Navigation – Plan du site
2013

Crítica(s) de arte : discrepancias e hibridaciones de la Guerra Fría a la globalización

David Moriente Diaz
Crítica(s) de arte : discrepancias e hibridaciones de la Guerra Fría a la globalización
Crítica(s) de arte : discrepancias e hibridaciones de la Guerra Fría a la globalización

Murcia : Cendeac, 2013, 429p. ill. 23 x 15cm, (Ad Hoc), spa

Index

ISBN : 9788415556138

Sous la dir. de Paula Barreiro López, Julián Díaz Sánchez

lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’espagnol par la Rédaction de Critique d’art

Texte intégral

1Paula Barreiro et Julian Diaz ont édité un livre (conçu dans le cadre de l’« Atelier international de critique d´art" (2011), CENDEAC) qui s´inscrit parfaitement dans le moment actuel de crise mondiale des concepts et des institutions hérités de la modernité. Bien évidemment, la critique n’échappe pas à ce principe d’examen et de révision. Tout au long de son développement, elle a adopté la configuration d’un mécanisme essentiel d’assemblage de modèles intelligibles à l’intérieur et à l’extérieur du système de l’art. En tant qu’une des formes existantes –qu’on peut appeler « métalinguistiques »– la critique est sans doute la plus visible du fait de son caractère public et parce qu’elle exerce une influence palpable dans l’introduction des goûts, des habitudes et des tendances.

2En basant leur analyse sur la complexité de l’objet à étudier –résultat de la nature récursive et autoréflexive de la condition postmoderne– Crítica(s)de arte met en place un travail ambitieux. Il est animé par l´intention de couvrir un vaste panorama géographique et temporel, dans le but d’élucider certaines des mutations subies par cet appareil conceptuel à la fois dans son rôle d’agent constructeur de l´histoire de l´art mais aussi en tant que méthode épistémologique, comme il apparaît à la lecture de ses pages.

3Après une excellente introduction des éditeurs (dont il est important de mettre en avant l’idée ici suggérée de la critique comme artefact des opérations conceptuelles), le livre s’articule selon quatre axes clairement déterminés : le premier dédié à l’observation de la dialectique critique-histoire, le deuxième qui marque les limites au sein du système de l’art, le troisième sur l’analyse des divergences et/ou convergences des alternatives au modèle traditionnel, et enfin le dernier portant sur le fonctionnement méta-critique. La qualité de cet ouvrage collectif est la cristallisation d’une exposition de points de vue simultanée. Elle en devient aussi son plus grand inconvénient. Sans aucun doute, c´est l’expertise des éditeurs qui permet d’amortir ce problème assez commun. Il demeure néanmoins quelques légères discordances entre les différentes sections, ainsi que certaines absences et redondances dans les discours. C’est le cas dans les analyses relatives à l’Amérique Latine, qui se limitent pratiquement au contexte argentin et à un bref aperçu de la pratique critique au Brésil. Ces aspects sont sûrement le résultat de la difficulté inhérente qui fait partie d´une étude thématique et chronologique de cette ampleur, car il n’est pas toujours possible d´avoir accès à certains spécialistes de la discipline pour faire en sorte qu’ils participent à un projet à vocation totalisante.

4En conclusion, et en insistant sur sa grande qualité, Crítica(s) de arte recueille non seulement les résultats d’une rigoureuse fouille archéologique sur les conditions d´émergence de la critique d’art au XXe siècle, il est aussi un livre prospectif sur ​​les défis que la critique d´art –entendue comme l’un des dispositifs de compréhension de la culture créé à l’ère moderne– envisage pour l’avenir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Moriente Diaz, « Crítica(s) de arte : discrepancias e hibridaciones de la Guerra Fría a la globalización », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/15567

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals