Navigation – Plan du site
2015

Pierre Mabille

Yoann Van Parys
Pierre Mabille
Pierre Mabille

Arles : Analogues, 2015, 192p. ill. en noir et en coul. 25 x 18cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 9782358640657. _ 28,00 €

Textes de Jean-Marc Huitorel, Christine Lapostolle, Claire Nédellec, Emilie Ovaere-Corthay, Michel Pastoureau

Haut de page

Texte intégral

1Pierre Mabille est un joyeux peintre qui tourne autour d’un motif de son invention comme on tournerait encore et encore autour du carrousel, les jours de foire. Il est l’auteur d’une abstraction colorée qui fait s’enchevêtrer des ovales allongés, tantôt verticaux, tantôt horizontaux. Enchâssés les uns aux autres, ils évoquent tour à tour des reflets aquatiques, des sillons, des dédoublements infinis du regard.

2Le présent livre édité par la maison d’éditions Analogues accompagne une exposition itinérante de l’œuvre de Pierre Mabille faisant ses haltes à la galerie Jean Fournier à Paris, à l’Ecole supérieure des beaux-arts de Nantes et à la villa Tamaris de La Seyne-sur-Mer. Mais c’est en vérité plus qu’un catalogue ou un livre occasionnel. On s’autorise cependant à bousculer quelque peu les codes supposés d’un tel ouvrage. D’abord, le livre s’ouvre sur une succession joueuse de pages au fil desquelles Pierre Mabille fait la démonstration, presque par l’absurde, en tout cas avec un enthousiasme communicatif, de l’omniprésence, dans le réel, de ce motif d’ovale qui l’obnubile. A sa suite, nous voyons des ovales allongés dans les formes d’un toit, d’un pot de fleur urbain, d’un poisson, de jambes croisées, de bâtonnets de glace, de tableaux de bord de voiture ou de moto… Ensuite, vient un essai de Michel Pastoureau, intitulé «  Quand le tableau devient drapeau » (p. 36-44), (audacieusement consacré à l’héraldique comme porte d’entrée inattendue mais fertile dans le travail pictural de Mabille) et puis aussitôt un autre signé par Christine Lapostolle, oscillant habilement entre entretien de l’artiste et monologue (« Pouvoir des yeux », p. 60-107). La surprise tenant à ce que l’orientation du texte soit modifiée d’un essai à un autre, nous obligeant, en tant que lecteur, à renverser le livre pour suivre le fil des propos des auteurs. Cela agit comme une métaphore du double regard qu’on peut poser sur les toiles de Mabille et qui consisterait à les voir d’abord de face puis de côté, en inclinant la tête, juste pour voir… N’est-ce pas en voyant une de ses peintures à l’envers que Wassily Kandinsky aurait inventé l’abstraction, comme le rapporte la légende ? N’est-ce pas dans l’exercice d’un regard déraisonnable qu’on obtient des visions originales du réel ? Telle est l’une des intéressantes suggestions que formule Pierre Mabille au fil de son oeuvre.

3Un texte de Jean-Marc Huitorel plongeant dans les intrigues de la forme (« Montrer, nommer » (à propos de l’Antidictionnaire  de Pierre Mabille », p. 110-120), suivi d’une « biographie commentée et illustrée » par Emilie Ovaere-Corthay (p. 140-159) se présentent ensuite au lecteur. Enfin, Claire Nédellec vient conclure l’ouvrage par un article spécifiquement consacré au très beau projet de vitraux de Pierre Mabille pour l’église Saint-Maurille de Chalonnes-sur-Loire, qui a le don de rappeler quelques illustres exemples du passé, réalisés en leur temps par Henri Matisse ou Gerhard Richter (p. 160-166).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yoann Van Parys, « Pierre Mabille », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17635

Haut de page

Auteur

Yoann Van Parys

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals