Navigation – Plan du site

AccueilNotes de lectureToutes les notes de lecture en ligne2015 Catherine Maumi, Frank Lloyd Wr...

2015

Catherine Maumi, Frank Lloyd Wright : Broadacre City, la nouvelle frontière

Thomas Renard
Frank Lloyd Wright : Broadacre City, la nouvelle frontière
Catherine Maumi, Frank Lloyd Wright : Broadacre City, la nouvelle frontière

Paris : Ed. de La Villette, 2015, 207p. ill. en noir et en coul. 28 x 20cm, (Textes fondamentaux modernes)

Bibliogr. Biogr.

ISBN : 9782915456912. _ 25,00 €

Textes de F. Lloyd Wright traduits par Jean-François Allain

Haut de page

Texte intégral

1En 1966, Noris Kelly Smith notait déjà que juger le projet de Broadacre City revenait à juger l’ensemble de l’œuvre de Frank Lloyd Wright. Cette constatation semble pleinement confirmée par la richesse de cet ouvrage. Celui-ci rassemble un ensemble épars des textes sur la ville imaginée par Wright, regroupés, annotés et présentés par Catherine Maumi et soigneusement traduits par Jean-François Allain. Mais la richesse de cette publication dépasse celle d’une simple anthologie grâce à divers outils fort utiles : chronologie, biographie, bibliographie et illustrations. Surtout, l’ouvrage s’ouvre par un long texte de Catherine Maumi (modestement dénommé « présentation »), véritable essai d’analyse et de contextualisation du projet. L’auteure y replace ce projet non seulement dans la biographie et la carrière de Frank Lloyd Wright (offrant au passage une belle analyse des maisons usoniennes réalisées à la fin des années 1930), mais elle le confronte également au climat intellectuel de Chicago et de l’Ouest américain (Ralph Waldo Emerson, John Dewey, Henry George, etc.). On comprend comment ce modèle qui se veut spécifiquement américain (ou usonien pour reprendre l’expression de Wright) se construit en opposition à la production européenne et tout spécialement aux écrits du Corbusier. A partir notamment de l’appréciation ambivalente de Lewis Mumford, Catherine Maumi nous explique la difficile réception de ces textes qui ont pu être interprétés à tort dans la seconde moitié du XXe siècle comme une apologie des suburbs.

2Le projet de Broadacre City, pensé à partir des années 1920, mais formulé véritablement entre 1932 et 1943, est un projet riche et complexe qui a l’ambition, à partir de l’architecture organique de Wright, de réaffirmer et de renouveler l’idéal de la démocratie américaine. Broadacre se veut une alternative au capitalisme, tenu responsable de la désagrégation des communautés américaines, sans pour autant souscrire au Communisme. L’individualité, celle créatrice avant tout, est en permanence placée au centre du projet tout en se défendant de verser dans l’individualisme. C’est un projet qui concerne donc tout autant les rapports politiques, économiques et sociaux que l’architecture, l’organisation du territoire et les voies de communication. Partant d’une dénonciation totale de la ville et de la concentration qu’elle entraîne (tant physique qu’économique), Wright souhaitait mettre en place un nouveau mode de vie décentralisé, en lien profond avec la terre, où la machine serait mise au service de l’humain et des forces créatrices. Au-delà de nous offrir en français ces textes jusqu’alors relativement méconnus, l’intérêt principal de cet ouvrage, selon Catherine Maumi, est sa résonnance avec la tentative actuelle de définir un nouveau rapport entre ville et nature, apte à garantir un développement durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Renard, «  Catherine Maumi, Frank Lloyd Wright : Broadacre City, la nouvelle frontière », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19328

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search