Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2014Les Fleurs américaines

2014

Les Fleurs américaines

Lise Lerichomme
Les Fleurs américaines
Les Fleurs américaines

Paris : Frac Ile-de-France / Le Plateau, 2014, 255p. ill. 27 x 20cm, fre/eng

ISBN : 9782918138105

Préf. de Xavier Franceschi. Textes d’Alfred H. Barr, Yoann Gourmel, Elodie Royer

Haut de page

Texte intégral

1Pensées par le duo de commissaires Elodie Royer et Yoann Gourmel, et inscrites au sein d’un cycle d’expositions au Plateau/Frac Ile de France, Les Fleurs Américaines se sont attirées l’ire de la critique à la fin de l’année 2012 en donnant à voir une véritable « exposition-fiction », sans artistes et sans œuvres. Celle-ci se proposait de repenser l’héritage du (des ?) modernismes occidentaux, à l’aune de copies issues de recréations muséographiques aux vocations pédagogiques et patrimoniales.

2Paru plus d’un an après, le catalogue Les Fleurs Américaines autorise un recul sur cette expérience en trompe l’œil.

3Rédigé par les commissaires, le corps de la publication reprend un ensemble d’observations factuelles réunies sous le terme de « Fable des artisans », et propose des développements sur les choix esthétiques et théoriques ayant présidé à l’organisation de l’exposition. Y sont détaillées les sources, origines et histoires des deux collections présentées, l’une à la façon d’un period room approximatif du salon de Gertrude Stein à Paris, le Salon de Fleurus à New York, l’autre, une proposition artistique anonyme dont l’origine est à chercher du côté du Protiv umenosti (centre d’art) de Goran Djorrajevic à Belgrade en 1980, le MoAA (Museum of American Art) à Berlin.

4Afin d’étayer la dimension fictionnelle du projet curatorial, viennent ensuite une conférence d’Alfred J. Barr, fondateur du MoMA de New York, autour d’un riche corpus d’images d’archives, et enfin un dialogue des commissaires avec Walter Benjamin, sous la forme d’une réflexion croisée autour de l’auteur et de la copie présentée en tant qu’objet théorique plus riche que l’original.

5A travers ce cheminement déroutant, les œuvres apparaissent comme des manifestations d’une croyance en l’art, à la façon de souvenirs ethnographiques, autorisant dès lors le renversement d’une chronologie souvent pensée comme immuable. Il est à considérer que les morts peuvent s’exprimer avec aisance dès lors que les œuvres ne sont plus analysées à l’aune d’un seul récit historique.

6Passionnant renversement du caractère linéaire de l’histoire de l’art de la première moitié du XXe siècle, ce catalogue, qui n’évite pas certains écueils (l’autojustification au premier titre) est un aiguillon tonique pour qui aime à penser l’historiographie et à réfléchir au versant contemporain de l’historicisme. Qui plus est, les dialogues critiques et esthétiques qui y sont proposés offrent des perspectives ouvertes quant à l’approche des démarches d’appropriations les plus récentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Lerichomme, « Les Fleurs américaines », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17677

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search