Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015Mémoires croisées, dérives archiv...

2015

Mémoires croisées, dérives archivistiques : Archives de la critique d’art

Androula Michael
Mémoires croisées, dérives archivistiques : Archives de la critique d’art
Mémoires croisées, dérives archivistiques : Archives de la critique d’art

Paris : Institut national d’histoire de l’art, 2015, 89p. ill. en noir et en coul. 21 x 15cm

Sous la dir. de Jean-Marc Poinsot. Préf. d’Antoinette Le Normand-Romain

Haut de page

Texte intégral

1Evoquer les Archives de la critique d’art dans la revue-même qu’elles ont créée pour recenser l’actualité internationale de la littérature sur l’art contemporain consiste à revenir avec admiration sur la formidable aventure de sa fondation en 1989 désormais bien connue. Ce beau catalogue d’exposition, de petit format très maniable, en rend très justement compte. L’entretien entre Jean-Marc Poinsot et Jacques Leenhardt (alors membre et président de l’AICA-Association internationale des critiques d’art) qui ouvre le catalogue rappelle l’histoire d’une prise de conscience et du passage à l’acte : comment empêcher la fuite à l’étranger d’archives d’une activité critique sur l’art en cours en France. La structure conserve désormais un très riche patrimoine de soixante-quinze fonds d’archives et quatre cents fonds d’écrits. L’actualité de l’exposition, prolongée par ce catalogue, a été l’occasion de mettre en avant une partie de ces fonds patrimoniaux d’une grande valeur (dont ceux de Pierre Restany, Michel Ragon, Frank Popper, Alain Jouffroy ou ceux de l’AICA internationale et de la Biennale de Paris). Ceux-ci dessinent une riche cartographie de l’histoire de l’art et de la critique en France après les années 1950. De courts essais très stimulants dans le catalogue invitent au récit de cette histoire. Henry Meyric-Hughes dresse dans le texte d’ouverture un bref historique de la création en 1948 de l’AICA internationale dont le sujet du premier congrès portait sur l’urgence de la reconstruction après la Seconde Guerre (« L’AICA à l’ère de la globalisation : du club de gentlemen à la collégialité universelle », p. 29-35). Jean-Marc Poinsot livre quelques fragments de l’histoire de la Biennale de Paris (1959-1985) et son modèle devenu caduque au moment de la mondialisation et de mutations dans le monde de l’art (p. 37-45). Gloria Ferreira revient sur l’histoire du Néo-concrétisme brésilien et la notion de l’œuvre comme « quasi-corpus » (« Neoconcretismo, la théorie et la pratique », p. 47-49). Richard Leeman s’attache à l’histoire autrement complexe de la fameuse biennale de Venise en 1964 où un Américain, Robert Rauschenberg, remporte pour la toute première fois le premier prix. La correspondance croisée (de Clement Greenberg à Pierre Restany et de Pierre Restany à Léo Castelli) permet d’éclairer aussi bien la scène parisienne que new-yorkaise (« Venise, Venise, qui pourra nous faire oublier Venise ! », p. 51-56). A Paris, on peut toujours s’indigner à l’instar de Pierre Cabanne qui signera un article dans Arts : « L’Amérique proclame la fin de l’Ecole de Paris et lance le Pop Art pour coloniser l’Europe ». Mais Pierre Restany, très lucide, rappelle dans Domus que « l’évolution de la muséologie moderne » transforme le musée en un « laboratoire expérimental de l’art vivant, un centre d’information et d’échanges entre les créateurs et l’art contemporain », alors que les musées français et le Pavillon français de Venise n’accueillent que des « ancêtres académiques », des « greffiers censeurs de l’ordre établi ». Berenice Gustavino revient sur l’effort de Clement Greenberg en présence de Pierre Restany, pour promouvoir l’Expressionnisme abstrait lors du jury pour le Prix national et international de l’Instituto Torcuato Di Tella en Argentine en 1964 (« "Un peu de jazz" à Buenos Aires », p. 57-59). D’autres fonds d’archives concernant l’architecture vue par les critiques d’art, l’histoire complexe du groupe Supports/Surfaces, ou celle d’artistes et critiques femmes qui ont joué un rôle important dans le champ de la création des années 1970, éclairent notre connaissance de la période sous un jour nouveau. On ne sera jamais assez reconnaissants envers Jean-Marc Poinsot et Jacques Leenhardt, initiateurs de ce magnifique projet de création des Archives de la critique d’art, qui fournit aux chercheurs et aux historiens de l’art un matériau d’étude d’une portée exceptionnelle. Leurs rendre ici hommage, c’est encore une fois, reconnaître la force de leur engagement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Androula Michael, « Mémoires croisées, dérives archivistiques : Archives de la critique d’art », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19291

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search