Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015Jon Rafman

2015

Jon Rafman

Maëlys Moreau
Jon Rafman
Jon Rafman

Montréal : Musée d’art contemporain de Montréal, 2015, 191p. ill. en coul. 25 x 18cm, fre/eng

Bibliogr. Biogr.

ISBN : 9782551256877

Préf. de John Zeppetelli. Textes de Mark Lanctôt, Sandra Rafman

Haut de page

Texte intégral

1Jon Rafman est un artiste canadien né en 1981 ayant étudié la philosophie et la littérature, dont le travail engage des réflexions sur le monde contemporain et la place de la technologie dans la vie quotidienne. Il s’agit là du catalogue de la première exposition consacrée à l’artiste dans la ville de Montréal, où il a grandi. A l’image de la pratique de l’artiste, le catalogue interroge les différentes façons de reconsidérer la technologie dans nos vies contemporaines et l’inévitable paradoxe que cela induit. « Rafman explore, documente, enregistre, célèbre et critique l’expérience contemporaine » (in « L’Articulation de la perte des mondes virtuels », p. 155). L’aspect extérieur de l’ouvrage –sur le modèle d’une tranche de livre ancien aux lettres dorées- annonce apparemment le contraste avec les pages intérieures, colorées et pop. Ici l’image prime sur le texte. Un portfolio des œuvres de l’artiste présentées dans l’exposition est publié en tête du catalogue : banque d’images numériques, captures d’écran vidéo, superpositions, saturations, fonds d’écran, typographie… Entre humour et travail d’archives digitales, Jon Rafman compile des visuels en vue d’interroger les paradoxes de la modernité, d’un système communautaire à l’aliénation individuelle. Cette monographie, co-écrite par Mark Lanctôt, commissaire de l’exposition et Sandra Rafman, « peut-être parente avec l’artiste » (p. 131), se décline en trois grandes parties. Alors que la première aborde un récit plus historique et contextuel des recherches et de la pratique de Jon Rafman, la seconde interroge la perte en insistant sur la pratique archivistique de l’artiste. Jon Rafman est surtout présenté comme un artiste-ethnographe ou archiviste. Il va de soi que ses projets touchent de près des thématiques sociologiques et culturels (sujet, document, réseaux, sous-culture ou culture populaire y sont traités). Cependant, la direction prise par Mark Lanctôt prend un tournant historique lié à la pratique littéraire et philosophique (Walter Benjamin, Charles Baudelaire ou Boris Groys). L’auteur élabore ainsi un parallèle ou une suite entre le tourisme romantique et la figure du flâneur au XIXe siècle jusqu’à nos déplacements virtuels et la mondialisation. Il en va d’une certaine image de l’artiste comme flâneur contemporain (le projet The Nine Eyes of Google Street View) ou nouveau guide touristique par la création d’un avatar (le projet Kook-Aid Man in Second life, 2009). Cette critique rétrospective est intéressante pour comprendre l’ampleur de l’outil Internet, ainsi que la prolifération de ces utilisateurs, les libertés ou les limites que celui-ci induit. Cependant, nous noterons que la mise en page très conventionnelle, échappe à la créativité très graphique de l’artiste. Entre le réel et le virtuel, Jon Rafman fait partie de cette jeune génération ayant grandi avec les réseaux et les nouvelles technologies. L’ouvrage met ainsi en exergue la nostalgie d’une « utopie techno-humaniste » (p. 152) et les méthodes de conservation numérique employées par l’artiste témoin d’un monde d’incertitudes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maëlys Moreau, « Jon Rafman », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19309

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search