Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2014Le Futur n’existe pas : rétrotypes

2014

Le Futur n’existe pas : rétrotypes

Lise Lerichomme
Le Futur n’existe pas : rétrotypes
Le Futur n’existe pas : rétrotypes

Paris : B42 ; Pougues-les-Eaux : Parc Saint-Léger, 2014, 80p. ill. en noir et en coul. 33 x 23cm,

ISBN : 9782917855423. _ 24,00 €

Textes d’Alain Bublex, Elie During

Haut de page

Texte intégral

1Ce « contre-catalogue » propose une discussion croisée entre Alain Bublex et Elie During, qui construit là un texte s’engageant avec force dans les thématiques plébiscités par l’artiste depuis une vingtaine d’années ; inventions, déplacements, utopies et cartographies d’un possible se croisent dans cet essai dense et précis. L’artiste s’immisce quant à lui dans les propos du philosophe par l’entremise d’images vectorielles commentées, présentées dans la partie inférieure des pages comme autant de gloses. Le procédé graphique de vectorisation, cher à Alain Bublex, permet d’harmoniser in absentia des références d’origines multiples, qu’elles se rapportent à son travail artistique, à des sources littéraires, architecturales ou artistiques.

2Dans cette proposition éditoriale, le philosophe et l’artiste s’éloignent de la pensée d’un cours linéaire du temps. De fait, ils s’écartent autant d’un présent au centre des considérations temporelles que de la rétrospective d’une carrière artistique. Hors de la nostalgie, il s’agit de considérer ce qui n’est pas advenu afin d’aider un futur relégué et le sauver de l’oubli, afin surtout de « réécrire l’histoire des vaincus » (p. 21). Les rétrotypes au centre du propos sont assimilables à des « phénomènes entoptiques », émanations temporelles délaissées qui hantent la périphérie du champ de vision sans l’occulter tout à fait (p. 49).

3Les œuvres d’Alain Bublex désignées par ce terme contiennent ontologiquement leurs développements possibles autant que leurs états passés, à l’exemple de la construction morcelée de la voiture Meunier-Béraud, pensée comme une maquette plus que comme un prototype. Imaginé pendant la Seconde Guerre mondiale, ce véhicule à l’habitacle spacieux et à la carrosserie de bois est reconstruit en perruque par l’artiste qui utilise le temps, les matériaux et les outils alloués au montage de ses diverses expositions personnelles pour recréer cette voiture futuriste et dépassée.

4Glooscap, ville canadienne qui ne vit depuis vingt ans par la seule force d’imagination de l’artiste, matérialise le rétrofutur au centre des réflexions croisées de cet échange. Sous la forme de plans, cartes, gravures, vues aériennes, portraits d’hommes célèbres ou publicités, la ville redevient « un vivant palimpseste de projets », comme Le Corbusier aimait à penser le plan à l’image d’un réservoir d’idées non réalisées.

5La grande réussite de cette collaboration tient au fait qu’elle permet une approche complète mais néanmoins subtile du travail de l’artiste tout en offrant des voies d’analyse rigoureuses d’une pensée contemporaine et plurivoque du temps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Lerichomme, « Le Futur n’existe pas : rétrotypes », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17676

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search