Navigation – Plan du site
2014

« Infra-noir », un et multiple : un groupe surréaliste entre Bucarest et Paris, 1945-1947

Jérôme Duwa
« Infra-noir », un et multiple : un groupe surréaliste entre Bucarest et Paris, 1945-1947
« Infra-noir », un et multiple : un groupe surréaliste entre Bucarest et Paris, 1945-1947

Berne : Peter Lang, 2014, 404p. ill. 23 x 16cm, (Histoires des avant-gardes : art et pensée)

Bibliogr. Index

ISBN : 9783034317627

Sous la dir. de Monique Yaari. Textes de Jacqueline Chénieux-Gendron, Jonathan P. Eburne, Krzysztof Fijalkowski, Régine-Mihal Friedman, Françoise Nicol, Monique Oyallon, Avigail Vicente

Haut de page

Texte intégral

1En 1947, André Breton a souligné combien était heureuse la formule de ses amis de Bucarest désignant « la connaissance par la méconnaissance » comme le grand mot d’ordre surréaliste. Cet appel à l’obscur nous porte en effet au cœur même de l’infra-noir, véritable clé d’une époque laissant battante la porte de l’angoisse.

2Entre 1945 et 1947, les surréalistes de Roumanie bénéficient d’un court répit durant lequel leur créativité peut enfin se donner toute licence, avant que la chape de plomb stalinienne ne les replonge dans la clandestinité. Certains, comme Gherasim Luca et Gellu Naum, ont déjà fait un séjour à Paris à la fin des années 1930 et ils n’aspirent qu’à rejoindre leurs compatriotes Jacques Herold et Victor Brauner, déjà intégrés au groupe parisien. Mais la guerre les contraint à revenir à Bucarest ; les plus chanceux d’entre eux ne pourront fuir qu’au début des années 1950.

3L’infra-noir est à la fois le nom d’une exposition de 1946 et d’une série de plaquettes témoignant du désir de ce petit groupe déterminé à repenser la dialectique marxiste et à examiner les fondements du surréalisme pour le préserver d’un devenir strictement spectaculaire.

4Promoteur de la « négation délirante », ils vont également reconsidérer l’héritage freudien dans une perspective non-œdipienne qui sera de nature à intéresser ultérieurement les théoriciens de L’Anti-Œdipe, Gilles Deleuze et Félix Guattari. Trouver une échappatoire aux multiples tentatives de « castration » en majorant la place du désir, tel est aussi le dispositif que les cinq surréalistes de Bucarest (Gherasim Luca, Gellu Naum, Paul Paon, Virgil Teodorescu, Dolfi Trost) entendaient mettre en œuvre dans la salle aveugle de l’Exposition internationale du Surréalisme de 1947 (Paris). Leur projet ne fut pas réalisé, mais leur texte –Le Sable nocturne – évoque avec force « la recherche des concrétions instables d’un désir à désirer ».

5Le moins qu’on puisse dire est que notre connaissance des surréalistes de Bucarest demeure lacunaire. L’intérêt de ce volume est double : il nous offre des études précises, rappelant notamment que ces poètes et théoriciens souvent mal connus, hormis Luca, furent aussi « accidentellement » plasticiens. Grâce à un ensemble de fac-similés, le lecteur peut en outre accéder directement aux textes majeurs de ce groupe se plaçant sous la bannière de l’infra-noir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Duwa, « « Infra-noir », un et multiple : un groupe surréaliste entre Bucarest et Paris, 1945-1947 », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 09 juillet 2015, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17700

Haut de page

Auteur

Jérôme Duwa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals