Navigation – Plan du site
2014

Andrew V. Uroskie, Between the Black Box and the White Cube: Expanded Cinema and Postwar Art

Riccardo Venturi
Between the Black Box and the White Cube: Expanded Cinema and Postwar Art
Andrew V. Uroskie, Between the Black Box and the White Cube: Expanded Cinema and Postwar Art

Chicago : University of Chicago Press, 2014, 273p. ill. 25 x 18cm, eng

Index

ISBN : 9780226842998

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Andrew W. Uroskie dépasse le clivage trop étroit entre white cube et black box, afin d’insister sur des œuvres de l’après-guerre qui se situent dans un entre-deux. Si certaines sont bien connues (Andy Warhol, Outer and Inner Space, 1965), d’autres le sont moins, comme le « cinéma d’ailleurs » du Lettrisme, absent dans les généalogies anglophones sur le cinéma élargi, ou le flipbook de Robert Breer.

2En dépit de ce champ géographiquement étendu, le livre se fonde sur l’art américain et, en particulier, sur le modernisme : le cinéma élargi, ou mieux le cinéma tout court, « had no specificity in Greenberg’s strict ontological sense » (p. 234). Comment considérer, d’un point de vue moderniste, les images en mouvement avec leur hétérogénéité, leur dislocation spatiale ou homelessness, leur « instabilité fondamentale » voire leur « promiscuité » d’ordre discursif et institutionnel ? Comment prendre en charge la matérialité du dispositif cinématographique (caméra, pellicule, projecteur, écran), ainsi que la vision collective des spectateurs ? De quelle manière le médium se trouve-t-il transformé, voire menacé, par la nature hybride de l’image en mouvement ?

3La réponse n’est pas d’ordre ontologique, elle n’a pas à faire avec la nature du cinéma. Le cinéma élargi remet précisément en cause cette spécificité à travers une spatialisation de la projection ou, mieux, la mise en scène d’images en mouvement, libérées de la fixité des dispositifs de monstration visuels et de la salle de cinéma, de la même manière que la sculpture moderniste selon l’analyse de Rosalind Krauss. La notion de site specificity, insiste Andrew W. Uroskie, interroge la manière dont les images en mouvement sont produites et exposées dans des espaces avec leurs conditions –et conditionnements– sociales, institutionnelles, discursives, à travers les technologies et les institutions de médiation.

4De la spécificité du médium à celle du lieu, de la forme à la site specificity : voici la charnière qu’Uroskie voit dans le cinéma élargi. « To change the total situation within which the moving image was exhibited and seen as well as the context within which it was understood » (p. 12). Cette perspective topologique ou situationnelle se rapproche de la pratique post-minimaliste de la critique institutionnelle, de l’art après John Cage ou, ajoutons-nous, du spatial turn dans l’histoire de l’art. On n’est pas loin de la transition, soulignée par l’artiste Malcolm Le Grice, du film au cinéma : le premier est lié au médium filmique, le deuxième « is also the industrial institution of production, distribution and exhibition » autant que le mouvement, « the dynamic construction or representation of movement, dramatic structures in time » (Malcolm Le Grice préfère aujourd’hui des termes comme « transmédia », « hypermédia » ou « hybridité »).

5Si le contexte historique et conceptuel de cette transition est celui de l’Expanded cinema à New York entre 1964-66, et donc celui du modernisme (un modèle insuffisant pour saisir la situation de l’Europe continentale), l’analyse a l’ambition d’être valide pour l’image en mouvement elle-même, conçue comme un défi, un subversive agent pour l’histoire des arts du XXe siècle : « a destabilizing force within the aesthetic and conceptual framework of medium-specificity itself, disorganizing institutional conventions of production and exhibition as well as those of spectatorship and criticism » (p. 237).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Riccardo Venturi, «  Andrew V. Uroskie, Between the Black Box and the White Cube: Expanded Cinema and Postwar Art », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19353

Haut de page

Auteur

Riccardo Venturi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals