Navigation – Plan du site
2014

Catherine Leutenegger : Kodak city

Nathalie Boulouch
Catherine Leutenegger : Kodak city
Catherine Leutenegger : Kodak city

Heidelberg : Kehrer, 2014, 159p. ill. en coul. 26 x 21cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 9783868284621

Texte de Joerg Bader, A. D. Coleman, C. Leutenegger, Urs Stahel

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire de la photographie est aussi celle de ses firmes. Parmi elles, Kodak, dont le nom en deux syllabes claque comme le bruit d’un obturateur, évoque celui d’un destin industriel associé à une ville-usine : Rochester. Après plus d’un siècle de règne, le destin de l’entreprise Eastman Kodak Corporation a changé de face. Celle qui avait été rebaptisée « Kodak City » en a été profondément transformée.

2C’est cette ville désertée qui transpire les traces d’une déroute industrielle et de ses conséquences sociales que la photographe suisse Catherine Leutenegger a prise pour sujet en 2007 et 2012. Paysages urbains et intérieurs industriels portent les stigmates de la faillite d’une entreprise qui a mal anticipé le tournant numérique. La double page qui ouvre le livre introduit lugubrement le propos avec une photographie hivernale de cimes d’arbres habitées par quelques oiseaux tout droit sortis d’un film d’Alfred Hitchcock.

3De très belle facture, l’ouvrage rassemble trois essais bilingues ainsi qu’un court texte de la photographe présentant sa démarche. Le critique A.D. Coleman fait le récit de l’épopée Kodak, depuis la commercialisation, en 1888, du premier appareil accompagné du slogan « Appuyez sur le bouton, nous faisons le reste », jusqu’au film noir et blanc Tri-X en passant par le succès mondial du Kodachrome et de l’Ektachrome dans la seconde moitié du XXe siècle. Contrôlant plus de deux tiers du marché mondial au milieu des années 1990, la firme n’a pas su prendre le tournant du numérique alors que, ironie du sort, l’un de ses ingénieurs (Steven Sasson) avait conçu, dès 1975, un prototype d’appareil photographique numérique. Les textes de J. Bader et U. Stahel questionnent cette position de Kodak et saisissent le travail de Catherine Leutenegger comme prétexte à une réflexion sur le changement de paradigme que constitue la transition de l’argentique au numérique. Ainsi, on regrettera qu’aucun texte ne soit consacré à une étude critique du travail de la photographe dont les images se déploient dans un portfolio qui alterne visions urbaines et vues d’intérieurs. N’ayant pas obtenu d’autorisation, Catherine Leutenegger a détourné l’interdit en s’attachant à la périphérie des usines abandonnées, au musée, aux espaces urbains et à quelques figures d’habitants. Appartenant à la génération qui a vécu la transition entre l’usage de la pellicule film argentique et du numérique, elle utilise -comme d’autres artistes et photographes inspirés par l’histoire tragique de Kodak- des pellicules produites par la firme. Ce choix technique met en abîme son sujet à travers une démarche qu’elle qualifie de travail de mémoire « métaphotographique » : saisir la manière dont la chute de Kodak a entraîné avec elle toute une ville et sa population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Boulouch, « Catherine Leutenegger : Kodak city », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 15 novembre 2015, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17646

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals