Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2014 Thomas Huber, L’Enseigne = Das ...

2014

Thomas Huber, L’Enseigne = Das Ladenschild = The Shop Sign

Lise Lerichomme
L’Enseigne = Das Ladenschild = The Shop Sign
Thomas Huber, L’Enseigne = Das Ladenschild = The Shop Sign

Genève : Skopia art contemporain, 2014, 84p. ill. en noir et en coul. 16 x 11cm, fre/ger/eng

ISBN : 9782839915458. _ 10,00 €

Préf. de Wolfgang Ullrich

Haut de page

Texte intégral

1Compte-rendu d’un processus de création autant que réflexion sur le caractère démonstratif du panneau indicatif, L’Enseigne est un petit format trilingue français-anglais-allemand qui compile les réflexions de l’artiste Thomas Huber autour de la réalisation d’une œuvre in situ pour la galerie genevoise SKOPIA. Antoine Watteau et son tableau de 1720 l’Enseigne de Gersaint y apparaissent en filigrane au sein des réflexions de l’artiste et de celles du critique Wolfgang Ulrich, invité à produire une « Préface ».

2Ce dernier développe une réflexion généraliste sur l’in-situ et l’exercice de projection mentale consistant à envisager des modifications à venir, en appelant à l’exemple iconique de la Vue imaginaire de la Grande Galerie du Louvre en ruines, d’Hubert Robert de 1796. C’est à l’évocation des Red Books de l’architecte paysagiste anglais Humphry Repton que sa démonstration gagne en profondeur. Là, s’y rencontrent et s’y croisent les processus propres à la commande et aux mécanismes de projection de l’esprit. Cette association s’y opère par l’entremise d’aquarelles, mais aussi de techniques de pliage et d’escamotage, afin de révéler « un état idéal du même paysage » (p.37). C’est par cette comparaison que le critique souligne le sens véritable de l’Enseigne de Thomas Huber : la réactualisation contemporaine de l’œuvre de Watteau.

3Le court texte l’Enseigne est rédigé à la première personne par Thomas Huber, qui y rend compte du cheminement l’ayant mené à réaliser ce diptyque peint. L’artiste initie ce travail par le constat de la gentrification de l’ancien quartier industriel où est sise la galerie. Dès lors, la transformation d’un ancien atelier de roulements à billes en galerie d’art est intégrée par Thomas Huber à la pensée de l’œuvre qu’il veut in situ. C’est ainsi que la loge du contremaître retrouve ses parois vitrées disparues, initialement destinées à surveiller le bon ordre de l’atelier. L’artiste propose une mise en abîme de la vitrine mise en vitrine en jouant avec la dimension commerciale et performative de la galerie d’art dans son acception contemporaine.

4Réflexion quant « au concept d’original face à l’œuvre d’art » (p. 51), le texte de l’artiste délaisse la seule métaphore du tableau comme fenêtre sur le monde afin d’atteindre à une critique poïétique de son travail et du tableau d’Antoine Watteau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Lerichomme, «  Thomas Huber, L’Enseigne = Das Ladenschild = The Shop Sign », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 29 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17679

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search