Navigation – Plan du site
2014

Alice Gaillard, Les Diggers : révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968)

Jérôme Duwa
Les Diggers : révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968)
Alice Gaillard, Les Diggers : révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968)

Montreuil : L’Echappée, 2014, 189p. ill. 20 x 13cm, (Dans le feu de l’action)

Bibliogr. Chronol.

ISBN : 9782915830835. _ 16,00 €

Haut de page

Texte intégral

1Notre acceptation du système social fondé sur la suprématie de l’argent est tellement invétérée que l’évocation d’une expérience d’un autre ordre nous projette d’un coup dans un ailleurs, presque inimaginable aujourd’hui. Avec les Diggers, l’utopie –fâcheusement synonyme pour le commun de doux rêve– est devenue réelle durant deux années. Ce temps gagné contre la société de consommation toute-puissante compte grandement dans l’histoire de la « contre-culture ».

2A San Francisco, plus précisément dans le quartier de Haight Ashbury, une Commune libre a pu concrètement organiser une véritable résistance entre 1966 et 1968. L’université de Berkeley, au cœur de la révolte étudiante, n’en est pas très éloignée.

3Que veut dire to dig ? D’abord, creuser, à la manière de la vieille taupe révolutionnaire évoquée par Karl Marx. Et aussi, en argot : piger. Les Diggers ont en effet bien compris le système capitaliste et son énorme pouvoir de persuasion.

4Formés à l’art théâtral d’intervention sociale au sein de la Mime Troupe, les Diggers sont résolus à jouer (to act : jouer et agir) une autre pièce que celle écrite d’avance par une Amérique qui commence à douter d’elle-même, en pleine guerre du Vietnam. Héritiers de la Beat Generation, mais plus politisés que leurs prédécesseurs, leurs visées s’énoncent également en rupture avec le style prophétique de Timothy Leary, le chantre du LSD. S’ils préconisent l’usage de l’acid et la liberté sexuelle, leur philosophie du free et leur idéal de l’échec signalent une radicalité inédite : transformer le monde signifie changer de « cadre de référence », en détruisant les échanges fondés sur l’argent et en rendant possible une collectivité du don réciproque.

5Dans sa conférence de Londres de juillet 1967 (The Dialectics of Liberation), Herbert Marcuse a opéré la distinction essentielle entre le mouvement Hippie relevant de la « mascarade » sympathique, vite récupérée par le consumérisme généralisé, et des mouvements beaucoup plus « sérieux » dans leur anticonformisme. A l’instar des Provos, les Diggers ont constitué un temps une véritable menace pour le conservatisme social, en promouvant de nouvelles valeurs par de nouveaux moyens d’actions. Les gigantesques spectacles d’art total où, selon l’ancien souhait de Jean-Jacques Rousseau la foule devient spectatrice et actrice, constituent un des moments clés de ce qu’Alice Gaillard dénomme la « légende » des Diggers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Duwa, «  Alice Gaillard, Les Diggers : révolution et contre-culture à San Francisco (1966-1968) », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 22 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17688

Haut de page

Auteur

Jérôme Duwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals