Navigation – Plan du site
2014

Frédéric Paul, Giuseppe Penone, archéologie

Caroline Levisse
Giuseppe Penone, archéologie
Frédéric Paul, Giuseppe Penone, archéologie

Arles : Actes Sud, 2014, 117p. ill. 21 x 16cm

ISBN : 9782330030124. _ 23,00 €

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Le livre que signe Frédéric Paul sur Giuseppe Penone est inspiré et inspirant. Il me semble que l’écriture fait ici parfaitement écho à une idée fondamentale chez Giuseppe Penone : la « stupeur », « cette capacité d’être étonné et émerveillé par les choses et le monde » (p. 13). On est touché par l’étroite proximité qui existe entre le texte et l’œuvre. Elle doit certainement beaucoup à la « grande complicité » qui lie l’auteur et le sculpteur, comme le précise la quatrième de couverture.

2Aucune introduction ne vient renseigner le lecteur sur la genèse, le contexte ou la visée de ce livre. On entre directement dans la création de Giuseppe Penone dès le premier des quinze chapitres : « Paysage fantôme » (p. 5-6). Souvent surmontés de titres évocateurs, ceux-ci ne font jamais plus de quelques pages et sont bien illustrés. Le passage de l’un à l’autre est fluide tant chaque œuvre étudiée renvoie aisément à d’autres. De la sorte, Frédéric Paul retrouve dans une œuvre la trace d’œuvres précédentes, tout comme l’annonce d’œuvres à venir. Il écrit d’ailleurs : « En considérant plus de quarante ans de son travail, il est clair que toutes les œuvres de Penone sont connectées » (p. 39).

3La plupart des œuvres étudiées et reproduites datent de la fin des années 1960 et des années 1970. C’est en effet dans les œuvres des débuts que Frédéric Paul va chercher ces « multiples fils rouges » (p. 59) qui traversent tout l’art de Giuseppe Penone (le rapport entre homme et nature, l’empreinte, la connaissance tactile, la tension entre avant et après, etc.). Son approche est justifiée par la constance de l’artiste depuis l’« œuvre inaugurale », Alpi marittime, en 1968 : « il a la modestie de se tenir à la même ambition depuis sa jeunesse » (p. 39).

4Entreprendre de retrouver les commencements évoque inévitablement l’archéologie, terme apposé au nom de l’artiste dans le titre du recueil. Là encore, la démarche de Frédéric Paul ne reflète-t-elle pas habilement l’art de l’artiste italien qui, « en archéologue » (p. 103), n’a de cesse de nous faire remonter le temps ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Levisse, «  Frédéric Paul, Giuseppe Penone, archéologie », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15490

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals