thème. Ce texte est moins une « histoire » des relations entre l’art et la religion qu’une « archéologie » de la pensée de l’auteur au sujet de ces relations. En nous livrant son texte pour ce qu’il est –sa réflexion, ses interrogations, ses hypothèses– l’auteur désire susciter un dialogue (p. 7, 34, 47) plutôt qu’affirmer catégoriquement une thèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Levisse, «  Donald Preziosi, Art, Religion, Amnesia: The Enchantments of Credulity », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15488

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals