Navigation – Plan du site
2014

Peepshow : documentation céline duval

Jérôme Dupeyrat
Peepshow : documentation céline duval
Peepshow : documentation céline duval

Thouars : La Chapelle Jeanne d’Arc, 2014, non paginé, ill. 21 x 15cm

Préf. d’Eva Prouteau. Texte de Christian Besson

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Peepshow est un bref essai de Christian Besson, publié et diffusé à l’occasion d’une exposition de documentation céline duval (Les Choses voient, centre d’art La Chapelle Jeanne d’Arc, 2014). Bien que le travail de l’artiste n’y soit pas commenté, sa dimension scopique entre en résonance avec l’objet de ce texte.

2S’appuyant sur le sens initial du mot peepshow, qui désignait en anglais les « boîtes d’optique » du XVIIIe siècle, Christian Besson embrasse ici « toutes sortes de spectacles qui ont lieu par un œilleton ». En s’attachant tout d’abord aux variantes et aux traductions du terme peepshow en diverses langues, l’auteur souligne qu’elles désignent tour à tour un instrument, des images, ou un dispositif impliquant le spectateur. C’est de ce dernier aspect, jusque-là peu étudié par les spécialistes de l’image, dont il est principalement question.

3Pour mener à bien son étude, Christian Besson se fonde premièrement sur les gravures du XVIIIe siècle représentant ces boîtes, caisses ou petites constructions présentées à « un ou plusieurs spectateurs [qui] regardent par un trou, ou une lentille […] que surveille et/ou manipule et/ou commente un showman, montreur et bonimenteur ». En s’appuyant avec érudition sur ce corpus appartenant à l’histoire de l’art autant que sur l’analyse d’images populaires, son propos s’élargit de l’étude de ces boîtes d’optique à l’analyse de tout un pan de la vision érigé en peep practice (un terme emprunté à Erkki Huhtamo). Des peintures Perspectyfkas de Samuel van Hoogstraten au XVIIe siècle jusqu’à Belle de jour de Luis Buñuel, en passant par les boîtes d’optique des forains et des colporteurs, par les gravures érotiques, l’essor des stéréoscopes, L’Origine du monde de Gustave Courbert ou encore Etant donné de Marcel Duchamp, ce texte déborde alors le champ de l’histoire de l’art pour proposer une étude non seulement des représentations, mais aussi et surtout du regard. Christian Besson met en évidence le fait que « le trou est bien le terminus ad quem et terminus a quo de la pulsion scopique ». Il montre par là-même « qu’il n’y a pas de véritable hiatus entre l’acception actuelle de peepshow et la longue tradition de la boîte d’optique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Dupeyrat, « Peepshow : documentation céline duval », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17519

Haut de page

Auteur

Jérôme Dupeyrat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals